CopiedeDocument

255 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
255
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

CopiedeDocument

  1. 1. LA THEORIE MYCOSIQUE GENERALE       En effet, la T.M.G.1 ne représente que la forme primaire et  incomplète de la THEORIE  MYCOSIQUE GENERALE proprement dite, car elle ne représente pas fidèlement la réalité, qui  est selon la forme nouvelle de la théorie (T.M.G.2) très loin d’être croyable   Cette théorie considère que l’être humain ainsi que tout les animaux sont constitues d’une  partie de cellules de nature mycosique (qui forment des tissus ne contenant ni vaisseaux  sanguins, ni vaisseaux lymphatiques, ni des nerfs, ou sous formes de cellules spécialises  disséminées partout) et autre partie de nature animale.   On peut deviner que les cheveux, les ongles, l’épiderme, la cornée, le cristallin,les dents, ainsi  que l’arbre  bronchique respiratoire (constituée de tissus cartilagineux avascularisé ) ainsi que  plusieurs autres structures organiques,ne sont ( en réalité ) que des formes développes de  champignons !     La T.M.G.2 considère aussi que le risque de modifier le génome de ces cellules  pseudo­mycosiques (par les relations sexuelles homme­animal, ou inter­familialle, ou par les  mauvaises habitudes sexuelles) n’est pas moins dangereux que le jeu avec les gènes par la  genie­genetique.  Le plus bizarre laT.M.G.2 peut expliquer les différences des visages de chacun de nous, et  même nos différences psychologiques ; car chacun de nous possède des mycoses saprophytes  spécifiques pour lui, et pour lui seul ; ce sont les mycoses sculptrices… !?      LA THEORIE MYCOSIQUE GENERALE (1)  La théorie qui explique toutes les pathologies d’origine inconnue  Introduction  Mécanisme d’action  Diabète  La migraine    Trouble de l’homéostasie    La maladie de Biermer    Les tumeurs    Les virus    La poliomyélite    INTRODUCTION   Le principe de cette théorie est simple, elle suppose l’existence d’une forme particulière de  mycoses saprophytes et très contagieuses qui peuvent envahir toutes les surfaces cutaneo  muqueuses de l’organisme sans dépasser la membrane basale, c’est­à­dire la peau et les  muqueuses des appareils respiratoire,digestif,urinaire,génitale,etc.   Mais dans certaines conditions (stress, corticothérapie,immunodepression,mode de vie,etc. )  ces mycoses peuvent provoquer de multiples affections,qui sont différentes par leurs  emplacement,leurs conséquences,leurs traitement,etc. et par la,elle sont considère souvent  comme idiopathiques,auto­immunes,maladies de système,heriditaires,etc. mais comment ?  MECANISME D’ACTION   On pense qu’il existe une grande affinité de ces mycoses pour les différentes cellules 
  2. 2. épithéliales de l’organisme, leurs effets pathologiques commence par l’envahissement des  surfaces épithéliales pendant plusieurs années, et d’une manière synchrone par la déviation de  l’homéostasie des tissus et organes atteints vers un état pseudo pathologique pauvre en signes  cliniques patents   Cet état conduit ensuite à la fatigue des tissus et des cellules de tout les organes envahis, cette  fatigue peut s’exprimer par la dystrophie progressive des tissus, surtout le tissus conjonctif sous  jacent, avec disparition des petits vaisseaux sanguins, déformation de l’organe, toute sorte de  troubles métaboliques, et va finir par l’épuisement et la destruction cellulaire, soit  progressivement, ou brutalement par différent mécanisme   Il est à noter qu’il existe différents mécanismes de défense contre ces mycoses, allant de  l’appoptose jusqu'à la multiplication anarchique   Il parait que ces mycoses peuvent présenter des lésions cutanées similaire à celle provoquer  par les dermatophytes, les candidas, et les pityriasis, mais le plus souvent elles sont  inapparentes, et évoluent insidieusement   On fait appel à l’imagination pour comprendre la physiopathologie de quelques maladies très  répandues dans le monde entier  DIABETE   On pense que les mycoses saprophytes peuvent atteindre les différents canaux excréteurs du  pancréas, en parcourant le long du