TABLE
                       DES MATIÈRES
Message du chef du Bloc QuéBécois __________________________________ 2


introdu...
4.6   Industries du textile et du vêtement : mettre fin à l’hécatombe _____116
                        4.7   L’industrie m...
Plateforme électorale
Élections 2008




         autorisé par l’agente principale du Bloc Québécois
Chères QuébéCoises,
                         Chers QuébéCois,
                         en provoquant des élections hâtives...
comme les libéraux avant eux, les conservateurs n’ont pas respecté le Québec. le
gouvernement Harper a refusé d’agir pour ...
InTroduCTIon
                                lIBRE ET PRÉSEnT
                                 PoUR lE QUÉBEc
REconnAîTRE ...
ontariens aux secteurs de pointe du Québec nuit aux intérêts du Québec. La nation
                         québécoise, c’e...
identité. et s’ils sont ministres, ils sont carrément forcés de défendre le Canada
au Québec plutôt que de défendre le Qué...
SAnS lE Bloc QUÉBÉcoIS, lE cAnADA nE SERAIT MêME PAS
                         SAISI DES DoSSIERS QUI InTÉRESSEnT lE QUÉBEc...
lE Bloc QUÉBÉcoIS FoRcE lES GoUvERnEMEnTS à TEnIR
coMPTE DES BESoInS DU QUÉBEc
Sous un gouvernement majoritaire, le Bloc Q...
SEUlS DES DÉPUTÉS DU Bloc QUÉBÉcoIS PEUvEnT
                         REPRÉSEnTER à lA FoIS l’IDEnTITÉ, lES vAlEURS ET
    ...
lE Bloc QUÉBÉcoIS, PARcE QUE lE QUÉBEc A BESoIn
D’AMBASSADEURS SUR lA ScÈnE InTERnATIonAlE
Comme les pays parlent aux pays...
lE Bloc QUÉBÉcoIS, UnE ExPERTISE AU SERvIcE DU QUÉBEc
                         À la Chambre des communes, les députés sont...
2008 Bloc Quebecois Platform Intro
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

2008 Bloc Quebecois Platform Intro

1 105 vues

Publié le

Publié dans : Santé & Médecine
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 105
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
7
Actions
Partages
0
Téléchargements
6
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

2008 Bloc Quebecois Platform Intro

  1. 1. TABLE DES MATIÈRES Message du chef du Bloc QuéBécois __________________________________ 2 introduction – liBre et présent pour le QuéBec _______________________ 5 chapitre 1 – défendre les droits du QuéBec __________________________ 15 1.1 Mettre fin au déficit démocratique _______________________________ 16 1.2 Jouer dans un vieux film : de la grande séduction à la grande déception 19 1.3 Paver la voie démocratique dès maintenant _______________________ 23 1.4 Redonner au Québec les moyens d’agir ___________________________ 24 1.5 Briser le cadenas diplomatique fédéral ___________________________ 32 1.6 Pour une seule déclaration de revenus ___________________________ 35 1.7 Pas question d’évincer le Québec du monde de la finance ! _________ 36 1.8 Raviver la démocratie, la transparence et l’éthique à Ottawa ________ 38 chapitre 2 – représenter et défendre l’identité QuéBécoise ___________ 45 2.1 Langue française ______________________________________________ 46 2.2 Défendre et promouvoir la culture de la nation québécoise __________ 50 2.3 Un Conseil québécois de la radiodiffusion et des télécommunications 51 2.4 Les arts et la culture ___________________________________________ 53 2.5 La mondialisation et ses répercussions sur la culture québécoise ____ 60 chapitre 3 – le développeMent duraBle du QuéBec ____________________ 65 3.1 La mauvaise note du Canada et le bilan positif du Québec __________ 65 3.2 Les libéraux et Kyoto : échec de l’ancien plan libéral _______________ 67 3.3 Les conservateurs contre Kyoto__________________________________ 68 3.4 Lutte aux gaz à effet de serre : les propositions du Bloc Québécois ___ 72 3.5 Réduire la dépendance du Québec à l’égard du pétrole _____________ 79 3.6 Le gouvernement fédéral doit contribuer __________________________ 87 chapitre 4 – défendre les intérêts du QuéBec ________________________ 89 4.1 Industrie manufacturière : Ottawa doit sortir de sa torpeur __________ 91 4.2 Pour une politique commerciale qui favorise la création d’emplois et de richesse_____________________________________________________101 4.3 Augmenter le soutien à la recherche et au développement _________103 4.4 Pour une véritable politique de l’aéronautique ____________________104 Plateforme électorale Élections 2008 4.5 Industrie forestière : atténuer la crise ___________________________113
