Le bonheur consiste-t-il à ne plus rien désirer? (G.Gay-Para)

6 502 vues

Publié le

Cours de philosophie de terminale sur le bonheur et le désir.
Pour avoir le plan d'ensemble et les textes cités et utilisés, cf.le site : http://ggpphilo.wordpress.com

Publié dans : Formation
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
6 502
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2 630
Actions
Partages
0
Téléchargements
48
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Le bonheur consiste-t-il à ne plus rien désirer? (G.Gay-Para)

  1. 1. LE BONHEUR CONSISTE-T-IL À NE PLUS RIEN DÉSIRER ? GGP, Lycée Ella Fitzgerald, 2014-2015
  2. 2. INTRODUCTION (1)  Le statut particulier du bonheur  Le bonheur comme fin universelle. Cf. Pascal : « Tous les hommes recherchent d’être heureux. Cela est sans exception, quelques différents moyens qu’ils y emploient (…). C’est le motif de toutes les actions de tous les hommes jusqu’à ceux qui vont se pendre ».  Le bonheur comme fin en soi et bien suprême. Cf. Aristote : le bonheur est « toujours désirable en soi-même et ne l’est jamais en vue d’autre chose ». → Tous les autres biens que nous désirons (comme la richesse, les honneurs, l’amour, etc.) ne sont que des moyens pour l’atteindre. GGP, Lycée Ella Fitzgerald, 2014-2015
  3. 3. INTRODUCTION (2)  Deux problèmes majeurs 1. Peut-on définir le bonheur ? Bonheur ≠ plaisir → le bonheur est un état de satisfaction et de bien-être, qui est durable, et global ou général, car il porte sur l’ensemble de notre vie. → le plaisir est un état de bien-être, qui est éphémère et partiel, et qui découle, le plus souvent, de la satisfaction d’un désir. GGP, Lycée Ella Fitzgerald, 2014-2015
  4. 4. INTRODUCTION (3) Bonheur = satisfaction de tous les désirs ? → Notion subjective : nous n’avons pas les mêmes désirs. Ce qui me rend heureux peut vous rendre malheureux, et vice versa. → Idéal inaccessible et vague : l’homme serait toujours insatisfait. En plus, en recherchant le bonheur, il ne sait même pas ce qu’il recherche. Cf. Kant : le bonheur est « un idéal, non de la raison, mais de l’imagination ». GGP, Lycée Ella Fitzgerald, 2014-2015
  5. 5. INTRODUCTION (4) 2. Comment accéder au bonheur ? Le BON-HEUR (bonum augurium) = la bonne fortune, la chance, le sort favorable. → Si mon bonheur dépend seulement de la chance, alors il n’y a rien à faire. Lorsque les circonstances me sont favorables, je suis heureux. Mais : 1. C’est un bonheur précaire, car la chance « tourne » ; 2. C’est un bonheur injuste, car je ne le « mérite » peut-être pas. GGP, Lycée Ella Fitzgerald, 2014-2015
  6. 6. INTRODUCTION (5) Problème : le bonheur dépend-il seulement de la chance et des circonstances extérieures ? Dans quelle mesure dépend-il de moi ? Puis-je être maître de mon bonheur ? → Hypothèse : le bonheur n’est pas seulement affaire de chance, mais aussi affaire de sagesse : c’est à l’individu de trouver une manière de vivre, qui le rende heureux. Idéalement, le sage est heureux, quelles que soient les circonstances, même dans le malheur ! Comment fait-il ? En quoi sa sagesse peut-elle consister ? GGP, Lycée Ella Fitzgerald, 2014-2015
  7. 7. INTRODUCTION (6)  Le rapport problématique entre le bonheur et les désirs → Nouvelle hypothèse : c’est le désir qui nous empêcherait d’être heureux. Mais : 1. Est-il possible de ne rien désirer ? 2. Est-ce souhaitable ? Un homme qui ne désire rien peut-il vraiment être heureux ? 3. Ne faut-il pas faire des distinctions entre les désirs ? GGP, Lycée Ella Fitzgerald, 2014-2015
  8. 8. 1. LE DÉSIR COMME OBSTACLE AU BONHEUR (1) a) Le désir comme manque Cf. Platon, Gorgias. Le débat entre Socrate et Calliclès.  L’hédonisme immoral de Calliclès  Les deux arguments en faveur du désir :  Désirer c’est être en vie.  Sans désir, il n’y aurait pas de plaisir.  La critique de la morale. GGP, Lycée Ella Fitzgerald, 2014-2015
  9. 9. 1. LE DÉSIR COMME OBSTACLE AU BONHEUR (2)  Socrate et l’éloge de la vie tempérante  L’incompatibilité du désir et du bonheur : → l’argument du tonneau percé. Celui qui cherche à satisfaire tous ses désirs : • Ne peut pas être heureux. • Vit comme un animal.  La tempérance n’est pas une faiblesse mais une force. GGP, Lycée Ella Fitzgerald, 2014-2015
