Travail collectif et collectif de travail : 
une approche psychosociale 
Guillaume Gronier 
guillaume.gronier@tudor.lu
Qu’est-ce que le travail collectif ?
Le travail collectif 
• Le travail collectif désigne 
« l’articulation de compétences et/ 
ou de tâches individuelles 
néc...
Le travail collectif 
Trois principales activités collectives : 
Coopérer 
tâche 1 / tâche 2 
Se coordonner 
tâche 1 tâche...
23 
Le travail collectif : coopérer 
• Coopérer : actions vers le même 
but, communes ou séparées (Maggi, 
1996). 
Actions...
Le travail collectif : coopérer 
• Coopérer : actions vers le même 
but, communes ou séparées (Maggi, 
1996). 
• Repose su...
Le travail collectif : coopérer 
• Coopérer : actions vers le même 
but, communes ou séparées (Maggi, 
1996). 
• Repose su...
Le travail collectif : coopérer à distance 
• A distance, il faut favoriser la 
construction d’un référentiel commun 
à tr...
24 
Le travail collectif : se coordonner 
• Se coordonner est une action de 
régulation des activités 
coopératives.
24 
Le travail collectif : se coordonner 
• Se coordonner est une action de 
régulation des activités 
coopératives. 
• Ce...
24 
Le travail collectif : se coordonner 
• Se coordonner est une action de 
régulation des activités 
coopératives. 
• Ce...
Le travail collectif : communiquer 
Communiquer est un processus 
coopératif. 
La réussite d’un projet de conception 
dépe...
Le travail collectif : communiquer 
Chaque individu possède une 
«sphère personnelle» (Moles, 
1984). 
Chaque sphère perso...
Le travail collectif : communiquer 
14 
R 
E 
E E 
R R R 
E 
Compréhension 
totale 
Compréhension 
partielle 
Compréhensio...
Le travail collectif : communiquer 
15 
Fidélité? 
Bruit 
Emetteur Message Récepteur 
Code commun 
Répertoire 
émetteur 
R...
Le travail collectif à distance 
Coopération 
Face à face 
SDC 
workflow 
Cloud 
forum 
email 
Coordination Communication ...
Qu’est-ce qu’un collectif de travail ?
Le collectif de travail 
Le collectif de travail est un groupe 
restreint d’individus qui a pour 
caractéristiques : 
• un...
Le collectif de travail 
Pour Bales, le groupe a toujours un 
problème (de conception) à résoudre, 
ce qui crée une tensio...
Solidarité : fait preuve de solidarité, 
aide, encourage, valorise les autres 
Détente : cherche à diminuer la tension, 
b...
Le collectif de travail 
L’Interaction Process Analysis repose 
sur le principe que les groupes se 
construisent sur un éq...
Le collectif de travail 
La pensée groupale (effet Janis) 
illustre le risque d’erreur provoqué par 
une trop forte cohési...
Le collectif de travail 
Les membres évitent de prendre des 
initiatives ou de suggérer des contre-hypothèses 
: c’est la ...
Le collectif de travail : l’expérience de Asch 
Expérience de Asch : étude du 
conformisme lorsque l’individu est 
dans un...
Le collectif de travail : l’expérience de Asch 
Lorsque le sujet est seul, il ne se 
trompe jamais et désigne la bonne 
li...
Le collectif de travail : l’expérience de Asch 
https://www.youtube.com/watch?v=uuvGh_n3I_M 26
Performance et tâches collectives
Performance et tâches collectives 
La performance du groupe, et de ses 
membres, va dépendre du type de 
tâches auxquelles...
Tâche n°1 : disjonctive 
Le groupe bénéficie de l’apport du 
membre le plus compétent. 
C’est une tâche de résolution de 
...
Tâche n°2 : conjonctive 
La production du groupe est réduite à 
celle de son membre le moins 
compétent. 
Les activités in...
Tâche n°3 : additive 
Le résultat est constitué par l’addition 
de la production de chaque membre. 
