Clan9
____________________________
Extraits de l'Archéofuturisme (1998, éditions l'Aencre)
Guillaume Faye
Après un parcour...
Essence de l'archaïsme
Il est probable que ce n'est seulement qu'après la catastrophe qui abattra la
modernité, son épopée...
conjugalité, prestige de la caste guerrière ; inégalité des statuts sociaux, non pas
implicite, ce qui est injuste et frus...
catastrophes» concernent l'écologie, la démographie, l'économie, la religion,
l'épidémiologie et la géopolitique.
La civil...
dissimulée et compensée par le discours de la «morale unique», angélique et
pseudo-humaniste, voilà ce qui se remarque de ...
cultures du Sud? Bref, la greffe du modèle socio-économique occidental dans les
pays du Sud s'avère explosif.
4) Quatrième...
discours est impressionnante. Récemment un Premier ministre asiatique a traité le
gouvernement français de «raciste» au te...
7) Septième ligne de catastrophe: le développement d'une pollution incontrôlée de la
planète, qui ne menace pas cette dern...
première fois, la catastrophe risque d'être globale dans un monde globalisé. Robert
Ardrey, brillant éthologue et dramatur...
plus fort et douloureux. Nous nous avançons vers une Révolution à coté de laquelle
la Révolution russe n'aura été qu'un pe...
Les mesures concrètes prises par les Verts au pouvoir sont souvent à se tordre de
rire, comme l'annulation du percement du...
3) Il a des idées et pousse au débat, là où il est entendu que les idées sont
dangereuses (parce qu'elles divisent et réve...
culturel de son pays, phénomène jamais vu dans l'Histoire des Gaules et de la
France.
2) Deuxième raison avancée : les imm...
conserver le pouvoir. Pour des raisons démographiques, l'électorat de droite n'est
plus majoritaire pour très longtemps. L...
égalitaire et individualiste. De ce fait, les belles âmes politiquement correctes sont
idéologiquement prises au piège: co...
comme lieu de compétition et d'éducation et transformation partielle de cette dernière
en une jungle inviable ; création d...
en jungle. Anti-sélection et anti-exclusion : l'échec de ces principes conduira à la
catastrophe. Et celle-ci incitera au ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

(Tapez bibliothèque identitaire) faye guillaume extraits archeofuturisme 1998 –(clan9 identitaire , racisme anti blanc , thule)raciste esclavage 88

123 vues

Publié le

c

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
123
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

(Tapez bibliothèque identitaire) faye guillaume extraits archeofuturisme 1998 –(clan9 identitaire , racisme anti blanc , thule)raciste esclavage 88

  1. 1. Clan9 ____________________________ Extraits de l'Archéofuturisme (1998, éditions l'Aencre) Guillaume Faye Après un parcours atypique -du show-business à la presse populaire -Guillaume Faye, un des principaux théoriciens de la Nouvelle droite, qu'il a quittée en 1986, revient au combat des idées. Avec de nouvelles munitions idéologiques, de nouveaux concepts que certains jugeront révolutionnaires ou subversifs. En des temps où les enjeux et les dangers se précisent, il prône une pensée "dure". Son objectif est de rajeunir notre courant d'idées en ouvrant des pistes inimaginables et impensables il y a quelques années. .. Sa thèse centrale est que le monde actuel se dirige vers une "convergence des catastrophes", un séisme de civilisation, et que la loi du monde de l'après-chaos -qui commence déjà à poindre - sera l'Archéofuturisme, un mélange détonant de techno- science et de retour aux valeurs ancestrales. Fidèle à sa réputation sulfureuse, Guillaume Faye propose une réflexion radicale et provocatrice. Il offre à notre famille d'esprit, et surtout à la jeunesse, les armes de la rébellion, de la libération et de la renaissance. Un livre politiquement incorrect ? Plus encore: idéologiquement dissident, voire séditieux, face aux dogmes et à l'échec global de la" "modernité". Il propose des voies idéologiques inédites, comme la notion de "constructivisme vitaliste", propres à rassembler toutes les composantes de notre famille d'esprit et de notre sphère politique, en France et en Europe. Un livre où il est exposé que nos racines ont de l'avenir si nous savons les métamorphoser et les projeter dans le futur. D'ores et déjà, la nouvelle notion d'archéofuturisme fait partie de l'arsenal de notre courant de pensée. L'ouvrage se conclut par une nouvelle de science-fiction, une "chronique des temps archéofuturistes", qui nous plonge en 2073, au cœur de la Fédération Eurosibérienne. Un livre-choc, un coup de fouet pour l'esprit critique, un manifeste qui fera date et qu'il faut lire d'urgence, où l'auteur formule des visées inscrites dans le droit fil de son seul vrai maître, Nietzsche.
  2. 2. Essence de l'archaïsme Il est probable que ce n'est seulement qu'après la catastrophe qui abattra la modernité, son épopée et son idéologie mondiales, qu'une vision du monde alternative s'imposera par nécessité. Nul n'aura la prévoyance et le courage de l'appliquer avant l'irruption du chaos. Il nous appartient donc, nous qui vivons dans l'interregnum, l'interrègne, selon la formule de Giorgio Locchi, de préparer dès maintenant la conception du monde de l'après-catastrophe. Elle pourrait être centrée sur l'archéofuturisme. Mais il faut donner contenu à ce concept. Il faut redonner au mot "archaïque" son vrai sens, positif et non péjoratif selon la signification du substantif grec archè qui signifie à la fois "fondement" et "commencement", autrement dit "impulsion fondatrice". Il a également le sens de "ce qui est créateur et immuable" et se réfère à la notion centrale d"'ordre". Attention "archaïque" n'est pas "passéiste", car le passé historique a produit la modernité égalitaire qui échoue, et donc toute régression historique serait absurde. C'est la modernité qui appartient déjà à un passé révolu. L'archaïsme est-il un traditionalisme ? Oui et non. Le traditionalisme prône la transmission des valeurs et, à juste titre, combat les doctrines de "table rase". Mais tout dépend quelles traditions on transmet. On ne saurait accepter n'importe quelle tradition, par exemple celles des idéologies universalistes et égalitaires ou celles qui sont figées, muséographiques, démobilisantes. Ne convient-il pas de sélectionner entre les traditions (les valeurs transmises) celles qui sont positives de celles qui sont nuisibles ? (...) Les enjeux qui agitent le monde actuel et qui menacent de catastrophe la modernité égalitaire sont déjà d'ordre archaïque le défi religieux de l'islam ; les batailles géopolitiques et océano-politiques pour les ressources rares, agricoles, pétrolières, halieutiques ; le conflit Nord-Sud et l'immigration de colonisation vers l'hémisphère Nord ; la pollution de la planète et le heurt physique entre les souhaits de l'idéologie du développement et la réalité. Tous ces enjeux nous replongent vers les questions immémoriales. Envoyés aux oubliettes les débats politiques quasi théologiques des XIX et XX siècles, qui n'étaient que discours sur le sexe des anges (...) D'autre part, comme le pressentit le philosophe Rayrnond Ruyer, détesté par l'intelligentsia de la rive gauche, dans ses deux ouvrages-clés, Les nuisances idéologiques et Les cents prochains siècles, la parenthèse des XIX et XX siècles une fois refermée, les hallucinations de l'égalitarisme ayant sombré dans la catastrophe, l'humanité en reviendra aux valeurs archaïques, c'est-à-dire tout simplement biologiques et humaines (anthropologiques) : séparation sexuelle des rôles, transmission des traditions ethniques et populaires, spiritualité et organisation sacerdotale, hiérarchies sociales visibles et encadrantes, culte des ancêtres, rites et épreuves initiatiques, reconstruction des communautés organiques imbriquées de la sphère familiale au peuple, désindividualisation du mariage et des unions qui doivent impliquer la communauté autant que les époux, fin de la confusion entre érotisme et
