DR S.A.CHALAH - DR A.HAMZAOUI
L’utilisation des médicaments chez l’enfant, la     connaissance de leurs principaux effets     secondaires reposent sur:...
INTRODUCTION   Les médicaments :moyen incontournable    pour améliorer le confort ou soulager les    patients   Des prod...
INTERET DE LA QUESTION   Maximiser le bénéfices trt ,minimiser le    risque   Durant la grossesse:Très anxiogène   Inév...
Tissular necrolysis                  Arterial thrombosis ERREUR DE DILUTION D’ANTIBIOTIQUE: Floxam®
II/REGLES DE LA PRESCRIPTION1/ Principes : trois règles    Tenir compte de l’immaturité du nouveau-né    et du petit nour...
 / Période néonatale :   La fixation protéique des médicaments est en règle    diminuée : les formes libres sont donc    ...
  2/ Règles de prescription :   Adapter la posologie au poids ou à la surface    corporelle qui sont plus précis que l’âg...
   Voie orale : largement utilisée en pédiatrie   Voie rectale : largement utilisée   Voie intra musculaire : à évitée ...
III/Risques des médicaments liés àla période d’exposition (5périodes)                          CHEZ LE FŒTUS:   de la co...
2/ Période/ périnatale :  En fin de grossesse et lors de l’accouchement, lespassages transplacentaires sont plus important...
4/Nourrisson Nourrisson : retentissement sur la maturation  du système nerveux et la myélinogénès( atropine, ergot de sei...
6/ Médicament est allaitement maternel      La quantité retrouvée par 24 H dans lelait    est   donc    absorbée    n’excè...
Chloramphénicol      Iodure de potassiumStreptomycine        Méthotrexate,Kanamycine           MétronidazoleTétracyclines ...
•Pénicillines et dérivés•Phénylbutazone•Acide nalidixique•Atropine•Dicoumarol•β bloquants•Griséofulvine•Réserpine
IV/Risques liés aux médicaments   • Les médicaments non tératogènes sont    ceux dont on est certain, :Ils sont peu    no...
Médicaments tératogènes formellement contre-indiqués pendant TOUTE la grossesse et leurusage ne répond pas à une nécessité...
contre-indiqués à partir de 24     SA   TOUS les anti-inflammatoires non stéroïdiens    (AINS) y compris l’aspirine à dos...
Médicaments contre-indiqués à partir de 15semaines   Anti-hypertenseurs :inhibiteurs de    l’enzyme de conversion et Anta...
déconseillé pendant toute la grossesse    L’Acide valproïque :               - Risque de malformations dans 10 à 15%     ...
Médicaments utilisables malgré un risque      tératogène et néonatal, en raison de l’absence      d’alternative.   Carbam...
Risque à distance des Médicaments   - Diéthylsilbestrol = DES = Distilbène® :    risque carcinogène et malformations    g...
RISQUES DES PRINCIPAUX MEDICAMENTS           UTILISES EN PEDIATRIE 1/ Antibiotiques : 3 mécanismes peuvent  être en cause ...
Principaux antibiotiques utilisés en Pédiatrie :β lactamines : Pénicilline, Amoxicilline, Céphalosporine Allergie  Résis...
CAS PARTICULIER :   Anti tuberculeux : en dehors des troubles digestifs    mineurs, d’un rash cutané et de la possibilité...
2/ Corticoïdes :1/ Ralentissement ou arrêt de la croissance : (fœtus RCIU)  2/ Syndrome cushingoïde : Aspect cushingoïde ...
Consommation au Maroc des Corticoïdes      peros (année 2007)4500000                                                      ...
Acide acétyl salycilique :   Allergie : rash, érythème, syndrome de STEVENS-    JOHNSON, Crise d’asthme, saignements gast...
Paracétamol :   Posologie : 30 à 50 mg/kg/24 H en 2 à 4    prises   Toxicité essentiellement hépatique (qui est    fonct...
3/ANTI- CONVULSIVANTS:   Phénobarbital :   Posologie : 4 mg/kg en une prise au coucher    (barbitémie efficace 15 –25 µg...
