AFRICAN	
  UNION	
  

	
  
UNION	
  AFRICAINE	
  
	
  
UNIÃO	
  AFRICANA	
  

	
  

African	
  Union	
  Mission	
 ...
Haut représentant de l’UA pour le Mali et le Sahel

14e Forum de Bamako : fév. 2014

Excellences	
  Mesdames,	
  Messieurs...
Haut représentant de l’UA pour le Mali et le Sahel

14e Forum de Bamako : fév. 2014

africaine.	
  Ces	
  évènements	
  su...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Note introductive du hrpc fd b - 14 fev. 2014

243 vues

Publié le

Discours introduction du Président BUYOYA

Publié dans : Actualités & Politique
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
243
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
43
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Note introductive du hrpc fd b - 14 fev. 2014

  1. 1.     AFRICAN  UNION     UNION  AFRICAINE     UNIÃO  AFRICANA     African  Union  Mission  for  Mali  and   the  Sahel  (MISAHEL)     Mission  de  l’Union  africaine  pour  le   Mali  et  le  Sahel  (MISAHEL)   Bamako,  Mali,  Hamdallye  ACI  2000  (en  face  du  bâtiment  du  Trésor  public)    Tel.:  (223)  2022-­‐1822   Email:  misahel@africa-­‐union.org               QUATORZIEME  FORUM  DE  BAMAKO     «  PAIX,  SECURITE  ET  DEVELOPPEMENT  DANS  LA  BANDE  SAHELO-­‐SAHARIENNE  :   Défis  de  la  mutualisation  des  dispositifs  de  sécurité  et  enjeux  du  développement  et  de  la   gouvernance  locale  »     Hôtel  Salam,  Bamako,  13-­‐15  février  2014   Mot  introductif     SEM.  Pierre  Buyoya   Haut  Représentant  de  l’Union  africaine  pour  le  Mali  et  le  Sahel/   Chef  de  la  MISAHEL   Bamako,  le  13  février  2014                              
  2. 2. Haut représentant de l’UA pour le Mali et le Sahel 14e Forum de Bamako : fév. 2014 Excellences  Mesdames,  Messieurs  les  Ministres,   Honorables  Membres  de  l’Assemblée  Nationale,   Monsieur  le  Représentant  Spécial  du  Secrétaire  Général  des  Nations  unies,   Mesdames  et  Messieurs  les  Chefs  des  Missions  diplomatiques,     Mesdames,  Messieurs  les  Représentants  des  organisations  internationales,   Mesdames  et  Messieurs  les  participants,     Permettez-­‐moi   de   remercier   les   organisateurs   de   cette   rencontre,   particulièrement   le   fondateur   du   Forum   de   Bamako,   M.   Abdoullah   Coulibaly,   d’avoir   associé   l’Union   africaine  à  ce  débat  de  grande  importance  sur  le  Sahel.  La  région  sahélo-­‐saharienne  est   au  cœur  des  préoccupations  de  notre  Organisation  continentale.  Elle  constitue  aussi  de   nos  jours,  l’un    des  centres  d’intérêt  de  toute    la  communauté  internationale.       Je  tiens  à  féliciter  les  organisateurs,  car  cette  initiative  ne    manquera  pas  d’avoir  un  écho   particulier,  compte  tenu  de    la  situation  actuelle  au  Mali  et  au  Sahel.    On  ne  peut  que  se   réjouir   du   fait   qu’après   de   nombreux   débats,   officiels,   scientifiques   ou   journalistiques     ailleurs   dans   le   monde   (Paris,   Bruxelles,   New   York,   Addis-­‐Abeba,   etc.),   un   examen   approfondi  de  la  situation  du  Sahel,  à  travers  les  différentes  thématiques  retenues  par   ce  forum,  se  tienne  à  Bamako,  capitale  d’un  pays  du  Sahel.       Que   cet   examen   soit,   ainsi   que   nous   l’avons   toujours   souhaité,   l’œuvre   des   intellectuels   et   des   responsables   de   cette   sous-­‐région,   avec   bien   entendu   l’accompagnement   de   leurs  collègues  venus  de  partout,  est  une  raison  de  satisfaction.     L’intérêt,  je  dirais  naturel,  de  l’Union  africaine  pour  le  Sahel  se  trouve,  comme  vous  le   savez,   inscrit   dans   sa   mission   même   et   est   traduit   dans   ses   textes   pertinents.   Je   n’en   citerai  ici  que    deux  seulement,  à  savoir  :  le  Protocole  relatif  à  la  création  du  Conseil  de   Paix   et   de   Sécurité,   et   la   Charte   africaine   pour   la   démocratie,   les   élections   et   la   gouvernance.       L’attention   de   l’Union   Africaine   pour   le   Sahel   s’est   accrue   avec   la   survenance   de   la   crise   libyenne   et   ses   ramifications   négatives   dans   la   région   sahélo-­‐saharienne.     