  3. 3. conjugalité, prestige de la caste guerrière ; inégalité des statuts sociaux, non pas implicite, ce qui est injuste et frustrant, comme aujourd'hui dans les utopies égalitaires, mais explicite et idéologiquement légitimée ; proportionnalité des devoirs aux droits ; dict de la justice selon les actes et non selon les hommes, ce qui responsabilise ces derniers ; définition du peuple et de tout groupe ou corps constitué comme communauté diachronique de destin et non comme masse synchronique d'atomes individuels, etc. Bref, les siècles futurs, dans le grand mouvement de balancier de l'histoire que Nietzsche nommait "l'éternel retour de l'identique", en reviendront d'une manière ou d'une autre à ces valeurs archaïques. Le problème, pour nous, Européens, est de ne pas, par pusillanimité, nous les laisser imposer par l'Islam - ce qui est train, subrepticement, de se passer -, mais de nous les réimposer à nous-mêmes, en puisant dans notre mémoire historique. Récemment, un grand patron de presse français - que je ne puis nommer -, connu pour ses sympathies gaucho-libérales, me faisait, en substance, la remarque désabusée suivante : " Les valeurs de l'économie de marché sont perdantes à terme contre celles de l'islam, car elles sont exclusivement fondées sur la rentabilité économique individuelle, ce qui est inhumain et éphémère." A nous de faire en sorte que ce ne soit pas l'islam qui nous impose l'inévitable retour au réel. Évidemment, l'idéologie aujourd'hui hégémonique - mais sans doute plus pour très longtemps - regarde comme diaboliques ces valeurs. Exactement comme un fou paranoïaque voit le psychiatre qui le soigne sous les traits du démon. En réalité ce sont des valeurs de justice. Conformes à la nature humaine immémoriale, ces valeurs archaïques refusent l'erreur de l'émancipation de l'individu, commise par la philosophie des Lumières qui aboutit à l'esseulement de cet individu et à la barbarie sociale. Ces valeurs archaïques sont ]ustes au sens des anciens Grecs parce qu'elles prennent l'homme pour ce qu'il est, un zoon politicon ("animal social et organique inséré dans la cité communautaire") et non pour ce qu'il n'est pas, un atome asexué et isolé muni de pseudo-droits universels et imprescriptibles. Concrètement, ces valeurs anti-individualistes permettent la réalisation de soi, la solidarité active, la paix sociale, là où l'individualisme pseudo-émancipateur des doctrines égalitaires n'aboutit qu'à la loi de la jungle. La «Convergence des catastrophes» Jadis, maintes civilisations se sont écroulées, mais il s'agissait de désastres régionaux qui ne concernaient pas toute l'humanité. Aujourd'hui, pour la première fois dans l'Histoire, une civilisation mondiale, extension planétaire de la civilisation occidentale, est menacée par des lignes convergentes de catastrophes qui résultent de l'application de ses propres projets idéologiques. Une série d'enchaînements dramaturgiques convergent vers un point fatidique, que j'estime au début du 21ème siècle, entre 2010 et 2020, pour précipiter ans le chaos le monde que nous connaissons, avec l'ampleur d'un séisme civilisationnel. Les «lignes de
  4. 4. catastrophes» concernent l'écologie, la démographie, l'économie, la religion, l'épidémiologie et la géopolitique. La civilisation actuelle ne peut pas durer. Ses fondements sont contraires au réel. Elle se heurte, non pas à des contradictions idéologiques -- qui sont toujours surmontables -- mais pour la première fois, à un mur physique. La vieille croyance aux miracles de l'égalitarisme et de la philosophie du progrès, qui sous-entendait que l'on pouvait obtenir toujours plus, le beurre et l'argent du beurre, a fait long feu. Cette idéologie angélique a débouché sur un monde de moins en moins viable. La modernité initie la convergence des catastrophes Pour définir le contenu d'un éventuel archéofuturisme, il faut résumer la critique fondamentale à faire de la modernité. Issue de l'évangélisme laïcisé, du mercantilisme anglo-saxon et de la philosophie individualiste des Lumières, la modernité a réussi à établir son projet planétaire, fondé sur l'individualisme économique, l'allégorie du Progrès, le culte du développement quantitatif, le «droit- de-l'hommisme» abstrait, etc. Mais c'est une victoire à la Pyrrhus car le projet réussi de cette conception-du-monde de s'arroger le Règne de la Terre entre en crise avant de s'effondrer, probablement au début du prochain siècle. La roche tarpéienne est près du Capitole. Résumons brièvement la nature de ces lignes-de-catastrophes: 1) La première est la cancérisation du tissu social européen. La colonisation de peuplement de l'hémisphère Nord par les peuples du Sud, de plus en plus importante en dépit des affirmations rassurantes des médias, est lourde de situations explosives, surtout associées à l'effondrement des Eglises en Europe, devenue terre de conquête pour l'Islam; l'échec de la société multiraciale, toujours plus multiraciste et néo-tribale; la progressive métamorphose ethno-anthropologique de l'Europe, véritable cataclysme historique; le retour du paupérisme à l'Ouest comme à l'Est; la progression lente mais constante de la criminalité et de la consommation de stupéfiants; l'effritement continu des structures familiales; le déclin de l'encadrement éducatif et de la qualité des programmes scolaires; le grippage de la transmission des savoirs culturels et des disciplines sociales (barbarisation et décompétence); la disparition de la culture populaire au profit d'un abrutissement des passes passivisées par l'électro-audiovisuel (Guy Debord s'est suicidé parce qu'il avait vu trop juste dans sa Société du Spectacle, rédigé en 1967); le déclin continu des tissus urbains ou communautaires au profit de zones péri-urbaines floues sans lisibilité ni cohérence, ni légalité, ni sûreté; l'installation, en France particulièrement, d'une situation endémique d'émeutes urbaines -- un Mai rampant en plus grave; la disparition de toute autorité civile dans les pays de l'ancienne URSS en proie au déclin économique. Tout cela se déroule au moment où les Etats-nations voient décliner leur autorité souveraine, sans parvenir à enrayer paupérisme, chômage, criminalité, immigration clandestine, puissance montante des mafias et corruption des classes politiques; et au moment où les élites créatrices et productives, en proie au fiscalisme et à une surveillance économique accrue, sont tentées par le grand voyage américain. Une société de plus en plus égoïste et sauvage, en voie de primitivisme, paradoxalement