tube digestif jusqu’au duodénum, ensuite par leurs  mécanisme d’envahissement insidieux et la perturbation de l’homéostasie, ces mycoses  peuvent perturber le travail des unités fonctionnelles spécifiques tel que les îlots de  Langerhans, et après plusieurs années d’évolution on constate l’épuisement de l’adaptation de  ces unités vis­à­vis au mycoses par différents mécanismes   Ce qui est important dans l’atteinte pancréatique est la lésion des cellules B responsable de la  production de l’insuline (car plus la cellule est trop spécialisée, plus elle est trop sensible), cette  lésion peut s’exprimer par :  1. Diabète type 1 (DID) :    Soit par stimulation du système immunitaire qui va détruire les cellules B non fonctionnelles  qui sont accabler par l’état de dystrophie latente et insidieuse des îlots de Langerhans  provoquer par les mycoses, cette destruction se fait par des auto anti corps, donc il parait que le  système immunitaire réagit contre les cellules inutiles (non fonctionnelles) par la production  d’auto anti corps, mais selon des lois inconnues   Soit simplement par appoptose  (auto destruction cellulaire)   Soit  par la production de virus par le système immunitaire lui­même, tel que : EBV et CMV  2  Diabète type 2 (DNID) :  Ce type n’est qu’une forme atténuée d’une paralysie fonctionnelle des cellules B, car le  parasitisme mycosique n’est pas virulent dans ce cas, on peut avoir :   Soit une insuline non fonctionnelle (peut être à cause de la perturbation de la machinerie  protéinique)   Soit une quantité insuffisante d’insuline  LA MIGRAINE   En cas d’atteinte du cuire chevelu les mycoses envahissent toute la surface crânienne pendant  plusieurs années, et entraînent avec le temps un rétrécissement latent de l’étendue de la 
  3. 3. surface du cuir chevelue, associé à des troubles fonctionnelles  des glandes sudoripares et  pilosébacés, ce qui entraîne un état de dystrophie latente de l’appareil tégumentaire, et qui se  traduit souvent par les pellicules (squames)   Cet état de dystrophie de la peau crânien va exercer une pression sur les tissus sous jacents  jusqu’au l’os du crâne et peut être plus profondément jusqu’au cortex cérébral   Cette pression entraîne une diminution dans l’épaisseur des tissus sous jacents (mais après  plusieurs années), et aussi des troubles fonctionnelles au niveau des structures vasculeux  nerveuses du cuir chevelu qui sont à l’origine de la douleur qui irradie dans la tête   On peut conclure donc que l’origine des douleurs au cours de la migraine est la compression  sur les artères du cuir chevelu, et que les prodromes (photophobie, vomissement, etc.)se  résultent de la pression sur les nerfs du crâne   Cette hypothèse de pression explique pourquoi la migraine touche le plus souvent un seul coté  ou hemicrane, car le coté atteint est celui qui le plus souvent exposé à l’oreiller   Si on accepte ce raisonnement, on peut dire que les types de migraines se distinguent par les  régions les plus exposées à la pression si on considère les structures vasculeux nerveuses du  cuir chevelu, ou bien les régions les plus envahis par les mycoses si on considère l’épiderme   La chronicité de la migraine peut s’expliquer par l’état de déséquilibre critique entre le  parasitisme mycosique et le développement des tissus du cuir chevelu au cours du temps, mais  aussi par les variations minimes de la pression artérielle qui peuvent être déclencher  par les  troubles de l’humeur, ou un repas copieux riche en graisse, etc.  En réalité cette théorie peut expliquer plusieurs autres maladies tel que :  • La névralgie essentielle du trijumeau  • Les épilepsies  • Maladie d’Alzheimer  • Sclérose en plaque  • Angoisse, etc.  