HORMONESHYPOTHALAMO-HYPOPHYSAIRES               A. CHIBAH     Faculté de Médecine – Tizi-ouzou
IntroductionLe complexe hypothalamo-hypophysaire est un ensemble constitué par :              Hypothalamus ( HT).        ...
L’hypothalamus Constitué de nombreux noyaux Hypothalamus antérieurNoyaux para-ventriculaire, supraoptique,pré-optique et...
Hormones hypothalamiquesHypothalamus      = Relais qui intègre un nombre considérable de signaux                     trans...
Lhypothalamus : neurones de synthèse docytocine et vasopressine(AVP) ou hormone antidiurétique (ADH). Ces neurohormones so...
Hormones hypophysiotropes (RF)
Hormones hypophysiotropes (IF)
Hormones post-hypophysaires Hormone antidiurétique (ADH) ou Vasopressine Ocytocine
Nature chimique des hormones  hypothalamo-hypophysaires
Hormones adénohypophysairesglandotropes et non-glandotropes
1 – Hormones del’hypophyse postérieure
1- L’ocytocine
1.1.Ocytocine : Effets et régulation                    Sur lutérusElle entraîne la contraction du muscle utérin, en parti...
Régulation de la production d’ocytocineRemarque (régulation) : Pour lutérus, on a un rétrocontrôlepositif puisque la diste...
2- L’hormoneantidiurétique « ADH »
2.1. ADH : Effets et régulation Favorise la réabsorption de leau (tube distal et canal    collecteur).Laction de lADH sef...
Régulation de la production          d’ADH
Pathologie de l’ADH1- Défaut de production d’ADH        ⇒ Diabète insipide (D.I) ou diabète cranialClinique : syndrome pp ...
Étiologies : déficit génétique en ADH, lésion cellulaire hypoth-             hypoph.(traumatique, infect, tumorale. Anomal...
2– Tests dynamiques : Test de surcharge hydrique                        ( épreuve de freinage). ⇒ On donne à boire 25 ml /...
2 – Hormones del’hypophyse antérieure
L’antéhypophyse ou l’adénohypophyse estun organe hétérogène composé de 06 typesde cellules différentes. Cellules somatotr...
1- La proopiomélanocortine         (POMC)     Axe Corticotrope
 C’est un exemple montrant que dans certains cas  plusieurs peptides et protéines complètement  différents sont codés sim...
La proopiomélanocortine (POMC)Produits dérivés de la maturation protéolytique de la POMC
Les différentes fonctions des peptides dérivés de la POMC      Les différentes fonctions des peptides dérivés de la POMC
ACTH Rôle principal s’exerce sur le cortex surrénalien:      - Stimulation de la synthèse et de la libération des hormone...
2- Hormone de croissance    Axe somatotrope
EffetsLes effets de la GH portent sur : La stimulation de la croissance squelettique et   tissulaire (effet le plus spect...
Régulation de la production de la GH La sécrétion de la GH est pulsatile et épisodique:   Pics nocturnes pendant la phas...
Pathologie de la GH1- Déficit en GH: retard de croissance. Nanisme harmonieux : Baisse proportionnelle de l’allongem-   e...
2- Excès de production de la GH:En fonction de l’age, on distingue:Gigantisme chez l’enfant: augment. Proportionnelle de l...
3- ProlactineAxe lactotrope
EffetsLe rythme de sécrétion est circadien avec plusieurs pics aucours du nycthémère , pulsatile (toutes les 20 mn).Les ta...
Pathologie de la Prolactine1- Hyperprolactinémies dues à:      - Tumeurs HP (Prolactinomes)      - Hypothyroïdie I (TRH au...
4- Gonadotrophines: LH et FSH      Axe gonadotrope
FSH :Glycoprotéine constituée de 2 chaînes peptidiques inhibée par :             Les oestrogènes chez la femme           ...
LH : Hormone lutéinisanteGlycoprotéine constituée de 2 chaînes peptidiques α et β              Les oestrogènes et la prog...
Effets Au J1du cycle  de Gn-RH stimule la sécrétion de FSH et de    LH par lhypophyse. La FSH et la LH stimulent la cro...
