Tables rondes 5 mai 2010

344 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
344
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Tables rondes 5 mai 2010

  1. 1. UNE SEMAINE DE DEBATS SUR L’ECONOMIE ET LES ENJEUX DE LA CULTURE 20 TABLES RONDES COUVRANT L’ENSEMBLE DES DIFFERENTS SECTEURS CULTURELS Du 3 au 7 mai 2010 à l’EAC De 10h à 20h , entrée libre, préinscriptions par e-mail souhaitées Lieu : EAC - 33 rue La Boétie - 75008 Paris - 01 47 70 23 83, Métro Miromesnil (lignes 9 et 13) MERCREDI 5 MAI DE 10H A 13H30 LES INDUSTRIES MUSICALES SONT A L’HONNEUR : 10H-12H : « MUSIQUE ET DEVELOPPEMENT DE CARRIERES » 12H-14H : « MUSIQUE ET MARQUE » Informations pratiques et confirmation de votre présence : stephaniebarasinski@groupeeac.com
  2. 2. LES INDUSTRIES CULTURELLES Les nouveaux modèles économiques et sociologiques face à la révolution numérique. Depuis plus d’une décennie, l’évolution numérique modifie durablement l’organisation des industries culturelles et pousse l’ensemble du secteur à repenser ses stratégies, ses médias et ses savoir-faire. Première touchée par les impacts du numérique, la filière musicale, doit, d’une part, développer de nouvelles stratégies relatives au développement de carrières des artistes et, d’autre part, redéfinir des nouveaux modèles d’exploitation. La filière de l’édition, qui ne parait plus épargnée par ces transformations, tente de mettre au point de nouveaux business modèles applicables à l’édition en ligne. Les acteurs de l’audiovisuel réfléchissent à de nouveaux contenus adaptés aux nouveaux paysages de la filière, notamment à travers la question des formats de diffusion. De son coté, le secteur des jeux vidéo accorde un intérêt croissant aux mondes virtuels. Toutes les filières des industries culturelles s’interrogent aujourd’hui sur la viabilité des nouveaux business modèles émergents. Ce mercredi 5 mai, nous donnerons la parole à certains des acteurs de ces filières pour réfléchir à ces problématiques et ces enjeux résolument actuels. PROGRAMME DE LA JOURNEE : 10h > 11h30 : Musiques Pop Rock 12h > 13h30 : Musiques métisses 14h30 > 16h : Edition en ligne 16h30 >18h : Formats audiovisuels 18h30 > 20h : Mondes virtuels 20h30 : cocktail
  3. 3. « MUSIQUE ET DEVELOPPEMENT DE CARRIERES » ou Comment repenser le développement de carrières dans un monde d'auto-management et de réseaux ? A l'heure de la crise, les musiques pop rock sont en perpétuelle recherche de nouveaux modèles économiques. L'œuvre musicale croise la route des professionnels de plus en plus tard et le public de plus en plus tôt. Le monde numérique est devenu indissociable du monde de la musique. A partir de ces constats, quels sont les nouveaux outils de management ? Quelles sont les stratégies à mettre en place pour développer les communautés musicales ? La musique est partout mais ne parvient plus à générer suffisamment de recettes : la relation artiste-fan est -elle à repenser en terme lucratif ? L'industrie de de la musique se réinvente constamment . Face à ces mutations autour du management, des communautés et des plateformes online et des modèles économiques, le label est à réinventer. Comment le modèle traditionnel du label peut-il évoluer afin de continuer à jouer son rôle de développeur de carrières et de prescripteur de musique ? Voici les 4 enjeux qui seront abordés lors de cette table ronde : - Auto-management : des nouveaux outils, des nouvelles pratiques. - Développement du potentiel des communautés musicales online? - Comment développer et monétiser la relation artiste-fan? - Labels : quels modèles pour demain? Intervenants : Gildas Lefeuvre, journaliste spécialisé dans l’industrie de la musique Yvan Taieb, co-fondateur du label Roy Music et manager Pierre De Baecque, directeur de programmation de BuzzMyBand Antoine El Iman, co-fondateur de la plateforme musicale Noomiz
  4. 4. « MUSIQUE ET MARQUE » ou L’éditorialisation d’une programmation artistique est-elle une valeur ajoutée dans les nouveaux modèles marketing des musiques actuelles ? Le développement massif du numérique a entrainé de profonds changements dans la filière de l'industrie musicale. Pour y répondre, les acteurs de la musique tentent de mettre en pratique des nouvelles stratégies afin d'optimiser leurs retombées médiatiques et économiques. Pratique déjà ancienne, la notion d’éditorialisation d’une ligne artistique est l’une des stratégies adoptées par nombre d’acteurs de la filière musicale. Elle consiste en la détermination d’une orientation générale (artistique, politique, culturelle...), impliquant un engagement, une prise de position subjective permettant à chaque structure de se doter d’une identité forte et fédératrice, et donc de se positionner aux yeux du public. Cette éditorialisation d’une identité musicale et culturelle pourra déboucher à terme sur une conception proche des stratégies de « labellisation ». Ce faisant, la notion de label ou marque de qualité, indiquera que les artistes ou les pratiques culturelles soutenues par la structure correspondront à des valeurs, définies en amont dans l’identité éditoriale. Si cette démarche d’éditorialisation est pertinente, la base fan ne sera donc pas simplement constituée autour d’un artiste ou d’un genre musical, mais autour d’un concept identitaire porté par l’ensemble des artistes défendus. L’enjeu pour les acteurs du secteur est de devenir une référence importante, si ce n’est incontournable, pour un public qui sera alors fidélisé et particulièrement réceptif aux propositions artistiques que lui fera la structure. Au cours de cette table ronde et après avoir réfléchi aux notions d’éditorialisation et de labellisation, il s’agira d’une part de discuter des manières pour une structure d’interagir avec sa communauté et d’autre part, de déterminer si cette politique d’éditorialisation amène systématiquement à une diversification des contenus .
  5. 5. INTERVENANTS : - Laurence Gilles, Directrice marketing de MONDOMIX - Virginie Berger, consultante en marketing musical et stratégies numériques pour DBTH., ancienne Directrice marketing de MY SPACE - Yannick Landais, Directeur du Satellite Café - Bruno Théol, Directeur chez Nocturne et Music Media - Olivier Cachin, journaliste spécialisé

×