L'insertion sociale en CHRS

3 134 vues

Publié le

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
3 134
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
13
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

L'insertion sociale en CHRS

  1. 1. CHRS(Centre d’Hébergement et de Réinsertion Sociale)La première mission des CHRS est l’hébergement des usagers. Cet hébergement va de l’accueil en urgence à l’hébergement de longue durée (6 mois renouvelables 1 fois) dans des structures collectives (foyer) ou dans des appartements individuels (CHRS en éclaté).
  2. 2. L’ENVIRONNEMENT• L’histoire des CHRS s’inscrit dans le mouvement de bienfaisance privée des associations caritatives,• A partir de 1970, l’approche devient plus globale, la notion dexclusion apparaît en France. Le terme se généralise et passe alors dans le sens commun.• Au 1er janvier 2007, la France compte 780 CHRS, avec une capacité daccueil de 30 000 places, pour loger environ 200 000 personnes sans domicile et 3,3 millions de personnes mal logées.
  3. 3. LA NOTION DE PRECARITE• La précarité est corrélée à la perte de sécurité fondamentale• Trois étapes conduisent vers une exclusion hors de la société : – L’apprentissage de la disqualification par des vécus négatifs, – L’entrée dans l’assistance et la dépendance, – La rupture et la marginalisation.
  4. 4. L’EXCLUSION ECONOMIQUE : LA PAUVRETE• Selon les chiffres de l’INSEE de 2009, le seuil de pauvreté se situe entre 50 % et 60 % du salaire médian, soit entre 750 et 950 €/mois.• Sur une population française de 65 millions d’habitants, cela représente entre 8 et 4 millions de personnes.
  5. 5. LE PROCESSUS D’EXCLUSIONPasse par 3 vecteurs :• La perte d’emploi puis de ressources,• La perte de logement,• L’incurie et la dépendance.Un seul des trois suffit pour entrainer unedésocialisation excluante, mais souvent lestrois arrivent à se cumuler sur une seuleexistence d’exclu.
  6. 6. Insertion ou intégration ?• Processus qui va conduire un individu à (re)trouver sa place au sein dune sphère sociale particulière.• Axée sur lensemble des démarches mises en œuvre par et pour lindividu dans le but de sinsérer.• Plusieurs modalités en fonction du domaine sur lequel elle se porte – insertion professionnelle (dans le but de trouver un emploi et daccéder ainsi au marché de lemploi), – insertion sociale, par le logement, par la santé, par la culture, etc.• A la différence de lintégration, linsertion nest pas un concept propre à la sociologie, mais un champ social et politique. La notion dintégration renvoie à létat du lien social dune société et de ses membres. Société est fortement intégrée si tous ses membres sont solidaires et complémentaires les uns des autres. Lintégration est davantage la lecture dune situation de la société à un moment donné de son histoire.
  7. 7. La très grande précaritéFrange extrême de la pauvreté• Hommes, femmes isolées vivant dans la rue et dans des abris de fortune,• Ménagespouvant être accueillis dans tout un ensemblede dispositifs, allant des centres d’hébergementd’urgence aux logements très sociaux.
  8. 8. L’Accueil de Nuit de Vienne
  9. 9. 1977 à 2002• Création en 77 par une communauté itinérante de l’abbé Pierre (Emmaüs) d’un asile de nuit,• Accueil de 3 nuits par trimestre de 15 hommes,• 1 salarié à plein temps et une équipe de bénévoles,• Ressources : DDASS de l’Isère et municipalité,• Situation générale d’abandon.
  10. 10. De 2002 à 2010• Mai 2002 : création d’un poste éducatif par la DDASS Isère.• En cinq ans : – habilitation CHRS, – Mise en place de 10 séjours d’insertion, – Conventionnement CCAS pour un temps d’infirmerie, – Accueil de publics nouveaux : • Jeunes (18 à 25 ans), • Femmes isolées, • Femmes victimes de violences conjugales, • Sortant de prison (suivis SPIP), • Sortant d’hôpital psychiatriques, (sans suivis) • Sortant d’hospitalisation, (post-hospitaliers, addictions, incuries, etc.) • Travailleurs précaires, • Personnes très désocialisées.
  11. 11. • Montée en compétences – Formations en interne – Créations de postes en ETP – 1 moniteur-éducateur, – ½ psychologue clinicien, – 1 éducateur spécialisé, – ¾ chef de projet, – Stagiaires d’écoles (RP, IFTS et Vivarais-Formation).• Mise en place d’un projet : • d’achat immobilier, • d’extension de 20 à 30 lits CHRS et • 3 LHSS.
