Macro Chap1 1

16 390 vues

Publié le

Publié dans : Technologie, Business
0 commentaire
4 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
16 390
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
9
Actions
Partages
0
Téléchargements
231
Commentaires
0
J’aime
4
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Macro Chap1 1

  1. 1. ECONOMIE 1 ère année Ecole Supérieure du Commerce Extérieur François METROT CEMI (Centre d’étude des Modes d’Industrialisation) EHESS (Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales)
  2. 2. Chapitre I: Le Schéma Demande Globale – Offre Globale Lecture recommandée: Samuelson, Nordhaus, chapitre 20 et 21 (pp.411 - 469) Stiglitz, Walsh, chapitre 23 (pp.501- 515) et chapitre 29 (pp.683 - 710)
  3. 3. Chapitre I <ul><li>1.1 Principe du Schéma Demande Globale - Offre Globale </li></ul><ul><li>1.2 Mesure des Agrégats économiques </li></ul><ul><li>1.3 Demande Globale et Offre Globale </li></ul>
  4. 4. Introduction <ul><li>La macroéconomie est la branche de l’économie qui cherche à expliquer le fonctionnement d’une économie nationale ou régionale (groupe de pays). Elle s’attache à analyser: </li></ul><ul><ul><li>les cycles d’activités : fluctuations de court terme de la production, de l’emploi et des prix (distinction PIB réel et PIB potentiel); </li></ul></ul><ul><ul><li>les effets des politiques économiques et des réglementations sur le niveau d’activité d’une économie. </li></ul></ul><ul><ul><li>la croissance économique : tendance à long terme de la production et du niveau de vie (rôle de la productivité et de la technologie). </li></ul></ul>
  5. 5. Introduction <ul><li>Objectifs de performances Macroéconomiques </li></ul><ul><li>Croissance économique rapide et soutenue (mesure du PIB) </li></ul><ul><li>Haut niveau d’emploi et faible taux de chômage involontaire </li></ul><ul><li>Stabilité des prix et contrôle de l’inflation </li></ul>
  6. 6. Introduction <ul><li>Outils de Politiques Macroéconomiques </li></ul><ul><li>La politique Monétaire : </li></ul><ul><ul><li>Contrôle de l’offre de monnaie </li></ul></ul><ul><ul><li>Influence les taux d’intérêts </li></ul></ul><ul><li>La Politique Budgétaire : </li></ul><ul><ul><li>Dépenses Publiques (achats de l’Etat et transferts redistributifs) </li></ul></ul><ul><ul><li>Impôts et Taxes (Modification des revenus disponibles des agents et des prix des Biens et Services) </li></ul></ul>
  7. 7. 1.1 Principe du Schéma DG - OG <ul><li>1.1.1 Définitions: </li></ul><ul><li>Le modèle DG-OG analyse les opérations sur biens et services produits au sein d’une économie. </li></ul><ul><li>L’ensemble de ces produits et services représente l’offre globale (P) </li></ul><ul><li>Ils ont nécessairement un emploi, i.e. qu’ils vont être consommés, investis ou exportés. </li></ul><ul><li>L’analyse porte sur 2 variables : </li></ul><ul><li>Le niveau de la production (Y mesure le PIB réel). </li></ul><ul><li>Le niveau général des prix (mesuré par l’IPC ou déflateur du PIB). </li></ul>
  8. 8. biens et services non marchands revenus de transfert impôts + biens et services non marchands exportations importations biens et services non marchands cotisations sociales impôts + cotisations sociales crédits crédits demande de consommation intermédiaire demande de consommation finale Ménages Marché des biens et services Entreprises Administrations Publiques Institutions Financières Extérieur travail salaire demande d ’investissement production épargne
  9. 9. 1.1 Principe du Schéma DG - OG <ul><li>1.1.1 Définitions: </li></ul><ul><li>La Demande Globale (DG): </li></ul><ul><li>Montant total que les différents agents économiques ont dépensé pour acquérir les biens et services produits durant une période donnée. </li></ul><ul><li>Il y a 4 types d’emplois possible des produits : </li></ul><ul><li>l a consommation des ménages (C): consommation finale y compris achats de biens durables </li></ul><ul><li>les dépenses d’investissement des entreprises (I): la formation brute de capital fixe </li></ul><ul><li>les dépenses publiques (G): Achats de biens et services par les administrations d’Etat </li></ul><ul><li>les exportations nettes (X-M): solde du commerce extérieur, i.e. relation avec le reste du monde </li></ul>
  10. 10. 1.1 Principe du Schéma DG - OG <ul><li>DG = C + I + G + (EX - IM) </li></ul><ul><li>Remarque: la demande globale est composée de la demande intérieure (DINT = C + I + G) et de la demande extérieure nette (DEXT = EX - IM). </li></ul>
  11. 11. <ul><li>On représente la Demande Globale sous la forme d’une fonction de demande globale. </li></ul><ul><li>Les principaux déterminants de la demande globale sont: </li></ul><ul><ul><li>Le niveau des prix (P) </li></ul></ul><ul><ul><li>Le niveau de rémunération des facteurs (coût du capital et salaire (w)) </li></ul></ul><ul><ul><li>Les anticipations des agents (la confiance) </li></ul></ul><ul><ul><li>La politique budgétaire (dépenses publiques) et monétaire (taux d’intérêt, r) </li></ul></ul><ul><ul><li>Le degrés d’insertion dans l’économie mondiale </li></ul></ul><ul><ul><li>Autres facteurs (cf chap. Liminaire) </li></ul></ul>
  12. 12. <ul><li>L’Offre Globale (OG) : </li></ul><ul><li>Elle représente la quantité totale de biens et services que les entreprises d’un pays produisent, durant une période donnée. </li></ul>