TROUBLES DE L’HOMEOSTASIE   Le rôle des mycoses dans les troubles de l’homéostasie n’est pas direct, il est le résultat d’un  long parasitisme qui provoque au cours du temps toute les modifications structurales et  fonctionnelles d’origine inconnu   Selon la T M G 2, toutes les pathologies qui existent dans le monde sont les conséquences des  relations sexuelles illégales, qui provoquent un échange de mycoses entre les couples, le  sperme a le rôle principale dans le phénomène de tolérance pour le système immunitaire contre  les mycoses étrangères du conjoint ­le lait a le même rôle­   Ainsi, un corps qui accepte de nouvelles mycoses saprophytes va engendrer une nouvelle  catégorie de mycoses dite hybrides ou clones par l’accouplement mycosique ; et puisque les  mycoses sont responsable de la forme et de la couleur de chaque individu et de chaque animal,  on peut imaginer le désordre qui peut provoquer un clone malin   Pour un embryon un clone malin peut se créer par les rapports sexuelles illégales de la femme  enceinte, ou par un pénis contaminé par des mycoses animales     Pour un adulte, toutes les relations sexuelles interdites par la religion Islamique peuvent  engendrer des mycoses ou clones malins, au contraire des relations légales qui engendre des  clones bénins 
  4. 4.  Selon cette théorie, les maladies chroniques se résultent de la dysharmonie entre les  compartiments principaux de l’organisme (tissus épithélial, conjonctif, musculaire, nerveux,  lymphatique) et les mycoses malignes, elle suppose aussi que le sens de la circulation  lymphatique est à l’inverse de ce qui est connu aujourd’hui, et que les désordres au niveau de  cette circulation provoque les maladies, en général elle suppose que toute malformation minime  ou majeur n’est que la traduction de l’effet des mycoses malignes et désordres lymphatiques,  ainsi les troubles visuelles tel que la myopie, très fréquente chez l’homme, n’existe jamais chez  les animaux sauvages, car le male ne touche jamais la femelle qui porte un embryon, et  l’anarchie sexuelle n’existe pas, sauf chez l’homme; et c'est pas tout !    LA MALADIE DE BIERMER       On peut comprendre bien cette maladie par l’application du principe de la théorie mycosique,  car on pense que l’envahissement de l’épithélium gastrique unicellulaire par les mycoses va  entraîner l’obstruction des glandes gastriques, ce qui provoque le stockage du facteur  intrinsèque synthétise par les cellules pariétales (bordantes) dans les cryptes glandulaires   Ce phénomène va provoquer la dystrophie des cellules glandulaires de l’épithélium gastrique  (par des variation de l’homéostasie intra cellulaire), et ensuite leur destruction par le système  immunitaire en les considérant des cellules non fonctionnelles, cette destruction se fait par des  auto anti corps   On connaît bien que cette maladie est potentiellement cancéreuse, on peut trouver une  explication dans le chapitre des tumeurs  LES TUMEURS   Si on connaît aujourd’hui que le cancer est le plus souvent d’origine inconnue, la théorie  mycosique nous ouvre de nouveaux horizons pour comprendre la neogenese des cancers   Elle suppose que le point de départ des formations tumorales est le plus souvent des zones  infectes par les mycoses dites saprophytes, et avec leurs effet de dystrophie et de perturbation  de l’homéostasie de chaque organe, chaque tissus, et chaque cellule­surtout épithéliale­ en  produisant un milieu très différent de celui qui entoure les cellules habituellement, ce milieu  toxique va entraîner soit la nécrose, soit une réaction de survivre, soit les deux en même temps   La réaction de survivre sus cite se manifeste par la formation d’unités cellulaires indépendantes  de leurs entourage, et qui cherchent à se débarrasser de leurs milieu inapproprié par la  production d’un nouveau milieu adapte à leurs besoins   Donc le type de cancer est fonction de l’agressivité du milieu toxique qui entoure les cellules  qui ont un potentiel de multiplication intact   On pense que ce milieu entoure les gastrites atrophiques de la maladie de Biermer, et de la  même manière toutes les parties du tube digestif   Selon la TMG2 la cause principale des tumeurs sont les mycoses hybridées malignes nées par  l’accouplement entre les différents générations de la même famille, (exemple : mère avec son  fils ; père avec sa fille ; grand père avec la fille de son fils ; etc.), car dans ce cas les  modifications au niveau du gène responsable de temps(ou bien l’age)sont très importantes, et  par conséquent le temps de la cellule cancéreuse est très différent de son milieu, ou bien leur  age est très différent de son milieu 