  5. 5. dissimulée et compensée par le discours de la «morale unique», angélique et pseudo-humaniste, voilà ce qui se remarque de plus en plus, année après année, jusqu'au point de rupture. 2) Mais ces facteurs de rupture sociale en Europe seront aggravés par la crise économico-démographique qui ne fera qu'empirer. Dès 2010, le nombre d'actifs sera insuffisant pour fiancer les retraités du «papy-boom». L'Europe croulera sous le poids des vieillards; or des pays vieillissants voient leur économie ralentie et handicapée par le financement des dépenses de santé et des retraites de citoyens improductifs; de plus, le vieillissement assèche le dynamisme techno-économique. L'idéologie égalitaire de la (vieille) modernité a empêché de porter remède à cette situation, du fait de deux dogmes: d'abord l'anti-natalisme (cet ethno-masochisme) qui censura les tentatives de redressement volontariste de la natalité; ensuite le refus égalitariste de passer du système de sécurité sociale de répartition au système de capitalisation (fonds de pension). Bref, nous n'avons encore rien vu. Le chômage et la paupérisation empireront, tandis qu'une classe minoritaire, branchée sur les marchés mondiaux, appuyée par la classe des fonctionnaires et salariés protégés, prospérera. L'horreur économique est au rendez-vous. L'égalitarisme, par effet pervers, prouvant par là qu'il est l'inverse de la justice au sens platonicien, fabrique des sociétés d'oppression socio-économique. L'Etat-providence social-démocrate, fondé sur le mythe du Progrès, s'effondrera aussi sûrement, mais dans un plus grand fracas que le système communiste. L'Europe est en voie de tiers-mondisation. La crise est devant nous, ou plutôt la rupture des verrous de l'édifice socio-économique qui tient lieu de civilisation. L'Amérique, immense continent voué aux migrations pionnières et habitué à une culture brutale et à un système conflictuel de ghettos ethniques et économiques, apparaît moins vulnérable que l'Europe. Elle peut encaisser une rupture d'équilibre. Tout au moins sur le plan de la stabilité sociale, car elle n'échappera pas à un éventuel maelström général. 3) Troisième ligne dramaturgique de catastrophe de la modernité: le chaos du Sud. En s'industrialisant contre leurs cultures traditionnelles, les pays du Sud, en dépit d'une croissance trompeuse et fragile, ont créé chez eux un chaos social qui va s'aggravant. Les récents événements d'Indonésie en sont un intersigne. L'homme d'affaires franco-anglais Jimmy Goldsmith, reniant avec perspicacité sa famille de pensée, l'avait parfaitement analysé: émergence de métropoles-champignons gigantesques (Lagos, Mexico, Rio, Calcutta, Kuala-Lumpur ...) qui deviennent des jungles infernales: coexistence d'un paupérisme qui tient de l'esclavage avec de riches et insolentes bourgeoisies autoritaires et minoritaires appuyées par des «armées de police» destinées à la répression intérieure; destruction accélérée de l'environnement; montée des fanatismes socio-religieux, etc. Les pays du Sud sont des poudrières. Les génocides récents de l'Afrique centrale, la montée en Inde, Malaisie, Indonésie, Mexique, etc., de conflits civils violents (appuyés ou pas sur l'extrémisme religieux et souvent attisés par les Etats-Unis) ne constituent que l'avant-goût d'un avenir sombre. L'idéologie égalitaire dissimule cette réalité en se félicitant d'un «progrès de la démocratie» dans les pays du Sud. Discours trompeur, car il s'agit de simulacres de démocraties. Et puis, est-ce que la «démocratie» du modèle helléno-européen, par effet pervers (l'hétérotélie de Monnerot), par incompatibilité mentale, n'est pas lourde tragédies si on l'applique de force aux
  6. 6. cultures du Sud? Bref, la greffe du modèle socio-économique occidental dans les pays du Sud s'avère explosif. 4) Quatrième ligne de catastrophe, récemment expliquée par Jacques Attali: la menace d'une crise financière mondiale, qui serait beaucoup plus grave que celle des années trente et entraînerait une récession générale. La chute des bourses et des monnaies est-asiatiques, comme la récession qui frappe cette région, en serait le signe avant-coureur. Cette crise financière aurait deux causes: a) beaucoup trop de pays sont endettés par rapport aux capacités bancaires créditrices mondiales; et pas seulement les pays pauvres. Le service de la dette des nations européennes est préoccupant. b) L'économie mondiale repose de plus en plus sur la spéculation et la logique des flux de placements rentables (bourses, sociétés fiduciaires, fonds de pensions internationaux, etc.); cette prévalence du monétarisme spéculatif sur la production fait courir le risque d'une «panique générale» en cas d'effondrement des cours dans un secteur: les spéculateurs internationaux retirant leurs avoirs, l'économie mondiale se trouverait «déshydratée», avec des investissements en chute libre, du fait de l'effondrement du marché des capitaux où les firmes industrielles et les Etats empruntent. La conséquence: une récession globale et brutale, funeste pour une civilisation qui repose entièrement sur l'emploi économique. 5) Cinquième ligne de catastrophe: la montée des fanatismes intégristes religieux, principalement l'Islam, mais pas seulement, puisque les polythéistes indiens s'y mettent ... Le surgissement de l'Islam radical est le contrecoup des excès du cosmopolitisme de la modernité qui voulut imposer au monde entier le modèle de l'individualisme athée, le culte de la marchandise, la déspiritualisation des valeurs et la dictature du spectacle. Par réaction à cette agression, l'Islam s'est radicalisé, en même temps qu'il redevenait dominateur et conquérant, conformément à sa tradition. Sa pratique globale ne cesse d'augmenter, au moment où le christianisme, qui a perdu toute agressivité prosélyte, décline -- même en Amérique du Sud et en Afrique noire -- par suite du suicide que fut le Concile Vatican II, la plus grande gaffe théologique de l'histoire des religions. En dépit des dénégations rassurantes des médias occidentaux, l'Islam radical progresse partout comme un incendie et menace de nouveaux pays: Maroc, Tunisie, Egypte, Turquie, Pakistan, Indonésie, etc. Conséquences: guerres civiles à venir dans les pays bi-religieux, comme l'Inde; affrontements en Europe -- surtout en France et en Grande-Bretagne -- où l'Islam risque de devenir dans vingt ans la première religion pratiquée, et multiplication de crises internationales impliquant les Etats islamiques, dont certains pourront détenir des armes nucléaires «sales». A ce propos, il faut dénoncer la niaiserie de tous ceux qui croient qu'un «islam occidentalisé et respectueux de la laïcité républicaine» est possible. Il est impossible, parce que l'Islam est consubstantiellement théocratique et rejette l'idée de laïcité. Le conflit semble inévitable. Hors d'Europe et en Europe. 6) Un affrontement Nord-Sud, aux racines théologico-ethniques, se profile. Il remplace, avec une probabilité accrue, le risque, pour l'instant conjuré, d'un conflit Est-Ouest. Nul ne sait la forme qu'il prendra, mais il sera grave, car fondé sur des enjeux et des sentiments collectifs bien plus forts que l'ex-polarité polémique Etats- Unis / URSS, capitalisme / communisme, de nature artificielle. Les puissantes racines de cette menace sont, tout d'abord, le ressentiment tenace, refoulé et dissimulé des pays du Sud face à leurs anciens colonisateurs. La racialisation des