  2. 2. 4.6 Industries du textile et du vêtement : mettre fin à l’hécatombe _____116 4.7 L’industrie maritime __________________________________________118 4.8 L’agriculture : au cœur du territoire québécois ____________________122 4.9 Gestion fédérale des pêches : incompétence, négligence et injustice 133 4.10 Ottawa et les régions du Québec : ingérences et incohérences ______135 4.11 Infrastructures : pour un vaste chantier__________________________142 4.12 Non à la déréglementation de Postes Canada_____________________145 4.13 L’avenir du Saint-Laurent ______________________________________146 4.14 Le transport aérien ___________________________________________150 4.15 Transport ferroviaire __________________________________________154 chapitre 5 – défendre les intérêts des QuéBécois et des QuéBécoises 157 5.1 La famille ___________________________________________________159 5.2 La dignité de nos aînés _______________________________________160 5.3 Les femmes ________________________________________________ 161 5.4 Les personnes à faibles revenus et le logement social ____________ 163 5.5 L’exode des jeunes __________________________________________ 165 5.6 Les lois du travail : deux codes, deux mesures___________________ 167 5.7 L’assurance-emploi : les inégalités persistent____________________ 170 5.8 Programme de soutien du revenu pour travailleurs âgés ___________ 174 5.9 Protection des salaires : les Québécois ont eu gain de cause ______ 175 5.10 L’éducation : un investissement rentable _______________________ 176 5.11 Les nations autochtones du Québec____________________________ 179 5.12 L’immigration _______________________________________________ 184 chapitre 6 – défendre les valeurs et les points de vue du QuéBec 191 6.1 Le système judiciaire et la criminalité ___________________________192 6.2 Justice : les solutions proposées par le Bloc Québécois ____________196 6.3 Les mesures antiterroristes ____________________________________200 6.4 Les certificats de sécurité _____________________________________202 6.5 La contrebande du tabac ______________________________________203 6.6 Affaires étrangères : non à une politique à la George W. Bush ______203 6.7 Pour une véritable politique étrangère ___________________________207 6.8 Conflit israélo-palestinien _____________________________________209 6.9 Conflit israélo-libanais ________________________________________210 6.10 Relations avec la Chine _______________________________________210 6.11 Afghanistan : passer de la guerre à l’humanitaire _________________210 6.12 L’aide publique au développement : bien loin des objectifs du Millénaire 214 6.13 La défense __________________________________________________217 6.14 Mondialisation et commerce international _______________________219 Le cadre financier ____________________________________________227 II Plateforme électorale Élections 2008
  3. 3. Plateforme électorale Élections 2008 autorisé par l’agente principale du Bloc Québécois
  4. 4. Chères QuébéCoises, Chers QuébéCois, en provoquant des élections hâtives, Stephen Harper fait exactement le contraire de ce qu’il vous promettait le 26 mai 2006 : « …Des élections à date fixe empê- chent les chefs de manipuler le calendrier simplement pour obtenir des avantages politiques partisans. » Il faudra s’en souvenir au moment de voter. mais puisque le chef conservateur a décidé de forcer des élections, nous en profite- rons pour débattre d’enjeux fondamentaux et, ultimement, vous demander de faire un choix déterminant pour l’avenir du Québec, un choix entre les partis canadiens et le Bloc Québécois, le seul parti du Québec à ottawa. comment faire confiance au Parti conservateur ? Vous devrez vous demander quelle confiance pouvons-nous accorder aux partis canadiens et à leurs chefs pour représenter le Québec à ottawa. comment faire confiance au Parti conservateur, alors que Stephen Harper n’hésite pas à renier sa propre parole, à bafouer les règles démocratiques et à tenter de museler les médias, l’opposition et ses propres députés ? le Bloc Québécois : une opposition