DYSTROPHIES DE CORNEE

21 557 vues

Publié le

Publié dans : Santé & Médecine
1 commentaire
4 j’aime
Statistiques
Remarques
Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
21 557
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
18
Actions
Partages
0
Téléchargements
323
Commentaires
1
J’aime
4
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive
  • DYSTROPHIES DE CORNEE

    1. 2. Généralités <ul><li>Affections tissulaires </li></ul><ul><ul><li>Primaires </li></ul></ul><ul><ul><li>Héréditaires le + souvent autosomiques D </li></ul></ul><ul><ul><li>Bilatérales </li></ul></ul><ul><ul><li>Symétriques </li></ul></ul><ul><li>Touchent électivement une couche de la cornée </li></ul><ul><li>Surviennent à tout âge, parfois congénitales, le plus souvent dans la 2 ème décennie </li></ul>
    2. 3. Généralités
    3. 4. Modes de découverte
    4. 5. Classifications En 3 Groupes Dystrophies Erosives La plupart des dystrophies antérieures et stromales supérieures <ul><li>Dystrophies liées à une mutation de BIGH3 (anomalie de la kératoépithéline) </li></ul><ul><li>Les 5 dystrophies AD stromales les plus fréquentes </li></ul><ul><ul><li>Groenouw I (granuleuse) </li></ul></ul><ul><ul><li>Grillagées de type I et IIIa </li></ul></ul><ul><ul><li>Avellino </li></ul></ul><ul><ul><li>Reis-Bücklers </li></ul></ul><ul><li>Risque de récidive ++ lors d’une greffe de cornée </li></ul><ul><li>Dystrophies amyloïdes </li></ul><ul><li>Protéolyse incomplète </li></ul><ul><li>Réagencement polypeptidique </li></ul><ul><li>Pz- insoluble </li></ul><ul><li>Dépôts </li></ul><ul><li>Dystrophie gélatineuse en goutte </li></ul><ul><li>Dystrophie sphéroïde en bandelette </li></ul><ul><li>Granulaire II </li></ul><ul><li>Grillagé I et IIIA </li></ul><ul><li>NB </li></ul><ul><li>La dystrophie grillagée de type II est </li></ul><ul><li>en rapport avec une amylose </li></ul><ul><li>systémique </li></ul>
    5. 6. Classification La plus répandue tient compte de la couche de la cornée touchée
    6. 7. Dystrophies cornéennes antérieures Dystrophies cornéennes intermédiaires Dystrophies stromales Dystrophies postérieures
    7. 8. A - Dystrophies cornéennes antérieures <ul><li>Dystrophie de Meesman * </li></ul><ul><li>Dystrophie de Lisch </li></ul><ul><li>Dystrophie épithéliale microkystique de Cogan * </li></ul><ul><li>Dystrophie gélatineuse en goutte </li></ul><ul><li>Dégénérescence sphéroïde en bandelettes </li></ul>* Réalisent un tableau d’érosions cornéennes récidivantes
    8. 9. A - Dystrophies cornéennes antérieures
    9. 10. Physiopathologie
    10. 11. Histoire naturelle
    11. 12. <ul><li>Eclairage direct </li></ul><ul><li>Microkystes focaux, grisâtres, bien délimités </li></ul><ul><li>Cornée centrale amincie </li></ul><ul><li>Amas en volutes par coalescence de microkystes dans la capsule de Bowman </li></ul>Dystrophie cornéenne de Meesmann
    12. 13. Dystrophie cornéenne de Meesmann <ul><li>Rétroillumination </li></ul><ul><li>Vésicules de taille et forme irrégulière </li></ul>
    13. 14. Dystrophie de Meesmann <ul><li>Histologie </li></ul><ul><ul><li>Microkystes ( 10 à 100  m) intra-épithéliaux </li></ul></ul><ul><ul><li>1/3 antérieur </li></ul></ul>Bleu de toluidine x600
    14. 15. A - Dystrophies cornéennes antérieures
    15. 16. Généralités <ul><li>Anatomopathologie </li></ul><ul><ul><li>Microkystes dans toute l’épaisseur de l’épithélium </li></ul></ul><ul><li>Génétique </li></ul><ul><ul><li>Transmission récessive liée à l’X </li></ul></ul>
    16. 17. Histoire naturelle
    17. 18. A - Dystrophies cornéennes antérieures
    18. 19. Physiopathologie
    19. 20. Histoire naturelle Photophobie BAV
