© SudOuest - imprimer                                                                                                   Se...
© SudOuest - imprimer                                                       Seite 2 von 3 vient de recevoir le trophée nat...
© SudOuest - imprimer                                                       Seite 3 von 3   (1) - Institut national des st...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

La Rochelle Press 12.02.2013

141 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
141
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

La Rochelle Press 12.02.2013

  1. 1. © SudOuest - imprimer Seite 1 von 3 Publié le 12/02/2013 à 06h00 | Mise à jour : 12/02/2013 à 09h29 © www.sudouest.fr 2013 Par Thomas Brosset Léa Nature : un modèle de croissance verte L’Insee pointe les insuffisances de la région en terme d’emplois verts alors que l’entre-prise de Périgny progresse toujours. [LEG_LEGENDE]Hier, une délégation de la ville de Herford visitait Léa Nature. (photo xavier léoty[]) Hier matin, une délégation de la ville allemande de Herford visitait l’entreprise Léa Nature à Périgny. Pourquoi Herford, pourquoi Léa Nature ? « Herford qui organise les futures journées de la Hanse en juin a pris les rênes de l’alliance économique des villes hanséatiques. Une trentaine de villes en font partie dont La Rochelle. L’enjeu, au-delà de l’histoire de cette association commerciale, c’est de profiter de ce réseau pour tisser des liens entre les entreprises. Les représentants d’Herford ont donc cherché, dans l’agglomération rochelaise, une entreprise particulièrement innovante qui pourrait se jumeler avec une autre entreprise innovante dans une des autres villes hanséatiques. Une seule s’est imposée : Léa Nature », explique Sylvie Olympe-Moreau, conseillère municipale de La Rochelle chargée des relations internationales. Elle accompagnait hier Manfred Schürkamp et Marion Köhn représentants d’Herford pour la visite de ce modèle de croissance verte qu’est devenue au fil des ans Léa Nature. Il y a vingt ans Imaginée dans un laboratoire d’équilibre alimentaire de Pantin, il y a tout juste vingt ans, puis couvée dans la pépinière d’entreprises des Minimes à La Rochelle, l’entreprise fait aujourd’hui travailler plus de 400 personnes sur le site de Périgny, une trentaine en Lot-et- Garonne tandis que 150 commerciaux sillonnent la France pour vendre ses produits naturels, alimentaires, diététiques, de santé ou cosmétiques. Depuis 2007, elle reverse 1 % de son chiffre d’affaires à des associations environnementales. En cinq ans, cela représente 1,6 million d’euros. Un modèle de vertu, donc, pour les entreprises du nord de l’Europe et pour l’image de la région Poitou-Charentes dont les instances politiques ne cessent d’invoquer la croissance verte comme idéal économique. Et ce bien que les chiffres trahissent quelque peu les intentions (lire ci-dessous). Charles Kloboukoff, lui, continue son sillon « bio » avec succès. Huiles essentielles Après avoir multiplié ses effectifs par 100 en vingt ans, fait progresser son chiffre d’affaires de 53 millions d’euros, en 2004, à 122 millions d’euros en 2011, lancé des marques aussi célèbres que Floressance, Jardin Bio, avoir étendu son siège de Périgny de 7 000 à 22 000 mètres carrés, avoir planté 20 000 arbres en Thaïlandehttp://www.sudouest.fr/dyn/imprimer.php?link=http%3A%2F%2Fwww.sudouest.fr%... 15.02.2013
  2. 2. © SudOuest - imprimer Seite 2 von 3 vient de recevoir le trophée national de l’Inpi (1) qui récompense les entreprises les plus innovantes. Explication de Charles Kloboukoff : « Nous avons été les premiers à lancer une filière argan bio, à concevoir une gamme de soins pour bébé et de maquillage en bio. La propriété industrielle s’est imposée comme une manière de justifier notre primauté. Mais aussi de valoriser commercialement la technicité que nous revendiquons. » L’entreprise avec laquelle la ville de Hedford et la Hanse économique souhaitent jumeler Léa Vital, est basée à Anklam en Allemagne, se nomme Extrakt Gmbh et produit des huiles essentielles. Le lien est tout trouvé. (1) - Institut national de la propriété industrielle. 102 000 emplois « verdissants » dans la région La présidente du Conseil régional ayant fait de l’excellence environnementale un de ces chantiers prioritaires, on pourrait s’attendre à trouver le Poitou-Charentes dans le peloton de tête des régions d’économie verte. Mais les chiffres démentent cette impression. Une enquête dirigée par l’Insee et la Dreal (1), révèle que notre région se trouve à la traîne pour le poids que les emplois verts représentent dans l’économie régionale (0,5 %), bien loin derrière la Corse, la région Centre, Midi-Pyrénées, la Haute-Normandie, la Lorraine et le Nord Pas-de-Calais (de 0,58 à 0,73 %) qui ont pris quelques longueurs d’avance sur le reste de la France. Notre région n’est guère mieux lotie pour les emplois dits verdissants (14,6 %), secteur également dominé par la Corse, Midi-Pyrénées et la Haute-Normandie, auxquelles s’ajoute la région Rhône-Alpes (de 15,6 à 16,7 %). Métiers d’hommes Mais que sont donc ces fameux emplois verts ou verdissants ? Les premiers constituent le noyau dur de l’économie verte. Ouvriers, techniciens, ingénieurs, ils ont pour mission d’intervenir directement dans la protection de l’environnement. On les trouve dans la production ou la distribution de l’énergie, de l’eau, dans le traitement des pollutions, dans le traitement ou l’assainissement des déchets, le ramassage des ordures ménagères et la gestion des espaces naturels. Selon l’étude de l’Insee, il y aurait actuellement 3 650 emplois verts en Poitou-Charentes. Les emplois verdissants sont ceux qui, existant déjà avant la vague verte, ont évolué pour prendre en compte les impacts environnementaux. On les trouve dans le bâtiment (40 %), les transports (20 %), l’agriculture. Ils seraient actuellement au nombre de 102 000. Dans les deux cas, les hommes sont surreprésentés par rapport aux femmes (92 % dans les emplois verts, 85,1 % dans les verdissants) et par rapport à la moyenne nationale. Incitations économiques Autre particularité de Poitou-Charentes, on y trouve moins de contrats à durée indéterminée et plus de contrats d’apprentissage qu’ailleurs. C’est d’ailleurs le seul secteur où la Région se distingue obtenant le 5e rang sur 22 pour le poids des titulaires de CAP et BEP occupant un emploi vert et le 2e rang pour ceux qui occupent un emploi verdissant. Des statistiques qui balaient la décennie 1999-2009 et montrent donc que notre région est bien moins verte qu’il n’y parait. Selon Grégory Durier de l’Insee qui a commenté l’étude sur la revue Decimal, « la transition vers une économie verte reposera sur les comportements des agents économiques. Dans cette perspective, l’éducation de tous à l’environnement a un rôle fondamental à jouer. Outre les motivations purement environnementales, les comportements seront susceptibles d’être infléchis par la mise en place d’incitations économiques ». La carotte plutôt que le bâton. Th. B.http://www.sudouest.fr/dyn/imprimer.php?link=http%3A%2F%2Fwww.sudouest.fr%... 15.02.2013
  3. 3. © SudOuest - imprimer Seite 3 von 3 (1) - Institut national des statistiques et études économiques, Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement.http://www.sudouest.fr/dyn/imprimer.php?link=http%3A%2F%2Fwww.sudouest.fr%... 15.02.2013

×