Savoir est-il vraiment un état mental factif?                Mouhamadou El Hady BA       Présentation au Séminaire Doctora...
IntroductionNous nous proposons de critiquer la conception de Williamson selonlaquelle savoir est un état mental factif. N...
Plan:I.  Préliminaires historiquesII.  La conception classiqueIII.  Les cas GettierIV.  Williamson: Savoir est un état men...
Préliminaires historiquesQue savait Newton?•  Newton vs Huygens sur la nature  corpusculaire ou ondulatoire de la  lumière...
Préliminaires historiquesNewton & l’alchimieNewton a sans doute été le plus grandalchimiste de son temps. A consacréplus d...
Préliminaires historiques •  1926-1966: de Broglie a travaillé dans le cadre de la MQ orthodoxe   et a fait des contributi...
Préliminaires historiques  La notion de savoir que nous cherchons à définir devra à la fois prendre en charge nos intuitio...
La conception classique:Platon: Théétète §211 :THÉÉTÈTE.Écoute une chose que j’ai ouï dire à quelqu’un, et que j’avais oub...
Les cas GettierGettier (1963): Is Justified True Belief knowledge?•  Une croyance vraie, même justifiée, ne suffit pas à f...
Les cas Gettier    Étant donné que j’ai inféré (p), on peut accepter que je crois que (p).    De plus, cette croyance est ...
Les cas GettierInformation nouvelle: en fait ce scooter est celui de l’épouse de Jean•  Je ne sais pas que (p), même si j’...
Les cas GettierSeconde information nouvelle: Jean un scooter identique à celui quil aproposé de me vendre, que son frère a...
Les cas GettierJe crois que Jean a un scooter quil désire vendre, jai une justificationpour croire cela et Jean a effectiv...
Les cas GettierGettierologie•  Toute une littérature s’est développée après Gettier pour essayer de  préciser la notion de...
Williamson: Savoir est un état mentalWilliamson 1995/2000:•     Le savoir est un état mental primitif que lon ne doit pas ...
Williamson: Savoir est un état mental   « la thèse selon laquelle savoir est un état desprit doit être comprise   comme la...
Williamson: Savoir est un état mental  Savoir est un état mental disjonctif: •  Il n’y a pas un unique état mental dans le...
Williamson: Savoir est un état mental  Savoir est un état mental disjonctif: •  La formulation n’est pas anodine       Je ...
Williamson: Savoir est un état mental   Savoir est un état mental disjonctif: savoir est l’état mental général qui résulte...
Williamson: Savoir est un état mental      Savoir est un état mental disjonctif et factif:La particularité des verbes dont...
Williamson: Savoir est un état mental   Savoir est un état mental disjonctif et factif:   L’état mental correspondant à sa...
Williamson: Savoir est un état mental  Savoir est un état mental disjonctif et factif:Acceptons pour le moment que savoir ...
Williamson: Savoir est un état mental factif  Illusion de Müller-Lyer                                               23
Williamson: Savoir est un état mental factif  Illusion de Müller-Lyer et factivitéOn sait que (a) et (b) sont de la même l...
Williamson: Savoir est un état mental factif  Illusion de Müller-Lyer et factivité1.  On sait que (a) et (b) sont de la mê...
Williamson: Savoir est un état mental factif  Illusion de Müller-Lyer et factivité     Nous pouvons donc poser un symétriq...
Williamson: Savoir est un état mental factif  Illusion de Müller-Lyer et factivité      Du point de vue de l’individu M et...
Williamson: Savoir est un état mental factif  Externalisme et factivité   •  Pour un internaliste, les états mentaux diffé...
Williamson: Savoir est un état mentalRejet de la thèse de la transparence:   « Appelons thèse de la transparence la thèse ...
Williamson: Savoir est un état mentalRejet de la thèse de la transparence:« On nest certainement pas toujours en position ...
Williamson: Savoir est un état mentalRejet de la thèse de la transparence:•  Williamson considère que le rejet de cette th...