  7. 7. discours est impressionnante. Récemment un Premier ministre asiatique a traité le gouvernement français de «raciste» au terme d'un litige économique banal où un investisseur italien avait été préféré à une entreprise de son pays. Cette racialisation des rapports humains, conséquence concrète (hétérotélique) du cosmopolitisme «antiraciste» de la modernité, se remarque évidemment aussi en Occident: le leader musulman noir américain Farrakhan, comme les groupes de rap aux Etats-Unis et en France (NTM, Ministère Amer, Doc'Gynéco, Black Military, etc.) ne cessent d'en appeler subrepticement à une «vengeance contre les Blancs» et à la désobéissance civile. Le cosmopolitisme égalitaire a paradoxalement installé le racisme globalisé, pour l'instant sous-jacent et implicite, mais pas pour longtemps. Mis en présence, au contact les uns des autres dans la «ville globale» qu'est devenue la Terre, les peuples se préparent à s'affronter. Et c'est l'Europe, victime d'une colonisation de peuplement, qui risque d'en être le champ de bataille principal. Et ceux qui prétendent que le métissage général est l'avenir de l'humanité se trompent: ce dernier ne sévit qu'en Europe. Les autres continents, principalement l'Asie et l'Afrique, forment de plus en plus des blocs ethniques imperméables qui exportent le surplus de leurs populations, mais n'en importent pas. Point capital: l'Islam devient l'étendard emblématique de cette révolte contre le Nord, revanche freudienne contre «l'impérialisme occidental». Dans l'inconscient collectif des peuples du Sud s'installe cette idée-force: «les mosquées s'installent en terre chrétienne». Vieille revanche des Croisades, retour de l'archaïque, retour de l'histoire, comme un boomerang. Les intellectuels -- musulmans ou occidentaux -- qui prétendent que le fondamentalisme conquérant et intolérant n'est pas l'essence de l'Islam se trompent lourdement. L'essence de l'Islam, comme celle du christianisme médiéval, c'est le totalitarisme théocratique impérial. Quant à ceux qui se rassurent en expliquant doctement que les pays musulmans sont «désunis», qu'ils sachent simplement qu'ils sont moins désunis entre eux que ligués contre un adversaire commun, surtout quand surgiront les cas d'urgence. Cette colonisation du Nord par le Sud apparaît comme un colonialisme mou, sans franchise, appuyé par des appels à la pitié, à l'asile, à l'égalité. C'est la «stratégie du renard» (opposée à celle du lion) notée par Machiavel. Mais en réalité le colonisateur, qui se justifie par l'idéologie occidentale et «moderne» de sa victime, dont il feint d'adopter les valeurs, ne les partage nullement. Il est anti-égalitaire, dominateur (en se prétendant dominé et persécuté), revanchard et conquérant. Belle ruse d'une mentalité restée archaïque. Pour le contrer, ne s'agirait-il pas de redevenir mentalement archaïque et de se débarrasser du handicap démobilisateur de l'humanisme «moderne»? Autre fondement d'un conflit Nord-Sud: un litige politico-économique global. Guerre pour les marchés et les ressources rares en voie d'épuisement (eau potable, réserves halieutiques, etc.), refus des quotas de dépollution par les pays nouvellement industrialisés du Sud, exigence de ces derniers de déverser leurs surplus de population vers le Nord. Dans l'histoire, ce sont les schémas simples qui s'imposent. Un Sud complexé, pauvre, jeune, démographiquement prolixe, fait pression sur un Nord moralement désarmé et vieillissant. Et n'oublions pas que le Sud se dote d'armes nucléaires alors que le Nord pusillanime n'a que les mots «désarmement» et «dénucléarisation» à la bouche.
  8. 8. 7) Septième ligne de catastrophe: le développement d'une pollution incontrôlée de la planète, qui ne menace pas cette dernière (elle a encore quatre milliards d'années devant elle et peut reprendre à zéro toute l'évolution), mais la survie physique de l'humanité. Cet effondrement de l'environnement est le fruit du mythe libéralo- égalitaire (mais jadis aussi soviétique) du développement industriel universel et d'une économie énergétique pour tous. Fidel Castro, pour une fois bien inspiré, déclarait dans son discours à l'OMS à Genève le 14 mai 1997: Le climat change, les mers et l'atmosphère se réchauffent, l'air et les eaux se contaminent, les sols s'érodent, les déserts s'étendent, les forêts disparaissent, l'eau se fait rare. Qui sauvera notre espèce? Les lois aveugles et incontrôlables du marché? La mondialisation néolibérale? Une économie qui croît en soi et pour soi comme un cancer qui dévore l'homme et détruit la nature? Ceci ne peut être la voie, ou bien ne le sera que pendant une période très brève de l'Histoire. On ne saurait mieux dire ... Fidel Castro, en prononçant ces paroles prophétiques, devait avoir en tête l'arrogance irresponsable des Etats-Unis qui refusent de réduire (sommets de Rio, puis de Tokyo) leurs émissions de dioxyde de carbone. Mais aussi ce «marxiste paradoxal» pensait-il à l'adhésion de tous les peuples au modèle du profit marchand pur et à court terme, qui pousse à polluer, à déforester, à dévaster les réserves halieutiques océanes, à piller les ressources fossiles ou végétales, sans aucune planification globale? Fidel Castro en appelle ici sans le savoir, non au marxisme, aussi dévastateur que le libéralisme, mais à l'antique sagesse justicialiste platonicienne. 8) Il convient d'ajouter: que la «toile de fond» de ces sept lignes catastrophiques convergentes est saturée de facteurs aggravants, d'accélérateurs, pourrait-on dire. En vrac: la fragilisation des systèmes techno-économiques par l'informatique (le fameux bug de l'an 2000); la prolifération nucléaire en Orient asiatique (Chine, Inde, Pakistan, Irak, Iran, Israël, Corée, Japon ...) de la part de pays en intense rivalité, aux réactions nerveuses et imprévisibles; l'affaiblissement des Etats face au pouvoir des mafias qui contrôlent et amplifient le commerce des drogues (naturelles et de plus en plus chimio-génétiques), mais s'appuient aussi sur de nouveaux secteurs économiques allant de l'armement à l'immobilier en passant par l'agro-alimentaire; ces mafias internationales, avertissait un récent rapport de l'ONU, disposent de moyens supérieurs à ceux des instances internationales répressives. N'oublions pas non plus le retour des maladies virales et microbiennes archaïques: le mythe de l'immunité sanitaire s'effondre. Le Sida en fut la première brèche. Nous sommes menacés, du fait notamment de l'affaiblissement mutagène des antibiotiques et de l'intensité des déplacements humains, par le retour d'un désordre sanitaire mondial. Récemment, à Madagascar, quatorze cas de peste pulmonaire ne purent être traités. Bref, n'y a-t-il pas toutes les raisons de penser que la modernité va droit au mur et que l'accident planétaire est irréversible? Peut-être pas. Mais peut-être ... L'essence de l'Histoire, son moteur, n'est-ce pas le carburant de la catastrophe? Mais là, pour la
