Introduction
1.Définitions:
1.1Fonction;
1.2Parafonction;
1.3dysfonction.
2.Rappels
2.1Les muscles masticateurs;
2.2l’ATM;...
4.Etude fonctionnelle de la mandibule
4.1Les positions mandibulaires
4.1.1Mouvements élémentaires
Rotation
Translation
4.1...
5.Neurophysiologie de l’appareil manducateur
5.1.Mécanismes réflexes des mouvements
mandibulaires
5.1.1L’arc réflexe simpl...
 IntroductionIntroduction
 L’appareil manducateur présente une polyvalenceL’appareil manducateur présente une polyvalenc...
DéfinitionsDéfinitions : :
FonctionFonction : :
Une fonction normale ou optimale du systèmeUne fonction normale ou optimal...
La normalité articulaire
 Parafonction :Parafonction :
 Les parafonctions sont des activités qui s’exercentLes parafonctions sont des activités q...
RappelsRappels : :
Les muscles masticateursLes muscles masticateurs::
le masséterle masséter::
Muscle court, épais, présen...
Le temporalLe temporal::
Il a une forme d’éventail, il s’insert du côté de la faceIl a une forme d’éventail, il s’insert d...
Ajouter l’animation
le ptérygoïdien interne:le ptérygoïdien interne:
Muscle rectangulaire, il part de la fosseMuscle rectangulaire, il part de...
Ptérygoïdien externe:Ptérygoïdien externe:
Muscle protracteur composé de deux chefs:Muscle protracteur composé de deux che...
Les ATM:Les ATM:
L’ATM comprend:L’ATM comprend:
1.1. Deux surfaces articulaires osseuses : la cavitéDeux surfaces articula...
Le système vasculo-nerveuxLe système vasculo-nerveux::
L’appareil manducateur comprend un système nerveuxL’appareil manduc...
Physiologie des différents éléments de l’appareilPhysiologie des différents éléments de l’appareil
manducateurmanducateur:...
RRôle sensorielôle sensoriel::
 Assuré par les récepteurs, qu’il contient lesAssuré par les récepteurs, qu’il contient le...
3.23.2..Physiologie articulairePhysiologie articulaire::
3.2.13.2.1..Trajet méniscalTrajet méniscal::
Solidaires des condy...
3.2.23.2.2..Les mécanismes de l’ATMLes mécanismes de l’ATM::
L’ATM permet d’exécuter trois ordres de mouvementsL’ATM perme...
Mouvement de latéralitéMouvement de latéralité::
Quand le menton se porte d’un côté, le condyleQuand le menton se porte d’...
3.33.3..Physiologie neuromusculairePhysiologie neuromusculaire::
3.3.13.3.1..considérations intéressant les muscles mastic...
b. Travaux de Gaspardb. Travaux de Gaspard::
 Ses travaux ont montré qu’un chef musculaire estSes travaux ont montré qu’u...
3.3.2. Régulation des activités musculaires de l’appareil manducateur:3.3.2. Régulation des activités musculaires de l’app...
Les organes récepteursLes organes récepteurs::
Ils comprennentIls comprennent::
 LLes extérocepteurs:es extérocepteurs:
S...
Les organes conducteurs:Les organes conducteurs:
 Les conducteurs assurent la liaison entre récepteur, effecteur, SNC;Les...
Intégration proprioceptiveIntégration proprioceptive
3.43.4Les centres nerveuxLes centres nerveux::
Les centres nerveux comprennentLes centres nerveux comprennent::
 La sub...
4. Etude fonctionnelle de la mandibule :4. Etude fonctionnelle de la mandibule :
4.1.les positions fondamentales de la man...
4.2.34.2.3..Position de repos ou de posturePosition de repos ou de posture::
 C’est une position d’équilibre neuro-muscul...
4.2.4. Dimension verticale de repos :4.2.4. Dimension verticale de repos :
La DVR correspond à la hauteur de l’étage infér...
ouverture buccale:ouverture buccale:
1ére phase:1ére phase:
1.1. Sous l’influence de la contraction des muscles abaisseurs...
2-ontrac
1.Relac.
1.Contrac des muscles
abaisseurs
B- Fermeture buccaleB- Fermeture buccale::
 Elle correspond à l’élévation de la mandibule. Ce mouvementElle correspond à ...
1.contrac
2.contrac
2.ontrac
2.contrac
3.+contrac
C- propulsion: animationC- propulsion: animation
 Ce mouvement de proglissement mandibulaire, se mesureCe mouvement de pr...
contrac
contrac
rétropropulsion:rétropropulsion:
 Les mouvements de rétropulsion peuvent seLes mouvements de rétropulsion peuvent se
fair...
contrac
contrac
Contrac des m abaisse
Cté dépla contr
Cté dépla contr
Cté dépla contr
résumé
Mouvements complexesMouvements complexes::
masticationmastication::
définitiondéfinition::
 C’est le premier acte de la d...
Cycle masticatoireCycle masticatoire::
 C’est le trajet exécuté par la mandibule au cours de laC’est le trajet exécuté pa...
Physiologie de la mastication:Physiologie de la mastication:
 La mastication s’effectue à son début par desLa mastication...
B- déglutition:B- déglutition:
 Définition:Définition:
C’est le mécanisme physiologique quiC’est le mécanisme physiologiq...
Étapes de la déglutition:Étapes de la déglutition:
- 1- 1erer temps: temps buccaltemps: temps buccal
Il est volontaire, no...
C- phonation:C- phonation:
Définition:Définition:
C’est une fonction complexe qui met en jeu trois phénomènes essentielsC’...
4.2.4. Autres mouvements complexes:4.2.4. Autres mouvements complexes:
Bâillement:Bâillement:
 Il associe des mouvements ...
5. Neurophysiologie de l’appareil manducateur:5. Neurophysiologie de l’appareil manducateur:
5.1 Mécanisme réflexe des mou...
5.1.2 le réflexe d’ouverture:5.1.2 le réflexe d’ouverture:
 Déclenché par un stimulus intervenant à la partieDéclenché pa...
5.1.5 le réflexe myotatique inverse ou réflexe poly synaptique:5.1.5 le réflexe myotatique inverse ou réflexe poly synapti...
5.1.7 Le réflexe parodontal du ptérygoïdien latéral:5.1.7 Le réflexe parodontal du ptérygoïdien latéral:
 Les deux faisce...
6. Conclusion :6. Conclusion :
 L’appareil manducateur, sollicité plusieurs milliersL’appareil manducateur, sollicité plu...
Cenimatique
Cenimatique
Cenimatique
Cenimatique
Cenimatique
Cenimatique
Cenimatique
Cenimatique
Cenimatique
Cenimatique
Cenimatique
Cenimatique
Cenimatique
Cenimatique
Cenimatique
Cenimatique
Cenimatique
Cenimatique
Cenimatique
Cenimatique
Cenimatique
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Cenimatique

5 985 vues

Publié le

chirurgie dentaire en Algérie ffgfgfg

Publié dans : Formation
1 commentaire
10 j’aime
Statistiques
Remarques
Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
5 985
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
12
Actions
Partages
0
Téléchargements
0
Commentaires
1
J’aime
10
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Cenimatique

  1. 1. Introduction 1.Définitions: 1.1Fonction; 1.2Parafonction; 1.3dysfonction. 2.Rappels 2.1Les muscles masticateurs; 2.2l’ATM; 2.3.Les arcades; 2.4.Système vasculo-nerveux; 2.5.L’organe dentaire. 3.Physiologie neuromusculaire: 3.1Considérations intéressant les muscles masticateurs. 3.1.1Travaux de Sherrington et CE Face. 3.1.2Travaux de Gaspard. 3.2.Régulation des activités musculaires de l’appareil manducateur 3.2.1.Les organes effecteurs. 3.2.2.Les organes récepteurs 3.2.3.Les organes conducteurs 3.3.Les centres nerveux.
