Regarder des séries 
sur Internet 
Qu’est-ce que ça change finalement? 
Christine Thoër, Ph.D 
Florence Millerand, Ph. D 
...
Progression du divertissement 
connecté chez les jeunes 
 Progression au Québec du visionnement en ligne : 
émissions, sé...
Une nouvelle offre 
 Augmentation de l’offre, qualité des séries (Quality TV) 
sous l’impulsion des chaînes câblées 
 Mo...
Que change le visionnement 
connecté des séries? 
 Quelles sont les formes spécifiques de l’attachement 
aux séries lorsq...
Méthodologie : 
réalisation de 4 groupes focus 
 Recrutement 
 via annonces sur Facebook, Craigs’s 
List, Kijiji, listes...
Résultats 
6 
Séminaire du 16 octobre 2014 – UQAM - ComSanté
Tu la regardes quand tu veux. T’es plus esclave à 
la programmation. Je me souviens dans le temps le 
câble, c’était telle...
 Accéder à une grande diversité de séries sur Internet 
«On n’est pas obligé de regarder ce que tout le monde regarde» 
...
9 
 Pouvoir revisionner des séries plus anciennes 
quand j'étais petite, (…) il y avait toutes les 
séries anglaises des ...
Je déteste regarder des séries qui sont en train d’être mises en ligne ou qui 
sont à la télé en ce moment. Je prends touj...
je comparerais la consommation de séries un peu à 
un trouble alimentaire (…) Moi, je regarde plein 
d'émissions de suite,...
Oui, c'est du plaisir (…) la saison deux de Game of Thrones, c'est 
comme neuf épisodes d’une heure chacun, je les ai pass...
Le dispositif ouvre à d’autres temps 
et espaces de visionnement 
13 
 Variété des modes de connexion (selon les contenus...
2) L’attachement au rituel 
transformé par le visionnement connecté 
14 
Multiplicité des formes de visionnement 
 2 axes...
Je mange tout le temps devant les séries. C’est presque 
devenu…quand je suis toute seule, c’est vraiment plate de 
manger...
16 
 Visionnement focalisé 
 svt des séries à l’intrigue plus forte (pas seulement) 
 Écoute en couple : «une série à n...
17 
 Visionnement focalisé (suite) 
 Écoute en groupe : RV d’amateurs 
 Écoute individuelle mais en groupe 
Le dimanche...
3) Un attachement aux personnages 
 Un attachement aux personnages qui sont plus complexes, qui ont des 
failles, des sec...
…et aux univers que l’on découvre 
de l’intérieur 
 La série comme espace pour déveloper sa culture 
générale. Une foncti...
20 
 L’intensité du visionnement permet 
de rentrer dans l’univers 
j'ai fait peut-être les trois saisons en une semaine ...
 La série comme moyen d’apprendre des leçons 
21 
de vie 
 Identification aux personnages qui offrent 
des exemples de r...
22 
J'aime les sitcoms et j'aime les séries, admettons 
que ça parle de notre génération, notre tranche 
d'âge, mais c'est...
4) L’attachement à un espace de 
construction et de partage d’identité 
23 
 Échanges autour des séries en ligne comme 
h...
24 
Thoer, Millerand - D’un écran à l’autre : les mutations Séminaire du 16 octobre 2014 – duU sQpeAcMta te-uCr o–mPaSrias...
(Community) j'aimais vraiment cette série parce que, ben, ils ont 
vraiment fait un univers où ils font beaucoup de référe...
26 
 Internet : un fond de contenus sériels 
«qui fait mémoire» collective et individuelle 
et qu’on peut mobiliser pour ...
27 
Conclusion 
 On retrouve plusieurs des formes d’attachement aux séries 
mais transformées : ajout de nouvelles pratiq...
28 
Prochaines étapes du projet 
 Rencontres de consultation avec des professionnels 
des médias (Producteurs, réalisateu...
29 http://blogsgrms.com/jeunes-visionnement-connecte/ 
Séminaire du 16 octobre 2014 – UQAM - ComSanté
30 
Merci de votre attention ! 
thoer.christine@uqam.ca 
millerand.florence@uqam.ca 
vrignaud.caroline@uqam.ca 
judith.gau...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Regarder des séries sur Internet : qu’est-ce que ça change finalement ?