  9. 9. première fois, la catastrophe risque d'être globale dans un monde globalisé. Robert Ardrey, brillant éthologue et dramaturge américain, prophétisait en 1973: «Le monde moderne ressemble à un train de munitions qui fonce, dans le brouillard, par une nuit sans lune, tous feux éteints». Ces catastrophes annoncées sont le fruit direct de l'indécrottable croyance aux miracles de la modernité: pensons au mythe du niveau de vie élevé possible pour tous à l'échelle planétaire, et à la généralisation d'économies à fortes consommations énergétiques. Le paradigme de l'égalitarisme matérialiste dominant -- une société de consommation «démocratique» pour dix milliards d'hommes au 21ème siècle sans saccage généralisé de l'environnement -- est une utopie à l'état brut. Cette croyance onirique se heurte à des impossibilités physiques. La civilisation qu'elle a produite ne pourra donc pas durer longtemps. Paradoxe du matérialisme égalitaire: il est idéaliste et matériellement irréalisable. Et ce, pour des raisons sociales (il déstructure les sociétés) et surtout écologiques: la planète ne pourra physiquement supporter le développement général d'économies hyper-énergétiques accessibles à tous les humains. Les «progrès de la science» ne sont pas au rendez- vous. Il ne faut pas rejeter la techno-science, mais la recentrer dans une perspective inégalitaire. Nous verrons cela plus loin ... Le problème n'est donc plus de savoir si la civilisation planétaire érigée par la modernité égalitaire va s'effondrer, mais quand. Nous sommes donc en situation d'état d'urgence (l'Ernstfall dont parlait Carl Schmitt en expliquant que l'égalitarisme libéral n'avait jamais compris ni intégré cette notion capitale, puisqu'il pense le monde de manière providentielle et miraculeuse, dominé par la ligne ascendante du progrès-développement). La modernité et l'égalitarisme n'ont jamais envisagé leur fin, jamais reconnu leurs erreurs, jamais su que les civilisations étaient mortelles. Pour la première fois, il y a une certitude: un ordre global de civilisation est menacé d'effondrement parce que fondé sur un paradoxal et bâtard matérialisme idéaliste. On demande une nouvelle vision du monde pour la civilisation de l'après- catastrophe. C'est au bord du gouffre que les populations européennes réagiront à ce qui leur arrive. Quand l'hédonisme économique sera brisé. Il ne faut pas attendre de solutions efficaces avant une catastrophe prévisible. C'est le consumérisme, le confort, les innombrables «commodités» de la société de consommation, l'ahurissement de la société du spectacle, qui ont brisé les ressorts de la résistance. Affaiblissement par une mollesse de vie, un individualisme débridé, et par des rêves audiovisuels et publicitaires d'une existence et d'expériences oniriques et virtuelles. Ce que l'anthropologue Arnold Gehlen nommait les «expériences de seconde main». De l'opium socio-économique. Mais cette société, fondée sur la conspicuous consumption («consommation ostentatoire»), comme l'avait noté Thorstein Veblem au début du siècle, a sapé ses propres fondements économiques et sociaux. Elle a détruit ses rêves de liberté, d'émancipation, d'égalité, de justice et de prospérité en les poussant si loin, jusqu'à l'absurde, que par un effet boomerang, elle n'est plus capable de résister aux crises financières, aux délinquances, aux séismes sociaux qu'elle a générés. Phénomène de retournement dialectique bien décrit par Marx et par Jules Monnerot. Cette société a provoqué un affaiblissement anthropologique global, où toutes les défenses immunitaires s'effondrent. Le remède n'en sera que
  10. 10. plus fort et douloureux. Nous nous avançons vers une Révolution à coté de laquelle la Révolution russe n'aura été qu'un petit chahut. L'imposture ecologiste En France comme en Allemagne, le paradoxe des écologistes politiques, c'est qu'ils font de la politique, mais pas d'écologie. On chercherait en vain dans leurs programmes de véritables propositions écologiques, comme l'organisation continentale du «ferroutage» (les camions sur trains, non plus sur autoroute) ou la production de véhicules non polluants (GPL, électrique, etc), ou la lutte contre le «mitage» (dispersion de l'habitat en zones naturelles), l'épandage de lisier, la pollution phréatique des grands aquifères, l'épuisement halieutique des plateaux continentaux, les additifs alimentaires chimiques, l'excès d'insecticides, de pesticides, etc. A chaque fois que j'ai évoqué ces questions précises et concrètes avec un représentant des Verts, j'ai eu l'impression qu'elles ne le concernaient pas vraiment et qu'il ne les avait même jamais creusées. C'est que, m'a avoué un jour discrètement Brice Lalonde, la cible des Verts est le nucléaire diabolisé de manière magique, car assimilé à la «bombe atomique». Or leur objectif explicite de fermeture du parc nucléaire implique la remise en fonctionnement de centrales au fioul et au charbon autrement plus polluantes et dangereuses (et plus chères) que les centrales nucléaires et leurs aléas (déchets et risques d'aérosols radioactifs type Tchernobyl). La lutte anti-nucléaire est donc anti- écologique. Contre les marées noires et les émissions de dioxyde de carbone, les Verts donnent peu de la voix; contre le moindre incident sans gravité dans une centrale, c'est un concert de hurlements. Seulement voilà: les Verts n'osent pas s'en prendre au lobby pétrolier mondial qui, sans aucun doute, crache au bassinet pour intensifier la lutte anti-nucléaire. Le lobby nucléaire national est un ennemi beaucoup plus confortable. Il n'existe pas d'énergie non souillante et, à ce jour, le nucléaire est la moins sale des énergies industriellement maîtrisables. Il est extraordinaire de penser que, pour remplacer l'énergie la moins polluante, les Verts en arrivent (comme en Suède) à recourir à la réactivation des énergies fossiles les plus polluantes. Les cinq sources d'énergies peu salissantes alternatives au nucléaire (géothermique, solaire, éolienne, marémotrice, hydraulique) sont techniquement dans l'impossibilité de fournir les mégawatts nécessaires à un pays industriel. Comme l'extrême-gauche dans le domaine économique et social, les Verts se contentent de critiquer et de démolir. Jamais aucune étude, aucune proposition sérieuse n'émane de leurs rangs pour améliorer et rentabiliser les sources d'énergie précitées, assez propres, ou en imaginer d'autres. Par exemple: décentraliser la production d'électricité en installant sur tous les fleuves des dynamos immergées, version contemporaine des antiques moulins à eau, ou en construisant au large des côtes ventées des plates-formes éoliennes selon le concept d'une société hollando- flamande.