solide, qui possède un réel pouvoir d’influence le Bloc Québécois, lui, représente l’expression de la volonté populaire et ça, en démocratie, c’est crucial. Notre équipe constitue une opposition solide, qui pos- sède un réel pouvoir d’influence. c’est ce qui explique que, d’élection en élection, les Québécoises et les Québécois choisissent d’envoyer une majorité de députés du Bloc Québécois pour les représenter à ottawa. Parce que nous, nous pouvons dire : Présent pour le Québec ! Faire respecter le Québec à ottawa Il y a aussi la question du respect de la nation québécoise à ottawa. Pour veiller au respect des Québécoises et des Québécois, il faut une équipe et un chef pour qui le Québec passe avant tout. c’est ça, le Bloc Québécois. Pour faire respecter les consensus québécois, notre identité, nos valeurs et nos intérêts, seul le Bloc Québécois peut dire : Présent pour le Québec ! 2 Plateforme électorale Élections 2008
  5. 5. comme les libéraux avant eux, les conservateurs n’ont pas respecté le Québec. le gouvernement Harper a refusé d’agir pour la protection de la langue française et il a pris des décisions désastreuses pour notre économie, nos régions et la culture québécoise. les conservateurs de stephen Harper ont une vision idéologique inspirée de celle de George W. Bush Nous devrons également soulever une question primordiale, celle de la société dans laquelle nous désirons vivre. les conservateurs de Stephen Harper ont une vision idéologique inspirée de celle de George W. Bush. Une vision qui conditionne toutes leurs décisions. Il ne faut jamais oublier que Stephen Harper voulait entraîner le canada dans la guerre en Irak en 2003. comme George W. Bush, Stephen Harper a voulu saboter Kyoto; il défend l’industrie pétrolière plutôt que l’environnement. c’est cette idéologie que Stephen Harper voudrait imposer sans retenue au canada et au Québec. et ce, au même moment où nos voisins américains s’apprêtent à se débarrasser de l’administration Bush. le parti de Stephen va à contre-courant de l’histoire – son parti vit dans le passé. empêcher une majorité de conservateurs de stephen Harper Pour imposer le respect du Québec à ottawa, il faut empêcher une majorité des conservateurs de Stephen Harper. Pour notre part, nous vivons dans le présent et nous agissons de façon pragmati- que, en fonction du Québec. c’est pourquoi à l’issue de ces élections, le meilleur résultat possible pour le Québec, c’est un fort contingent de députés du Bloc Québécois à ottawa. Une équipe fermement convaincue de la souveraineté Nous formons une équipe fermement convaincue que la souveraineté représente la seule voie possible pour une nation, comme le Québec, qui aspire à la liberté politique. Nous savons aussi qu’il faut faire progresser le Québec dès maintenant si nous vou- lons prendre la suite de nos prédécesseurs et léguer un avenir ouvert et prometteur aux prochaines générations. c’est ce que vous offre le Bloc Québécois, la seule équipe qui peut affirmer : Présent pour le Québec ! 3 Gilles Duceppe Plateforme électorale chef du Bloc Québécois Élections 2008
  6. 6. InTroduCTIon lIBRE ET PRÉSEnT PoUR lE QUÉBEc REconnAîTRE lA nATIon QUÉBÉcoISE, PoUR vRAI : Les Québécoises et les Québécois forment une nation. Même le Parlement cana- dien a fini par reconnaître cette évidence. Or, une nation, c’est plus qu’un mot : c’est une réalité bien concrète. Reconnaître l’existence de la nation québécoise, c’est plus qu’un slogan électoral. C’est s’engager à travailler à son plein épanouissement, sur les plans social, éco- nomique et culturel. IntroductIon Défendre les droits du Québec Reconnaître la nation québécoise, c’est reconnaître que le Québec a des droits, que les Québécoises et les Québécois peuvent et doivent maîtriser eux-mêmes le déve- loppement de leur propre société. C’est régler le déséquilibre fiscal par un nouveau partage des revenus pour que le Québec puisse lui-même, en toute liberté, faire ses propres choix dans les domaines qui relèvent de lui plutôt que d’avoir à quémander la permission à Ottawa, qui tient les cordons de la bourse. C’est faire en sorte que le gouvernement fédéral cesse d’invoquer son soi-disant « pouvoir de dépenser », qu’aucun gouvernement québécois n’a reconnu, pour