Réfutation  La chute dans le scepticisme  S(x, p) → ∃M/M(x)  Mais, comme on le voit dans le cas de la vision:  ∃p’ [¬p’ ∧ ...
RéfutationLa chute dans le scepticismeNous ne pouvons donc dire, a priori, dans quel cas nous sommes dotés deconnaissance ...
L’axiome (KT) de DemolombeSi Savoir n’est pas un état mental factif qu’est-ce exactement?Quelle place pour le savoir dans ...
L’axiome (KT) de Demolombe•  Axiome (KT):          (KT): Ka (Ka p → p)•  (KT) se lit: “a croit fortement que si a croit fo...
Spéculation sur lillusion de factivitéAcceptons que savoir et croire sont des états mentaux primitifs.D’où vient l’illusio...
Spéculation sur lillusion de factivité Sentiments épistémiques et connaissance Supposons que dans un quizz, vous deviez dé...
Spéculation sur lillusion de factivité Sentiments épistémiques et connaissance Élimination probable de (2) Pourquoi? •  Au...
Spéculation sur lillusion de factivitéSentiments épistémiques et connaissanceSuite du Quizz: vous avez trouvé Dakar mais p...
Spéculation sur lillusion de factivitéSentiments épistémiques et connaissanceLes sentiments épistémiques font partie d’un ...
Spéculation sur lillusion de factivitéSentiments épistémiques et connaissanceCes mécanismes métacognitifs sont à la fois l...
Spéculation sur lillusion de factivité Sentiments épistémiques et connaissance (1)  Différenciation entre croire et savoir...
Spéculation sur lillusion de factivité Sentiments épistémiques et connaissance (2) Nécessité de produire des justification...
Spéculation sur lillusion de factivité    La métacognition nous apprend que même si nous ne pouvons résister à la conclusi...
Spéculation sur lillusion de factivité    A mon avis, cest ça qui est à lorigine de la fourniture de justifications de plu...
Conclusion Je conviens avec Williamson que: (a) lépistémologie devrait être une branche de la philosophie de lesprit (b) S...
Conclusion Mais je pense que de (a) et de (b) nous devrions conclure: (c) que savoir nest pas factif contrairement à ce qu...
Conclusion La combinaison de (a), (b), (c) et (d) me paraît bien mieux à même dexpliquer la science telle quelle existe et...
Merci de votre attention                           49
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Savoir est-il vraiment factif?

891 vues

Publié le

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
891
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
102
Actions
Partages
0
Téléchargements
9
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Savoir est-il vraiment factif?

  1. 1. Savoir est-il vraiment un état mental factif? Mouhamadou El Hady BA Présentation au Séminaire Doctoral d’Études Cognitives Centre d’Épistémologie des Sciences Cognitives ENS – LSH Lyon Le 10/02/2012 1
  2. 2. IntroductionNous nous proposons de critiquer la conception de Williamson selonlaquelle savoir est un état mental factif. Nous accepterons que savoir esteffectivement un état mental et soutiendrons la thèse selon laquelle cetétat mental nest pas factif. Ensuite, nous proposerons une explicationnaturaliste du concept de savoir. Nous nous appuierons sur lamétacognition pour justifier la différenciation croire/savoir, rendrecompte de lillusion de factivité qui sattache à savoir et du rapport decette illusion à la pratique scientifique. 2
  3. 3. Plan:I.  Préliminaires historiquesII.  La conception classiqueIII.  Les cas GettierIV.  Williamson: Savoir est un état mental factifV.  RéfutationVI. L’axiome (KT) de DemolombeVII. Spéculations sur l’illusion de factivitéVIII. Conclusion 3
  4. 4. Préliminaires historiquesQue savait Newton?•  Newton vs Huygens sur la nature corpusculaire ou ondulatoire de la lumière•  Fresnel: La lumière est une onde•  Einstein: Effet photoélectrique Qui savait quoi? 4
