Clan9
_____________________________________________
OEUVRES DE
NAPOLÉON BONAPARTE.
TOME PREMIER.
C.L.F. PANCKOUCKE, Éditeu...
Nous y joindrons quelques actes émanés de sa seule volonté, et qui ont été comme les bases
de son gouvernement et de sa po...
DÉPUTÉ DE LA CORSE A L'ASSEMBLÉE NATIONALE.
MONSIEUR,
Depuis Bonifacio au cap Corse, depuis Ajaccio à Bastia, ce n'est qu'...
Vous réussîtes à souhait. M. Paoli, sans cesse entouré d'enthousiastes ou de têtes exaltées, ne
s'imagine pas que l'on pût...
peu que les circonstances le favorisent, sait bien vite s'élever. C'est à peu près la morale de
votre histoire.
En rendant...
découragés. L'hiver, le moment de leur repos, fut pour vous, monsieur, celui du plus grand
travail; et si vous ne pûtes tr...
Vos affaires domestiques arrangées, vous jetâtes un coup d'oeil sur le pays: vous le vîtes
fumant du sang de ses martyrs, ...
O infortunés compatriotes! de quelle trame odieuse alliez-vous être victimes? Vous vous en
seriez aperçu, lorsqu'il n'eût ...
identifiez à l'homme froid, à l'égoïste qui ne se démentit jamais, et qui, dans le cours de
soixante ans, ne connut que le...
Footnote 3: (return) Le club patriotique, profondément indigné de la conduite criminelle et scandaleuse, de
l'impudence sa...
bons généraux sont venus remplacer les premiers; on lève à Marseille de nouveaux bataillons,
nous avons un nouveau train d...
est perdue. Souvenez-vous de l'exemple récent de Lisle4
, et des lois barbares de la guerre.
Mais quel esprit de vertige s...
Désormais, tout grand mouvement en votre faveur est impossible dans votre département, il
pouvait avoir lieu lorsque l'arm...
Dubois-Crancé et Albitte, constans amis du peuple, ils n'ont jamais dévié de la ligne droite....
Ils sont scélérats aux ye...
malgré l'habileté des chefs, le grand nombre des ressorts de tous les ennemis de la révolution,
le peuple partout s'est ré...
aujourd'hui rendus coupables du plus grand de tous les crimes, ils ont par leur conduite justifié
leur décret... Le sang q...
Nos troupes ont bien mérité de la patrie pour avoir pris les armes contre vous avec autant
d'énergie, elles n'ont pas dû i...
laisser égorger, nous... Oui, nous avons tous pris part à cette nouvelle révolution; nous nous
ferions sacrifier par la ve...
Si les Espagnols avaient 30 ou 40,000 hommes sur leur flotte, tout prêts à pouvoir débarquer,
votre menace serait effrayan...
BONAPARTE.
En 1752, le grand-duc de Toscane ayant voulu réformer les abus qui se glissaient dans
l'usurpation des titres d...
Buonaparti, résidant à San-Miniato, quartier de Poggighiti; qu'ils furent faits nobles, ainsi qu'il
appert de l'admission ...
ne peut, dans le fait, imputer la réticence de ce nom qu'au désir de se tenir à l'abri de la haine
que le peuple avait con...
et confirmée par probabilités ou vraisemblances qui peuvent être rangées au nombre des
choses légales et authentiques. Ces...
d'après le chapitre 3 du même statut, «le candidat doit être de la nation et né dans la ville,»
malgré l'application de ce...
2°. D'autres documens concernant Leonardo d'Antonio, décapité comme gibellin.
3°. D'un Mémoire de Jules, fils de Jean Buon...
DE NAPOLÉON
BONAPARTE
1769
15 août.—Naissance de Napoléon Bonaparte à Ajaccio, dans l'île de Corse: son père, Charles
Bona...
Employé ensuite au siège de Toulon, dans l'armée du brave général Dugommier, Bonaparte
est nommé chef de bataillon, comman...
11 avril (22 germinal.)—Bataille et victoire de Montenotte.
14 avril (25 germinal.)—Bataille et victoire de Millesimo. Dan...
18 juillet (30 messidor.)—Combat de Migliaretto.
20 juillet (2 thermidor.)—Première sommation faite à Mantoue; siège régul...
11 novembre (21 brumaire.)—-Combat de Caldiero.
15, 16, 17 novembre (25, 26, 27 brumaire.)—-Bataille d'Arcole; une troisiè...
venaissin, cède à perpétuité à la république française Bologne, Ferrare et la Romagne; il cède
en outre tous les objets d'...
11 mai (22 floréal.)—-L'armée française étant campée sous les murs de Venise, la noblesse
prend la fuite, le doge abdique,...
discours où il rappelle en peu de mots les exploits de l'armée d'Italie, et présente un drapeau
sur lequel sont inscrites ...
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
  Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488

251 vues

Publié le

classique

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
251
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Oeuvres de napoléon bonaparte i-v clan9 empire dragon hussard armée imperial français document cuirassier grognard 1488

  1. 1. Clan9 _____________________________________________ OEUVRES DE NAPOLÉON BONAPARTE. TOME PREMIER. C.L.F. PANCKOUCKE, Éditeur MDCCCXXI. NAPOLÉON BONAPARTE n'existe plus, sa vie appartient à l'histoire; peut-être ne convient- il pas de l'écrire encore, bien des faits doivent être appréciés, bien des passions calmées, bien des intérêts satisfaits, beaucoup d'affections et beaucoup d'inimitiés éteintes avant que l'on puisse parler avec impartialité et raison d'un homme aussi remarquable dans une période d'événemens si extraordinaires. Beaucoup de faits sont connus, sans doute, mais leur origine est loin d'être éclaircie, et ces faits ne peuvent être jugés qu'en appréciant sa position, qui l'a toujours commandé, la nature de son génie, qui lui a fait produire de grandes choses et commettre des fautes. Ce qu'il a écrit, ce qu'il a dit dans les diverses circonstances de son existence militaire et politique, servira mieux à le faire connaître que les discours de ses amis ou de ses ennemis. Son génie est empreint tout entier dans ses lettres écrites durant les campagnes d'Italie et d'Égypte: les lettres se succédaient chaque jour, sa pensée était partout. Sa correspondance durant le consulat n'a pas été moins active; nous y avons réuni les notes qu'il faisait alors insérer dans les journaux, et que plusieurs guides sûrs nous ont fait connaître. Nous publierons ensuite ses messages durant le gouvernement impérial, ses ordres du jour, ses proclamations, ses réponses aux députations, ses lettres aux divers souverains, et ces bulletins écrits, sous sa dictée, sur le champ même de bataille, un moment après la victoire.
  2. 2. Nous y joindrons quelques actes émanés de sa seule volonté, et qui ont été comme les bases de son gouvernement et de sa politique intérieure, soit pour récompenser ceux qu'il aimait, soit pour punir ceux qu'il craignait. Nous ferons connaître, dans la dernière partie, les détails de ses entretiens familiers lors de sa plus grande élévation, ou dans son exil, et nous terminerons par plusieurs morceaux qu'il écrivit à Sainte-Hélène, et par des lettres confidentielles qui lui furent adressées à diverses époques. Le premier volume, qui paraîtra plus tard, fera connaître sa généalogie; cette pièce assez étendue a été extraite des registres de San-Miniato; elle se compose de vingt pièces, remonte jusqu'à 1268, et contient l'histoire de tous ses ascendans, elle n'avait jamais été publiée; nous y placerons une histoire chronologique très-détaillée de Bonaparte, et présentant tous les faits qui lui sont personnels, sans aucune observation critique. On pourra ainsi faire concorder les faits avec ses lettres, ses messages et ses discours1 . Footnote 1: (return) Nous espérons aussi placer dans ce premier volume un discours que Bonaparte envoya fort jeune pour concourir à un prix proposé par l'Académie de Besançon. On nous a donné l'assurance de nous le faire connaître. Ce retard nous a forcé à différer la publication du tome premier. Ce Recueil pourra être placé à côté des Commentaires de César, et des oeuvres de plusieurs illustres souverains. Il rappellera aux militaires les ordres qui ont dicté la victoire; à beaucoup d'autres personnes, les lettres qui leur ont envoyé des faveurs et qui les ont élevées à un rang dont elles jouissent aujourd'hui. Sans doute sa carrière si brillante a été ternie par des actions blâmables; mais que ceux qui seront les moins indulgens se rappellent cette captivité si longue supportée avec dignité, et cette mort reçue avec calme au milieu de la solitude de l'Océan; cette mort de celui dont tous les rois et leurs cours devaient porter le deuil; qu'ils se rappellent ces paroles du souverain qui fera plus par sa sagesse et par le temps pour le bonheur de la France, que Napoléon ne fit par sa rapidité et par ses armes, qui eut réellement le plus à s'en plaindre, et qui, parlant au fils adoptif de Bonaparte, lui dit: J'ai souvent admiré celui que vous aimez. OEUVRES DE NAPOLÉON BONAPARTE LETTRE DE M. BUONAPARTE A M. MATTEO BUTTAFOCO,
  3. 3. DÉPUTÉ DE LA CORSE A L'ASSEMBLÉE NATIONALE. MONSIEUR, Depuis Bonifacio au cap Corse, depuis Ajaccio à Bastia, ce n'est qu'un chorus d'imprécations contre vous. Vos amis se cachent, vos parens vous désavouent, et le sage même, qui ne se laisse jamais maîtriser par l'opinion populaire, est entraîné cette fois par l'effervescence générale. Qu'avez-vous donc fait? Quels sont donc les délits qui puissent justifier une indignation si universelle, un abandon si complet? C'est, monsieur, ce que je me plais à rechercher, en m'éclairant avec vous. L'histoire de votre vie, depuis au moins que vous vous êtes lancé sur le théâtre des affaires, est connue. Ses principaux traits en sont tracés ici en lettres de sang. Cependant, il est des détails plus ignorés: je pourrais alors me tromper; mais je compte sur votre indulgence et espère dans vos renseignemens. Entré au service de France, vous revîntes voir vos parens: vous trouvâtes les tyrans battus, le gouvernement national établi, et les Corses, maîtrisés par les grands sentimens, concourir à l'envi, par des sacrifices journaliers, à la prospérité de la chose publique. Vous ne vous laissâtes pas séduire par la fermentation générale: bien loin de là, vous ne vîtes qu'avec pitié ce bavardage de patrie, de liberté, d'indépendance, de constitution, dont l'on avait boursouflé jusqu'à nos derniers paysans. Une profonde méditation vous avait dès lors appris à apprécier ces sentimens factices, qui ne se soutiennent qu'au détriment commun. Dans le fait, le paysan doit travailler, et non pas faire le héros, si l'on veut qu'il ne meure pas de faim, qu'il élève sa famille, qu'il respecte l'autorité. Quant aux personnes appelées par leur rang et leur fortune au commandement, il n'est pas possible qu'elles soient long-temps dupes, pour sacrifier à une chimère leurs commodités, leur considération; et qu'elles s'abaissent à courtoiser un savetier, pour finale de faire les Brutus. Cependant, comme il entrait dans vos projets de vous captiver M. Paoli, vous dûtes dissimuler: M. Paoli était le centre de tous les mouvemens du corps politique. Nous ne lui refuserons pas du talent, même un certain génie: il avait en peu de temps mis les affaires de l'île dans un bon système: il avait fondé une université où, la première fois peut-être depuis la création, l'on enseignait dans nos montagnes les sciences utiles au développement de notre raison. Il avait établi une fonderie, des moulins à poudre, des fortifications qui augmentaient les moyens de défense: il avait ouvert des ports qui, encourageant le commerce, perfectionnaient l'agriculture: il avait créé une marine qui protégeait nos communications, en nuisant extrêmement aux ennemis. Tous ces établissemens, dans leur naissance, n'étaient que le présage de ce qu'il eût fait un jour. L'union, la paix, la liberté étaient les avant-coureurs de la prospérité nationale, si toutefois un gouvernement mal organisé, fondé sur de fausses bases, n'eût été un préjugé encore plus certain des malheurs, de l'anéantissement total où tout serait tombé. M. Paoli avait rêvé de faire le Solon; mais il avait mal copié son original: il avait tout mis entre les mains du peuple ou de ses représentans, de sorte qu'on ne pouvait exister qu'en lui plaisant. Étrange erreur! qui soumet à un brutal, à un mercenaire, l'homme qui, par son éducation, l'illustration de sa naissance, sa fortune, est seul fait pour gouverner. À la longue, un bouleversement de raison si palpable ne peut manquer d'entraîner la ruine et la dissolution du corps politique, après l'avoir tourmenté par tous les genres de maux.