 Diazépam :   Anti-convulsivant majeur, anxiolitique, sédatif,myorelaxant   La voie intra rectale est aussi efficace qu...
4/ Diurétiques : Les diurétiques peuvent entraîner une  hyponatrémie, soit une hypokaliémie   5/ Théophylline : Indicati...
    6/ Antiémétiques :Primperan, Césapride (ne pas l’associer auxmacrolides, ECG au préalable QT large)   7/ Vitamines :•V...
8/oxygène:   L’oxygène ne peut être administré au    nouveau-né de façon prolongée que si l’on    est en mesure de vérifi...
8/ Fer :       Il n’existe pas de toxicité liée à l’administration     orale de fer en excès en dehors des troubles     d...
   9/ Transfusion sanguine :   Nécessité de transfuser un sang iso groupe, iso rhésus,phénotypé en cas de pathologies néce...
Conclusion   Les médicaments: nécessaire   Pas de médicament sans risque   Ne pas prescrire de médicaments sans    conn...
TOXICITE :•Les aminosides sont toxiques pour le rein et pourla VIIIème paire crânienne•L’oxygène ne peut être administré a...
Médicaments pour lesquels un risquetératogène est actuellementfortement suspecté    Mycophénolate (Cellcept®) et Misopros...
Médicaments pour lesquels un risquetératogène est actuellement évoqué   (dans l’attente d’une confirmation ou    infirmat...
contre-indiqués à partir de 24     SA   TOUS les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) y    compris l’aspirine à dos...
Médicaments pris en fin de grossesse pouvant être àl’origine d’effets foetaux et/ou néonatals   - Psychotropes : troubles...
2/ Corticoïdes :→ Action des corticoïdes : Physiologiques : sécrétion cortico-surrénale normale     Effet métabolique ; ...
1/ Antibiotiques : 3 mécanismes peuvent être en     cause :    Toxicité : en fonction du médicament, de la dose     et de...
1/ Effets des médicaments sur l’organogénèse :  Interférer avec le métabolisme de la croissance cellulaire.  Le risque est...
Fonction de l’âge et de l’immaturité des tissus : Nouveau-né : toxicité éventuelle des formes  libres (hépatique, rénale,...
Ex. Mésusage            Consommation de la Cyproheptadine (2007)           EVOLUTION DE LA CONSOMMATION ANNUELLE EN UNITES...
ERREUR DE PRODUIT  Cas du DOLIPRANE et de l’ ALPHA CHLORALOSE (raticide)ERREUR LIEE A LA RESSEMBLANCE D’EMBALLAGE
Risques medicamenteux
Risques medicamenteux
Risques medicamenteux
Risques medicamenteux
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Risques medicamenteux

3 729 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
3 729
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
47
Actions
Partages
0
Téléchargements
60
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Risques medicamenteux

  1. 1. DR S.A.CHALAH - DR A.HAMZAOUI
  2. 2. L’utilisation des médicaments chez l’enfant, la connaissance de leurs principaux effets secondaires reposent sur: Des particularités d’absorption,de métabolisme et d’excrétion qui sont très différents selon les tranches d’âge. Une des conséquences pratiques les plus importantes est l’adaptation posologique en fonction du poids mais aussi de l’âge.
  3. 3. INTRODUCTION Les médicaments :moyen incontournable pour améliorer le confort ou soulager les patients Des produits en perpétuelle amélioration Leurs commercialisation :après études et évaluation des risques. Leurs utilisation chez l’enfant nécessite la connaissance des particularités métaboliques et la maturation des différents organes Les posologies sont adaptées à l’age,au poids
  4. 4. INTERET DE LA QUESTION Maximiser le bénéfices trt ,minimiser le risque Durant la grossesse:Très anxiogène Inévitable:La prise de médicaments est constante au cours de la grossesse Passage: linsuline ou lhéparine?. Le Centre de Pharmacovigilance Risque:lié essentiellement au moment de cette exposition et au médicament
  5. 5. Tissular necrolysis Arterial thrombosis ERREUR DE DILUTION D’ANTIBIOTIQUE: Floxam®
  6. 6. II/REGLES DE LA PRESCRIPTION1/ Principes : trois règles  Tenir compte de l’immaturité du nouveau-né et du petit nourrisson(rénale,hépatique) Ajustement rigoureux des doses : les taux thérapeutiques sont proches des taux toxiques 5 tranches d’âge : embryon puis fœtus, nouveau-né (28 jours), nourrisson, grand enfant (2 à 12 ans et adolescent).