  5. 5. Préliminaires historiquesNewton & l’alchimieNewton a sans doute été le plus grandalchimiste de son temps. A consacréplus de recherches à ce domaine qu’àtout autre.Quel statut accorder à ses recherchesdans ce domaine? 5
  6. 6. Préliminaires historiques •  1926-1966: de Broglie a travaillé dans le cadre de la MQ orthodoxe et a fait des contributions majeures à la théorie •  1966: avoue qu’il a toujours tu ses doutes concernant l’interprétation de Copenhague 6
  7. 7. Préliminaires historiques La notion de savoir que nous cherchons à définir devra à la fois prendre en charge nos intuitions sur ces cas-là et être plausible dans un cadre naturaliste 7
  8. 8. La conception classique:Platon: Théétète §211 :THÉÉTÈTE.Écoute une chose que j’ai ouï dire à quelqu’un, et que j’avais oubliée. Ilprétendait que le jugement vrai accompagné de son explication est lascience ; et que le jugement qu’on ne peut expliquer est en-dehors de lascience : que les objets dont on ne peut pas donner d’explication nepeuvent se savoir ; et que ceux qui sont explicables sont seulsscientifiques : ce sont ses propres termes.Savoir = croyance vraie justifée 8
  9. 9. Les cas GettierGettier (1963): Is Justified True Belief knowledge?•  Une croyance vraie, même justifiée, ne suffit pas à faire une connaissance•  Illustre par les fameux cas Gettier: Exemple: Mon collègue Jean me propose de me vendre le scooter quilutilise tous les jours depuis un an pour venir au bureau Inférence: (p): Jean a un scooter quil désire vendre. 9 Question: est-ce que je sais (p) ?
  10. 10. Les cas Gettier Étant donné que j’ai inféré (p), on peut accepter que je crois que (p). De plus, cette croyance est pourvue de justifications. C’est parce que depuis un an, je vois Jean venir tous les jours au bureau avec le scooter et parce qu’il m’a proposé de me le vendre que j’en déduis que le scooter appartient à Jean. 10
  11. 11. Les cas GettierInformation nouvelle: en fait ce scooter est celui de l’épouse de Jean•  Je ne sais pas que (p), même si j’ai des justifications pour croire (p)•  Parce que (p) est faux•  Or un savoir est une croyance vraie et justifiée. 11
  12. 12. Les cas GettierSeconde information nouvelle: Jean un scooter identique à celui quil aproposé de me vendre, que son frère a conduit toute l’année dernière etquil a demandé à son frère de vendre.Question:Est-ce que je sais que Jean a un scooter quil désire vendre? 12
  13. 13. Les cas GettierJe crois que Jean a un scooter quil désire vendre, jai une justificationpour croire cela et Jean a effectivement un scooter quil désire vendre. Etpourtant on serait réticent à mattribuer ce savoir.Conclusion:contrairement à ce que pensait (?*) Platon, le fait quune croyance soitvraie et justifiée ne sufit pas à en faire un savoir*Le Théététe est un dialogue aporétique, non? 13
  14. 14. Les cas GettierGettierologie•  Toute une littérature s’est développée après Gettier pour essayer de préciser la notion de justification pertinente (cf. Dutant&Engel2005)•  Que le savoir est une variante de la croyance est rarement remis en cause.•  Williamson (1995/2000) remet en cause radicalement cette approche 14
  15. 15. Williamson: Savoir est un état mentalWilliamson 1995/2000:•  Le savoir est un état mental primitif que lon ne doit pas analyser comme la croyance+ autre chose•  Le savoir n’est pas une variante de la croyance, c’est plutôt l’inverse: “on croit parce que l’on sait”•  Que signifie exactement : “savoir est un état mental?” 15
  16. 16. Williamson: Savoir est un état mental « la thèse selon laquelle savoir est un état desprit doit être comprise comme la thèse selon laquelle il y a un état mental dans lequel il est nécessaire et suffisant de se trouver pour savoir p. En bref, savoir est purement un état desprit. » 16