Plus il y a de personn...
Tâche n°4 : élaborative 
Elle nécessite que les membres 
organisent leur contribution et 
choisissent leur procédure. 
La ...
Merci de votre attention ! 
Des questions ?
Bibliographie 
Asch, S.E. (1951). Effects of group pressure upon the modification and distortion of judgments. In H. Guetz...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Guillaume Gronier "Travail collectif et collectif de travail : une approche psychosociale"

1 173 vues

Publié le

Travail collectif et collectif de travail : une approche psychosociale

Publié dans : Sciences
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 173
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
13
Actions
Partages
0
Téléchargements
23
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Guillaume Gronier "Travail collectif et collectif de travail : une approche psychosociale"

  1. 1. Travail collectif et collectif de travail : une approche psychosociale Guillaume Gronier guillaume.gronier@tudor.lu
  2. 2. Qu’est-ce que le travail collectif ?
  3. 3. Le travail collectif • Le travail collectif désigne « l’articulation de compétences et/ ou de tâches individuelles nécessaires à l’accomplissement d’un but commun » (Karsenty & Pavard, 1997). • Le travail collectif peut revêtir différentes formes : coopération, coopération distribuée, coordination, collaboration, coaction, co-action, concertation, etc.
  4. 4. Le travail collectif Trois principales activités collectives : Coopérer tâche 1 / tâche 2 Se coordonner tâche 1 tâche 2 Communiquer tâche 1 tâche 2
  5. 5. 23 Le travail collectif : coopérer • Coopérer : actions vers le même but, communes ou séparées (Maggi, 1996). Actions séparées Actions communes
  6. 6. Le travail collectif : coopérer • Coopérer : actions vers le même but, communes ou séparées (Maggi, 1996). • Repose sur la construction d’un référentiel commun, c’est-à-dire une représentation commune et partagée du but à atteindre.
  7. 7. Le travail collectif : coopérer • Coopérer : actions vers le même but, communes ou séparées (Maggi, 1996). • Repose sur la construction d’un référentiel commun, c’est-à-dire une représentation commune et partagée du but à atteindre. • Repose sur une synchronisation cognitive : les acteurs doivent se mettre d’accord sur l’objectif, sur les plans d’actions, sur les méthodes....
  8. 8. Le travail collectif : coopérer à distance • A distance, il faut favoriser la construction d’un référentiel commun à travers la création d’une conscience mutuelle partagée. • La conscience mutuelle permet à chaque membre d’une équipe d’avoir connaissance de l’activité des autres membres.
  9. 9. 24 Le travail collectif : se coordonner • Se coordonner est une action de régulation des activités coopératives.
  10. 10. 24 Le travail collectif : se coordonner • Se coordonner est une action de régulation des activités coopératives. • Cela repose sur l’utilisation d’artefacts, aussi appelés objets intermédiaires (Jeantet, 1998) : plans, maquettes, planning, compte-rendus, etc.
  11. 11. 24 Le travail collectif : se coordonner • Se coordonner est une action de régulation des activités coopératives. • Cela repose sur l’utilisation d’artefacts, aussi appelés objets intermédiaires (Jeantet, 1998) : plans, maquettes, planning, compte-rendus, etc. • Repose sur une synchronisation opératoire (Darses et Falzon, 1996) : ce sont les actions individuelles qu’il s’agit de synchroniser pour qu’elles soient efficaces.