  11. 11. Les mesures concrètes prises par les Verts au pouvoir sont souvent à se tordre de rire, comme l'annulation du percement du canal Rhin-Rhône obtenue par Madame Voynet. En conséquence: l'augmentation du trafic de marchandises par camions, entre la mer du Nord et la Méditerranée, engorgera davantage la route, voie la plus coûteuse et la plus polluante. En réalité, les Verts ne se préoccupent absolument pas d'écologie. C'est un simple prétexte. A preuve: ils se dépensent sans compter, en Allemagne et en France, pour défendre les naturalisations, la régularisation des clandestins, pour empêcher les expulsions légales, etc, mais bien peu pour défendre la cause écologique. L'écologie est le cache-sexe du gauchisme. L'écologie politique, comme on l'a vu avec les campagnes de Greenpeace, est une vaste imposture. Elle constitue un des innombrables déguisements -- comme les associations caritatives et humanitaires ou culturelles -- dont se sert l'extrême- gauche politique pour avancer ses pions et pallier son absence profonde de tout projet socio-économique alternatif. A propos du Front National Je suis en désaccord sur plusieurs points avec le programme affiché du Front national, notamment sa stratégie européenne, sa doctrine économique et son nationalisme jacobin latent. Mais, comme l'écrivit Baudrillard - ce qui lui valut l'ostracisme brutal de la classe intello-médiatique - le FN est le seul parti authentiquement révolutionnaire depuis l'après-guerre. Sa visée est clairement le renversement global du système. On peut toujours discuter de la tactique, des points particuliers de la doctrine, mais l'essentiel est l'unité d'une vision du monde globale. Le Front national, malgré ses défauts, ses erreurs tactiques, ses querelles intestines, ses approxi-mations et contradictions idéologiques, est devenu " intouchable ". Il est criminalisé par la classe intello-médiatique et la bourgeoisie bien-pensante. Pourquoi ? Parce qu'il est "raciste", "fasciste", d"'extrênie droite", "anti-républicain" ? Nullement. Ces accusations de fausses vierges effarouchées ne sont que des prétextes. Outre qu'on cher-cherait en vain dans son programme des éléments empeuntes aux doctrines précitées, ses accusateurs les plus virulents appartiennent à des courants de pensée y compris Jospin et 50% des ministres socialistes - qui ont sciemment, pendant des décades entières, pactisé avec le communisme totalitaire. Les vraies raisons de l'ostracisme anti-FN sont ailleurs. Le Front national est un empêcheur de tourner en rond : 1) Il brise - en la dévoilant et en ne la pratiquant pas - la règle du jeu de la classe politique, c'est-à-dire le carriérisme, appuyé sur le pacte pseudo--républicain gauche- droite, fait de fausses détestations et de vraies connivences. 2) Il fait de la politique là où il était convenu qu'on fit des affaires.
  12. 12. 3) Il a des idées et pousse au débat, là où il est entendu que les idées sont dangereuses (parce qu'elles divisent et réveillent l'esprit du peuple) et qu'on ne remet pas impunément en cause un système fondé sur la décérébration de ce dernier par les élites de la société du spectacle. 4) Il exige du pouvoir des solutions concrètes aux difficultés pratiques, là ou il semblait évident qu'un gouvernement doit "communiquer" et manœuvrer pour être réélu et non pas "réussir pour convaincre". 5) Il rompt la loi du silence et dit au Roi qu'il est nu, en osant révéler une vérité sociale et politique catastrophique. Bref, le Front national est diabolisé, non point pour d'hypocrites raisons morales, mais parce qu'il est trop démocratique et trop poli-tique, parce qu'il menace directement la carrière de politiciens influents, de partis institués, de lobbies les plus divers, par le danger permanent qu'il fait peser de convaincre le peuple". Le Front national n'est pas diabolisé et combattu, avec un acharnement souvent illégal, parce qu'il "menacerait la République", mais parce qu'il menace les pseudo-républicains. Il n'est pas agressé parce que ses valeurs sont inacceptables, mais parce qu'il a des valeurs et que, ça, c'est inacceptable. Bien que je sois loin de partager nombre de points particuliers de son programme, je dois reconnaître qu'il représente la première force en Europe qui incarne implicitement cette idée mortelle pour le système : de la Résistance a la Révolution. Les fausses élites, usurpatrices de la République, tentent d'abattre et de bâillonner le Front, parce qu'il veut rétablir le contrat moral entre le peuple et ses dirigeants. On l'inculpe donc d'immoralité. Mais les faits trancheront. La classe politico-médiatique ne parvient pas à les infléchir. Alors, la seule voie qui lui reste, plutôt que d'interdire le Front national abolir le peuple. Elle s'emploie à le faire. Et l'immigration est une de ses armes. Mais c'est une arme à double tranchant, car, au risque de me répéter, elle a oublié un facteur essentiel : l'Islam. Source de l'immigrationnisme Pourquoi cette propension, dans toutes les gauches, à favoriser l'immigration et - plus on est à gauche - de manière de plus en plus débridée ? Les arguments avancés sont entachés de sophisme et de ridicule. 1) Pour l'honneur de la France, terre d'accueil, patrie des Droits de l'homme dont le devoir est de recueillir miséreux et réfugiés. Être patriote consiste donc à faire supporter aux nationaux le coût d'allogènes qui bénéficient de plus de sollicitudes publiques que les citoyens de souche. Être patriote consiste aussi, c'est bien connu, à métamorphoser, en une génération, le substrat anthropologique, ethnique et
  13. 13. culturel de son pays, phénomène jamais vu dans l'Histoire des Gaules et de la France. 2) Deuxième raison avancée : les immigrés dynamisent l'économie. Dans les années soixante, quand un patronat irresponsable et à courte vue, avec la complicité des syndicats, allait recruter à l'étranger de la main-d'reuvre docile à bon marché, plutôt que d'investir pour abaisser les coûts et d'augmenter la productivité en rémunérant correctement des travailleurs français, cet argument économique n'était même pas recevable. Aujourd'hui, le coût de l'immigration est colossal. 