2 654 vues

Publié le

Le visionnement connecté de séries TV et de webséries est de plus en plus populaire au Québec. Cette recherche vise à documenter la façon dont de jeunes adultes québécois, amateurs de séries, consomment les séries TV et les webséries auxquelles ils accèdent sur Internet et via les périphériques mobiles.

Quelles sont les séries qu’ils regardent de manière connectée? Comment accèdent-ils à ces contenus? Dans quels contextes et avec qui les visionnent-ils? Comment en parlent-ils à leur entourage, en ligne comme hors ligne? Quelle place prend cette pratique dans leur quotidien? Le visionnement sur Internet vient-il renforcer des patterns existants? Ouvre-t-il de nouvelles formes de pratiques? Comment ces pratiques s’inscrivent-elles dans l’univers du masculin et du féminin? Enfin, comment expliquer l’attachement des jeunes adultes à la consommation de séries sur Internet?

Cette recherche exploratoire s’appuie sur 4 groupes focus réalisés avec des jeunes francophones vivant à Montréal et âgés de 18 à 25 ans, qui consomment des séries en ligne. Elle s’inscrit dans un plus large projet qui débute et qui vise à mieux comprendre le phénomène du visionnement connecté et à cerner les mutations des cultures médiatiques.

Christine Thoër, Ph.D., Professeure au dép. de communication sociale et publique, Directrice par intérim de ComSanté, Centre de recherche sur la communication et la santé

Florence Millerand, Ph.D., Professeure au dép. de communication sociale et publique

Caroline Vrignaud, candidate à la maîtrise en communication.

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 654
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1 767
Actions
Partages
0
Téléchargements
8
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Regarder des séries sur Internet : qu’est-ce que ça change finalement ?