    20. 21. Biomicroscopie <ul><li>Lésions de différentes formes: </li></ul><ul><ul><li>Cartes de géographie (maps) </li></ul></ul><ul><ul><li>Empreintes digitales (fingerprints) </li></ul></ul><ul><ul><li>Kystes de Cogan (dots) </li></ul></ul><ul><ul><li>Kystes de Bron (Blebs) </li></ul></ul>
    21. 22. Biomicroscopie <ul><li>‘ Maps’ </li></ul><ul><ul><li>Zones centrales, en verre dépoli, lacunes claires au centre </li></ul></ul><ul><ul><li>Limites bien délimitées, surélevées ou non </li></ul></ul>
    22. 23. <ul><li>Coloration à la fluo &quot;négative&quot; </li></ul>
    23. 24. Biomicroscopie <ul><li>‘ Fingerprints’ </li></ul><ul><ul><li>Moins fréquent </li></ul></ul><ul><ul><li>Groupe de lignes parallèles </li></ul></ul><ul><ul><li>concentriques, curvilignes </li></ul></ul><ul><ul><li>Central ou para-central </li></ul></ul>
    24. 25. <ul><li>Rétro-illumination+++ </li></ul>
    25. 26. Anatomie pathologique <ul><li>Maps et fingerprints </li></ul><ul><ul><li>La MB épaissie envoie des expansions aberrantes dans l’épithélium sus-jacent </li></ul></ul><ul><ul><li>Fragments inversés de membrane basale dans les microkystes </li></ul></ul>
    26. 27. Biomicroscopie <ul><li>Dots </li></ul><ul><ul><li>Fines opacités, rondes, ovales ou en virgule, gris-blanchâtres </li></ul></ul><ul><ul><li>Souvent sous ou près d’une ‘map’ </li></ul></ul>
    27. 28. Anatomie pathologique <ul><li>‘ Dots’ </li></ul><ul><ul><li>Pseudo-kystes contenant débris nucléaires et cytoplasmiques </li></ul></ul><ul><ul><li>Postérieurs à la membrane anormale </li></ul></ul>
    28. 29. Biomicroscopie <ul><li>Blebs </li></ul><ul><ul><li>Fines bulles claires en amas </li></ul></ul><ul><ul><li>Taille et formes uniformes </li></ul></ul><ul><ul><li>Lignes ou rangées possibles </li></ul></ul><ul><ul><li>Dépôts de protéines fibro-granulaires entre Bowman et épithélium </li></ul></ul>
    29. 30. A - Dystrophies cornéennes antérieures
    30. 31. Histoire naturelle
    31. 33. Dystrophie gélatineuse en goutte Dépôts sous épithéliaux d’amylose Fluorescent à la coloration à la thioflavine
    32. 34. A - Dystrophies cornéennes antérieures
    33. 35. Histoire Naturelle
    34. 36. B – Dystrophie cornéennes intermédiaires
    35. 37. Généralités <ul><li>Dystrophie cornéenne associée à une rétinite pigmentaire constante. </li></ul><ul><li>Il existerait une anomalie du métabolisme lipidique </li></ul><ul><li>Il n’existe pas de traitement spécifique, le pronostic est lié à la gravité de l’atteinte rétinienne </li></ul>
    36. 38. Clinique <ul><li>L’atteinte cornéenne </li></ul><ul><ul><li>Présente dès la naissance </li></ul></ul><ul><ul><li>Aggravation très progressive </li></ul></ul><ul><ul><li>Le plus souvent asymptomatique </li></ul></ul><ul><li>LAF </li></ul><ul><ul><li>Dépôts de forme cristalline </li></ul></ul><ul><ul><li>Couleur jaunâtre </li></ul></ul><ul><ul><li>Localisation paralimbique a/n du stroma superficiel au contact de la Bowman </li></ul></ul>
    37. 40. Kératopathie actinique <ul><li>Histologie </li></ul><ul><ul><li>Dépôts globulaires basophiles du stroma superficiel </li></ul></ul><ul><ul><li>Destruction partielle de la couche de Bowman </li></ul></ul>
    38. 41. B – Dystrophie cornéennes intermédiaires
    39. 42. Histoire naturelle La récidive sur le greffon est inconstante et tardive (>15 ans)
    40. 44. B – Dystrophie cornéennes intermédiaires
    41. 45. Clinique <ul><li>BAV dès la 1 ère décennie </li></ul><ul><li>Erosions cornéennes récidivantes fréquents au début puis s’espaçant par la suite </li></ul><ul><li>Augmentation progressive du diamètre de la cornée provoquant un astigmatisme irrégulier </li></ul><ul><li>LAF: Aspect en verre dépoli à peu près symétrique des 2 cornées </li></ul>