 La bouffée de LH ainsi produite (ou pic de LH) a deux     conséquences :   Elle déclenche la rupture de la paroi ovarie...
 Avec la diminution du taux de LH disparaît lactivation du   corps jaune qui régresse et se résorbe progressivement. En ...
Le cycle menstruelLa phase menstruelle : Elle dure de 3 à 5 jours, lépaisse couchefonctionnelle de lendomètre se détache d...
5- Thyréostimuline: TSH    Axe thyréotrope
Effets biologiques Glycoprotéine composée de 2 chaînes α et β.   La chaîne α est identique pour FSH et LH. Contrôle le d...
Hhh diapo.ppt
Hhh diapo.ppt
Hhh diapo.ppt
Hhh diapo.ppt
Hhh diapo.ppt
Hhh diapo.ppt
Hhh diapo.ppt
Hhh diapo.ppt
Hhh diapo.ppt
Hhh diapo.ppt
Hhh diapo.ppt
Hhh diapo.ppt
Hhh diapo.ppt
Hhh diapo.ppt
Hhh diapo.ppt
Hhh diapo.ppt
Hhh diapo.ppt
Hhh diapo.ppt
Hhh diapo.ppt
Hhh diapo.ppt
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Hhh diapo.ppt

3 588 vues

Publié le

0 commentaire
6 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
3 588
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
39
Actions
Partages
0
Téléchargements
135
Commentaires
0
J’aime
6
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Hhh diapo.ppt

  1. 1. HORMONESHYPOTHALAMO-HYPOPHYSAIRES A. CHIBAH Faculté de Médecine – Tizi-ouzou
  2. 2. IntroductionLe complexe hypothalamo-hypophysaire est un ensemble constitué par :  Hypothalamus ( HT).  Tige pituitaire.  Hypophyse ( HP).L’hypothalamus = cellules neurosécrétrices qui assurent une fonction relais ente le système endocrinien et le système nerveux ( impulsions électriques et molécules informatives).L’hypophyse = 2 lobes, lun formé de tissu nerveux et lautre de tissu glandulaire.  Lobe antérieur ou adénohypophyse : cellules endocriniennes qui produisent et libèrent plusieurs hormones indispensables à la croissance, reproduction, homéostasie,…  Le lobe postérieur ou neurohypophyse : essentiellement axones et cellules gliales. Il libère des neurohormones quil reçoit préfabriqués de l’HT. Il est bien plus un site de stockage quune glande endocrine. De manière générale, la plupart des hormones hypophysaires réglées par l’ HT stimulent au niveau périphérique une autre glande et l’amène à sécréter une troisième hormone dans le sang.
  3. 3. L’hypothalamus Constitué de nombreux noyaux Hypothalamus antérieurNoyaux para-ventriculaire, supraoptique,pré-optique et suprachiasmatique Hypothalamus médianNoyau arqué et noyau tubéro-latéral
  4. 4. Hormones hypothalamiquesHypothalamus = Relais qui intègre un nombre considérable de signaux transmis à partir du SNC au moyen de neurotransmetteurs. Existence de 2 mécanismes de régulation: - Système de rétrocontrôle (effet feedback): glement (-) - Sécrétion selon un rythme particulier à chaque hormone (périodicité différente). Exple: Circadien ou nycthéméral pour ACTH et TSH. 28 jours pour les hormones du cycle menstruel Hypothalamus hypophysiotrope : transmission par voie sanguine. 1 - Hormones hypophysiotropes d’activation ou releasing factors (RF). 2- Hormones hypophysiotropes d’inhibition ou inhibing factors (IF).
  5. 5. Lhypothalamus : neurones de synthèse docytocine et vasopressine(AVP) ou hormone antidiurétique (ADH). Ces neurohormones sonttransportées le long des axones jusquà la neurohypophyse où ellessont emmagasinées. Elles seront déversées dans les capillairessanguins.Lhypothalamus possède d’autres neurones dotés daxonestrès courts qui déversent des facteurs dinhibition et de libérationdans les capillaires du système porte hypothalamohypophysairequi rejoint ladénohypophyse. Ces facteurs ou libérines, sont:  La somatolibérine (GHRH)  La corticolibérine (CRH)  La gonadolibérine (GnRH)  La thyréolibérine (TRH)  La dopamine (PIF=Prolactin Inhibiting Factor)  La somatostatine (SRIH=Somatotropine Release Inhibiting Hormone) : inhibe la libération de lhormone de croissance(GH), de la coticotrophine (ACTH) et de lhormone thyréotrope(TSH).