  13. 13. <ul><li>On représente l’Offre Globale sous la forme d’une fonction d’offre globale. </li></ul><ul><li>Les principales variables influant sur le niveau de l’offre globale sont: </li></ul><ul><ul><li>Le Niveau des prix </li></ul></ul><ul><ul><li>La disponibilité et le coût des facteurs (coût des MP, coût d’acquisition du capital et niveau des salaires); </li></ul></ul><ul><ul><li>Mode de gestion des entreprises </li></ul></ul><ul><ul><li>Le niveau technologique </li></ul></ul><ul><ul><li>Contrainte Réglementaire </li></ul></ul><ul><ul><li>Autres Facteurs (cf chap. Liminaire) </li></ul></ul>
  14. 14. <ul><li>Interaction OG-DG: </li></ul><ul><li>La courbe DG représente le niveau de la demande à différent niveaux de prix, ceteris paribus. </li></ul><ul><li>La courbe OG représente ce que les entreprises produiront et vendront pour différents niveaux de prix, ceteris paribus. </li></ul><ul><li>Le Produit Intérieur Brut (Y) et le niveau général des prix (P) se déterminent à l’intersection des courbes OG et DG. </li></ul>
  15. 15. L’équilibre macroéconomique <ul><li>L’équilibre intervient pour un niveau de prix tel que les entreprises produisent et vendent exactement la quantité que les demandeurs désirent. </li></ul><ul><li>On a OG = DG </li></ul><ul><li>L’intersection des courbes de demande et d’offre globales détermine la seule combinaison des valeurs du PIB réel et du niveau des prix compatibles avec les décisions des agents économiques. </li></ul><ul><li>Soit Y = C + I + G + (X-M) </li></ul><ul><li>C’est un couple (prix-quantité) pour lequel ni les acheteurs ni les vendeurs ne souhaitent modifier leurs achats. </li></ul>
  16. 16. 1.1.2 Histoire Macroéconomique: entre expansions et crises économiques <ul><li>Toute économie connaît des fluctuations, des cycles d’activité , où s’alternent des phases de croissance de la production et des phases de ralentissement. </li></ul>
  17. 17. Quelques définitions… <ul><li>Une expansion économique désigne une période où le Produit Intérieur augmente (hausse de la production et baisse du chômage). </li></ul><ul><li>Un sommet désigne le moment où une économie passe d’une phase d’expansion à une phase de récession. </li></ul><ul><li>Une récession économique désigne une période où le taux de croissance est négatif durant au moins deux trimestres. </li></ul><ul><li>Une dépression économique désigne une période où le taux de croissance est négatif durablement, le Produit Intérieur diminue et le chômage augmente. </li></ul>
  18. 18. 1.1.2.1 Expansion et choc de demande <ul><li>Une évolution des variables favorable à un accroissement de la demande globale entraîne un choc de demande. </li></ul><ul><ul><li>Baisse des impôts ; </li></ul></ul><ul><ul><li>Augmentation des salaires réels ; </li></ul></ul><ul><ul><li>Baisse du taux d’intérêt réel (qui peut être liée à une augmentation de l’inflation) ; </li></ul></ul><ul><ul><li>Augmentation des dépenses publiques (ex: effort de guerre). </li></ul></ul>
  19. 19. Choc positif sur la demande globale Y P Y 0 P 0 DG 0 OG <ul><li>Un choc positif sur la DG </li></ul><ul><li>(p.ex. une baisse du taux </li></ul><ul><li>d’intérêt réel ) déplace la </li></ul><ul><li>courbe de demande globale </li></ul><ul><li>vers la droite. </li></ul><ul><li>Le PIB réel augmente: </li></ul><ul><li>Expansion </li></ul><ul><li>Le niveau général des prix </li></ul><ul><li>Augmente: </li></ul><ul><li>Inflation </li></ul>DG 1 P 1 Y 1
  20. 20. 1.1.2.1 Stagflation et choc d’offre <ul><li>La Stagflation désigne une situation conjoncturelle caractérisée par une faible croissance, une augmentation du chômage et une forte inflation </li></ul><ul><li>Remarque: </li></ul><ul><li>Normalement l’inflation se manifeste surtout en période de croissance forte (forte demande de consommation tire les prix à la hausse). </li></ul>
  21. 21. <ul><li>La stagflation a pour origine un choc lié à une évolution défavorable des facteurs déterminants l’offre: </li></ul><ul><ul><li>Augmentation des prix des matières premières (ex: Chocs pétroliers, mauvaises récoltes); </li></ul></ul><ul><ul><li>Baisse de la productivité des facteurs provoquant une hausse des coûts de production </li></ul></ul><ul><ul><li>Ce type de chocs d’offre entraîne une hausse des coûts des entreprises et/ou une baisse de la production et/ou une augmentation du chômage. </li></ul></ul>
  22. 22. Choc négatif sur l’offre globale Y P P 0 DG Y 0 <ul><li>Un choc négatif sur l’OG </li></ul><ul><li>(p.ex. une hausse du prix </li></ul><ul><li>du pétrole ) augmente les </li></ul><ul><li>coûts unitaires de production et déplace ainsi la courbe d’offre globale vers la gauche. </li></ul><ul><li>Le PIB réel diminue: dépression </li></ul><ul><li>Le niveau général des prix </li></ul><ul><li>Augmente: Inflation </li></ul>OG 0 OG 1 P 1 Y 1
  23. 23. 1.2 Mesure des Agrégats économiques <ul><li>Les agrégats sont des grandeurs économiques qui permettent de mesurer les résultats de l’activité économique. </li></ul><ul><li>On les utilise pour évaluer l’efficacité d’une économie ou pour effectuer des comparaisons dans le temps ou entre les pays. </li></ul><ul><li>Les trois principaux agrégats sont: </li></ul><ul><ul><li>le Produit Intérieur Brut (mesure de la production nationale) – on cherche à l’augmenter - </li></ul></ul><ul><ul><li>Le Taux d’inflation (mesure du niveau général des prix) – on cherche à le diminuer - </li></ul></ul><ul><ul><li>Le taux de chômage (mesure du niveau d’emploi) - on cherche à le diminuer - </li></ul></ul>
