1881 - L'affaire Moreau

563 vues

Publié le

L'histoire de l'affaire Moreau survenue en 1881 à Rimouski.

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
563
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
5
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

1881 - L'affaire Moreau

  1. 1. 1 Drame conjugal à Saint-Anaclet Un récit d’Alexandre Gagné © Le crime qui se joue à Saint-Anaclet en 1881 est l'un des plus tragiques de la fin du XIX e siècle dans la région rimouskoise, alors que l'accusé de cette affaire devient le premier homme à être conduit à la potence dans l'histoire locale. En 1881, Saint-Anaclet compte 1148 habitants dont 132 sont des cultivateurs. Avant l'érection du lieu en paroisse le 10 mars 1858, puis en municipalité le 9 mai de l'année suivante, cette région est désignée sous le vocable de Les Castors. Désignation tirant son origine de la présence de nombreuses cabanes de castors sur le ruisseau situé au sud du village. Plus tard, les premiers pionniers de l'endroit sont appelés Gens du nord- est. En 1850, ils sont déjà environ 1000 à revendiquer le droit de se séparer de la paroisse Saint-Germain-de-Rimouski. Vers 1870, Charles Moreau et son fils Achille quittent Saint-Anaclet pour s'établir à Saint-Damase, une nouvelle paroisse qui vient d'ouvrir à la colonisation. La maison familiale située dans le cinquième rang, croit-on, est cédée à l'autre fils, François, qui s'y installe. Célibataire, le jeune homme de 26 ans ne tarde pas à courtiser la veuve de François Saint-Laurent, Démerise Roy, une femme de 20 ans son aînée qui a déjà la charge de plusieurs enfants. Leur relation fait jaser dans le village en raison de la grande différence d'âge, mais aussi parce qu'un lien éloigné de parenté, motif d'empêchement de mariage à l'époque, uni ces deux personnes. Malgré ce fait, les futurs époux demandent une dispense auprès des autorités ecclésiastiques. La requête adressée à l'évêché n'est pas bien accueillie. Dans une lettre du 6 mai 1872, le vicaire général Edmond Langevin répond au curé de Saint-Anaclet, Martial-Richard Bilodeau: «Le mariage de cet homme avec une veuve chargée d'enfants me parait tout à fait mal assorti. Cet individu ne me semble pas du tout calculé pour prendre le dessus et conduire de grands garçons mal élevés et ivrognes. Il y a assez de misère dans cette
  2. 2. 2 maison sans en ajouter. Je ne crois donc pas devoir encourager cette maison, au moins à première vue, d'autant plus que la rudesse du postulant et son peu d'égards pour ce qu'on lui dit ne fait rien augurer de favorable s'il était chargé d'une pareille responsabilité. Je refuse donc la dispense». Cette réponse négative ne décourage pas le futur couple, puisque qu'une nouvelle demande envoyée quelques jours plus tard reçoit l'assentiment de l'Église et ouvre ainsi la voie au mariage qui a lieu le mois suivant comme en témoigne cet extrait de l'acte d'union: «Le quatre de juin mil huit cent soixante et douze, vu la dispense du troisième au quatrième degré d'affinité accordée par messire Edmond Langevin, vicaire général de Monseigneur l'évêque de St-Germain de Rimouski, en date du vingt-six mai dernier, [...] ne s'étant découvert aucun autre empêchement, avons reçu leur mutuel consentement de mariage...» Moreau, dit-on, avait convenu qu'il ne s'occuperait pas des enfants du premier mariage de son épouse. Démerise l'oblige toutefois à accepter la garde de sa toute dernière petite fille, Emma, âgée de quatre ans qui «n'est pas en bonne santé ni tout à fait normale au point de vue mental». François Moreau, décrit comme un homme à la figure repoussante, le front bas et les cheveux en désordre, est souvent absent du domicile familial. Il quitte en effet la maison à plusieurs reprises pour de longs mois pendant lesquels il se rend aux États-Unis. L'homme ne porte aucune attention ni aucune affection à son épouse ni même aux enfants de cette dernière. Aux yeux des voisins, il s'agit d'un homme qui annonce littéralement une nature brutale. À maintes occasions, la question de la garde des enfants donne lieu à des disputes orageuses et amène la séparation du couple en 1879, après sept années de vie commune. La rupture persiste deux ans, durant lesquels Démerise Roy se réfugie chez ses parents, Louis-Thomas Roy et Marcelline Dion. Moreau poursuit durant cette période de brouille amoureuse son travail de journalier auprès de différents cultivateurs du village. Au printemps de 1881, il annonce à Barthélémy Lemieux, un cultivateur où il aide à faire les semailles, son intention d'aller chercher sa femme. Mais l'intervention s'avère difficile puisque les discussions tournent à nouveau au vinaigre au sujet de la garde de la jeune Emma, maintenant âgé de 13 ans.