  10. 10. Le Tonneau des Danaïdes GGP, Lycée Ella Fitzgerald, 2014-2015
  11. 11. Le désir Le bonheur Etat négatif Le désir est l’expression d’un manque. Etat positif  Expérience de la plénitude Etat de tension  Inquiétude Etat de repos  Tranquillité Esclavage  Soumission au désir Liberté  Maîtrise de soi GGP, Lycée Ella Fitzgerald, 2014-2015
  12. 12. 1. LE DÉSIR COMME OBSTACLE AU BONHEUR (3) b) Le désir entre souffrance et ennui  La thèse de Schopenhauer : « La vie oscille, comme un pendule, de gauche à droite, de la souffrance à l’ennui. » → Pour être heureux, il faut donc abolir le désir.  Exemple : Marcel et Albertine dans La prisonnière.  Les limites de l’ascétisme. GGP, Lycée Ella Fitzgerald, 2014-2015
  13. 13. 2. LE BONHEUR DE DÉSIRER (1) a) Le divertissement comme remède à l'ennui Cf. Pascal, Pensées.  La notion de divertissement a un sens large chez Pascal. Elle ne se réduit pas à l’idée de jeu ou de loisir. → Pascal utilise le mot « divertissement » au sens étymologique : se divertir, c’est se « détourner ». → Paradoxe : relèvent du divertissement certaines activités sérieuses et douloureuses comme la guerre, la politique, la science ou encore le travail. GGP, Lycée Ella Fitzgerald, 2014-2015
  14. 14. 2. LE BONHEUR DE DÉSIRER (2)  Le divertissement est universel : il concerne tout homme, quel que soit son rang social. Il est lié à la condition humaine : « Les hommes n’ayant pu guérir la mort, la misère, l’ignorance, ils se sont avisés pour se rendre heureux, de n’y point penser ». → L’homme se divertit pour ne pas penser. Il fuit l’introspection.  L’exemple de la chasse : les hommes ne chassent pas pour le gibier, mais pour la chasse elle-même.  Le divertissement n’apporte pas un bonheur authentique et n’est qu’un pis-aller pour Pascal. GGP, Lycée Ella Fitzgerald, 2014-2015
  15. 15. 2. LE BONHEUR DE DÉSIRER (3) b) Désir et imagination Cf. Rousseau, La Nouvelle Héloïse.  « Malheur à qui n’a plus rien à désirer. » → Paradoxe : le bonheur ne réside pas dans la satisfaction du désir, mais dans le simple fait de désirer.  La positivité du désir : désirer, c’est imaginer et espérer.  La déception de la satisfaction : le réel ne peut pas nous rendre heureux. Il faut donc se réfugier dans le « pays des chimères ». GGP, Lycée Ella Fitzgerald, 2014-2015
  16. 16. 2. LE BONHEUR DE DÉSIRER (4) c) Désir et action  Le désir comme moteur de notre existence. Cf. John Locke : le désir est « le principal, pour ne pas dire le seul aiguillon, qui excite l’industrie et l’activité des hommes. »  Exemple : Sam Mendes, American Beauty (1999). Le cas de Lester : le désir peut nous rendre esclaves, il peut aussi nous libérer, et contribuer à une transformation radicale de notre vie. → Plus l’homme désire, plus il agit, plus il est joyeux, plus il peut contrôler son désir. GGP, Lycée Ella Fitzgerald, 2014-2015
  17. 17. En désirant la copine de sa fille, Lester, certes, fantasme et imagine. Mais son désir a aussi des effets dans la réalité : au lieu de subir sa vie, comme il le faisait auparavant, il prend des décisions, et retrouve la joie de vivre. GGP, Lycée Ella Fitzgerald, 2014-2015
  18. 18. GGP, Lycée Ella Fitzgerald, 2014-2015 Lester dans Libération American Beauty Désir Action Joie Sentiment qui indique que la puissance croît Imagination La satisfaction du désir n’est plus indispensable : la joie suffit. Plaisir virtuel Risque de frustration Sentiment qui indique que la puissance décroît Fragilité et dépendance L’individu cède à son désir, même si celui-ci est mauvais. Tristesse
  19. 19. 3. LE BONHEUR COMME ATARAXIE. LA MAÎTRISE DES DÉSIRS (1) Le bonheur ne peut pas consister dans la satisfaction de tous les désirs, mais il ne peut pas consister non plus dans leur suppression totale : il faut trouver une voie médiane. a) La classification des désirs  Epicure et la philosophie comme thérapie de l’âme. → Le tetrapharmakos (quadruple remède) :  1. Les dieux ne sont pas à craindre  2. La mort n’est pas à craindre  3. On peut atteindre le bonheur  4. On peut supporter la douleur GGP, Lycée Ella Fitzgerald, 2014-2015