  24. 24. 1.2.1 La mesure du PIB <ul><li>Agrégat représentant le résultat final de l'activité de production des unités productrices résidentes . </li></ul><ul><li>C’est la somme de la valeur ajoutée de tous les biens et service produits au sein d’un pays, au cours d’une période donnée. </li></ul>
  25. 25. <ul><li>Les limites du PIB : </li></ul><ul><li>(+) Les activités non rémunérées (autoproduction, bénévolat) </li></ul><ul><li>(+) Les activités licites non déclarées </li></ul><ul><li>(+) Les améliorations non mesurées (externalités positives) </li></ul><ul><li>(-) L’inflation </li></ul><ul><li>(-) Les dégradations non mesurées (externalités négatives) </li></ul><ul><li>(+/-) Les activités illicites </li></ul>
  26. 26. Indicateurs Alternatifs <ul><li>Indice de Développement Humain (IDH) </li></ul><ul><ul><li>http://hdr.undp.org </li></ul></ul><ul><li>Genuine Progress Indicator (GPI) </li></ul><ul><ul><li>http://www.rprogress.org/ </li></ul></ul><ul><li>BIP 40: Mesure des Inégalités </li></ul><ul><ul><li>http://www.bip40.org/ </li></ul></ul><ul><li>L’empreinte écologique (ecological footprint…) </li></ul>
  27. 27. GDP vs GPI
  28. 30. La Mesure du PIB <ul><li>Il existe trois façons équivalentes de mesurer le PIB : </li></ul><ul><li>Par la demande de produit (méthode des dépenses), </li></ul><ul><li>Par la méthode des valeurs ajoutées. </li></ul><ul><li>Par les revenus des facteurs (méthode des coûts de production) </li></ul>
  29. 31. <ul><li>1.2.1.1 Le PIB par la demande de produit </li></ul><ul><li>Le PIB est ici défini comme la valeur totale en unité monétaire du flux de produits finals créés par un pays, au cours d’une période donnée. </li></ul><ul><li>La méthode des dépenses consiste à additionner toutes les dépenses encourues pour acquérir la production nationale. </li></ul><ul><li>Les grandes catégories de dépenses sont: </li></ul><ul><li>la consommation (C), </li></ul><ul><li>les dépenses d’investissement privé et publique brut (I), </li></ul><ul><li>les achats publics de biens et services de consommation (G) </li></ul><ul><li>les achats nets effectués par les non-résidents, c’est-à-dire les exportations nettes (EX - IM). Ainsi: </li></ul><ul><li>PIB = C + I + G + ( EX - IM ) </li></ul>
  30. 32. PIB par la Demande de Produits
  31. 33. <ul><li>Ce calcul du PIB par la demande est instructive. </li></ul><ul><li>On identifie facilement les moteurs de la croissance du PIB: </li></ul><ul><li>la consommation des ménages, </li></ul><ul><li>l’investissement des entreprises, </li></ul><ul><li>Les dépenses publiques, </li></ul><ul><li>et les exportations nettes. </li></ul>
  32. 35. <ul><li>On peut également calculer le PIB par la méthode de la valeur ajoutée . </li></ul><ul><li>On considère alors le PIB comme la somme des valeurs ajoutées produites dans l’économie, au cours d’une période donnée. </li></ul><ul><li>Soit: </li></ul><ul><li>PIB = P – CI </li></ul>
  33. 36. Attention: Il est très important de distinguer les consommations finales des consommations intermédiaires afin d’éviter la double comptabilisation d’un même produit. 40 Profit 100 Dont Achat Conso Inter 70 Dont Salaire 170 Dépenses 210 Chiffre d’Affaires Constructeur Automobile 20 Profit 80 Salaire 100 Chiffre d’Affaires Entreprise Sidérurgique
  34. 37. 1.2.1.2 Le PIB par la méthode des coûts des facteurs <ul><li>La méthode par les coûts consiste à calculer le PIB à partir des coûts des facteurs pour les entreprises: </li></ul><ul><ul><li>Il s’agit des rémunération brutes (rémunération du travail); </li></ul></ul><ul><ul><li>Les intérêts et les profits (rémunération du capital); </li></ul></ul><ul><ul><li>Les impôts indirects (taxes sur la production et la consommation) </li></ul></ul>
  35. 38. PIB par les Revenus (ou les coûts)
  36. 41. Pour résumer <ul><li>On peut calculer le PIB de trois façons: </li></ul><ul><ul><li>Par la demande de produits : </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>PIB est la somme des produits consommés soit </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>PIB = CF + I + G + (X-M) </li></ul></ul></ul><ul><ul><li>Par la méthode de la valeur ajoutée </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>PIB est la somme des valeurs ajoutées créées par les entreprises soit </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>PIB = P – CI = Σ VA </li></ul></ul></ul><ul><ul><li>Par la méthode des coûts des facteurs : </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>Le PIB représente l’ensemble des rémunération des facteurs de production </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>PIB = Σ Coût du travail (Salaires) + Coût du capital (excédent brut d’exploitation) + Impôts indirects </li></ul></ul></ul>
  37. 42. Question <ul><li>Supposez que l’on mesure le PIB en ajoutant la valeur finale de tous les biens et services produits. Déterminez quelle composante est affectée par les transaction suivantes et son impact sur le PIB: </li></ul><ul><ul><li>Achat à un pêcheur du dimanche pour 100 euros de poissons, cuisiné et mangé à domicile. </li></ul></ul><ul><ul><li>Un restaurant achète pour 100 € dans une poissonnerie et vend 10 plats à 30 euros. </li></ul></ul><ul><ul><li>AF achète un avion à Airbus. </li></ul></ul><ul><ul><li>AF achète un avion à Boeing. </li></ul></ul><ul><ul><li>Une compagnie australienne achète un avion à Airbus. </li></ul></ul><ul><ul><li>Une compagnie australienne achète un avion à Boeing. </li></ul></ul>