s’ingérer dans des domaines qui ne relèvent pas de lui. C’est donner au Québec la capacité d’exercer lui-même les compétences qui sont les siennes, y compris sur la scène internationale. Défendre l’identité québécoise Reconnaître que la nation québécoise existe, c’est reconnaître qu’elle a une iden- tité qui lui est propre et voir à ce qu’Ottawa la respecte au lieu de l’entraver et de limiter sa cohésion. Des politiques qui visent à rendre bilingue le Québec ou à lui imposer le multiculturalisme canadien minent notre existence même. Des politiques culturelles qui ne tiennent pas compte de notre existence et qui nient l’importance de la culture dans la société québécoise affaiblissent le fondement même de la nation québécoise. Défendre les intérêts du Québec Reconnaître la nation québécoise, c’est reconnaître qu’elle a des intérêts propres. Les politiques fédérales doivent permettre au Québec de se développer selon ses propres forces, ses propres besoins et ses propres aspirations plutôt qu’en fonction Plateforme électorale des intérêts et des aspirations du Canada. Une politique qui privilégie le pétrole Élections 2008 albertain aux entreprises manufacturières québécoises, les marchés financiers
  7. 7. ontariens aux secteurs de pointe du Québec nuit aux intérêts du Québec. La nation québécoise, c’est plus qu’un appendice de la nation canadienne. Défendre les intérêts des Québécoises et des Québécois Défendre les intérêts du Québec, c’est aussi défendre les intérêts des personnes qui le composent. Une politique qui n’aide pas les ménages et les familles, qui abandonne les personnes âgées et les étudiants, c’est une politique qui oublie que les Québécois ont du cœur et que c’est en s’entraidant, en travaillant ensemble qu’ils ont bâti le Québec moderne. C’est une politique qui n’est pas québécoise. Faire valoir les valeurs du Québec Reconnaître la nation québécoise, c’est reconnaître qu’elle a une culture à elle, et donc qu’elle porte donc des valeurs qui lui sont propres dont Ottawa doit tenir compte dans ses politiques. Une politique étrangère belliqueuse calquée sur celle de l’administration Bush, au moment même où les états-Unis s’apprêtent à tourner la page, ne peut qu’être contraire aux valeurs québécoises, alimentées d’influences multiples. On pourrait dire la même chose dans une foule de domaines, comme celui de la justice criminelle. On ne peut pas reconnaître la nation québécoise et faire fi de ses valeurs dans les domaines fédéraux d’intervention. Le Parti libéral du Canada, le Parti conservateur du Canada et le Nouveau Parti démocratique du Canada, leur nom l’indique, sont des partis canadiens. Seul le Bloc Québécois est apte à représenter et à défendre l’identité, les valeurs et les intérêts propres au Québec. Seul le Bloc Québécois est libre de le faire, libre des intérêts pétroliers albertains ou financiers ontariens, libre des compromissions avec la gauche centralisatrice ou la droite doctrinaire du Canada, libre de représenter et de défendre le Québec sans compromissions. Libre de se tenir debout. pour le Bloc Québécois, reconnaître la nation québécoise, c’est reconnaître ses droits, son identité, ses valeurs et ses intérêts. sans cela, on ne peut pas prétendre reconnaître que la nation québécoise existe. lES PARTIS cAnADIEnS : Un FREIn à l’ÉPAnoUISSEMEnT DU QUÉBEc Il arrive que les intérêts du Québec soient semblables à ceux du Canada, mais pas toujours. et quand ils ne sont pas les mêmes, l’ensemble de la population québé- coise s’attend à ce que ceux qui parlent en son nom se rangent du côté des intérêts du Québec plutôt que de ceux du reste du Canada. Pour les Québécois, fédéralistes comme souverainistes, c’est le Québec d’abord. Il est impossible de tenir cette position dans un parti pancanadien. Par essence, un tel parti défend les intérêts du Canada. 6 Plateforme électorale Les députés québécois d’un parti canadien, enfermés dans la ligne de parti pan- Élections 2008 canadienne, sont condamnés à défendre le Canada, ses intérêts, ses valeurs et son
