Interview d’Alain Garrigou, professeur de sciences politiques à
                     l’université de Paris-X-Nanterre. M. ...
La FNSP et la Direction

        Une question simple, mais qui appelle peut-être une réponse compliquée : pouvez-
vous app...
L’esprit de l’école

        Un aspect qui revient souvent à propos de l’histoire de Sciences Po est la répétition
des évé...
Certains enseignants de Sciences Po ont une grande présence médiatique. Vous
dénonciez dans un article assez amusant, « Pa...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Itw Garrigou(V2)

243 vues

Publié le

Publié dans : Business
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
243
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
6
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Itw Garrigou(V2)

  1. 1. Interview d’Alain Garrigou, professeur de sciences politiques à l’université de Paris-X-Nanterre. M. Garrigou est l’auteur de nombreux articles au sujet de Sciences Po parus dans le Monde Diplomatique (www.monde-diplomatique.fr), le dernier datant de ce mois de novembre 2006, et d’un ouvrage, Les Elites contre la République, paru en 2001 et source d’information sur de nombreux points du glossaire. Il a bien voulu répondre à quelques unes de nos questions… Une toute première, personnelle et peut-être incongrue : où étiez-vous en 1993 ? Ou plutôt, pour préciser un peu la question, avez-vous fait partie des professeurs de sciences politiques de Nanterre qui à cette époque ont voulu créer un deuxième IEP de Paris ? Si c’est bien le cas, pourriez-vous nous raconter cette expérience que vous évoquez de manière très impersonnelle dans le livre ? Et quel a été l’impact de cette tentative sur l’intérêt que vous avez porté dans vos travaux à Sciences Po puisque vous êtes allés jusqu’à y consacrer un livre ? Bien vu. Bien sûr, j’étais à Nanterre et j’ai piloté la tentative de créer un deuxième IEP à Paris. Cela m’a valu quelques informations de première main… Vous dire que j’y ai cru serait excessif. Disons que j’ai mesuré les moyens de Sciences Po pour faire échouer une telle initiative et mesuré aussi les tares de l’université puisque cette initiative a aussi été sabotée par l’université de Paris 10 Nanterre qui en aurait bénéficié. J’aurais beaucoup de choses à en dire et même quelques choses indicibles. J’y ai notamment appris que Sciences Po fait tout pour éviter l’émergence d’une concurrence. Marrant, non ? Mais ce n’est pas ce qui a déterminé le livre mais le fait que le Diplo me demande des papiers sur Sciences Po ; De fil en aiguille, j’ai continué l’enquête. L’ENA En 2001, au moment de la publication de Les Elites contre la République, la situation de l’ENA était très mauvaise, délaissée en partie par Sciences Po qui prenait un tournant plus business school, tout en restant dépendante de l’IEP du fait de son quasi monopole sur le concours d’entrée. Comment la situation de l’ENA et les rapports alors orageux entre les directions ont-ils évolué ? Le départ de la directrice de l’ENA a sans doute compté car les rapports personnels et politiques avec Richard Descoings étaient particulièrement mauvais. Quoique ayant tous deux travaillé dans des cabinets socialistes. Quant à la démarche de Sciences Po, elle n’était pas si gênante puisqu’il s’agissait de tout faire et même des énarques… 1
  2. 2. La FNSP et la Direction Une question simple, mais qui appelle peut-être une réponse compliquée : pouvez- vous apporter aux étudiants confrontés tous les jours à la Fondation Nationale des Sciences Politiques une vision synthétique de son fonctionnement ? Il y a des statuts mais surtout une réalité, le directeur de Sciences Po dirige aussi la FNSP et de toute façon, il est le seul chef à bord. R. D. est une sorte de conducatore. Je ne fais que me référer aux dires de ceux qu’il a éliminé parce qu’ils manifestaient quelques réserves, réticences. J’ai toujours trouvé marrant le régime politique de cette institution qui est démocratique au sens d’une démocratie populaire. Même les gens qui y sont ont peur… Vous évoquez dans votre article « Comment Sciences Po et l’ENA… » 1 la nomination de Michel Pébereau à la présidence du Conseil de Direction. Celui-ci était alors à la tête du CCF, aujourd’hui à celle de BNP-Paribas. Quelle est aujourd’hui l’emprise d’entreprises comme la BNP ou L’Oréal sur l’école ? Quels avantages Sciences Po en retire- elle pour accepter de tels partenariats d’entreprise ? La logique business school c’est de tisser des liens avec les entreprises pour assurer les stages puis l’embauche des diplômés Richard Descoings entame cette année son troisième mandat, le nombre de mandats étant pourtant jusque là limité à trois. Il a donc fallu modifier les statuts qui régissent la nomination du directeur. Quelles ont donc été les procédures pour le faire ? Que penser d’une telle réforme ? Cf plus haut, une sorte de conducatore qui fait ce qu’il veut En 2001 était signé un « pacte d’Helsinki » entre R. Descoings et les directeurs des autres IEP proposant l’arrêt des hostilité contre la fin des créations d’antenne. Depuis a été ouverte l’antenne de Menton. Le « pacte » est-il donc rompu ? L’institut peut-être lésé par la proximité géographique et le thème le Proche Orient est celui d’Aix en Provence qui a été le plus réticent devant les antennes. La plupart des autres ont été très compréhensifs enfin leurs directeurs qui n’avaient aucun intérêt à contrarier le directeur de Sciences Po qui comme administrateur de la FNSP contrôle les financements de la recherche FNSP. Aix s’est notamment opposé à la création d’un IEP à Montpellier… par ailleurs, il n’y a pas des possibilités infinies de développement des antennes et que l’arrêt est arrivé quand l’essentiel avait été fait. 1 « Comment Sciences-Po et l’ENA deviennent des ‘‘business schools’’ », Le Monde Diplomatique, novembre 2000 (http://www.monde-diplomatique.fr/2000/11/GARRIGOU/14429) 2