  38. 43. Calcul de PIB <ul><li>Une économie connaît deux évènement au cours d’une année: </li></ul><ul><li>1) Une mine d’argent paie l’ensemble de ses employés 200 K€ pour produire 75kg d’argent vendus à une bijouterie pour 300 K€. </li></ul><ul><li>2) La bijouterie paie ses employés 250 K€ pour produire des bijoux vendus pour un total de 1 M€. </li></ul><ul><li>Calculez le PIB de cette économie: par les produits consommés? </li></ul><ul><li>Par les produits </li></ul><ul><li>Par la Valeur ajoutée </li></ul><ul><li>Par les revenus des facteurs </li></ul>
  39. 44. ? ? ? 5000 Consos finals Constructeur Auto Voitures ? ? 500 500 Constructeur Auto Fabricant de Pneus Pneus 1000 ? ? 2000 Constructeur Auto Fabricant de machines Machine ? ? ? 3000 Constructeur Auto 1000 ? ? 1000 Fabricant de machines Producteur d’Acier Acier Revenus des facteurs Demande de biens finals VA Valeur de la transaction Acheteur Vendeur Biens
  40. 46. 1.2.1.3 Distinction PIB / PNB <ul><li>Alors que le PIB mesure la production de l’ensemble des unités résidentes au sein d’un pays (critère géographique); </li></ul><ul><li>Le PNB mesure la production de l’ensemble des unités nationales partout dans le monde (critère de nationalité). </li></ul><ul><li>On obtient le PNB en retirant du PIB la production des unités résidentes non nationales et en ajoutant la production des unités non résidentes nationales. </li></ul>
  41. 47. 1.2.2 La mesure du niveau général des prix <ul><li>On distingue le PIB réel du PIB nominal car les prix, évoluant d’une période à une autre, influent sur le montant total du PIB. </li></ul><ul><li>Le PIB nominal est aussi appelé PIB à prix courants. </li></ul><ul><li>Le PIB réel est aussi appelé PIB à prix constants . </li></ul>
  42. 48. 1.2.2 La mesure du niveau général des prix <ul><li>Pour calculer le PIB réel, il faut évaluer la variation de prix. </li></ul><ul><li>Pour cela on mesure le niveau général des prix grâce à l’utilisation d’un indice des prix: </li></ul><ul><li>Un indice des prix est une moyenne pondérée des prix d’un certains nombre de biens et services. </li></ul>
  43. 49. 1.2.2.1 IPC <ul><li>L'indice des prix à la consommation ou coût de la vie est un indicateur statistique représentatif de l'évolution des prix des produits pour l'ensemble de la population. </li></ul><ul><li>L’IPC ne concerne que les biens de consommations finales. </li></ul><ul><li>Des indices catégoriels peuvent aussi être calculés pour certaines catégories de ménages, à partir des mêmes indices de prix élémentaires, mais en fonction de leur structure propre de consommation. </li></ul>
  44. 50. Construction d’un IPC <ul><li>Pour construire un IPC, il faut: </li></ul><ul><li>Sélectionner des biens et services couramment consommés par l’ensemble des ménages. </li></ul><ul><li>Composer un « panier de biens » en attribuant une importance à chaque biens et services; </li></ul><ul><li>Effectuer un relevé mensuels des prix de ces biens. </li></ul><ul><li>indice du coût de la vie INSEE </li></ul><ul><li>http://www.insee.fr/fr/indicateur/indic_cons/sip/sip.htm </li></ul>
  45. 51. Les biais de L’IPC <ul><li>Les nouveaux produits et services; </li></ul><ul><li>La qualité des produits; </li></ul><ul><li>Les changements de consommation; </li></ul><ul><li>Les changements de points de vente. </li></ul>
  46. 52. Calcul d’un IPC <ul><li>En 2000, un individu dispose d’un panier de consommation suivant: </li></ul><ul><li>Location de 4 DVD (p = 3 €) </li></ul><ul><li>10 barres vitaminées (p = 1 €) </li></ul><ul><li>4 Magazines (p = 2.5€) </li></ul><ul><li>En 2001, les prix varient de la manière suivante: </li></ul><ul><li>Location de DVD (p = 5 €) </li></ul><ul><li>barres vitaminées (p = 0.8 €) </li></ul><ul><li>Magazines (p = 2 €) </li></ul>
  47. 53. Calcul d’un IPC <ul><li>En 1999, Mr X dépense chaque mois 1500€ décomposé en: </li></ul><ul><li>1000 € de loyer; </li></ul><ul><li>200 € de pizzas (prix unitaire = 2€); </li></ul><ul><li>300 € de CD (prix unitaire = 10 €). </li></ul><ul><li>En 2000, les prix évoluent de la manière suivante: </li></ul><ul><li>1200 € de loyer </li></ul><ul><li>Prix des pizzas = 2.25 € </li></ul><ul><li>Prix des CD = 9 € </li></ul>
  48. 54. 1.2.2.2 Déflateur du PIB <ul><li>Le déflateur du PIB prend en compte l’évolution des prix de l’ensemble des biens compris dans le PIB (la consommation des ménages mais aussi l’investissement des entreprises). </li></ul><ul><li>Le déflateur du PIB correspond au ratio du PIB Nominal au PIB Réel durant une année. </li></ul><ul><li>déflateur du PIB = PIB Nominal en t </li></ul><ul><li> PIB réel en t </li></ul>
  49. 55. 1.2.2.3 Distinction PIB Nominal / PIB Réel <ul><li>Le PIB Nominal ou PIB à prix courants: </li></ul><ul><li>Il représente la valeur monétaire totale des biens et services finals pour une année donnée. Les valeurs sont exprimées en prix du marché de l’année en cours. </li></ul><ul><li>Il peut croître pour deux raisons: </li></ul><ul><li>Accroissement de la production </li></ul><ul><li>Accroissement du niveau général des prix </li></ul>
  50. 56. La valeur des dépenses C, I, G, EX et IM est calculée en prix de l’année courante; c’est le PIB nominal. Les économistes ont plutôt recours à une estimation du PIB corrigé des variations de prix et ne reflétant ainsi que les variations dans les quantités produites : c’est le PIB réel. C’est l’indicateur fondamental de la performance macroéconomique d’un pays.