  7. 7.  / Période néonatale : La fixation protéique des médicaments est en règle diminuée : les formes libres sont donc particulièrement élevées(hépatique, rénale, auditive, neurologique) La diminution du pouvoir d’excrétion rénale : doit faire augmenter l’intervalle entre les injections Fragilité de la flore intestinale à l’antibiothérapie ayant une excrétion intestinale sous forme active (β lactamines) avec un risque de septicémie
  8. 8.   2/ Règles de prescription : Adapter la posologie au poids ou à la surface corporelle qui sont plus précis que l’âge : Sc = 4P +7 / P + 90 Mentionner pour chaque médicament la dose totale journalière, le nombre de prises et la dose par prise et la durée du traitement
  9. 9.  Voie orale : largement utilisée en pédiatrie Voie rectale : largement utilisée Voie intra musculaire : à évitée chez le tout petit en raison de la pauvreté des masses musculaires Voie intra veineuse : concentrations élevées et une bonne disponibilité Voie cutanée : l’absorption par voie cutanée est très grande chez l’enfant
  10. 10. III/Risques des médicaments liés àla période d’exposition (5périodes)  CHEZ LE FŒTUS: de la conception au 12ème jour de grossesse:tout ou rien. du 13ème au 56ème jour de grossesse :organogenèse. • du 56ème jour de grossesse à laccouchement: - entraver la croissance ou la maturation: (SNC,OGE, reins) - entraîner des anomalies fonctionnelles temporaires ou définitives, - cancérogenèse à distance.
  11. 11. 2/ Période/ périnatale : En fin de grossesse et lors de l’accouchement, lespassages transplacentaires sont plus importants:anesthésiques généraux.•tableau dimprégnation: en cas de traitementprolongé jusquà la naissance, le nouveau-né peutmanifester les effets liés à la présence dumédicament qui peuvent persister pendantplusieurs jours, voire plusieurs semaines.
  12. 12. 4/Nourrisson Nourrisson : retentissement sur la maturation du système nerveux et la myélinogénès( atropine, ergot de seigle sur les fibres non encore myélinisées) 5/ENFANT Enfant : retentissement sur la croissance osseuse et cartilagineuse (corticoïdes)
  13. 13. 6/ Médicament est allaitement maternel  La quantité retrouvée par 24 H dans lelait est donc absorbée n’excèdequ’exceptionnellement 1% de la doseadministrée à la mère. Néanmoins certaines drogues passent enquantité suffisante pour surveillerétroitement l’enfant, voir arrêterl’allaitement.
  14. 14. Chloramphénicol Iodure de potassiumStreptomycine Méthotrexate,Kanamycine MétronidazoleTétracyclines BromureTrimethropine Agents radioactifsSulfametoxasole ThiazidiquesBarbituriques AnticancéreuxDiazépam ColchicineIodes Anticoagulants orauxDiphénylhydantoine Antidiabétiques oraux
  15. 15. •Pénicillines et dérivés•Phénylbutazone•Acide nalidixique•Atropine•Dicoumarol•β bloquants•Griséofulvine•Réserpine
  16. 16. IV/Risques liés aux médicaments • Les médicaments non tératogènes sont ceux dont on est certain, :Ils sont peu nombreux (ex. : amoxicilline, paracétamol). Les médicaments dont la tératogénicité est certaine (des tératogènes puissants et les autres >20% Pour la plupart des médicaments, les informations sont limitées.
