Le concept de                    lhumanité       Quest-ce quest réellement un être humain ? Quelles notions caractérisentu...
De nos jours, tout le monde saccorde à dire que lespèce humaine nouscomprend tous, sans exception. Ce "nous" signifie tous...
créé des épreuves pour déterminer la nature humaine ou non des individus parrapport à la définition quils donnaient de la ...
- Troisième loi : Un robot doit protéger son existence dans la mesureoù cette protection nest pas en contradiction avec la...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Le concept de_l_humanité_dans_la_sf

381 vues

Publié le

un diapo réalisé pour la semaine culturelle 2012 du lycée du Coudon par la 1S3

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
381
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
56
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Le concept de_l_humanité_dans_la_sf

  1. 1. Le concept de lhumanité Quest-ce quest réellement un être humain ? Quelles notions caractérisentun être humain ? Un homme est-t-il toujours un être humain ? Un robot peut-illêtre ? Comment les auteurs de science-fiction définissent-ils un être humain ?Quelles sont les limites de lhumanité ? Comment savoir quun homme est unêtre humain ? Autant de questions posées dans lunivers de la science-fiction.I. La définition dhumanité de nos jours. La réponse est unanime dans la société du XXI ème siècle : lhumanitécaractérise lensemble des individus qui appartiennent à lespèce humaine. Or,cest quoi lespèce humaine ? Aujourdhui, lespèce humaine est ce qui estcomposé de deux jambes, de deux bras, dun cœur, dun cerveau, mais surtoutce qui agit de sa propre volonté, qui possède une intelligence, qui ressent dessentiments tels que la joie, la tristesse, la générosité, la bonté mais aussi lajalousie, légoïsme, qui est pragmatique et qui vie en communauté, dans unecivilisation : une espèce qui a évolué, qui a oublié ses instincts primitifs. Elle sedifférencie donc totalement des animaux et des végétaux. Lespèce humaine estsupérieure, elle est lévolution du singe. Oui, mais cela ne va-t-il pas plus loin ? Lascience-fiction voit-elle cela de la même façon ? Cette énigme, cette question porte sur deux points : la propre de lhomme,ainsi que lunité de lhomme. Nous devons savoir quelles sont les particularitésphysiques et mentales dun humain que lon ne retrouve pas dans ce qui nestpas humain. Il est aussi nécessaire de savoir dans quelles mesures sesspécificités sont partagées par tous les individus de lespèce humaine. Au fil dutemps, de nombreuses personnes ont essayé de répondre à cette question de "lhumanité " notamment lors de la découverte dautres civilisations au XVIèmesiècle.
  2. 2. De nos jours, tout le monde saccorde à dire que lespèce humaine nouscomprend tous, sans exception. Ce "nous" signifie tous les individus qui saventlire, sadapter, progresser, évoluer quels que soient les caractères, lespersonnalités, les couleurs de peau, les façons de penser et les manières dagir.Mais il y a des limites, ce qui donne un sens et une signification aux " Crimescontre lhumanité " définis à la fin de la Seconde Guerre Mondiale. Lhumanitéest donc lensemble des êtres de lHomo sapiens à aujourdhui et tout ce quilsont créé.II. La notion de lêtre humain dans lascience-fiction. La définition de lêtre humain dans la science-fiction nest pas très éloignéede celle que lon a aujourdhui, mais deux grands mouvements semblent ressortir: - Certains auteurs donnent à lhomme des modifications, des pouvoirs quirenvoient à la notion dhumanité et dethnique. Ces modifications peuventprendre la force de clonage, deugénisme (modifications du patrimoine génétiquehumain), dimplants, de superpouvoirs, etc. Avec ceux ci, nous pouvons étudierles conséquences, les répercussions de laugmentation des capacités humaines(force, intelligence, immortalité...) On y retrouve alors la question desresponsabilités. - Dautres auteurs, au contraire, insistent sur la place insignifiante delhomme. Il peuvent alors sinterroger sur la difficulté de devenir lautre et àdéfinir son identité. Mais dautres mouvements peuvent également se dessiner. Par exemple,un mélange entre la domination de lhomme mais à la fois leur fragilité. Cela peutêtre le cas de grands films tels que 2001, Lodyssée de lEspace du grand StanleyKubrick . En effet, cest lhomme qui a permis la construction de vaisseaux, devoyages spatiaux, et des machines, mais la situation peut également seretourner, cest-à-dire que cest alors la machine qui prend le contrôle devant lafaiblesse de lhomme. On a ici le parfait exemple de lordinateur HAL (même si cesera lhomme qui gagnera la partie).III. Quest-ce qui nest pas un être humain ? Avec les différentes définitions vues plus haut, il semble facile dedéterminer ce qui est humain, et ce qui est inhumain ! Mais, dans la science-fiction, la tâche ne semble pas si facile. En effet, les auteur de SF ont inventé et
