IL Y A DEUX MANIÈRES DE FAIRE DE LA COURSE MOTO :COMME DES PROS, OU COMME DES CLODOS.VOUS VOUS DEMANDEZ LAQUELLE EST LA BO...
LE CLOCHARDe Bol d’Argent est une courseunique d’endurance de 3 heuresqui se dispute exclusivementaux guidons de roadsters...
a faisait des mois que j’étais en contact avecMarc Henon, le boss du magasin H’elit Moto.Il voulait être l’un des premiers...
lus à l’arrache, c’était pas possible ! QuandJérémy (Rem’) nous contacte sur Facebookpour savoir si un MIB est dispo pour ...
MAI 2013 MOTO ET MOTARDS94es essais débutent dès le mercredi et chacun de mes faits et gestesest noté par Patrice sur un t...
e départ du Bol d’Argent sefait en suivant la traditiondes courses d’endurance :le pilote court pour prendre lescommandes ...
place le temps qu’il en trouve unautre. Réparation express et gazde nouveau, mais tout ce retardnous a coûté l’épreuve vu ...
MAI 2013 MOTO ET MOTARDS98uel week-end ! Si absolument tous leséléments étaient réunis pour faire unrésultat respectable, ...
MAI 2013 MOTO ET MOTARDS100TEAM PROTEAM CLODOFun64	Quotidien-12Arsouille97SexyNOTESSUR1032Novice-22Fun20	Quotidien10Arsoui...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Le bol d'argent mm168

193 vues

Publié le

Publié dans : Sports
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
193
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Le bol d'argent mm168

  1. 1. IL Y A DEUX MANIÈRES DE FAIRE DE LA COURSE MOTO :COMME DES PROS, OU COMME DES CLODOS.VOUS VOUS DEMANDEZ LAQUELLE EST LA BONNE ?NOUS AUSSI. DU COUP, ON EST ALLÉ AU BOL D’ARGENTPOUR ESSAYER LES DEUX…LA BELLE ETAU BOLD’ARGENTBAD’RET PONPONLA BONNEMÉTHODETexte : Bad’R « Patatra ! » et Ponpon « Humpf ! » - Photos : Lionel « 7 volumes d’eau » Beylot
  2. 2. LE CLOCHARDe Bol d’Argent est une courseunique d’endurance de 3 heuresqui se dispute exclusivementaux guidons de roadsters. Cetteépreuve historique renaissait de ses cendresl’année dernière et ouvre le grand bal de24 heures du prestigieux Bol d’Or ! Pourvous servir, voici deux histoires avec deuxteams, deux esprits, mais un seul but :participer au Bol d’Argent et réaliser lemeilleur résultat possible. Bader et Françoispartent en renfort de deux équipes de choc :la Scuderia H’elit Moto Competizione(à gauche), tatouée MV Agusta etengageant une sulfureuse Brutale 800 ausein d’une structure ultra-professionnelleavec Bader ; et The A Team (à droite)propulsant une Benelli TNT 899 à peinerôdée dans le grand bain de la compétitionavec une équipe d’amateurs aussi drôlesqu’incompétents avec François… Quiparviendra à la meilleure place ? Quelleest la meilleure méthode pour réussir ?Vaut-il mieux faire des pompes, manger despâtes et préparer sa course avec précision ?Ou boire des canons, manger gras etpréparer l’apéro ? Attention, si la réponseest évidente, l’aventure de vos deux MIBprouvera que tout, absolument tout, peutarriver…LMOTO ET MOTARDS MAI 2013 91
  3. 3. a faisait des mois que j’étais en contact avecMarc Henon, le boss du magasin H’elit Moto.Il voulait être l’un des premiers à engager uneMV Agusta Brutale 800 dans une course de vitesse etfaire rouler son pilote spécialiste des rallyes, MaximeMettra, sur circuit afin de compléter son talent. Oui,la structure roule tous les ans au Moto Tour et le butde l’opération est d’acquérir une expérience solidesur circuit. Des mois de préparation minutieuse etprécise ont été nécessaires pour former la machine defaçon optimale et réunir les forces de