DOSSIER DE PRESSE
Libreville, le 18 Février 2014
Diagnostic – Principales conclusions
Lignes de force de la Stratégie
Plan...
SOMMAIRE

Un engagement présidentiel…………….………………………………………2
Un historique social depuis 2009, et avant…….………………………………3
Obje...
UN ENGAGEMENT PRESIDENTIEL
Une initiative confiée par le Président de la République à la Première Dame dans la
continuité ...
UN HISTORIQUE SOCIAL DEPUIS 2009, ET AVANT…
Le Président de la République tient les questions sociales en haute estime dep...
OBJECTIF - AMBITION
L’ambition de la Stratégie d’Investissement Humain (SIHG): renforcer
le « capital humain » Gabonais et...
DIAGNOSTIC
Le diagnostic stratégique effectué à permis de qualifier précisément le visage de la
précarité au Gabon et d’év...
PLAN D’ACTIONS - STRATEGIE NATIONALE
La Stratégie d’Investissement Humain proposée s’appuie sur 4 volets (1/2)
Volet 1 – F...
PLAN D’ACTIONS - STRATEGIE NATIONALE
La Stratégie d’Investissement Humain proposée s’appuie sur 4 volets (2/2)
Volet 3 – A...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Dossier de presse - Stratégie d'investissement humain du Gabon

1 102 vues

Publié le

Publié dans : Actualités & Politique
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 102
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
89
Actions
Partages
0
Téléchargements
5
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Dossier de presse - Stratégie d'investissement humain du Gabon