  17. 17. Médicaments tératogènes formellement contre-indiqués pendant TOUTE la grossesse et leurusage ne répond pas à une nécessité vitale : Isotrétinoïne traitement de lacné (Roaccutane®, des malformations dans 20 à 25% des cas (système nerveux central, coeur foetus , oreille).(arrêt1mois :conception) L’Acitrétine pour le traitement du psoriasis (Soriatane®).(2ans sans TRT:conception)
  18. 18. contre-indiqués à partir de 24 SA TOUS les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) y compris l’aspirine à dose ≥ 500 mg/j et les inhibiteurs sélectifs de la cyclo-oxygénase-2 - Le risque de fausse couche est multiplié par 2 (sauf pour l’aspirine). - du 6ème mois de grossesse: toxiques pour le coeur et/ou le rein du foetus.
  19. 19. Médicaments contre-indiqués à partir de 15semaines Anti-hypertenseurs :inhibiteurs de l’enzyme de conversion et Antagonistes des récepteurs de l’angiotensine II Aux 2ème et 3ème trimestres : ils peuvent provoquer chez le foetus des lésions rénales et une hypoplasie des os de la voûte crânienne.
  20. 20. déconseillé pendant toute la grossesse  L’Acide valproïque : - Risque de malformations dans 10 à 15% des cas (anomalies de fermeture du tube neural…). - Troubles du neurodéveloppement à distance de la naissance. Dans certains cas sévères, en cas de maintien du traitement en raison de de labsence d’alternative, il est recommandé : - une supplémentation en acide folique (la débuter 1 mois avant la conception et la maintenir jusquà 2 mois après).
  21. 21. Médicaments utilisables malgré un risque tératogène et néonatal, en raison de l’absence d’alternative. Carbamazépine, Phénobarbital et phénytoïne (Di-Hydan®) ont un effet inducteur enzymatique hépatique :risque d’hémorragies néonatales. - Lithium (: augmentation du risque de malformations cardiaques (dans 7% des cas). - Anticoagulants oraux : Warfarine Ils peuvent être responsables : : Entre 6 et 9 semaines d’aménorrhée : malformations du squelette dans 7% des cas. * Après 9 semaines d’aménorrhée : anomalies du système nerveux central dans 1 à 2% des cas. Carbimazole (Néomercazole®, malformations rapportées: (aplasies circonscrites du cuir chevelu, atrésies des choanes ou de l’œsophage…).
  22. 22. Risque à distance des Médicaments - Diéthylsilbestrol = DES = Distilbène® : risque carcinogène et malformations génitales. - Acide valproïque: troubles du neurodéveloppement.
  23. 23. RISQUES DES PRINCIPAUX MEDICAMENTS UTILISES EN PEDIATRIE 1/ Antibiotiques : 3 mécanismes peuvent être en cause : Toxicité : Allergie  Sélection microbienne : résistance acquise
  24. 24. Principaux antibiotiques utilisés en Pédiatrie :β lactamines : Pénicilline, Amoxicilline, Céphalosporine Allergie  Résistance Macrolides : Erythromycine, Josacine, Spiramycine Prescris en cas d’allergie aux bêta lactamines Risque : douleurs abdominales Aminosides : Gentamycine, Amikacine, Streptomycine Néphro-toxicité et atteinte cochléo-vestibulaire (surdité) Sulfamides : Sulfaméthoxasole – Trimethropine Allergie
  25. 25. CAS PARTICULIER : Anti tuberculeux : en dehors des troubles digestifs mineurs, d’un rash cutané et de la possibilité d’un accident majeur d’hypersensibilité générale pour tous les anti tuberculeux :  Rifamycine : anémie hémolytique, purpura thrombopénique, anurie  Rifinah : hépatite (élévation transitoire des transaminases, ictère)  Streptomycine : surdité  Pyrazinamide : arthralgies  Ethambutol : névrite rétrobulbaire Chloramphénicol : aplasie médullaire
  26. 26. 2/ Corticoïdes :1/ Ralentissement ou arrêt de la croissance : (fœtus RCIU)  2/ Syndrome cushingoïde : Aspect cushingoïde ,HTA, œdème, amyotrophie, vergetures, érythème facial, acné,  3/ Infection :4/ Appareil digestif : Ulcères, hémorragies, perforation (pancréatite aiguë rare)  5/ Neuro-psychiatrie : Excitation générale (euphorie, insomnie) rarement troubles graves.,HIC 6/ Oculaires : Cataractes postérieures,Ulcérations, glaucome (collyre hydrocortisone)  7/ Risque insuffisance hypothalamo-hypophyso-surrénalienne :prévenue en évitant un arrêt brutal après un traitement dont la durée est supérieure à 8 jours.