notre équipe…Et je dois dire que le mercredi, lorsque j’arrive àMagny-Cours pour découvrir notre structure, j’ai unpeu la pression ! Sublime semi-remorque grise sigléeMV Agusta prêtée par Raffin Moto (concessionnaireMV Agusta très investi dans la compétition), piècesracing superbes, finition exemplaire de notre machinede course, trois mécaniciens de choc, un teammanager pilote de chasse… Et moi… Bon, va falloirassurer ! Cerise sur le gâteau, j’apprendrai que Marc,à l’initiative du projet, connaît tout le paddock duBol d’Or, et que pendant notre course, on pourrabénéficier du box du YART, un des tops équipagesdu Bol d’Or, qui nous attend avec tapis rouge etboissons énergisantes à volonté. Mon rôle dans toutça ? Tenter de mettre le plus de gaz possible, et basta,ils s’occupent du reste… J’ai la sensation d’êtreun pilote officiel, mais le stress en moins car monéquipe me met à l’aise de suite : « on est là pour sefaire plaisir ». Le ton est donnéUNE ALIMENTATIONDE SPORTIFCalcul permanent du nombrede calories dépensées et peséeméticuleuse de la quantité deféculents ingérés… Chez lespros,il n’y a pas de place pourle hasard.LE BONOUTILMarc est un préparateurprofessionnel.Le bon outilau bon endroit est aussiindispensable que le bon coupde gaz au bon moment.LES MAINS DANSLE CAMBOUISChez les pros,interdictionaux pilotes de toucher à lamécanique.« Toi tu soudes lapoignée,moi je visse » qu’il dit !MAXIMEPilote et rallyman parmiles mieux classésen France.Immenseexpérience de la route.PATRICETeam manager etpilote de chasse.Rigueur et capacité àgérer plusieurs crisessimultanées.MARCPréparateur et patron de H’elitMoto.Mécanicien de talent quia travaillé,entre autres,chezGodier Genoud.VALENTINMécanicien et assistantde Marc pour l’opération.Rigueur acquise àl’armée… Humoursaignant acquis au mêmeendroit.GWENCapitaine de bateau,moniteur de skiet excellent rallyman.Il vient filer uncoup de main (et accessoirement,c’est sur sa moto qu’on fait lacourse !)LES GIRLSUn peu de douceur dans ce monde debrutes,les filles de l’équipe assurent la survieélémentaire de la troupe à coups de nourriture,de boissons et de cafés.Un trio de choc.LA PRÉPAPHYSIQUESéries de pompes,squats,abdoset footing de 45 minutes 3 foispar jour puis repos dans un baind’eau vitaminée le soir,les prossavent y faire !AU BOLD’ARGENTBAD’RET PONPONLA BONNEMÉTHODEMAI 2013 MOTO ET MOTARDS92TEAMPROÇ
  4. 4. lus à l’arrache, c’était pas possible ! QuandJérémy (Rem’) nous contacte sur Facebookpour savoir si un MIB est dispo pour participerau Bol d’Argent avec lui, il reste deux semainesavant le départ. On est large ! J’accepte avant mêmede découvrir qu’il court au guidon d’une Benelli 899TnT préparée par le concess’ Motorenard. Mortel !J’adore cette meule.Le nom du team est trouvé 10 jours avant la course.Ce sera The A-Team. Classe. On se rencontre pourla première fois 2 jours avant le départ, lors d’unstage 4G à Lédenon. Aucun de nous deux n’a roulé lamoto sur piste et le rodage n’est pas encore terminé.C’est assez pour découvrir la moto et réaliser qu’onroule dans des chronos assez proches. Je stresse deme bourrer. Jérémy a la carrure d’un boxeur pro,et le cerveau du team manager semble commandépar des forces étranges. Va pas falloir que j’abîmel’italienne… Ça promet.Néanmoins, c’est frais et décontract’ que je me pointesur le paddock de Magny-Cours le mercredi matin etque je tombe sur… comment décrire l’indescriptible.Quelque chose se situant quelque part entre