  2. 2. 4.Etude fonctionnelle de la mandibule 4.1Les positions mandibulaires 4.1.1Mouvements élémentaires Rotation Translation 4.1.2Mouvements combinés Ouverture buccale Fermeture buccale Propulsion Rétropulsion Diduction 4.1.3Mouvements complexes Mastication Déglutition Phonation 4.1.4Autres mouvements complexes Bâillement Mimique
  3. 3. 5.Neurophysiologie de l’appareil manducateur 5.1.Mécanismes réflexes des mouvements mandibulaires 5.1.1L’arc réflexe simple 5.1.2Réflexe myotatique 5.1.3Réflexe myotatique inverse 5.1.4Réflexe d’inhibition réciproque 5.1. 5 Réflexe d’ouverture buccale 5.1.6Réflexe paradoxal du muscle PE. Conclusion
  4. 4.  IntroductionIntroduction  L’appareil manducateur présente une polyvalenceL’appareil manducateur présente une polyvalence fonctionnelle, appareil de la manducation, il assurefonctionnelle, appareil de la manducation, il assure avant tout la fonction occlusale.avant tout la fonction occlusale.  Cette fonction participe également, pour une largeCette fonction participe également, pour une large part, à la déglutition, la respiration,lapart, à la déglutition, la respiration,la phonation,l’apparence esthétique,la gestion du stressphonation,l’apparence esthétique,la gestion du stress ou des émotions et joue, à ce titre,un rôle fondamentalou des émotions et joue, à ce titre,un rôle fondamental dans la vie relationnelle.dans la vie relationnelle.  La connaissance de la physiologie articulaireLa connaissance de la physiologie articulaire temporo-mandibulaire a bénéficié des progrès liés auxtemporo-mandibulaire a bénéficié des progrès liés aux méthodes d’investigation (axio graphie,méthodes d’investigation (axio graphie, électromyographie), d’imagerie (scanner, IRM), et deélectromyographie), d’imagerie (scanner, IRM), et de l’arthroscopie.l’arthroscopie.
  5. 5. DéfinitionsDéfinitions : : FonctionFonction : : Une fonction normale ou optimale du systèmeUne fonction normale ou optimale du système masticateur est caractérisée par une interactionmasticateur est caractérisée par une interaction harmonieuse entre les diverses partiesharmonieuse entre les diverses parties constituantesconstituantes.. Elle présente les caractéristiques suivantesElle présente les caractéristiques suivantes::  Mouvement de fermeture et de latéralité sansMouvement de fermeture et de latéralité sans inteférences.inteférences.  Répartition bilatérale des forces sur un grandRépartition bilatérale des forces sur un grand nombre de dents dont la position inter-cuspidiennenombre de dents dont la position inter-cuspidienne et sur un nombre suffisant en dent en rétrusion.et sur un nombre suffisant en dent en rétrusion.  Mastication exécutée aussi facilement du côtéMastication exécutée aussi facilement du côté droit que du côté gauche.droit que du côté gauche.  Pression axiale sur chaque dent.Pression axiale sur chaque dent.  Distance inter-occlusale satisfaisanteDistance inter-occlusale satisfaisante ***////***////
  6. 6. La normalité articulaire
  7. 7.  Parafonction :Parafonction :  Les parafonctions sont des activités qui s’exercentLes parafonctions sont des activités qui s’exercent arbitrairement et s’impose en dehors de toutearbitrairement et s’impose en dehors de toute fonction normale mais en se servant des élémentsfonction normale mais en se servant des éléments mêmes de la fonction, il s’agit d’habitude.mêmes de la fonction, il s’agit d’habitude.  Le terme parafonction a été proposé par DRUMLe terme parafonction a été proposé par DRUM pour définir le processus auto destructif de forcespour définir le processus auto destructif de forces fonctionnelles exercées automatiquement etfonctionnelles exercées automatiquement et spontanément.spontanément.  Dysfonction :Dysfonction :
  8. 8. RappelsRappels : : Les muscles masticateursLes muscles masticateurs:: le masséterle masséter:: Muscle court, épais, présente trois chefsMuscle court, épais, présente trois chefs:: 1.1. Chef superficiel : règle le mouvement deChef superficiel : règle le mouvement de fermeture et de protrusion.fermeture et de protrusion. 2.2. Chef moyen : le même rôle que pour le chefChef moyen : le même rôle que pour le chef superficiel.superficiel. 3.3. Chef profond : règle le mouvement de fermetureChef profond : règle le mouvement de fermeture et de rétrusion.et de rétrusion. Il s’insert sur un côté sur l’apophyse zygomatique etIl s’insert sur un côté sur l’apophyse zygomatique et de l’autre côté sur le corps mandibulairede l’autre côté sur le corps mandibulaire//////////
  9. 9. Le temporalLe temporal:: Il a une forme d’éventail, il s’insert du côté de la faceIl a une forme d’éventail, il s’insert du côté de la face latérale du crâne dans la fosse temporale et pluslatérale du crâne dans la fosse temporale et plus en avant près du bord latéral de la crête supra-en avant près du bord latéral de la crête supra- orbitaire, comprend trois chefsorbitaire, comprend trois chefs:: 1.1. Antérieur verticalAntérieur vertical 2.2. Moyen oblique;Moyen oblique; 3.3. Postérieur horizontal.Postérieur horizontal. Il commande le mouvement d’occlusion rapide et laIl commande le mouvement d’occlusion rapide et la mastication légèremastication légère..//////////
  10. 10. Ajouter l’animation
  11. 11. le ptérygoïdien interne:le ptérygoïdien interne: Muscle rectangulaire, il part de la fosseMuscle rectangulaire, il part de la fosse ptérygoïde pour venir s’insérer sur l’angleptérygoïde pour venir s’insérer sur l’angle mandibulaire côté interne, présente deuxmandibulaire côté interne, présente deux chefs:chefs: 1.1. Chef supérieur;Chef supérieur; 2.2. Chef inférieur.Chef inférieur. Il participe dans les mouvements latéraux deIl participe dans les mouvements latéraux de la mandibulela mandibule ************
  12. 12. Ptérygoïdien externe:Ptérygoïdien externe: Muscle protracteur composé de deux chefs:Muscle protracteur composé de deux chefs: 1.1. Chef supérieur : s’insert sur la grande aile duChef supérieur : s’insert sur la grande aile du sphénoïde et le 1/3 supérieur de l’aile externe desphénoïde et le 1/3 supérieur de l’aile externe de l’apophyse ptérygoïde et sur la partie antérieur dul’apophyse ptérygoïde et sur la partie antérieur du ménisque.ménisque. 2.2. Chef inférieur : le plus long, s’insert sur les 2/3Chef inférieur : le plus long, s’insert sur les 2/3 inférieurs de l’aile externe de l’apophyseinférieurs de l’aile externe de l’apophyse ptérygoïde et la surface antérieure du col duptérygoïde et la surface antérieure du col du condyle.condyle. Il intervient dans le mouvement de protrusion et deIl intervient dans le mouvement de protrusion et de latéralitélatéralité ********
  13. 13. Les ATM:Les ATM: L’ATM comprend:L’ATM comprend: 1.1. Deux surfaces articulaires osseuses : la cavitéDeux surfaces articulaires osseuses : la cavité glénoïde du temporal et le condyle mandibulaire.glénoïde du temporal et le condyle mandibulaire. 2.2. Des moyens d’union : la capsule et les ligaments.Des moyens d’union : la capsule et les ligaments. 3.3. Des moyens de glissement : synoviale et ménisque.Des moyens de glissement : synoviale et ménisque. Les deux arcades:Les deux arcades: 1.1. Os maxillaire: os pair.Os maxillaire: os pair. 2.2. Os mandibulaire: os impairOs mandibulaire: os impair