  51. 58. <ul><li>Le PIB Réel ou PIB en Volume: </li></ul><ul><li>Il corrige le PIB nominal des variations de prix et correspond à un calcul à prix constant. </li></ul><ul><li>PIB réel = PIB Nominal </li></ul><ul><li>déflateur du PIB </li></ul>
  52. 59. 1.2.3 Approche dynamique: Croissance et inflation <ul><li>1.2.3.1 Taux de croissance du PIB: </li></ul><ul><li>Le niveau du PIB réel nous intéresse moins que son taux de croissance </li></ul><ul><li>L e taux de croissance du PIB fait référence au taux de croissance du PIB Réel . </li></ul><ul><li>Il est égal à: </li></ul><ul><li>[PIB (t) – PIB (t-1) ] / PIB (t-1) </li></ul>
  53. 60. 1.2.3.2 Taux d’inflation <ul><li>L’inflation est une hausse entretenue du niveau général des prix. À l’opposé, la déflation représente une baisse soutenue du niveau des prix. </li></ul><ul><li>Le taux d’inflation représente le taux de variation en pourcentage de l’indice de prix choisi. </li></ul><ul><li>Il est égal à: </li></ul><ul><li>[ IP (t) – IP (t-1) ] / IP (t-1) </li></ul>
  54. 61. PIB Réel et PIB Nominal D'après Insee Note de conjoncture mars 2005, compte associé et fiche inflation ? ? 2,3 0,5 taux de croissance en volume aux prix de 1995 (%) 1 440,0 1 407,3 PIB en volume aux prix de 1995 113,8 111,2 indice des prix base 100 en 1995 4,7 1,5 taux de croissance en valeur (%) 1 638,0 1 565 PIB en milliards d'Euros courants 2004 2003 ....
  55. 62. PIB Nominal et PIB Réel 1000 10 1000 4 Ordinateur 500 6 1 1000 Orange 3000 12 2000 10 Voiture P Q P Q 2002 2001
  56. 63. 1.3 Demande Globale et Offre Globale <ul><li>1.3.1 Déterminants de la Demande Globale </li></ul><ul><li>La consommation des ménages: </li></ul><ul><li>Fonction de consommation / épargne / revenu disponible </li></ul><ul><li>L’Investissement des entreprises </li></ul><ul><li>Fonction d’investissement / financement / coût du capital </li></ul><ul><li>Les Dépenses Publiques </li></ul><ul><li>Politique Budgétaire </li></ul><ul><li>Les Exportations </li></ul><ul><li>Commerce internationale / taux de change </li></ul>
  57. 64. 1.3.1.1 La Fonction de Consommation <ul><li>La consommation finale des ménages est la composante principale de la Demande Globale. </li></ul><ul><li>Il existe différentes formes de consommation : </li></ul><ul><li>Consommation finale </li></ul><ul><li>Consommation intermédiaire </li></ul><ul><li>Consommation de capital fixe (Amortissement) </li></ul><ul><li>Remarque : seule la consommation finale concerne notre étude </li></ul>
  58. 65. <ul><li>On peut modéliser le comportement des consommateurs grâce à la fonction de consommation . </li></ul><ul><li>Elle désigne une relation stable entre le niveau des dépenses de consommation finale d’un ménage et le niveau de son revenu disponible . </li></ul><ul><li>Le Revenu Disponible (RD) est égale au Revenu Total auquel on soustrait les impôts et taxes et auquel on rajoute les revenus de transferts. </li></ul>
  59. 66. La fonction de consommation Keynesienne <ul><li>Hypothèses de la fonction de consommation: </li></ul><ul><li>Il existe un niveau de consommation incompressible ( C 0 ), indépendant du revenu disponible </li></ul><ul><li>Plus le revenu disponible augmente et plus l’individu consomme. Mais il ne consomme pas l’intégralité de son revenu supplémentaire. </li></ul><ul><li>Tout ce qui n’est pas consommé est épargné. </li></ul>
  60. 67. <ul><li>La fonction de consommation Keynésienne suppose que la consommation est une fonction croissante du revenu. </li></ul><ul><li>Il existe une relation stable dans le temps entre consommation et revenu: la proportion marginale à consommer </li></ul><ul><li>C = pmc.RD </li></ul><ul><li>Mais comme il existe un niveau de consommation incompressible : </li></ul><ul><li>C = pmc.RD + C 0 </li></ul><ul><li>Avec </li></ul><ul><li>C : consommation </li></ul><ul><li>RD : revenu disponible </li></ul><ul><li>pmc : propension marginale à consommer </li></ul><ul><li>C 0 : consommation incompressible </li></ul>
  61. 68. <ul><li>La propension marginale à consommer est le montant supplémentaire que les agents économiques consomment s’ils perçoivent un euro supplémentaire de revenu disponible. </li></ul><ul><li>La propension marginale à consommer est toujours positive et inférieure à 1. </li></ul><ul><li>La propension moyenne à consommer est la part du revenu disponible qui est consacré à la consommation </li></ul><ul><li>Plus le revenu disponible d’un agent augmente et plus la part moyenne du revenu consacrée à la consommation diminue. C/RD diminue si RD augmente. </li></ul><ul><li>La propension moyenne à consommer est décroissante </li></ul>
  62. 69. Représentation Graphique Revenu Disponible (€) Dépense de consommation C (€) Fonction de consommation b Consommation Epargne
  63. 70. Facteurs déterminant la Consommation <ul><li>C = f c (RD, r, RICH, CONF) </li></ul><ul><li> + - + + </li></ul><ul><li>RD : Revenu Disponible, soit le revenu réel des ménages après impôts et transferts redistributifs; </li></ul><ul><li>r : taux d’intérêt réel (coût de financement des achats de biens durables); </li></ul><ul><li>RICH : richesse financière et non financière des ménages en termes réels (actifs moins dettes); </li></ul><ul><li>CONF : facteurs psychologiques comme la confiance et les anticipations économiques des consommateurs. </li></ul>