  1. 1. Regarder des séries sur Internet Qu’est-ce que ça change finalement? Christine Thoër, Ph.D Florence Millerand, Ph. D Caroline Vrignaud, cand. Maît., Faculté de communication, UQAM 1 Séminaire du 16 octobre 2014 – UQAM - ComSanté
  2. 2. Progression du divertissement connecté chez les jeunes  Progression au Québec du visionnement en ligne : émissions, sériesTV, webséries, films 50% des 18-24 ans (CEFRIO, 2014)  Multiplication des dispositifs d’accès aux séries TV  diffusion en flux (streaming) illégal ou légal (Netflix), téléchargement via des torrents, sites de replay (toutv.ca), Youtube, Apple TV, etc…  Progression de l’équipement en terminaux mobiles 62% des 18-24 ans ont une TV connectée à Internet (CEFRIO, 2014) 2 Séminaire du 16 octobre 2014 – UQAM - ComSanté
  3. 3. Une nouvelle offre  Augmentation de l’offre, qualité des séries (Quality TV) sous l’impulsion des chaînes câblées  Moins de contraintes (publics, audiences)  Nouveaux acteurs impliqués dans la production de contenus (Netflix, Amazon, etc…)  Des séries caractérisées par :  des thématiques ayant une forte résonance sociale  des univers présentés dans leurs dimensions quotidiennes, attachement au mode hyperréaliste (Glevarec, 2012)  des modes narratifs plus complexes  des personnages multiples et plus développés (Esquenazi, 2009) 3 Séminaire du 16 octobre 2014 – UQAM - ComSanté
  4. 4. Que change le visionnement connecté des séries?  Quelles sont les formes spécifiques de l’attachement aux séries lorsqu’elles sont visionnées de manière connectée ?  Le visionnement sur Internet vient-il renforcer des patterns existants?  Ouvre-t-il de nouvelles formes de pratiques ? Notre analyse met en evidence 4 formes d’attachement à la pratique du visionnement connecté : 1) Un attachement à l’égard du dispositif et à ce qu’il fait gagner en autonomie 2) Un attachement aux rituels qui sont transformés par le visionnement connecté 3) Un attachement aux séries que le visionnement connecté rend plus intense 4) Un attachement à un espace qui permet de construire et de partager son identité (Voir Hennion, 4 2004, 2005, 2010) Séminaire du 16 octobre 2014 – UQAM - ComSanté
  5. 5. Méthodologie : réalisation de 4 groupes focus  Recrutement  via annonces sur Facebook, Craigs’s List, Kijiji, listes d’étudiants UQAM  Critère de recrutement : visionner au moins 2 épisodes/semaine Un échantillon d’amateurs de séries  21 participants 18-25 ans  2 groupes d’hommes (11)  2 groupes de femmes (10)  20 mars-8 mai 2014  Profil des participants  Scolarité  Occupation  15 aux études (travail TP =11)  6 sur le marché du travail  Revenu des parents  Nombre de personnes au domicile 5 Séminaire du 16 octobre 2014 – UQAM - ComSanté
  6. 6. Résultats 6 Séminaire du 16 octobre 2014 – UQAM - ComSanté
  7. 7. Tu la regardes quand tu veux. T’es plus esclave à la programmation. Je me souviens dans le temps le câble, c’était tellement con. Quand il faut que t’attendes pour voir ton émission. C’est plate, il fallait que tu enregistres. Maintenant c’est quand ça t’adonne, tiens, je vais écouter une série. C’est bien mieux. (Joel) 7 1. Un attachement à l’autonomie du visionnement connecté  Se détacher des temporalités de programmation des chaînes gratuites et câblées, se libérer de la publicité  Construire des grilles personnalisées où s’entrecroisent émissions TV/séries connectées Séminaire du 16 octobre 2014 – UQAM - ComSanté
  8. 8.  Accéder à une grande diversité de séries sur Internet «On n’est pas obligé de regarder ce que tout le monde regarde»  102 séries regardées par 21 individus (3 derniers mois) 8  Hommes : 63  Femmes : 62  Importance des séries américaines (en VO ou VOS)  Suivi de l’agenda des séries américaines pour ne pas se faire «spoiler» (une grande majorité) Séminaire du 16 octobre 2014 – UQAM - ComSanté
  9. 9. 9  Pouvoir revisionner des séries plus anciennes quand j'étais petite, (…) il y avait toutes les séries anglaises des années soixante (…) Le Prisonnier et tout, j'ai vraiment été baignée là-dedans, donc j'aime vraiment ça. (…) avec Internet on peut tout regarder, toutes les saisons, elles sont sur le streaming. Elles sont accessibles à n'importe quel moment et du coup je pense que ça a un peu démocratisé des séries qui n'existaient plus. Ça les a fait ressortir. (Clémence) Séminaire du 16 octobre 2014 – UQAM - ComSanté