  8. 8. identité. et s’ils sont ministres, ils sont carrément forcés de défendre le Canada au Québec plutôt que de défendre le Québec au Canada, sous peine de perdre leur limousine. et avec Stephen Harper qui congédie tous ceux qui ont le malheur de ne pas penser comme lui, c’est encore pire. Le ministre conservateur Jean-Pierre Blackburn, justifiant son entêtement à défen- dre les briseurs de grève, allant à l’encontre des lois québécoises, répondait ceci le 1er mai 2006 : « C’est une caractéristique de notre société distincte, dans la province de Québec. Cependant, en tant que ministre du Travail et ministre de l’Agence de dévelop- pement économique du Canada pour les régions du Québec, je dois regarder les choses sous un angle canadien. » et quand le même ministre Blackburn a mis fin au soutien d’Ottawa aux organismes qui s’occupent de développement économique dans toutes les régions du Québec, il a répondu aux critiques en disant : « C’est une décision du cabinet. » en d’autres mots : le Canada avait décidé et il servait son patron canadien, contre le Québec. Son collègue Denis Lebel, député conservateur de Roberval, abondait dans le même sens dans l’hebdomadaire L’étoile du Lac du 22 décembre 2007 : « Quand tu es maire d’une ville, ta préoccupation première est tes citoyens. À Ottawa, tu représentes ton comté, mais également l’ensemble du pays. […] Les mesures qui sont adoptées doivent l’être dans une optique pancanadienne. » Bref, pour les députés de partis pancanadiens, le Canada passe en premier et le Québec ensuite. et quand le Canada et le Québec ont des intérêts ou des opinions contraires, ces députés s’écrasent et travaillent carrément contre le Québec. en démocratie, le gouvernement ne fait pas lui-même les lois. Il ne peut pas effec- tuer une dépense ou lever un impôt de sa propre autorité sans l’autorisation des représentants du peuple que sont les députés. Le gouvernement est ensuite res- ponsable de la mise en œuvre de ces décisions du Parlement. en démocratie, ce sont les représentants du peuple qui possèdent le vrai pouvoir politique. Mais pour que ce système fonctionne, il faut que les représentants de la population représentent vraiment la population. Des députés qui font passer les intérêts du Canada avant ceux du Québec repré- sentent mal le Québec, puisqu’il y a un consensus au sein de la population québé- coise, fédéraliste comme souverainiste, selon lequel c’est le Québec d’abord. La différence fondamentale entre les partis fédéraux et le Bloc Québécois, c’est que pendant que les libéraux et les conservateurs se battent pour prendre le pou- voir à Ottawa, nous, on se bat pour le Québec. les députés du Bloc Québécois continueront à défendre l’identité, les droits, 7 les valeurs et les intérêts des Québécois sans compromis. Plateforme électorale Élections 2008
  9. 9. SAnS lE Bloc QUÉBÉcoIS, lE cAnADA nE SERAIT MêME PAS SAISI DES DoSSIERS QUI InTÉRESSEnT lE QUÉBEc Pour qu’Ottawa se mette à travailler sur un dossier, il faut d’abord qu’il en soit saisi. Seul le Bloc Québécois impose à Ottawa et dans le débat public canadien les dossiers qui intéressent prioritairement le Québec. Prenons le déséquilibre fiscal. Au départ, le débat avait cours au Québec, mais pas au Canada. Le Bloc Québécois s’est fait l’écho du consensus québécois, il a imposé le dossier à Ottawa et, par ses pressions incessantes, il a forcé la Chambre des communes à se pencher sur la question. en imposant ce débat à Ottawa, le Bloc Québécois l’a exposé au reste du Canada et l’a forcé à prendre position. Le gouvernement fédéral libéral refusant de recon- naître le problème, le Bloc Québécois a maintenu la pression. Au bout de quatre ans de pressions, l’existence du déséquilibre fiscal était telle- ment acceptée par tous que le Parti conservateur l’a reconnue à son tour et a même promis de le régler lors de l’élection de 2006. Si le déséquilibre fiscal doit se régler un jour, ce sera en bonne partie parce que le Bloc Québécois a imposé ce dossier sur la scène fédérale et en a fait un enjeu incontournable. Autrement, ce ne serait qu’un débat québécois dont le Parlement canadien n’aurait jamais été saisi. Même chose pour le pouvoir qu’Ottawa prétend avoir de dépenser sans égard aux compétences du Québec. On pourrait en dire autant d’une foule de dossiers : le respect de la langue officielle du Québec, les congés parentaux, le rapatriement au Québec de la formation de la main-d’œuvre, les