  3. 3. créé des épreuves pour déterminer la nature humaine ou non des individus parrapport à la définition quils donnaient de la nature humaine. Lexemple le plusconnu et le plus représentatif et celui du Gom Jabbar dans lœuvre de FrankHerbert Dune. En effet, cette épreuve a pour but de tuer les non-humains. Leprincipe est simple : un aiguille empoisonnée est placée à une distance trèsfaible de lindividu testé, la main de ce dernier est placée dans une boite noirequi, par, inductions nerveuses va créer une douleur intense. Si lindividu bouge, ilmeurt directement et nétait pas un être humain, si il réussit à rester immobilealors il reste en vie et est déclaré être humain. Pour Frank Herbert, lêtre humaindoit être capable de maîtriser ses réflexes animaux, sa douleur, secret pourréussir lépreuve. La question reste sensible pour les différents types de personnagesexistants dans le science-fiction tels que les androïdes et les cyborgs. Unandroïde désigne ce qui est de forme humaine, cest-à-dire un robot qui estconstruit à limage dun homme dont les caractéristiques physiques sontsemblables. Il est même souvent composé dorganes mécaniques et dorganeshumains. Un androïde est alors qualifié de " machine vivante ". Quel est le degrédhumanité ? Leur forme et leurs possibles organes humains suffisent-ils àqualifier les androïdes dêtres humaines, dautant plus sils possèdent le mêmetype de vie ? Le problème est tout aussi complexe pour les cyborgs, hommes quiont reçu une ou plusieurs greffes mécaniques. Ce sont des êtres à mi-cheminentre la machine et lhomme. Le cyborg est souvent utilisé pour montrer quelhumanité est peu à peu entachée par la technologie et que nous finirons alorspar la perdre, aussi que nous remplacerons les parties du corps avec desmachines. Un cyborg est défini comme quelquun qui est né de lhomme, maisensuite complété par la technologie. Ce genre comprend Cybermen, Dark Vador,Robocop et le Borg. Est-ce que changer des parties de son corps par desmachines est-il humain ? Reste-t-on des êtres humains après ceci ? Peut-onpasser dun être humain à un être inhumain ? Il est difficile dy répondre, dautantplus que la réponse nexiste pas vraiment.IV. La (ou les) limite(s) du concept de lêtrehumain. Isaac Asimov a créé les Trois Lois de la Robotiques qui sont les suivantes : - Première loi : Un robot ne peut porter atteinte à un être humain ni,restant passif, laisser cet être humain exposé au danger. - Deuxième loi : Un robot doit obéir aux ordres donnés par les êtreshumains, sauf si de tels ordres sont en contradiction avec la première loi.
  4. 4. - Troisième loi : Un robot doit protéger son existence dans la mesureoù cette protection nest pas en contradiction avec la première ou la deuxièmeloi. Conscient des problèmes que peuvent poser des robots très performants,Asimov invente ces règles. Ces lois représentent déjà, dans son esprit, le dangerpotentiel pour l’humanité de cohabiter avec une espèce artificielle concurrenteaux capacités supérieures à tout point de vue. Il établit donc le fait que les robotsne sont pas des êtres humains. Mais cela ne se révèle pas si évident que ça. Eneffet, dans 2001, LOdyssée de lespace, le robot surdéveloppé HAL commence àressentir ce que lon pourrait qualifier de sentiments. Après avoir fait une erreur,les membres du vaisseau commencent à douter de lui. Inquiet, HAL va essayerde les éliminer un par un pour sans doute survivre (même si il ny arrivera pas).Ce comportement ne peut-il pas être rapproché de celui dun homme considérécomme un être humain alors quil est un robot ? Ressent-il réellement dessentiments ? La difficulté de définir lhumanité est en partie représentée ici, maisdautres exemples viennent aussi illustrer les limites de ce que lon a vu plushaut. Terminator est un organisme cybernétique, un tissu vivant greffé sur unmétal endo-squelette. Les terminaisons ont été créées par lordinateur Skynet. Ilest une machine à tuer, conçu pour tromper les hommes dans leur guerre contrelhumanité. Comment des êtres qui sont inhumains peuvent-ils sadapter pourparaître humains ? En faisant ça, nutilisent-ils pas une des caractéristiques desêtres humains, cest-à-dire celui de sadapter ? Alors que les limites existent dans le sens des machines vers les hommes,il en existent aussi du côté des êtres humains eux-mêmes. Un bon exemple estprésent dans le film à succès Avatar (film de SF du genre Planet Opera). Dans cedernier, nous pouvons avec ce que nous avons déjà vu plus haut caractériser lesêtres bleus, les Navis, comme des êtres humains (civilisation, sentiments, etc...),mais cest du côté des hommes que lon sintéresse. Leur comportement brutal etviolent envers les Navis, leur manque de compassion et leur insensibilitésemblable à celui dun robot ne sont-ils pas une preuve quils séloignent delêtre-humain ? Si on généralise, peut-on qualifier tous les gestes, toutes lesréactions des hommes comme humains ? Cest également une desproblématiques de ce concept de lhumanité : homme veut-il toujours direhumain ?

×