IGR Cancer du sein

1 286 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 286
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
229
Actions
Partages
0
Téléchargements
7
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

IGR Cancer du sein

  1. 1. 1/ Traitements personnalisés en fonction des analyses du génome de la tumeur chez 400 patientes atteintes d’un cancer du sein métastatique.•  Enjeu : –  Nous avons démarré en 2009 un programme très innovant de personnalisation des traitements par les analyses moléculaires. Il consiste à analyser complètement le génome de la tumeur pour rechercher les anomalies significatives. Un traitement ciblant spécifiquement cette ou ces anomalies est ensuite proposé à la patiente dans le cadre d’une étude clinique.•  Avancées depuis 3 ans : –  Important succès de l’étude pilote ; –  Publication scientifique des premiers résultats en cours est prévue pour 2012 ; –  Présentation des résultats en congrès international ; –  Ouverture de l’étude nationale Safir pilotée par l’IGR sous l’égide d’Unicancer, avec en quelques mois inclusions de plus de 250 patientes (sur 400 prévues) dans 20 centres en France. Dr Fabrice André/  ©IGR 
  2. 2. 2/ Identification de marqueurs biologiques prédictifs de rechute métastatique tardive de cancer du sein.•  Enjeu : –  Chez les patientes atteintes d’un cancer du sein exprimant le récepteur aux oestrogènes (70 % des cancers du sein), 50% des rechutes surviennent après 5 ans, avec un risque de rechute qui s’exerce à très long terme. Les tests actuels ne permettent pas de prédire quelles patientes vont rechuter après 5 ans. –  L’enjeu est important car les hormonothérapies actuelles ne durent que 5 ans. L’identification d’une population à haut risque de rechute ultérieure pourrait permettre de développer un essai clinique testant l’apport d’une hormonothérapie ou d’un autre traitement tardif dans cette population cible.•  Avancées depuis 3 ans : –  Succès de l’étude ; –  Identification de profils et de marqueurs biologiques de rechute tardive ; Laboratoire de recherche/ ©IGR  –  Présentation des résultats en congrès international ; –  Publication des premiers résultats dans une revue scientifique en cours ;
  3. 3. 3/ Identification de marqueurs biologiques prédictifs de résistance à la radiothérapie•  Enjeu : –  Un protocole utilisant une radiothérapie préopératoire a démarré. L’Institut Gustave Roussy est en charge, en collaboration avec deux grands hôpitaux européens, de ce protocole. Il permettra de mettre en évidence quels gènes sont impliqués dans la résistance à la radiothérapie et donc de mieux déterminer qui doit recevoir ce traitement.•  Avancées depuis 3 ans : –  Succès du lancement de l’étude pilote ; –  Des premiers résultats très prometteurs ; Lecture d’une mammographie / ©IGR  –  6 patientes incluses à ce jour sur 40.⇒  PERSPECTIVES : les fonds collectés en 2012 grâce à ODYSSEA Paris permettront de poursuivre ces 4 axes de recherche, de participer au financement d’une banque de prélèvement de tissus pour analyser rapidement un marqueur biologique sur une série de 3000 échantillons tumoraux et de participer à un nouveau programme d’identification de marqueurs biologiques de risque de développer un cancer du sein.
  4. 4. 4/ Identification des anomalies moléculaires responsables du développement du cancer•  Enjeu : –  100 000 € ont été consacrés au séquençage haut débit dans le cadre la médecine personnalisée pour définir les anomalies moléculaires responsables du développement du cancer.•  Avancées depuis 3 ans : –  Les dons reçus dans le cadre d’Odyssea Paris et du programme IGRunners ont également participé au financement d’un séquenceur à haut débit (équipement de haute technologie permettant de faire les analyses du génome) portant le nombre à 3 pour l’IGR et permettant ainsi d’intégrer la médecine Dr Suze>e Delaloge/ ©IGR  personnalisée à la pratique clinique. –  En 2012, l’IGR réalise 16 profils génomiques par semaine contre 4 en 2011 !

×