Sarajevoet un camp de manouches. Landry court vers moiavec une vierge en plastoc pleine d’eau pour mebénir tandis qu’Olive me propose un Ricard. « UnRicard ? Le circuit ? ». Ils ont ri. J’ai pas compris. Ons’aime déjà.UNE ALIMENTATIONDE SPORTIFOLIV’Pompier et gestionnaire du stockde Ricard.Aime les Benelli et NanaMouskouri.LANDRYTeam Manager.Spécialiste du calculnucléaire et de l’œuvre littéraire deJeanAlesi.GAËLRavitailleur en cycliste et poèteardéchois incompris.Prince duwheeling à vélo.REM’Pilote et sosie de Jérôme LeBanner.Capable de soulever saBenelli d’une seule main.LE BONOUTILAvoir l’outillage adéquat estle secret d’un pilotage serein,paraît-il.Foutaises…LES MAINS DANSLE CAMBOUISContrairement à certainsprivilégiés,le pilote clodo doitsavoir mettre les mains dans lecambouis.Vu mon manque decompétences,j’ai vite été reléguéaux tâches ménagères.Les légumes et le sport,c’estpour les tapettes.Adoptez lerégime banane / crème dessert.Glucose !LA PRÉPAPHYSIQUEAvant de partir en qualif’,rien detel qu’une bonne sieste à l’arrièred’un fourgon.Un cerveau reposéest un cerveau apaisé.MOTO ET MOTARDS MAI 2013 93TEAMCLODOP
  5. 5. MAI 2013 MOTO ET MOTARDS94es essais débutent dès le mercredi et chacun de mes faits et gestesest noté par Patrice sur un tableau. Les premiers tours de roues sontdifficiles car il faut partager des sessions courtes entre les deuxpilotes. Soit 4 tours puis 5 tours chacun avant les qualifications. À peinele temps de réaliser que l’embrayage antidribble monté sur la Brutaleest défectueux et qu’il faut remettre l’origine pour les qualifs’. Et quelengin ! La Brutale 800 préparée par Marc est une bombe atomique. Lapuissance du moteur est démoniaque et je remonte sur les concurrentscomme si j’avais 100 chevaux de plus. Merci au poids plume du châssisqui aide aussi. En revanche, elle est délicate à emmener, une vraiesportive caractérielle qui mérite son nom, mais qui procure un plaisirimmense. Les chronos sont moyens, le team grimace un peu, je me sensnul… Et je décide de tout donner aux qualifs’ malgré le peu de roulageet la connaissance limitée du tracé. Résultat : un bon chrono au bout de3 tours et une chute spectaculaire au tour suivant dans une zone rapide,probablement à cause d’une trace d’huile. Je me sens très nul, maisl’équipe ne bronche pas et s’active pour réparer la belle italienne qui aun peu souffert. Au final, le travail de protection anticipé sur la machinefait qu’elle n’a pratiquement rien, et une fois le boulot des mécanos fini,elle paraissait neuve. Le team ne m’en veut pas et les chronos réalisés enpeu de tours par Maxime et moi les rassurent. On part 14esur la ligne dedépart. Objectif en course : top 10 !es essais. C’est maintenant que tout commence. Et c’estmaintenant que l’on sent la pression monter. Impossible deme lâcher sur la moto. J’ai mal aux bras et n’arrive pas à lafaire tourner. Faut dire que je découvre le circuit. La Benelli mesemble lourde et le 3erapport saute tout le temps, mais le moteurmarche d’enfer et le freinage est terrible ! J’ai le sentiment detout donner et rentre aux stands avec des chronos minables. Jesens le poids de la honte m’écraser mais mes nouveaux amisn’ont pas l’air de s’en faire. On dirait qu’ils s’en fichent. Onchange un tube de fourche entre deux séances. Est-ce pour sevenger que Landry me fait ensuite partir avec le réservoir quasi-vide ? Je tombe en panne dans le 180 en fin de séance et ramènela moto en poussant. « C’est pour