A la découverte de…       SvalbardUn projet mythique, mais      controversé
Parfois présentée comme « larche de Noé » de la biodiversité, cettebanque de semences implantée à Svalbard est très contro...
« La raison pour laquelle cet endroit a été choisi est que cest lun des lieux les plusstables du monde aujourdhui, expliqu...
Au-delà de laspect « cataclysmique » du projet, de nombreux scientifiques et acteurs de la               société civile se...
Enfin, ce projet astronomique est financé à la fois par les états, la Norvège en tête, mais également par desfondations et...
Reportage original réalisé par Mathilde Goanec                      pour                www.greenetvert.fr
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

A la découverte de Svalbard - Un projet mythique, mais controversé 7/8

365 vues

Publié le

Parfois présentée comme « l'arche de Noé » de la biodiversité, la banque de semences de Svalbard (voir épisode 6) est très controversée. Son implantation, à des centaines de kilomètres du continent, en terre polaire et isolée, inquiète et interroge.

Publié dans : Voyages, Business
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
365
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
45
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

A la découverte de Svalbard - Un projet mythique, mais controversé 7/8

  1. 1. A la découverte de… SvalbardUn projet mythique, mais controversé
  2. 2. Parfois présentée comme « larche de Noé » de la biodiversité, cettebanque de semences implantée à Svalbard est très controversée. Sonimplantation dabord, à des centaines de kilomètres du continent, enterre polaire et isolée, inquiète et interroge. Quel cataclysme lesdirigeants du monde anticipent-ils pour construire un conservatoire degraines là où rien ne pousse ?
  3. 3. « La raison pour laquelle cet endroit a été choisi est que cest lun des lieux les plusstables du monde aujourdhui, explique Roland Von Bothmer. Il ny a pas presque pasdactivité sismique, la terre est très solide, et même sil y a des changementsclimatiques dans le futur, cet endroit sera lun des derniers endroits du monde à êtreaffecté. En cas de montée des eaux, nous sommes installés au-dessus de la hauteurmaximale envisagée. Nous nous préparons au pire mais nous ne souhaitons pasalimenter la psychose; notre rôle premier est dêtre là en cas de catastrophe dans lesbanques de graines qui nous envoient leurs semences. »Roland Von Bothmer, scientifique en charge du projet, professeur en génétique et sélection des plantes.
  4. 4. Au-delà de laspect « cataclysmique » du projet, de nombreux scientifiques et acteurs de la société civile se sont élevés contre le « Svalbard seed Vault », depuis sa création, à linstar dAndrew Kimbrell, directeur du Centre pour la sécurité alimentaire, basé aux Etats-Unis. Sur le site de lorganisation, il développe : « Je suis persuadé que les projets de grande envergure ne sont définitivement pas le bon échelon pour la conservation des graines, et nous militons pour une protection des semences et de la biodiversité « in situ ». Sil faut conserver des graines quelque part, en dehors des champs, il faut tenter de le faire le plus localement possible. » Les plantes et les semences sont étroitement liées à lenvironnement qui les entoure, et tout un courant des experts de la biodiversité juge illusoire de vouloir conserver les graines du monde si loin de leur milieu dorigine.Une critique que réfute partiellement Roland Von Bothmer. «Ce nest pas une condamnation de la réserve de Svalbard elle-même mais du système des banques de graines dans leurensemble. Nous ne sommes ici quau stade ultime de la chaîneet mon plus grand souhait, cest que nous nayons jamais ànous servir du matériel collecté ici. Mais je pense que nousavons besoin des banques de conservation pour avoir un accèsfacile et simplifié au matériel végétal, indispensable à lasélection qui permet dadapter les plantes aux mutationsenvironnementales et aux maladies. Donc il faut combiner lesdeux, la préservation dans les champs, et la conservation dansles banques. »
  5. 5. Enfin, ce projet astronomique est financé à la fois par les états, la Norvège en tête, mais également par desfondations et des sociétés privées, qui prennent en charge une partie des frais dacheminement des grainespour les pays en voie de développement. Parmi ces partenaires privés, la fondation Bill et Melinda Gates,étroitement liée financièrement au géant américain des biotechnologies végétales Monsanto, connu surtout poursa production et sa distribution massive dOGM dans le monde. Figurent aussi parmi les donateurs les sociétésSyngenta et Dupont/Pioneer Hi-bred, deux semenciers internationaux, qui participent également au businessdes OGM de maïs et de soja. Les défenseurs de lenvironnement accusent régulièrement ces entreprises decontribuer à appauvrir la biodiversité mondiale, en commercialisant des semences OGM brevetées, et davoir unimpact négatif sur la paysannerie. Ces compagnies utilisent-elles la réserve de Svalbard comme un outilmarketing, visant à faire taire les critiques de leur action sur le terrain ? Ont-elles accès au véritable trésor quele conservatoire recèle, cest à dire à terme une base de données centralisée et incomparable sur les semencesdu monde entier ? En tentant de répondre à ces questions, le Centre de sécurité alimentaire a dailleurs noté lopacité entourant le contrat qui régie la réserve de Svalbard et ses liens avec ses partenaires privés. « Il ny aucun accès possible pour quiconque, réplique Roland Von Bothmer, qui se veut rassurant. Le seul moyen davoir accès aux semences conservées ici est de passer par les banques de semences dans les pays dorigine. Dans cette affaire, il en va de la réputation de la banque végétale scandinave et des pays qui sont impliqués dans ce projet. Si on commence à faire ce genre de chose, tout le système va sécrouler. »
  6. 6. Reportage original réalisé par Mathilde Goanec pour www.greenetvert.fr

×