    42. 46. <ul><li>Opacités réticulées gris-blanchâtre sous-épithéliales et stromales antérieures </li></ul><ul><li>aspects linéaires, géographiques, en anneaux ou alvéolaires </li></ul>
    43. 47. <ul><li>Histologie </li></ul><ul><ul><li>Absences focales de couche de Bowman </li></ul></ul><ul><ul><li>Dépôts granuleux disposés en bande sous l’épithélium </li></ul></ul>Hémalun-éosine-safran x430
    44. 48. Traitement <ul><li>Avant tout chirurgical dès la 3 ème décennie. </li></ul><ul><li>PKT, Kératoplastie lamellaire superficielle. </li></ul><ul><li>Récidive fréquente sur le greffon dès la 5 ème année. L’utilisation de mytomycine C topique réduirait ce risque. </li></ul>
    45. 49. B – Dystrophie cornéennes intermédiaires
    46. 50. Histoire naturelle Récurrence sur greffon, dans les 5 à 10 ans , plus superficielle relève du laser Excimer
    47. 51. Dystrophie granulaire <ul><li>Opacités en « miettes de pain », en « flocons de neige », séparées par des zones de cornée saine , centrales. La périphérie est épargnée . </li></ul>
    48. 52. Dystrophie granulaire <ul><li>Transmission AutoS D </li></ul><ul><li>Mutation du gène BIGH3 </li></ul><ul><li>Mutation R555W : remplacement de l’arginine par le tryptophane au codon 555 </li></ul>
    49. 53. B – Dystrophie cornéennes intermédiaires
    50. 54. Clinique <ul><li>Début entre avant 20 ans </li></ul><ul><li>Evolution lente </li></ul><ul><li>BAV légère </li></ul><ul><li>Photophobie ++ </li></ul><ul><li>LAF </li></ul>
    51. 55. Histoire naturelle
    52. 56. Dystrophie d’Avellino <ul><li>Granular-lattice dystrophy </li></ul>
    53. 57. B – Dystrophie cornéennes intermédiaires
    54. 58. Dystrophie grillagée de type I <ul><li>Transmission AutoS D </li></ul><ul><li>Mutation BIGH3 </li></ul><ul><li>Mutation R124C : remplacement de l’arginine par la cystéine au codon 124 </li></ul><ul><li>Amylose cornéenne isolée </li></ul>
    55. 59. Histoire naturelle
    56. 60. Dystrophies grillagées <ul><li>Lattice corneal dystrophy </li></ul>Lignes grillagées ou réfractiles
    57. 61. Dystrophies grillagées <ul><li>Histologie </li></ul><ul><ul><li>Dépôts d’amylose dans le stroma ( dystrophies amyloïdes ) </li></ul></ul>Rouge Congo Biréfringence au rouge Congo en lumière polarisée
    58. 62. B – Dystrophie cornéennes intermédiaires
    59. 63. Clinique et traitement <ul><li>Début vers 40 ans voire jusqu’à 70 ans </li></ul><ul><li>Mutation BIGH3 </li></ul><ul><li>LAF </li></ul><ul><ul><li>Lésions linéaires radiaires, épaisses </li></ul></ul><ul><ul><li>A/n du stroma antérieur puis diffusent vers le stroma moyen </li></ul></ul><ul><li>Traitement chirurgical: Kératoplastie transfixiante ou lamellaire profonde dès 60 ans avec récidive à 12 ans. </li></ul>
    60. 64. C - Dystrophies Cornéennes Stromales
    61. 65. Dystrophie cristalline centrale de Schnyder <ul><li>Clinique </li></ul><ul><ul><li>Début très tôt, parfois dès 1 an </li></ul></ul><ul><ul><li>Hypoesthésie cornéenne après quelques années d’évolution </li></ul></ul><ul><ul><li>LAF </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>Voile annulaire central, la périphérie cornéenne est épargnée </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>Cristaux en forme d’aiguille dans le stroma antérieur en arrière de la Bowman </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>EUM normal </li></ul></ul></ul>
    62. 66. Dystrophie cristalline centrale de Schnyder
    63. 67. Dystrophie cristalline centrale de Schnyder <ul><li>Traitement </li></ul><ul><ul><li>PKT en 1 ère intention </li></ul></ul><ul><ul><li>Kératoplastie lamellaire ou transfixiante envisageable </li></ul></ul><ul><ul><li>Récidive sur greffon plus de 20 ans après. </li></ul></ul>
    64. 68. C - Dystrophies Cornéennes Stromales