repérer les voies de sécuritéau cas où on tombe ». Un truc de team manager, probablement.Je ne cherche pas à comprendre. Je suis pilote, maintenant. Laseconde séance n’arrangera pas grand-chose et je reste bloquédans un rythme plutôt mauvais. Heureusement, Rem’ a assuréun bon temps et la moyenne des deux chronos nous fait partir36e. Ah ! Au fait, on vient de finir le rodage. Bien. Un coup defil à quelques potes pour avoir des conseils et améliorer ça encourse (merci Droo !) ; j’achète une boîte de raviolis de 4 kget une bouteille de Ricard pour me faire pardonner. Ça a l’airde marcher. Ils sont contents… On termine la soirée dans lesvapeurs d’anis et d’essence. Cool. Vivement demain.Chez H’elit Moto, letransport des gommesse fait avec respect ethumilité. Il faut traiter lespneus avec déférence eton le fait bien, nous !La veille de la course, plutôtque de boire l’apéro, onanalyse soigneusement laconsommation de la MV pourdéterminer avec précision lesravitaillements à effectuer. Onest pros, ou clodos…Gros travail de réparationpour les mécanos aprèsma chute. Ça se termineraaprès les derniers rayons desoleil, à l’heure usuelle del’apéro. Mais qu’importe, pourl’équipe, l’essentiel, c’est lacourse !TRANSPORTS À LAGOMMEIls sont mignons, tous,avec leurs petits chariotsde beaux gosses. Un clododigne de ce nom ne partjamais sans la Mr-T Puch-Carpour transporter ses pneus.Capacité de stockage : 17roues ! Un record.LE CALCUL DE LACONSODans la A-Team, l’essentiel sepasse entre les séances. D’oùla présence dans l’équiped’un spécialiste internationalen stockage de fluides. Enendurance, les ravitaillementssont essentiels.MÉCANIQUENOCTURNEMême sans se bourrer,l’endurance réserve son lotde galères. Pendant quecertains passent la nuit àréparer, d’autres ont oubliél’ouvre-boîtes…TEAM PROTEAM CLODOAU BOLD’ARGENTBAD’RET PONPONLA BONNEMÉTHODELL
  6. 6. e départ du Bol d’Argent sefait en suivant la traditiondes courses d’endurance :le pilote court pour prendre lescommandes de sa meule. Marcet Patrice me demandent de lefaire. La pression est immense, jepense au pire, à la chute pendantla course de 30 mètres, au calage.Des spectateurs hurlent mon nomdans le public mais je ne vois pasoù le signal de départ sera donné.Je demande au pilote à côté demoi et je me fais hurler dessus :« TU CROIS QUE C’EST LEMOMENT DE ME FAIRECHIER ? ! »… Drapeau ! Je courscomme un demeuré et vole laMV des mains de Marc. Départprudent pour ne pas caler et àla fin du premier tour j’ai gagné5 places. Me voilà 9een pleineremontée, améliorant mes chronosà chaque tour. À la 30eminute, jefais une petite erreur en doublantun attardé et je chute ! Malheur !La moto est salement amochée.Je parviens à rejoindre les standset l’équipe se jette sur le roadsterpour procéder aux réparations.Je suis dépité et regarde leurtravail rapide et précis de machaise. Quelle poisse. Guidonchangé, platine droite changéeet Maxime prend le relais aprèsseulement 20 minutes au stand.Ils ont été rapides. Max assure desbons chronos mais 15 minutesplus tard, il chute lourdement àl’accélération et se pointe alorsqu’on ne l’attendait que 35minutes plus tard ! Branle-basde combat, le casque de Maxest mort et je dois prendre saauvaise nouvelle : labéquille arrière nepasse plus à cause de laprotection de chaîne, changéeune heure avant la course.Shit ! On devra ravitailler avecla béquille centrale, qu’on estobligé de visser à chaque fois surle cadre.Bonne nouvelle : j’ai trouvé unearme secrète