09 12 31clé17 Fr1fichier

1 709 vues

Publié le

Publié dans : Voyages, Business
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 709
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

09 12 31clé17 Fr1fichier

  1. 1. Edition du 31 Décembre 2009 . Suite à un blocage incompréhensible de ma boîte courriel yahoo depuis mi-décembre 2009, on peut seulement me contacter par <tron.dominique@gmail.com>. A l'avenir tout nouveau changement sera d'abord indiqué sur mon site central<tronoriatadominique.over-blog.com> où il est possible de corriger rapidement une adresse, alors que sur le site <www.slideshare.net/TronOriataDominique> je dois effacer et republier entièrement tout fichier que je souhaite corriger .Je serai informé du courrier expédié à cette adresse postale : A/C 410 Sant Francesc - 07860 Formentera - Baleares . Espagne. J'autorise le téléchargement légalement gratuit de mes publications internet, espérant seulement que les usagers mentionneront mon nom, et, s'ils font des bénéfices commerciaux, qu'ils m'enverront un pourcentage.Je suis l'auteur des textes, des dessins et des peintures publiés ici.On peut acheter mes peintures à Huahine dans la galerie Puvaivai et à Moorea dans le magasin Bambou à Maharepa et TikiNet à Haapiti, ou directement à Tila à Maatea, PK 13,5.On peut trouver sur internet des libraires vendant mes livres imprimés, avec des textes et des photos distincts de documents publiés gratuitement sur nos blogs. La plupart des photos ont été prises pendant des interprétations du Théâtre des oiseaux de Paradis par l'Eden Duo en France et en Inde,par Nim & Dom en Afrique ,ou par l'atelier Théâtre "3ème millénaire" en Polynésie .Sur <tronoriatadominique.over-blog.com> on trouvera des documents vidéos avec ces interprètes, notamment les clés 2,4,5,7,37,41 et 29 en solo .Photo ci-dessus : la conteuse (Teina) et le tigre (Moeava Helme) en 1995 à la Maison de la Culture de Papeete, Tahiti. Dominique OriataTRON
  2. 2. * CLE 17 du Théâtre des oiseaux de Paradis La clé 17 du Théâtre catalytique des oiseaux de Paradis est constituée de fichiers d'aide à la mise en scène de ce Théâtre . Elle comprend : 17-1 : L'ORACLE DES OISEAUX DE PARADIS VERSION FRANCAISE DU TEX TE ABREGE POUR LA SCENE ET LE CHANT, à ne pas confondre avec la clé 6, version pour le livre. On a combiné le texte de la clé 17 au conte graphique , qui avait été publié seul sous le titre clé 16 dans <tronoriatadominique.over-blog.com>,sans les photos, sans les strophes ni les corrections ici faites. 17-1a : LA PLANETE SANTOCHAN , ou la possibilité du contentement 17-1b : LA PLANETE TEAHITOUTAï, ou le piège des faux besoins 17-1c : LA PLANETE ROTAHIRA'A, ou la nécessité de la synchronisation 17-1d : LA PLANETE TERRE et l'apprentissage des vertus Divines 17-2 : REGIE LUMIERES DES SPECTACLES DE 1995 AVEC LE TEXTE TRES ABREGE EN FRANCAIS ,celui qui a été utilisée pour les spectacles de 1995 (visionner les vidéos de la clé 7) . Cette version présente la particularité de commencer par la planète Terre. Ensuite Hoani assume le rôle de la conteuse pour évoquer les autres planètes. Le texte est écrit sans espacement, pour réaliser des économies de papier, car il était photocopié pour être appris par les élèves, chacun sa partie. Le dossier Regie Lumieres, imprimé et agraphé, était confié aux élèves qui se trouvaient dans la cabine de régie, en haut derriere les spectateurs, face à la scène 17-3:PLAN DES ENTREES ET DES SORTIES EN 1995 Ce plan était affiché agrandi en coulisses, en plusieurs exemplaires, pour les éleves filmés en 1995 dans la clé 7. 17-4 : LA CONDUITE DE SCENE DE 1996 indique les déplacements suggérés aux acteurs filmés dans les clés 10 ou 47 . Cette conduite de scène commence par constater la direction pré-établie de projecteurs alors disponibles, qui seront ensuite activés selon les indications de la colonne de droite . Le projecteur rouge braqué vers l'avant de la scène produisait en fait une lumiere diffractée, qui suggerait le feu allumé par le Phénix par des zébrures rouges parallèles . Les projecteurs de la rampe étaient utilisés à certains moments pour allonger les ombres des protagonistes .Une poursuite de lumiere
  3. 3. blanche complétait ces faibles moyens auxquels je m'adaptais, et j'appréciais également de présenter le spectacle en plein jour sur une colline, au niveau d'un plateau ombragé par un pamplemoussier . Pour identifier les références au texte présentes dans la colonne de gauche, on pourra utiliser la version breve dactylographiée dans le dossier de la régie- lumières (17-3) . Néammoins dans ce dossier, l'ordre d'évocation des planètes est : Terre/ Santochan/Avidya , ordre qu'il faudra modifier si on veut lui substituer celui de la conduite de scène (17-1) : Santoch/Avidya/Terre. Ou on consultera la clé 52 (version longue pour la scène) voire la clé 53 ( version encore plus longue, pour le livre), avec la possibilité de mettre en scène l'épisode de la planète Rotahira'a (ou Abalyon) et même la partie finale des chants du Phénix . Il est possible d'utiliser les mots Gaia , ou Urantia, pour la planète Terre. Les noms des personnages et des planètes ont connu des modifications au fil des versions successives. Les titres de nos spectacles variaient selon les années (par exemple : L'OFFRANDE DES MIROIRS MAGIQUES) , même s'ils reprenaient les thèmes d'années précédentes, mais avec (en partie) une nouvelle distribution , une nouvelle mise en scène.voire des modifications dans les noms des personnages et des planètes , ce qui aide à cerner davantage le sens de ce théâtre, par le jeu des dénominateurs communs .Ainsi, Oriata était Orphée dans la clé 8, et Nanihi Eurydice. Attila devint ensuite Mordret, puis Oteoteo. La planète Terre peut être Gaïa, ou Urantia. 17-5 :LE PLAN DES ENTREES ET SORTIES EN 1996 plan qui était affiché agrandi en coulisses, en plusieurs exemplaires, pour les éleves filmés en 1996 dans la clé 10 ou 47. Suivent, chaque participant de l'atelier théâtre de 1996 est nommé, avec les rôles qu'il a étudiés . Entre parenthèses sont nommés ceux qui ont aussi étudié tel ou tel rôle et qui pourraient les remplacer. Les photos ici publiées ont été prises de 1993 à 1997. 17-6 : UNE SERIE DE FICHES POUR CHAQUE ROLE ,pouvant faciliter l'interprétation de chaque rôle. Pour des suggestions plus techniques concernant les gestuelles , on pourra se référer aux clés où sont filmés l'Eden Duo ou Nim & Dom, ainsi que la clé 29 en solo. Un ensemble de documents était déposé au CDI du Lycée La Mennais pour que les élèves puissent les consulter , voire les photocopier. Répétition sur l'ancien plateau du pamplemoussier au Lycée La Mennais de Papeete, avec Namata en oiseau de Paradis, et Dominique Oriata Tron tenant une flûte qu'il a confectionné avec des bambous coupés sur la montagne de Maharepa. * _
  4. 4. Curriculum Vitae de Dominique Oriata TRON Né français à Bin-el-Ouidane ,d'une mère pianiste, le 11 décembre 1950 , à 4h36 du matin, au Maroc .Je vis ensuite à Afourer, Agadir, Casablanca. A partir de la fin de 1958, 15 ans d'études en France (école, Lycée, Université et apprentissage de la danse , principalement avec Roger Ribes (style de ballet introduit par Jérôme Andrews).Publication en France de 7 ouvrages de poésie et de théâtre, à commencer par Stéréophonies, en 1965, préfacé par Elsa Triolet , et dont un extrait fut donné à étudier à l'écrit du bac en 1980. Obtention d'une maîtrise sur le thème "Peinture et Poésie" et d'un Doctorat es Etude Théâtrales (mention Tres Bien). Je remercie ici mon guide le yogui Agastyar, ma famille, mes amis et les Ministeres français , indiens, indonésiens de la Culture ainsi que l'Université de New-York qui m'ont attribué des bourses, ainsi que tous ceux qui m'ont aidé et que j'évoque dans mes Mémoires ou mon anthologie "108 poèmes clefs" (disponible sur Internet). 3 années à Bali, étudiant surtout avec les hommes-gambuh Pak Lemping et Pak Geruh, et jouant la musique et dansant dans plusieurs temples : Batuan, Pedungan, Blansigleh, Bangli, Sukawati. 7 années en Inde, étudiant notamment avec Sri Kothandaraman, Anuben Purani (et recommandé par Mahalingam pour le visa ). Enseignement de la danse et animation de Râs- Lîla à Serenity School (Sri Aurobindo Society), au Lycée Français de Pondichéry, à Fraternity School (Auroville) et à Aurobeach (devenu "Quiet") 2 ans de nouveau en France, pour présenter une trentaine de spectacles de ville en ville, tout en étant employé par le Théâtre Equestre de Marseilleveyre, et chargé par lui de la production improvisée de la musique des spectacles ,sur flûtes et percussions. 22 ans en Polynésie Française à Tahiti, Moorea et Huahine. J'ouvre d'abord un cours à Papeete dans l'école de danse Tschan, puis je deviens responsable des ateliers Théâtre ainsi que de la préparation de l'option Théâtre au baccalaureat au Lycée La Mennais . Je mets alors en scène régulierement le Théâtre des Oiseaux de Paradis, mais aussi des oeuvres de Moliere, Marivaux, Tardieu et Ionesco. J'ai présenté mes peintures dans quelques galeries et obtenu une pension de retraite anticipée en 2001. 2 semaines en Amérique, deux ans à Formentera (Baléares) et 6 mois encore en Inde. Depuis janvier 2009, sur l'invitation par internet de Nimozette Filola Nzoke, je vis au Cameroun, pour l'instant le seul pays où nous savons pouvoir compter sur un droit de séjour ensemble . Sur la côte du Tamil Nadu et à Formentera, j'ai fait construire des maisons apres avoir acheté des terrains . Mais pour obtenir la résidence en Europe, Nim doit attendre la constatation de 5 ans de mariage . Merci aux personnes qui pourraient intervenir pour faciliter nos possibilités de résidence en Inde et/ou en Europe Nous étudierons toute suggestion amicale venue de toute région de la planète. . Nous suggérons que l'ONU invente un passeport "'artistes citoyens du monde", ambassadeurs de l'Unité Humaine, d'une Terre sans frontières. On verra bien par qui ce passeport sera ensuite reconnu.