programmes de soutien aux industries concentrées au Québec, la gestion du Saint-Laurent dans toutes ses dimensions, la reconnaissance de la nation québécoise, protection de la diversité culturelle, le respect de l’autonomie budgétaire et décisionnelle du Québec, etc. Aucun de ces dossiers n’intéressait le Canada. Dans tous les cas, le Bloc Québécois les a amenés à Ottawa et a réussi à les faire progresser, voire à les faire régler. À force de ténacité, le Bloc Québécois gagne ses combats. Ça ne plaît pas toujours au Canada d’être forcé de débattre de questions qui, au départ, ne l’intéressent pas. Parfois, les Canadiens trouvent même que le Bloc Québécois est un empêcheur de tourner en rond lorsqu’il soulève sans relâche ces questions, et ils souhaiteraient le voir disparaître. Dans leur irritation à devoir débattre de questions qui ne sont prioritaires qu’au Québec, ils se plaisent même à répéter que le Bloc Québécois est inutile. Mais sans lui, nombre de ces dossiers auraient été complètement écartés à Ottawa. et, de toute façon, un député qui nuit au Québec en travaillant contre ses intérêts dès qu’ils diffèrent de ceux du Canada est bien mal placé pour traiter qui que ce soit d’inutile. 8 Plateforme électorale le Bloc Québécois continuera à amener le parlement fédéral à prendre position sur Élections 2008 des enjeux qui intéressent prioritairement le Québec pour faire progresser le Québec.
  10. 10. lE Bloc QUÉBÉcoIS FoRcE lES GoUvERnEMEnTS à TEnIR coMPTE DES BESoInS DU QUÉBEc Sous un gouvernement majoritaire, le Bloc Québécois peut lancer des débats, for- cer le Canada à considérer les enjeux québécois et inciter le gouvernement à tenir compte des besoins du Québec. C’est déjà beaucoup plus que ce que font les dépu- tés québécois issus des partis canadiens, qui sont forcés d’accepter des compro- missions puisqu’ils doivent défendre les intérêts du Canada, même au détriment du Québec. Avec un gouvernement minoritaire, le Bloc Québécois peut en obtenir plus pour le Québec. en travaillant d’une manière productive et responsable au Parlement et en annon- çant d’entrée de jeu qu’il approuverait ou désavouerait les initiatives gouverne- mentales en fonction des seuls intérêts du Québec, un fort contingent de députés du Bloc Québécois force le gouvernement fédéral à tenir compte des besoins des Québécois. Plusieurs Canadiens se sont étonnés de constater à quel point le travail du Bloc Québécois est positif et responsable à la Chambre des communes. Le Bloc Québécois n’a pas intérêt à tout bloquer à Ottawa, puisqu’il ne pourra apporter de gains au Québec que si sa contribution est positive, constructive et sérieuse. Cette façon de faire lui a valu des gains importants pour le Québec dans le passé et elle en vaudra davantage dans le proche avenir. Par exemple, le gouvernement minoritaire de Paul Martin a haussé les transferts en santé à un niveau supérieur à ce qu’il avait promis en campagne électorale. Pour sa part, le gouvernement minoritaire de Stephen Harper a promis, lors de la présentation de son budget 2006, de régler une fois pour toutes le déséquilibre fiscal et a haussé les transferts au Québec dans son budget 2007. Lui aussi devait composer avec le fort contingent de députés du Bloc Québécois pour survivre. Paul Martin et Stephen Harper auraient fait fi du Québec s’ils avaient pu compter sur des députés québécois dociles qu’ils auraient pu maîtriser. On l’a beaucoup vu par le passé. Pensons au rapatriement de la Constitution qui a été approuvé par les élus libéraux du Québec. Mais quand le Bloc Québécois est fort, c’est payant pour les Québécoises et les Québécois. Imaginez un instant le sort des entreprises, des travailleurs ou des communautés touchés par les crises manufacturière et forestière s’ils devaient compter pour les défendre sur des députés conservateurs. les députés du Bloc Québécois continueront à travailler d’une manière responsable, constructive et efficace en ayant les intérêts de la population québécoise comme seul objectif. 9 Plateforme électorale Élections 2008