  4. 4. Vous réussîtes à souhait. M. Paoli, sans cesse entouré d'enthousiastes ou de têtes exaltées, ne s'imagine pas que l'on pût avoir une autre passion que le fanatisme de la liberté et de l'indépendance. Vous trouvant de certaines connaissances de la France, il ne daigna pas observer de plus près que vos paroles, les principes de votre morale: il vous fit nommer pour traiter à Versailles de l'accommodement qui s'entamait sous la médiation de ce cabinet. M. de Choiseul vous vit et vous connut: les âmes d'une certaine trempe sont d'abord appréciées. Bientôt, au lieu du représentant d'un peuple libre, vous vous transformâtes en commis d'un satrape: vous lui communiquâtes les instructions, les projets, les secrets du cabinet de Corse. Cette conduite, qu'ici l'on trouve basse et atroce, me paraît à moi toute simple; mais c'est qu'en toute espèce d'affaire, il s'agit de s'entendre et de raisonner avec flegme. La prude juge la coquette et en est persiflée; c'est en peu de mots votre histoire. L'homme à principes vous juge au pire; mais vous ne croyez pas à l'homme à principes. Le vulgaire, toujours séduit par de vertueux démagogues, ne peut être apprécié par vous, qui ne croyez pas à la vertu. Il n'est permis de vous condamner que par vos principes, comme un criminel par les lois; mais ceux qui en connaissent le raffinement, ne trouvent dans votre conduite rien que de très-simple. Cela revient donc à ce que nous avons dit, que, dans toute espèce d'affaires, il faut d'abord s'entendre, et puis raisonner avec flegme. Vous avez d'ailleurs par devers vous une sous-défense non moins victorieuse, cas vous n'aspirez pas à la réputation de Caton ou de Catinat: il vous suffit d'être comme un certain monde; et, dans ce certain monde, il est convenu que celui qui peut avoir de l'argent sans, en profiter est un nigaud; car l'argent procure tous les plaisirs des sens, et les plaisirs des sens sont les seuls. Or, M. de Choiseul, qui était très libéral, ne vous permettait pas de lui résister, lorsque surtout votre ridicule patrie vous payait de vos services, selon sa plaisante coutume, de l'honneur de la servir. Le traité de Compiègne conclu, M. de Chauvelin et vingt-quatre bataillons débarquèrent sur nos bords. M. de Choiseul, à qui la célérité de l'expédition importait majeurement, avait des inquiétudes que, dans ses épanchemens, il ne pouvait vous dissimuler. Vous lui suggérâtes de vous y envoyer avec quelques millions. Comme Philippe prenait les villes avec sa mule, vous lui promîtes de tout soumettre sans obstacle... Aussitôt dit, aussitôt fait, et vous voici repassant la mer, jetant le masque, l'or et le brevet à la main, entamant des négociations avec ceux que vous jugeâtes les plus faciles. N'imaginant pas qu'un Corse pût se préférer à la patrie, le cabinet de Corse vous avait chargé de ses intérêts. N'imaginant pas, de votre côté, qu'un homme pût ne pas préférer l'argent et soi à la patrie, vous vous vendîtes, et espérâtes les acheter tous. Moraliste profond, vous saviez ce que le fanatisme d'un chacun valait; quelques livres d'or de plus ou de moins nuançant à vos yeux la disparité des caractères. Vous vous trompâtes cependant: le faible fut bien ébranlé, mais fut épouvanté par l'horrible idée de déchirer le sein de la patrie. Il s'imagina voir le père, le frère, l'ami, qui périt en la défendant, lever la tête de la tombe sépulcrale, pour l'accabler de malédictions. Ces ridicules préjugés furent assez puissans pour vous arrêter dans votre course: vous gémîtes d'avoir à faire à un peuple enfant. Mais, monsieur, ce raffinement de sentiment n'est pas donné à la multitude; aussi vit-elle dans la pauvreté et la misère; au lieu que l'homme bien appris, pour
  5. 5. peu que les circonstances le favorisent, sait bien vite s'élever. C'est à peu près la morale de votre histoire. En rendant compte des obstacles qui s'opposaient à la réalisation de vos promesses, vous proposâtes de faire venir le régiment Royal-Corse. Vous espériez que son exemple désabuserait nos trop simples et trop bons paysans; les accoutumerait à une chose où ils trouvaient tant de répugnance: vous fûtes encore trompé dans cette espérance. Les Rossi, Marengo, et quelques autres fous, ne vont-ils pas enthousiasmer ce régiment, au point que les officiers unis protestent, par un acte authentique, de renvoyer leurs brevets, plutôt que de violer leurs sermens, ou des devoirs plus sacrés encore? Vous vous trouvâtes réduit à votre seul exemple. Sans vous déconcerter, à la tête de quelques amis et d'un détachement français, vous vous jetâtes dans Vescovato; mais le terrible Clémente 2 vous en dénicha. Vous vous repliâtes sur Bastia avec vos compagnons d'aventure et leur famille. Cette petite affaire vous fit peu d'honneur: votre maison et celle de vos associés furent brûlées. En lieu de sûreté, vous vous moquâtes de ces efforts impuissans. Footnote 2: (return) Clément Paoli, frère aîné du général Paoli, bon guerrier, excellent citoyen, vrai philosophe. Au commencement d'une action, il ne pouvait jamais se résoudre à se battre personnellement: il donnait ses ordres avec ce sang-froid qui caractérise le capitaine. Mais dès qu'il avait vu tomber quelqu'un des siens, il saisissait ses armes, avec cette convulsion d'un homme indigné, en faisait usage, en s'écriant: «hommes injustes! pourquoi franchissez-vous les barrières de la nature? pourquoi faut-il que vous soyez les ennemis de la patrie?» Austère dans ses moeurs, simple dans sa vie privée, il a toujours vécu retiré. Ce n'était que dans les grands besoins qu'il venait aussi donner son avis, dont on s'écartait rarement. L'on veut ici vous imputer à défi, d'avoir voulu armer Royal-Corse contre ses frères. L'on veut également entacher votre courage, du peu de résistance de Vescovato. Ces accusations sont très-peu fondées; car la première est une conséquence immédiate, c'est un moyen d'exécution de vos projets; et comme nous avons prouvé que votre conduite était toute simple, il s'ensuit que cette inculpation incidente est détruite. Quant au défaut de courage, je ne vois pas que l'action de Vescovato puisse l'arrêter: vous n'allâtes pas là pour faire sérieusement la guerre, mais pour encourager, par votre exemple, ceux qui vacillaient dans le parti opposé. Et puis, quel droit a-t-on d'exiger que vous eussiez risqué le fruit de deux ans de bonne conduite, pour vous faire tuer comme un soldat! Mais vous deviez être ému, de voir votre maison et celles de vos amis en proie aux flammes... Bon Dieu! quand sera-ce que les gens bornés cesseront de vouloir tout apprécier? Laissant brûler votre maison, vous mettiez M. de Choiseul dans la nécessité de vous indemniser. L'expérience a prouvé la justesse de vos calculs: on vous remit bien au-delà de l'évalué des pertes. Il est vrai que l'on se plaint que vous gardâtes tout pour vous, ne donnant qu'une bagatelle aux misérables que vous aviez séduits. Pour justifier si vous l'avez dû faire, il ne s'agit que de savoir si vous l'avez pu faire avec sûreté. Or, de pauvres gens, qui avaient si besoin de votre protection, n'étaient ni dans le cas de réclamer, ni même dans celui de connaître bien clairement le tort qu'on leur faisait. Ils ne pouvaient pas faire les mécontens, et se révolter contre votre autorité: en horreur à leurs compatriotes, leur retour n'eût pas été plus sincère. Il est donc bien naturel qu'ayant ainsi trouvé quelques milliers d'écus, vous ne les ayez pas laissé échapper: c'eût été une duperie. Les Français, battus malgré leur or, leurs brevets, la discipline de leurs nombreux bataillons, la légèreté de leurs escadrons, l'adresse de leurs artilleurs; défaits à la Penta, à Vescovato, à Loretto, à San-Nicolao, à Borgo, à Barbaggio, à Oletta, se retranchèrent excessivement
  6. 6. découragés. L'hiver, le moment de leur repos, fut pour vous, monsieur, celui du plus grand travail; et si vous ne pûtes triompher de l'obstination des préjugés profondément enracinés dans l'esprit du peuple, vous parvîntes à en séduire quelques chefs, auxquels vous réussîtes, quoique avec peine, à inculquer les bons sentimens; ce qui, joint aux trente bataillons qu'au printemps suivant M. de Vaux conduisît avec lui, soumit la Corse au joug, obligea Paoli et les plus fanatiques à la retraite. Une partie des patriotes étaient morts en défendant leur indépendance; l'autre avait fui une terre proscrite, désormais hideux nid des tyrans. Mais un grand nombre n'avaient dû ni mourir ni fuir: ils furent l'objet des persécutions. Des âmes que l'on n'avait pu corrompre étaient d'une autre trempe: l'on ne pouvait asseoir l'empire français que sur leur anéantissement absolu. Hélas! ce plan ne fut que trop ponctuellement exécuté. Les uns périrent victimes des crimes qu'on leur supposa; les autres, trahis par l'hospitalité, par la confiance, expièrent sur l'échafaud les soupirs, les larmes surprises à leur dissimulation; un grand nombre, entassés par Narbonne-Fridzelar dans la tour de Toulon; empoisonnés par les alimens, tourmentés par leurs chaînes; accablés par les plus indignes traitemens; ils ne vécurent quelque temps dans leurs soupirs, que pour voir la mort s'avancer à pas lents... Dieu, témoin de leur innocence, comment ne te rendis-tu pas leur vengeur! Au milieu de ce désastre général, au sein des cris et des gémissemens de cet infortuné peuple, vous, cependant, commençâtes à jouir du fruit de vos peines: honneurs, dignités, pensions, tout vous fut prodigué. Vos prospérités se seraient encore plus rapidement accrues, lorsque la Dubarri culbuta M. de Choiseul, vous priva d'un protecteur, d'un appréciateur de vos services. Ce coup ne vous découragea pas: vous vous tournâtes du côté des bureaux; vous sentîtes seulement la nécessité d'être plus assidu. Ils en furent flattés: vos services étaient si notoires! Tout vous fut accordé. Non content de l'étang de Biguglia, vous demandâtes une partie des terres de plusieurs communautés. Pourquoi les en vouliez-vous dépouiller, dit-on? Je demande, à mon tour, quels égards deviez-vous avoir pour une nation que vous saviez vous détester? Votre projet favori était de partager l'île entre dix barons. Comment! non content d'avoir aidé à forger les chaînes où votre patrie était retenue, vous vouliez encore l'asujétir à l'absurde régime féodal! Mais je vous loue d'avoir fait aux Corses le plus de mal que vous pouviez: vous étiez dans un état de guerre avec eux; et, dans l'état de guerre, faire le mal pour son profit est un axiôme. Mais passons sur toutes ces misères-là: arrivons au moment actuel, et finissons une lettre qui, par son épouvantable longueur, ne peut manquer de vous fatiguer. L'état des affaires de France présageait des événemens extraordinaires. Vous en craignîtes le contre-coup en Corse. Le même délire dont nous étions possédés avant la guerre, à votre grand scandale, commença à ématir cet aimable peuple. Vous en comprîtes les conséquences; car, si les grands sentimens maîtrisaient l'opinion, vous ne deveniez plus qu'un traître, au lieu d'un homme de bon sens. Pis encore; si les grands sentimens revenaient à agiter le sang de nos chauds compatriotes; si jamais un gouvernement national s'ensuivait; que deveniez-vous? Votre conscience alors commença à vous épouvanter: inquiet, affligé, vous ne vous y abandonnâtes pas; vous résolûtes de jouer le tout pour le tout, mais vous le fîtes en homme de tête. Vous vous mariâtes, pour accroître vos appuis. Un honnête homme qui avait, sur votre parole, donné sa soeur à votre neveu, se trouva abusé. Votre neveu, dont vous aviez englouti le patrimoine pour accroître un héritage qui devait être le sien, s'est trouvé réduit dans la misère avec une nombreuse famille.