  5. 5. L'anthologie "108 poèmes-clés de Dominique Oriata TRON" , publiée en 1994 avec une centaine de photographies en couleur (plus anciennes que celles publiées ailleurs et ici) ,est vendue par plusieurs libraires sur Internet , notamment Amazon . Faire la recherche de ce titre et du nom de l'auteur . Outre qu'il existe une internaute se nommant également Dominique Tron, dont on ne doit pas confondre les publications avec les notres, il arrive aussi que des personnes lancent des messages signés de mon nom à partir de mes propres sites, je me demande bien comment. En cas de doute, nous contacter Merci de nous signaler toute confusion que nous aurions pu faire dans le processus d édition . Visionner nos videos sur <www.youTube - TronOriataDominique> , et lire les "Mémoires d'un citoyen du monde" dans <tronoriatadominique.over-blog.com> et <www.wat.tv/dominiqueTron> * AVANT-PROPOS La version ci-après est celle pour le théâtre et le chant , alors que dans la clé 16 on trouvera une version davantage conçue pour la lecture intériorisée (le POEME CATALYTIQUE POUR LA DANSE SACREE DE L'UNION MONDIALE) . En français, les paroles des chants ont besoin de leur musique pour rayonner, tandis que le poème écrit doit pouvoir compter sur le rythme et la mélodie des mots, et élargit l'évocation à un vocabulaire plus abstrait qu'on évite généralement de chanter, car il pourrait être perçu comme de la plomberie idéologique. Ceci dit la frontière entre le poème et les paroles d'une chanson est souvent mince, voire
  6. 6. inexistante, et aucun dogme ne doit nous retenir de lire ou de chanter l'une ou l'autre version . Je suggère à tout(e) ami(e) envisageant de danser, de chanter soi-même le texte qui s'y prête le mieux, ou d'animer un groupe de comédiens, de consulter les documents vidéo des diverses interprétations en solo, en duo ou en groupe, ( les diverses clés du THEATRE DES OISEAUX DE PARADIS, notamment les clés 7 et 10, avec le groupe "Troisième millénaire" à la Maison de la Culture de Papéété) .On trouvera de plus en plus de documents sur <www.wat.tv/dominiqueTron> et <www.slideshare.net/TronOriataDominique> ou sur <www.toutube - TronoriataDominique> . Néammoins c'est sur <tronoriatadominique.over- blog.com> qu'une table d'orientation permet la classification de ces documents, et de les situer dans leur contexte. Bien évidemment, les documents vidéo, audio, mes commentaires et les plans de régie ne sont que des indications ,et moi-même je me suis souvent adapté aux capacités de chaque comédien ou comédienne. Je me suis adapté à leur temps disponible d'apprentissage ,et j'ai tiré parti des connaissances musicales ou gestuelles des participants. La découpe des vers de cette version abrégée suggère des reprises de respiration . Cela peut être une aide pour l'acteur, non une indication dogmatique . Le style d'écriture est conçu pour l'improvisation d'un chant .Cette version courte est une adaptation pour la scène qui doit être associée à une diction comédienne personnalisée, même si elle n'est pas chantée. Le Théâtre des oiseaux de Paradis fut d'abord divisé en plusieurs spectacles distincts, comme on le verra dans les documents vidéo de la 4ème clef , de la 8ème clé et de la clé 14 où sont présentés : - clé 4 : L'Oracle de L'Oiseau du Paradis ( filmé en 1991 par Philippe d'Acremont ) -clé 8 : L'Expédition aux enfers ( première version longue filmée en 1983 par Christiane Degraeve, et dansée avec 25 masques par l'Eden Duo sur mon texte enregistré à Bali avec des hommes-gambuh de Pedungan , dont Pak Lemping aux tambours lanan et wadon placés l'un devant l'autre) -clé 14: Soleil sur le Purgatoire (je n'ai pas ici la jaquette de la cassette originale précisant qui a filmé ce spectacle de 1994 - probablement Christine et/ou des élèves). Ce n'est que par la suite que les trois spectacles ont été réunis en un seul spectacle, avec un texte résumé, modifié. J'ai voulu toute mon existence approfondir sous plusieurs facettes (chorégraphiques, picturales, musicales, théâtrales, littéraire, philosophique) ce théâtre des oiseaux de Paradis ,où j'ai tenté de rendre simplement accessible ce qui me paraissait essentiel , comme une équation dont les multiples clés ne sont là que pour cerner la solution. Cette démarche artistique a favorisé un processus de perfectionnement perpétuel, en rapport avec la méthode yoguique , qui est art de vivre. J'ai décidé d'indiquer désormais une date en tête de mes publications. Il ne s'agit pas de la date de confection de l'oeuvre ou du document mais de la date de la dernière modification , de la dernière retouche. De même les clés ne se succèdent pas en référence à un ordre chronologique, mais plus ou moins dans ordre où je les ai publiées, ordre que je ne pouvais modifier par la suite. Par exemple, la clé 1 est la version complète de la musique de scène du Théâtre des Oiseaux de Paradis réalisée en 1983, et alors publiée sous la forme d'une cassette audio .Lorsque je n'ai pas mentionné de date de modification , comme pour la clé 5 , publiée d'abord sur wat.tv puis sur youtube, il n'est pas toujours facile de savoir quelle est l'édition la plus récente .Les versions publiées sans date sont généralement antérieures à celles publiées avec une date. Je ne consacre qu'un jour par semaine aux échanges sur Internet, pour garder le temps de la pratique artistique elle-même. La clé 5 est une interprétation des épisodes sur la planète Santochan et sur la planète Téahitoutaï par l'Eden Duo et des masques , en 1995 à Moorea .J'avais remarqué que le montage de la clé 5 que j'avais publié sur wat tv écrasait mon profil, et que le son, à partir d'un certain moment, n'était plus synchronisé avec l'image. J'ai donc repris complètement le mixage, avec de sections 1,2,3,4 5 qui ne correspondaient pas à ce qu'elles étaient antérieurement. Puis quand j'ai voulu publier cette nouvelle édition sur wat tv, je n'arrivais plus jamais à réussir la publication, ça se bloquait. Auparavant, ça s'était bloqué pendant plusieurs mois lorsque je voulais publier sur youTube. Puis un jour, en tentant de nouveau sur youTube, j'ai vu que ça passait, le défaillances de la connexion entravaient moins systématiquement la publication. Alors j'ai commencé à publier la nouvelle compression MP4 de la clé 5 sur YouTube avec un nouveau découpage, vu que YouTube n'accepte pas des fichiers de plus de 10 minutes. Il est possible que j'efface la série incomplète de la clé 5 sur wat.tv, mais il m'est arrivé de laisser des fichiers pourtant améliorés depuis, car des internautes les avaient enchâssés sur leurs sites.
  7. 7. D'autres documents pédagogiques, comme un lexique illustré de "piches" de danse, ne sont pas encore publiés, alors qu'ils ont été réalisés il y a plus de vingt ans .Il y a plus de 10 ans, j'ai confié à des mains amies, en Europe ,des disquettes , des négatifs photo et des cassettes vidéos, en estimant qu'elles seraient protégées de l'humidité jusqu'au jour où je pourrais les numériser. Dans l'attente de ce jour, on ne trouvera sur mes sites internet qu'une fraction de mes travaux anciens . Je diffuse donc seulement ce que j'ai déjà pu recevoir de ces archives, m'ajustant au degré de coopération que peuvent me fournir mes amis. Des quantités de photos et plusieurs recueils de poèmes restent aussi à diffuser Pour ce qui est des voyages, je dois accorder mes priorités à mon budget, ma pension de retraite étant inférieure au salaire minimum français, et ma priorité est ma vie intérieure, ma vie de couple, mes pratiques, mon autonomie par rapport à la commande sociale.Je réserve ma capacité de mobilité aux circonstances où je dois échapper à des pièges ou de impasse, et aux opportunités en convergence avec mes projets. Aujourd'hui je distingue quatre parties principales dans le Théâtre des oiseaux de Paradis :: - L'ORACLE (sur l'affiche des spectacles et cassettes de 1982 : L'ORACLE DE L'OISEAU DE PARADIS) Sur la planète Aétoéraw - ou Santochan ( Certes l'état Santoch du yoga reste un idéal, et un village nommé Paradis n'est pas nécessarement un vrai paradis, par exemple Sukawati qui veut dire Paradis à Bali) - L'EXPEDITION (sur les affiches et cassettes de 1982 : L'EXPEDITION AUX ENFERS) , qui nous fait visiter la planète Téahitoutaï (ou Avidya), c'est à dire une ambiance de convoitise et de colère, avec une caricature des rites idéologiques des utopies meurtrieres du XXème siècle. -LA SYNCHRONISATION, qui est située sur la planète Rotahira'a (ou Abalyon). A ce jour ces épisodes n'ont été mis en scène que dans les rêves de Riro (lire "Mémoires d'un citoyen du monde", et la 16 ème clé "l'Offrande du Phénix", dans <tronoriatadominique.over- blog.com> ). Néammoins il m'arrive d'avoir des idées de mise en scène, sur plusieurs plateaux, ou un systeme d'échafaudages avec des micro-climats esthétiques aménagés comme des étapes d' un " jeu de l'oie" vivant et significatif . Dans le clé 16 cette section, divisée en deux selon les possibilités d'accueil typographique du blog, a pour titre : "De la santé et de l'Education". - SOLEIL SUR LE PURGATOIRE, qui se situe sur la planète Terre ( Urantia , Gaïa, ou Houriéara'a - du tahitien Hurieara'a : "délibération du pour et du contre dans une assemblée où l'on décide de la guerre et de la paix" - Dictionnaire du Fare Vana'a). - LES CHANTS DU PHENIX, qui se situent entre le Soleil et la planète Terre. On entendra ces chants dans les clés 14 (sur <www.wat.tv/dominiqueTron) et 15 (enregistrements audio avec guitare, flûte, percussion) Les textes de ces chants sont en fait des supports de méditation . Il est possible pour le lecteur d'improviser la musique de son choix, ou d'improviser un chant et une danse sur la base de ces textes, en se basant éventuellement sur leur numéro pour leur attribuer un rythme selon les équivalences mathématiques des talas de la musique hindoustanie ou karnatique. Les thèmes des chants du Phénix sont ceux de la méditation quasi-continue que je pratique quotidiennement, et pratiquais déjà lorsque j'allais donner mes cours de théâtre , sur le trajet de Moorea à Tahiti, ou à tout moment de jour et de nuit, en me basant sur l'ouvrage "The key of the true Quaballah" de Franz Bardon ( éditeur Dieter Ruggeberg, à Wuppertal). Dans cet ouvrage sont suggérées les notes musicales fondamentales associées aux diverses couleurs pour fortifier l'imprégnation de vertus dans la conscience et les actes.Voila des aides , non dogmatiques, autour desquelles peut cheminer l'interprétation improvisée . Ces chants mémorisent également la palette vibrationnelle intérieure à partir de laquelle je travaille la peinture, en les fredonnant, avec ou sans paroles. On passerait à côté de la finalité de ce théâtre si on ne commençait pas par apprendre d'abord le texte par coeur, qu'il s'agisse d'une version courte ou longue, ou d'une version dans une autre langue que le français. On verra que chaque langue induit un style de chant particulier, qui peut ensuite influencer la perception d'une autre langue. Pratiquer ainsi les textes fournis, en improvisant chant et danse, cela peut fournir un contexte ludique qui facilite l'apprentissage des langues. "Sidikit domi sidikit mendjadi bukit" me disait Ida Bagous Ktut Raï Datah à Bali ( peu à peu on déplace des montagnes) *
  8. 8. CLE 17-1 LA PLANETE SANTOCHAN ACTE I L'Ile 'AETO'ERAW ET LA NAISSANCE DE NANIHI Il était une fois sur la planète Santochan une île nommée 'Aétoéraw ...