De   manière   anticipative   et   afin   d’évaluer   l’impact   du   conflit   libyen,   l’Union   africaine   et   les   Nations   unies  ont  ainsi  entrepris  une  mission  conjointe  et  multidisciplinaire  en  décembre  2011.   Sur     la   base   du   rapport   de   cette   mission,   les   experts   réunis   à   Addis-­‐Abeba,   en   mars   2012,   ont   formulé   des   recommandations,   que   le   Conseil   de   Paix   et   de   Sécurité   de   l’Union   africaine,   réuni   au   niveau   ministériel,   ici   même   à   Bamako   le   20   mars   2013,   a   entérinées.  Il  a  en  outre  demandé  à  la  Commission  de  l’UA,  travaillant  en  symbiose  avec   les   pays   de   la   région   et   d’autres   partenaires   internationaux,   d’en   assurer   le   suivi   et   la   mise  en  œuvre  effective.       La   dynamique   de   la   crise   malienne   caractérisée   par     l’invasion,     la   longue   occupation   du   Nord  du  pays  et  la  rupture  de  l’ordre  constitutionnel  par  le  coup  d’Etat  du  22  mars  2012,   ont   ainsi   accéléré   la   prise   des   responsabilités   et   une   implication   accrue   de   l’Union     1  
  3. 3. Haut représentant de l’UA pour le Mali et le Sahel 14e Forum de Bamako : fév. 2014 africaine.  Ces  évènements  successifs  ont,  par  la  suite,  inspiré  l’adoption  d’une  Stratégie   de  l’Union  africaine  pour  la  région  du  Sahel.           Cette   stratégie   exprime   la   volonté   d’apporter   une   réponse   aux   préoccupations   et   aux   défis   identifiés   par   les   experts,   et   qui   ont   trait   essentiellement   à   la   sécurité,   à   la   gouvernance  et  au  développement.  Il  s’agit  là  des  mêmes  domaines  qui  structurent  vos   réflexions   pendant   ces   trois   jours.   Nous   attendons   par   conséquent   beaucoup   de   vos   travaux.     Permettez-­‐moi  déjà  de  souligner  qu’apporter  une  réponse  aux  actuels  défis  du  Sahel  est   une   entreprise   considérable   et   de   longue   haleine.   Aucun   pays   seul,   aucune   organisation   seule,   ne   sont   capables   d’y   faire   face.   La   réponse   exige   une   volonté   et   une   action   déterminée   de   chaque   pays   concerné,   couplées   d’une   coopération   structurée   et   agissante  entre  tous  les  États  de  la  région.     Tout  en  ayant  besoin  d’un  appui  concerté  et  durable  de  l’ensemble  de  la  communauté   internationale,  elle  requiert  cependant  une  appropriation  et  une  implication  audacieuse   de   la   société   civile,   de   la   classe   politique   et   des   intellectuels   que   vous   constituez   ici,   des   communautés  locales,  et  j’en  passe.     Apporter   une   réponse   satisfaisante   aux   défis   du   Sahel   est   une   entreprise   difficile.   En   effet,  assurer  la  sécurité  dans  ces  vastes  pays,  désertiques  sur  une  bonne  partie  de  leur   territoire,   et   qui   sont   confrontés   au   terrorisme,   au   narco   trafic   et   aux   rebellions   armées   ressemble  à  une  tâche  herculéenne.     Sur   le   plan   de   la   gouvernance,   le   chemin   qui   mène   à   l’accomplissement   des   nobles   objectifs   de   décentralisation,   de   rapprochement   de   l’administration   et   du   pouvoir   de   décision  aux  populations,  d’amélioration  des  conditions  de  vie  de  tous,  ne  requiert  que   de  la  volonté  et  des  décisions  courageuses.  Il  a  besoin  de  la  détermination,  des  moyens,   du  temps  et  de  l’adhésion  de  tous.     Pour   répondre   aux   défis   actuels   du   Sahel,   l’on   a   besoin   d’études   appropriées   et   de   préconisations   éclairées   afin   de   permettre   aux   gouvernants   de   prendre   des   décisions   idoines.     C’est  pourquoi  j’estime  que  ce  genre  de  rencontres  doivent  se  répéter  et    se  multiplier,   afin  d’offrir  au  Sahel  et  à  l’Afrique  des  solutions  innovantes,  adaptées  aux  spécificités  et   aux  réalités  de  nos  pays.     Je  vous  invite  par  conséquent  à  saisir  cette  opportunité  pour  débattre  librement  et  en   toute  transparence  ;  les  thèmes  qui  vous  sont  proposés  sont  au  cœur  des  défis  identifiés   dans  la  région  du  Sahel.      Je    souhaite  plein  succès  à  ces  travaux  et  je  vous  remercie.       2  

×