  27. 27. Consommation au Maroc des Corticoïdes peros (année 2007)4500000 4254000 Unités : 4,0 Millions4000000 4054700 Doses : 94,6 Millions3500000 3.14 3.17 3.22 Valeur : 175 Millions de Dhs3000000 2.86 2.57 Nombre de spécialités : 16 2.482500000 2.27 2.19 2.00 2.02 Nombre de présentations : 352000000 1.54 1.641500000 1.19 1.22 0.951000000 500000 0 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 •Comprimés de corticoïdes vendus dans les épiceries de la région du Sahara. • Les corticoïdes jouent un rôle majeur dans la recherche de lobésité à travers les médicaments. • La quantité des corticoïdes utilisés reste inquantifiable du fait de l’existence de circuits illégaux (contrebande).
  28. 28. Acide acétyl salycilique : Allergie : rash, érythème, syndrome de STEVENS- JOHNSON, Crise d’asthme, saignements gastro- intestinaux Syndrome de REYE : atteinte hépatique, élévation des transaminases, hypoglycémie  Intoxication aiguë : Troubles neurologiques : somnolence, convulsion, coma Hyperpnée, signes de déshydratation Diagnostic : gaz du sang (acidose métabolique), recherche de salycilés dans les urines
  29. 29. Paracétamol : Posologie : 30 à 50 mg/kg/24 H en 2 à 4 prises Toxicité essentiellement hépatique (qui est fonction de la dose) (insuffisance hépato- cellulaire parfois grave)
  30. 30. 3/ANTI- CONVULSIVANTS: Phénobarbital : Posologie : 4 mg/kg en une prise au coucher (barbitémie efficace 15 –25 µg/ml)  Chez le nouveau-né l’injection intra veineuse de 20 mg/kg de phénobarbital dilué dans 5 ml de SSI à 9%  Incidents – accidents : Somnolence ou excitation psychomotrice Vertiges, éruption scarlatiniforme ou morbiliforme, urticaire, fièvre Hypocalcémie et rachitisme
  31. 31.  Diazépam : Anti-convulsivant majeur, anxiolitique, sédatif,myorelaxant La voie intra rectale est aussi efficace que la voie intra veineuse . Effets secondaires : Ataxie, vertige, ébriété, dépression respiratoire à fortes doses  Valproate de sodium (DEPAKINE) : Posologie : 20 à 30 mg/kg/j en 2 prises par paliers en 6 à 8 jours. Effets secondaires : Atteinte hépatique (hépatite) : contrôle des transaminases Pancréatite aiguë : exceptionnelle
  32. 32. 4/ Diurétiques : Les diurétiques peuvent entraîner une hyponatrémie, soit une hypokaliémie  5/ Théophylline : Indication uniquement dans les asthmes sévères (traitement prolongé par forme retard). Toxicité à partir de 20 mg/l. Effets secondaires : Irritabilité, nausées, vomissements, hématémèses, convulsions, déshydratation, coma 
  33. 33.   6/ Antiémétiques :Primperan, Césapride (ne pas l’associer auxmacrolides, ECG au préalable QT large)  7/ Vitamines :•Vitamine D : prévention = 5 mg à 1 et 6 moisIntoxication : céphalées, troubles du caractère,hypercalcémie, vomissements, polyurie,polydipsie, déshydratation aiguë, insuffisancerénale (néphrocalcinose)•Vitamine A : intoxication due à une brutalesécrétion de LCR : signes d’hypertension
  34. 34. 8/oxygène: L’oxygène ne peut être administré au nouveau-né de façon prolongée que si l’on est en mesure de vérifier la PaO2 artérielle et la maintenir au dessous de 100 mmHg Broncho dysplasie occulaire