  9. 9. *** * Et sur cette île une forêt immense...
  10. 10. où les jeunes pousses devenaient de larges arbres où s'enroulaient les lianes * * The forest, by the "Troisieme millénaire " workshop, in Tahiti
  11. 11. Aimeho island , Polynesia
  12. 12. A travers la forêt S'écoule un torrent Avec des bassins d'eau tranquille Au pied des cascades.
  13. 13. ***
  14. 14. Le torrent (par Nimo, au Cameroon, 2009) ***
  15. 15. La cascade, par Nimo, au Cameroon (2009)
  16. 16. La cascade, par Teina, à Tahiti (1995) *** D'une distance lointaine Vient un éléphant Pour se désaltérer Avant de s'enfoncer Dans l'épaisseur de la forêt .
  17. 17. *** The elephant, in Tahiti :
  18. 18. * "- Kiou ! " Entendez-vous? L'oiseau du Paradis est descendu du ciel Et il allume un feu Sur un roc Au milieu du torrent. *** ***
  19. 19. The bird of Paradise (Tehani) in Tahiti Acrylique (by Dom)
  20. 20. *** Mais que voit-il Parmi les herbes de la berge ? Une grenouille Qui voulait Etre une femme Errait et sautillait. Ses yeux mouillés Cherchaient plus loin Le feu qui la Transformerait. Soudain sa main Frôle une flamme ... Elle bondit
  21. 21. De s'y être brûlée ! ***** ***
  22. 22. The bird, the frog and the fire, by the "Troisième millénaire" workshop, in Tahiti ***
  23. 23. The frog, danced by Nimo *** "Ta tête est triste" dit l'Oiseau "oh secoue la pour rire dans les prés Et plonge dans ce feu ! Deviens une femme ... Ton nom sera : Nanihi !"
  24. 24. La grenouille saute dans le feu qui la consume Et se dissipe : Sur le roc Nanihi ouvre les yeux Son souffle a la couleur de la forêt !
  25. 25. Nanihi (Nimo) in Cameroon * L'oiseau s'éloigne Nanihi l'appelle : "Oiseau Mého Viens sur ma main Que je t'observe de tout près !
  26. 26. Tu m'as créée... Je suis à toi ! Reviens, reviens... Sinon je te suivrai !" : "Nouvelle-née" Dit le Mého "Suis ce courant ... Un jour, tu trouveras L'homme que je vais créer pour toi !" 5 Elle suivit les eaux fraîches du torrent Et parvint jusqu'au lac Où un lotus géant Frémissait à la brise ...
  27. 27. Une abeille butine Avant de s'envoler ...
  28. 28. The bee on the flower, by Nimo in Africa, 2009 * Tout autour les poissons Tourbillonnent A travers les flots Transparents.
  29. 29. acrylic painting, by Dom * Nanihi respire le parfum de la fleur Puis plonge dans le lac Et nage Et danse sans appui Et flotte, et rêve Des yeux d'un homme Qui portent son amour ! * ACTE II NAISSANCE D'ORIATA
  30. 30. 1 "Kiou !" En amont du torrent Chante l'oiseau Amour Au dessus du brasier Sur le roc... Au milieu du torrent En bondissant une biche S'approche Pour boire Avant de s'enfuir Effarouchée Par un tigre de la jungle !
  31. 31. The deer (Gaorah) in the forest (Dom), in India * 2 Margadao le tigre avance sur la berge Il entend le chant du Mého Il guette ! Son regard éclaire le sous-bois D'une étincelle de Soleil
  32. 32. LE MEHO : "Kiou ! Entend le cri De l'Oiseau du Paradis ... Vois son bûcher de Phénix... Jettes-y tes griffes, tes dents, beau fauve Afin de te fondre A la clarté du jour A la musique du torrent !" Le tigre charmé avance, attend Que l'oiseau passe devant lui Pour le saisir, ravir son chant Sa chair, ses plumes Et proclamer Sa royauté ! Il écoute les bruissements des feuilles Puis soudain s'arrête.
  33. 33. MARGADAO : "Oiseau d'amour, tu es si beau ... Je ne veux pas t'éliminer ! Dévoile moi Si tu veux que je t'épargne Le secret de l'Eternelle Jeunesse !" LE MEHO : " Kiou ! Il faut que tu traverses ces eaux Que tu bondisses par dessus, Que tu te fondes à ce brasier Où je m'engendre ! Oublie tes griffes Oublies tes dents, Et ta splendeur, beau fauve Epargne les oiseaux ... Deviens un homme Sois dans l'Amour !" 3
  34. 34. C'est alors que choit du haut d'un arbre Un singe au coeur joyeux, insouciant Après s'être élancé En vain vers le Soleil
  35. 35. The monkey, danced by Nim in 2009, Cameroon *
  36. 36. Il contemple le feu Et ne voit pas le tigre Sur l'autre rive. Margadao d'instinct Oublie l'Oiseau Et bondit sur le singe Qui esquive En sursautant "Vite un refuge ! " Le fauve attaque.
  37. 37. Kwww! Kwww! Le singe s'est jeté Dans le feu du Mého Qui dit : Ton nom sera Oriata !
  38. 38. Oriata (Dom) in Polynésia
  39. 39. * Acrylique de D.O.Tron * ACTE III LA Rencontre d'Oriata et de NANIHI 1 Les flammes se dissipent L'homme ouvre les yeux, les paupières Le tigre s'enfuit, épouvanté. Oriata contemple la Lumière Dispersée dans le sous-bois En levant la tête Il découvre un papillon Coincé dans une toile d'araignée...
  40. 40. "Délivre le ! Et suis le ! Kiou ! " Le papillon tout en bonheur Ouvre ses ailes de couleur Et fait sa ronde autour des fleurs
  41. 41. l'Eden DUO en 1982 à Marseille. * Sur une branche vient d'éclore Un bourgeon Là il pose sa lèvre
  42. 42. 2 Le papillon porté par la brise Conduit enfin Oriata Jusqu'au lac où l'attend Nanihi Qui chante sans le voir : "Serait-ce le vent dans les arbres Ou l'écho de ses pas joyeux ? Approche, approche !"
  43. 43. Oriata contemple Nanihi Il saisit un morceau de bambou Le lance vers le soleil Bondit pour le reprendre Souffle dedans en tournoyant Nanihi l'a vu . Nue, elle sort de l'eau et s'approche : "Je t'aime !" ORIATA: "Je t'aime !"
  44. 44. Nanihi (Nim) and Oriata (Dom) in Cameroon, 2009 * "Kiou!" 3 Maintenant le cri de l'Oiseau retentit au loin Les amants l'entendent Ils avancent prudemment Evitant de perdre sa trace Ils cheminent le long du torrent. Le torrent s'enfonce dans des gorges profondes Parfois les parois couvertes de fougères Se touchent au dessous de leurs têtes ... Le sol et les buissons soudain Frémissent Des rochers dégringolent le long des pentes "Reculez sans attendre !" Les eaux s'élancent de cascade en cascade Oriata et Nanihi
  45. 45. Saccrochent aux lianes pour les franchir Sans jamais dans le ciel Oublier l'Oiseau de Paradis ! * ACTE IV LA NAISSANCE D'HAMSADEA 1 Or en aval rugit et danse Un reptile géant assoiffé de venin ... Son haleine enfume les eaux et la forêt Près de lui les poissons et les feuilles s'éteignent...
  46. 46. NANIHI : S'il te plait Laisse nous passer Au delà de ton gîte ... TARASCODUS : " Sfsssss ! Sfssfsssssss ... Voyez vous cette vieille peau Abandonnée sur la berge ? Couvrez vous en ! Nus ,vous me manquez de respect ! " Les amants soulèvent la mue très longue de la bête Ils ne parviennent pas à l'ajuster
  47. 47. Elle s'accroche aux buissons, se déchire. ORIATA : S'il te plait Laisse nous seulement passer... TARASCODUS : "Moââââââââ ! MOAAAAAAAAH ! Sfsss... Sfsssss... ! Toi, le singe, tu peux t'enfuir de branche en branche... Et toi la femme, je t'aime à la folie Tu es mon festin de ce soir ! " LE MEHO "Kiou !" 2 Au dessus des cimes des arbres Chante l'Oiseau du Paradis Dans son rayon d'Eternité A faire oublier la Mort ... Il plonge dans le Soleil, En revient avec un miroir Il le lance aux amants Nanihi l'a reçu dans ses mains.
  48. 48. Elle s'y contemple Elle voit un feu briller à son front ...