pour niquer Bad’Ret son team de pros (voir brèves).On espère que ça marchera.L’heure approche. La pressionmonte. La tension est palpable.Gaël pionce dans la pitlane.Olive boit un truc improbable.Landry cite Jean Alesi pour nousmotiver : « Ce n’est pas parceque c’est difficile qu’on n’osepas. C’est parce qu’on n’osepas que tout devient difficile ».On pige pas tout. Mais ça al’air vachement intelligent. Onmate Rem’ prendre le départ.Pourvu qu’il ne se bourre pasen courant. Pourvu qu’il ne calepas. Pourvu qu’il sorte vivantdu premier virage. Bad’R sebourre. Rem’ termine son relais.C’est mon heure. Je remontela voie des stands. L’endroitest mythique. On est dans lacour des grands. Je savoure. Etmanque de me faire percuter dèsmon entrée sur piste. Ils sontchauds ! Quelques tours plustard, un rapport saute à l’entréed’Estoril, un gauche rapide.J’écarte et sors un concurrent quise bourre. Je lui paierai une bière.Deuxième relais sans encombrepour Rem’. Le mien sera celuides révélations. Je modifie mafaçon de piloter, suis plus vif etne force quasiment que sur lesjambes. Résultat : 4 secondesgagnées en 3 tours sans prendreRévision chez lespros, procédure deravitaillement répétéeplusieurs fois, il faut quetout soit très clair en casd’imprévu en course !La concentration est à sonapogée en grignotant ledernier repas léger maisénergétique d’avant course.On est tellement prêts qu’onpeut se permettre une petitemais essentielle sieste !LES 5 DERNIÈRESMINUTESPourquoi se stresser ?Il reste encore au moins 5minutes. On est large…LE DERNIERREPASThéorie du A-Team : le corpshumain ne supporte pas leschangements d’habitudes.Raison pour laquelle il ne fautabsolument pas changer sonrégime alimentaire avant unecourse.Ultime révision pour les piloteset pour la structure : chacunsait exactement ce qui luireste à faire. C’est parfait !STRATÉGIE DECOURSE« Ouais, bon, ben tu metsdu gaz. Et quand t’as plusd’essence, ben tu rentres ».Pourquoi faire compliqué ?TEAM CLODOMAI 2013 MOTO ET MOTARDS96AU BOLD’ARGENTBAD’RET PONPONLA BONNEMÉTHODETEAM PROLa Benellidu TeamMotorenardmarchait trèsfort malgré uneprépa minimale.LM
  7. 7. place le temps qu’il en trouve unautre. Réparation express et gazde nouveau, mais tout ce retardnous a coûté l’épreuve vu qu’onavait déjà 15 tours de retard surla tête de course. Je roule uneheure en prenant le moins derisques possible, le but étantdésormais de finir. Un dernierrelais éclair (l’équipe a assuré auravitaillement en moins d’uneminute !) et Max termine la courseà sa troisième heure, à l’avant-dernière place. On n’était pas loindu pire de ce qui pouvait arriveren course, mais on a réussi à finirmalgré tout. C’est presque unmiracle…le moindre risque. À chaque tour,le chrono descend d’une demi-seconde. Ça fait du bien. J’ai lesentiment du devoir accompli.D’être le rouage d’une équipeà 100 % derrière moi. De fairele max et de ramener la motoentière à mon coéquipier. C’estcool. Quand… shit ! la réserves’allume ! Je ne veux pas rentrer !Je veux continuer à améliorer.Au lieu de calculer les stocksde Ricard, on aurait mieux faitde calculer la conso’. Car ons’arrête 10 minutes plus tôt queles autres. De plus, la béquille etle derrick pourri nous font perdreun temps infini aux stands. Aumoins 2 tours, selon Landry. Soitune vingtaine de places !! Ons’en fout. L’essentiel est dans lepartage et Rem’ boucle le dernierrelais sans histoire avant defranchir la ligne. Émotion.Je n’avais jamais fait dedépart de type « 24 heures ».Mais ayant effectué lesmeilleurs chronos c’est àmoi qu’incombe cette tâchestressante.Au final, un grandmoment. Mais quel stress !!!!LE DÉPARTDepuis le muret, le départn’est qu’un détail. Surtoutlorsque l’on sait qu’unestratégie secrète empruntéeà la CIA nous permettrad’atteindre nos objectifs (voirbrèves : stratégie Zouzou)