  1. 1. DOSSIER DE PRESSE Libreville, le 18 Février 2014 Diagnostic – Principales conclusions Lignes de force de la Stratégie Plan de déploiement | 0  
  2. 2. SOMMAIRE Un engagement présidentiel…………….………………………………………2 Un historique social depuis 2009, et avant…….………………………………3 Objectif – Ambition ……………………………………………………….………4 Diagnostic…………………………………………….……………………………5 Plan d’actions – Stratégie nationale……………………….…………………6-7 | 1  
  3. 3. UN ENGAGEMENT PRESIDENTIEL Une initiative confiée par le Président de la République à la Première Dame dans la continuité de ses engagements pour les plus vulnérables Extrait du discours du Président Bongo Ondimba pour un nouveau contrat social – Janvier 2014 Extrait du discours de la Première Dame lors de la remise du rapport de la SIHG – Février 2014 « De nombreuses réformes structurelles ont été menées visant à moderniser et à diversifier notre économie. (…) Les programmes développés nous ont permis en effet d’obtenir des taux de croissance de l’ordre de 5 à 6% ces quatre dernières années, contre 2% auparavant. « Votre Excellence, Monsieur le Président de la République, vous avez réaffirme (…) la promesse d’un Gabon plus juste, plus solidaire, plus respectueux de chacun de ses fils et de ses filles. (…) Cette amélioration significative n’a cependant pas permis la réduction des inégalités et l’éradication des souffrances et des difficultés auxquelles certains de nos compatriotes sont confrontés (…). C’est pourquoi, la lutte contre la pauvreté, la précarité et les inégalités nous impose une démarche lucide, objective, transparente et volontaire. C’est dans ce sens que j’ai commandé en octobre 2013 un rapport sur l’état de la pauvreté de notre pays. (…) Conduit sous l’autorité de la Première Dame, ce travail d’enquête pose un diagnostic sans précédent dans l’histoire de notre pays. » Source: Présidence de la République du Gabon Pour faire face aux enjeux auxquels le Gabon est confronté, il est d’une impérieuse nécessité que tout soit mis en œuvre, par chacune et chacun d’entre nous. Pour cela, j’ai choisi d’être la Voix des Sans-Voix. Ce travail vous me l’avez confié. Il s’agissait de rassembler, de fédérer toutes les compétences, connaissances, expériences et talents de cette Nation, au service d’une seule cause : créer, ensemble, notre cadre d’action sociale, celui pour lequel chacune et chacun d’entre nous sera prêt à se battre au quotidien. Ces conclusions et recommandations, dont je suis le porte-parole aujourd’hui, sont collectives. » | 2  
  4. 4. UN HISTORIQUE SOCIAL DEPUIS 2009, ET AVANT… Le Président de la République tient les questions sociales en haute estime depuis plusieurs année. Cela s’est notamment illustré par la Création en 2005 de l’Hôpital d’instruction des Armées Omar Bongo Ondimba. La Stratégie d’Investissement Humain du Gabon est dans la continuité de son engagement social et des actes forts déjà posés en faveur des plus démunis. Protection sociale / CNAMGS Assurance Maladie •  600 000 personnes bénéficient des services de la caisse. •  La maternité est dorénavant prise en charge à 100%: tous les frais lié à la maternité sont couverts par la CAMGS qui distribue aussi des layettes à l’accouchement. •  L’hémodialyse pour les insuffisances rénales est aussi prise en charge à 100% par la Caisse. •  Pour les autres prestations médicale, le patient s’acquitte d’un ticket modérateur qui représente 20% du montant conventionné de l’acte si c’est une maladie nouvelle, 10% si c’est une maladie chronique. Exemple : montant conventionné d’une consultation de spécialiste= 10 000Fcfa, le patient paie 2000 FCFA, 1000FCFA si il est atteint d’une maladie chronique qui nécessite les soins d’un spécialiste •  Les évacuations sanitaires pour les gabonais économiquement faibles sont prises en charge à 100% par la CNAMGS Prestations sociales La caisse est chargée de la distribution des prestations sociales (allocation familiale, allocations de rentrée scolaire et prime à la naissance). Allocations familiales : ces allocations ont été réévaluées à 2 reprises par le Chef de l’Etat, de 1000 FCFA par enfants et par mois, elles sont passées à 2500 FCAF par enfants et par mois et sont aujourd’hui à 4000 FCFA par enfants et par mois. Allocations de rentrée scolaires : 5000 francs par enfants Prime à la maternité : layette remise à la mère à l’accouchement. Les paiements se font 2 fois par an (chaque semestre). Ils ne sont plus fait en cash mais par titres du trésor public dont les services comptables sont bien répartis sur l’ensemble du territoire. Les bénéficiaires de la CNAMGS peuvent contacter un centre téléphonique au 8889 depuis tous les opérateurs mobiles pour poser leur question à la caisse. Le centre téléphonique est capable de gérer jusqu’à 500 appels par jour. | 3  
  5. 5. OBJECTIF - AMBITION L’ambition de la Stratégie d’Investissement Humain (SIHG): renforcer le « capital humain » Gabonais et promouvoir un développement inclusif La situation actuelle du développement humain au Gabon ▪  Le Gabon d’aujourd’hui présente un bon niveau global de développement humain : –  4ème IDH1 d’Afrique – 1ère d’Afrique Subsaharienne –  Haut revenu par habitant ($11,256 en 20122) –  Fort taux d’urbanisation (85%3) ▪  Cependant, celui-ci s’accompagne d’inégalités persistantes au sein de la population : –  Taux de mortalité infantile (42,4 décès pour 1.000 naissances3) et maternelle parmi les plus élevés d’Afrique –  Forte prévalence du SIDA (2% chez les 15-24 ans3) –  Accès restreint a l’assainissement (33% de la population3) ▪  Les programmes d’aides sociales mis en place par la Caisse Nationale d’Assurance Maladie et de Garantie Sociale et le Fonds National d’Aide Sociale ont un impact encore limité. OBJECTIFS : !  Renforcer le pilier « capital humain » du projet Gabon Emergent !  Assurer un développement inclusif et une prospérité partagée 1 Indice de Développement Humain – PNUD; 2 Banque Mondiale; 3 Rapport sur la Stratégie d’Investissement Humain du Gabon/ Enquête démographique et de santé 2012 | 4  