  49. 49. Oriata (Dom) and Nanihi (Nim) in 2009, Africa * Oriata pense à un stratagème Il a pris le miroir Et le tourne vers le monstre Qui frémit d'horreur s'apercevant !
  50. 50. LE MEHO : Amants, élancez vous à la poursuite du serpent Toi, attrape sa queue, Toi , piétine sa tête ! Même ses alliés t'en seront reconnaissants !"
  51. 51. Oriata (Yohan), Nanihi (Pascale), the snake (Moeava), in Tahiti Tarascodus terrifié, frappé Ne sait plus où s'enfuir Et n'ose ouvrir les yeux Craignant la créature du miroir ! TARASCODUS: "O toi, Mého noui Ha'atoupou'a ! Epargne moi Dis moi comment Trois fois renaître dans la beauté perpétuelle !"
  52. 52. LE MEHO : "Si tu veux t'effacer, ô serpent trop gourmand Il faudra que tu brûles dans le rayon Que je lance dans ce miroir Que tiennent les amants" Tarascodus ne bouge plus et le rayon le brûle Il s'enflamme, son corps est avalé Et sa queue devient un petit lézard Sa tête une vache aux larges cornes L'onde de son dos s'élance vers le ciel Y poussent des bras et des jambes d'enfant. L'enfant pleure, les amants l'adoptent.
  53. 53. LE MEHO: "Kiou ! Ton nom sera Hamsadéa Kiou ! Kiou !" L'oiseau appelle les amants Pour les conduire à l'Océan Et ils ont repris leur marche au bord de la rivière Aimantés leurs coeurs suivent l'oiseau amour et ses conseils.
  54. 54. 4 L'oiseau survole la mer Où la rivière se répand Face à l'horizon.
  55. 55. Un crocodile nage vers le large A la poursuite d'un poisson. Lorsqu'il aperçoit le ballet de sa proie Sa queue frétille d'envie
  56. 56. L'Eden Duo (le crocodile et le poisson) en 1980 en Inde, Tandhirayankuppam * Mais lorsqu'il bondit pour la saisir Elle s'enfuit dans l'eau profonde. 5 ORIATA : "Vois les vagues qui s'élancent vers le ciel Et se répandent sur la plage tout en long ... Le poisson saute au dessus de la surface Il fend les flots, veut toucher le Soleil A travers le jour transparent !" NANIHI :
  57. 57. "Vois le sable où les crabes Ont creusé leurs trous Ils vont, se déplacent plutôt sur le côté... En se croisant, parfois se saisissent les pinces Puis du combat se lassent..." La mer apporte un coquillage à la pointe brisée "Oh mon amour ramasse le, Souffle dans la conque !" 6 Et sur ce rivage nous avons semé. Avec des branches et des feuilles nous avons construit un abri Et les saisons passèrent, jusqu'au jour de la cueillette
  58. 58. Acrylic, by Dom * 7 A la cueillette on a déjà Rempli nos paniers de fruits tendres Posons les au milieu des champs Les blés sont mûrs pour qu'on les taille Saisis une touffe d'épis Tiges tendues vers le soleil d'Amour O la récolte est abondante Coupée au fil de ta faucille Ramassons les bouquets épars Assemblons les près des paniers d'osier Il faut piler avec des bois Les bottes de blé réunies
  59. 59. Séparons le grain de la paille A offrir aux troupeaux paisibles Dansons avant de partager La moisson la cueillette offerte 8 O que la Terre est belle et fertile aujourd'hui Nos mains et nos regards ont tressé leurs rayons Vis et danse où mon coeur éveille le tien ! 9 Douces, douces mains Comme les vagues, comme les vagues Comme les ailes de l'oiseau Douces , douces mains Dansez, dansez Comme la pluie sur l'océan ! Douces, douces caresses, Butinez sur les hanches ... O viens , respire un tendre souffle... Allume, allume ton étoile... Ecoute, écoute ces antennes Elles te disent encore : Je t'aime ! * ACTE V COMMENT HAMSADEA DEVINT LUI AUSSI UN OISEAU DE PARADIS 1 Maintenant l'enfant s'éveille Emerveillé par la verdure fertile. Il entend le bruit de la mer En vagues chaudes de couleurs Il se lève , et près de lui Il trouve Mo'o iti son frère lézard Sautant parfois de pierre en pierre Ou se réchauffant au Soleil
  60. 60. HAMSADEA : "Pourquoi t'élances tu si haut, petit frère Et si souvent ?" MO'O ITI : "Je veux un jour être un oiseau Comme l'oiseau du Paradis Avais tu donc les yeux fermés Quand du serpent il nous créa ?" HAMSADEA : "Montre moi Où est l'oiseau dont tu me parles...
  61. 61. Je veux le voir et le connaître Afin qu'il me dise où aller A quelle vie me donner ... Pourquoi suis-je un jour né ? Et quel est donc ce grand Soleil Qui a réchauffé mon berceau ?"
  62. 62. 2
  63. 63. LE MEHO : "Kiou ! Entends le chant de l'Oiseau Amour... Il est là, au dessus de ta tête Il a fait depuis longtemps son nid près de toi Tu n'y prêtais pas attention..."
  64. 64. Bird of Paradise (Nim in 2009, Cameroon) * HAMSADEA : "Oiseau du Paradis, je vis enfin en t'entendant Fais de moi ton semblable ! Le temps des moissons maintenant est fini Laisse-moi me hisser sur ton dos, bel Oiseau Quand je serai monté, partons pour le Soleil Quel est son secret ? Emporte-moi là bas ! Qu'y a-t-il où sans fin renait le bleu limpide... Oh oui je veux chanter et danser dans le ciel Et voir de tout là haut les monts et les vergers Où chacun deviendra oiseau de Paradis Oiseau de Paradis, Oiseau du Paradis... J'ai montré à la vache où elle peut brouter Et j'aime quand le pluie verdit les paturages...
  65. 65. Ainsi que le lézard dois-je apprendre à sauter ? Par delà l'horizon et la mort je veux naître... Si tu vas sur une autre île ou de l'autre côté de la forêt Jusqu'aux sommets de pierre nue, Dans la neige et la glace, ou les trombes de feu Oui, je te suivrai, oui je te suivrai !" LE MEHO : "Maintenant, comme chaque année, il faut que j'aille Voir qui veut me rencontrer sur le sommet... Attends mon retour, sois dans la paix" HAMSADEA : "Je veux te suivre jusqu'au sommet de la montagne
  66. 66. Et voir le soleil se disperser jusqu'au fond des coeurs qui l'aiment !" LE MEHO: "Kiou !" 3 L'oiseau s'est envolé de son nid Pour se suspendre aux nuages L'enfant qui le poursuit saute de pierre en pierre... Tel un singe il se balance d'arbre en arbre... L'ombre des vastes ailes glisse sur les pentes... Si tu regardes ainsi le ciel en courant
  67. 67. Veille à ne pas glisser dans la rivière ... Place comme l'oiseau qui porte ton coeur Tes ailes dans le vent ... Hamsadéa a gravi la colline et il s'endort Un nuage se pose sur son front... 4
  68. 68. Le lendemain matin , il s'éveille et appelle : "Mého Ha'atoupou'a, où es tu passé ?! Pourquoi me suis-je endormi... Maintenant je suis seul et je pleure... Oiseau du paradis, attends moi, attends moi ! Je suis perdu, perdu dans la forêt ! Comment savoir où donc te retrouver ?" Le vent chasse les nuages gris Et dénude un sommet neigeux... HAMSADEA :
  69. 69. "C'est là-bas que l'oiseau voulait aller... Je ferai mon sentier tout droit !" 5 C'est le matin, inondé de verdure Va en dansant jusqu'au midi de paix ! Puis tout à coup, au détour d'un bosquet Est un village avec sa fontaine "Est-il vide , ou y aura-t-il Un ami pour m'accompagner ?" Va vite boire où la fontaine s'offre Et lave toi de la tête aux pieds ...
  70. 70. "Mais que vois-je arriver au loin Vêtu comme un roi et ses ministres ... A moins que ce soient des brigands Ils ont l'air saouls et l'oeil sans pitié ..." Cache toi vite, vite, vite, et invisible Attends qu'ils changent de maison Pour t'éloigner ! Les brigands sautent de leurs chevaux et crient : "Pillons, pillons, tout est à nous ! Remercions l'Oiseau de Paradis ... Il a attiré les villageois sur le sommet !" 6
  71. 71. Hamsadéa s'est enfui à travers les bois porteurs de fruits sauvages ... Il va prévenir les villageois et l'Oiseau Amour ! Cours comme une flèche vers le sommet Là haut les femmes les hommes les enfants sont partis pour trois jours Prier et danser près de l'Oiseau du Paradis Avance, car bientôt l'obscurité te cachera la route ! 7 Tout là haut Au dessus de la montagne Flotte et danse le Meho dans la Lumière Bleue. Or jadis il avait donné A chaque homme, chaque femme, comme à Oriata et Nanihi
  72. 72. Un miroir Où pouvaient s'éveiller Les rayons de la magie Divine. Mais voilà, les villageois sont venus Armés de ces miroirs Et avec les reflets de la Lumière du Soleil Ils ont allumé un feu dans le ciel. Les rayons se joignent en faisceaux Et les chefs, les prêtres demandent de viser L'Oiseau qui les a créé Afin de se parer de ses plumes Et de collecter des offrandes Ils crient : "C'est un imposteur . Il garde tout pour lui. On va l'incendier !"
  73. 73. The villagers ("Troisieme millénaire" workshop in Tahiti) *** Acrylic, by the Eden Duo
  74. 74. 8 LE MEHO: "Kiou ! Puisque ce feu est là pour me détruire Croyez vous que ces rayons habiteront vos miroirs Lorsque vous n'aurez plus mon vol pour me guider ? Mais puisque vous voulez me faire disparaître Je partirai pour une autre planète... Et pour vous laisser une dernière chance ... Que celui d'entre vous qui voudra Devenir Oiseau du Paradis Prenne donc son élan Et bondisse très haut dans le Ciel
  75. 75. Dans ce Feu allumé pour me détruire ! Kiou ! Kiou !"