  10. 10. Je déteste regarder des séries qui sont en train d’être mises en ligne ou qui sont à la télé en ce moment. Je prends toujours des trucs de 2 ou 3 ans et là je commence à en regarder plein. (…) Ca m’énerve d’attendre une semaine, je préfère contrôler mon temps. 10 Définir son temps de visionnement  Importance du temps de visionnement : 2 à 6 épisodes/jour «C’est rare de ne regarder qu’un épisode à la fois»  Pratiques marathon («binge watching» : Une saison)  Perception du temps de visionnement : pas toujours claire  Le dispositif technique favorise l’enchaînement des épisodes  Perception du temps devant l’écran varie selon le genre  Sentiment de culpabilité plus important chez les jeunes femmes  Métaphores renvoyant à l’alimentation Séminaire du 16 octobre 2014 – UQAM - ComSanté
  11. 11. je comparerais la consommation de séries un peu à un trouble alimentaire (…) Moi, je regarde plein d'émissions de suite, tout le temps, puis après si j'en regarde trop, je me sens pas bien, comme une personne qui va se faire vomir après avoir trop mangé, dans ce sens-là. Parce que c’est pas qu'on est accro, mais j'ai besoin de... Je peux pas arrêter. (Audrey) 11 Séminaire du 16 octobre 2014 – UQAM - ComSanté
  12. 12. Oui, c'est du plaisir (…) la saison deux de Game of Thrones, c'est comme neuf épisodes d’une heure chacun, je les ai passés en une journée. C'était neuf heures du matin jusqu'à neuf heures du soir. Pis j'ai fait juste ça. J'ai fait livrer de la bouffe, je suis restée en slip dans mon lit. (Rires) J'ai vraiment fait juste ça! Pis à la fin de la journée, j'étais vraiment contente et j'avais juste envie de regarder la saison trois. (Rires) (Bianca) Regarder tous les épisodes à la suite, c’est beaucoup moins frustrant. Il y a des séries, je me dis, si j’avais du regarder ça, un épisode à la fois, je serais devenue folle ! (Bianca) 12  Une dépendance qui comporte des avantages : • «Être vraiment dans la série» • Faire durer le plaisir • Éviter d’être en attente du prochain épisode • Dépasser la frustration des épisodes où il ne se passe rien Séminaire du 16 octobre 2014 – UQAM - ComSanté
  13. 13. Le dispositif ouvre à d’autres temps et espaces de visionnement 13  Variété des modes de connexion (selon les contenus recherchés, la qualité, le coût, l’aspect convivial )  Netflix jugé fiable, faibles coûts mais contenus encore limités (détournements de Netflix US)  Utilisation de différents périphériques  Mobilité accrue essentiellement au sein de la maison  Insertion du temps de visionnement dans d’autres temps sociaux (travail, transports)  Spécialisation genrée des lieux d’écoute  Les hommes et le salon (TV connectée à la Play Station)  Les femmes et la chambre (ordi sur le lit)  Allongement mais peu de déplacements des temps de visionnement  La logique du RV de la soirée demeure Séminaire du 16 octobre 2014 – UQAM - ComSanté
  14. 14. 2) L’attachement au rituel transformé par le visionnement connecté 14 Multiplicité des formes de visionnement  2 axes :  L’intensité plus ou moins importante de l’écoute  La caractère intime ou collectif de la pratique  Visionnement distant et léger :  Certaines series plus légères ou déjà visionnées  Multiplicité des activités en parallèle (en ligne et hors ligne)  L’écran fait présence (TV central dans le foyer et écran mobile)  Écoute en groupe (finales) Séminaire du 16 octobre 2014 – UQAM - ComSanté
  15. 15. Je mange tout le temps devant les séries. C’est presque devenu…quand je suis toute seule, c’est vraiment plate de manger sans regarder de série (…) Pour que ce soit une vraie pause dîner, ça prend nécessairement de marquer le coup avec une série (Bianca) Je me trouve une petite série, je l’entends en fonds, je réduis la taille de l’écran et je réponds à mes courriels, je fais des choses un peu administratives qui demandent pas trop de concentration, je fais du ménage, de la couture. (Milène) 15 Séminaire du 16 octobre 2014 – UQAM - ComSanté
  16. 16. 16  Visionnement focalisé  svt des séries à l’intrigue plus forte (pas seulement)  Écoute en couple : «une série à nous, dans le lit avec l’ordi»  Écoute individuelle et en mode intime à deux, il faut toujours attendre que l’autre soit à la maison (…) j'ai essayé avec mon copain de lui faire regarder des séries que j'aime, mais il a pas d'intérêt, donc. (Rires) Je préfère m'amuser avec moi-même. (Audrey) Moi, c’est une religion. Je veux être tout seul dans ma bulle, avec mes écouteurs, avec mon bag de chips. Il faut qu’il y ait personne dans la maison.(Nat) Moi, j'ai comme une relation, une relation amoureuse très fidèle à une série (…) C'est vraiment comme un chum (Audrey) Séminaire du 16 octobre 2014 – UQAM - ComSanté