  12. 12. Le travail collectif : communiquer Communiquer est un processus coopératif. La réussite d’un projet de conception dépendra en partie de la façon dont les acteurs se seront compris sur : • les objectifs du projet • ce que sera le futur produit (à quoi il ressemblera) • à quels besoins il répondra 12
  13. 13. Le travail collectif : communiquer Chaque individu possède une «sphère personnelle» (Moles, 1984). Chaque sphère personnelle va regrouper : • les connaissances (le répertoire) de la personne et les codes de langage (jargon, expression, langue...) ; • sa connaissance de l’interlocuteur. Se comprendre va consister à faire coïncider les sphères personnelles. 13
  14. 14. Le travail collectif : communiquer 14 R E E E R R R E Compréhension totale Compréhension partielle Compréhension optimale Compréhension nulle R : récepteur E : émetteur
  15. 15. Le travail collectif : communiquer 15 Fidélité? Bruit Emetteur Message Récepteur Code commun Répertoire émetteur Répertoire récepteur sphère personnelle sphère personnelle
  16. 16. Le travail collectif à distance Coopération Face à face SDC workflow Cloud forum email Coordination Communication D’après Favier (1998) Skype téléphone Chat
  17. 17. Qu’est-ce qu’un collectif de travail ?
  18. 18. Le collectif de travail Le collectif de travail est un groupe restreint d’individus qui a pour caractéristiques : • une structuration élevée ; • composé d’un petit nombre d’individus (3 à 8) ; • une forte conscience des buts communs ; • de nombreuses actions communes, spontanées et novatrices ; • forte interdépendance des membres et sentiments de solidarité ; • différenciation des rôles entre les membres ; • constitution de normes, de croyances et de rites propres. 18
  19. 19. Le collectif de travail Pour Bales, le groupe a toujours un problème (de conception) à résoudre, ce qui crée une tension chez les individus : le groupe va fonctionner afin de diminuer les tensions et trouver une solution. 19
  20. 20. Solidarité : fait preuve de solidarité, aide, encourage, valorise les autres Détente : cherche à diminuer la tension, blague, rit, se déclare satisfait Accord : approuve passivement, accepte tacitement, comprend Donne des suggestions : donne des directives, des indications Donne son opinion : analyse, évalue, exprime son sentiment, son souhait Donne des orientations : apporte une information, explique, répète, clarifie Demande une orientation : demande une information, une confirmation Demande une opinion : demande une analyse, un avis, une évaluation Demande des suggestions : demande ce qu’il doit faire, des directions Désaccord : désapprouve, rejette passivement, refuse l’aide Tenstion : se montre tendu, réclame de l’aide, se retire de la discussion Antagoniste : fait preuve d’hostilité, d’opposition, dévalorise autrui 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 Domaine émotionnel positif Domaine de la tâche : réponses Domaine de la tâche : questions Domaine émotionnel négatif a b c d e f Types de problème : a : Orientation : communication visant à aboutir à une définition commune de la situation b : Evaluation : évaluation de la production du groupe c : Contrôle : influence, contrôle des autres d : Décision : élaboration d’une décision e : Tension : réduction ou tensions enter les membres du groupe f : Intégration : cohésion et intégration du groupe Le collectif de travail Pour Bales, le groupe a toujours un problème (de conception) à résoudre, ce qui crée une tension chez les individus : le groupe va fonctionner afin de diminuer les tensions et trouver une solution. Bales (1950) a développé une grille d’analyse des communications : Interaction Process Analysis (IPA). La grille de codage permet d’identifier les communications relatives au domaine «émotionnel» (positif/négatif) et au domaine de la «tâche» (question/ réponse). 20
  21. 21. Le collectif de travail L’Interaction Process Analysis repose sur le principe que les groupes se construisent sur un équilibre permanent entre leurs actions orientées vers l’action (tâches), et leurs actions pour obtenir un état émotionnel positif stable. Les conflits permettent de faire avancer la tâche, en mettant le groupe en situation de crise et en l’obligeant à trouver une solution satisfaisante. En revanche, ils mettent à mal l’équilibre émotionnel du groupe. 21