  76. 76. Hamsadéa a tout vu de derrière un rocher . Maintenant il court, il se lance, aimanté Se jette dans le Feu très haut au dessus du sommet Et maintenant il s'élève encore avec ses ailes ! LE MEHO: "Hamsadéa, Oiseau du Souffle Te voila désormais pétri de Paradis Uni au Phénix des Mondes, et délivré de l'illusion mortelle... Apporte à qui en veut la Joie et la Paix Et garde dans ton chant cette flamme éternellement allumée Que même les glaces ne parviendront pas à éteindre !" La Lumière est forte comme une longue explosion
  77. 77. Les miroirs des villageois se brisent Ils fuient de crainte de brûler dans les flammes qui tombent du Ciel Leurs cris ont déchaîné d'énormes avalanches Et les torrents débordent sur les pentes ! 9 ***
  78. 78. *** Acrylic , by Dom *
  79. 79. Comme le nouvel Oiseau de Paradis S'éloigne dans le Ciel pour suivre son Accoucheur Celui-ci suspend son vol et dit : "Retourne près des amants qui jadis t'adoptèrent Retourne près du petit lézard ton frère" Le nouvel Oiseau répond: "O mon maître Comment donc déjouer le malheur conquérant Si je n'ai le pouvoir d'être à souhait invisible ! Et comment feras tu de loin pour me guider ? " "Mais, dit le Mého, Tu as ce pouvoir ! Et tu me trouveras au plus profond de toi Là où la Vie Divine anime et abolit les formes" Alors Hamsadéa descend vers les villages et les prés. Il voit que partout, dans les taudis et les palais Les femmes et les hommes s'égorgent en son nom. Puis parvenu aux ermitages de la forêt Il voit que les femmes et les hommes dansent et s'aiment en son nom Et qu'invisible il peut se démultiplier Pour tous ceux qui méditent ou chantent son histoire.
  80. 80. * CLE 17-1b LA PLANETE TEAHITOUTAï ou Le piège des fausses faims * ACTE I COMMENT ORIATA ET NANIHI ARRIVERENT SUR LA PLANETE TEAHITOUTAÏ 1 Année après année, Oriata et Nanihi Vivent dans la brise marine, à l'écart des villages. La vache donne son lait, et le lézard Fidèle à sa méthode est très occupé A bondir dans l'espoir que des ailes lui poussent. Or, sur la planète Téahitoutaï, bien loin Là où l'on mange trop et ne se satisfait de rien
  81. 81. Le magicien Lasem, qui est aussi premier Ministre Observe Nanihi dans sa boule de Cristal. Il la désire, et veut la tenter pour l'avoir à ses côtés. Il créé alors une horde de requins virtuels Avec des ailerons d'argent et de diamant Et avec un rayon qui rebondit sur son hologramme Il les fait naviguer sur la planète 'Aéto'éraw Juste dans le lagon qu'admire Nanihi. Nanihi éblouie demande à Oriata : "S'il te plait, mon amour Peux tu partir chasser un de ces requins là ? Leurs ailerons brillants nous serviront la nuit de lampes"
  82. 82. Oriata ne veut rien refuser à Nanihi, et part sur le champ. Il franchit la passe pour poursuivre la meute. Lasem observe tout cela sur son écran d'ordinateur Un seul clic prémédité, et le ciel se couvre de nuages Les vents s'accèlèrent et tourbillonnent Un cyclone renverse la pirogue d'Oriata, le jette sur le récif Il s'accroche à un débris de bois , dérive dans le lagon. Un tourbillon pendant ce temps enveloppe Nanihi Et l'emporte à travers l'espace et le temps Jusqu'à la forteresse des Grands Prétendus Maîtres de Téahitoutaï. La tempête s'apaise, Oriata échoue sur le rivage La hutte est détruite Les plantations sont noyées par l'eau salée Il cherche Nanihi de tous côtés, il ne la trouve pas
  83. 83. Il pleure, il prie et se souvient D'Hamsadéa devenu Oiseau de Paradis. ORIATA: "O ciel si bleu de Paix infinie Où donc retrouverai-je Nanihi ? Je ne sais dans quelle direction avancer ..." 2
  84. 84. Parait alors HAMSADEA: "Ne pleure pas, Oriata Ta bien-aimée t'attend. Elle est prisonnière de Lasem, vizir d'Otéotéo Sur la planète Téahitoutaï ! Ne pleure pas , Oriata La vie est une offrande de joie. Ne t'épuise pas en larmes inutiles... Construis plutôt en toi une paix invincible ! J'ai vu Nanihi dans le palais de Lasem J'ai laissé me suivre un astronaute de Téahitoutaï Il s'est posé de l'autre côté de l'île. Va dans cette direction... Tu trouveras le vaisseau qui te conduira jusqu'à celle que tu aimes ... Mais attention, ne dévoile pas le but de ton voyage !" 3
  85. 85. Oriata marche longtemps dans la forêt, Puis se trouve soudain nez à nez avec Maltor Le pilote de Téahitutaï, près de son engin. MALTOR: "Eh toi ! J'ai pris en chasse un oiseau rare, un espion Capable de traverser les espaces sidéraux... L'aurais tu vu ?" ORIATA : "Il ya tant d'oiseaux merveilleux sur cette île Que je crains que tu ne trouves jamais celui que tu cherches !
  86. 86. Mais comme j'aimerais voyager sur ton vaisseau spatial A travers l'espace infini..." MALTOR: "C'est bon, embarque !" Et en lui-même : "Je vendrai cet animal là au palais de Lasem On y cherche toujours de nouveaux esclaves" 3 Et ils naviguèrent de constellation en constellation A la vitesse de l'éclair, et parvinrent Jusqu'à la planète Téahitoutaï.
  87. 87. Oriata fut vendu comme esclave jardinier à l'intendant de Lasem. Mais il bénissait le Ciel D'être si près enfin de Nanihi. Il se cacha derrière un buisson du parc Lorsqu'il vit paraître Lasem, lui-même Escorté de Demang et Toummengoung, ses stratèges, Demang à la voix cassée, ministre de l'Education, Tummengung, à la gorge tonnante ,ministre du Culte et de la Guerre. * ACTE II COULISSES DE LA DEMAGOGIE sur la planète de la frustration 1
  88. 88. Refrain 1 : TOUMENGOUNG: A nous les planètes lointaines ! DEMANG : Et le ciel se couvre de nuages ! TOUMENGOUNG: Il va pleuvoir ! Refrain 2 : TOUMENGOUNG: Affrontons, affrontons le tonnerre ! DEMANG : Et nous serons les dieux de l'Univers ! TOUMENGOUNG:
  89. 89. Il est trop tard ! Refrain 3 : TOUMENGOUNG: A vance, avance encore ! DEMANG : Elargissons les bornes du partage ! TOUMENGOUNG: Pour nos enfants ! 2 TOUMENGOUNG: Mon ami, mon ami ! DEMANG : Mon frère, mon frère ! TOUMENGOUNG: Es tu bien près de moi ? DEMANG : Je suis près de toi, ne crains rien ! Refrain 1,et TOUMENGOUNG: As tu prêté serment ? DEMANG : A notre roi comme chaque matin ! TOUMENGOUNG: Et à Morjine, notre grande prétresse ? DEMANG : Pour elle, j'égorgerai un animal vivant ! Refrain 2, et DEMANG & TUMMENGOUNG: Yieuille ! Ouh .... TUMENGOUNG: Assez ! DEMANG : Encore ! DEMANG & TOUMENGOUNG : Hue ! TEMOUNGOUNG:
  90. 90. Vizir ! DEMANG: Explique nous ! LASEM : C'est bien, continuez ! Nous marchons dans le sens de l'Histoire... Les savants du Purgatoire l'enseignent déjà dans leurs universités... DEMANG & TOUMENGOUNG : Hue ! TOUMENGOUNG: Vérité ! DEMANG: Justice ! LASEM: C'est bien, continuez ! Les égoïstes d'Aétoéraw s'enfuient déjà sur les planètes du dedans !
  91. 91. 3 Refrain 3, et TOUMMENGOUNG: Que notre sang se multiplie ! DEMANG: Que tous nos rêves s'accomplissent ! refrain 1, et TOUMENGOUNG: Oui, j'irai vers le peuple ! DEMANG: Et quel est ton message ? TOUMENGOUNG: Nos coutumes sont vraiment sacrées !
  92. 92. DEMANG: Tout l'Univers pour Morjine ! DEMANG & TOUMENGOUNG: Ouh ! TOUMENGOUNG: Assez ! DEMANG: Encore ! 4 TOUMENGOUNG: A bas les immoraux ! DEMANG: Détruisons les ! Détruisons les ! TOUMENGOUNG: Ecrasons les, écrasons les ! DEMANG & TOUMENGOUNG: Heï ! Hou .... TOUMENGOUNG: Mon ami, mon ami... DEMANG: Mon frère, mon frère ... TOUMENGOUNG: As tu peur de la mort ? DEMANG: La vie est un procès ! DEMANG & TOUMENGOUNG: Heï ! TOUMENGOUNG: Ah que le peuple est sage ... DEMANG: Libérons le ! Libérons le ! TOUMENGOUNG: Dignité !
  93. 93. DEMANG : Justice ! TOUMENGOUNG: A bas la pauvreté ! DEMANG & TOUMENGOUNG: Hue... Yieuï ! 5 TOUMENGOUNG: Une chemise pour chacun ! DEMANG: C'est le respect ! C'est le respect ! TOUMENGOUNG: Et l'air conditionné pour tous ! DEMANG: C'est le santé ! C'est la santé ! TUMMENGUNG: A bas la pauvreté ! DEMANG & TOUMENGOUNG: Ouh... Yieuï ! Refrain 2, et TOUMENGOUNG: Assez ! DEMANG: Encore ! DEMANG & TOUMENGOUNG: Hue ! TOUMENGOUNG: Vizir ! DEMANG: Le piège est-il maintenant parfait ? LASEM : Votre contentement est trop visible... Si vous voulez que nos esclaves Donnent leurs vies pour notre cause Eveillez l'esprit de vengeance !