  14. 14. Le système vasculo-nerveuxLe système vasculo-nerveux:: L’appareil manducateur comprend un système nerveuxL’appareil manducateur comprend un système nerveux:: 1.1. Central: qui contient des réceptions d’intégration etCentral: qui contient des réceptions d’intégration et d’élaboration des messages nerveux;******d’élaboration des messages nerveux;****** 2.2. Périphérique: constitué de nerfs, règle l’activitéPériphérique: constitué de nerfs, règle l’activité musculaire et articulaire.musculaire et articulaire. Toute activité musculaire responsable de la mastication,Toute activité musculaire responsable de la mastication, déglutition, respiration ainsi que les positions etdéglutition, respiration ainsi que les positions et mouvements lingo-mandibulaires est coordonnée par lesmouvements lingo-mandibulaires est coordonnée par les jeux des voies extéroceptives et proprioceptivesjeux des voies extéroceptives et proprioceptives.. Ces récepteurs répondent aux stimuli soit de manièreCes récepteurs répondent aux stimuli soit de manière rapide (récepteurs à haut seuil de sensibilité), soit derapide (récepteurs à haut seuil de sensibilité), soit de manière lente et un troisième groupe intermédiaire quimanière lente et un troisième groupe intermédiaire qui agit spontanémentagit spontanément.. L’appareil manducateur comprend également un systèmeL’appareil manducateur comprend également un système vasculaire qui irrigue les tissus permettant leurvasculaire qui irrigue les tissus permettant leur nutritionnutrition.*****.*****
  15. 15. Physiologie des différents éléments de l’appareilPhysiologie des différents éléments de l’appareil manducateurmanducateur:: Physiologie parodontalePhysiologie parodontale:: Le desmodonte joue plusieurs rôlesLe desmodonte joue plusieurs rôles:: RRôle mécanique et protecteurôle mécanique et protecteur:: Assuré par les fibres dento-alvéolaires qui suspendent laAssuré par les fibres dento-alvéolaires qui suspendent la dent. Ce rôle mécanique est à la fois suspenseur grâce àdent. Ce rôle mécanique est à la fois suspenseur grâce à la solidité des ancrages (les fibres collagène n’étant pasla solidité des ancrages (les fibres collagène n’étant pas élastiques) et amortisseur grâce à leur dispositionélastiques) et amortisseur grâce à leur disposition sinusoïdalesinusoïdale.. RRôle nutritifôle nutritif:: Assuré par tout le système artério-veineux issu des artèresAssuré par tout le système artério-veineux issu des artères alvéolaires, pulpaires, et gingivales circulantalvéolaires, pulpaires, et gingivales circulant.. De nombreuses anastomoses se constituent entre lesDe nombreuses anastomoses se constituent entre les vaisseaux d’origine diverses, ce qui apporte une irrigationvaisseaux d’origine diverses, ce qui apporte une irrigation très importante aux différents éléments cellulairestrès importante aux différents éléments cellulaires.. Le système artério-veineux assure donc à la fois la nutritionLe système artério-veineux assure donc à la fois la nutrition du conjonctif et celle des tissus minéralisés qui le bordentdu conjonctif et celle des tissus minéralisés qui le bordent..
  16. 16. RRôle sensorielôle sensoriel::  Assuré par les récepteurs, qu’il contient lesAssuré par les récepteurs, qu’il contient les terminaisons nerveuses:proprioceptives en particulierterminaisons nerveuses:proprioceptives en particulier dont le but est de transformer tous stimulus en influxdont le but est de transformer tous stimulus en influx nerveux.nerveux. 1.1. Les récepteurs à adaptation rapide se situentLes récepteurs à adaptation rapide se situent principalement sous le centre de rotation de la dent, leurprincipalement sous le centre de rotation de la dent, leur seuil de stimulation est élevé répondant à des pressionsseuil de stimulation est élevé répondant à des pressions de 10 grs. Leur activité est limité à la phase d’applicationde 10 grs. Leur activité est limité à la phase d’application ou de suppression de la force ou aux variations desou de suppression de la force ou aux variations des intensités. ils ne répondent pas aux changements deintensités. ils ne répondent pas aux changements de directions.directions. 2.2. Les récepteurs à adaptation lente se situent dans laLes récepteurs à adaptation lente se situent dans la région apicale, répondent à des petits déplacements derégion apicale, répondent à des petits déplacements de l’ordre 2micromà 10 micom et à des petites forces o,o1Nl’ordre 2micromà 10 micom et à des petites forces o,o1N -0,02N-0,02N  Ces récepteurs transmettent des impulsions aussiCes récepteurs transmettent des impulsions aussi longtemps que le stimulus est appliqué et répondent toutlongtemps que le stimulus est appliqué et répondent tout particulièrement aux sensibilités directionnellesparticulièrement aux sensibilités directionnelles
  17. 17. 3.23.2..Physiologie articulairePhysiologie articulaire:: 3.2.13.2.1..Trajet méniscalTrajet méniscal:: Solidaires des condyles, les ménisques droit et gauches effectuent desSolidaires des condyles, les ménisques droit et gauches effectuent des déplacements bilatéraux lors des mouvements de propulsion, rétrusion etdéplacements bilatéraux lors des mouvements de propulsion, rétrusion et d’ouverture, ou des mouvements unilatéraux lors des déplacementd’ouverture, ou des mouvements unilatéraux lors des déplacement latéraux de la mandibulelatéraux de la mandibule.. 11..En relation centréeEn relation centrée:: Les disques viennent s’appuyer contre la face postérieure du tuberculeLes disques viennent s’appuyer contre la face postérieure du tubercule zygomatique antérieurezygomatique antérieure.. 22..En ouverture forcéeEn ouverture forcée:: Les disques se déplacent au niveau de la crête de l’apophyse zygomatiqueLes disques se déplacent au niveau de la crête de l’apophyse zygomatique antérieureantérieure.. 33..En protrusionEn protrusion:: Les disques occupe une position voisine à celle qu’ils sont lors deLes disques occupe une position voisine à celle qu’ils sont lors de l’ouverture forcéel’ouverture forcée.. 44..Dans les mouvements latérauxDans les mouvements latéraux:: --du coté travaillant, le disque se trouve dans une position voisine de ladu coté travaillant, le disque se trouve dans une position voisine de la relation centréerelation centrée.. --du coté opposé et sous l’action du ptérygoïdien latéral, le disque occupedu coté opposé et sous l’action du ptérygoïdien latéral, le disque occupe une position analogue à celle qu’il occuperait en protrusion.une position analogue à celle qu’il occuperait en protrusion. « animation« animation««
  18. 18. 3.2.23.2.2..Les mécanismes de l’ATMLes mécanismes de l’ATM:: L’ATM permet d’exécuter trois ordres de mouvementsL’ATM permet d’exécuter trois ordres de mouvements:: Mouvements d’abaissement et d’élévationMouvements d’abaissement et d’élévation:: Résulte de la combinaison de deux mouvementsRésulte de la combinaison de deux mouvements:: Translation condylienne qui se passe dans le compartiment supérieurTranslation condylienne qui se passe dans le compartiment supérieur.. Rotation condylienne qui se fait dans le compartiment inférieurRotation condylienne qui se fait dans le compartiment inférieur.. Dans le mouvement d’abaissement mandibulaire, le condyle seDans le mouvement d’abaissement mandibulaire, le condyle se projette en avant entraînant avec lui le ménisque, qui vient se placerprojette en avant entraînant avec lui le ménisque, qui vient se placer en se portant en avant et en s’abaissant au dessous du condyleen se portant en avant et en s’abaissant au dessous du condyle temporal. Sa projection vers l’avant est arrêtée par la tension du freintemporal. Sa projection vers l’avant est arrêtée par la tension du frein méniscal postérieur. Dans le mouvement d’élévation on admet que leméniscal postérieur. Dans le mouvement d’élévation on admet que le frein méniscal contribue en raison de son élasticité à ramener lefrein méniscal contribue en raison de son élasticité à ramener le ménisque en arrièreménisque en arrière.. Mouvements de propulsion et rétro pulsionMouvements de propulsion et rétro pulsion:: Ces mouvements se passent surtout dans le compartiment supérieurCes mouvements se passent surtout dans le compartiment supérieur