  17. 17. Williamson: Savoir est un état mental Savoir est un état mental disjonctif: •  Il n’y a pas un unique état mental dans lequel on doit se trouver pour savoir •  Plusieurs états mentaux équivalents à savoir: si je vois que, entends que, réalise que p alors je sais que p •  NB: La formulation n’est pas anodine 17
  18. 18. Williamson: Savoir est un état mental Savoir est un état mental disjonctif: •  La formulation n’est pas anodine Je peux voir le ciel bleu sans savoir que le ciel est bleu mais si je vois que le ciel est bleu, je le sais nécessairement. Typiquement ce qui se passerait si j’étais daltonien. 18
  19. 19. Williamson: Savoir est un état mental Savoir est un état mental disjonctif: savoir est l’état mental général qui résulte de l’union d’états mentaux comme celui de voir que, réaliser que, entendre que, se rendre compte que, sentir que, etc. En tant que disjonction, reste vrai si seul l’un des termes est réalisé 19
  20. 20. Williamson: Savoir est un état mental Savoir est un état mental disjonctif et factif:La particularité des verbes dont savoir est la disjonction, c’est que ce sontce qu’on appelle en linguistique des verbes factifs. Un verbe V est ditfactif si et seulement si : V (a, x) → x est vrai Comparer: « Jean croit que la table est basse. » « Jean voit que la table est basse. » 20
  21. 21. Williamson: Savoir est un état mental Savoir est un état mental disjonctif et factif: L’état mental correspondant à savoir étant la disjonction des états mentaux correspondants aux verbes factifs, Williamson désigne savoir comme l’état mental factif le plus général (EMFG) 21
  22. 22. Williamson: Savoir est un état mental Savoir est un état mental disjonctif et factif:Acceptons pour le moment que savoir est un état mental disjonctif.Nommons M cet état mental disjonctif.∃M [∀x ∀p S(x, p) → M(x)]S(x, p)=V(x, p) ∨E(x, p) ∨R(x, p) ∨…∨Sm(x, p) Cet état mental peut-il être factif ? Pour le voir, intéressons-nous à l’illusion de Müller-Lyer 22
  23. 23. Williamson: Savoir est un état mental factif Illusion de Müller-Lyer 23
  24. 24. Williamson: Savoir est un état mental factif Illusion de Müller-Lyer et factivitéOn sait que (a) et (b) sont de la même longueur mais on voit que (a) estplus long que (b) 24
  25. 25. Williamson: Savoir est un état mental factif Illusion de Müller-Lyer et factivité1.  On sait que (a) et (b) sont de la même longueur mais on voit que (a) est plus long que (b)2.  Or voir que est censé être factif au même titre que savoir que3.  Donc, nous sommes dans un état mental similaire à voir que mais qui n’est pas le même. La possibilité existe pour tous les autres facteurs de la disjonction. 25
  26. 26. Williamson: Savoir est un état mental factif Illusion de Müller-Lyer et factivité Nous pouvons donc poser un symétrique de savoir, Cs(x, p) tel que: Cs(x, p): ∃p [¬p ∧ Cs(x, p)] À ce concept disjonctif correspond comme pour le savoir, un état mental M’ tel que : ∃M [∀x ∀p (Cs(x, p) → M(x))] Du point de vue de l’individu M et M’ sont indiscernables. Comment justifier l’existence de deux états mentaux différents mais indiscernables? 26
  27. 27. Williamson: Savoir est un état mental factif Illusion de Müller-Lyer et factivité Du point de vue de l’individu M et M’ sont indiscernables. Comment justifier l’existence de deux états mentaux différents mais indiscernables? Réponses de Williamson: 1.  Externalisme 2.  Rejet de la thèse de la transparence 27
  28. 28. Williamson: Savoir est un état mental factif Externalisme et factivité •  Pour un internaliste, les états mentaux différents doivent être discernables du point de vue interne •  Externalisme è Des facteurs externes déterminent nos états mentaux. Donc l’indiscernabilité interne n’est pas un problème •  Charge de la preuve: Williamson nous doit un mécanisme de co- variation entre ce que nous savons et le monde qui justifie de classer à part les cas Müller-Lyer 28