  3. 3. 3 Cependant, à la fin du mois de juin une incomplète réconciliation remit ensemble les époux après que Démerise eut réintégrée le nid conjugal en emmenant sa fillette. Le vendredi 16 septembre 1881, les époux quittent la maison peu après le lever du soleil pour aller faucher à l'extrémité de leur vaste terrain. François Moreau porte une hache d'une main et une faux de l'autre. Démerise traîne un sac sous le bras pour cueillir des noisettes qui abondent à cette période de l'année. Le couple n'est pas aperçu durant la journée. Vers cinq heures, Moreau rentre à la maison et s'étonne devant la jeune Emma de l'absence de sa femme qui, selon lui, devrait être de retour depuis un bon moment. Puis, il se rend chez Narcisse Lemieux s'informer de la présence de Démerise qui n'a pas été vue là également. Il affirme avoir laissé son épouse près du ruisseau après qu'elle se soit sentie mal plutôt en matinée et qu'elle devait venir le rejoindre au fronteau, ce qu'elle n'a pas fait. Il n'en fallait pas plus pour inciter Narcisse Lemieux à partir immédiatement en compagnie de Moreau effectuer des recherches à l'endroit indiqué, mais en vain. Après le souper, Lemieux, deux autres voisins, Saturnin Banville et Médard Bouchard, ainsi que Moreau retournent sur les lieux de la mystérieuse disparition. Les fouilles se poursuivent jusqu'à 10 heures du soir sans aucun résultat. Le lendemain, une vraie battue est organisée par des voisins inquiets et quelques personnes du village. Il va sans dire que les supputations sur le sort de Démerise Roy vont bon train. Moreau évoque même la possibilité qu'elle «pouvait bien être morte de mort subite, qu'un ours pourrait l'avoir trouvée, l'avoir traînée et lui avoir brisé la tête». Après quelques heures de recherche, Narcisse Lemieux trouve enfin un endroit, entre les lots de Louis Ross et de Germain Fiolas, où deux personnes s'étaient assises. Puis, en avançant plus profondément dans la forêt, il aperçoit des traces qui montrent qu'un corps a été trainé. Des marques de sang mal camouflées par des morceaux de tourbe laissent augurer qu'un drame s'est produit. Quelques pas plus loin, le cultivateur fait la macabre découverte du corps ensanglanté de Démerise Roy et alerte les autres. Il ne fait aucun doute dans leur esprit que la défunte a bel et bien été tuée. «La tête et le bras droit de la défunte étaient passés entre deux arbres. Elle avait la figure en l'air, la joue gauche couverte de sang, les yeux fermés, noirs et remplis de sang. [...] La tête se trouvait dans une petite baisseur». Arrivé entre-temps sur place, François Moreau, épris de panique, refuse d'approcher voir le corps de sa femme. «Il se jete alors au bord du bois en criant et en pleurant». Avec des bouts de bois, les gens du village improvisent un brancard sur lequel le corps de la malheureuse victime est sorti de la forêt pendant que Moreau regagne sa maison par un autre sentier. Les soupçons pèsent aussitôt sur lui. Il est arrêté le jour même sur une accusation portée par Barthélémy Lemieux.
  4. 4. 4 «Je n'ai donc plus d'amis», s'écrit avec amerture le prisonnier. Le procès aux assises criminelles s'ouvre dans les jours suivants devant le juge Richard Alleyn. Les avocats Henri Dunbar, de Québec, et Louis-Napoléon Asselin, de Rimouski représentent le ministère public tandis qu’Auguste Tessier assure la défense du prévenu. Durant les trois journées d'audience, la Couronne fait entendre neuf témoins dont les déclarations s'avèrent écrasantes pour l'accusé de 36 ans qui écoute les témoignages sans broncher. Parmi les témoins entendus, le cultivateur Narcisse Lemieux affirme qu'au moment de la battue, Moreau a tout fait pour le détourner de l'endroit du drame. De son côté, Alexis Caron révèle qu'après la découverte du corps de sa femme, l'accusé s'inquiétait vivement de la perception qu'avait ses voisins de son implication dans le meurtre. Le docteur rimouskois A. E. Belleau, qui a pratiqué l’autopsie d’usage, relate ensuite minutieusement comment a succombé la victime. Au sujet d'une perforation à la tête, il dit que «cette blessure a dû être faite par un instrument plus perforant que contondant». Quand la Couronne lui demande de décrire l'état de la boîte cranienne, le médecin indique que «dans la tempe gauche, il y avait un morceau d'os détaché complètement. Ces blessures, dit-il, ont pu être faite par la tête ou les coins d'une hache et non par le tranchant». Mais lorsque l'arme du crime est mis en preuve ainsi que le pantalon porté par l'accusé le jour du tragique événement, le docteur Belleau précise qu'il y avait bien du sang sur les deux objets sans toutefois conclure qu'il s'agissait de celui de Démerise Roy. Pour les membres du jury, pas de doute possible sur l'identité du coupable que la preuve de la défense ne réussit pas à faire changer d'opinion. Invité à prendre la parole au terme des plaidoiries, François Moreau ne prononce que quelques vagues paroles inintelligibles. Les douze jurés mettent trois heures à s'entendent à