  6. 6. Hormones hypophysiotropes (RF)
  7. 7. Hormones hypophysiotropes (IF)
  8. 8. Hormones post-hypophysaires Hormone antidiurétique (ADH) ou Vasopressine Ocytocine
  9. 9. Nature chimique des hormones hypothalamo-hypophysaires
  10. 10. Hormones adénohypophysairesglandotropes et non-glandotropes
  11. 11. 1 – Hormones del’hypophyse postérieure
  12. 12. 1- L’ocytocine
  13. 13. 1.1.Ocytocine : Effets et régulation Sur lutérusElle entraîne la contraction du muscle utérin, en particulierlors de lexpulsion . La sensibilité de lutérus croît au cours dela gestation pour atteindre son maximum à laccouchement.Elle est donc fonction de limprégnation en progestérone etœstrogènes (thérapeutique lorsque les contractions utérinessont insuffisantes). Sur la glande mammaire:Contraction des cellules myoépithéliales des acini et des fibresmusculaires des canaux excréteurs, ce qui provoque lexpulsiondu laitEn labsence de succion, le lait est retenu dans la glandemammaire par des éléments sphinctériens du mamelon.
  14. 14. Régulation de la production d’ocytocineRemarque (régulation) : Pour lutérus, on a un rétrocontrôlepositif puisque la distension provoque une sécrétion docytocineet que cela entraîne en retour un accroissement de la distension,cela jusquà lexpulsion.
  15. 15. 2- L’hormoneantidiurétique « ADH »
  16. 16. 2.1. ADH : Effets et régulation Favorise la réabsorption de leau (tube distal et canal collecteur).Laction de lADH seffectue sur 2 types de récepteurs:  Les récepteurs V1 dépendants du phosphatidylinositol, du Ca++ et de la calmoduline  Les récepteurs V2 ont un mécanisme AMP cyclique dépendant.Régulation de la sécrétion de lADH - Losmolarité plasmatique - Le volume des liquides extracellulaires - Le système rénine-angiotensine.
  17. 17. Régulation de la production d’ADH
  18. 18. Pathologie de l’ADH1- Défaut de production d’ADH ⇒ Diabète insipide (D.I) ou diabète cranialClinique : syndrome pp sans glucosurie (5-20 litres)Diag. Diff: Diab.sucré, diab.insipide néphrogénique, potomanieExploration et diag. Biologique:D. Urinaire sur diurèse des 24 h (VN= 1010-1015)  Si D.I : D.urinaire basse.Dosage statique de l’ADH plasmatiqueExploration dynamique : Test de restriction hydrique (stimulation de l’ADH)  Mesure de la diurèse +D.urinaire.  Sujet normal : diurèse  , D.urinaire   Sujet malade : diurèse , D.urinaire   En fin d’épreuve : administration d’ADH en iv pour différencier les 2 types de DI.  Si DIV : la diurèse se corrige 15-30 mn après.  Si DIN : la diurèse ne se corrige pas.