  7. 7. Vos affaires domestiques arrangées, vous jetâtes un coup d'oeil sur le pays: vous le vîtes fumant du sang de ses martyrs, jonché de victimes multipliées, n'inspirer à tous pas, que des idées de vengeance. Mais vous y vîtes l'atroce militaire, l'impertinent robin, l'avide publicain, y régner sans contradictions, et le Corse accablé sous ses triples chaînes, n'oser ni penser à ce qu'il fut, ni réfléchir sur ce qu'il pouvait être encore. Vous vous dîtes, dans la joie de votre coeur: les choses vont bien, il ne s'agit que de les maintenir; et aussitôt vous vous liguâtes avec le militaire, le robin et le publicain. Il ne fut plus question que de s'occuper à avoir des députés qui fussent animés par ces sentimens; car pour vous, vous ne pouviez pas soupçonner qu'une nation, votre ennemie, vous choisît pour la représenter. Mais vous dûtes changer d'opinion, lorsque les lettres de convocation, par une absurdité peut-être faite à dessein, déterminèrent que le député de la noblesse serait nommé dans une assemblée composée seulement de vingt-deux personnes: il ne s'agissait que d'obtenir douze suffrages, Vos co- associés du conseil supérieur travaillèrent avec activité: menaces, promesses, caresses, argent, tout fut mis en jeu: vous réussîtes. Les vôtres ne furent pas si heureux dans les communes: le premier président échoua; et deux hommes exaltés dans leurs idées, l'un fils, frère, neveu des plus zélés défenseurs de la cause commune; l'autre avait vu Sionville et Narbonne; en gémissant sur son impuissance, son esprit était plein des horreurs qu'il avait vu commettre: ces deux hommes furent proclamés, et rencontrèrent le voeu de la nation, dont ils devinrent l'espoir. Le dépit secret, la rage que votre nomination fit dévorer à tous, fait l'éloge de vos manoeuvres et du crédit de votre ligue. Arrivé Versailles, vous fûtes zélé royaliste: arrivé à Paris, vous dûtes voir avec un sensible chagrin que le gouvernement que l'on voulait organiser sur tant de débris, était le même que celui que l'on avait chez nous noyé dans tant de sang. Les efforts des méchans furent impuissans: la nouvelle constitution, admirée de l'Europe, et devenue la sollicitude de tout être pensant; il ne vous resta plus qu'une ressource; ce fut de faire croire que cette constitution ne convenait pas à notre île, quand elle était exactement la même que celle qui opéra de si bons effets, et qu'il fallut tant de sang pour nous l'arracher. Tous les délégués de l'ancienne administration, qui entraient naturellement dans votre cabale, vous servirent avec toute la chaleur de l'intérêt personnel: l'on dressa des mémoires où l'on prétendit prouver l'avantage dont était pour nous le gouvernement actuel, et où l'on établissait que tout changement contrarierait le voeu de la nation. Dans ce même temps, la ville d'Ajaccio eut indice de ce qui se tramait: elle leva le front, forma sa garde nationale, organisa son comité. Cet incident inattendu vous alarma: la fermentation se communiquait partout. Vous persuadâtes aux ministres, sur qui vous aviez pris de l'ascendant pour les affaires de Corse, qu'il était éminent d'y envoyer votre beau-père, M. Gaffory, avec un commandement; et voici M. Gaffory, digne précurseur de M. Narbonne, qui prétend, à la tête de ses troupes, maintenir par la force, la tyrannie que feu son père, de glorieuse mémoire, avait combattue et confondue par son génie. Des bévues sans nombre ne permirent pas de dissimuler la médiocrité des talens de votre beau-père: il n'avait que l'art de se faire des ennemis. L'on se ralliait de tous côtés contre lui. Dans ce pressant danger, vous levâtes vos regards, et vîtes Narbonne! Narbonne, mettant à profit un moment de faveur, avait projeté de fixer dans une île qu'il avait dévastée par des cruautés inouies, le despotisme qui le rongeait. Vous vous concertâtes: le projet est arrêté; cinq mille hommes ont reçu les ordres; les brevets pour accroître d'un bataillon le régiment provincial, sont expédiés; Narbonne est parti. Cette pauvre nation, sans armes, sans courage, est livrée, sans espoir et sans ressource, aux mains de celui qui en fut le bourreau.
  8. 8. O infortunés compatriotes! de quelle trame odieuse alliez-vous être victimes? Vous vous en seriez aperçu, lorsqu'il n'eût plus été temps. Quel moyen de résister, sans armes, à dix mille hommes? Vous eussiez vous-mêmes signé l'acte de votre avilissement: l'espoir se serait enfui, l'espérance éteinte; et des jours de malheur se seraient succédés sans interruption. La France libre vous eût regardée avec mépris; l'Italie affligée, avec indignation; et l'Europe étonnée de ce degré sans exemple d'avilissement, eût effacé de ses annales, les traits qui font honneur à votre vertu. Mais vos députés des communes pénétrèrent le projet, et vous avertirent à temps. Un roi qui ne désira jamais que le bonheur de ses compatriotes, éclairé par M. Lafayette, ce constant ami de la liberté, sut dissiper les intrigues d'un ministre perfide, que la vengeance inspira toujours à vous nuire. Ajaccio montra de la résolution dans son adresse, où était peint, avec tant d'énergie, l'état misérable auquel vous avait réduit le plus oppressif des gouvernemens. Bastia, engourdie jusqu'alors, se réveilla au bruit du danger, et prit les armes avec cette résolution qui l'a toujours distinguée. Arena vint de Paris en Balagne, plein de ces sentimens qui portent à tout entreprendre, à n'estimer aucun danger. Les armes d'une main, les décrets de l'assemblée nationale de l'autre, il fit pâlir les ennemis publics. Achille Meurati, le conquérant de Caprara, qui porta la désolation jusque dans Gênes, à qui il ne manqua, pour être un Turenne, que des circonstances et un théâtre plus vaste, fit ressouvenir aux compagnons de sa gloire, qu'il était temps d'en acquérir encore; que la patrie en danger avait besoin, non d'intrigues où il ne s'entendit jamais, mais du fer et du feu. Au bruit d'une secousse si générale, Gaffory rentra dans le néant, d'où, mal à propos, l'intrigue l'avait fait sortir: il trembla dans la forteresse de Corte. Narbonne, de Lyon, courut ensevelir dans Rome, sa honte et ses projets infernaux. Peu de jours après, la Corse est intégrée à la France, Paoli rappelé, et dans un instant la perspective change, et vous offre une carrière que vous n'eussiez jamais osé espérer. Pardonnez, monsieur, pardonnez: j'ai pris la plume pour vous défendre; mais mon coeur s'est violemment révolté contre un système si suivi de trahison et d'horreur. Eh quoi! fils de cette même patrie, ne sentîtes-vous jamais rien pour elle? Eh quoi! votre coeur fut-il donc sans mouvement à la vue des rochers, des arbres, des maisons, des sites, théâtres des jeux de votre enfance? Arrivé au monde, elle vous porta sur son sein, elle vous nourrit de ses fruits: arrivé à l'âge de raison, elle mit en vous son espoir; elle vous honora de sa confiance, elle vous dit: «Mon fils, vous voyez l'état de misère où m'a réduite l'injustice des hommes: concentrée dans ma chaleur, je reprends des forces qui me promettent un prompt et infaillible rétablissement: mais l'on me menace encore? Volez, mon fils, volez à Versailles, éclairez le grand roi, dissipez ses soupçons, demandez-lui son amitié.» Hé bien! un peu d'or vous fit trahir sa confiance; et bientôt, pour un peu d'or, l'on vous vit, le fer parricide à la main, entre-déchirer ses entrailles. Ah! monsieur, je suis loin de vous désirer du mal; mais craignez...; il est des remords vengeurs! Vos compatriotes, à qui vous êtes en horreur, éclaireront la France. Les biens, les pensions, fruit de vos trahisons, vous seront ôtés. Dans la décrépitude de la vieillesse et de la misère, dans l'affreuse solitude du crime, vous vivrez assez longtemps pour être tourmenté par votre conscience. Le père vous montrera à son fils, le précepteur à son élève, en leur disant: «Jeunes gens, apprenez à respecter la patrie, la vertu, la foi, l'humanité.» Et vous, de qui l'on prostitua la jeunesse, les grâces et l'innocence, votre coeur pur et chaste palpite donc sous une main criminelle? femme respectable et infortunée! Dans ces momens que la nature commande à l'amour, lorsqu'arrachés aux chimères de la vie, des plaisirs sans mélange se succèdent rapidement; lorsque l'âme, agrandie par le feu du sentiment, ne jouit que de faire jouir, ne sent que de faire sentir; vous pressez contre votre coeur, vous vous
  9. 9. identifiez à l'homme froid, à l'égoïste qui ne se démentit jamais, et qui, dans le cours de soixante ans, ne connut que les calculs de son intérêt, l'instinct de la destruction, l'avidité la plus infâme, les plaisirs, les vils plaisirs des sens! Bientôt la cohue des honneurs, les lambris de l'opulence, vont disparaître; le mépris des hommes vous accablera. Chercherez-vous dans le sein de celui qui en est l'auteur, une consolation indispensable à votre âme douce et aimante? Chercherez-vous sur ses yeux, des larmes pour mélanger aux vôtres? Votre main défaillante, placée sur son sein, cherchera-t-elle à se retracer l'agitation du vôtre? Hélas! si vous lui surprenez des larmes, ce seront celles du remords: si son sein s'agite, ce sera des convulsions du méchant qui meurt en abhorrant la nature, lui et la main qui le guide. 0 Lameth! ô Robespierre! ô Peithyon! ô Volney! ô Mirabeau! ô Barnave! ô Bailly! ô Lafayette! voilà l'homme qui ose s'asseoir à côté de vous! tout dégouttant du sang de ses frères, souillé par des crimes de toute espèce, il se présente avec confiance sous une veste de général, inique récompense de ses forfaits! il ose se dire représentant de la nation, lui qui la vendit, et vous le souffrez! il ose lever les yeux, prêter les oreilles à vos discours, et vous le souffrez! Si c'est la voix du peuple, il n'eut jamais que celle de douze nobles; si c'est la voix du peuple, Ajaccio, Bastia, et la plupart des cantons ont fait à son effigie, ce qu'ils eussent voulu faire à sa personne. Mais vous, que l'erreur du moment, peut-être les abus de l'instant, portent à vous opposer aux nouveaux changemens; pourrez-vous souffrir un traître? celui qui, sous l'extérieur froid d'un homme sensé, renferme, cache une avidité de valet? je ne saurais l'imaginer. Vous serez les premiers à le chasser ignominieusement, dès que l'on vous aura instruits du tissu d'horreurs dont il a été l'artisan. J'ai l'honneur, etc. BUONAPARTE. De mon cabinet de Millelli, le 23 janvier, l'an II. TRADUCTION De la lettre du Président du Club patriotique d'Ajaccio. MONSIEUR, Le club patriotique ayant pris connaissance de l'écrit où vous dévoilez avec autant de finesse que de force et de vérité, les menées obscures de l'infâme Buttafoco3 , en a voté l'impression. Il m'a chargé, par une délibération dont je vous envoie copie, de vous prier d'y donner votre assentiment: il juge l'impression de cet écrit utile au bien public. C'est une raison qui ne vous permet point d'excuse. Je suis, etc. MASSÉRIA, Président du club patriotique.