  19. 19. Mouvement de latéralitéMouvement de latéralité:: Quand le menton se porte d’un côté, le condyleQuand le menton se porte d’un côté, le condyle mandibulaire pivote sur place,tandis que lemandibulaire pivote sur place,tandis que le condyle du côté opposé avance et se déplacecondyle du côté opposé avance et se déplace sous le condyle temporalsous le condyle temporal.. 3.2.33.2.3..Comportement des ATMComportement des ATM:: Au cours de la vie, les ATM subissent desAu cours de la vie, les ATM subissent des transformations du faite du remodelage provoquétransformations du faite du remodelage provoqué par les forces mécaniques auquel les elles sontpar les forces mécaniques auquel les elles sont soumisessoumises.. Le remodelage est un mécanisme biologique quiLe remodelage est un mécanisme biologique qui sert à maintenir l’équilibre entre la forme de l’ATMsert à maintenir l’équilibre entre la forme de l’ATM et la fonction. Il s’agit d’un phénomèneet la fonction. Il s’agit d’un phénomène physiologique de résorption et d’apposition enphysiologique de résorption et d’apposition en réponse à un stimulus mécaniqueréponse à un stimulus mécanique
  20. 20. 3.33.3..Physiologie neuromusculairePhysiologie neuromusculaire:: 3.3.13.3.1..considérations intéressant les muscles masticateursconsidérations intéressant les muscles masticateurs:: Travaux de Sherrington et de Ce farceTravaux de Sherrington et de Ce farce:: **loi d’inhibition réciproqueloi d’inhibition réciproque:: Lorsqu’un muscle se rétracte, son antagoniste se relâcheLorsqu’un muscle se rétracte, son antagoniste se relâche.. Ainsi lorsque le masséter qui est un élévateur est sollicité les musclesAinsi lorsque le masséter qui est un élévateur est sollicité les muscles abaisseurs (sus et sous hyoïdiens) sont inhibésabaisseurs (sus et sous hyoïdiens) sont inhibés.. Sherrington a montré de plus qu’un abaissement brusque de laSherrington a montré de plus qu’un abaissement brusque de la mandibule produit par une excitation de la muqueuse buccale,était suivimandibule produit par une excitation de la muqueuse buccale,était suivi dès l’arrêt de la stimulation ,par un mouvement inverse d’élévation quidès l’arrêt de la stimulation ,par un mouvement inverse d’élévation qui correspondait à une sorte de rebond musculairecorrespondait à une sorte de rebond musculaire.. **loi de tout ou de rienloi de tout ou de rien:: La stimulation doit atteindre un certain seuil d’excitation pour produireLa stimulation doit atteindre un certain seuil d’excitation pour produire la tension musculairela tension musculaire.. Sherrington a expliqué qu’on peut doser l’activité et la tension d’un muscleSherrington a expliqué qu’on peut doser l’activité et la tension d’un muscle parce qu’il a appelé l’unité motriceparce qu’il a appelé l’unité motrice.. L’unité motrice est constituée par un ensemble de fibres musculairesL’unité motrice est constituée par un ensemble de fibres musculaires sous la dépendance d’un même organe effecteur appelé :sous la dépendance d’un même organe effecteur appelé : motoneurone. Chacune de ces unités motrices répond à la loi de toutmotoneurone. Chacune de ces unités motrices répond à la loi de tout ou de rien, la stimulation d’un faisceau deviendra d’autant plus intenseou de rien, la stimulation d’un faisceau deviendra d’autant plus intense qu’un NB plus important d’unités motrices sera recrutéqu’un NB plus important d’unités motrices sera recruté
  21. 21. b. Travaux de Gaspardb. Travaux de Gaspard::  Ses travaux ont montré qu’un chef musculaire estSes travaux ont montré qu’un chef musculaire est constitué de nombreux faisceau séparés par desconstitué de nombreux faisceau séparés par des aponévroses et qu’au cours des mouvementsaponévroses et qu’au cours des mouvements ,chacune des faisceaux intéressé était recruté,chacune des faisceaux intéressé était recruté indépendamment et selon des intensitésindépendamment et selon des intensités différentes.différentes.  Cette disposition est susceptible au cours desCette disposition est susceptible au cours des mouvements naturels de mobiliser la mandibule,mouvements naturels de mobiliser la mandibule, donc un muscle ne peut être considéré commedonc un muscle ne peut être considéré comme une entité fonctionnelle mais comme un complexeune entité fonctionnelle mais comme un complexe fonctionnel capable de produire selon la naturefonctionnel capable de produire selon la nature des stimulation des mouvements extrêmementdes stimulation des mouvements extrêmement subtil et précis.subtil et précis.
  22. 22. 3.3.2. Régulation des activités musculaires de l’appareil manducateur:3.3.2. Régulation des activités musculaires de l’appareil manducateur:  Selon Gaspard, la détermination neuromusculaire de la masticationSelon Gaspard, la détermination neuromusculaire de la mastication varie non seulement en fonction de l’organisation architecturale de lavarie non seulement en fonction de l’organisation architecturale de la musculature masticatrice mais aussi du degré d’évolution nerveusemusculature masticatrice mais aussi du degré d’évolution nerveuse atteint.atteint.  La mastication ne correspond pas alors à des simples phénomènesLa mastication ne correspond pas alors à des simples phénomènes réflexes élémentaires mais à des automatismes réglés à des niveauxréflexes élémentaires mais à des automatismes réglés à des niveaux très élevés par l’intervention de centre de coordination et de contrôletrès élevés par l’intervention de centre de coordination et de contrôle déclenchés par des organes effecteurs qui sont eux-mêmes réglés pardéclenchés par des organes effecteurs qui sont eux-mêmes réglés par des organes récepteurs.des organes récepteurs. Les organes effecteurs:Les organes effecteurs:  Les muscles de l’appareil manducateur sont sous la dépendance duLes muscles de l’appareil manducateur sont sous la dépendance du trijumeau .chaque fibre musculaire reçoit une fibre nerveuse motricetrijumeau .chaque fibre musculaire reçoit une fibre nerveuse motrice du V qui se ramifie au sein d’une zone protoplasmique d’originedu V qui se ramifie au sein d’une zone protoplasmique d’origine névralgique. Un seul neurone moteur peut commander de100à180névralgique. Un seul neurone moteur peut commander de100à180 fibres musculaires (myome).fibres musculaires (myome).  A côté de ses plaques motrices coexistent dans le muscle desA côté de ses plaques motrices coexistent dans le muscle des faisceaux neuromusculaires qui sont de légers renflements situés lefaisceaux neuromusculaires qui sont de légers renflements situés le long d’une fibre musculaire spéciales plus fines que la fibre normale.long d’une fibre musculaire spéciales plus fines que la fibre normale. Ces faisceaux sont des effecteurs mais peuvent être des récepteursCes faisceaux sont des effecteurs mais peuvent être des récepteurs