  94. 94. Hypnotisez l'intelligence ! Maintenant je vois que les gardes Conduisent jusqu'ici la belle princesse Nanihi... Vous pouvez disposer ! DEMANG & TOUMENGOUNG sortent, sur le refrain 3 * ACTE III LEs SOPHISMES DE LASEM
  95. 95. LASEM Nanihi, je t'aime Et je voudrais te protéger. Pourquoi me résistes tu ? NANIHI Si tu m'aimes Laisse moi quitter cette planète mal heureuse Laisse moi retrouver Oriata ! LASEM Tu le sais, c'est impossible... Le peuple veut te sacrifier sur l'autel de Morjine Afin de bénir les combats de demain ... Accepte de coopérer! Otéotéo, notre empereur nous fera prince et princesse De ta planète Aétoéraw ! Ensemble nous guiderons ses habitants... NANIHI: A quoi bon conquérir le paradis Si c'est pour le transformer en enfer ? LASEM: Notre planète est surpeuplée Nos femmes sont fécondes... Ta planète est presque déserte Ne soyons pas égoïstes ! NANIHI: Aime celle qui va librement vers toi Et laisse fuir celle qui ne veut pas de ta prison ! LASEM: C'est impossible... Je serais accusé de trahison ! Je serais égorgé à ta place sur l'autel de Morjine ! NANIHI: Tous te craindraient plutôt pour ton audace Tous penseraient plutôt Que tu t'appuies sur une magie plus puissante... La magie de l'Amour NANIHI, danse en fredonnant, et LASEM, à genoux:
  96. 96. Oh Nanihi... Que tu es belle! Gardes! Saisissez vous de la princesse du Paradis ... Enchaînez la à cet arbre ... Je crains qu'elle ne connaisse une danse magique Et ne parvienne à s'envoler... Nanihi, je t'aime, et je veux te garder ! Maintenant je vois qu'arrive notre empereur, Otéotéo, lui-même ! Ecoute bien, et réfléchis ... * ACTE IV OTéotéo et la folie des grandeurs
  97. 97. OTEOTEO: Pou ! Yiaï ! Hieu ! Hieu! Kayeu... Lasem! Lasem! LASEM: Je suis là, grand roi, héritier légitime,conquérant de l'Univers! OTEOTEO: Critique moi ! LASEM: Tous tes actes sont corrects... Continue! OTEOTEO:
  98. 98. Pou ! Yiaï ! Potet! Potet! ...Encore en retard comme toujours ! POTET: Je suis là, grand roi Prêt à mourir pour l'idéal ! OTEOTEO: Assis ! Debout ! A droite! A gauche! ... Potet ! Que tu es lent ! Et puis la droite , c'est là ... La gauche c'est là ...Concentre-toi, réfléchis ! POTET: Pardon, chef, pardon !
  99. 99. Ci dessus, Otéotéo (Yohan Piritua), Potet (Moeava), Nanihi (Pascale) en 1995 à la Maison de la Culture de Papeete. * OTEOTEO: Pou ! Yiaï ! Lasem ! Le peuple a-t-il confiance en lui-même ? LASEM: A ton appel quarante millions de volontaires Se sont présentés pour les combats de demain ! OTEOTEO: Est-ce que je ne fais jamais d'erreurs ? LASEM: Tu es notre chef et notre exemple Tu nous rends l'espoir ! OTEOTEO:
  100. 100. Pou ! Yieuï ! Ah Lasem ! Tu sais à quelle perfection spirituelle j'aspire ... Sans cela, pourquoi accepterais-je La charge de l'empire ? Potet ! Potet ! POTET: Je suis là, grand roi, prêt à mourir pour l'idéal ! OTEOTEO: Assis ! Debout ! A gauche! Adroite ! En arrière ! En avant ! Potet, tu fais de grands progrès... A plat ventre! Sous terre! Potet gratte le sol et OTEOTEO rit: MoaaaaaaaAAAAAaaH! ...Potet, j'admire ton humilité ! POTET: Pardon, chef ! Il sort, et OTEOTEO: Pou ! Yieuï ! Ah quelle idée géniale que ce bataillon de pilotes kamikazes Là on voit la force de notre race qui ne craint pas la mort ! Quel noble suicide que celui de ces combattants au coeur de cristal ! Lasem... As tu déjoué tous les complots ? LASEM: Tes adversaires et leurs familles ont tous été éliminés... OTEOTEO: Pou! Yieuï ! Les chefs des autres planètes se doutent-ils de nos plans ? LASEM: Je suis allé au devant d'eux avec des sourires et des révérences... Les danseuses d'enfer nous accompagnaient ... Ils ont admiré la grandeur de nos siècles disparus Et la placide dignité de nos ancêtres... Ils nous ont donné le titre de sages d'honneur. Nous leur avons donné des médicaments et vendu des armes obsolètes.
  101. 101. OTEOTEO: MoaaaAAAAaaaah ! Ecrase le faible et flatte le puissant ! Ainsi les chefs ennemis nous respecterons mieux que leurs propres citoyens ... Pou ! Yiaï ! .... Je vois que tu as fait conduire ici la belle princesse d'Aétoéraw ... Si elle n'accepte pas de coopérer Elle sera exécutée dès demain sur l'autel de Morjine ! Pou ! Yieuï ! Potet ! Potet ! POTET: Je suis là, grand roi, prêt à mourir pour l'idéal ! OTEOTEO:
  102. 102. A droite ! A gauche ! Assis ! Debout ! En avant ! En arrière ! tourne ! Pas sur toi, imbécile ! Tourne en rond ! Plus lent ! Plus vite! Plus lent! Plus vite ! Du rythme, bon sang ! POTET: Pardon, chef , s'il te plait Ne donne qu'un ordre à la fois ! OTEOTEO: Appelle moi : "camarade" ... POTET: Oui, chef... Les femmes de toutes les planètes seront séduites par ta virilité et ta sagesse ! OTEOTEO: Pou ! Yieuï ! MoaaaAAAAAAaaaaaah ! Ah ! Potet ! Tu me mets de bonne humeur... Suis moi ... Et vous aussi , gardes, suivez moi ! A boire ! Il sort, et LASEM dit: Nanihi Désormais personne sinon moi parceque je t'aime Personne d'autre ne pourra te protéger... Accepte de coopérer !
  103. 103. NANIHI: Je vois au loin l'Oiseau de paradis qui vient me délivrer... LASEM: Quel oiseau ? Il n'y a plus aucun oiseau dans le ciel de Téahitoutaï! On les a tous avalés pour devenir invincibles ! 3 Lasem, soudain est pétrifié alors qu'il scrute l'horizon. Oriata, caché derrière un buisson Attend le bon moment pour assommer Lasem Le chant et les couleurs de l'Oiseau du Paradis
  104. 104. Résonnent dans sa mémoire avec un éclat éternel Et sa prière s'élève vers le Dieu des Univers Comme un parfum au delà de l'espace et du temps. * ACTE V Où est le réel ?
  105. 105. 1 LASEM de nouveau s'agite : Aucun oiseau ! je ne vois aucun oiseau ! LE MEHO surgit comme la foudre, et bouscule LASEM, qui crie : Qui est tu, toi ? LE MEHO: Je suis un Oiseau du Paradis ! LASEM: L'oiseau du Paradis est une légende ! Il n'y a plus aucun oiseau de cette espèce depuis dix mille ans Sur cette planète ! LE MEHO: Je suis un symbole qui nourrit la mémoire des hommes d'âge en âge ! LASEM:
  106. 106. Tu es un imposteur! Il y a dix mille ans, le dernier des oiseaux du Paradis A donné sa vie pour Morjine, sa grande prêtresse Afin qu'elle devienne immortelle Et guide notre peuple ! Tu es une imitation, un coucou! LE MEHO: Je suis un rêve qui peut dompter ta chair ! L'Oiseau se précipite sur LASEM, qui chute un peu plus loin et dit : Si tu étais vraiment l'Oiseau du Paradis Celui qui fut le maître de Morjine Tu n'aurais pas besoin de ce combat ! LE MEHO: Oui, Morjine fut mon élève, il y a si longtemps Mais elle a mis la connaissance au service de ses illusions Et elle en est la prisonnière !
  107. 107. LASEM: Si cela était vrai, Cela se saurait sur toutes les planètes ! LE MEHO: Les humains n'entendent que ce qu'ils veulent entendre... Mon langage, ils l'interprètent à leur façon... Ils changent le sens des mots à leur guise... Voilà pourquoi j'apparais sous tant de formes diverses ! LASEM: Disparais, fantôme ! 2
  108. 108. LASEM attaque l'Oiseau , qui le renverse.
  109. 109. L'oiseau (Sylvie) et Lasem (Samantha) en 1995, et vue des coulisses, avec les musiciens. * LASEM : Si nous sommes vraiment la planète du Mal Pourquoi Dieu tolère-t-il notre puissance ? LE MEHO: Ta puissance n'est qu'un voile sur la peur de ton coeur solitaire ! LASEM: Si tu es l'oiseau du Paradis, alors dis moi Pourquoi les habitants de la planète Terre S'enfuient comme des lâches evant nos premiers pilotes ? Pourquoi tant d'eux adoptent le culte de Morjine ? LE MEHO:
  110. 110. Le Paradis est une Lumière dans la Conscience Celui qui la dédaigne s'en prive pour longtemps. LASEM: Si tu es l'Oiseau du Paradis Alors exauce mon Amour. LE MEHO: Tu t'infliges une peine dont tu peux te détacher. LASEM: Esprit illusoire, disparais ! LE MEHO: Prépare-toi à t'effacer ! HAMSADEA se lance sur LASEM et le bouscule d'un coup d'aile. Pendant le combat ORIATA parvient à libérer Nanihi de ses chaînes LASEM: Tu m'as renversé Tu n'es donc pas une ilusion Et je n'ose appeler au secours De peur de perdre la face Finissons en ! LASEM attaque et s'effondre après le choc, et crie: Au secours ! Au secours ! Je meurs ! Mais je veux comprendre ! 3
  111. 111. LE MEHO: Oriata, Nanihi Il veut comprendre... Tendez vos mains vers cet homme qui meurt Afin de le ranimer. NANIHI: Mais le palais est cerné de gardes Nous devons fuir !
  112. 112. LE MEHO: Ne craignez rien Mon amour vous protège au-delà de la mort Et tout ce monde , dans ce palais Est plongé dans un sommeil aveugle ! ORIATA et NANIHI tendent leurs mains et lancent en chantant des rayons de Lumière vers le corps de LASEM qui après un temps s'éveille et crie : Au secours ! Au secours ! Où suis-je ? Qui suis-je ? ...Enfin...le cauchemar est fini...