  10. 10. Footnote 3: (return) Le club patriotique, profondément indigné de la conduite criminelle et scandaleuse, de l'impudence sans exemple, de la calomnie la plus atroce, que ce député de la défunte noblesse a osé afficher, même dans la tribune de l'Assemblée nationale; considérant que journellement, dans des brochures, il ne cesse de déchirer son pays et tout ce qu'il a de plus précieux; a arrêté, que désormais il ne serait plus appelé que l'infâme Buttafoco. (Extrait des procès-verbaux des séances de la Société patriotique.) LE SOUPER DE BEAUCAIRE Je me trouvais à Beaucaire le dernier jour de la foire; le hasard me fit avoir pour convives à souper, deux négocians marseillais, un Nimois et un fabricant de Mont-Sellier. Après plusieurs momens employés à nous reconnaître, l'on sut que je venais d'Avignon, et que j'étais militaire. Les esprits de mes convives, qui avaient été toute la semaine fixés sur le cours du négoce qui accroît les fortunes, l'étaient dans ce moment sur l'issue des événemens présens, d'où en dépend la conservation; ils cherchaient à connaître mon opinion, pour, en la comparant à la leur, pouvoir se rectifier et acquérir des probabilités sur l'avenir, qui nous affectait différemment; les Marseillais surtout paraissaient être moins pétulans: l'évacuation d'Avignon leur avait appris à douter de tout; il ne leur restait qu'une grande sollicitude sur leur sort: la confiance nous eut bientôt rendu babillards, et nous commençâmes un entretien à peu près en ces termes. LE NIMOIS. L'armée de Cartaux est-elle forte? L'on dit qu'elle a perdu bien du monde à l'attaque; mais s'il est vrai qu'elle ait été repoussée, pourquoi les Marseillais ont-ils évacué Avignon? LE MILITAIRE. L'armée était forte de 4,000 hommes lorsqu'elle a attaqué Avignon, elle est aujourd'hui à 6,000 hommes, elle sera avant quatre jours à 10,000 hommes; elle a perdu cinq hommes et quatre blessés; elle n'a point été repoussée, puisqu'elle n'a fait aucune attaque en forme: elle a voltigé autour de la place, a cherché à forcer les portes, en y attachant des pétards; elle a tiré quelques coups de canon pour essayer la contenance de la garnison; elle a dû ensuite se retirer dans son camp pour combiner son attaque pour la nuit suivante. Les Marseillais étaient 3,600 hommes; ils avaient une artillerie plus nombreuse et de plus fort calibre, et cependant ils ont été contraints à repasser la Durance; cela vous étonne beaucoup: mais c'est qu'il n'appartient qu'à de vieilles troupes de résister aux incertitudes d'un siège; nous étions maîtres du Rhône, de Villeneuve et de la campagne, nous eussions intercepté toutes leurs communications. Ils ont dû évacuer la ville; la cavalerie les a poursuivis dans leur retraite; ils ont eu beaucoup de prisonniers et ont perdu deux pièces de canon. LE MARSEILLAIS. Ce n'est pas là la relation que l'on nous a donnée; je ne veux pas vous le contester, puisque vous étiez présent; mais avouez que cela ne vous conduira à rien: notre armée est à Aix, trois
  11. 11. bons généraux sont venus remplacer les premiers; on lève à Marseille de nouveaux bataillons, nous avons un nouveau train d'artillerie, plusieurs pièces de 24; sous peu de jours nous serons dans le cas de reprendre Avignon, ou du moins nous resterons maîtres de la Durance. LE MILITAIRE. Voilà ce que l'on vous dit pour vous entraîner dans le précipice qui s'approfondit à chaque instant, et qui peut-être engloutira la plus belle ville de la France, celle qui a le plus mérité des patriotes; mais l'on vous a dit aussi que vous traverseriez la France, que vous donneriez le ton à la république, et vos premiers pas ont été des échecs; l'on vous a dit qu'Avignon pouvait résister long-temps à 20,000 hommes, et une seule colonne de l'armée, sans artillerie de siège, dans vingt-quatre heures, en a été maîtresse; l'on vous a dit que le Midi était levé, et vous vous êtes trouvés seuls; l'on vous a dit que la cavalerie nimoise allait écraser les Allobroges, et ceux-ci étaient déjà au Saint-Esprit et à Villeneuve; l'on vous a dit que 4,000 Lyonnais étaient en marche pour vous secourir, et les Lyonnais négociaient leur accommodement; reconnaissez donc que l'on vous trompe, concevez l'impéritie de vos meneurs, et méfiez-vous de leurs calculs; le plus dangereux conseiller, c'est l'amour-propre: vous êtes naturellement vifs, l'on vous conduit à votre perte par le même moyeu qui a ruiné tant de peuples, en exaltant votre vanité, vous avez des richesses et une population considérables, l'on vous les exagère; vous avez rendu des services éclatans à la liberté, l'on vous les rappelle, sans faire attention que le génie de la république était avec vous alors, au lieu qu'il vous abandonne aujourd'hui; votre armée, dites-vous, est à Aix avec un grand train d'artillerie et de bons généraux; eh bien, quoi qu'elle fasse, je vous assure qu'elle sera battue; vous aviez 3,600 hommes, une bonne moitié s'est dispersée; Marseille et quelques réfugiés du département peuvent vous offrir 4,000 hommes: cela est beaucoup; vous aurez donc 5 à 6,000 hommes sans ensemble, sans unité, sans être aguerris; vous avez de bons généraux; je ne les connais pas; je ne puis donc leur contester leur habileté, mais ils seront absorbés par les détails, ne seront pas secondés par les subalternes, ils ne pourront rien faire qui soutienne la réputation qu'ils pourraient s'être acquise, car il leur faudrait deux mois pour organiser passablement leur armée, et dans quatre jours Carteaux sera au-delà de la Durance, et avec quels soldats! avec l'excellente troupe légère des Allobroges, le vieux régiment de Bourgogne, un bon régiment de cavalerie, le Brave bataillon de la Côte-d'Or, qui a vu cent fois la victoire le précéder dans les combats, et six ou sept autres corps, tous de vieilles milices, encouragés par leurs succès aux frontières, et sur votre armée; vous avez des pièces de 24, et de 18, et vous vous croyez inexpugnables, vous suivez l'opinion vulgaire; mais, les gens du métier vous diront, et une fatale expérience va vous le démontrer, que de bonnes pièces de 4 et de 8 font autant d'effet, pour la guerre de campagne, et sont préférables sous bien des points de vue aux gros calibres; vous avez des canonniers de nouvelle levée, et vos adversaires ont des artilleurs des régimens de ligne, qui sont, dans leur art, les maîtres de l'Europe. Que fera votre armée si elle se concentre à Aix? Elle est perdue: c'est un axiome dans l'art militaire, que celui qui reste dans ses retranchemens est battu: l'expérience et la théorie sont d'accord sur ce point, et les murailles d'Aix ne valent pas le plus mauvais retranchement de campagne, surtout si l'on fait attention à leur étendue, aux maisons qui les environnent extérieurement à la portée du pistolet. Soyez donc bien sûrs que ce parti, qui vous semble le meilleur, est le plus mauvais; comment pourrez-vous d'ailleurs approvisionner la ville en si peu de temps de tout ce qu'elle aurait besoin? Votre armée ira-t-elle à la rencontre des ennemis, mais elle est moins nombreuse, mais son artillerie est moins propre pour la campagne, elle serait rompue, dès lors défaite sans ressource, car la cavalerie l'empêchera de se rallier; attendez-vous donc à avoir la guerre dans le territoire de Marseille: un parti assez nombreux y tient pour la république; ce sera le moment de l'effort; la jonction se fera; et cette ville, le centre du commerce du Levant, l'entrepôt du midi de l'Europe,
  12. 12. est perdue. Souvenez-vous de l'exemple récent de Lisle4 , et des lois barbares de la guerre. Mais quel esprit de vertige s'est tout-à-coup emparé de votre peuple? quel aveuglement fatal le conduit à sa perte? comment peut-il prétendre résister à la république entière? Quand il obligerait cette armée à se replier sur Avignon, peut-il douter que sous peu de jours de nouveaux combattans ne viennent remplacer les premiers: la république, qui donne la loi à l'Europe, la recevra-t-elle de Marseille? Footnote 4: (return) Lisle, petite ville du département de Vaucluse, à 4 lieues à l'est Avignon, avant résisté à l'armée de Cartaux, fut emportée de force le 26 juillet 1793. Unis avec Bordeaux, Lyon, Montpellier, Nîmes, Grenoble, le Jura, l'Eure, le Calvados, vous avez entrepris une révolution, vous aviez une probabilité de succès, vos instigateurs pouvaient être mal intentionnés, mais vous aviez une masse imposante de forces; au contraire, aujourd'hui que Lyon, Nîmes, Montpellier, Bordeaux, le Jura, l'Eure, Grenoble, Caen, ont reçu la constitution, aujourd'hui qu'Avignon, Tarascon, Arles ont plié, avouez qu'il y a dans votre opiniâtreté de la folie; c'est que vous êtes influencés par des personnes, qui n'ayant plus rien à ménager, vous entraînent dans leur ruine. Votre armée sera composée de tout ce qu'il y aura de plus aisés, des riches de votre ville, car les sans-culottes pourraient trop facilement tourner contre vous. Vous allez donc compromettre l'élite de votre jeunesse accoutumée à tenir la balance commerciale de la Méditerranée, et à vous enrichir par leur économie et leurs spéculations, contre de vieux soldats, cent fois teints du sang du furibond aristocrate ou du féroce Prussien. Laissez les pays pauvres se battre jusqu'à la dernière extrémité: l'habitant du Vivarais, des Cévènes, de la Corse, s'expose sans crainte à l'issue d'un combat: s'il gagne, il a rempli son but; s'il perd, il se trouve comme auparavant dans le cas de faire la paix et dans la même position... Mais vous!!... perdez une bataille, et le fruit de mille ans de fatigues, de peines, d'économies, de bonheur, devient la proie du soldat. Voilà cependant les risques que l'on vous fait courir avec autant d'inconsidération. LE MARSEILLAIS. Vous allez vite et vous m'effrayez; je conviens avec vous que la circonstance est critique, peut-être vraiment ne songe-t-on pas assez à la position où nous nous trouvons; mais avouez que nous avons encore des ressources immenses à vous opposer. Vous m'avez persuadé que nous ne pourrions pas résister à Aix, votre observation du défaut de subsistance pour un siège de longue durée, est peut-être sans réplique; mais pensez vous que toute la Provence peut voir long-temps de sang-froid, le blocus d'Aix; elle se lèvera spontanément, et votre armée, cernée de tout côté, se trouvera heureuse de repasser la Durance. LE MILITAIRE. Que c'est mal connaître l'esprit des hommes et celui du moment; partout il y a deux partis; dès le moment que vous serez assiégés, le parti sectionnaire aura le dessous dans toutes les campagnes; l'exemple de Tarascon, d'Orgon, d'Arles, doit vous en convaincre: vingt dragons ont suffi pour rétablir les anciens administrateurs et mettre les autres en déroute.
  13. 13. Désormais, tout grand mouvement en votre faveur est impossible dans votre département, il pouvait avoir lieu lorsque l'armée était au-delà de la Durance et que vous étiez entiers; à Toulon, les esprits sont très-divisés, et les sectionnaires n'y ont pas la même supériorité qu'à Marseille, il faut donc qu'ils restent dans leur ville, pour contenir leurs adversaires... Quant au département des Basses-Alpes, vous savez que presque la totalité a accepté la constitution. LE MARSEILLAIS. Nous attaquerons Carteaux dans nos montagnes où sa cavalerie ne lui sera d'aucun secours. LE MILITAIRE. Comme si une armée qui protège une ville était maîtresse du point d'attaque; d'ailleurs il est faux qu'il existe des montagnes assez difficiles auprès de Marseille pour rendre nul l'effet de la cavalerie; seulement, vos oliviers sont assez rapides pour rendre plus embarrassant le service de l'artillerie et donner un grand avantage à vos ennemis. Car, c'est dans les pays coupés, que par la vivacité des mouvemens, l'exactitude du service et la justesse de l'élévation des distances, que le bon artilleur a de la supériorité. LE MARSEILLAIS. Vous nous croyez donc sans ressources: serait-il possible qu'il fût dans la destinée de cette ville qui résista aux Romains, conserva une partie de ses lois sous les despotes qui les ont suivis, qu'elle devînt la proie de quelques brigands? Quoi! l'Allobroge chargé des dépouilles de Lisle, ferait la loi dans Marseille! quoi! Dubois de Crancé, Albitte, seraient sans contradicteurs! ces hommes altérés de sang, que les malheurs des circonstances ont placés au timon des affaires, seraient les maîtres absolus! Quelle triste perspective vous m'offrez. Nos propriétés, sous différens prétextes, seraient envahies; à chaque instant nous serions victimes d'une soldatesque que le pillage réunit sous les mêmes drapeaux. Nos meilleurs citoyens seraient emprisonnés et périraient par le crime. Le club relèverait sa tête monstrueuse pour exécuter ses projets infernaux! rien de pis que cette horrible idée; mieux vaut-il s'exposer à vaincre que d'être victime sans alternative. LE MILITAIRE. Voilà ce que c'est que la guerre civile, l'on se déchire, l'on s'abhorre, l'on se tue sans se connaître... Les Allobroges... Que croyez-vous que ce soit? des Africains, des habitans de la Sibérie: eh! point du tout, ce sont vos compatriotes, des Provençaux, des Dauphinois, des Savoyards: on les croit barbares parce que leur nom est étranger. Si l'on appelait votre phalange, la phalange phocéenne, l'on pourrait accréditer sur son compte toute espèce de fable. Il est vrai que vous m'avez rappelé un fait, c'est celui de Lisle, je ne le justifie pas, mais je l'explique. Les Lislois ont tué le trompette qu'on leur avait envoyé, ils ont résisté sans espérance de succès, ils ont été pris d'assaut, le soldat est entré au milieu du feu et des morts, il n'a plus été possible de le contenir, l'indignation a fait le reste. Ces soldats que vous appelez brigands, sont nos meilleures troupes et nos bataillons les plus disciplinés, leur réputation est au-dessus de la calomnie.