  23. 23. Les organes récepteursLes organes récepteurs:: Ils comprennentIls comprennent::  LLes extérocepteurs:es extérocepteurs: Situés dans la peau et les muqueuses; ils répondent à des stimuli: leSitués dans la peau et les muqueuses; ils répondent à des stimuli: le toucher, la température, la vision, le goût. Certains ont des modalitéstoucher, la température, la vision, le goût. Certains ont des modalités d’informations très spécialisées comme la lumière le sond’informations très spécialisées comme la lumière le son..  LLes intérocepteurs:es intérocepteurs: Ils concernent les viscères et sont en relation avec la perception de laIls concernent les viscères et sont en relation avec la perception de la faim ,de la soif et des douleurs viscérales. Les réflexes intéroceptifsfaim ,de la soif et des douleurs viscérales. Les réflexes intéroceptifs assurent les grandes fonctions organiques de digestion, circulation etassurent les grandes fonctions organiques de digestion, circulation et de respirationde respiration..  **les propriocepteurs:les propriocepteurs:  Ils jouent un rôle important dans la régulation des activitésIls jouent un rôle important dans la régulation des activités musculaires. Ils sont situés dans les muscles, les tendons, lesmusculaires. Ils sont situés dans les muscles, les tendons, les ligaments et le périosteligaments et le périoste  Ils fournissent au SNC toute information sur les positions,lesIls fournissent au SNC toute information sur les positions,les pressions,sur l’effort demandé à chacun des groupes musculaires,surpressions,sur l’effort demandé à chacun des groupes musculaires,sur la position de nos corps dans l’espace.la position de nos corps dans l’espace.  Le desmodonte contient un système propriocepteur qui est sensibleLe desmodonte contient un système propriocepteur qui est sensible aux contacts occlusaux ainsi qu’aux pressions occlusalesaux contacts occlusaux ainsi qu’aux pressions occlusales
  24. 24. Les organes conducteurs:Les organes conducteurs:  Les conducteurs assurent la liaison entre récepteur, effecteur, SNC;Les conducteurs assurent la liaison entre récepteur, effecteur, SNC;  Ils sont centripètes (fibres sensitives) ou centrifuges (fibres motrices).Ils sont centripètes (fibres sensitives) ou centrifuges (fibres motrices).  Le neurone est l’unité de base du SNC composé d’un corps cellulaire et desLe neurone est l’unité de base du SNC composé d’un corps cellulaire et des prolongements protoplasmiques et cylindroxiquesprolongements protoplasmiques et cylindroxiques  L’ensemble des neurones est parcouru de bout en bout par de très mincesL’ensemble des neurones est parcouru de bout en bout par de très minces filaments:les neurofibrilles qui pour certains jouent un rôle essentiel dans lefilaments:les neurofibrilles qui pour certains jouent un rôle essentiel dans le transport de l’influx nerveux.transport de l’influx nerveux.  Le dendrite est la zone réceptrice du neurone.Le dendrite est la zone réceptrice du neurone.  Chaque neurone comprend deux pôles:Chaque neurone comprend deux pôles: 1.1. *un pôle récepteur; du coté du dendrite.*un pôle récepteur; du coté du dendrite. 2.2. *un pôle effecteur à l’extrémité du cylindroxe.*un pôle effecteur à l’extrémité du cylindroxe.  Les voies nerveuses sont constituées de plusieurs neurones placés bout àLes voies nerveuses sont constituées de plusieurs neurones placés bout à bout:bout:  Neurone récepteur …… la synapse……….neurone connecteur ……. laNeurone récepteur …… la synapse……….neurone connecteur ……. la synapse…… neurone effecteur.synapse…… neurone effecteur.  +La synapse permet la transmission de l’influx nerveux d’un neurone à+La synapse permet la transmission de l’influx nerveux d’un neurone à l’autr, elle met en présence la terminaison nerveuse de l’axone renflé enl’autr, elle met en présence la terminaison nerveuse de l’axone renflé en bulbe et les dendrites d’un autre neurone.bulbe et les dendrites d’un autre neurone.  Des articulations synaptiques sont très nombreuses pour un même neuroneDes articulations synaptiques sont très nombreuses pour un même neurone soumis à de multiples influences qui agissent soit dans le même senssoumis à de multiples influences qui agissent soit dans le même sens (facilitation) soit dans le sens contraire(inhibition) grâce à des médiateurs(facilitation) soit dans le sens contraire(inhibition) grâce à des médiateurs chimiques : acétyle choline*******chimiques : acétyle choline*******
  25. 25. Intégration proprioceptiveIntégration proprioceptive
  26. 26. 3.43.4Les centres nerveuxLes centres nerveux:: Les centres nerveux comprennentLes centres nerveux comprennent::  La substance grise de la moelle épinière : se comporteLa substance grise de la moelle épinière : se comporte comme un centre reflex alors que la substance blanchecomme un centre reflex alors que la substance blanche joue un rôle conducteur.joue un rôle conducteur.  La bulbe : centre de la mastication, déglutition et salivation.La bulbe : centre de la mastication, déglutition et salivation.  Protubérance : c’est une formation qui rassemble en grandProtubérance : c’est une formation qui rassemble en grand NB d’informations et qui joue un role dans la productionNB d’informations et qui joue un role dans la production des mécanismes complexes de la mastication.des mécanismes complexes de la mastication.  L’hypothalamus : cerveau de la vie végétative.L’hypothalamus : cerveau de la vie végétative.  Le rhinencéphale : ou système limbique, intervient dans lesLe rhinencéphale : ou système limbique, intervient dans les réactions émotionnelles.réactions émotionnelles.  Le cortex : joue un rôle important ans le reflex, sonLe cortex : joue un rôle important ans le reflex, son influence transforme l’activité primitivement et purementinfluence transforme l’activité primitivement et purement reflex en automatisme (mouvement volontaire)reflex en automatisme (mouvement volontaire)
  27. 27. 4. Etude fonctionnelle de la mandibule :4. Etude fonctionnelle de la mandibule : 4.1.les positions fondamentales de la mandibule:4.1.les positions fondamentales de la mandibule: 44.1.1. Position de la RC:.1.1. Position de la RC:  La seule référence précise et reproductible pourLa seule référence précise et reproductible pour déterminer la relation des deux maxillaires est ladéterminer la relation des deux maxillaires est la position de la mandibule dans laquelle lesposition de la mandibule dans laquelle les condyles sont centrés dans les deux cavitéscondyles sont centrés dans les deux cavités glénoïdes. Cette position de référenceglénoïdes. Cette position de référence condylienne est appelée PRC, elle estcondylienne est appelée PRC, elle est indépendante des dents.indépendante des dents. 4.1.2. Position d’ICM:4.1.2. Position d’ICM:  C’est la position de la mandibule qui assure leC’est la position de la mandibule qui assure le maximum de contact entre les dentsmaximum de contact entre les dents antagonistes******antagonistes******
  28. 28. 4.2.34.2.3..Position de repos ou de posturePosition de repos ou de posture::  C’est une position d’équilibre neuro-musculaire entre lesC’est une position d’équilibre neuro-musculaire entre les muscles d’ouverture et de fermeture dans laquelle il n’y amuscles d’ouverture et de fermeture dans laquelle il n’y a aucun contact entre les dents antagonistes.aucun contact entre les dents antagonistes.  La distance entre la position de repos et la position d’ICMLa distance entre la position de repos et la position d’ICM est appelée : distance inter occlusale ou espace libre d’inest appelée : distance inter occlusale ou espace libre d’in occlusion.occlusion.  C’est l’espace séparant les surfaces occlusalesC’est l’espace séparant les surfaces occlusales supérieures et inférieures quand la mandibule est dans sasupérieures et inférieures quand la mandibule est dans sa position physiologique de repos.position physiologique de repos.  Cette distance peut être calculé entre gnathion et le pointCette distance peut être calculé entre gnathion et le point sous nasal lorsque la mandibule est en position de repossous nasal lorsque la mandibule est en position de repos (DVR) et en position d’inter cuspidation maximale (DVO).(DVR) et en position d’inter cuspidation maximale (DVO).  Cet espace varie entre 1.5-03mm suivant les individus etCet espace varie entre 1.5-03mm suivant les individus et chez le même individu en fonction de l’état de relaxationchez le même individu en fonction de l’état de relaxation musculaire.musculaire.