  35. 35. 8/ Fer : Il n’existe pas de toxicité liée à l’administration orale de fer en excès en dehors des troubles digestifs, l’absorption intestinale étant réglée par le niveau de carence. L’administration intra musculaire de fer injectable est contre indiquée chez l’enfant : risque de toxicité aiguë (acidose mortelle) ou hémochromatose (intoxication chronique)  ou refroidissement trop violent) entraînant une hémolyse in vitro et in vivo
  36. 36.   9/ Transfusion sanguine : Nécessité de transfuser un sang iso groupe, iso rhésus,phénotypé en cas de pathologies nécessitant des transfusionsrépétées (hémoglobinopathies, hémopathies, …)Accidents : Accidents hémolytiques immunologiques : (erreur de prescription, sang incompatible : ABO, sous groupe, …) état de choc, ictère, hémoglobinurie, oligurieAuto immunisation leucocytaires et plaquettaires : plus raresDéveloppements anticoagulants circulants chez l’hémophile Accidents non immunologiques :Infections : transfusion de sang infecté (bactéries gram négatifsurtout)Accidents infectieux retardés : hépatite B, C, VIH, syphillis,paludisme, mononucléose infectieuse (sérologies hépatite B et C,VIH obligatoire) Autres accidents : agressions thermiques (réchauffement ou refroidissement trop violent) entraînant une hémolyse in vitro et in vivo
  37. 37. Conclusion Les médicaments: nécessaire Pas de médicament sans risque Ne pas prescrire de médicaments sans connaître leurs effets secondaires et leurs CI Le risque est plus grand en phase d’organogenèse
  38. 38. TOXICITE :•Les aminosides sont toxiques pour le rein et pourla VIIIème paire crânienne•L’oxygène ne peut être administré au nouveau-néde façon prolongée que si l’on est en mesure devérifier la PaO2 artérielle et la maintenir audessous de 100 mmHg•Barbituriques et autres anti convulsivants(Phénytoïne) : syndrome hémorragique (dépressiondes facteurs vit K dépendants)•Anti vitamine K : syndrome hémorragique•Analgésiques salycilés : purpura, hémorragiesviscérales (troubles de l’agrégation plaquettaireet une diminution du facteur XII)
  39. 39. Médicaments pour lesquels un risquetératogène est actuellementfortement suspecté Mycophénolate (Cellcept®) et Misoprostol (Cytotec®, Misotec®).
  40. 40. Médicaments pour lesquels un risquetératogène est actuellement évoqué (dans l’attente d’une confirmation ou infirmation) Il existe actuellement peu de données, ce qui conduit à une attitude de prudence, à envisager une alternative et une surveillance prénatale orientée en cas dexposition en cours de grossesse Mifépristone (Mifégyne®). Cotrimoxazole (Bactrim®) : - Si possible, ne pas lutiliser avant  10 SA - En l’absence d’alternative : proposer une supplémentation en acide folique pendant le traitement.
  41. 41. contre-indiqués à partir de 24 SA TOUS les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) y compris l’aspirine à dose ≥ 500 mg/j et les inhibiteurs sélectifs de la cyclo-oxygénase-2 - Le risque de fausse couche est multiplié par 2 (sauf pour l’aspirine). - Sils sont pris à partir du début du 6ème mois de grossesse, ils peuvent être toxiques pour le coeur et/ou le rein du foetus. - La toxicité est majorée lorsque la durée de prise est longue, . - Des posologies et des durées de prises même très limitées, en particulier à l’approche du terme, peuvent induire des effets irréversibles. - Avant 24 SA, l’exposition à ces molécules, en particulier en prises chroniques, doit être très prudente.