  29. 29. Williamson: Savoir est un état mentalRejet de la thèse de la transparence: « Appelons thèse de la transparence la thèse selon laquelle pour toutétat mental S, dès lors quon est suffisamment alerte et équipéconceptuellement, on est en position de savoir si on est dans S. »« ...lune des sources du refus de voir la connaissance comme un étatdesprit est le présupposé daprès lequel on doit toujours être en positionde savoir si lon est dans un état mental donné. » 29
  30. 30. Williamson: Savoir est un état mentalRejet de la thèse de la transparence:« On nest certainement pas toujours en position de savoir si on sait que p[…] aussi alerte et conceptuellement équipé soit-on. »Ex: je peux ne pas savoir que j’espérais que l’équipe de foot du Sénégalfasse un meilleur score à la CAN et ne même pas être en position de lesavoir a priori. 30
  31. 31. Williamson: Savoir est un état mentalRejet de la thèse de la transparence:•  Williamson considère que le rejet de cette thèse garantit le caractère factif de savoir.•  Objection: si on combine le rejet de la transparence avec l’existence d’illusion de type Müeller-Lyer, on ne pas pourra éviter le scepticisme. Il croit rejeter la thèse de la transparence mais ce qu’il rejette en fait, c’est que nous soyons jamais en position de savoir ce que l’on sait. 31
  32. 32. Réfutation La chute dans le scepticisme S(x, p) → ∃M/M(x) Mais, comme on le voit dans le cas de la vision: ∃p’ [¬p’ ∧ Cs(x, p’)] Cs (x, p) → ∃M’/M’(x) ∧ I (M, M’) I (M, M’)= M et M’ sont indiscernables ∀x ∀M ∃M’/¬K(M(x) ∨ M’(x)) Ce qui veut dire que nous ne sommes jamais en situation de savoir si nous savons ou si nous croyons simplement savoir. 32
  33. 33. RéfutationLa chute dans le scepticismeNous ne pouvons donc dire, a priori, dans quel cas nous sommes dotés deconnaissance et dans quels cas nous sommes sous l’illusion de laconnaissance. Nous avons toujours besoin de justification a posteriori pourvalider notre savoir. Une telle conséquence est contradictoire avecl’affirmation de Williamson selon laquelle : « Lhypothèse de travaildevrait être que le concept savoir ne peut être analysé en concepts plusfondamentaux. »è Savoir n’est pas un état mental factif 33
  34. 34. L’axiome (KT) de DemolombeSi Savoir n’est pas un état mental factif qu’est-ce exactement?Quelle place pour le savoir dans une épistémologie naturaliste?Inspiration possible: système de logique modale développé par RobertDemolombe•  Pas besoin de connaissance mais un opérateur k signifiant « croire fortement que ».•  La différence entre l’opérateur de croyance B et l’opérateur K est l’axiome (KT) qui s’applique à K mais pas à B (KT): Ka (Ka p → p) 34
  35. 35. L’axiome (KT) de Demolombe•  Axiome (KT): (KT): Ka (Ka p → p)•  (KT) se lit: “a croit fortement que si a croit fortement que p alors p est vrai.•  (KT) suffirait à rendre compte de l’illusion de factivité sans entrainer la factivité•  Je vais soutenir qu’il existe dans la cognition un équivalent de cet axiome. 35
  36. 36. Spéculation sur lillusion de factivitéAcceptons que savoir et croire sont des états mentaux primitifs.D’où vient l’illusion de factivité attaché au savoir?Thèse: sentiments épistémique + contraintes évolutives expliquent à lafois l’illusion de factivité et la nécessité de la justification 36
  37. 37. Spéculation sur lillusion de factivité Sentiments épistémiques et connaissance Supposons que dans un quizz, vous deviez décider de répondre à deux des trois questions suivantes : (1)  Quelle est la capitale de l’État de New York ? (2)  Quelle est la capitale de la Guinée Équatoriale ? (3)  Quelle est la capitale du Sénégal ? Quelles questions choisissez-vous? 37