  64. 71. La fonction de consommation C RD (Y – T) C = C 0 + pmc (RD) Pente = c = ( ∆ C/ ∆ RD) Propension marginale à consommer C 0 = f (r, RICH,CONF) Consommation autonome C 0 • • A B C 0 ’ C’= C 0 ’ + pmc (RD) • D
  65. 72. La fonction d’épargne <ul><li>La fonction d’épargne indique la relation entre le niveau de l’épargne et celui du revenu. </li></ul><ul><li>On a la relation suivante: </li></ul><ul><li>S = RD - C </li></ul><ul><li>La propension marginale à épargner représente le supplément d’épargne engendré par un euro supplémentaire de revenu disponible. </li></ul><ul><li>On a la relation suivante: </li></ul><ul><li>pms = 1- pmc </li></ul>
  66. 73. <ul><li>Les motifs et les formes d’épargne </li></ul><ul><li>Motifs </li></ul><ul><li>L’épargne forcée </li></ul><ul><li>L’épargne de précaution </li></ul><ul><li>L’épargne de transaction </li></ul><ul><li>L’épargne de spéculation </li></ul><ul><li>Forme </li></ul><ul><li>L’épargne financière </li></ul><ul><li>L’épargne non financière </li></ul>
  67. 74. Application 525 3750 420 3400 300 3000 150 2500 0 2000 -300 1000 -600 0 S PmS PMC PmC C RD
  68. 75. 525 0,3 0,86 0,7 3225 3750 420 0,3 0,87647059 0,7 2980 3400 300 0,3 0,9 0,7 2700 3000 150 0,3 0,94 0,7 2350 2500 0 0,3 1 0,7 2000 2000 -300 0,3 1,3 0,7 1300 1000 -600 600 0 S PmS PMC PmC C RD
  69. 76. 1.3.1.2 La fonction d’Investissement <ul><li>L’investissement représente environ 10 à 20% du PIB dans les pays de l’OCDE. </li></ul><ul><li>L’investissement a un double rôle dans l’économie: </li></ul><ul><ul><li>Il influe à court terme sur la demande globale; </li></ul></ul><ul><ul><li>Il influe à long terme sur l’offre globale. </li></ul></ul>
  70. 77. L’investissement est un moteur de la croissance à court et long terme <ul><li>Double Rôle de l’investissement : </li></ul><ul><li>L’investissement est un élément important de la dynamique de court terme : sa volatilité est la principale composante des cycles économiques. </li></ul><ul><ul><li>Il est beaucoup plus volatile que la consommation ou que les dépenses publiques . </li></ul></ul><ul><li>L’investissement est central dans le processus de croissance a long terme. </li></ul><ul><ul><li>L’investissement peut être de productivité ou d’innovation. </li></ul></ul><ul><ul><li>L’accumulation du capital permet d’augmenter le produit potentiel (i.e. le niveau de production maximale de l’économie). </li></ul></ul>
  71. 78. Le profit comme moteur de l’investissement <ul><li>Dans chaque décision d’investissement, le profit joue le rôle de moyen et de fin. </li></ul><ul><li>Un moyen: le profit courant il constitue la capacité d’autofinancement des entreprises ; </li></ul><ul><li>Une fin: une décision d’investissement se justifie au regard des profits futurs anticipés qu’il permettrait de dégager. </li></ul>
  72. 79. Les Facteurs déterminants de l’investissement <ul><li>Les recettes générées par le nouvel investissement (les anticipations de bénéfices futurs); </li></ul><ul><li>Les coûts d’acquisition (prix d’acquisition, taux d’intérêt réel, impôts supplémentaires); </li></ul><ul><li>Les anticipations des investisseurs sur la situation économique future; </li></ul><ul><li>L’irréversibilité de l’investissement (spécificité des actifs et existence de marché de l’occasion) </li></ul>
  73. 80. <ul><li>I = f I (BENR, r, CLAFF) </li></ul><ul><li> + - + </li></ul><ul><li>BENR: bénéfices réels anticipés des sociétés ; </li></ul><ul><li>r: taux d’intérêt réel comme mesure du coût du capital; </li></ul><ul><li>CLAFF : climat des affaires basé sur l’évaluation et les anticipations des gestionnaires (récession?, reprise durable?, ...). </li></ul>
  74. 81. Relation particulière entre I et r <ul><li>La décision d’investir est basée sur la confrontation entre le coût du capital et le taux de rendement du capital investi. </li></ul><ul><li>Le coût du capital est mesuré par le taux d’intérêt réel (taux d’intérêt nominal ajusté de l’inflation anticipé) </li></ul><ul><li>Le taux de rendement du capital investi est le taux de rentabilité attendu de la part des investisseurs. </li></ul>
  75. 82. Quels projets d’investissement seront réalisés si le taux d’intérêt réel est de 7% et de 10%? 40 H 110 G 60 F 160 E 90 D 130 C 220 B 150 A Revenu annuel net pour un investissement de 1000$ Projet -60 -30 10 40 -40 <ul><li>10 </li></ul>60 90 -10 20 30 60 120 150 50 80 Profit annuel net: Revenu – Coût du capital (10%) Profit annuel net: Revenu – Coût du capital (7%)
  76. 83. Représentation graphique r I DI 0 (BENR 0 , CLAFF 0 ) La courbe de demande d’investissement reflète le taux de rendement sur le capital investi 10 % A Les projets d’investissement qui se réalisent (I 0 ) ont un taux de rentabilité supérieur à 10 % I 0 B I 1 DI 1 (BENR 1 , …) Taux d’intérêt réel
  77. 84. 1.3.1.3 Dépenses Publiques <ul><li>Elles ont différents objectifs: </li></ul><ul><li>Redistribuer les richesses via les revenus de transferts; </li></ul><ul><li>Financer les services publics; </li></ul><ul><li>Intervenir dans l’économie pour stimuler la croissance: </li></ul><ul><ul><li>de court terme: politique de soutien de la demande </li></ul></ul><ul><ul><li>ou de long terme: politique structurelle et politique de l’offre. </li></ul></ul>