  17. 17. 17  Visionnement focalisé (suite)  Écoute en groupe : RV d’amateurs  Écoute individuelle mais en groupe Le dimanche, on a comme une nouvelle tradition, on se réunit 10 ou 12 amis, qui viennent pour écouter tout le monde en parle et puis après ça Walkingdead. Et quand Walkingdead arrive, tu sais, hou, ça parle plus. (Arthemis) Nous on est en coloc à la maison. On est trois. On mange ensemble. Alors on est dans le salon. On est tous les trois pluggés. (…) on est tous les trois devant notre série (…) sur notre ordi, mais on regarde pas la même chose Séminaire du 16 octobre 2014 – UQAM - ComSanté
  18. 18. 3) Un attachement aux personnages  Un attachement aux personnages qui sont plus complexes, qui ont des failles, des secrets, des personnages dissidents et hyperréalistes qu’on a le temps d’apprendre à connaître Quand la série se termine… J’ai terminé Orange is the New Black et la nouvelle saison arrive en jun (…) t’es en deuil 18 des personnes. moi dans True detective avec Matthieu McCaugnagey, j’ai toujours trouvé que c’était un acteur de merde mais là, j’ai comme un new profound respect pour lui. Ce qui m’a accroché, c’est qu’il est tellement pessimiste, la façon dont il déteste la vie puis moi c’est ce qui m’a accroché, on vit dans un monde de merde, c’est vraiment dégueulasse.. Pis des fois j’écoutais ce qu’il dit et j’étais comme «Oh my god». C’est fou parce que c’est très pessimiste, mais c’est très vrai en même temps. C’est ça vraiment qui m’a pogné Séminaire du 16 octobre 2014 – UQAM - ComSanté
  19. 19. …et aux univers que l’on découvre de l’intérieur  La série comme espace pour déveloper sa culture générale. Une fonction augmentée grâce à Internet Rome, c’est une série historique mais c’est aussi les relations de César de Marc Antoine, et tu vois l’histoire à travers un soldat de Jules César, pas à travers Jules César.  Comme espace d’apprentissage de nouveaux comportements 19 On a tout le temps une image négative des politiciens donc bon ok House of Cards, ça n’aide vraiment à …ce n’est vraiment pas un univers dans la vie que je vais étudier, mais dans cet univers, la série t’amène à quelque part où tu n’aurais pas pensé aller nécessairement et c’est pour ça que tu vas apprendre des trucs sur un autre domaine. Comme depuis que j’écoute House of Cards, je me suis beaucoup plus politisé. Séminaire du 16 octobre 2014 – UQAM - ComSanté
  20. 20. 20  L’intensité du visionnement permet de rentrer dans l’univers j'ai fait peut-être les trois saisons en une semaine et j'ai dévoré le truc. Ça nous permet vraiment d'entrer dans cet univers-là C'est comme des univers auxquels tu participes pendant un petit laps de temps. T'es comme dans une autre vie (…) en regardant ça, pu rien a d'importance tu te rends dans une zone bizarre et tu penses juste à ça Séminaire du 16 octobre 2014 – UQAM - ComSanté
  21. 21.  La série comme moyen d’apprendre des leçons 21 de vie  Identification aux personnages qui offrent des exemples de résolution de problèmes inspirants mon coup de coeur cette année ça a été Homeland. J'ai vraiment, vraiment aimé ça parce que la personnage principale (…) elle est bipolaire, donc elle a des troubles mentaux, mais elle n'est pas sensée travailler à la CIA si elle a des troubles mentaux. Donc elle essaie de les cacher pour pas qu'on... c'est des problèmes, des vrais problèmes mentaux. Pis je trouve ça assez impressionnant de voir comment elle s'arrange avec tout ça et j'ai pu m'identifier à elle (…).je suis pas bipolaire mais tsé (…) tu voyais qu'elle avait des failles, des fois elle pétait un plomb. (Émilie) Séminaire du 16 octobre 2014 – UQAM - ComSanté Séminaire du 16 octobre 2014 – UQAM - ComSanté
  22. 22. 22 J'aime les sitcoms et j'aime les séries, admettons que ça parle de notre génération, notre tranche d'âge, mais c'est vraiment dramatique. Comme Skins pis Girls, je trouve ça dramatique. C'est vraiment nous en pire et j'aime ça en fait, voir comment les gens s'imaginent à notre pire. (Kathleen) Séminaire du 16 octobre 2014 – UQAM - ComSanté