  14. 14. Dubois-Crancé et Albitte, constans amis du peuple, ils n'ont jamais dévié de la ligne droite.... Ils sont scélérats aux yeux des mauvais. Mais Condorcet, Brissot, Barbaroux aussi étaient scélérats lorsqu'ils étaient purs; l'apanage des bons, sera d'être toujours mal famés chez le méchant. Il vous semble qu'ils ne gardent aucune mesure avec vous; et au contraire, ils vous traitent en enfans égarés........ Pensez-vous que, s'ils eussent voulu, Marseille eût retiré les marchandises qu'elle avait à Beaucaire? ils pouvaient les séquestrer jusqu'à l'issue de la guerre? ils ne l'ont pas voulu faire, et, grâce à eux, vous pouvez retourner tranquillement chez vous. Vous appelez Carteaux un assassin: eh bien! sachez que ce général se donne les plus grandes sollicitudes pour l'ordre et la discipline, témoin sa conduite au Saint-Esprit et à Avignon: l'on n'a pas pris une épingle. Il a fait emprisonner un sergent qui s'était permis d'arrêter un Marseillais de votre armée qui était resté dans une maison, parce qu'il avait violé l'asile du citoyen sans un ordre exprès. L'on a puni des Avignonnais qui s'étaient permis de désigner une maison comme aristocrate. L'on instruit le procès d'un soldat accusé de vol..... Votre armée, au contraire, a tué, assassiné plus de trente personnes, a violé l'asile des familles, a rempli les prisons de citoyens, sous le prétexte vague qu'ils étaient des brigands. Ne vous effrayez point de l'armée, elle estime Marseille, parce qu'elle sait qu'aucune ville n'a tant fait de sacrifices à la chose publique; vous avez dix-huit mille hommes à la frontière et vous ne vous êtes point ménagés dans toutes les circonstances. Secouez le joug du petit nombre d'aristocrates qui vous conduisent, reprenez des principes plus sains, et vous n'aurez pas de plus vrais amis que le soldat. LE MARSEILLAIS. Ah! vos soldats ont bien dégénéré de l'armée de 1789; elle ne voulut pas, cette armée, prendre les armes contre la nation, les vôtres devaient imiter un si bel exemple, et ne pas tourner leurs armes contre leurs concitoyens. LE MILITAIRE. Avec ces principes, la Vendée aurait aujourd'hui planté le drapeau blanc sur les murs de la Bastille relevée, et le camp de Jalès dominerait à Marseille. LE MARSEILLAIS. La Vendée veut un roi, veut une contre-révolution; la guerre de la Vendée, du camp de Jalès est celle du fanatisme; la nôtre, au contraire, est celle des vrais républicains, amis des lois, de l'ordre, ennemis de l'anarchie et des scélérats. N'avons-nous pas le drapeau tricolore? Et quel intérêt aurions-nous à vouloir l'esclavage? LE MILITAIRE. Je sais bien que le peuple de Marseille est bien loin de celui de la Vendée, en fait de contre- révolution. Le peuple de la Vendée est robuste et sain, celui de Marseille est faible et malade, il a besoin de miel pour avaler la pilule; pour y établir la nouvelle doctrine, l'on a besoin de le tromper; mais depuis quatre ans de révolution, après tant de trames, de complots, de conspiration, toute la perversité humaine s'est développée sous différens aspects, les hommes ont perfectionné leur tact naturel; cela est si vrai, que, malgré la coalition départementale,
  15. 15. malgré l'habileté des chefs, le grand nombre des ressorts de tous les ennemis de la révolution, le peuple partout s'est réveillé au moment où on le croyait ensorcelé. Vous avez, dites-vous, le drapeau tricolore? Paoli aussi l'arbora en Corse pour avoir le temps de tromper le peuple, d'écraser les vrais amis de la liberté, pour pouvoir entraîner ses compatriotes dans ses projets ambitieux et criminels; il arbora le drapeau tricolore, et il fit tirer contre les bâtimens de la république, et il fit chasser nos troupes des forteresses, et il désarma celles qui y étaient, et il fit des rassemblemens pour chasser celles qui étaient dans l'île, et il pilla les magasins, en vendant à bas prix tout ce qu'il y avait, afin d'avoir de l'argent pour soutenir sa révolte, et il ravagea et confisqua les biens des familles les plus aisées, parce qu'elles étaient attachées à l'unité de la république, et il se fit nommer généralissime, et il déclara ennemis de la patrie, tous ceux qui resteraient dans nos armées: il avait fait précédemment échouer l'expédition de Sardaigne; et cependant, il avait l'impudeur de se dire l'ami de la France et bon républicain, et cependant, il trompa la convention qui rapporta son décret de destitution; il fit si bien enfin, que lorsqu'il a été démasqué, par ses propres lettres, trouvées à Calvi, il n'était plus temps, les flottes ennemies interceptaient toutes les communications. Ce n'est plus aux paroles qu'il faut s'en, tenir, il faut analyser les actions; et avouez qu'en appréciant les vôtres, il est facile de vous démontrer contre-révolutionnaires. Quel effet a produit dans la république le mouvement que vous avez fait? Vous l'avez conduite près de sa ruine; vous avez retardé les opérations de nos armées; je ne sais pas si vous êtes payés par l'Espagnol et l'Autrichien; mais certes, ils ne pouvaient pas désirer de plus fortes diversions: que feriez,-vous de plus, si vous l'étiez? Vos succès sont l'objet des sollicitudes de tous les aristocrates reconnus; vous avez placé à la tête de vos sections et de vos armées, des aristocrates avoués, un Latcurette, ci-devant colonel, un Soumise, ci-devant lieutenant-colonel du génie., qui ont abandonné leurs corps, au moment de la guerre, pour ne pas se battre pour la liberté des peuples. Vos bataillons sont pleins de pareilles gens, et votre cause ne serait pas la leur, si elle était celle de la république. LE MARSEILLAIS. Mais, Brissot, Barbaroux, Condorcet, Buzot, Vergniaux, sont-ils aussi aristocrates? Qui a fondé la république? qui a renversé le tyran? qui a enfin soutenu la patrie à l'époque périlleuse de la dernière campagne? LE MILITAIRE Je ne cherche pas si vraiment ces hommes qui avaient bien mérité du peuple dans tant d'occasions, ont conspiré contre lui: ce qu'il me suffit de savoir, c'est que la montagne, par esprit public ou par esprit de parti, s'étant portée aux dernières extrémités contre eux, les ayant décrétés, emprisonnés, je veux même vous le passer, les ayant calomniés, les Brissotins étaient perdus, sans une guerre civile qui les mît dans le cas de faire la loi à leurs ennemis. C'est donc pour eux vraiment que votre guerre était utile: s'ils avaient mérité leur réputation première, ils auraient jeté leurs armes à l'aspect de la constitution, ils auraient sacrifié leurs intérêts au bien public; mais il est plus facile de citer Decius que de l'imiter; ils se sont
  16. 16. aujourd'hui rendus coupables du plus grand de tous les crimes, ils ont par leur conduite justifié leur décret... Le sang qu'ils ont fait répandre a effacé les vrais services qu'ils avaient rendus. LE FABRICANT DE MONTPELLIER. Vous avez envisagé la question sous le point de vue le plus favorable à ces messieurs; car il paraît prouvé que les Brissotins étaient vraiment coupables; mais coupables ou non, nous ne sommes plus dans des siècles où l'on se battait pour les personnes. L'Angleterre a versé des torrens de sang pour les familles de Lancastre et d'Yorck, la France pour les Lorrains et les Bourbons; serions-nous encore à ces temps de barbarie!!! LE NIMOIS. Aussi, avons-nous abandonné les Marseillais, dès que nous nous sommes aperçus qu'ils voulaient la contre-révolution, et qu'ils se battaient pour des querelles particulières. Le masque est tombé dès qu'ils ont refusé de publier la constitution, nous avons alors pardonné quelques irrégularités à la montagne. Nous avons oublié Rabaud et ses jérémiades, pour ne voir que la république naissante, environnée de la plus monstrueuse des coalitions qui menace de l'étouffer à son berceau, pour ne voir que la joie des aristocrates et l'Europe à vaincre. LE MARSEILLAIS. Vous nous avez lâchement abandonnés après nous avoir excités par des députations éphémères. LE NIMOIS. Nous étions de bonne foi, et vous aviez le renard sous les aisselles; nous voulions la république, nous avons dû accepter une constitution républicaine. Vous étiez mécontens de la montagne et de la journée du 31 mai, vous deviez donc encore accepter la constitution pour la renvoyer, et faire terminer sa mission. LE MARSEILLAIS. Nous voulons aussi la république, mais nous voulons que notre constitution soit formée par des représentans libres dans leurs opérations; nous voulons la liberté, mais nous voulons que ce soit des représentans que nous estimons, qui nous la donnent; nous ne voulons pas que notre constitution protège le pillage et l'anarchie. Notre première condition est: point de club, point d'assemblées primaires si fréquentes, respect aux propriétés. LE FABRICANT DE MONTPELLIER. Il est palpable, pour qui veut réfléchir, qu'une partie de Marseille veut la contre-révolution, l'on avoue vouloir la république, mais c'est un rideau que l'on rendrait tous les jours plus transparent; l'on vous accoutumerait à voir la contre-révolution toute nue; déjà le voile qui la couvrait n'était plus que de gaze, votre peuple était bon, mais avec le temps on aurait perverti la masse, sans le génie de la révolution qui veille sur elle.
  17. 17. Nos troupes ont bien mérité de la patrie pour avoir pris les armes contre vous avec autant d'énergie, elles n'ont pas dû imiter l'armée de 1789, puisque vous n'êtes pas la nation. Le centre d'unité est la convention, c'est le vrai souverain, surtout lorsque le peuple se trouve partagé. Vous avez renversé toutes les lois, toutes les convenances. De quel droit destituiez-vous votre département? Était-ce à Marseille qu'on l'avait formé. De quel droit le bataillon de votre ville parcourt-il les districts? De quel droit vos gardes nationales prétendaient-elles entrer dans Avignon? Le district de cette ville était le premier corps constitué, puisque le département était dissous? De quel droit prétendiez-vous entrer sur le territoire de la Drôme? et pourquoi croyez-vous que ce département n'ait pas le droit de requérir la force publique pour le défendre? Vous avez donc confondu tous les droits, vous avez établi l'anarchie, et puisque vous prétendez justifier vos opérations par le droit de la force, vous êtes donc des brigands, des anarchistes. Vous aviez établi un gouvernement populaire, Marseille seul l'a nommé; il est contraire à toutes les lois, ce ne peut être qu'un tribunal de sang, puisque c'est le tribunal d'une faction; vous avez soumis par la force, à ce tribunal, tout votre département. De quel droit? Vous usurpez donc cette autorité, que vous reprochez injustement à Paris? Votre comité des sections a reconnu des affiliations. Voilà donc une coalition pareille à celle des clubs contre qui vous vous récriez; votre comité a exercé des actes d'administration sur des communes du Var; voilà donc la division territoriale méconnue. Vous avez, à Avignon, emprisonné sans mandat, sans décret, sans réquisition des corps administratifs; vous avez violé l'asyle des familles, méconnu la liberté individuelle; vous avez, de sang-froid, assassiné sur les places publiques; vous avez renouvelé les scènes dont vous avez exagéré l'horreur, et qui ont affligé l'origine de la révolution, sans informations, sans procès, sans connaître les victimes, seulement sur la désignation de leurs ennemis; vous les avez prises, arrachées à leurs enfans, traînées dans les rues, et les avez fait périr sous les coups de sabre; l'on en compte jusqu'à trente que vous avez ainsi sacrifiées; vous avez traîné la statue de la liberté dans la boue; vous l'avez exécutée publiquement; elle a été l'objet des avanies de toute espèce d'une jeunesse effrénée; vous l'avez lacérée à coups de sabre, vous ne sauriez le nier; il était midi, plus de deux cents personnes des vôtres assistaient à cette profanation criminelle; le cortège a traversé plusieurs rues, est arrivé à la place de l'horloge, etc., etc. J'arrête mes réflexions et mon indignation. Est-ce donc ainsi que vous voulez la république? Vous avez retardé la marche de nos armées, en arrêtant les convois; comment pouvoir se refuser à l'évidence de tant de faits, et comment vous épargner le titre des ennemis de la patrie? LE MILITAIRE. Il est de la dernière évidence que les Marseillais ont nui aux opérations de nos armées, et voulaient détruire la liberté; mais ce n'est pas ce dont il s'agit; la question est de savoir s'ils peuvent espérer, et quel parti il leur reste à prendre? LE MARSEILLAIS. Nous avons moins de ressources que je ne pensais; mais l'on est bien fort lorsqu'on est résolu à mourir, et nous le sommes plutôt que de reprendre le joug des hommes qui gouvernent l'état; vous savez qu'un homme qui se noie s'accroche à toutes les branches, aussi plutôt que de nous
  18. 18. laisser égorger, nous... Oui, nous avons tous pris part à cette nouvelle révolution; nous nous ferions sacrifier par la vengeance. Il y a deux mois que l'on avait conspiré pour égorger 4.000 de nos meilleurs citoyens; jugez à quels excès on se porterait aujourd'hui... On se ressouvient toujours de ce monstre qui était cependant un des principaux du club; il fit lanterner un citoyen, pilla sa maison, et viola sa femme, après lui avoir fait boire un verre du sang de son époux. LE MILITAIRE. Quelle horreur! mais ce fait est-il vrai? Je m'en méfie, car vous savez que l'on ne croit plus au viol aujourd'hui... LE MARSEILLAIS. Oui, plutôt que de nous soumettre à de pareilles gens, nous nous porterons à la dernière extrémité, nous nous donnerons aux ennemis, nous appellerons les Espagnols; il n'y a point de peuple dont le caractère soit moins compatible avec le nôtre; il n'y en a point de plus haïssable. Jugez donc, par le sacrifice que nous ferons, de la méchanceté des hommes que nous craignons. LE MILITAIRE. Vous donner aux Espagnols!!... Nous ne vous en donnerons pas le temps. LE MARSEILLAIS. On les signale tous les jours devant nos ports. LE NIMOIS. Pour voir lequel des fédérés ou de la montagne tient pour la république, cette menace seule me suffit; la montagne a été un moment la plus faible, la commotion paraissait générale. A-t- elle cependant jamais parlé d'appeler les ennemis? Ne savez-vous pas que c'est un combat à mort que celui des patriotes et des despotes de l'Europe? Si donc vous espérez des secours de leur part, c'est que vos meneurs ont de bonnes raisons pour en être accueillis, mais j'ai encore trop bonne opinion de votre peuple, pour croire que vous soyez les plus forts à Marseille dans l'exécution d'un si lâche projet. LE MILITAIRE. Pensez-vous que vous feriez un grand tort à la république, et que votre menace soit bien effrayante? Évaluons-la. Les Espagnols n'ont point de troupes de débarquement, leurs vaisseaux ne peuvent pas entrer dans votre port: si vous appeliez les Espagnols, ça pourrait être utile à vos meneurs pour se sauver avec une partie de leur fortune; mais l'indignation serait générale dans toute la république; vous auriez 60,000 hommes sur les bras avant huit jours, les Espagnols emporteraient de Marseille ce qu'ils pourraient, et il en resterait encore assez pour enrichir les vainqueurs.