  11. 11. SEUlS DES DÉPUTÉS DU Bloc QUÉBÉcoIS PEUvEnT REPRÉSEnTER à lA FoIS l’IDEnTITÉ, lES vAlEURS ET lES InTÉRêTS DU QUÉBEc Les députés des partis fédéralistes doivent d’abord penser aux intérêts généraux du Canada. Tant que les intérêts et les aspirations du Québec et ceux du Canada sont les mêmes, c’est parfait. Mais quand ils diffèrent, ils privilégient le Canada. Ils admettent eux-mêmes qu’ils doivent « regarder les choses sous un angle cana- dien », « dans une optique pancanadienne », comme le disent si bien les députés conservateurs Jean-Pierre Blackburn et Denis Lebel. Or, le Québec et le Canada diffèrent souvent. Rarement dans l’histoire il n’a été aussi évident que le Québec ne cadre pas dans la dynamique politique canadienne. Les libéraux et les néodémocrates désirent que le gouvernement fédéral intervienne fortement dans le domaine social, qu’il assure l’uniformisation de la couverture sociale partout. Bref, selon eux, c’est Ottawa qui doit orienter le développement social, économique et culturel du Canada, même si ces questions ne relèvent pas du gouvernement fédéral, et ce sans égard pour le fait que les Québécois forment une nation. Le Québec, parce qu’il se construit selon une dynamique qui lui est propre, ne saurait accepter que ce soit le Canada qui décide des orientations de la société québécoise. en fait, à chaque fois que les Québécois ont un projet, c’est vers leur gouvernement national, le gouvernement du Québec, qu’ils se tournent pour le réaliser. Or les ingérences fédérales entravent l’autonomie du Québec et réduisent sa capacité à répondre aux attentes de la population. De leur côté, les conservateurs ne cherchent pas à ce que le gouvernement inter- vienne davantage dans le domaine social. Ils souhaitent plutôt que les citoyens se débrouillent seuls. en fait la plupart de leurs politiques sont calquées sur l’approche de la droite répu- blicaine aux états-Unis : laisser-faire économique, approche répressive et rigide dans l’application de la justice, politique étrangère axée sur la force et la menace — plutôt que sur la prévention des conflits, sur le développement et sur la coopéra- tion —, investissements massifs en défense pour appuyer cette politique étrangère belliqueuse, approche moralisatrice de la vie publique qui les amène à considérer comme suspects ceux qui font preuve de liberté d’esprit, etc. Ces valeurs sont diamétralement opposées aux valeurs québécoises, qui favorisent le dialogue à l’usage de la force, l’entraide à l’égoïsme et la cohésion de la société plutôt que la stigmatisation de ceux qui ne pensent pas comme nous. Avec les libéraux, le Québec perd sa liberté; avec les conservateurs, on ne tient pas compte de ses valeurs. C’est ainsi que le Québec doit toujours se contenter du moindre mal en ce qui a trait au gouvernement fédéral, que celui-ci soit dirigé par les libéraux ou les conservateurs. 10 Plateforme électorale les députés du Bloc Québécois continueront à constituer le seul groupe parlementaire Élections 2008 à défendre sans compromis à la fois les intérêts et les valeurs québécoises et à être respectueux de son identité.
  12. 12. lE Bloc QUÉBÉcoIS, PARcE QUE lE QUÉBEc A BESoIn D’AMBASSADEURS SUR lA ScÈnE InTERnATIonAlE Comme les pays parlent aux pays, le Québec ne peut pas parler avec le reste du monde tant qu’il n’est pas souverain. Ce sont les politiciens au Parlement fédé- ral qui peuvent le faire. Un député du Bloc Québécois, c’est un porte-parole du Québec sur la scène internationale. Lors de leurs rencontres avec des décideurs étrangers, soit lors de missions à l’ex- térieur soit lors de rencontres à Ottawa, les députés du Bloc Québécois disposent d’une tribune dont le gouvernement du Québec ne dispose pas. Par exemple, avant l’arrivée du Bloc Québécois, quand l’europe voulait éliminer la chasse au phoque et envisageait d’interdire la vente de tout produit du phoque, le Québec ne pouvait pas se défendre et le Canada ne le faisait pas à sa place. C’est le Bloc Québécois qui monte au front, rectifie les faits, organise des visites de parlementaires étrangers au Québec et les invite à rencontrer des pêcheurs et des chasseurs. Il a saisi le Comité des pêches aux communes, a sensibilisé les Canadiens et a amené Ottawa à agir dans le dossier. Quand les négociations à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) piétinent et qu’il est à craindre que le ministre fédéral accepte d’abandonner la