  5. 5.  Même chose pour les tumeurs des enfants, et des adultes innocents car l’hybridation de leurs  mycoses a été faite depuis longtemps pendant leurs vies intra utérines, par les relations  sexuelles de leurs mères avec les parents ou les fils de leurs maris (époux), sans oublier le rôle  des mycoses de nature animale et en général, l’anarchie sexuelle mycosique est la principale  cause des tumeurs, plus le facteur favorisant le plus important : le stress   Selon cette théorie les mycoses sont responsables de la croissance et de l’age physiologique  LES VIRUS   Vu la grande spécificité et variabilité des virus ainsi que leurs origine inconnue, la théorie  mycosique suppose q’ils sont fabriquer par le système immunitaire lui même (comme les  auto­anticorps) dans des circonstances différentes d’une maladie à l’autre   Il parait qu’ils sont synthétises afin de détruire un seul type de cellules considérées malades ou  non fonctionnelles, comme c’est le cas dans le SIDA et la poliomyélite, ou pour déclencher la  multiplication d’un seul type cellulaire, comme c’est le cas des virus oncogène   Selon cette théorie, l’origine du VIH n’est qu’une réaction de rejet de greffe qui est incomplète,  car la cellule T4 n’arrive pas à connaître le corps étranger (ou bien elle présente une tolérance  vis­à­vis ce corps à cause des mycoses hybridées) et puisque les autres cellules immunitaires  tel que les macrophages déclenchent l’alerte pour attaquer le corps étranger ; le système  immunitaire n’accepte pas le comportement des cellules T4 vis­à­vis du corps étranger, et  déclenche une réaction immunitaire contre les cellules T4 considérées comme malades ou non  fonctionnelles par la production du virus spécifique pour elles, qui est le VIH, fabriquer  probablement par les plasmocytes(cellules responsables de la synthèse virale),la nature de  cette greffe peut être des cellules épithéliales d’un pénis, ou d’un doigt au niveau de la  muqueuse ano­rectale d’un parent, ou d’un bébé !?   Un autre exemple, est la rougeole, car cette théorie suppose que les mycoses hybridées qui  envahissent la peau de l’enfant, et arrivent jusqu’aux amygdales palatines provoquent des  troubles au niveau des cellules épithéliales, et peut être conjonctives, de la peau et de la  muqueuse des amygdales, et puisque le système immunitaire est tolérable vis­à­vis les  mycoses, il va considérer les cellules qui déclenchent des signes de souffrances(épithéliales ou  conjonctives) comme malades,et déclenche une réaction pour les détruire, par la fabrication du  virus spécifique( paramyxovirus), puis les virus tuent les cellules cibles, et l’inflammation va  terminer la réaction immunitaire   La contamination d’un enfant sain par le virus de la rougeole, déclenche la même réaction  comme chez l’enfant malade, car le système immunitaire chez l’enfant contaminé considère le  virus de la rougeole comme un message pour les plasmocytes, pour fabriquer le virus  automatiquement, et ainsi de suite, jusqu’à l’apparition d’une épidémie   L’asthénie et les autres manifestations qui accompagnent les différentes infections virales n’est  que le résultat de la consommation de l’essentiel de l’énergie de l’organisme au profit de la  fabrication de milliards de virus qui envahissent tout le corps pour trouver leurs cellules cibles,  et peut être autres sujets sains   La même chose pour les virus de la grippe, car la contamination de la muqueuse amygdalienne  par les mycoses hybridées va léser quelque types de cellules épithéliales ou conjonctives qui  déclenchent des signales de souffrance au système immunitaire, ce dernier déclenche une  recherche pour comprendre le problème, et puisqu’il est tolérable devant les mycoses, il va 