  19. 19. Si les Espagnols avaient 30 ou 40,000 hommes sur leur flotte, tout prêts à pouvoir débarquer, votre menace serait effrayante; mais, aujourd'hui, elle n'est que ridicule, elle ne ferait que hâter votre ruine. LE FABRICANT DE MONTPELLIER. Si vous étiez capables d'une telle bassesse, il ne faudrait pas laisser pierre sur pierre dans votre superbe cité, il faudrait que d'ici à un mois le voyageur, passant sur vos ruines, vous crût détruits depuis cent ans. LE MILITAIRE. Croyez-moi, Marseillais, secouez le joug du petit nombre de scélérats qui vous conduisent à la contre-révolution; rétablissez vos autorités constituées; acceptez la constitution; rendez la liberté aux représentans; qu'ils aillent à Paris intercéder pour vous; vous avez été égarés, il n'est pas nouveau que le peuple le soit par un petit nombre de conspirateurs et d'intrigans; de tout temps la facilité et l'ignorance de la multitude ont été la cause de la plupart des guerres civiles. LE MARSEILLAIS. Eh! monsieur, qui peut faire le bien à Marseille? Seront-ce les réfugiés qui nous arrivent de tous les côtés du département? Ils sont intéressés à agir en désespérés. Seront-ce ceux qui nous gouvernent? Ne sont-ils pas dans le même cas? Sera-ce le peuple? Une partie ne connaît pas sa position, elle est aveuglée et fanatisée; l'autre partie est désarmée, suspectée, humiliée; je vois donc, avec une profonde affliction, des malheurs sans remède. LE MILITAIRE. Vous voilà enfin raisonnable; pourquoi une pareille révolution ne s'opérerait-elle pas sur un grand nombre de vos concitoyens qui sont trompés et de bonne foi? Alors Albitte, qui ne peut que vouloir épargner le sang français, vous enverra quelque homme loyal et habile; l'on sera d'accord; et, sans s'arrêter un seul moment, l'armée ira sous les murs de Perpignan faire danser la carmagnole à l'Espagnol enorgueilli de quelques succès, et Marseille sera toujours le centre de gravité de la liberté, ce sera seulement quelques feuillets qu'il faudra arracher à son histoire. Cet heureux pronostic nous remit en humeur, le Marseillais nous paya de bon coeur plusieurs bouteilles de vin de Champagne, qui dissipèrent entièrement les soucis et les sollicitudes. Nous allâmes nous coucher à deux heures du matin, nous donnant rendez-vous au déjeuner du lendemain, où le Marseillais avait encore bien des doutes à proposer, et moi bien des vérités intéressantes à lui apprendre. 29 juillet 1793. GÉNÉALOGIE DE NAPOLÉON
  20. 20. BONAPARTE. En 1752, le grand-duc de Toscane ayant voulu réformer les abus qui se glissaient dans l'usurpation des titres de noblesse, établit une commission chargée de la vérification de ces titres et de leur enregistrement. La famille des Buonaparte, ou Bonaparte5 déchue de son ancienne splendeur, exilée de Florence à la suite des troubles qui agitèrent l'Italie dans le douzième siècle, présenta une requête au chapitre de l'ordre de Saint-Étienne, pour obtenir son classement parmi les grands de Florence. Footnote 5: (return) Dans les pièces généalogiques que l'on nous a communiquées, et qui comprenaient quarante pages in-folio, ce nom était écrit tantôt Bonaparte, tantôt Buonaparte, quoique tout le texte fût en italien. C'est cette requête, accompagnée de pièces authentiques à l'appui, qui nous a fourni les renseignemens dont nous offrons aujourd'hui un extrait succinct. Le premier des membres de cette famille, dont le souvenir se soit conservé, Nicolas Bonaparte, attaché au parti des gibellins, fut compris dans la proscription qui les frappa, et banni de Florence en 1268, après avoir vu confisquer tous ses biens. Il se réfugia avec ses enfans à San- Miniato. En 1441, un descendant du même Bonaparte, Leonardo Antonio Mocci, également gibellin, fut arrêté a Florence, accusé de haute trahison et décapité. Un registre déposé dans les archives de San-Miniato, et contenant l'état des biens confisqués aux rebelles, renferme le détail de ceux appartenant à Leonardo, et dont le tiers fut déclaré appartenir à son fils. Depuis cette époque, plusieurs Bonaparte ont rempli avec distinction des fonctions élevées dans l'état militaire, la magistrature, et l'église, à Pisé, à Lucques, à Florence. L'enquête faite en août 1752, et présentée par le capitaine Nicolas Bonaparte, tant en son nom qu'en celui de ses enfans et de ses autres parens, nous a paru devoir occuper une place dans ce recueil; elle renferme une analyse historique des documens sur lesquels cette famille établissait ses prétentions. Nous en donnerons une traduction littérale. Enquête pour le capitaine Bonaparte, fils et consorts. «Illustrissimes seigneurs, «Plusieurs raisons concluantes tendent à établir que la famille des exposans était placée dans un rang élevé et distingué de la ville de Florence; elle est regardée comme descendant de Buonaparte gibellin, porté, ainsi que ses fils, (al libro del chiodo), avec l'emploi de capitaine. La même famille était regardée comme jouissant du rang de grand de Florence, et fut reconnue judiciairement pour appartenir aux ordres nobles. «Pour prouver qu'elle tire son origine du susdit Buonaparte, exilé avec ses fils en 1268, comme gibellin, du territoire de notre ville, nous employerons les raisons détaillées ci-après: «1°. Notre premier raisonnement est que, Buonaparte gibellin, exilé en 1268 du territoire florentin, s'est réfugié avec quelques-uns de ses fils à San-Miniato, où dominait le parti gibellin, et que de lui sont descendus messire Jacopo, fils de messire Georgio di Jacopo de
  21. 21. Buonaparti, résidant à San-Miniato, quartier de Poggighiti; qu'ils furent faits nobles, ainsi qu'il appert de l'admission des preuves par les seigneurs illustrissimes, et considérés comme descendans dudit messire Jacopo, fils de Giorgio, et aussi comme provenant dudit Buonaparte gibellin. «En admettant cette première vérité, qu'ils descendent de messire Jacopo, fils de Giorgio, il en résulte deux conséquences: l'une, que ladite famille descendante de Buonaparte était noble à San-Miniato; l'autre, que cette ville était devenue sa véritable patrie. Si donc l'on reconnaît ces deux titres dans la famille des exposans, on ne peut se refuser à croire qu'elle était noble dès ce temps-là. Judiciairement considérée comme la vraie famille Buonaparte, elle en tirera l'invincible argument que les exposans proviennent de la même souche que messire Jacopo, lequel en provient lui-même par les fils de Buonaparte gibellin. «L'argument ci-dessus se consolide de plus en plus en applicant au cas présent les doctrines légales: le séjour de la famille dans un même lieu, le même grade de noblesse et au même temps, forment un faisceau de preuves qui servent à établir la descendance d'une même souche; vérité qui devient plus évidente encore lorsque l'on voit Buonaparte, reconnu comme chef, donner son nom aux descendans. «Ajoutons que l'article de qui, dans d'autres familles, précède le nom, suivant l'opinion des antiquaires les plus érudits, ne peut indiquer qu'une famille ordinaire devenue noble. Ainsi, devant les noms de médecins, de bourgeois et de riches, on joint l'article de à leurs noms, à moins qu'ils ne soient de haute lignée. «On n'a jamais mis l'article de devant le nom de Achin Salviati, peintre excellent, et d'une si grande réputation; on n'en doit pas mettre devant le nom de notre famille, pas plus sans doute que devant le nom de nos anciens souverains les Médicis. «Pour appuyer encore ce qui vient d'être dit, nous offrons les preuves suivantes, qui semblent sans réplique: non seulement Pierre di Gio di Jacopo di Moccio, l'un des informans, lors de la première description des décimes de l'année 1427, est cité comme citoyen de Florence, mais son père et son aïeul sont nommés comme alliés aux trois gentilshommes florentins Grandoni, Federighi et Ricci; de plus, ils résidèrent constamment dans le quartier du Saint-Esprit, où ils avaient leur habitation, et ils avaient établi leur sépulture dans l'église principale; nous citerons la mention de leur résidence au gonfalonier scala (gonfalone scala) où avaient passé Buonaparte gibellin et ses fils; ce qui prouve manifestement que Pierre, dont il vient d'être parlé, a continué d'occuper cette même habitation, comme descendant légitime du même nom, et le rapport du magistrat atteste qu'il était de Florence, habitait le même gonfalonier, et la même maison que le fondateur, M. Niccolo. Mais plus tard, au lieu d'y retourner, les Buonaparte occupèrent San-Miniato; ce qu'il est facile de reconnaître par la réticence que fit Pierre de son surnom dans le premier état de division qui eut lieu de sa part, ainsi que de ses descendans après lui. Cette omission, à laquelle on mit du mystère, donne à penser, ou plutôt à faire connaître, que ce même rejeton descendait de Buonaparte gibellin, dont la mémoire alors devait être odieuse à Florence, et ce moyen était plus facile à employer que de changer d'habitation, dans le dessein de laisser ignorer ces circonstances dans la ville. Il n'en était pas de même à San-Miniato, où dominait le parti gibellin. L'on voit même les auteurs, descendans et collatéraux du même Pierre, ne pas avoir recours au même moyen, et, dans toutes les occasions, tirer leur noblesse de Buonaparte. On voit aussi le sieur Nicolo lui-même taire tour à tour son surnom à San-Miniato, comme les autres l'avaient fait dans la ville de Florence, et, sans doute suivant les circonstances, le répéter ensuite deux fois dans la même inscription. On
  22. 22. ne peut, dans le fait, imputer la réticence de ce nom qu'au désir de se tenir à l'abri de la haine que le peuple avait conçue pour lui, et il n'était certainement odieux au peuple que comme l'étaient les noms des autres grands et des gibellins: c'est le jugement qu'en portent tous les hommes éclairés. Il est peu de familles illustres qui n'aient été exposées aux mêmes inconvéniens à l'époque dont nous rappelons le triste souvenir. «En quatrième lieu, lorsque, d'après l'inspection seule de l'arbre généalogique, nous voyons un membre de la famille parvenir aux premières dignités de l'église de Florence, dignités qui n'ont jamais été conférées qu'avec beaucoup de circonspection, nous pouvons en tirer l'induction de la haute considération qu'inspirait messire Jacopo, à cause de messire Pierre, chanoine et doyen florentin, avant le prince successeur de Francisco Bucellaï (c'est-à-dire en 1500.) «On voit en outre les auteurs des informans alliés aux maisons Ricci, Federighi, Grandoni, Albizzi, Visdmnini, Alberti, Masi, Tornabuoni, parens des Tornaquiuci de Pauzano, parens de Ricasoli, Buonacorsi, Gaetani, Pamialichi, Attavanti, Squarcialupi et Borronaci, dont est né un des informans. «De là on peut, avec beaucoup de raison, conclure que l'origine de la famille est noble, venant directement du même Buonaparte. «Enfin, de ce que notre famille a été exclue des honneurs populaires dont elle était en possession, on doit en tirer la conséquence qu'elle était dévouée au parti gibellin. «On la voit ensuite transférée à San-Miniato, et y posséder un château, et, fidèle au parti qu'elle avait embrassé, offrir une nouvelle victime dans la personne de Leonardo Antonio del nostro moccio, décapité pour cette raison en 1441. «Toutes ces circonstances réunies établissent d'une manière péremptoire le dévouement de cette famille aux gibellins. Nous prouverons plus tard qu'elle jouissait d'une grande fortune, et que, si les honneurs et les dignités qui semblent devoir être l'apanage de ce rang, lui ont été refusés, il ne faut en accuser que les dissensions civiles qui la réduisirent enfin à cacher son nom. «On ne peut tirer d'aucune archive des preuves plus fortes pour constater l'origine des informans quant à leur auteur Buonaparte. Bien qu'elles soient très concluantes, nous espérons que vos grandeurs voudront bien, dans leurs principes d'équité, prendre en considération la force de ces mêmes preuves, par l'impossibilité où se trouvent les informans de les compléter d'une manière plus satisfaisante. «Indépendamment de la réunion des conjectures, qui vient d'être établie par ce qui précède, nous croyons être encore à même de prouver que Touquin d'Oddo et ses descendans remontent sans nul doute à Buonaparte gibellin, ainsi que nous l'avons déjà avancé plusieurs fois. Nos conjectures sont d'autant plus fondées, que nous trouvons dans un ancien registre de la famille des exposans, du commencement de l'année 1518, avant l'érection de la principauté, à la page 20, une note dont copie authentique se trouvera à la suite de la présente instruction. La vérité qui jaillit de cette note émane d'une personne respectable; elle a eu lieu également dans un temps non suspect; il faut donc en conclure que ce document mérite la plus grande confiance, quoiqu'il ne soit an surplus qu'un complément des preuves de noblesse que nous sommes en état de donner. Il faut en conclure également que cette même noblesse est établie