  22. 22. Le collectif de travail La pensée groupale (effet Janis) illustre le risque d’erreur provoqué par une trop forte cohésion de groupe, qui cherche à éviter le conflit. L’effet Janis se constitue lorsqu’un groupe établit un consensus sur la solution la plus acceptable pour sauvegarder la cohésion du groupe. 22
  23. 23. Le collectif de travail Les membres évitent de prendre des initiatives ou de suggérer des contre-hypothèses : c’est la solution préférée par le groupe qui est soutenue et sélectionnée. Il en résulte : • une illusion collective (illusion de moralité, de rationalité, d’unanimité, d’invulnérabilité) • une censure collective (envers soi-même et les autres) 23
  24. 24. Le collectif de travail : l’expérience de Asch Expérience de Asch : étude du conformisme lorsque l’individu est dans un groupe. Des étudiants sont invités à un prétendu “test de vision”. En réalité, tous les participants étaient complices avec l’expérimentateur, sauf un (le sujet naïf). Tous les participants sont réunis dans une même pièce. On leur demande de juger de la longueur d’une ligne, en la comparant avec 3 autres lignes 24
  25. 25. Le collectif de travail : l’expérience de Asch Lorsque le sujet est seul, il ne se trompe jamais et désigne la bonne ligne. Lorsque le sujet est soumis à un groupe qui ne fait pas l’unanimité des réponses, il se trompe très peu. Lorsque les complices donnent systématiquement une réponse fausse, 33% des sujets naïfs se conforment à cette réponse. Après l’annonce des résultats, les sujets attribuent leur mauvaise performance à leur propre “mauvaise vue” 25
  26. 26. Le collectif de travail : l’expérience de Asch https://www.youtube.com/watch?v=uuvGh_n3I_M 26
  27. 27. Performance et tâches collectives
  28. 28. Performance et tâches collectives La performance du groupe, et de ses membres, va dépendre du type de tâches auxquelles il est confronté. Steiner (1972) distingue 4 types de tâches dans les activités collectives : • les tâches disjonctives • les tâches conjonctives • les tâches additives • les tâches élaboratives 28
  29. 29. Tâche n°1 : disjonctive Le groupe bénéficie de l’apport du membre le plus compétent. C’est une tâche de résolution de problème. La tâche peut être réalisée par un individu au bénéfice du groupe. 29
  30. 30. Tâche n°2 : conjonctive La production du groupe est réduite à celle de son membre le moins compétent. Les activités individuelles sont similaires et dépendantes les unes des autres. Par exemple : une cordée d’alpinistes 30
  31. 31. Tâche n°3 : additive Le résultat est constitué par l’addition de la production de chaque membre. Plus il y a de personnes qui travaillent, plus la production du groupe est importante. Par exemple : les vendangeurs. 31
  32. 32. Tâche n°4 : élaborative Elle nécessite que les membres organisent leur contribution et choisissent leur procédure. La réussite du groupe dépend de la façon dont sont organisées les contributions. Il s’agit d’élaborer une méthode de travail collective. 32
  33. 33. Merci de votre attention ! Des questions ?
  34. 34. Bibliographie Asch, S.E. (1951). Effects of group pressure upon the modification and distortion of judgments. In H. Guetzkow (ed.) Groups, leadership and men. Pittsburgh, PA: Carnegie Press. Bales, R. F. (1950). A set of categories for the analysis of small group interaction. American Sociological Review, 15(2), 257–263. Darses, F., & Falzon, P. (1996). La conception collective : une approche de l’ergonomie cognitive. In G. de Terssac, & E. Friedberg (Eds.), Coopération et Conception (pp. 123-135). Toulouse : Octarès. Jeantet, A. (1998). Les objets intermédiaires dans la conception. Eléments pour une sociologie des processus de conception. Sociologie du travail, 3, 291-316. Karsenty, L., & Pavard, B. (1997). Différents niveaux d’analyse du contexte dans l’étude ergonomique du travail collectif. Réseaux, 85, 73-99. Maggi, B. (1996). La régulation du processus d’action de travail. In P. Cazamian, F. Hubault, & M. Noulin (Eds.), Traité d’ergonomie (pp. 637-662). Toulouse : Octarès. Moles, A. (1986). Théorie structurale de la communication et société. Paris : Masson. Steiner, I.D. (1972). Group Processes and Productivity. Academic Press. 34

×