    65. 69. Dystrophie maculaire <ul><li>Relève d’une mucopolysaccharidose </li></ul><ul><li>Anomalie du métabolisme des kératanes sulfate </li></ul>
    66. 71. Dystrophie maculaire <ul><li>Dépôts mal limités, confluents , d’aspect blanc sale , occupant toute l’épaisseur du stroma, jusqu’au limbe </li></ul>
    67. 72. C - Dystrophies Cornéennes Stromales
    68. 73. Dystrophie mouchetée de François-Neetens <ul><li>Affection non progressive, asymptomatique +/- irritation oculaire, photophobie </li></ul><ul><li>Diagnostic le plus souvent de découverte fortuite </li></ul><ul><li>LAF </li></ul><ul><ul><li>Lésions « réfractiles » dans tout le stroma d’un limbe à l’autre, blanchâtre </li></ul></ul><ul><ul><li>Aspect en peau de crocodile </li></ul></ul><ul><li>Aucun traitement n’est nécessaire </li></ul>
    69. 75. Dystrophie mouchetée de François-Neetens <ul><li>Apparentée: dystrophie cornéenne nuageuse centrale de François </li></ul>
    70. 76. D - Dystrophies cornéennes postérieures
    71. 77. Dystrophie stromale amorphe postérieure <ul><li>Affection congénitale non progressive, centro-périphérique de la cornée </li></ul><ul><li>Clinique fruste, découverte lors d’un examen systématique </li></ul><ul><li>LAF </li></ul><ul><ul><li>Opacités pré-descémétiques discontinues gris blanchâtres, irrégulières, d’un limbe à l’autre </li></ul></ul><ul><ul><li>Cornée aplatie (<42 D), amincie (<500 µ) </li></ul></ul>
    72. 78. D - Dystrophies cornéennes postérieures
    73. 79. Dystrophie cornéenne endothéliale congénitale héréditaire
    74. 80. Dystrophie endothéliale congénitale héréditaire (CHED) <ul><li>CHED I : dans les 1ères années de vie </li></ul><ul><li>CHED II : œdème dès la naissance </li></ul>
    75. 81. D - Dystrophies cornéennes postérieures
    76. 82. Dystrophie cornéenne polymorphe postérieure <ul><li>Débute tôt, parfois dès la naissance </li></ul><ul><li>Très lentement progressive </li></ul><ul><li>LAF </li></ul><ul><ul><li>Vacuoles endothéliales (aspect en cratère de lune) </li></ul></ul><ul><li>Spéculaire </li></ul><ul><ul><li>Désorganisation et épaississement de la Descemet </li></ul></ul><ul><li>Traitement: solutés hypertoniques si œdème cornéen, kératoplastie transfixiante </li></ul>
    77. 83. Dystrophie postérieure polymorphe <ul><li>Vésicules </li></ul><ul><li>Lignes grises : épaississement localisé de la mb de Descemet </li></ul>
    78. 84. D - Dystrophies cornéennes postérieures
    79. 85. Dystrophie endothéliale de Fuchs Evolution en 3 stades
    80. 86. Dystrophie de Fuchs <ul><li>Stade 1 : cornea guttata </li></ul><ul><li>Stade 2 :œdème cornéen </li></ul><ul><li>Stade 3 : fibrose sous-épithéliale </li></ul>
    81. 87. Dystrophie de Fuchs <ul><li>Stade 1 : cornea guttata </li></ul><ul><li>Stade 2 :œdème cornéen </li></ul><ul><li>Stade 3 : fibrose sous-épithéliale </li></ul>
    82. 88. Dystrophie de Fuchs <ul><li>Stade 1 : cornea guttata </li></ul><ul><li>Stade 2 :œdème cornéen </li></ul><ul><li>Stade 3 : fibrose sous-épithéliale </li></ul>
    83. 89. Dystrophie de Fuchs <ul><li>Histologie </li></ul><ul><ul><li>Tubérosités de la membrane de Descemet </li></ul></ul>
    84. 90. Dystrophie endothéliale de Fuchs <ul><li>Traitement </li></ul><ul><ul><li>Œdème de cornée: solutés hypertoniques </li></ul></ul><ul><ul><li>Rupture de bulle: lentille pansement </li></ul></ul><ul><ul><li>Cicatrice </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>Kératoplastie transfixiante ou lamellaire profonde </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>Récidive dans le greffon à 2 ans… </li></ul></ul></ul>
    85. 91. E - Traitement des dystrophies