  19. 19. Étiologies : déficit génétique en ADH, lésion cellulaire hypoth- hypoph.(traumatique, infect, tumorale. Anomalie génétique ou structurale des récepteurs rénaux à l’ADH.Trt :  ADH par voie nasale (gttes ou spray) si DIV  Transplantation si DIN. 2 – Excès de production ou sécrétion inadaptée d’ADHClinique: Oligurie, prise de poids, symptomato. Neuro-musculaire.Biologie:  Hémodilution par hypervolémie : Troubles électrolytiques , hypoglycémie, hypoprotidémie, hyponatrémie (affectant cellules excitables).  Osmolarité U , Osmolarité plasm. Exploration :1 – Tests statiques : - Dosage de l’ADH : 40ng / l voir +++ - Diurèse  - D et Osm. urinaires 
  20. 20. 2– Tests dynamiques : Test de surcharge hydrique ( épreuve de freinage). ⇒ On donne à boire 25 ml / kg de poids en 30 mn. ⇒ Mesurer ensuite : Diurèse, D.urinaire, Osm. Plasma ( Natrémie)  Sujet normal : • 90 % de l’eau éliminé dans les 4 h. • D.ur  en fin de l’épreuve. • Natrémie normale.  Sujet malade : • 40-60 % d’eau seulement éliminée • Hyponatrémie.Étiologies : Tumeurs ectopiques au niveau des branches. Tumeurs hypothalamiques hypersécrétantes en ADHTrt : Chirurgie
  21. 21. 2 – Hormones del’hypophyse antérieure
  22. 22. L’antéhypophyse ou l’adénohypophyse estun organe hétérogène composé de 06 typesde cellules différentes. Cellules somatotropes (GH) : 50% Cellules mammotropes (Prl) :  pendant la grossesse. Cellules mélano-corticotropes (ACTH, MSH…) Cellules thyréotropes (TSH). Cellules gonadotropes (LH, FSH) Cellules non sécrétoires.
  23. 23. 1- La proopiomélanocortine (POMC) Axe Corticotrope
  24. 24.  C’est un exemple montrant que dans certains cas plusieurs peptides et protéines complètement différents sont codés simultanément par un même gêne. Précurseur = 267 Aa Séquences nucléotidiques correspondant aux: - ACTH. - α, β, γ mélanotropine (MSH) (action de synthèse de mélanine et de dispersion de grains de mélanine dans la peau). - β, γ lipotropine (LPH) (action lipolytique). - β endorphine (action analgésique puissante).
  25. 25. La proopiomélanocortine (POMC)Produits dérivés de la maturation protéolytique de la POMC
  26. 26. Les différentes fonctions des peptides dérivés de la POMC Les différentes fonctions des peptides dérivés de la POMC
  27. 27. ACTH Rôle principal s’exerce sur le cortex surrénalien: - Stimulation de la synthèse et de la libération des hormones corticosurrénaliennes et plus particulièrement du cortisol. - Augmentation de la synthèse protéique dans le cortex surrénalien ( effet trophique ). CRF : Polypeptide de 41 Aa = principal régulateur de la synthèse de la POMC et donc de l’ACTH. Le stress et l’horloge biologique ont une action par l’intermédiaire d’autres sécrétagogues : AVP, Ocytocine, Na, GABA... Action synergique de tous ces éléments pour moduler la sécrétion des cellules corticotropes lors d’une situation de stress. Rétrocontrôle (-) exercé par les glucocorticoïdes (cortisol) sur les sécrétions d’ACTH et du CRF. L’ACTH suit un rythme circadien avec une augmentation 1 à 2 h avant l’éveil avec des concentrations indétectables la nuit. Le rythme du CRF est nycthéméral (responsable de celui de
  28. 28. 2- Hormone de croissance Axe somatotrope
  29. 29. EffetsLes effets de la GH portent sur : La stimulation de la croissance squelettique et tissulaire (effet le plus spectaculaire). C’est un effet indirect ou médié par les IGF ou somatomédines. IGF I = Somatomédine A IGF II = Somatomédine C Action sur les métabolismes : effet direct ( non médié)
  30. 30. Régulation de la production de la GH La sécrétion de la GH est pulsatile et épisodique:  Pics nocturnes pendant la phase du sommeil  Pics diurnes reliés à l’alimentation, l’exercice et l’émotion.  Entre les pics, la GH est indétectable. (un dosage isolé de la GH est dénué de signification) 2 facteurs hypothalamiques régulent sa sécrétion .  La somatolibérine ou GHRH stimule la sécrétion de GH.  la somatostatine ou SIRH (SS) linhibe.  IGF-I exercent le rétrocontrôle La GHRH est stimulée par lhypoglycémie (AGL, quelques Aa), le sommeil profond, le stress et lexercice. La sécrétion pulsatile de GH est due à lalternance de sécrétion de GHRH et SIRH. Il existe aussi un rétrocon – trôle (-) par la GH sur ces hormones hypothalamiques.