  12. 12. • Création et pilotage d’un projet institutionnel et éducatif – Partenariat institutionnel et de terrain, – Accueil inconditionnel et immédiat de toutes les personnes, quelque soit leur situation administrative (circulaire DRASS de 2007), – Ouverture 24/24h, 7/7j par an, – Mise en place du plan PARSA (Plan d’Action Renforcé en direction des Personnes Sans Abri) et du DALO (Droit au Logement Opposable).
  13. 13. Un climat délétère• Suite à un audit de la DDASS, le président de l’association est condamné pour faux et extorsion de fonds en 2008,• Mise sous tutelle de l’association par la sous- préfecture de Vienne,• Désignation autoritaire d’un nouveau conseil d’administration,• Ouverture du nouveau centre dans un contexte de violence institutionnelle.
  14. 14. Ouverture du nouveau CHRS en janvier 2009
  15. 15. Le Dauphiné Libéré du 15/12/2009«… À Vienne lhébergement durgence pour les personnes précaires estune procédure bien rodée qui fonctionne grâce à la collaboration dutissu associatif, du centre communal d’action sociale (CCAS) et descollectivités.Ainsi, laccueil de nuit géré par lassociation du même nom et quifonctionne toute lannée, est la première structure à prendre en chargeles personnes victimes des grands froids de Vienne mais aussi dautrescommunes, notamment de lIsère rhodanienne… … 402 nuitées lannée dernière.Autre nouveauté cette année, outre lappartement durgence : laccueilde nuit, vétuste, va fermer ses portes pour être transféré dici quelquesjours dans le tout nouveau centre dhébergement et de réinsertionsociale (CHRS), situé à quelque 200 mètres. Ce nouveau bâtiment quidispose de 30 places (au lieu de 20 actuellement), dont 10 pour lespersonnes vivant dans la rue, apportera aux personnes précaires unconfort supplémentaire avec une salle dactivités et un café social. Enoutre, le CHRS sera ouvert la journée.Lannée dernière, le dispositif grand froid avait été activé entre le 22novembre et le 26 mars. Il avait fonctionné durant 92 nuits et permisdabriter une quinzaine de personnes correspondant à 402 nuitées… ».
  16. 16. Organisation par pôle● Pôle administration : ● Pôle santé :Accueil,● Bureau médical et psychologue, ●Bureau administratif,● 3 chambres LHSS ●Bureau éducatif.● ● Pôle hébergement :●Pôle vie communautaire et 20 chambres individuelles, ●restauration : 3 chambres collectives. ●Salle de restauration,●Salles dactivité,●Café social.●
  17. 17. PLAN DU RDC Bureau Administratif Accueil Bureau éducatif
  18. 18. PLAN DU R+5 Etage Femmes3 chambres individuelles :accueil de femmes enCHRSChambre de 4 personnesavec sanitaires intégrés etcoin cuisine : accueil dunefamille ou femmes enurgence4 chambres individuelles :accueil de femmes enCHRS
  19. 19. PLAN DU R+4 Etage Hommes 4 chambres individuelles + sanitaires : accueil des hommes en CHRS.● Chambre du veilleur de nuit avec douche et WC intégrés Chambre de 4 personnes avec sanitaires intégrés : accueil des hommes en urgence 3 chambres individuelles : accueil des hommes en CHRS
  20. 20. PLAN DU R+3 Santé + CHRSPôle santé : 1 bureaumédical + 3 chambresindividuelles LHSS Chambre accessible aux personnes à mobilité réduite Pôle hébergement : 6 chambres individuelles CHRS Hommes
  21. 21. PLAN DU R+2 Chambre double avecSalle dactivitéfamille coin cuisine : accueil de famille, couple ou femmes en urgence. Salle de réunion : possibilité de réaffectation en prolongement de la chambre double pour laccueil dune famille nombreuse Café social Salle dactivité
  22. 22. PLAN DU R+1EconomatLaverieCuisineSalle derestauration
  23. 23. PLAN DU RDC Bureau Administratif Accueil Bureau éducatif
  24. 24. Les limites du dispositif actuel• Un équipement • Toutes les neuf, digne et populations, toutes les confortable, problématiques• Proche du centre ville, concentrées dans un• Un territoire d’action même espace, élargi, • Un projet très onéreux, • Une organisation verticale inopérante, • Un climat de violence institutionnelle permanent.
  25. 25. Conclusion« Il semble nécessaire que les responsables politiques et lesorganismes tutélaires puissent avoir suffisamment desouplesse et de créativité pour accepter que les actionsmenées par les CHRS puissent être de véritableslaboratoires d’audace, de paris, d’invention, voire d’utopiemais qui vont dans le sens de redonnerconfiance, estime, reconnaissance et potentialités à deshommes et des femmes dont le seul tort, finalement estd’être né ou d’avoir grandi dans un contexte économique encrise et en pleine transformation ». Patrick Pelège. « Hébergement et réinsertion sociale : les CHRS ». Editions Dunod

×