3) Troisième raison produite : la natalité française de souche n'est plus capable de renouveler les générations, donc les immigrés sont nécessaires. Magnifique sophisme : pourquoi ne pas plutôt prendre des mesures pour relancer la natalité des Français de souche ? Parce que le natalisme est un péché politique et idéologique. Nous touchons précisément là les deux véritables raisons de l'immigrationnisme. La première, psycho-idéologique ; la seconde, de pur calcul politicien. Première cause: la gauche qui pilote l'immigrationnisme et y entraîne une droite culpabilisée, ressent dans ses fibres idéologiques et morales, un sentiment, un complexe binaire: xénophilie et ethno-masochisme, idéalisation de l'étranger afro- asiatique et haine de sa propre lignée. Cela s'apparente à l'ancien syndrome bien connu des bourgeois marxistes anti-bourgeois, des s éminaristes défroqués anti- cléricaux ou des Juifs antisémites. Si l'on se livrait à une psychanalyse politique des idéologues de gauche, on découvrirait que, dans leur esprit, l"'homme blanc" est intrinsèquement coupable, frappé du péché ineffaçable et impardonnable d'avoir exploité l'homme extra-européen (colonialisme, racisme, etc.). L'immigrationnisme et les théories de la société multiraciale et métissée sont donc un travail d'expiation. Il faut réparer nos torts et disparaître en tant que peuples homogènes. Il faut nous laisser coloniser, dominer. (Quand je dis "nous", il ne s'agit pas d"'eux" personnellement, les idéologues de la gauche, mais de ces détestables masses populaires de souche européenne). Un exemple parmi tant d'autres: je fréquente beaucoup, pour des raisons professionnelles, les milieux du show- business. Au cours d'une interview de la belle et talentueuse Béatrice Dalle, lookée à gauche toute, style pseudo-rebelle, je lui demande: « Pourquoi tu n'as pas d'enfant(s) ». Réponse: « Ça me gonfle. Mais j'adore les gosses. J'en adopterais bien, si c'est possible. » Question : « Justement, tous ces petits Roumains et Ukrainiens sans famille, ça ne te tente pas ? » Réponse, sans commentaire: Non. Je ne veux pas adopter d'Européens. Uniquement des enfants de couleu1; d'Afrique ou d'Asie. » Quel beau terrain pour un psychanalyste : l'ethno-masochisme et la xénophilie de la gauche seraient-ils sous- tendus par une obsession raciale ? La seconde raison de l'immigrationnisme tient à un simple calcul électoral et démographique. Les sondages des renseignements généraux indiquent que, du fait des naturalisations et du droit du sol comme du laxisme migratoire, l'électorat d'origine immigrée ne cesse de croître en proportion. Or, les électeurs de cette origine votent en grande majorité pour les socialistes et l'extrême-gauche, censés les "protéger", alors que leur vivier électoral naturel, les classes populaires françaises de souche, les délaissent au profit du Front national notamment. Le calcul est simplissime : a) augmenter dans la population l'électorat immigré, b) faciliter l'accès au scrutin par l'inscription automatique (et non volontaire et "citoyenne") sur les listes électorales. C'est un calcul à court terme mais c'est un bon calcul carriériste pour les politiciens de gauche et d'extrême- gauche: s'assurer une majorité durable pour
  14. 14. conserver le pouvoir. Pour des raisons démographiques, l'électorat de droite n'est plus majoritaire pour très longtemps. Le peuple ne convient pas, il convient donc de changer de peuple. Préférence nationale : ambiguïté Le débat sur la "préférence nationale" ressemble à celui sur le monstre du Loch Ness; il porte sur un objet évanescent. La gauche et la droite dite républicaine, considèrent donc comme fascisante et discriminatoire la notion de préférence nationale. Les municipalités qui fournissent une allocation de naissance aux conjoints français sont mises hors-la-loi comme les associations caritatives qui limitent leur assistance aux citoyens français. Pourtant, cette préférence nationale gouverne constitutionnellement les embauches aux emplois civils et militaires. La Constitution est donc fascisante et discriminatoire; pourquoi donc ne la réforme-t-on pas d'urgence sur cette matière ? Le droit international est tout entier fondé sur cette notion de préférence nationale. Elle est appliquée par tous les pays du monde qui privilégient systématiquement leurs ressortissants, notamment en matière d'emploi. Mais tous les pays du monde, à l'exception de la France, doivent être fascistes. Comme étaient fascistes les lois de préférence nationale votées, sous Léon Blum, par le parlement du Front populaire ! En réalité dans cette affaire, les adversaires comme les défenseurs de la préférence nationale sont victimes du syndrome du concept politique contradictoire. L'idéologie égalitaire tout d'abord qui soutient à la fois l'idée de nation et de non-discrimination, d'appartenance et de non-exclusion. Pour aller, avec logique, jusqu'au bout de sa vision du monde individualiste et universaliste, l'idéologie hégémonique est au fond obligée de sacrifier, d'étouffer sous le traversin ses concepts de nation et de citoyenneté tant chéris par ailleurs. Car criminaliser l'idée de préférence nationale, c'est ôter toute substance à celle de citoyenneté. Nous sommes tous "citoyens du monde", la cause est entendue, mais d'aucun pays précis. Le concept même de nation, comme celui de citoyenneté nationale, n'ont plus aucun sens. Et, à la limite, celui d"'État" non plus. La gauche et l'extrême-gauche, grandes pourfendeuses de la préférence nationale, se rendent-elles compte qu'elles sapent par là leur attachement à l'État-nation et leurs doctrines de pilotage étatique de l'économie ? Se rendent-elles compte qu'elles se rallient implicitement à l'ultra- libéralisme, pour lequel il n'est nulle part de citoyens, mais des atomes individuels, des sujets économiques désincarnés et sans appartenance ? Mais la gauche la plus bête du monde ignore à l'évidence que le refus de la préférence nationale est le dogme central de l'ultra-libéralisme. Elle n'a jamais lu Milton Friedman. Au vrai, cette diabolisation de la préférence nationale n'est que le remugle de l'internationalisme prolétarien du marxisme, rapidement enterré pour cause d'utopie par les constructeurs du communisme. Toute la polémique sur cette préférence relève du phénomène d'émergence du concept enfoui. C'est de la psychanalyse politique. C'est le Front national qui a levé le lièvre en amenant le débat sur son terrain sémantique. Il a explicité un concept implicite de l'idéologie républicaine et forcé les "républicains" à reconnaître qu'il était au fond incompatible avec le dogme