gestion de l’offre pour dénouer des blocages en agriculture, c’est encore un député du Bloc Québécois qui le suit pas à pas à l’OMC pour s’assurer qu’il ne troquera pas les intérêts des agriculteurs québécois au profit des agriculteurs de l’Ouest, qui sou- haitent la levée de toutes les barrières au commerce. Lorsqu’un enjeu particulièrement important pour le Québec a une portée interna- tionale, le Bloc Québécois organise des rencontres avec les diplomates étrangers en poste à Ottawa pour promouvoir auprès de leurs pays les positions et les intérêts du Québec. C’est ainsi que le Bloc Québécois a notamment pu rectifier les fausses perceptions et faire valoir à l’étranger le respect du Québec envers les nations autochtones1, inviter l’Union des producteurs agricoles à promouvoir la gestion de l’offre, faire la promotion de la diversité culturelle avec la ministre des Relations internationales du Québec2, défendre l’utilisation sécuritaire de l’amiante, garder ouvert l’avenir du Québec en faisant valoir le droit des Québécois de décider de leur avenir, pré- senter la société québécoise sans le miroir déformant du fédéral, expliquer les motifs qui animent le mouvement souverainiste québécois, voire faciliter l’avance- ment de dossiers ponctuels comme lorsqu’il a incité davantage de pays à participer au Mondial des cultures de Drummondville. les députés du Bloc Québécois continueront à agir comme des ambassadeurs du Québec tant que le Québec n’aura pas la possibilité de parler aux autres pays et de défendre lui-même ses intérêts sur la scène internationale. 1 Une rencontre sur l’approche nation à nation et la paix des braves avec le négociateur des Innus, et une autre sur Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones avec l’Assemblée des 2 Premières Nations. Louise Beaudoin était alors ministre des Relations internationales. Le Québec n’étant pas souverain, les 11 seuls pays auxquels elle pouvait parler pour faire valoir l’importance de mettre les politiques culturelles à Plateforme électorale l’abri des traités commerciaux étaient les pays membres de la francophonie. Le Bloc Québécois a permis Élections 2008 de déverrouiller le cadenas diplomatique qui enferme le Québec.
  13. 13. lE Bloc QUÉBÉcoIS, UnE ExPERTISE AU SERvIcE DU QUÉBEc À la Chambre des communes, les députés sont confrontés sur une base quotidienne aux dossiers fédéraux, le type de dossiers dont sont responsables les pays souve- rains mais qui échappent au Québec actuellement. Comme les députés du Bloc Québécois abordent tous leurs dossiers en fonction des seuls intérêts du Québec, ils ont su dégager où se trouvent ces intérêts dans tous ces domaines que le Canada exerce actuellement à la place du Québec. Avant l’arrivée du Bloc Québécois, personne, pas même les députés québécois membres de partis pancanadiens, n’abordait les dossiers fédéraux en pensant d’abord aux intérêts du Québec. L’expertise qu’ils acquéraient était mise au service du Canada. Avec le Bloc Québécois, le Québec a acquis une expertise dans des domaines qui lui échappaient totalement : affaires étrangères, politique monétaire, défense, commerce international, politique industrielle, assurance-emploi, etc. Un député du Bloc Québécois, c’est une expertise au service du Québec. en devenant souverain, le Québec se mettra à assumer plusieurs responsabilités que le Canada exerce actuellement à sa place. Quelle que soit sa préférence quant à l’avenir du Québec, tout Québécois a intérêt à ce que le Québec soit le mieux préparé possible. Le rôle d’un député du Bloc Québécois, c’est également de jeter des ponts, de développer un réseau de relations dans le reste du Canada. C’est un Québécois ou une Québécoises qui connaît et comprend le Canada et qui met cette connaissance au service du Québec, c’est un Québécois qui arrive à déterminer où se trouvent les intérêts du Québec dans notre monde de plus en plus intégré et complexe. Bref, un député du Bloc Québécois, c’est quelqu’un qui travaille exclusivement pour le Québec et pour les Québécois. les députés du Bloc Québécois continueront à mettre toute leur expertise dans les dossiers fédéraux et leur connaissance du canada et du monde au service du Québec. 12 Plateforme électorale Élections 2008

×