  23. 23. et confirmée par probabilités ou vraisemblances qui peuvent être rangées au nombre des choses légales et authentiques. Ces probabilités, outre les raisons précédemment alléguées, dérivent incontestablement de trouver réunis, à la même époque et dans le même grade, d'une part, le colonel messire Jacopo di Giorgio, jusqu'à Buonaparte gibellin, et de l'autre, notre colonel Giovanni di Jaccopo jusqu'au même Buonaparte: En suivant même la proportion des temps, il ne paraîtrait pas impossible que lesdits Jacopo et Gio soyent tous les deux descendans du même Buonaparte, et cette probabilité, disons plus, cette vérité, se fortifie par l'apparition seule des personnes, qui, ayant lieu dans le même temps, leur fait assigner avec beaucoup de vraisemblance une origine commune. «Mais quand même cette noble origine ne serait pas établie, comme elle l'est, n'y a-t-il pas lieu de reconnaître, en passant a l'examen de la seconde proposition, que la famille Buonaparte se trouve liée aux familles les plus considérées de Florence, en ligne directe. Son séjour ancien et habituel dans cette dernière ville, ses armoiries, en un mot, c'est-à-dire le râteau rouge avec la fleur de lys d'or, armoiries données aux familles nobles par le roi Charles Ier, ainsi que la croix du peuple florentin, dont elle est depuis long-temps en possession, sont des preuves de sa noblesse qui attestent même qu'elle remonte au temps des gibellins. «A la vérité, les marques de noblesse données par le peuple ne s'accordèrent qu'aux familles d'un rang élevé, et le plus souvent, comme chacun le sait, à celles des mêmes familles qui s'empressèrent d'abjurer le parti des gibellins pour acquérir de la popularité. Quelques-uns des nôtres ont fait cette abjuration au moment même où ils recevaient les armoiries,. d'autres, depuis la décapitation du susdit Leonardi. «Privée des honneurs populaires, cette famille s'est considérée comme déchue de sa grandeur, et fut en butte à toutes sortes de mauvais traitemens, jusqu'à l'érection de la principauté. Alors seulement, voulant ne pas laisser perdre une illustration justement acquise, elle a relevé pour elle-même des faits qui avaient été tenus secrets, non pas tant, peut-être, pour en dissiper l'odieux que pour prouver qu'elle ne renonçait pas à ses droits, comme l'ont fait nombre d'autres familles, en refusant les armoiries et les alliances qui les auraient rendues agréables au peuple, en suivant l'impulsion du pays. «Venons à l'autre point de notre exposé. Il est fondé sur ce que nous venons de dire, qu'en 1571, le chevalier Fausto Beltramini de Siena, voulant prendre la croix de St.-Étienne, non par grâce, mais d'après justice, établit le quartier de noblesse de Buonaparte par Catherina sa mère, fille de Gio, fils de notre Benedetto Buonaparte. Il prouva de même la noblesse d'Attavanti par la mère de Catherina, et en remontant jusqu'au premier grade de noblesse de Buonaparte à Florence, dans le temps même de la république, preuves qui émanent des documens des magistrats de San-Miniato depuis 1570 jusqu'à 1571, où ils s'expriment ainsi qu'il suit, au sujet des auteurs des exposans: «c'est bien volontairement qu'ils s'en sont abstenus, à cause de leur droit de cité à Florence,» et comme l'atteste plus clairement encore le témoignage de messire Antonio de Gucci de San-Miniato. «Premier témoin. Il se rappelle avoir vu ledit Gio-Buonaparte, père de ladite Catherina, icelle mère dudit Fausto, en qualité de gentilhomme et homme d'armes de M.Valerio Orsini, aux appointemens de la république de Florence. Sur ces documens généraux, a été accordé le quartier de noblesse à Buonaparte par le conseil de Pise, avec une mention honorable sur le rapport qui en a été fait au sérénissime grand-maître. «Les motifs de ce rapport ont été, que la famille de Buonaparte a joui du droit de cité à Florence et à Lucques; que plusieurs membres de cette famille avaient rempli l'emploi de vedut du collège, que d'autres ont eu des emplois au dehors; mais comme dans le temps San- Miniato n'avait pas de siège épiscopal, et que par conséquent ces familles ne pouvaient, en vertu des statuts de l'ordre, être admises aux preuves judiciaires, à l'effet de prendre l'habit,
  24. 24. d'après le chapitre 3 du même statut, «le candidat doit être de la nation et né dans la ville,» malgré l'application de ce principe aux autres quartiers de noblesse, la justice ne put les étendre jusqu'au quartier de Buonaparte, c'est-à-dire à l'ancienne et noble origine de Buonaparte gibellin et à ses auteurs, quoiqu'ils fussent dès lors considérés comme grands. «On voit en second lieu que la jouissance des emplois des collèges mentionnée au susdit rapport, avec l'approbation du saint ordre militaire, qui l'admettait même comme preuve judiciaire, concession semblable à celle faite a la famille Jeppi, ne peut s'expliquer autrement que par les preuves fournies par la famille Buonaparte et par Beltramini, de la possession des prérogatives du grade noble de Florence. Or, suivant les lois réglementaires de ce corps de noblesse, elle doit être placée au rang des patriciens. «Mais pour éclaircir davantage ce qui vient d'être exposé, nous donnerons l'assurance que les preuves des titres des Buonaparte, faites par Beltramini dans la personne de Catherina di Gio di Benedetto Buonaparte, l'auteur commun, furent faites comme de famille florentine, sanctionnées par le saint ordre militaire. Ceci fit reconnaître judiciairement le quartier de Buonaparte à Ridolfi, soixante-dix ans après les preuves de Beltramini. Si tel a été l'effet des preuves de Beltramini, à plus forte raison les Buonaparte ont le droit de demander à être, comme les Ridolphi, reconnus nobles et de famille florentine. «En résumant aux yeux de leurs seigneuries illustrissimes ce qui vient d'être examiné et discuté, la famille Buonaparte a le droit d'être classée parmi les grands ou gibellins, d'après le §10 de l'instruction de la loi sur la noblesse, ou d'être reconnue judiciairement pour famille florentine aux ordres nobles, suivant le §5 de la même loi. Mais dans l'un comme dans l'autre cas, leurs seigneuries illustrissimes ne peuvent manquer de reconnaître le droit de cette même famille au patriciat florentin, ce qu'elle attend de leur bienveillance et de leur justice, se faisant du reste un honneur de les avoir pour juges.» À la suite de cette pièce, s'en trouvait une autre contenant le dessin et la description des armoiries de Bonaparte. «Les armes de la famille de Bonaparte sont un champ rouge avec deux raies blanches en bandes, et deux étoiles également blanches, l'une dessous, l'autre au-dessus des bandes. Au chef de l'écu, dans un champ d'azur, est un rateau rouge et deux fleurs de lys d'or. Au milieu du rateau, un champ blanc avec croix rouge. «On voit de ces armes en beaucoup d'endroits à Florence, dans le cloître du St.-Esprit, au lieu de leur sépulture, et dans divers endroits de la ville de San-Miniato. Elles se trouvent aussi parmi les procédures faites au sujet de la profession de religion de St.-Etienne, par le chancelier Fausto Beltraroini, chevalier judiciaire de cet ordre militaire et sacré en l'année 1671, lesquelles procédures prouvent le quartier maternel de la famille Buonaparte. «Les armes de la branche des Franchini de San-Miniato sont un champ d'or, et un pin au milieu. Au chef de l'ecu, est un rateau rouge dans un champ d'azur, avec trois fleurs de lys d'or.» L'Arbre généalogique de la famille Buonaparte, dressé d'après les pièces produites, venait ensuite et était suivi: 1°. De renseignemens concernant la personne de Buonaparte gibellin et de ses fils exilés.
  25. 25. 2°. D'autres documens concernant Leonardo d'Antonio, décapité comme gibellin. 3°. D'un Mémoire de Jules, fils de Jean Buonaparte, extrait d'un ancien livre de la famille des exposans. 4°. D'un document qui établit que Moccio Buonaparte est fils d'Oddo. 5°. D'un arbre des décimes de la famille. 6°. D'une attestation des gabelles et autres documens concernant les mariages et lignées de l'une et l'autre branche des Buonaparte. 7°. D'une attestation de l'office des traites, comme dépendance du collège et d'autres bureaux également pour les deux susdites branches. 8°. De preuves que leurs parens, depuis 1738, se sont surnommés Buonaparte, avec la jouissance du priorat. 9°. D'extraits de baptême des auteurs de la requête. 10°. D'un document sur le patrimoine ancien et actuel de la famille; Sur les personnes constituées en dignités dans ladite famille; Sur les nobles et anciens tombeaux de cette même famille dans San-Miniato et a Florence. 11°. D'un acte de notoriété de San-Miniato pour la famille de Buonaparte en 1571. 12°. D'une enquête sur leur famille, pour prouver judiciairement leur quartier, à l'ordre de Saint-Etienne, comme famille florentine. 13°. Des motifs des chevaliers rapporteurs pour accorder ledit quartier. 14°. Des motifs d'autres chevaliers rapporteurs auprès des grands-maîtres dudit ordre, pour octroyer judiciairement ledit quartier à d'autres Buonaparte. 15°. De preuves de l'établissement dans San-Miniato de l'ancienneté de la famille de messire Jacopo, fils de messire Giorgio Buonaparte. Ces pièces, d'un intérêt secondaire, établissent cependant d'une manière authentique l'ancienneté de l'origine de cet homme extraordinaire, dont la naissance fut sans doute le moindre mérite. Il appartient tout entier au domaine de l'histoire: l'équitable postérité établira d'une manière invariable le rang qu'il mérite, et que ne peuvent aujourd'hui lui assigner ni l'enthousiasme ni la haine. PRÉCIS CHRONOLOGIQUE ET HISTORIQUE DE LA VIE
  26. 26. DE NAPOLÉON BONAPARTE 1769 15 août.—Naissance de Napoléon Bonaparte à Ajaccio, dans l'île de Corse: son père, Charles Bonaparte; sa mère, Letitia Ramolini; son parrain, le célèbre Paoli, dont l'exemple contribua puissamment au développement des facultés de Napoléon. 1777. Septembre.—Elevé d'abord au collège d'Autun, le jeune Bonaparte est reçu par la protection de M. de Marboeuf, gouverneur de l'Ile de Corse, à l'école royale militaire de Brienne en Champagne. 1784. Bonaparte est compris dans la promotion d'élèves qui passent de Brienne à l'école de Paris. 1787. Après des examens brillans, il est nommé sous-lieutenant d'artillerie au régiment de Lafère. 1788. Il part de Paris avec Paoli pour se rendre en Corse. 1789. Nommé lieutenant-colonel de la garde nationale d'Ajaccio, il seconde le général Paoli et perfectionne sous lui ses études de l'art militaire. 1792. Banni de l'île de Corse par les factieux qui se disputaient l'autorité, Bonaparte revient en France, débarque à Marseille, et reprend presque aussitôt un service actif dans les armées de la république. 1793 (an 1er de la république.) 26 juillet (8 thermidor.)—Commandant en sa qualité de lieutenant l'artillerie du corps d'armée du général Carteaux, qui faisait la guerre aux Marseillais insurgés contre la convention, il reprend Avignon, dont ceux-ci s'étaient emparés. 28 juillet (10 thermidor.)—Il s'empare de Beaucaire, aussi occupée par les Marseillais.
  27. 27. Employé ensuite au siège de Toulon, dans l'armée du brave général Dugommier, Bonaparte est nommé chef de bataillon, commande l'artillerie pendant l'absence du général Dommartin, il y est blessé; se fait distinguer par les représentans du peuple dans toutes les affaires qui eurent lieu durant ce siège mémorable, contribue puissamment à la reprise de cette ville livrée aux Anglais, et jette d'une manière solide les premiers fondemens de cette gloire militaire qui devait avoir tant d'éclat. 1794 (an II.) 29 avril. (10 floréal.)—-Bonaparte, envoyé après le siège de Toulon à l'armée d'Italie, commandée par le général Dumerbion, se distingue de nouveau à la prise de Saorgio, dans le comté de Nice. Il est nommé général de brigade par les représentans du peuple. Devenu suspect peu de temps après, il est le premier officier de l'armée d'Italie contre lequel le comité de sûreté générale décerna un mandat d'arrêt. Arrêté aux avant-postes de l'armée, il est conduit au fort carré d'Antibes. 1795(an III.) En butte à la haine du représentant Aubry, qui dirigeait la partie militaire dans le comité de salut public, Bonaparte est destitué, réintégré, destitué de nouveau, puis emprisonné; ayant enfin obtenu sa liberté et recouvré des protecteurs, il est nommé commandant de l'artillerie en Hollande; mais retenu par Barras, il ne se rend point à sa destination. 3 octobre (11 vendémiaire an IV.)—-Barras le fait nommer commandant de l'artillerie à Paris. 5 octobre (13 vendémiaire.)—-Bonaparte réduit les sections insurgées contre la convention. 10 octobre (18 vendémiaire.)—-Il est récompensé du service qu'il a rendu à la convention par sa nomination au commandement en second de l'armée de l'intérieur et de Paris. 30 octobre (8 brumaire.)—-Commandant en chef de la même armée en remplacement de Barras, démissionnaire, il reçoit en outre la fonction de veiller à la police de Paris. 1796 (an IV.) 23 février (4 ventose.)—Nommé par le directoire commandant en chef de l'armée d'Italie, en remplacement du général Schérer. 8 mars (18 ventose.)—Bonaparte épouse Joséphine Tascher de la Pagerie, veuve du vicomte de Beauharnais. 11 mars (21 ventose.)—Il part de Paris pour se rendre en Italie, et passe par Marseille pour y visiter sa famille. 20 mars (30 ventose.)—Il prend à Nice le commandement de l'armée d'Italie, qu'il trouve dans le dénuement le plus complet; en peu de jours, elle fut par ses soins pourvue d'habillemens et de subsistances. Bonaparte n'avait alors que 26 ans. 10 avril (21 germinal.)—Il commence les hostilités contre l'armée autrichienne, commandée par le général Beaulieu.