  3. 3. L’esprit de l’école Un aspect qui revient souvent à propos de l’histoire de Sciences Po est la répétition des événements : la création avortée sous la IIe République, avant celle de 1872, suivie de la nationalisation de 1945 après la tentative du Front Populaire, ou les tentatives de transfert/dédoublement à Nanterre autour de 1968 puis de 1991, par exemple. Comment interpréter ces répétitions cycliques avant qu’un événement se produise effectivement ? Faut-il y voir uniquement une tendance conservatrice de l’école ? Cette école été créée par Michel Debré pour assurer une domination rationnelle des élites. Elle est fidèle à son fondateur…. Pour rester quelques instants sur la création d’un deuxième IEP de Paris, le projet a-t-il été définitivement enterré, ou au vu de la question précédente est-ce seulement « jusque la prochaine fois » ? Est-ce que les déménagements d’une partie des « premier cycle » en province ne revient pas au projet initial, avec en plus les conséquences que vous évoquez de drainage des meilleurs éléments ? Cf. Ci dessus, l’horreur de la concurrence… Toujours sur les cycles délocalisés, qu’est devenue l’antenne de Sciences Po au Maroc (à Marrakech) dont vous parlez dans votre livre ? Je ne sais pas… Quelques critiques trouvaient que ce la revenait cher… Lors d’une émission spéciale de France Culture depuis la salle des professeurs pour les 60 ans de la « refondation » de Sciences Po (fêtés dans un Sciences Po déserté), les participants, intervenants et chroniqueurs, s’étonnaient d’un ton faussement candide de tous assurer un cours à Sciences Po. Mais est-ce bien un hasard si tous ces intervenants enseignent à Sciences Po ? Et, question complémentaire : quelle est la politique de recrutement de Sciences Po, puisque c’est elle qui va chercher les enseignants ? Le choix discrétionnaire des enseignants contractuels est une ressource importante du directeur de Sciences Po qui règne par le clientélisme. Les universitaires statutaires (vous remarquerez qu’ils tiennent à se distinguer par la mention de professeur des universités) sont censés être plus indépendants. En réalité, les universitaires n’ont guère une culture de résistance ou de protestation. Les plus critiques attendent seulement qu’on leur f… la paix. Cycles « délocalisés », « refondation »,… Pourquoi utiliser autant de termes inappropriés pour désigner les événements et programmes de l’école ? Dans Alice au pays des merveilles la reine le dit à Alice : elle fixe le sens des mots parce qu’elle a le pouvoir. 3
  4. 4. Certains enseignants de Sciences Po ont une grande présence médiatique. Vous dénonciez dans un article assez amusant, « Paroles d’Experts » 2 des propos pourtant parfois proches du café du commerce. Alors, une fois le constat de dérapages établi, à qui revient la faute ? Aux enseignants qui s’aventurent en dehors de leur terrains d’expertise ? A la soif médiatique d’analyse ? Ou à une volonté soit de marier analyse et vulgarisation, soit de faire passer de la vulgarisation pour de l’analyse ? Sciences Po est une institution universitaire exceptionnelle par la présence d’attachés de presse. Le Cevipof est le seul laboratoire français à avoir un attaché de presse. C’est le nœud d’un savoir hétéronome. Quelques enseignants se plaignent de la pression exercée par la direction pour répondre aux sollicitations médiatiques. Beaucoup apprécient de répandre leurs inepties dans la presse. Ne citons pas de nom (je le fais dans le Diplo) mais ils sont la risée des universitaires. L’ennui est qu’ils partagent avec nombre de journalistes un sens commun qui consiste à faire de la politique en prétendant analyser la politique. On peut en sourire mais ce n’est pas toujours si plaisant mais on ne put attendre mieux d’une école dont la vocation est de servir les pouvoirs et non la science. Comment expliquez-vous la rapide évolution depuis des voyages de promotions grandioses avec le déplacement de 700 personnes à Londres ou Berlin jusqu’au simple pot au sein de Sciences Po, avec donc de moins en moins de paillettes (au moins pour les étudiants) ? Est-ce un contrecoup au rapport sur les dépenses de la direction publié vers 2000, même si les voyages de promo de Londres et de Berlin étaient financés principalement par des entreprises privées ? Toujours Relation publiques. C’est une évolution qui dépasse Sciences Po et le système scolaire. Mark Twain parlait déjà de « la société du toc ». 2 « Paroles d’Experts », Le Monde Diplomatique, juillet 2005 (http://www.monde- diplomatique.fr/2005/07/GARRIGOU/12461) 4

×