  8. 8. MAI 2013 MOTO ET MOTARDS98uel week-end ! Si absolument tous leséléments étaient réunis pour faire unrésultat respectable, je n’ai pas assuréune fois en piste, chutant deux fois pour ma part,et une fois pour mon coéquipier. Une grossedéception pour l’équipe de ne pouvoir prouverque sa stratégie et son sérieux étaient efficaces,mais au final, la joie d’avoir participé et d’avoirpartagé ce moment exceptionnel. Largement lastructure la plus sérieuse et la meilleure ambiancede course que j’ai connues. Un immense merci àvous tous, et particulièrement à Gwen qui a vu sapropre moto revenir chiffon trois fois sans jamaisrien dire… Vous êtes des grands !eux choses à retenir de ce Bold’Argent. Primo, la préparationest au moins aussi importante quele rythme en course. Deuzio, grâce à unestratégie d’une intelligence rare, on finitdevant Bad’R et ses techniques de pro ! Cequi prouve une chose essentielle : rien nesert de mettre du gaz et d’avoir un team depros si tu ne restes pas sur tes roues. Foi declodo !Gaël, c’est le mec le plus drôle de la Terre. Unesorte d’OVNI ardéchois, fan de vélo, d’homéopathieet de profiteroles, qui est capable de sortir uneconnerie au moment où tu t’y attends le moins, oude se mettre à faire des lèves foireux à vélo devantle photographe qui essaie vainement de faire unephoto. C’est mon idole !Sans commentaires.GAËL TOUCHÀ L’EAU ET AUX GRAVIERSNotre seul objectif étant de finir devant laMV de Bad’R, nous avons bâti l’intégralité denotre course autour de la stratégie Zouzou,une Umbrella girl invitée spécialement pourdéconcentrer Bad’R juste avant le départ.Opération réussie, soldat Zouzou ! Juste aprèsavoir claqué un chrono de ouf’,, Bad’R s’estbourré et son coéquipier, qui avait sûrementaperçu notre brave soldate, a fait de même !Rompez !LA STRATÉGIE ZOUZOUQuand on vous dit qu’on pratique un métier àrisques…ACCIDENT DE TRAVAILTEAM PRO TEAM CLODOAU BOLD’ARGENTBREVES DECOMPTEURBAD’RET PONPONLA BONNEMÉTHODE« LE PLUS IMPORTANT SUR UNECOURSE D’ENDURANCE ?RESTER SUR SES ROUES ! »Maxime dans lachicane Imola.Le pilote derallye a bienprogressé lorsde cette coursedifficile !Q D
  9. 9. MAI 2013 MOTO ET MOTARDS100TEAM PROTEAM CLODOFun64 Quotidien-12Arsouille97SexyNOTESSUR1032Novice-22Fun20 Quotidien10Arsouille99SexyNOTESSUR1020Novice-10MV AGUSTA BRUTALE 800H’ELIT MOTOBENELLI TNT 899MOTORENARDPuissance : 125 chevauxPoids : 180 kgPréparation : amortisseur,intérieur de fourche etamortisseur de direction Matris,ligne d’échappementZARD,boîtier Power Commander,Shifter,maître-cylindrede frein Beringer,disques de freins Beringer,commanded’embrayage Beringer,commandes reculées,tampons deprotectionTitan…Puissance : 120 chevauxPoids : plein de kilosPréparation : ressort Öhlins sur l’amortisseur,huile defourche,boîtier électronique,shifter,maître-cylindre defrein Braking,disques de frein Braking,tampons,ZouzouPréparée par Motorenard - Concessionnaired’italiennes à Rognonas (13870)Contact : 04 90 94 00 58AU BOLD’ARGENTBAD’RET PONPONLA BONNEMÉTHODEPréparée par H’elit Moto - Concessionnaire MV Agusta etMoto Morini à Boissy-l’Aillerie (95650). Contact 01 34 66 99 09

×