  113. 113. Oui, j'étais plongé dans un profond sommeil Et dans mon rêve J'étais un jeune étudiant... Je vivais dans une immense forêt Près d'un vieil homme Presque transparent. Son nom était... Sobrial... Sobrial m'enseignait la science de l'Univers Et me disait souvent : SOBRIAL : Prends garde à ne pas mettre la science que je t'enseigne Au service de tes illusions Car tu en serais le prisonnier pour longtemps... Qu'elle t'aide au contraire A purifier ton âme, ton corps et ton esprit Pour éveiller en toi les Soleils de l'Amour A chaque souffle de ta vie !
  114. 114. LASEM continue : Mais j'étais impatient Et un matin Je vis Osipeh, reine des Ondines Elle chantait en dansant Sur la berge d'un lac dans la forêt. Son corps était de rosée, il frémissait Parcouru de vagues minuscules Et je voulus la posséder Sans m'être préparé à tant de beauté ...
  115. 115. Alors je fis usage de ma magie Je l'enveloppais de ma terreur et de mon rire Hélas dès que mon chant l'attint Je fus brutalement transformé en un misérable insecte Et je criais : Au secours ! Au secours ! C'est alors que je vis Sobrial Dans tous ses membres bleu et transparent comme le Ciel Et ilposait son pied sur mon épaule Et il allait me piétinner Et je criais : "Délivre moi ! Mais je veux vivre !" Alors il a reculé de quelques pas et dit : SOBRIAL: Es tu bien sûr que tu veux vivre dans la carapace de tes erreurs ? Laisse ton âme s'évader Redeviens un enfant, et apprends... LASEM: Et moi je criais : "Au secours ! Au secours !"... C'est alors que je m'éveillais Et que je vous trouvais ...
  116. 116. Qui suis-je ? Où suis-je ?
  117. 117. LE MEHO: Tu étais le vizir de la planète Téahitoutaï... Nous t'avons vaincu et ranimé Afin que ton âme ne multiplie pas Des fantômes vampires dans tout l'Univers... Afin que tu te repentes Et devienne notre allié... LASEM: Oui Maintenant je me souviens Tu es l'oiseau du Paradis Et vous êtes Oriata et Nanihi... Ah comme j'aimerais renaître sous la forme d'un enfant
  118. 118. Assez sage pour vous obéir... Comment deviendrais-je votre allié ? Je n'eus jamais que le pouvoir De me nourrir des illusions de mon peuple Afin de fortifier mes propres illusions... Oui, j'ai compris la leçon J'étais de ceux qui sacrifiaient à la gloire du monde Et je ne récoltais que la mort à chaque seconde Croyant qu'on peut voler le Vrai par la proclamation.. O Grand Meho Ha'atoupou'a, Consumes moi de ton rayon... Que je sois ton allié pour toujours... Alors ton vol sera le vol de mon âme éternelle ! Voici toutes les forces de mon âme Fais en ce qu'il faudra ! LASEM se prosterne et LE MEHO dit : Oriata, Nanihi Lancez vers cet homme Les rayons que je vous ai confiés jadis !
  119. 119. 4 ORIATA et NANIHI tendent leurs mains vers Lasem Ils chantent, et lancent avec leurs paumes immobiles Des rayons de Lumière Sur leur nouvel allié. Le corps de Lasem expire et s'effondre.
  120. 120. LE MEHO: Enfin l'âme de Lasem S'est délivrée de sa carapace. NANIHI: Oiseau de Paradis Par où allons nous fuir ? LE MEHO: Nous fuirons par le ciel ! Je vais vous transformer en deux minuscules gouttes de rosée Plus petites que des grains de sable Et je vous emporterai sur la planète de la synchronisation La planète ROTAHIRA'A ...
  121. 121. Là je vous rendrai votre forme humaine Et vous apprendrez à régner parmi les lions... Puis je vous confierai une enfant Née avec l'âme purifiée de Lasem Elle s'appellera Hoani Elle grandira parmi les lions ... Plus tard, elle partira sur la planète TERRE A la recherche du GRAAL... Allons vers cette tour... C'est de là que nous nous envolerons ! 5
  122. 122. Lorsque les gardes découvrirent le corps de Lasem Ils l'emportèrent pour l'empailler Et vénérer sa forme Et cultiver sa mémoire Sur toutes les planètes conquises. *
  123. 123. CLE 17-1c * LA PLANETE ROTAHIRA'A ou La nécessité de la synchronisation * 1
  124. 124. Oriata et Nanihi Sont déposés par Hamsadéa Sur un rivage de la planète Rotahira'a. 2 NANIHI L'air de Téahitoutaï a obscurci nos regards... ORIATA Jeûnons Et qu'aucune tentation ne nous en distraye.... Pas même des requins aux ailerons de diamant ! 3
  125. 125. Au cinquième jour de jeûne Nanihi est étendue sous un arbre Le Phénix lui apparait. LE PHENIX: Tu as demandé qu'un oiseau de paradis vienne te chercher Où veux tu que je t'emmène ? NANIHI: Tu sais très bien que je veux aller où tu choisiras... C'est à toi de me dire ce qu'il faut faire. 4 Alors Nanihi grimpe sur le dos de l'Oiseau Qui s'envole.
  126. 126. Plus tard, il se pose.
  127. 127. LE PHENIX: Nous sommes arrivés. NANIHI: Mais il n'y a personne ici ! 5 Un peu plus loin, il y a une cabane A côté d'un grand trou rempli de cendres, Et près du bord, un baquet rempli d'eau, Ainsi qu'un tissu. Partout, une odeur d'encens.
  128. 128. NANIHI: Qu'est-ce que nous faisons ? LE PHENIX: Purifie toi avec l'eau, puis avec les cendres ! NANIHI: Mais elle est froide, cette eau ! Je suis sûre qu'elle vient du torrent... Elle n'est pas propre... Elle est sûrement pleine de microbes... Et pourquoi me laver si c'est pour me couvrir de cendres ? Elles sont sales, ces cendres... En plus, on va me voir toute nue ! Et il est bizarre, ce tissu...
  129. 129. LE PHENIX: Je croyais que tu m'avais appelé pour que je te dise ce qu'il faut faire ... Tu veux me traiter comme ça? Tu préfères un coup de bec ? Je suis venu pour accomplir un travail avec toi. NANIHI se lave : Mmmm... C'est froid ! Mais ça fait du bien... Ouh ! Ouh ! Ouh ! LE PHENIX: Ensuite, couvre toi entièrement de ces cendres... Tu as besoin d'une purification intégrale... NANIHI: Chez moi on en met juste sur le front une fois par an... LE PHENIX: C'est une protection pour la suite du voyage ... Ainsi les toupapaws ne pourront ni te saisir, ni te tenter. NANIHI: Voilà, j'en ai partout de la cendre Même dans les cheveux ... Oh que c'est bon de se rouler dans la cendre... Tiens, prends en un peu sur tes plumes ! 6 Le voyage reprend. Ils traversent des turbulences atmosphériques. Des âmes errantes, les toupapaws Tentent de désarçonner Nanihi du dos de l'Oiseau Mais si elles parviennent à les toucher de leurs mains, De leurs filets ou de leurs lances, ça les électrocute Leurs corps se pulvérisent avant de se reconstituer. Le message des cendres, c'est : Le Feu éternel peut tout réduire en cendres !
  130. 130. NANIHI: J'ai peur ! LE PHENIX: Aie confiance en moi ! Reste calme... Regarde vers le haut ! PREMIER TOUPAPAW: Eh Nanihi ! Nous sommes tes cousins ! On a besoin de toi ! Viens ! On a du cochon roti !
  131. 131. DEUXIEME TOUPAPAW: Aïe ! Mes balles me sont revenues dans l'oeil ! TROISIEME TOUPAPAW: Ne sois pas égoïste ! Tu ne vas pas nous laisser seuls dans ce trou d'air ! On t'aime ! Sois notre guide ! QUATRIEME TOUPAPAW (aux autres): Si on arrive à les attraper On va se nourrir de leur souffle de vie... Ah la saveur du bon gibier... ça va me ressusciter ! 7 A la sortie de ces turbulences, Il y a un sifflement de vent NANIHI: Mais comment on va pouvoir s'orienter ? On ne sait d'où ça vient, ce vent On ne sait où ça va... LE PHENIX: Toi tu ne peux pas voir ça Mais moi je peux sentir 8 Puis l'Oiseau glisse dans la direction du vent. Nanihi a l'impression de quitter sa vieille identité Et d'entrer dans une nouvelle nature. L'oiseau la dépose sur un nuage où scintillent Toutes sortes de couleurs. LA VOIX INTERIEURE DE NANIHI: Reste calme. 7
  132. 132. Mais elle bavarde toute seule Et chaque fois qu'elle parle inutilement Une couleur s'éteint dans ce jardin céleste. Par exemple : NANIHI: Est-ce que ma prière a de la valeur ? Est-ce que ça vaut la peine que je continue le jeûne ? Oriata est trop sévère Il est dur, il n'a pas de compassion 10
  133. 133. Alors Nanihi entend une voix du dehors : SOBRIAL, qui lui tend un miroir: Ouvre les yeux... Regarde un peu si tu n'es pas pire qu'Oriata ... Il t'aime, et tu le fais souvent souffrir ... NANIHI Ah c'est toi ! Tu es venu voir ton enfant qui t'aime... Je ne vois rien de mal en moi ... SOBRIAL: C'est parceque que tu as des écailles devant les yeux
  134. 134. Comme Saül sur le chemin de Damas ! NANIHI: S'il te plait, enlève moi ces écailles... SOBRIAL: Non, cette fois je ne le ferai pas. Tu dois apprendre à enlever toi-même les écailles Il faut que tu fasses mourir la vieille personne qui es en toi. Suis mes conseils pour de bon ! Oriata aussi t'aide ... NANIHI: Est-ce que je peux poser une question ? SOBRIAL:
  135. 135. Vas-y ! NANIHI: Ma souffrance va-t-elle cesser de me ronger ? Eh, t'as compris ma question ? SOBRIAL: Si tu es tranquille dans un lieu tranquille Tes souffrances peuvent partir Aussi vite qu'elles sont venues. Mais si tu te laisses envelopper par les turbulences Ta situation s'aggravera. On va se revoir demain. NANIHI:
  136. 136. Mais comment tu as fait pour venir jusqu'ici ? SOBRIAL: C'est moi qui avait pris la forme de l'Oiseau du Paradis Parce que je sais que tu es sensible à la beauté Et aussi pour que tes efforts à venir te paraissent plus légers Pour que tu aies une idée de la guérison. 11 Ce n'est pas la réponse qu'attend Nanihi. Son corps la démange de partout A cause du jeûne Parce que les toxines quittent les cellules Le lendemain, alors qu'elle dort, Sobrial revient.