  78. 85. <ul><li>Le financement de biens publics peut accroître le potentiel de croissance d’une économie : </li></ul><ul><li>Par des investissements publics matériels : </li></ul><ul><ul><li>infrastructures de transport, de santé, etc. </li></ul></ul><ul><li>Par des investissements publics immatériels : </li></ul><ul><ul><li>système d’enseignement supérieur, accroissement du capital humain, etc. </li></ul></ul><ul><li>Par la prise en charge de risques collectifs : </li></ul><ul><ul><li>santé, retraites, etc. </li></ul></ul><ul><li>Les dépenses publiques ont un impact direct, mais de long terme sur le potentiel de croissance </li></ul>
  79. 86. 1.3.1.4 Exportations nettes <ul><li>Les exportations nettes représentent le solde des exportations moins les importations; Soit X-M. </li></ul><ul><li>Les exportations sont principalement déterminées par : </li></ul><ul><ul><li>La demande intérieure des autres pays (Reste du Monde) </li></ul></ul><ul><ul><li>Le prix relatifs des produits domestiques par rapport aux produits étrangers. </li></ul></ul><ul><li>Les importations sont principalement déterminées par: </li></ul><ul><ul><li>La demande intérieure </li></ul></ul><ul><ul><li>Le prix relatif des produits étrangers par rapport aux produits inérieurs </li></ul></ul>
  80. 87. Facteurs déterminants des exportations nettes <ul><li>Les exportations nettes de biens et services: </li></ul><ul><li>(X-M) = f (X-M) (E, P * , P , Y * , Y) </li></ul><ul><li> + + - + - </li></ul><ul><li>E : v aleur en monnaie locale de la devise étrangère; c’est le taux de change nominal </li></ul><ul><li>(dans le cas Français: €/$US); </li></ul><ul><li>P * : prix des biens et services importés ou prix étrangers; </li></ul><ul><li>P : prix des biens et services exportés ou prix locaux; </li></ul><ul><li>Y * : revenu ou PIB réel étranger </li></ul><ul><li>Y : revenu ou PIB réel. </li></ul>
  81. 88. Les déplacements de la courbe de demande globale <ul><li>EXEMPLE: Supposons que le gouvernement décide de réduire les impôts des particuliers: </li></ul><ul><li>1. la consommation est positivement reliée au revenu personnel disponible (RD = R - T). Une diminution des impôts (T) augmente le revenu personnel disponible des ménages; </li></ul><ul><li>2. la consommation privée est stimulée; </li></ul><ul><li>3. la demande globale est stimulée (déplacement vers la droite de la courbe). </li></ul>
  82. 89. Y P DG 0 (RD-T 0 ,…) La baisse des impôts des particuliers (de T 0 à T 1 ), en augmentant le revenu personnel disponible des ménages, a permis de stimuler la consommation et donc, la demande globale. La courbe se déplace donc vers la droite. DG 1 (RD-T 1 ,…) DG = C(RD-T,…) + I + G +(EX-IM) +
  83. 90. <ul><li>EXEMPLE: Supposons une hausse des taux d’intérêt réels dans l’économie </li></ul><ul><li>1. Deux composantes de la demande globale dépendent négativement des taux d’intérêt réels: la consommation et l’investissement; </li></ul><ul><li>2. Cette hausse des taux d’intérêt augmente le coût de financement des achats de biens durables et décourage donc la consommation; </li></ul><ul><li>3. Cette hausse décourage également les projets d’investissement des entreprises car elle augmente leur coût de financement. </li></ul>
  84. 91. La hausse du taux d’intérêt réel (de r 0 à r 1 ) décourage l’achat de biens durables (consommation), la construction résidentielle et l’investissement des entreprises. La demande globale diminue et la courbe de demande globale se déplace donc vers la gauche. DG 0 (r 0 ,…) Y P DG 1 (r 1 ,…) DG = C (r,…) + I (r,…) + G +(EX-IM) - -
  85. 92. <ul><li>EXEMPLE: Le gouvernement adopte un programme de dépenses en infrastructures </li></ul><ul><li>1. Cette transaction représente un achat de biens et services de la part du gouvernement </li></ul><ul><li>(la composante G ). </li></ul><ul><li>2. Cette transaction stimule la demande globale. </li></ul><ul><li>3. La courbe de demande globale se déplace donc vers la droite. </li></ul>
  86. 93. Lorsque le gouvernement augmente ses achats de biens et services (de G 0 à G 1 ), la demande globale est stimulée et la courbe de demande globale se déplace vers la droite. Y P DG 0 (G 0 ) DG 1 (G 1 ) DG = C + I + G +(EX-IM)
  87. 94. <ul><li>EXEMPLE: Les États-Unis connaissent une forte croissance de leur production intérieure, alors que la production intérieure européenne stagne. </li></ul><ul><li>1. Cette fois-ci, c’est la composante (EX - IM) qui est modifiée. </li></ul><ul><li>2. Les exportations nettes locales vont augmenter: les Américains voudront alors consommer davantage de biens locaux et de biens importés. L’augmentation de la demande pour les biens importés aux États-Unis se traduit donc par une augmentation des exportations européennes. </li></ul><ul><li>3. Étant donné que les exportations nettes augmentent, la demande globale est stimulée et la courbe se déplace donc vers la droite . </li></ul>
  88. 95. Si la production intérieure américaine croît, les Américains importent davantage de biens et services européens, ce qui se traduit par une augmentation des exportations européennes et par un déplacement vers la droite de la courbe de demande globale. Y P DG 0 (Y* 0 /Y,...) DG 1 (Y* 1 /Y,...) DG = C + I + G + (EX-IM)