  29. 29. 4.2.4. Dimension verticale de repos :4.2.4. Dimension verticale de repos : La DVR correspond à la hauteur de l’étage inférieur de la faceLa DVR correspond à la hauteur de l’étage inférieur de la face déterminée cliniquement par la distance sous nasale, sousdéterminée cliniquement par la distance sous nasale, sous menton lorsque les masticateurs se trouvent en équilibrementon lorsque les masticateurs se trouvent en équilibre tonique.tonique. 4.2.5.Dimension verticale d’occlusion:4.2.5.Dimension verticale d’occlusion: Distance entre le point sous nasal et le menton en position ICM.Distance entre le point sous nasal et le menton en position ICM. 4.24.2 MoMouvements mandibulaires:uvements mandibulaires: Mouvements élémentaires:Mouvements élémentaires: Les ATM présentent par rapport aux autres articulations duLes ATM présentent par rapport aux autres articulations du corps humain, un caractère particulier en permettant deuxcorps humain, un caractère particulier en permettant deux types de mouvements élémentaires:types de mouvements élémentaires:  la rotation dans le compartiment inférieur;la rotation dans le compartiment inférieur;  la translation dans le compartiment supérieur.la translation dans le compartiment supérieur. Mouvements combinés:Mouvements combinés: Ils associent les mouvements combinés de rotation et deIls associent les mouvements combinés de rotation et de translationtranslation
  30. 30. ouverture buccale:ouverture buccale: 1ére phase:1ére phase: 1.1. Sous l’influence de la contraction des muscles abaisseurs, se produit unSous l’influence de la contraction des muscles abaisseurs, se produit un abaissement de la mandibule par rotation autour d’un axe reliant lesabaissement de la mandibule par rotation autour d’un axe reliant les tubercules médiaux des condyles (axe charnière) dans le compartimenttubercules médiaux des condyles (axe charnière) dans le compartiment inférieur disco-condylien.inférieur disco-condylien. 2.2. Le faisceau supérieur du muscle ptérygoïdien latéral et l’appareil tenseur seLe faisceau supérieur du muscle ptérygoïdien latéral et l’appareil tenseur se relâchent, et le faisceau inférieur commence à se contracter.relâchent, et le faisceau inférieur commence à se contracter. 2ème phase:2ème phase: Sous l’influence de la contraction du faisceau inférieur du muscle PL etSous l’influence de la contraction du faisceau inférieur du muscle PL et la mise en tension du ligament latéral, le complexe condylo-discal glissela mise en tension du ligament latéral, le complexe condylo-discal glisse vers l’avant le long du versant postérieur de l’éminence temporale.vers l’avant le long du versant postérieur de l’éminence temporale. Dans ce mouvement se combine:Dans ce mouvement se combine:  Une rotation condylienne dans le compartiment inférieur avec une trèsUne rotation condylienne dans le compartiment inférieur avec une très légère translation par rapport au disque;légère translation par rapport au disque;  Une translation dans le compartiment supérieur du complexe condylo-discalUne translation dans le compartiment supérieur du complexe condylo-discal vers l’avant par rapport à l’éminence temporale.vers l’avant par rapport à l’éminence temporale. Finalement, le mouvement d’ouverture s’arrête par mise en tension desFinalement, le mouvement d’ouverture s’arrête par mise en tension des ligaments et des muscles antagonistes.ligaments et des muscles antagonistes.
  31. 31. 2-ontrac 1.Relac. 1.Contrac des muscles abaisseurs
  32. 32. B- Fermeture buccaleB- Fermeture buccale::  Elle correspond à l’élévation de la mandibule. Ce mouvementElle correspond à l’élévation de la mandibule. Ce mouvement s’accomplit suivant un mécanisme symétrique et inverse de celui dus’accomplit suivant un mécanisme symétrique et inverse de celui du mouvement d’ouverture auquel il fait suite.mouvement d’ouverture auquel il fait suite.  Elle se déroule en deux phases :Elle se déroule en deux phases : 1ere phase1ere phase:: Est due à la contraction des fibres antérieures du temporal qui élève laEst due à la contraction des fibres antérieures du temporal qui élève la mandibulemandibule.. 2eme phase2eme phase::  Intervient avec la contraction des muscles rétropulseurs : fibresIntervient avec la contraction des muscles rétropulseurs : fibres postérieur du temporal, fibrespostérieur du temporal, fibres profonds du masséter et ventreprofonds du masséter et ventre postérieur du digastrique.postérieur du digastrique.  L’arrêt du mouvement s’obtient généralement par l’occlusion desL’arrêt du mouvement s’obtient généralement par l’occlusion des arcades dentaires, mais les muscles peuvent agir par contactarcades dentaires, mais les muscles peuvent agir par contact isométrique ( masséter PL) lors de la fermeture forcée entre lesisométrique ( masséter PL) lors de la fermeture forcée entre les arcades dentaires.arcades dentaires.  En fin de fermeture, l’appareil tenseur du disque (faisceau supérieur duEn fin de fermeture, l’appareil tenseur du disque (faisceau supérieur du PL, fibres postérieurs du temporal et du masséter) se contractePL, fibres postérieurs du temporal et du masséter) se contracte contrôlant le positionnement de la tête condylienne dans la fossecontrôlant le positionnement de la tête condylienne dans la fosse glénoïde protégeant les surfaces articulaires, le faisceau inférieur duglénoïde protégeant les surfaces articulaires, le faisceau inférieur du PL est relâché.PL est relâché.
  33. 33. 1.contrac 2.contrac 2.ontrac 2.contrac 3.+contrac
  34. 34. C- propulsion: animationC- propulsion: animation  Ce mouvement de proglissement mandibulaire, se mesureCe mouvement de proglissement mandibulaire, se mesure de l’OIM à la position de protrusion maximale.de l’OIM à la position de protrusion maximale. Il nécessite:Il nécessite:  Un glissement du condyle mandibulaire le long deUn glissement du condyle mandibulaire le long de l’éminence temporale et le long des incisives supérieuresl’éminence temporale et le long des incisives supérieures pour désengrener les arcades dentaires;pour désengrener les arcades dentaires;  Une contraction symétrique des faisceaux inférieurs desUne contraction symétrique des faisceaux inférieurs des muscles ptérygoïdiens latéraux et des faisceauxmuscles ptérygoïdiens latéraux et des faisceaux superficiels des masséters;superficiels des masséters;  Au niveau temporo-mandibulaire, le complexe condylo-Au niveau temporo-mandibulaire, le complexe condylo- discal n’atteint pas la position extrême qu’il atteint au coursdiscal n’atteint pas la position extrême qu’il atteint au cours de l’ouverture buccale maximale.de l’ouverture buccale maximale.