  31. 31. Pathologie de la GH1- Déficit en GH: retard de croissance. Nanisme harmonieux : Baisse proportionnelle de l’allongem- ent de tous les os, taille des viscères réduite  Déficit en IGF1: Absence ou anomalie.  Pathologie du récepteur de la GH : type LARON (pygmés).Tests statiques: • Dosage de la GH : effondrée • HypoglycémieTests dynamiques : Test à la GHRH (permet de situer l’étage) ⇒ Injection de GHRH + dosage de la GH 30 mn après. - Si pic de GH (10 μg/L) : atteinte hypothalamique. - Si absence de pic : atteinte hypophysaire.Remarque : inutile de pratiquer ce test dans un retard de croissance avec une GH normale.Trt: Adminis. GHRH dans l’atteinte HT et GH dans l’atteinte HP
  32. 32. 2- Excès de production de la GH:En fonction de l’age, on distingue:Gigantisme chez l’enfant: augment. Proportionnelle de la taillede tous les organes.Acromégalie chez l’adulte : croissance osseuse anormale mêmeaprès soudure des cartilages de conjugaison : dysmorphiesnotamment  du volume des tissus mous (peau, langue, viscères,etc…), une reprise de la croissance des os courts (maxillaireinférieure, phalanges)Clinique : en plus des dysmorphies, possibilité de diabète sucré.Biologie: Dosage de la GH sans stimulation : 10 – 25 μg/L.Étiologies : Tumeurs HT hypersécrétantes en GHRH Tumeurs ectopiques hyperproductives en GHRH d’origine pancréatiqueTrt : Chirurgie – Radiothérapie.
  33. 33. 3- ProlactineAxe lactotrope
  34. 34. EffetsLe rythme de sécrétion est circadien avec plusieurs pics aucours du nycthémère , pulsatile (toutes les 20 mn).Les taux augmentent progressivement au cours de la grossesseLes taux de base atteignant un max. juste avant laccouchementEn post-partum, la succion du mamelon entraîne en quelquesminutes une montée à des taux très élevés. Laction sur la glande mammaire est la plus évidente: initiation et maintien de la lactation. Effet sur la croissance :  de la synthèse protéique, rétention azotée…sans pour autant avoir les mêmes performances que la GH
  35. 35. Pathologie de la Prolactine1- Hyperprolactinémies dues à: - Tumeurs HP (Prolactinomes) - Hypothyroïdie I (TRH augmenté). - Tumeurs ectopiques. - Puberté précoce.2- Hypoprolactinémies: - Tumeurs HP ou lésions tumorales.3- Indications du dosage de la prolactine :  Chez la femme - Signes d’insuffisance gonadique : Aménorrhée- stérilité insuffisance lutéale- baisse de la libido. - Galactorrhée.  Chez l’homme: Galactorrhée – baisse de la libido.
  36. 36. 4- Gonadotrophines: LH et FSH Axe gonadotrope
  37. 37. FSH :Glycoprotéine constituée de 2 chaînes peptidiques inhibée par :  Les oestrogènes chez la femme  La testostérone et l’inhibine chez l’homme.Effets biologiques :  Chez la femme : - Stimule la maturation du follicule ovarien. - Stimule au niveau de la granulosa l’aromatase qui convertit les androgènes en oestradiol. - La sécrétion d’œstrogènes. - production de l’inhibine (rétrocontrôle sur la FSH et GnRH)  Chez l’homme : - Intervient sur l’activité des tubes séminifères (spermatogenèse). - Action sur les cellules de Sertoli en :  Synthétisant l’inhibine (rétrocontrôle – sur FSH et GnRH)  Synthétisant l’ABP (transport de la testostérone intratesticulaire).  Aromatisation de la testostérone en Oestradiol.
  38. 38. LH : Hormone lutéinisanteGlycoprotéine constituée de 2 chaînes peptidiques α et β  Les oestrogènes et la progestérone chez la femme  La testostérone chez l’homme.Effets biologiques :  Chez la femme - Déclenche l’ovulation et stimule la production ovarienne d’œstrogènes et de progestérone.  La thèque répond à la LH en augmentant la synthèse d’androgènes (androstènedione) qui seront convertis en oestrogènes (principalement l’œstradiol) par les cellules de la granulosa.  La régulation parait ne dépendre que de l’œstradiol avec 3 phases (- puis + puis -) Chez l’homme : - Stimule la stéroidogenèse ( testostérone essentiellement ) par les cellules de Leydig  DHT  VIRILISATION. - La testostérone déprime la sécrétion de LH.