    86. 92. Traitement des dystrophies <ul><li>Dystrophies épithéliales </li></ul><ul><li>Dystrophies de la Bowman </li></ul><ul><li>Dystrophies stromales superficielles (granulaire, grillagée, Schnyder, gélatineuse…) </li></ul>PKT
    87. 93. Traitement des dystrophies <ul><li>Dystrophies stromales profondes (maculaires, grillagées profondes, granulaires profondes…) </li></ul>Kératoplastie lamellaire Kératoplastie transfixiante
    88. 94. Dystrophie de cornée
    89. 95. Généralités <ul><li>Protrusion non inflammatoire de la cornée </li></ul><ul><li>Apparition dans l’adolescence </li></ul><ul><li>Evolution variable </li></ul><ul><ul><li>Stationnaire </li></ul></ul><ul><ul><li>Rapide en 3 à 5 ans </li></ul></ul><ul><ul><li>Progression régulière sur une longue période </li></ul></ul>
    90. 96. Epidémiologie <ul><li>Selon les critères diagnostics, entre 1 et 5 ‰ </li></ul><ul><li>Sa fréquence a été sous estimée jusqu’à l’avènement de la chirurgie réfractive </li></ul><ul><li>Affection bilatérale, l’atteinte du 2 ème œil peut se révéler jusqu’à plusieurs dizaines d’années après. </li></ul><ul><li>Le plus souvent sporadique, l’origine familiale peut être évoquée dans 6 à 10% des cas (transmission AD avec pénétrance incomplète) </li></ul>
    91. 98. Circonstances diagnostiques
    92. 99. Trépied Diagnostic
    93. 100. Astigmatisme cornéen irrégulier <ul><li>Mis en évidence par les examens kératoscopiques et kératométriques </li></ul><ul><li>Elément essentiel du diagnostic et du pronostic du kératocône </li></ul><ul><li>Kératomètre de Javal : la dystorsion des mires est un signe précoce </li></ul><ul><li>Examen au disque de Placido (cercles blancs et noirs concentriques dont la taille diminue de la périphérie vers le centre) </li></ul><ul><li>Kératoscope de Klein: lentille de 6 dioptries prismatiques au centre d’une mire de Placido illuminée. L’examinateur observe la cornée à travers la lentille et précise si le reflet des cercles est déformé ou non. </li></ul><ul><ul><li>Suggèrent un kératocône: </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>Une irrégularité près du centre de la cornée et une distorsion de l’axe horizontal </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>Des cercles éloignés dans la partie supéro-nasale et rapprochés en temporal inférieur </li></ul></ul></ul><ul><li>Kératométrie moyenne est en général mais pas toujours élevée </li></ul>
    94. 101. Protrusion excentrique de la cornée <ul><li>Signe de Munson </li></ul><ul><li>Signe de Rizzuti </li></ul><ul><li>(aspécifique) </li></ul>
    95. 102. LAF <ul><li>Amincissement cornéen maximal au sommet du cône (pachymétrie: une différence périphérie-centre cornéen de 0,085 mm est fortement évocatrice) </li></ul><ul><li>Fente lumineuse déformée par la saillie conique </li></ul><ul><li>Opacités cornéennes </li></ul><ul><ul><li>Anneau de Fleischer </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>Dépôt de ferritine à l’intérieur de l’EUM </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>Situé à la base du cône, de coloration brune </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>Mieux visible en lumière bleue, après dilatation </li></ul></ul></ul>
    96. 103. LAF <ul><ul><li>Structures fibrillaires </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>Identiques à celle d’une cornée normale, elles sont cependant plus facilement visibles </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>Faisceaux concentriques à la partie interne l’anneau de Fleischer </li></ul></ul></ul><ul><ul><li>Visibilité anormale des nerfs cornéens </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>Normalement visibles chez le sujet âgé, elles le sont chez le sujet jeune présentant un kératocône </li></ul></ul></ul>