  35. 35. contrac contrac
  36. 36. rétropropulsion:rétropropulsion:  Les mouvements de rétropulsion peuvent seLes mouvements de rétropulsion peuvent se faire:faire:  A partir de la position de propulsionA partir de la position de propulsion maximale;maximale;  A partir de l’OIM.A partir de l’OIM.  Les mouvements rétropulsion demandent uneLes mouvements rétropulsion demandent une contraction combinée et simultanée des fibrescontraction combinée et simultanée des fibres horizontales postérieurs du temporal, deshorizontales postérieurs du temporal, des muscles abaisseurs et du ventre postérieurmuscles abaisseurs et du ventre postérieur du digastriquedu digastrique
  37. 37. contrac contrac Contrac des m abaisse
  38. 38. Cté dépla contr Cté dépla contr Cté dépla contr
  39. 39. résumé
  40. 40. Mouvements complexesMouvements complexes:: masticationmastication:: définitiondéfinition::  C’est le premier acte de la digestion qui permet laC’est le premier acte de la digestion qui permet la transformation des aliments en bol alimentaire partransformation des aliments en bol alimentaire par incision, dilacération et broyage au niveau des surfacesincision, dilacération et broyage au niveau des surfaces triturantes des dents. C’est un acte complexe, consiste entriturantes des dents. C’est un acte complexe, consiste en des mouvements de fermeture de la bouche,des mouvements de fermeture de la bouche, accompagnées de déplacements antéropostérieurs etaccompagnées de déplacements antéropostérieurs et latéraux.latéraux. étapes de la masticationétapes de la mastication:: 1.1. Incision : Réduction des aliments à une taille appropriée àIncision : Réduction des aliments à une taille appropriée à la masticationla mastication 2.2. Écrasement : c’est la réduction des portions volumineusesÉcrasement : c’est la réduction des portions volumineuses 3.3. Trituration : de l’aliment enfin prêt pour la masticationTrituration : de l’aliment enfin prêt pour la mastication
  41. 41. Cycle masticatoireCycle masticatoire::  C’est le trajet exécuté par la mandibule au cours de laC’est le trajet exécuté par la mandibule au cours de la mastication:mastication:  L’ouverture moyenne des maxillaires au cours de laL’ouverture moyenne des maxillaires au cours de la mastication des aliments est 18.2 mm;mastication des aliments est 18.2 mm;  La durée moyenne du cycle masticatoire est de 1.046La durée moyenne du cycle masticatoire est de 1.046 secondes.secondes.  La forme du cycle masticateur varie selon la consistance,La forme du cycle masticateur varie selon la consistance, la forme du bol alimentaire, la nature de l’occlusion, lesla forme du bol alimentaire, la nature de l’occlusion, les habitudes masticatoires et en fonction de l’age.habitudes masticatoires et en fonction de l’age.  Il est composé de trois phases:Il est composé de trois phases: 1.1. une phase d’ouverture : abaissement de la mandibuleune phase d’ouverture : abaissement de la mandibule avec déviation latérale, elle s’effectue vers le cotéavec déviation latérale, elle s’effectue vers le coté travaillant ;travaillant ; 2.2. une phase de fermeture : dont le trajet est le plus souventune phase de fermeture : dont le trajet est le plus souvent externe au trajet d’ouverture;externe au trajet d’ouverture; 3.3. une phase d’ICM : les dents sont en contact en ICM, chezune phase d’ICM : les dents sont en contact en ICM, chez la majorité des individus, la mandibule réalise un repos àla majorité des individus, la mandibule réalise un repos à ce niveauce niveau
  42. 42. Physiologie de la mastication:Physiologie de la mastication:  La mastication s’effectue à son début par desLa mastication s’effectue à son début par des mouvements volontaires puis devient trèsmouvements volontaires puis devient très rapidement un acte réflexe et ordonné par desrapidement un acte réflexe et ordonné par des impulsions sensitives en provenance des tissusimpulsions sensitives en provenance des tissus parodontaux, de la muqueuse buccale, desparodontaux, de la muqueuse buccale, des muscles et tendons, les terminaisons nerveusesmuscles et tendons, les terminaisons nerveuses sensorielles proprioceptives situées dans cessensorielles proprioceptives situées dans ces différents tissus analysent les caractères dedifférents tissus analysent les caractères de l’aliment (dureté, volume, forme, situation).l’aliment (dureté, volume, forme, situation).  Le trajet effectué par la mandibule au cours de laLe trajet effectué par la mandibule au cours de la mastication définit l’enveloppe fonctionnellemastication définit l’enveloppe fonctionnelle
  43. 43. B- déglutition:B- déglutition:  Définition:Définition: C’est le mécanisme physiologique quiC’est le mécanisme physiologique qui permet à la salive, au liquide , au bolpermet à la salive, au liquide , au bol alimentaire de passer de la bouche àalimentaire de passer de la bouche à l’estomac. Elle semble l’une des fonctionsl’estomac. Elle semble l’une des fonctions les moins perturbées même par l’altérationles moins perturbées même par l’altération de son support anatomiquede son support anatomique
  44. 44. Étapes de la déglutition:Étapes de la déglutition: - 1- 1erer temps: temps buccaltemps: temps buccal Il est volontaire, non réflexe, conscient.Il est volontaire, non réflexe, conscient. L’aliment mâché est insalivé, les liquides, le flux salivaire sont amenés au fondL’aliment mâché est insalivé, les liquides, le flux salivaire sont amenés au fond de la cavité par la langue.de la cavité par la langue. Les premiers muscles à se contracter sont: l’orbiculaire, le buccinateur et lesLes premiers muscles à se contracter sont: l’orbiculaire, le buccinateur et les muscles sus et sous-hyoidiens puis les muscles masticateurs.muscles sus et sous-hyoidiens puis les muscles masticateurs. - 2ème temps: passage de la bouche vers le pharynx:- 2ème temps: passage de la bouche vers le pharynx: Conscient mais non volontaire.Conscient mais non volontaire. Le rhino-pharynx se ferme par une élévation du voile et les muscles du larynxLe rhino-pharynx se ferme par une élévation du voile et les muscles du larynx se contractent et s’opposent à la pénétration du bol alimentaire dans lesse contractent et s’opposent à la pénétration du bol alimentaire dans les voies laryngées.voies laryngées. La langue le refoule vers l’œsophage. Ce temps entraîne le recul de l’ensembleLa langue le refoule vers l’œsophage. Ce temps entraîne le recul de l’ensemble lingo-mandibulaires vers une position très proche de la RC, ainsi qu’unelingo-mandibulaires vers une position très proche de la RC, ainsi qu’une élévation de la mandibule avec fermeture antérieur.élévation de la mandibule avec fermeture antérieur. - 3ème temps: oesophagien :- 3ème temps: oesophagien : Purement réflexe, se fait une seconde après le début de la déglutition, laPurement réflexe, se fait une seconde après le début de la déglutition, la mandibule reprend sa position de repos. La respiration recommence et lesmandibule reprend sa position de repos. La respiration recommence et les organes de la cavité buccale se détendentorganes de la cavité buccale se détendent
  45. 45. C- phonation:C- phonation: Définition:Définition: C’est une fonction complexe qui met en jeu trois phénomènes essentielsC’est une fonction complexe qui met en jeu trois phénomènes essentiels concourant à la production de la voix:concourant à la production de la voix: 1.1. - la soufflure pulmonaire;- la soufflure pulmonaire; 2.2. - le rétrécissement glottique;- le rétrécissement glottique; 3.3. - les cordes vocales et les cavités supra glottiques formant des- les cordes vocales et les cavités supra glottiques formant des résonateurs.résonateurs. Physiologie:Physiologie:  Elle joue un rôle important dans le fonctionnement de l’appareilElle joue un rôle important dans le fonctionnement de l’appareil manducateur et en particulier dans adaptation fonctionnelle des ATM enmanducateur et en particulier dans adaptation fonctionnelle des ATM en relation avec la morphologie des arcades dentaires, le type derelation avec la morphologie des arcades dentaires, le type de phénomène prononcé et la langue parlée.phénomène prononcé et la langue parlée.  Dans la phonation, la cavité orale présente deux rôles:Dans la phonation, la cavité orale présente deux rôles:  L’articulation, cavité de résonance et filtre acoustique.L’articulation, cavité de résonance et filtre acoustique. Sa configuration est extrêmement variable:Sa configuration est extrêmement variable: 1.1. En fonction de l’ouverture plus ou moins grande liée au déplacementEn fonction de l’ouverture plus ou moins grande liée au déplacement mandibulaire;mandibulaire; 2.2. En fonction de la position des lèvres;En fonction de la position des lèvres; 3.3. En fonction de la position que peut prendre la langue au palais dur , auEn fonction de la position que peut prendre la langue au palais dur , au palais mou ainsi qu’au arcades dentaires.palais mou ainsi qu’au arcades dentaires.