  23. 23. 4) L’attachement à un espace de construction et de partage d’identité 23  Échanges autour des séries en ligne comme hors ligne à toutes les étapes du visionnement  Importance des réseaux sociaux dans le choix d’une nouvelle série  Être informé  Être conseillé des fois (sur Facebook), il y a comme un engouement, par exemple pour Game of Thrones, tu le vois partout. Quoi ? tu l’écoutes pas mais tu vas mourir ! (Jacob) Je regardais des séries à la TV puis mes amies regardaient sur Internet la série Girls et en parlaient tout le temps. Je me sentais «out» et j’ai commencé à la regarder sur Internet (Camille) Séminaire du 16 octobre 2014 – UQAM - ComSanté
  24. 24. 24 Thoer, Millerand - D’un écran à l’autre : les mutations Séminaire du 16 octobre 2014 – duU sQpeAcMta te-uCr o–mPaSriasn 2t1é-23 mai 2014
  25. 25. (Community) j'aimais vraiment cette série parce que, ben, ils ont vraiment fait un univers où ils font beaucoup de références à des films, à des séries, des choses comme ça. Pis ils avaient créé un code avec des jokes entre eux. (…) et à ce moment-là dans mon entourage (…) personne connaissait et c'était vraiment triste. Je ne pouvais pas en parler et je savais tellement que les blagues étaient drôles. J'avais tellement envie de redire, (Bianca) 25 Une pratique souvent individuelle mais importance du partage autour de la série  Partager le plaisir ressenti  pour rester dans l’univers de la série J'ai envie de rester dans cet univers. Du coup, dès que je rencontre quelqu'un qui connaît la série, on en parle pendant des heures ensemble (Clémence)  Un partage en ligne et hors ligne sur :  L’évolution des personnages (voir Fan studies), l’intrigue  Le vocabulaire, blagues de la série, références, etc… Séminaire du 16 octobre 2014 – UQAM - ComSanté
  26. 26. 26  Internet : un fond de contenus sériels «qui fait mémoire» collective et individuelle et qu’on peut mobiliser pour dire qui l’on est quand je réécoute une série comme Les frères Scott, que j'ai écouté quand j'étais vraiment toute jeune, j'ai des flashs de l'époque où je regardais ça. Donc ça vient vraiment avec : ah c'est vrai! C'est comme ça que je me sentais quand j'écoutais ça. C'est comme écouter une chanson qui va te rappeler un souvenir, mais la série me fait le même effet. Elle me ramène à une époque de ma vie où je l'ai écoutée pour la première fois.(Helena) […] je trouve que les séries qu'on aime, ça partage des choses de notre personnalité, pis ça crée vraiment un univers commun. [Mon copain] il tenait à me faire regarder ses séries. Je pense que ça constitue tellement un élément de sa personnalité, de comprendre qui il est, ce qu'il aime, que ça lui tenait à coeur [quand] on s'est rencontré. (Bianca) Séminaire du 16 octobre 2014 – UQAM - ComSanté
  27. 27. 27 Conclusion  On retrouve plusieurs des formes d’attachement aux séries mais transformées : ajout de nouvelles pratiques (ex : manger devant la série au travail)  Certaines logiques médiaculturelles demeurent mais les RV, grilles horaires et contenus sont plus personnalisés  L’attachement aux personnages et aux univers est amplifié par le caractère intensif du visionnement connecté et l’accessibilité quasi-permanente des contenus en ligne  Le visionnement individuel domine (mais pas pour tous) et la pratique s’inscrit dans la relation à l’autre, elle contribue à la construction d’une culture commune  Le visionnement connecté de séries favorise les contenus américains  Les usages et les significations du visionnement connecté de séries sont façonnés par le genre : choix des séries, contextes de visionnement, activités en parallèle, plus d’opportunités de visionnement en mode intime pour les femmes (Morley, 1986, Lull, 1980).  Limites d’une recherche exploratoire Séminaire du 16 octobre 2014 – UQAM - ComSanté
  28. 28. 28 Prochaines étapes du projet  Rencontres de consultation avec des professionnels des médias (Producteurs, réalisateurs, scénaristes, diffuseurs)  Groupe focus avec des 12-17 ans et 18-24 ans pour dresser une typologie des contenus visionnés en ligne s’appuyant sur les catégorisations des jeunes  Enquête par questionnaire auprès des 12-25 ans pour mesurer les différentes pratiques repérées grâce aux phases qualitatives et cerner leurs déterminants (CEFRIO) Séminaire du 16 octobre 2014 – UQAM - ComSanté
  29. 29. 29 http://blogsgrms.com/jeunes-visionnement-connecte/ Séminaire du 16 octobre 2014 – UQAM - ComSanté
  30. 30. 30 Merci de votre attention ! thoer.christine@uqam.ca millerand.florence@uqam.ca vrignaud.caroline@uqam.ca judith.gaudet@videotron.ca Séminaire du 16 octobre 2014 – UQAM - ComSanté

×