  20. 20. 3. LE BONHEUR COMME ATARAXIE. LA MAÎTRISE DES DÉSIRS (2) Pour atteindre l’ataraxie, il faut philosopher. Par le raisonnement, on peut se libérer des peurs. Chaque peur repose sur des opinions fausses. o La peur des dieux → conception anthropomorphique : on attribue aux dieux des caractéristiques humaines. o La peur de la mort → on associe mort et douleur. Mais, pour ressentir de la douleur, il faut exister. « Le plus terrifiant des maux, la mort, n’a donc aucun rapport avec nous, puisque précisément, tant que nous sommes, la mort n’est pas là, et une fois que la mort est là, alors nous ne sommes plus. » (Lettre à Ménécée) GGP, Lycée Ella Fitzgerald, 2014-2015
  21. 21. 3. LE BONHEUR COMME ATARAXIE. LA MAÎTRISE DES DÉSIRS (3)  Les trois types de désir selon Epicure :  Les désirs naturels et nécessaires.  Les désirs naturels et non nécessaires.  Les désirs vains.  L’épicurisme est un hédonisme modéré.  Le calcul des plaisirs.  Les deux types de plaisir : plaisir en mouvement, plaisir en repos. → Il ne faut pas rechercher le plaisir à tout prix. Epicure n’est pas Calliclès : certes, il n’y a pas de bonheur sans plaisir, mais il n’y a pas de plaisir sans prudence et modération. GGP, Lycée Ella Fitzgerald, 2014-2015
  22. 22. La vie de l’homme qui n’est pas sage Plaisir en mouvement Plaisir en repos = ataraxie = bonheur Souffrance La vie de l’homme sage GGP, Lycée Ella Fitzgerald, 2014-2015
  23. 23. 3. LE BONHEUR COMME ATARAXIE. LA MAÎTRISE DES DÉSIRS (4) b) La sagesse comme consentement à l'ordre du monde • Selon Epictète, pour mener une vie heureuse, il faut faut apprendre à distinguer ce qui dépend de nous et ce qui n’en dépend pas.  Ce qui dépend de nous relève de notre intériorité : nos représentations, nos jugements, nos désirs.  Ce qui ne dépend pas de nous relève du monde extérieur : la nature, les autres, et même notre propre corps sur lequel nous n’avons qu’une emprise partielle. → Si nous sommes malheureux, c’est parce que nous désirons mal : nous désirons ce qui ne dépend pas de nous, ce qui n’est pas à notre portée. GGP, Lycée Ella Fitzgerald, 2014-2015
  24. 24. 3. LE BONHEUR COMME ATARAXIE. LA MAÎTRISE DES DÉSIRS (5) • Or, il dépend de nous de bien désirer. Le désir comporte deux éléments distincts : la représentation et la tendance. C’est parce que je me représente une chose comme bonne que je tends vers elle. Pour changer mon désir, je n’ai qu’à changer ma représentation, ce que je peux faire, car celle-ci dépend de moi. • Au lieu de vouloir changer le monde, pour que celui-ci soit conforme à ses désirs, le sage stoïcien transforme ses propres désirs pour s’accorder avec le monde. Il consent à tout événement qui ne dépend pas de lui, et parvient ainsi à être heureux, quelles que soient les circonstances, même dans l’adversité. GGP, Lycée Ella Fitzgerald, 2014-2015
  25. 25. CONCLUSION (1)  Le désir du bonheur comme obstacle au bonheur. Parmi tous les désirs, le plus dangereux, c’est sans doute le désir du bonheur lui-même. Plus je désire être heureux, moins je le suis. Pour accéder au bonheur, ne faut-il pas commencer par arrêter de le chercher ? Cf. Jules Renard : « Je ne désire rien du passé. Je ne compte plus sur l’avenir. Le présent me suffit. Je suis un homme heureux, car j’ai renoncé au bonheur ». GGP, Lycée Ella Fitzgerald, 2014-2015
  26. 26. CONCLUSION (2)  Il ne faut pas rechercher le bonheur à tout prix. Au nom du bonheur, on peut être tenté de renoncer à certaines exigences, ce qui pose problème. 1. On peut renoncer à la vérité, par exemple, en s’illusionnant. Faut-il préférer le bonheur à la vérité ? 2. On peut aussi renoncer à la morale, par exemple, en nuisant à autrui. La recherche du bonheur est-elle toujours immorale ? GGP, Lycée Ella Fitzgerald, 2014-2015
  27. 27. SUGGESTIONS DE LECTURE (POUR ALLER PLUS LOIN)  Bertrand Russell, La conquête du bonheur (1930), Payot, 2001.  André Comte-Sponville, Le bonheur, désespérément, Librio, 2003. GGP, Lycée Ella Fitzgerald, 2014-2015

×