  46. 46. 4.2.4. Autres mouvements complexes:4.2.4. Autres mouvements complexes: Bâillement:Bâillement:  Il associe des mouvements d’ouvertureIl associe des mouvements d’ouverture extrême et de fermeture buccale quiextrême et de fermeture buccale qui s’accompagnent d’une contractions’accompagnent d’une contraction synergique des muscles du voile du palaissynergique des muscles du voile du palais avec ouverture de la trempe d’Eustache.avec ouverture de la trempe d’Eustache. La mimique:La mimique:  Le terme mimique désigne à la fois desLe terme mimique désigne à la fois des expressions du visage, les yeux, laexpressions du visage, les yeux, la physionomie des attitudes et les gestesphysionomie des attitudes et les gestes
  47. 47. 5. Neurophysiologie de l’appareil manducateur:5. Neurophysiologie de l’appareil manducateur: 5.1 Mécanisme réflexe des mouvements5.1 Mécanisme réflexe des mouvements mandibulaires:mandibulaires: 5.1.1 Arc réflexe simple:5.1.1 Arc réflexe simple:  Une impulsion est déclenchée par un stimulus auUne impulsion est déclenchée par un stimulus au niveau du récepteur situé soit dans le parodonte,niveau du récepteur situé soit dans le parodonte, le muscle, la capsule articulaire ou la muqueusele muscle, la capsule articulaire ou la muqueuse buccale.buccale.  Le stimulus chemine par les neurones afférentsLe stimulus chemine par les neurones afférents jusqu’à des neurones intermédiaires situées dansjusqu’à des neurones intermédiaires situées dans le cordon médullaire ou le cervelet.le cordon médullaire ou le cervelet.  Les informations y sont analyséesLes informations y sont analysées puis transmises par une ou plusieurspuis transmises par une ou plusieurs synapses aux neurones afférents moteurs quisynapses aux neurones afférents moteurs qui conduit l’impulsion jusqu’à l’organe effecteurconduit l’impulsion jusqu’à l’organe effecteur lequel peut être un muscle ou une glandelequel peut être un muscle ou une glande sécrétricesécrétrice
  48. 48. 5.1.2 le réflexe d’ouverture:5.1.2 le réflexe d’ouverture:  Déclenché par un stimulus intervenant à la partieDéclenché par un stimulus intervenant à la partie inférieure de la face ou au niveau des tissus innervés parinférieure de la face ou au niveau des tissus innervés par les branches maxillaire et mandibulaire du V.les branches maxillaire et mandibulaire du V. 5.1.3 Le réflexe de fermeture:5.1.3 Le réflexe de fermeture:  Se produit lors de la déglutition ou en réponse à un légerSe produit lors de la déglutition ou en réponse à un léger stimulus appliqué sur la face dorsale de la langue.stimulus appliqué sur la face dorsale de la langue.  Il se produit également si une pression est appliquée parIl se produit également si une pression est appliquée par un coup sec pour abaisser la mandibule.un coup sec pour abaisser la mandibule. 5.1.4 le réflexe myotatique: ou réflexe monosynaptique5.1.4 le réflexe myotatique: ou réflexe monosynaptique trigéminal.trigéminal.  C’est la contraction réflexe du muscle élévateur enC’est la contraction réflexe du muscle élévateur en réponse à l’étirement de ses propres fibres.réponse à l’étirement de ses propres fibres.  Quand un muscle élévateur est en inhibition, sesQuand un muscle élévateur est en inhibition, ses propriocepteurs ainsi que les fuseaux neuromusculairespropriocepteurs ainsi que les fuseaux neuromusculaires sont sollicités par l’étirement des fibres musculaires.sont sollicités par l’étirement des fibres musculaires.  Des impulsions sont transmises au noyauDes impulsions sont transmises au noyau mésencéphalique du V puis au noyau moteur de ce nerf etmésencéphalique du V puis au noyau moteur de ce nerf et ce par synapse.ce par synapse.
  49. 49. 5.1.5 le réflexe myotatique inverse ou réflexe poly synaptique:5.1.5 le réflexe myotatique inverse ou réflexe poly synaptique:  Les corpuscules de Golgi en sont responsables, ilsLes corpuscules de Golgi en sont responsables, ils interviennent quand un muscle est trop attiré, il provoqueinterviennent quand un muscle est trop attiré, il provoque son relâchement par arrêt de toute contraction leson relâchement par arrêt de toute contraction le protégeant ainsi de la rupture tendineuse.protégeant ainsi de la rupture tendineuse. 5.1.6 Le réflexe d’inhibition réciproque5.1.6 Le réflexe d’inhibition réciproque::  Lors de la mastication les dents entrent en contact, lesLors de la mastication les dents entrent en contact, les propriocepteurs desmodantaux transmettent cespropriocepteurs desmodantaux transmettent ces informations à travers l’arc réflexe afin de protéger lesinformations à travers l’arc réflexe afin de protéger les dents et leur tissu de soutien des forces excessives ou tropdents et leur tissu de soutien des forces excessives ou trop prolongées.prolongées.  En réponse à ce stimulus, les muscles élévateurs sontEn réponse à ce stimulus, les muscles élévateurs sont inhibés alors que les abaisseurs se contractent.inhibés alors que les abaisseurs se contractent.  L’effet de pesanteur ajouté à ces derniers, les dents seL’effet de pesanteur ajouté à ces derniers, les dents se séparent et la bouche s’ouvre.séparent et la bouche s’ouvre.  Ce réflexe est également observé dans les mouvementsCe réflexe est également observé dans les mouvements de propulsion et de rétro pulsionde propulsion et de rétro pulsion
  50. 50. 5.1.7 Le réflexe parodontal du ptérygoïdien latéral:5.1.7 Le réflexe parodontal du ptérygoïdien latéral:  Les deux faisceaux du ptérygoïdien latéral se contractentLes deux faisceaux du ptérygoïdien latéral se contractent de façon asynchrone. Le faisceau inférieur se contractede façon asynchrone. Le faisceau inférieur se contracte lors de l’ouverture buccale, de la propulsion et du côté nonlors de l’ouverture buccale, de la propulsion et du côté non travaillant lors des mouvements de diduction.travaillant lors des mouvements de diduction.  A l’ouverture buccale ce faisceau agit en synergie avec lesA l’ouverture buccale ce faisceau agit en synergie avec les abaisseurs de la mandibule.abaisseurs de la mandibule.  Le faisceau supérieur se contracte pendant la fermetureLe faisceau supérieur se contracte pendant la fermeture buccale en même temps que les muscles élévateurs de labuccale en même temps que les muscles élévateurs de la mandibule en fin du mouvement donc pas en synergiemandibule en fin du mouvement donc pas en synergie avec ces muscles. Il a un rôle protecteur de la têteavec ces muscles. Il a un rôle protecteur de la tête condylienne donc de l’ATM.condylienne donc de l’ATM.  Le chef supérieur, en se contractant, va appliquer l’appareilLe chef supérieur, en se contractant, va appliquer l’appareil discal sur la tête condylienne puis guider et ralentir lediscal sur la tête condylienne puis guider et ralentir le repositionnement de celle-ci dans la cavité glénoïde. Cerepositionnement de celle-ci dans la cavité glénoïde. Ce réflexe peut être considéré comme une extension duréflexe peut être considéré comme une extension du réflexe de mise en jeu des antagonistes lors d’une flexion,réflexe de mise en jeu des antagonistes lors d’une flexion, à la fin de celle-ci, les muscles extenseurs se contractentà la fin de celle-ci, les muscles extenseurs se contractent pour freiner les mouvementspour freiner les mouvements
  51. 51. 6. Conclusion :6. Conclusion :  L’appareil manducateur, sollicité plusieurs milliersL’appareil manducateur, sollicité plusieurs milliers de fois par jour par des forces pouvant atteindrede fois par jour par des forces pouvant atteindre plusieurs dizaines de kilogrammes,est protégéplusieurs dizaines de kilogrammes,est protégé par un système complexe qui permet d’en assurerpar un système complexe qui permet d’en assurer l’homéostasie. Ce système fonctionne de façon àl’homéostasie. Ce système fonctionne de façon à minimiser la stimulation des nocicepteursminimiser la stimulation des nocicepteurs dentaires, desmodantaux et articulaires lors dedentaires, desmodantaux et articulaires lors de l’occlusion.l’occlusion.  cette minimisation est obtenue par le placementcette minimisation est obtenue par le placement de l’arcade dentaire mandibulaire dans unede l’arcade dentaire mandibulaire dans une position optimale par rapport à celle du maxillaire.position optimale par rapport à celle du maxillaire.  il existe par ailleurs une adaptation permanenteil existe par ailleurs une adaptation permanente des ATM à l’évolution de l’occlusion grâce àdes ATM à l’évolution de l’occlusion grâce à l’appareil discall’appareil discal

×