  38. 38. Spéculation sur lillusion de factivité Sentiments épistémiques et connaissance Élimination probable de (2) Pourquoi? •  Aucune connaissance sur la Guinée Équatoriale. •  Décision prise avant d’accéder aux réponses en mémoire •  Basée sur un sentiment de ne pas savoir ou Feeling of not Knowing (FonK) 38
  39. 39. Spéculation sur lillusion de factivitéSentiments épistémiques et connaissanceSuite du Quizz: vous avez trouvé Dakar mais pas Albany. Vous devezchoisir entre continuer à chercher ou passer à la question suivante.Persistance èFoKComment décider?•  Mise en évidence de sentiment de savoir ou Feeling of Knowing (FoK) •  FoK=bons prédicteurs de la réussite à une tâche donnée •  Calibrés en fonction des enjeux 39
  40. 40. Spéculation sur lillusion de factivitéSentiments épistémiques et connaissanceLes sentiments épistémiques font partie d’un ensemble de mécanismesdits métacognitifs que nous utilisons de manière routinière pour surveillernos propres mécanismes cognitifs. Une partie de nos ressourcescognitives est consacrée à la surveillance de nos processus cognitifs desorte à pouvoir évaluer nos chances de réussite dans une tâche donnée et àdéfinir de meilleure stratégies cognitives. 40
  41. 41. Spéculation sur lillusion de factivitéSentiments épistémiques et connaissanceCes mécanismes métacognitifs sont à la fois la source (1) de ladifférenciation entre croire et savoir et (2) de la nécessité de produire desjustifications pour appuyer la connaissance.Le mécanisme serait le suivant 41
  42. 42. Spéculation sur lillusion de factivité Sentiments épistémiques et connaissance (1)  Différenciation entre croire et savoir : L’attitude que j’ai envers certains énoncés obéit à (KT), pour d’autre je les crois vrai mais ne pense pas que ma croyance suffit à les garantir. Donc, il y a deux catégories de croyances. Différence ontologique entre ces deux catégories d’attitude? Problème empirique selon moi 42
  43. 43. Spéculation sur lillusion de factivité Sentiments épistémiques et connaissance (2) Nécessité de produire des justifications pour appuyer la connaissance: si les FoK et FonK sont généralement fiables, ils ne le sont pas totalement. Donc nous avons besoin de la justification pour: a)  Des impératifs de survie: la non fiabilité est dangereuse donc une mécanisme indépendant de confirmation des connaissances subjectives est une assurance. b)  Argumenter en cas de divergence entre congénères (cf. Mercier & Sperber 2011 ) 43
  44. 44. Spéculation sur lillusion de factivité La métacognition nous apprend que même si nous ne pouvons résister à la conclusion que le fait qui déclenche chez nous létat mental M correspondant au savoir est vrai, il est déjà arrivé que nous découvrions par la suite que p est faux. d’où l’axiome (KT) 44
  45. 45. Spéculation sur lillusion de factivité A mon avis, cest ça qui est à lorigine de la fourniture de justifications de plus en plus sophistiquées à lappui de ce que nous savons et à terme de la pratique scientifique qui ne fait que codifier la méthodologie de justification. 45
  46. 46. Conclusion Je conviens avec Williamson que: (a) lépistémologie devrait être une branche de la philosophie de lesprit (b) Savoir est un état desprit 46
  47. 47. Conclusion Mais je pense que de (a) et de (b) nous devrions conclure: (c) que savoir nest pas factif contrairement à ce que lon pourrait penser (d) que cette non factivité de savoir nous a obligé à développer des méthodologies de validation de ce à quoi nous opinons et que cest cette obligation qui a sans doute fait émerger la science chez les hommes. 47
  48. 48. Conclusion La combinaison de (a), (b), (c) et (d) me paraît bien mieux à même dexpliquer la science telle quelle existe et nos pratiques linguistiques quotidiennes que le fait de normaliser la pratique en faisant de savoir un état mental factif. 48
  49. 49. Merci de votre attention 49

×