    97. 104. LAF <ul><ul><li>Stries de Vogt </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>Dans le stroma postérieu en avant de la Descemet </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>Lignes de contrainte verticales, obliques, fines qui disparaissent quand on exerce une pression externe sur le globe </li></ul></ul></ul>
    98. 105. Classification d’Amsler
    99. 106. Complications
    100. 107. Ulcération cornéenne <ul><li>Le plus souvent spontanée </li></ul><ul><li>Favorisée par le port de lentille de contact </li></ul><ul><li>Abrasion au sommet du cône </li></ul><ul><li>Risque de kératite infectieuse voire abcès de cornée </li></ul>
    101. 108. Hydrops <ul><li>Rupture aiguë de la membrane de Descemet </li></ul><ul><li>Clinique très bruyante </li></ul><ul><ul><li>Photophobie, larmoiement ++ </li></ul></ul><ul><ul><li>Œil rouge, cercle périkératique </li></ul></ul><ul><ul><li>Douleurs d’importance variable </li></ul></ul><ul><li>LAF </li></ul><ul><ul><li>Œdème épithélio-stromal brutal (irruption d’HA) </li></ul></ul><ul><ul><li>Œdème microkystique (zone arrondie saillante) </li></ul></ul><ul><li>Traitement </li></ul><ul><ul><li>Médical: Antalgique, hypotonisants </li></ul></ul><ul><ul><li>Chirurgical: Tamponnement à l’aide d’un gaz non expansif </li></ul></ul>
    102. 110. OCT Hydrops: Evolution d'un kératocône aigu après tamponnement par air injecté en chambre antérieure
    103. 111. Autres amincissements non inflammatoires de la cornée
    104. 112. Kératoglobe
    105. 113. Dégénérescence marginale pellucide <ul><li>Affection bilatérale, début entre 10 et 50 ans </li></ul><ul><li>Amincissement de la cornée périphérique, toujours claire, avasculaire, sans dépôt lipidique </li></ul><ul><ul><li>Dans le secteur inférieur entre 4 et 8h </li></ul></ul><ul><ul><li>Sur une bande étroite de 1 à 2 mm </li></ul></ul><ul><ul><li>Séparé du limbe par une zone de cornée normale de 1 à 2 mm </li></ul></ul><ul><li>La cornée centrale est d’épaisseur normale </li></ul><ul><li>Entraîne un astigmatisme inverse souvent irrégulier </li></ul>
    106. 114. Pseudo Kératocônes <ul><li>Post trachome </li></ul><ul><li>Post kératopathie dans l’enfance </li></ul>
    107. 115. Kératocône postérieur <ul><li>Rare, congénital, unilatéral, souvent non isolé (autres anomalies oculaires ou non) </li></ul><ul><li>2 formes </li></ul><ul><ul><li>Total </li></ul></ul><ul><ul><li>Localisé </li></ul></ul><ul><li>Augmentation de la courbure de la face postérieure alors que la face antérieure est normale </li></ul>
    108. 116. Cornéotopographie Topographie de courbure En  haut : projection du disque de Placido sur le dome cornéen, permettant le calcul de la courbure axiale de la cornée (à gauche en mm, à droite en dioptries).
    109. 117. Le topographe Orbscan Il relève d'une technologie plus récente qui permet au chirurgien de non seulement détecter les irrégularités de la surface cornéenne, mais également de cartographier la surface cornéenne postérieure.
    110. 118. Traitements <ul><li>Ils dépendent du stade de la maladie </li></ul><ul><ul><li>Stades initiaux: méthodes optiques </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>Lunettes </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>Lentilles de contact </li></ul></ul></ul><ul><ul><li>Stades avancés (opacités cornéennes, intolérance ou inefficacité de la correction optique) </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>Chirurgie </li></ul></ul></ul>
    111. 119. Chirurgie et Kératocône Non réalisés En pratique
    112. 120. Greffe lamellaire de cornée <ul><li>Intérêt </li></ul><ul><ul><li>Conserver l’endothélium cornéen, sain, et ainsi limiter le risque de rejet </li></ul></ul>

    ×