  42. 42. Médicaments pris en fin de grossesse pouvant être àl’origine d’effets foetaux et/ou néonatals - Psychotropes : troubles en rapport avec une imprégnation et/ou un sevrage - Neuroleptiques à fortes doses : syndrome extra-pyramidal et/ou signes d’imprégnation Carbamazépine, phénobarbital, phénytoïne , rifampicine, anti- Vitamine K : hémorragies fœtales et/ou néonatales par diminution des facteurs vitamine-K dépendants.. Il est recommandé de prescrire de la vitamine K1 à la mère (les 15 derniers jours de grossesse) et au nouveau-né en salle de travail. - Acide valproïque : hémorragies fœtales et/ou néonatales par modification de l’agrégation plaquettaire, thrombopénie et diminution du fibrinogène. - Bêta-bloquants par voie générale et par voie oculaire : hypoglycémie et bradycardie néonatale. - Corticoïdes au long cours par voie générale : léger RCIU. Corticoïdes à fortes doses par voie générale en fin de grossesse : impact sur les surrénales fœtales/néonatales possible mais peu probable avec un traitement d’entretien
  43. 43. 2/ Corticoïdes :→ Action des corticoïdes : Physiologiques : sécrétion cortico-surrénale normale  Effet métabolique ; néoglycogénèse, augmentation catabolisme protidique, lipogénèse  Effets minéralo-corticoïde : rétention sodique, excrétion potassique Pharmacologiques :  Action sur les éléments figurés du sang (augmentation nombre de polynucléaires, plaquettes, hématies, lymphopénie)  Action sur l’immunité : (immunodépresive)Effet anti inflammatoire : à dose égale par rapport à l’hydrocortisone, la méthylprednisolone est 5 fois plus anti inflammatoire, la prednisone 4 fois et la dexaméthasone 30 foisMODALITES DE PRESCRIPTION tenire compte du rythme circadien de la cortisolémie et de l’ACTHhémie il est préférable de donner le traitement surtout le matin. 
  44. 44. 1/ Antibiotiques : 3 mécanismes peuvent être en cause : Toxicité : en fonction du médicament, de la dose et de la durée du traitement (le terrain joue également un rôle : immaturité hépatique, rénale chez le nouveau-né) Allergie  Sélection microbienne : résistance acquise
  45. 45. 1/ Effets des médicaments sur l’organogénèse : Interférer avec le métabolisme de la croissance cellulaire. Le risque est dominé par les malformations au cours du 1er trimestre de la grossesse.
  46. 46. Fonction de l’âge et de l’immaturité des tissus : Nouveau-né : toxicité éventuelle des formes libres (hépatique, rénale, auditive, neurologique) Nourrisson : retentissement sur la maturation du système nerveux et la myélinogénès( atropine, ergot de seigle sur les fibres non encore myélinisées) Enfant : retentissement sur la croissance osseuse et cartilagineuse (corticoïdes)
  47. 47. Ex. Mésusage Consommation de la Cyproheptadine (2007) EVOLUTION DE LA CONSOMMATION ANNUELLE EN UNITES DE LA CYPROHEPTADINE Unités (boîtes) : 8.9 millions ET DES AUTRES ANTIHISTAMINIQUES H1 (1991 - 2007 AVEC PROJECTION 2008) Doses : 70 millions de Doses (DDD)10000000 Évolution (1995-2005) : +104 % 8 592 800 Valeur : (168 Millions Dhs) 9000000 7 946 700 8 866 900 Nombre de spécialités : 9 8000000 CYPROHEPTADINE Nombre de présentations : 21 7000000 La forme Sirop représentent 49 % en unités 6000000 5000000 2001-2002: données du CAPM 4000000 3 273 100 •118 cas d’intoxication à la 3000000 AUTRES ANTIHISTAMINIQUES cyproheptadine 1 548 600 •70% des cas entre 15 et 30 2000000 ans 1000000 •80% de sexe féminin •72% Au niveau de la région 0 de Casablanca et le sud 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 marocain
  48. 48. ERREUR DE PRODUIT Cas du DOLIPRANE et de l’ ALPHA CHLORALOSE (raticide)ERREUR LIEE A LA RESSEMBLANCE D’EMBALLAGE

×