  137. 137. NANIHI: Eh t'as l'air fâché... SOBRIAL: Non, je prends l'air sévère Pour que tu sois un peu plus sévère avec toi-même. Tu dois apprendre à t'autodiscipliner. Tu vas choisir une pensée Et tu vas te concentrer sans interruption sur cette pensée Jusqu'à ce que je t'interroge. NANIHI: "Mon Dieu, pardonne nous nos offenses" Voilà la première pensée qui me vient. SOBRIAL: Maintenant, ne perds pas de vue ces mots. 12 Maintenant Sobrial tourne le dos à Nanihi. Il regarde l'Infini de ce côté là.
  138. 138. Alors des larves de fantômes Pondues jadis en Nanihi Là où elle ne faisait pas attention Se mettent à lui parler de plus en plus. PREMIERE LARVE: Regarde : le papy a le dos tourné. Détends toi un peu avec nous. DEUXIEME LARVE: Ton nom c'est Nanihi la parfaite... Le mieux est l'ennemi du bien ! Tu vas casser ta grace naturelle... La perfection n'st pas humaine ... TROISIEME LARVE:
  139. 139. Pour nous, tu es la Déesse. On t'aime comme tu es. Tu es si généreuse avec nous ... 13 Nanihi avait perdu sa phrase... Elle ne sait même plus de quoi il s'agissait. Sobrial est déjà au courant Car il peut voir en elle Il se retourne Il n'est plus bleu, il est rouge. Sans se mettre en colère Il montre qu'il désapprouve Nanihi. SOBRIAL: Alors, qu'est-ce que tu as fait de ta phrase ? Tu l'as perdue... Pourquoi ? Bon, choisis encore un mot Et garde le ... 14 Sobrial redevient bleu ciel. Nanihi choisit le mot "concentration". Mais elle perd une deuxième fois le mot Car son mental est dispersé. Sobrial lui dit "Viens !" Ils nagent à travers le Ciel jusqu'à une construction circulaire Sans toit, entourée d'eau, avec deux tours au milieu. Les murs ont partout de larges ouvertures.
  140. 140. NANIHI : Eh c'est quoi ce spot ? C'est une prison ? Une cage pour les fauves ? Un château ? Un cirque ? Une école ? SOBRIAL: Je vois comment t'aider. Entre dans le château... C'est une école spécialement conçue pour tes difficultés Un cirque pour dresser les fauves qui t' habitent .
  141. 141. 15 Ils entrent. Sobrial remonte le pont-levis avec un treuil. Puis il ferme la porte. A l'intérieur on voit qu'entre les fenêtres Par lesquelles il est possible de s'échapper Sont inscrits en caractères géants Des mots : "Pardonne nous" "Concentration" "Amour" "Mensonge" "Vérité" "Douceur" "Colère"
  142. 142. "Menace" "Destruction" "Effort" "Endurance" Et bien d'autres encore. SOBRIAL Chaque fois que tu viendras ici Le jeu c'est de rester concentrée sur chacun de ces mots. 16 Puis Sobrial conduit Nanihi en haut d'une des deux tours. Il avance sur la passerelle Qui conduit à l'autre tour. Puis il demande à Nanihi de traverser. Il ya un filet sous la passerelle. Et dessous, des fauves, éblouissants.
  143. 143. SOBRIAL Avance, n'aie pas peur Ne crains pas même ce monstre ailé ! Depuis qu'il a chuté Ses têtes sont trop lourdes Ses ailes ne peuvent le soulever. 17 Mais Nanihi tombe. Maintenant elle rampe sur le filet. Elle voit que ces animaux monstrueux Sont des gens de mauvaise foi C'est à dire sans fiabilité.
  144. 144. L'un d'eux secoue le filet avec une gaffe. NANIHI J'ai peur de tomber ! SOBRIAL Tiens toi au filet Et regarde tranquillement en bas ... 18 Le corps de Nanihi est secoué par un tremblement Le vertige. Elle voit alors en bas un cadavre humain En décomposition Un squelette Avec des restes de chair.
  145. 145. SOBRIAL Beaucoup d'âmes errantes sont avides de toi Elles veulent te faire tomber Espérant se rassasier. La Lumière Divine ne cesse de te protéger Elle essaie de te guider Alors n'aie pas peur, mais Choisis la Vie dans la Lumière 19 Nanihi est parvenue près de l'autre tour. Sobrial tend la main. Elle donne la sienne Et ils s'élèvent maintenant dans le Ciel Maintenant Sobrial dépose Nanihi sur la berge.
  146. 146. NANIHI Une force mauvaise s'est glissée en moi Quand j'avais peur sur le filet Je ne sais comment l'attraper pour l'expulser... SOBRIAL: "Allonge toi Débouche tous les orifices de ton être Fais sortir cette présence mauvaise." Quelque chose comme un gaz vert et gluant Sort alors du corps de Nanihi.
  147. 147. SOBRIAL: "Voilà, le choix c'est d'obéir ou non Aux lois bienfaisantes de la Lumière Divine. Elles sont écrites pour chacun, sans ambiguité au fond de soi Dès que l'égo cesse de se prendre pour son propre Dieu Pour piéger son prochain avec ses croyances. Tu sais ce qui est bon pour ta santé. Une bonne nouvelle t'attend. 21 Sobrial ensuite a empli Nanihi de Lumière ça entrait de tous côtés La souffrance avait disparu. La tumeur n'apparaissait plus sur le cliché du scanner.
  148. 148. NANIHI Oriata m'a dit qu'il était avec toi Or tu étais avec moi Peux tu être vraiment à deux endroits à la fois ? SOBRIAL La Lumière est Une et multiple. Chacun entend la Lumière avec ses propres mots Avec les formes qui l'en rapprochent Chacun perçoit la Lumière selon sa propre ouverture Chacun se guérit par le même Centrage sur le Soi Divin Mais alors il faut trouver le signe Vivant de l'arbitrage Afin de ne pas sombrer sans cesse dans l'hypnose de l'égo Le verbe Divin est Vie, à travers les formes qu'il habite Agis pour transmuter la chair mortelle... Comprend par quelles initiatives tu peux avancer dans la Lumière
  149. 149. Etudie l'interne et l'externe. 22 NANIHI Ne pourrions nous pas te visiter ensemble, Oriata et moi ? SOBRIAL Asseyez vous l'un en face de l'autre, tout près Evitez les conflits et tenez vous la main Voici un collier de graines Prenez chacun une de ces graines dans la main. Ces graines sont les chants du Souffle Le Souffle dans vos chairs est votre enfant célesteHHHHamsadéa Avance avec Oriata vers mon ermitage... Sur le chemin ,des créatures prendront ma forme pour vous guider. Pour confondre les usurpateurs de ma forme Montrez ces graines , chantez les chants des 27 couleurs ! Par ces chants lancés vers l'Infini Ce qui est bon en toi passera par lui et vice-versa Et ce sera le mot de passe pour m'atteindre ! 23 Alors Oriata et Nanihi s'en vont dans la forêt en se tenant la main Femme et homme tressés par la concentration Sur la colonne de Lumière. Sur leur sentier des créatures apercçoivent ce Caducée Conscient Elles sont assoiffées de l'énergie vitale des pélerins Elles se présentent comme des moines avec le visage de Sobrial Mais lorsqu'elles voient les graines de Soleil Elles craigent d'être dissoutes par les chants des 27 couleurs Elles retrouvent les formes de leurs appetits réels Leurs visages de Lumière étaient des masques Ils tombent de leurs peaux et gisent au sol
  150. 150. L'HOMME-LION Fuyons avant qu'ils voient que j'ai triché Ils pourraient raconter que l'Homme-Lion A d'autres appetits que ces couleurs... Je vais mettre en garde mes disciples... L'ENFANT- CRABE Cachons nous dans l'infiniment petit Et recommençons l'entraînement Prêcher ne confère pas les qualités Divines Je suis humble pourtant, faut-il mourir Pour être Immortel ? LA FEMME-SERPENT Laissons ce déguisement et fuyons ! Il semble que ces semences
  151. 151. Ont le pouvoir de dissoudre les appétits animaux J'aime trop mordre mes adorateurs Où me débarrasser de ce venin ... 24 Oriata et Nanihi parviennent à l'ermitage de Sobrial. SOBRIAL Tant que la guérison de la séparation ne sera pas totale Vous risquez d'agir de façon insensée. Evitez l'inquiétude et les tentations. Fortifiez la volonté par l'autodiscipline. S'étant offert tout entier à la Lumière Divine L'humain libre ne voit nul autre Moi Que l'Eternel dans l'Univers changeant.
  152. 152. 21 Pendant que Sobrial parle, il s'élève dans le Ciel. Oriata et Nanihi s'élevent aussi, un peu plus bas Ils croisent des âmes qui descendent Ils les lisent comme la mémoire de leurs propres erreurs
  153. 153. UNE AME EGAREE Nous avons perdu notre chemin Et ne voyons que l'obscurité Serions nous devenues aveugles ? UNE AUTRE AME : Je crois que nous avons cruxifié Les messagers de la Lumière dans notre écoute. 26 D'innombrables oiseaux de paradis Tentent de montrer le chemin de l'ascension A ces âmes qui tombent Afin de les guider au-delà des soleils provisoires Et pour les accorder
  154. 154. Au souffle Père et Mère de tout amour Et de toute possibilité sereine dans la Lumière originelle Du Miracle de la Vie. Il y a des haltes sur les planètes de vies antérieures ou postérieures Du Livre des Créatures et de leurs possibles. Sur une planète il y a des îles abruptes Où l'on médite dans les creux des falaises Face à la mer
  155. 155. Oriata et Nanihi se trouvent dans une forteresse Attaqués par les Toupapaws, les âmes errantes ... Elles ont un ingénieur qui commande à des esclaves De dresser des catapultes Il leur promet des nourritures délicieuses Par l'hypnose et la guerre il accroit son cheptel Oriata trouve en lui la force d'un éclair Pour précéder le choc des boulets lancés sur lui et Nanihi. L'INGENIEUR Nos rochers explosent sur cet éclair Isolons Oriata , éblouissons Nanihi Faisons nous invisibles ! 28

×