  28. 28. 11 avril (22 germinal.)—Bataille et victoire de Montenotte. 14 avril (25 germinal.)—Bataille et victoire de Millesimo. Dans ces deux batailles, qui avaient pour but de séparer les deux armées piémontaise et autrichienne, le jeune général français bat complètement deux vieux guerriers consommés, les généraux Colli et Beaulieu. 16 avril. (27 germinal.)—Combat de Dego. 17 avril. (28 germinal.)—Prise du camp retranché de Ceva. 22 avril (3 floréal.)—Bataille de Mondovi. Le général Beaulieu est défait de nouveau. 25 avril (6 floréal.)—Prise de Cherasco. 28 avril (9 floréal.)—Bonaparte conclut un armistice avec le général piémontais Colli, et se fait céder les forteresses de Coni, Tortone et Ceva. 6 mai (17 floréal.) Le général Bonaparte demande au directoire des artistes pour recueillir les monumens des arts que ses conquêtes mettent à la disposition du gouvernement français. 7 mai (18 floréal.)—Passage du Pô par l'armée française, et combat de Fombio. 9 mai (20 floréal.)—Armistice conclu entre Bonaparte et le duc de Parme. 11 mai (22 floréal.)—Passage du pont de Lodi, et déroute de l'armée de Beaulieu. 12 mai (23 floréal.)—Prise de Pizzighitone. 15 mai (25 floréal.)—Entrée triomphale du général Bonaparte à Milan, capitale de la Lombardie. 22 mai (3 prairial.)—Prise de Pavie. 29 mai (10 prairial.)—Passage du Mincio et victoire de Borghetto. 3 juin (15 prairial.)—Prise de Vérone, où Louis XVIII se trouvait quinze jours auparavant. 4 juin (16 prairial)—Arrivée de Bonaparte devant Mantoue, et premier investissement de cette place fameuse. 15 juin (27 prairial.)—Armistice conclu par Bonaparte entre la France et le roi de Naples. 19 juin (1er messidor.)—Prise de Bologne et de Modène. 23 juin (5 messidor.)—Armistice accordé au pape par Bonaparte. 29 juin (11 messidor.)—Prise de Livourne. 7 juillet (19 messidor.)—Combat de la Bocchetta di Campion.
  29. 29. 18 juillet (30 messidor.)—Combat de Migliaretto. 20 juillet (2 thermidor.)—Première sommation faite à Mantoue; siège régulier de cette place. 29 juillet (11 thermidor.)—Combat de Salo; le général Bonaparte apprenant qu'une armée autrichienne, commandée par le maréchal Wurmser, est en marche pour lui faire lever le siège de Mantoue, se porte lui-même avec toutes ses forces à la rencontre de son nouvel ennemi. 3 août (16 thermidor.)—Bataille de Castiglione et combat de Lonato; l'armée du général Wurmser est mise en déroute. 6 août (19 thermidor.)—-Combat de Peschiera. 11 août (24 thermidor.)—-Combat de la Corona, reprise de toutes les lignes sur le Mincio, et continuation du siège de Mantoue. 24 août (7 fructidor.)—-Combat de Borgoforte et de Goveruolo. 3 septembre (17 fructidor.)—-Combat de Serravalle. 4 septembre (18 fructidor.)—-Combat de Roveredo. 5 septembre (19 fructidor.)—-Prise de Trente. 7 septembre (21 fructidor.)—-Combat de Covolo. 8 septembre (22 fructidor.)—-Combat de Bassano. 12 septembre (26 fructidor.)—-Combat de Cerca. 13 septembre (27 fructidor.)—-Prise de Legnago; le même jour, le général Wurmser ne pouvant plus se maintenir en campagne, se jette dans Mantoue pour y chercher un refuge. 14 septembre. (28 fructidor.)—-Combat de Due-Castelli. 15 septembre (29 fructidor.)—-Combat de St.-Georges. 1796 (an V.) 8 octobre (17 vendémiaire.)—-Bonaparte se fait livrer la ville de Modène. 19 octobre (28 vendémiaire.)—-Une division française commandée par le général Gentili, et envoyée par Bonaparte, descend dans l'île de Corse, alors occupée par les Anglais. 22 octobre (1er brumaire.)—-L'île de Corse, conquise par les soldats de Bonaparte, redevient partie intégrante de la république française. 27 octobre(6 brumaire.)—-Prise de Bergame. 6 novembre (16 brumaire)—-Combat sur la Brenta.
  30. 30. 11 novembre (21 brumaire.)—-Combat de Caldiero. 15, 16, 17 novembre (25, 26, 27 brumaire.)—-Bataille d'Arcole; une troisième armée autrichienne, envoyée par la cour de Vienne, et commandée par le général Alvinzi, est mise en fuite. 18 novembre (28 brumaire.)—-Bonaparte donne son approbation à la constitution rédigée par le sénat de Bologne pour la république cisalpine. 1797 (an V.) 14 janvier (20 nivose.)—-Bataille de Rivoli; les Autrichiens sont mis en pleine déroute, et le général Alvinzi qui les commandait parvient à peine à se sauver. 15 janvier (26 nivose.)—-Combat d'Anghiari. 16 janvier (27 nivose.)—-Combat de St.-Georges. 26 janvier (6 pluviose.)—-Bonaparte stipule avec le marquis de Manfredini l'évacuation de la Toscane. Décret qui accorde, à titre de récompense, aux généraux Bonaparte et Augereau, les drapeaux pris par eux à la bataille d'Arcole sur les bataillons ennemis. 26 janvier (7 pluviose.)—-Combat de Carpenedolo. 27 janvier (8 pluviose.)—-Combat de Derumbano. 30 janvier (11 pluviose.)—-Les gorges du Tyrol sont forcées et les Français font leur entrée dans Trente. 1er février (13 pluviose.)—-Bonaparte rompt l'armistice accordé au pape, et fait envahir la Romagne par ses troupes. 3 février (15 pluviose.)—-Capitulation du général Wurmser, et reddition de Mantoue. Bonaparte, blâmé par ses généraux d'avoir accordé à Wurmser des conditions trop avantageuses, leur fait cette réponse mémorable: J'ai voulu honorer en lui la vieillesse et la valeur guerrière malheureuse. Les rivaux de Napoléon ont mal suivi cet exemple donné par Bonaparte. 4 février (16 pluviose.)—Défaite des troupes du pape sur le Sinio. 9 février (21 pluviose.)—Prise d'Ancône. 10 février (22 pluviose.)—Prise de Lorette; Bonaparte s'empare de la fameuse statue de la vierge qui y était adorée depuis des siècles, et l'envoie au directoire. 12 février (24 pluviose.)—Le pape Pie VI écrit à Bonaparte, pour lui demander la paix; le même jour, les Français parviennent jusqu'à Macerotte, à quarante lieues de Rome. 19 février (1er ventose.)—Traité de paix conclu par Bonaparte, entre la république française et le pape Pie VI; celui-ci renonce à toutes ses prétentions sur Avignon et sur le comtat
  31. 31. venaissin, cède à perpétuité à la république française Bologne, Ferrare et la Romagne; il cède en outre tous les objets d'art demandés par Bonaparte, tels que l'Apollon du Belvédère, la Transfiguration de Raphaël, etc., etc., rétablit l'école française à Rome, et paye à titre de contribution militaire treize millions en argent ou en effets précieux. 22 février (4 ventose.)—Bref du pape Pie VI au général Bonaparte, dans lequel, entr'autres titres, il lui donne celui de son cher fils. 26 février (2 ventose.)—Bonaparte envoie au corps législatif les trophées de Mantoue. 2 mars (12 ventose.)—Combat de Monte-di-Sover. 10 mars. (20 ventose.)—Combat de Bellune. 12 mars (22 ventose.)—Combat de San-Salvador. 13 mars (23 ventose.)—Combat de Sacile. 16 mars (26 ventôse.)—-Bataille du Tagliamento, entre les Autrichiens commandés par le prince Charles, et les Français aux ordres de Bonaparte; l'armée autrichienne est mise en déroute. 19 mars (29 ventôse.)—-Combat de Gradisca. 22 mars (2 germinal.)—-Combat et prise de Bolzen. 23 mars (3 germinal.)—-Prise de Trieste. 31 mars (11 germinal.)—-Lettre de Bonaparte à l'archi duc Charles, dans laquelle il invite le prince autrichien à s'unir à lui pour arrêter le fléau de la guerre. 2 avril (i3 germinal.)—-Combat de Neumarck. 7 avril(18 germinal.)—-Armistice conclu à Indinbourg, entre le général Bonaparte et le prince Charles; l'armée française n'était qu'à trente lieues de Vienne. 13 avril (24 germinal.)—-Jour où expirait l'armistice, Bonaparte enveloppe l'armée autrichienne. 15 avril (26 germinal.)—-Le général en chef Bonaparte, au nom de la république française, et les généraux Belgarda et Nubbewed, au nom de l'empereur, signent à Léoben les préliminaires de la paix. 24 avril (5 floréal.)—-Prise de Vérone, qui, à l'instigation des Vénitiens, s'était révoltée contre les Français. Bonaparte fait envahir tous les états de terre-ferme de la république de Venise. 3 mai (14 floréal.)—-Manifeste du général Bonaparte, dans lequel il expose la conduite du gouvernement vénitien, et lui déclare la guerre.
  32. 32. 11 mai (22 floréal.)—-L'armée française étant campée sous les murs de Venise, la noblesse prend la fuite, le doge abdique, une horrible anarchie s'établit dans la ville; les meilleurs citoyens appellent les Français pour la faire cesser. 16 mai (27 floréal.)—-Les Français prennent possession de la ville et des forts de Venise. 3 juin (15 prairial.)—-Bonaparte envoie au directoire les drapeaux pris sur les Vénitiens. 6 juin (18 prairial.)—-Convention de Montebello entre le général Bonaparte et les députés de Gènes. 9 juillet (21 messidor.)—-La république cisalpine est instituée sous l'influence du général Bonaparte. 26 juillet (7 thermidor,)—-Bonaparte réunit la Romagne à la république cisalpine. 22 août (5 fructidor.)—-Bonaparte part de Milan pour se rendre au congrès d'Udine. 1797 (an VI.) 17 octobre (26 vendémiaire.)—-Traité de paix conclu et signé a Campo-Formio par le général Bonaparte, au nom de la république française, et les plénipotentiaires de l'empereur d'Allemagne. Par ce traité, la république française est formellement reconnue, l'empereur renonce à toutes ses prétentions sur les Pays-Bas et sur le territoire de la république cisalpine, dont il reconnaît l'indépendance, etc., etc. 26 octobre (5 brumaire.)—-Bonaparte est nommé général en chef de l'armée dite d'Angleterre, formée par ordre du directoire sur les côtes de l'Océan. 31 octobre (10 brumaire.)—-Bonaparte envoie à Paris le général Berthier et le savant Monge, pour présenter au directoire le traité de paix qu'il a fait avec l'empereur. 15 novembre (25 brumaire.)—-Bonaparte part de Milan pour se rendre au congrès de Rastadt et y présider la légation française. 17 novembre (27 brumaire.)—-Bonaparte divise la république cisalpine eu vingt départemens. 26 novembre (6 frimaire.)—-Arrivée de Bonaparte à Rastadt. 1er décembre (11 frimaire.)—-Convention militaire signée à Rastadt entre le général Bonaparte et le comte de Cobentzel. 5 décembre (15 frimaire.)—-Arrivée du général Bonaparte à Paris. La reconnaissance et l'admiration éclatent partout où se montre le vainqueur de l'Italie. 9 décembre (19 frimaire.)—-Bonaparte est de nouveau appelé au commandement en chef de l'armée d'Angleterre. 10 décembre (20 frimaire.)—-Il présente au directoire, dans une audience solennelle, le traité de Campo-Formio, ratifié par l'empereur d'Allemagne. À cette occasion, il prononce un
  33. 33. discours où il rappelle en peu de mots les exploits de l'armée d'Italie, et présente un drapeau sur lequel sont inscrites les victoires de cette même armée. Bonaparte devient l'idole des Parisiens; on frappe des médailles en l'honneur de ses victoires, etc., etc. 22 décembre (2 nivose.)—-Fête solennelle et brillante donnée à Bonaparte par le corps- législatif. 23 décembre (5 nivose.)—-Bonaparte est nommé membre de l'Institut. 1798 (an VI.) 3 janvier (14 nivose.)—-Fête donnée à Bonaparte par le ministre des relations extérieures, dans l'église de Saint-Sulpice. 28 février (4 ventose.)—-Retour à Paris de Bonaparte d'une visite qu'il venait de faire sur les côtes de l'Océan à l'armée d'Angleterre. 5 mars (15 ventose.)—-Arrêté du directoire qui charge Bonaparte du soin de diriger le grand armement formé sur les côtes de la Méditerranée. 2 avril (13 germinal.)—-Le directoire arrête que Bonaparte se rendra sur-le-champ à Brest, pour y prendre le commandement des forces navales qui y sont rassemblées. 12 avril (23 germinal.)—-Arrêté du directoire qui nomme Bonaparte général en chef de l'armée d'Orient. 3 mai (i4 floréal.)—Bonaparte se rend de Paris à Toulon. 8 mai (19 floréal.)—Arrivée de Bonaparte à Toulon, et proclamation adressée par lui à l'armée. 19 mai (30 floréal.)—Départ de Bonaparte pour l'Égypte avec l'armée qui doit en assurer la conquête. 10 juin (21 prairial.)—Apparition de la flotte française devant Malte. 9 juin (22 prairial.)—Débarquement des Français dans l'île. 12 juin (24 prairial.)—Capitulation de l'île de Malte; Bonaparte s'occupe avec activité d'établir une bonne administration dans l'île. 19 juin (1er messidor.)—Bonaparte quitte Malte pour se rendre à sa destination; il emmène avec lui les bâtimens de guerre trouvés dans le port. 1er juillet (13 messidor.)—Arrivée de la flotte française en vue d'Alexandrie, et débarquement de l'armée. 2 juillet (14 messidor.)—Attaque et prise d'Alexandrie. 11 juillet (23 messidor.)—Combat de Damanhour.

×