  89. 96. 1.3.2 Déterminants de l’Offre Globale <ul><li>La production dépend principalement : </li></ul><ul><ul><li>Des coûts des facteurs de production disponibles (travail, capital, ressources naturelles), </li></ul></ul><ul><ul><li>De la productivité de ces facteurs de production, </li></ul></ul><ul><ul><li>Du progrès technologique. </li></ul></ul>
  90. 97. 1.3.2.1 Conditions de coûts de production <ul><li>Les entreprises déterminent leur niveau de production en fonction de leur coût unitaire de production et à condition que le prix du marché reflète ces coût. </li></ul><ul><li>C’est la condition de rentabilité: une entreprise ne produira qu’à partir du moment où le prix du marché lui permet de dégager des profits. </li></ul>
  91. 98. Comment les entreprises ajustent leur production à court terme? <ul><li>Pour répondre à la demande, les entreprises doivent à court terme augmenter les heures de travail ou l’emploi, puisque la capacité installée est fixe et la technologie utilisée est supposée la meilleure disponible. </li></ul><ul><li>Dans la mesure où les firmes cherchent à maximiser leur profit, elles ajusteront leur production seulement lorsque cela leur sera rentable. </li></ul>
  92. 99. <ul><li>Les entreprises acceptent d’accroître leur production à condition que le prix du marché reflète leurs coûts unitaires plus élevés. </li></ul><ul><li>On peut s’attendre à ce que les coûts unitaires de production augmentent de plus en plus rapidement: </li></ul><ul><ul><li>au fur et à mesure que la production et l’emploi augmente et que le taux de chômage diminue; </li></ul></ul><ul><ul><li>la loi des rendements décroissants impose alors des coûts croissant s aux entreprises. </li></ul></ul>
  93. 100. La courbe d’offre globale <ul><li>OG </li></ul>Y P La courbe d’offre globale représente une relation d’équilibre entre le niveau général des prix et le PIB réel. A A B C > B mais la hausse des coûts qui en résultent leur permet d’exiger un prix de vente de plus en plus élevé (C > B) pour leurs produits; c’est la condition de la rentabilité. Pour répondre à une demande accrue, les entreprises augmentent la production et l’emploi (A)...
  94. 101. Facteurs déterminants de la courbe d’offre globale <ul><li>Chocs liés aux variations de prix des facteurs de production: </li></ul><ul><ul><li>salaires ( w ) et taxes sur la masse salariale, </li></ul></ul><ul><ul><li>coût du capital investi dans les entreprises ( i ), </li></ul></ul><ul><ul><li>prix des biens intermédiaires et des matières premières </li></ul></ul><ul><li>Choc de productivité (à travers son effet sur le coût unitaire de la main-d’œuvre). </li></ul><ul><li>Choc lié  à l’introduction de nouvelles technologies </li></ul>
  95. 102. Les déplacements de la courbe d’offre globale <ul><li>EXEMPLE: les syndicats obtiennent une hausse des salaires non compensée par des gains de productivité. </li></ul><ul><li>Cet exemple illustre l’impact négatif sur l’offre d’une hausse des salaires. </li></ul><ul><li>Les salaires représentent environ 60 % des coûts totaux; </li></ul><ul><li>Si les salaires augmentent, les coûts unitaires de production des entreprises augmentent; </li></ul><ul><li>Puisque les coûts unitaires augmentent, la courbe d’offre globale se déplace vers la gauche. </li></ul>
  96. 103. Les déplacements de la courbe d’offre globale OG 0 OG 1 Y P Une variation positive des salaires augmentent les coûts unitaires de production et engendrent un déplacement de la courbe d’offre globale vers la gauche.
  97. 104. <ul><li>EXEMPLE: le choc pétrolier de 1985 est un exemple de choc exogène positif sur les coûts de production </li></ul><ul><li>Le pétrole et ses dérivés sont des inputs importants dans la production globale des biens et des services; </li></ul><ul><li>Le choc pétrolier de 1985 a causé une baisse significative (plus de 60 %) du prix de cette matière première; </li></ul><ul><li>Les entreprises ont alors profité d’une diminution soudaine de leurs coûts unitaires de production. </li></ul><ul><li>L’offre globale s’est donc déplacée vers la droite. </li></ul>
  98. 105. Les déplacements de la courbe d’offre globale Le choc pétrolier de 1985 est venu réduire les coûts unitaires de production des entreprises poussant alors la courbe d’offre globale vers la droite. OG 0 OG 1 P Y
  99. 106. <ul><li>EXEMPLE: L’introduction de l’informatique dans les processus de fabrication permet aux travailleurs d’effectuer certaines tâches avec plus d’efficacité </li></ul><ul><li>Cet exemple illustre l’effet d’un gain de productivité sur les coûts unitaires de main-d’œuvre dans les entreprises; </li></ul><ul><li>En effet, les coûts unitaires de production diminuent (tant que les salaires n’augmentent pas); </li></ul><ul><li>La production est stimulée et la courbe d’offre globale se déplace vers la droite. </li></ul>
  100. 107. Les déplacements de la courbe d’offre globale Un choc de productivité positif stimule l’offre globale car il permet d’augmenter la production tout en diminuant les coûts unitaires. La courbe d’offre globale se déplace vers la droite. OG 0 OG 1 P Y

×