  6. 6. DIAGNOSTIC Le diagnostic stratégique effectué à permis de qualifier précisément le visage de la précarité au Gabon et d’évaluer ce que d’autres pays ont mis en place Des études de cas internationales soulignent la nécessité d’investir dans le développement humain ▪  Quatre dispositifs sont nécessaires pour subvenir aux besoins des populations nécessiteuses : i) des «filets sociaux » type subventions ou gratuité des biens et des services, ii) des « Activités Génératrices de Revenus », iii) l’accès amélioré aux services sociaux (ex : santé, éducation) et iv) aux infrastructures essentielles (routes, transports et logements) ▪  Il est à cet effet essentiel de consacrer jusqu’à 0,5% du PIB aux aides directes; la pression sur les finances publiques peut être réduite en diversifiant les sources de financement (ex : bailleurs de fonds internationaux) 30% des foyers gabonais sont touches par la pauvreté, et vivent principalement en milieu urbain ▪  Environ 95 000 gabonais (30% des foyers) sont considérés comme économiquement faibles (revenus <80 000 FCFA/mois) ▪  7 segments sont particulièrement vulnérables : les familles avec enfants (dont monoparentales), les mères célibataires, les personnes âgées, les veuves, les personnes handicapées, les étudiants isolés, les orphelins et enfants des rues ▪  55% des personnes en situation de pauvreté vivent en milieu urbain, mais le taux de pauvreté est plus élevé en milieu rural (45% de Foyers Economiquement Faibles – FEF – contre 20% en milieu urbain) ▪  La situation des FEF est aggravée par un accès limité aux services sociaux et publics de base (notamment santé, accès à l’eau et à l’électricité, logement); 60% des départements sont en décrochage sur ces services Des dispositifs d’aides sociales sont en place au Gabon, mais ne bénéficient pas suffisamment aux FEF ▪  Les aides directes atteignent ~0,3% du PIB (250-300 Mds FCFA), et sont distribuées principalement par le biais de 2 organismes : la CNAM-GS et le FNAS (50% et 15% du total respectivement) ▪  Cependant, seulement 20% du volume total d’aides directes et indirectes (~55-65 Mds FCFA ) bénéficient aux FEF ▪  Par ailleurs, l’essentiel des aides directes est consacré aux filets sociaux et ne fait l’objet d’aucune conditionnalité Source: Stratégie d’Investissement Humain du Gabon | 5  
  7. 7. PLAN D’ACTIONS - STRATEGIE NATIONALE La Stratégie d’Investissement Humain proposée s’appuie sur 4 volets (1/2) Volet 1 – Filets de protection économique et transferts solidaires ▪  Doubler les revenus des OBJECTIF 95.000 FEF les plus démunis pour subvenir à leurs besoins et à leurs soins alimentaires, sanitaires et éducatifs ▪  7 programmes d’aides COMPOSANTES CLÉ conditionnelles visant : la famille et l’enfance, les mères célibataires, les personnes âgées, les veuves, les handicapés, l’insertion professionnelle es jeunes de 18-25 ans, l’éducation des enfants des rues Volet 2 – Portefeuille de projets AGR intégrés et fortement territorialisés ▪  Permettre à environ 10% à 20% des FEF de devenir des microentrepreneurs et développer 8.500 à 11.000 projets sur le territoire en 5 ans ▪  Portefeuille de projets répartis dans 3 secteurs clés : l’agriculture, l’élevage et la pêche (65% des AGR), le tourisme et l’artisanat (30%), les services et la petite transformation (5%) ▪  Taille moyenne des projets: 1,5 Million de FCFA par entrepreneur ▪  Accordés sous condition pour inciter les bénéficiaires à une plus grande autonomie MOYENS FINANCIERS ▪  Enveloppe annuelle de 45 à 55 Milliards FCFA plus investissement de 20 à 25 milliards FCFA hors foncier pour construire 15 à 20 infrastructures d’accueil Source: Stratégie d’Investissement Humain du Gabon ▪  Enveloppe annuelle de 2 à 3 Milliards FCFA | 6  
  8. 8. PLAN D’ACTIONS - STRATEGIE NATIONALE La Stratégie d’Investissement Humain proposée s’appuie sur 4 volets (2/2) Volet 3 – Accès aux minimas sociaux ▪  Réduire les inégalités d’accès aux OBJECTIF services sociaux et aux services publics entre les zones pauvres et zones prospères ▪  Mise à niveau des 25 départements COMPOSANTES CLÉ les plus précaires sur l’ensemble des dimensions considérées : santé, éducation, accès à l’eau, à l’électricité etc. ▪  Nécessite le déploiement de modèles innovants tels que la mutualisation des services, la mobilité des services sociaux ou le recrutement local des employés MOYENS FINANCIERS ▪  Enveloppe annuelle de 20 à 25 Milliards FCFA Source: Stratégie d’Investissement Humain du Gabon Volet 4 – Politique ciblée d’intégration économique et sociale ▪  Assurer une meilleure intégration économique et sociale des poches de pauvreté rurales et péri-urbaines ▪  Ensemble de projets de désenclavement des zones rurales combinés à une politique de regroupement des villages ▪  Remise à niveau des zones périurbaines pauvres, à travers la mise en place de logements à bas coûts et la mise en place de systèmes de transports de masse notamment ▪  Enveloppe annuelle de 10 à 20 Milliards FCFA | 7  

×