  6. 6. attaquer les cellules épithéliales ou conjonctives considérées comme malades par la fabrication  du virus spécifique, suivi d’une réaction inflammatoire  On peut expliquer la variété des virus de la grippe chaque année par la loi suivante :   Le système immunitaire  ne peut fabriquer exactement le même virus pour le même type de  cellules qu’une seule fois durant toute la vie  Selon cette theorie, on peut fabriquer des anti corps contre la plupart des virus, et peut etre la  plupart des bacteries, par l’intermediere d’un insecte, comme on a fabriqer des antibiotiques par  l’intermediaire des mycoses(Penicillium notatum) autre fois      LA POLIOMYELITE   On sait bien que la poliomyélite est une maladie virale causée par le poliovirus, qui a trois  formes très proches entre elles, et qui provoquent une inflammation au niveau des cornes  antérieures de la moelle épinière, plus autres structures nerveuses, cette maladie se manifeste  par une atrophie musculaire très importante avec plusieurs autres complications, bref !   Tout ce qui précède est vrai jusqu’aux certaines limites, mais avec la théorie mycosique on  peut aller plus loin en imaginant une autre histoire   Au début, il y’a une contamination mycosique chez un embryon au troisième trimestre, ou chez  un nouveau né au cours de l’accouchement, l’origine de cette infection est le vagin, ou le pénis  par l’accouplement   Pendant la croissance de cet enfant contaminé, les mycoses se multiplient eux aussi, et  envahissent de grandes surfaces de la peau, surtout la peau des membres inférieures, et  constituent progressivement une enveloppe (ou une gaine)au tours des membres et des  régions contaminées, cette enveloppe mycosique résiste à la croissance normale de la masse  musculaire des membres chez l’enfant, et perturbe l’homéostasie des structures nerveuses à  l’intérieur des muscle squelettique, les structures concernées sont :  • Le fuseau neuro­musculaire responsable du réflexe myotatique  • Organe tendineux de Golgi responsable du réflexe tendineux  • Peut être  les récepteurs sensitifs de la peau responsable du réflexe nociceptif   Au début, tout l’enjeu se base sur les différents types de récepteurs sensitifs, car la  compression exercée sur eux par l’enveloppe mycosique déclenche des influx nerveux  perpétuels mais infra­exitatrices vers les neurones moteurs de la corne antérieure de la moelle  épinière, et puisque ces influx sont assez faibles pour déclencher un réflexe, les neurones  moteurs restent intactes et ne déclenchent aucun réflexe, et par la, ils sont considérés comme  des cellules non fonctionnelles   Apres plusieurs années on constate l’épuisement des récepteurs sensitifs sus cites,et par la, ils  déclenchent une réaction de chimiotactisme très compliquée, qui fait intervenir le système  immunitaire pour détruire les neurones moteurs considérés comme malades ou non  fonctionnels par la fabrication du poliovirus, ce dernier provoque des modifications destructifs  au niveau des neurones moteurs, et les cellules immunitaires du système nerveux tel que les  microglies déclenchent la réaction inflammatoire locale   On peut deviner pourquoi il y’a trois formes de poliovirus, si on fait une relation entre la forme  du virus et la voie parcourue, ou bien la forme du virus et la cellule cible, on connaît  actuellement que ces virus peuvent prendre la voie axonale, ou la voie hématogène 
  7. 7.  Il y’a une simple expérience qui peut confirmer cette hypothèse, ce n’est qu’un douche  quotidien avec du savon soufré, comme si on fait un traitement par le Ketoderm en gel, et on  peut observer la destruction de l’enveloppe mycosique sous forme de secrétions huileuses, et le  début de la croissance musculaire, ou bien, il y’a un nouveau traitement local antifongique, c’est  une crème qui associe :  • Le soufre  • Graines de Nigella sativa (plante)  • Le benzène   Selon la TMG2, les mycoses hybridées responsables de l’atrophie musculaire, sont d’origine  animale ; surtout chiens, chèvres et moutons, car la structure de leurs pieds très maigres  programmés dans le génome de leurs mycoses saprophytes, ne permet pas l’étendue normale  du pied de l’enfant   La maladie de Marfan représente un bon exemple de l’action des mycoses hybridées d’origine  animale sur la forme de l’homme       

×