  39. 39. Effets Au J1du cycle  de Gn-RH stimule la sécrétion de FSH et de LH par lhypophyse. La FSH et la LH stimulent la croissance du follicule . les cellules de la thèque, commencent à fabriquer des oestrogènes (oestradiol) . En dessous dun certain seuil de concentration, les oestrogènes ont une action inhibitrice sur la libération de la FSH et de la LH. Lhypophyse continue de les synthétiser mais ne les libèrent pas dans la circulation. Au-delà dun certain seuil de concentration , les oestrogènes ont une action activatrice sur lhypophyse qui libère brutale – ment de grande quantité de LH et dans une moindre mesure de FSH.
  40. 40.  La bouffée de LH ainsi produite (ou pic de LH) a deux conséquences :  Elle déclenche la rupture de la paroi ovarienne et léclatement du follicule de de Graff qui libère lovocyte, cest lovulation.  Elle provoque la reprise de la méiose dans lovocyte de premier ordre qui termine sa première division et entame la deuxième division jusquà la métaphase II devenant ainsi un ovocyte de deuxième ordre, couramment appelé ovule. La LH favorise également la transformation du reste du follicule en corps jaune puis les taux de FSH et LH diminuent rapidement. Le corps jaune fabrique de grandes quantité de progestérone et un peu dœstrogènes. Ces 2 hormones exercent une puissante action inhibitrice sur la fabrication et la libération de FSH et de LH par lhypophyse empêchant ainsi le développement de nouveaux follicules.
  41. 41.  Avec la diminution du taux de LH disparaît lactivation du corps jaune qui régresse et se résorbe progressivement. En même temps que le corps jaune régresse, la production de progestérone diminue, et linhibition quelle exerçait sur lhypophyse disparaît, elle aussi, progressivement. La diminution du taux des hormones ovariennes à la fin du cycle (26ème à 28ème jours) met fin à linhibition de la sécrétion de FSH et de LH par lhypophyse et un nouveau cycle recommence.Si un embryon simplante dans la muqueuse utérine, lactivité ducorps jaune est maintenue par une hormone ayant la même actionque la LH mais produite par lunité foeto-placentaire , lHCG ougonadotrophine chorionique humaine. La production deprogestérone par le corps jaune dabord puis par le placentaensuite empêche alors le développement de nouveaux folliculespendant toute la durée de la grossesse.
  42. 42. Le cycle menstruelLa phase menstruelle : Elle dure de 3 à 5 jours, lépaisse couchefonctionnelle de lendomètre se détache de la paroi utérine enprovoquant des saignements. Le sang et les tissus qui se détachentsécoulent dans le vagin et constituent les règles.La phase proliférative : Elle dure du 6ème au 14ème jour. Sousleffet des oestrogènes lendomètre se reforme, la couchefonctionnelle sépaissie et se creuse de glandes, une nouvellevascularisation se met en place et des récepteurs à la progestérone seforment dans les cellules endométriales.La phase sécrétoire : Elle correspond à la phase lutéale, allant delovulation jusquà la fin du cycle. Pendant cette phase lépaisseur dela muqueuse continue de saccroître. Sous leffet de la progestérone,les glandes secrètent du glycogène dans la cavité utérine. Cenutriment est destiné à nourrir un éventuel embryon.
  43. 43. 5- Thyréostimuline: TSH Axe thyréotrope
  44. 44. Effets biologiques Glycoprotéine composée de 2 chaînes α et β. La chaîne α est identique pour FSH et LH. Contrôle le développement et l’activité sécrétrice de la thyroïde via l’augmentation de l’AMPc. Augmente le volume et la vascularisation de la thyroïde Régulation  Stimulée : Par la TRH et indirectement par la grossesse ( rétrocontrôle par la Prl ) et le froid.  Inhibée : Par SRIH et rétroinhibée par T3 et T4.

×