l'unanimité sur un verdict de culpabilité. Séance tenante, le juge Richard Alleyn condamne le prisonnier à être pendu le matin du 13 janvier 1882. François Moreau passe les derniers trois mois de sa vie à la prison de Rimouski. Au cours des jours précédents son exécution, le condamné à mort reçoit la visite des Soeurs de la Charité, de l'évêque de Rimouski, Monseigneur Jean Langevin et celle du vicaire général, Edmond Langevin. Mgr Langevin profite de cet événement pour adresser aux paroissiens de Rimouski une lettre pastorale dans laquelle il écrit: «Dans quelques jours doit s'accomplir pour la première fois dans notre district un terrible événement, une exécution capitale ! [...] La peine de mort, nos chers frères, est bien certainement la plus
  5. 5. 5 redoutable dont puisse disposer la justice humaine; mais elle est en même temps la plus salutaire qu'elle puisse infliger». En invitant toute la communauté locale à prier pour Moreau, l'évêque ajoute: «Il est certains grands crimes surtout l'homicide qui doivent être punis par la mort même du coupable afin de rassurer les bons et d'inspirer une juste terreur à ceux qui seraient tentés de l'imiter. [...] Tout en détestant comme il le mérite un si horrible forfait, n'oublions pas, dit-il, que le pauvre malheureux qui est sur le point de l'expirer est notre frère en Jésus- Christ et qu'il a droit comme tel à notre charité». Le 13 janvier 1882, jour de l'exécution, une messe est dite à six heures à l'intention de François Moreau par le curé de Saint-Germain, l'abbé Nicolas Audet. Une vingtaine d'hommes y assistent. Moreau est agenouillé près de l'autel et reçoit la communion avec une grande ferveur. En effet, au cours de la nuit précédente alors que les prêtres de la paroisse le préparait à la mort, le supplicié «a répété à plusieurs reprises qu'il était heureux de mourir pour expier son crime». À huit heures, François Moreau, les mains liées, est escorté par le shérif, le geôlier Adolphe Martin et Majorique Côté, le grand connétable, jusqu'à l'échafaud érigé derrière la prison. Le condamné reste serein et prie durant tout le trajet. Aux abords de la prison, des centaines de personnes en provenance des quatre coins de la région sont massées en attente de l'heure dite. Seulement 40 personnes, munies d'un permis sont admises dans la cour de la prison pour assister à l'exécution. À huit heures trente, la corde au cou placée, la petite trappe s'ouvre et Moreau tombe dans le vide. La chute est de neuf pieds. Le cadavre est détaché de la potence deux minutes et demi après l'abaissement de la trappe. Les docteurs Belleau, Romuald Fiset et Osler de l'Université McGill de Montréal pratiquent l'autopsie du corps dans la prison. Le rapport du coroner Pierre Gauvreau mentionne que la mort a été instantanée puisque le cou s'est rompu et que la tête est pratiquement séparée du tronc. L'inhumation du corps de François Moreau a lieu à trois heures, dans l'après-midi, au cimetière paroissial alors située sur la rue de la cathédrale. Les ossements de Moreau auraient été transportés dans le cimetière actuel au moment de son déménagement en 1945. Quant à Démerise Roy, son corps avait été inhumé le 20 septembre
  6. 6. 6 1881 après l'autopsie pratiquée par le docteur Belleau. Son corps repose toujours dans le cimetière de Saint-Anaclet. La pendaison de Moreau a fait sensation à l'époque. Un événement que plusieurs souhaitaient voir survivre à l'histoire car deux complaintes ont été composées au lendemain de ce tragique épisode. Un seul fait reste non élucidé dans toute cette histoire. Quelques jours avant son supplice et après son recours en grâce rejeté, François Moreau révéla qu'il avait eu un complice dont il fit connaître, dit-on, le nom aux autorités. Il s'agirait d'un dénommé Castonguay. À cette époque, deux familles de ce nom habitaient bien Saint-Anaclet. Le présumé complice n'a fait l'objet d'aucune arrestation et encore moins d'aucune accusation. Cette révélation n'a pas eu de suites connues. Selon des témoins, l'impression générale est que si Moreau n'avait pas été conseillé de commettre le crime il ne serait jamais monté en janvier 1882 sur l'échafaud de la prison de Rimouski. Le véritable coupable court peut-être toujours... ____________________ Sources: - Archives de l’Archidiocèse de Rimouski, Lettre du 6 mai 1872, fonds Archidiocèse de Rimouski, reg. 0, no 402. - Registre d’état civil, Fonds protonotaire de Rimouski, Saint-Anaclet-de- Lessard, 1859-1884, M 178/35, folio 10. - Notes de recherche, chanoine Léo Bérubé, Archidiocèse de Rimouski. - Le meurtrier de Rimouski, Collection de microfiches, ICMH, 1987, c1882, no 44651. - L’Affaire Moreau, in La Patrie, publié dans Le Progrès du Golfe, Rimouski, 2 juin 1922. - Archives de l’Archidiocèse de Rimouski, Lettre pastorale du 5 janvier 1882, fonds Archidiocèse de Rimouski, reg. D, folio 121 r et 122v.

×