  15. 15. égalitaire et individualiste. De ce fait, les belles âmes politiquement correctes sont idéologiquement prises au piège: combattre la préférence nationale et défendre en même temps avec emphase la "citoyenneté" (ou se réapproprier le patriotisme "français" et l'idée de France) s'avérera un exercice de plus en plus acrobatique. D'autre part, la gauche est ainsi forcée d'avouer ses arrière-pensées : un Sénégalais a tous les droits en France, mais un Français ne les possède pas au Sénégal. Cette entorse au sens commun n'est pas tenable très longtemps. Mais le Front national, en levant ce lièvre de la préférence nationale, n'échappe pas non plus à ses propres contradictions. Car enfin, de par les lois sur les naturalisations, de par l'évolution démographique et migratoire, ceux qu'il désigne comme "étrangers" sont bel et bien juridiquement Français, notamment la majorité des jeunes beurs- blacks. De manière spontanée, les beurs-blacks, pourtant "Français" juridiquement, ne raisonnent plus en termes de nationalité. Ils sont archéo- futuristes sans le savoir: ils y répondent en termes ethniques. Ils parlent de "Gaulois" ou de "fromages blancs" ou de "fils de Clovis". Quel décalage entre l'idéologie officielle de l'égalitarisme intégrateur et la réalité sociale. (...) La solution ? L'idéologie hégémonique et son système sont piégés par leurs contradictions qui sont autant de bombes à retardement. Seul, le clash résoudra le problème à la place des idéologues. Après, il faudra clarifier et choisir : ou bien abandonner toute idée nationale au profit d'une conception individualiste et cosmomopolite globale, ce qui constitue l'aboutissement logique de toute l'idéologie égalitaire et judéo-chrétienne et celle de la Révolution française; ou bien poser le principe clair de la préférence ethnique. Non plus fondée sur l'appartenance formelle et juridique à un État-Nation, mais à une communauté anthropo-culturelle. Pour l'instant, on navigue dans le brouillard, on transige, on triche. Mais je suis certain que des événements pas si lointains se chargeront de clarifier les choses. Un dernier point : l'étymologie du mot "nation" a complètement été gommée par la gauche. D'après le latin, ce mot signifie : "ensemble d'hommes nés de la même souche". Et en grec, ethnos. De l'anti-sélection à l'anti-exclusion Il y a un parallèle à opérer entre le discours gauchiste anti- sélection de Mai 68 et le discours actuel de la gauche, centré sur l'anti- exclusion. Il s'agit au fond du même processus: en voulant pousser son principe égalitaire jusqu'au bout ("toujours plus !"), l'idéologie hégémonique finit par blesser le simple bon sens et sombrer dans l'absurdité sociale. Elle prépare par là un clash inévitable, où soit elle sera obligée de faire marche arrière au prix de gros mensonges et de biaiseries, soit sera balayée dans son ensemble au profit d'un in égalitarisme qui, lui, tient socialement la route. Le refus de la sélection scolaire et universitaire qui visait à substituer l'égalité de résultat à l'égalité des chances a, par effet hétérotélique, abouti à moins de justice sociale. Résultats: trente ans après rintroduction du principe pervers ("l'orientation qui remplace la sélection"), on note: dévalorisation des diplômes, facteur de chômage; fuite des cerveaux vers les universités anglo-saxonnes ; dégradation de la qualité de l'enseignement général et poussée de l'analphabétisme; fin de l'école
  16. 16. comme lieu de compétition et d'éducation et transformation partielle de cette dernière en une jungle inviable ; création d'un système scolaire à deux vitesses, privé, qualifié et sélectif pour les riches, public et sous-doué pour les pauvres. Paradoxalement, l'égalitarisme anti-sélection de Mai 68 est une des causes actuelles de l"'exclusion". Mais, hypocritement, syndicats et gouvernements n'ont pas osé appliquer leur beau principe d'anti-sélection aux matières scientifiques. On n'a pas envie de se faire soigner par des médecins ignares, n'est-ce pas ? L'Aérospatiale n'embauchera pas d'ingénieurs au rabais n'ayant pas été durement sélectionnés. Etc... En revanche, on peut distribuer, comme des confettis ou des prospectus, des bacs sans valeur, des diplômes bidons de "psycho- sociologie" ou d"'esthétique" à des foules de bras- cassés qui échoueront à l'ANPE pour y trouver des emplois sous-payés de standardistes, de livreurs de pizzas ou de serveurs chez McDo. C'est ce qui s'est passé par démagogie et du fait de cette tare de l'idéologie égalitaire : refus du réel et ignorance - datant de loin - des mécanismes sociaux. Cette haine de la sélection repose sur un préjugé anthropologique : les humains seraient tous "également doués", selon le principe dénoncé par Alain de Benoist "tout vaut tout". Donc rien n'a plus de valeur, les dons, comme l'excellence, n'existent pas. Il n'est pas tolérable que les hommes soient, en capacités mentales et créatrices, en force de caractère aussi, inégalement dotés. C'est le refus de la vie bien noté par Nietzsche. On exècre toute idée de hiérarchie; et plutôt que d'organiser avec justice la hiérarchie et l'inégalité naturelles, on veut faire passer, de force, des principes égalitaires inapplicables; mais ça ne passe pas, ça casse. Et on crée, en fin du compte, des hiérarchies sauvages qui entraînent un effondrement du droit social. Et c'est le capitalisme, n'ayant lui pas d'état d'âme, qui se charge d'opérer sauvagement cette sélection que l'État n'a pas osé organiser. Toute la doctrine de l'anti-exclusion repose sur les mêmes règles. Au départ, il s'agissait de lutter contre le paupérisme, selon un louable souci de justice sociale. Fort bien. Mais le mot a été détourné de sa finalité. En réalité, il s'agit d'empêcher toute discri- mination entre nationaux et étrangers, fussent-ils clandestins et hors- la- loi (...) Refuser l'expulsion légale de clandestins africains, chinois, pakistanais, c'est donc reconnaître implicitement que tout Français peut illégalement s'installer sans risque en Afrique, en Chine, au Pakistan, non ? Selon la logique de la réciprocité ? C'est contraire au droit international public, puisque celui-ci est fondé sur le principe de réciprocité des discriminations. On accorde aux étrangers des privilèges dont les nationaux ne bénéficient pas dans d'autres pays. Et pourquoi conserver la règle de recrutement des fonctionnaires parmi les nationaux ? C'est de l'exclusion, de la discrimination ! Le droit de vote aux étrangers ? Et pourquoi pas aux Français à l'étranger ? (...) En réalité, l'idéologie égalitaire a bâti le "principe des nationalités" (réciprocité des discriminations et des avantages sur le territoire de chacun) de manière abstraite, à une époque ou aucun problème d'immigration ne se posait. Aujoud'hui, elle est incapable de le respecter. Et elle avoue sa vieille lubie dispensatrice de catastrophes : l'universalisme d'une planète sans frontières, sans "sas", alimentée par le romantisme infantile des "citoyens du monde" et du "gouvernement mondial". Elle ne saisit pas qu'une gestion commune de la planète n'est possible qu'entre ensembles différents et imperméables et non pilotée par un magma qui transformera le monde
  17. 17. en jungle. Anti-sélection et anti-exclusion : l'échec de ces principes conduira à la catastrophe. Et celle-ci incitera au retour à des solutions archaïques. Clan9 ____________________________

×