RETRECISSEMENT MITRAL           Pr. LATRECHE Samia  Service de Cardiologie A2 – Pr. MERAD          CHU Mustapha - Alger
I- DEFINITIONII- ETIOLOGIEIII- ANATOMO-PATHOLOGIEIV- PHYSIOPATHOLOGIEV- DIAGNOSTICVI- CRITERES DE GRAVITE D’UN RMVII- LES ...
I- DEFINITION :          Diminution de la surface mitrale réalisant un obstacle ou remplissageventriculaire gauche et une ...
II- ETIOLOGIE:Le rhumatisme articulaire aigu +++ :Le RM est l’apanage du RAA du fait de la prévalence encore endémique du ...
III- ANATOMO-PATHOLOGIE :L’orifice mitral forme un entonnoir membraneux avec :Une valve antéro- externe et septale (GVM)Un...
IV- PHYSIOPATHOLOGIE :- Obstacle à l’éjection du flux auriculaire en diastole responsable d’uneaugmentation des pressions ...
V- DIAGNOSTIC :
1.Clinique :      a- circonstance de découverte :      Asymptomatique (découverte souvent lors d’un examen systématique). ...
2. Examen radiologique :      - Dilatation OG : arc moyen gauche convexe débord droit avec image de doublecontour.      - ...
3. Electrocardiogramme :      En cas de rythme sinusal :      - hypertrophie auriculaire gauche (onde P large et bifide). ...
4. Echo doppler cardiaque :Constitue actuellement la méthode de référence dans le diagnostic quantitatif etquantitatif du ...
En BD :Epaississement voire calcification des VM prédominant à l’extrémité distale.Anomalie de l’appareil sous valvulaire....
Affirmer le diagnostic :           Planimétrie de l’orifice mitral
Recherche des lésions associées :Taille de l’OG.Thrombus OG (5 - 20% des cas) surtout en ETO.Etat des autres valves (attei...
Sténose mitrale fibreuse (ETO).
Précise le retentissement hémodynamique de lavalvulopathie :Evaluation de la pression pulmonaire par le flux d’IT.
Appréciation de l’anatomie par échographie                                             Classification de CormierGroupe éch...
b. Apport du doppler :      Quantification de l’obstacle mitral :      - Détermination du gradient de pression transmitral...
- A partir de la pente de décroissance du gradient proto diastolique en dopplercontinu)   - Calcul de l’équation de contin...
VII- CRITERES DE GRAVITE D’UN RM :Signes cliniques :- signes fonctionnels.- Intervalle B2- COM serré.- Eclat du B2 pulmona...
VIII- LES COMPLICATIONS DU RM:a) Complications rythmiques :- ACFA essentiellement.- Flutter auriculaire.b) Accidents throm...
IX- LE TRAITEMENT :                 a) Si le sujet est asymptomatique :                 - Surveillance clinique et échogra...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Rm (pr. latreche)

2 658 vues

Publié le

0 commentaire
3 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 658
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
36
Actions
Partages
0
Téléchargements
115
Commentaires
0
J’aime
3
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Rm (pr. latreche)

  1. 1. RETRECISSEMENT MITRAL Pr. LATRECHE Samia Service de Cardiologie A2 – Pr. MERAD CHU Mustapha - Alger
  2. 2. I- DEFINITIONII- ETIOLOGIEIII- ANATOMO-PATHOLOGIEIV- PHYSIOPATHOLOGIEV- DIAGNOSTICVI- CRITERES DE GRAVITE D’UN RMVII- LES COMPLICATIONS DU RMIX- LE TRAITEMENT
  3. 3. I- DEFINITION : Diminution de la surface mitrale réalisant un obstacle ou remplissageventriculaire gauche et une stase en amont. RM si SM < 2,5 cm2 RM serré si SM entre 1 et 1,5 cm2 RM très serré si SM < 1 cm2
  4. 4. II- ETIOLOGIE:Le rhumatisme articulaire aigu +++ :Le RM est l’apanage du RAA du fait de la prévalence encore endémique du RAA.Exceptionnellement : RM congénital. RM dégénératif. Endocardite infectieuse (grosses végétations qui obstruent l’orifice mitral) Calcification annulaire massive Maladie de Fabry (maladie métabolique congénitale -> dépôts de muccopolysaccharides sur la valve) Myxome de l’oreillette gauche : RM fonctionnel. Syndrome du carcinoïde malin. Fibrose valvulaire mitrale (lupus érythémateux disséminé ; polyarthrite rhumatoïde).
  5. 5. III- ANATOMO-PATHOLOGIE :L’orifice mitral forme un entonnoir membraneux avec :Une valve antéro- externe et septale (GVM)Une petite valve postéro- externe et murale (PVM)2 commissures. Surface mitrale : environ 5 cm2 Les cordages au nombre de 25 :2 commissuraux9 pour la GVM14 pour la PVM Les piliers au nombre de 2 :AntérolatéralPostéromédian Le RM est le fait d’une soudure commissurale avec :Epaississement rétraction voire calcification valvulairefusion et rétraction des cordages.En amont : dilatation OG et des veines pulmonaires (stase sanguine)Poumon mitral Dilatation des cavités droites (IT fonctionnelles)En aval : VG généralement normal Exceptionnellement RM avec dysfonction VG.
  6. 6. IV- PHYSIOPATHOLOGIE :- Obstacle à l’éjection du flux auriculaire en diastole responsable d’uneaugmentation des pressions dans l’OG d’où sa distension favorisant la fibrillationauriculaire et la stase sanguine.- Cette hypertension se transmet passivement en amont à la circulation pulmonaireavec augmentation des pressions capillaires (HTAP post capillaire)- Secondairement se développe une vasoconstriction artériolaire entraînant uneHTAP pré capillaire- Cette HTAP retentit sur le cœur droit avec dilatation des cavités droites Les complications liées au RM : Augmentation pression OG, Dyspnée, OAP, hémoptysie hypertension capillaire Dilatation OG ACFA, A TE, dyphagie HTAP IC droite ; IT Lésions valvulaire Endocardite infectieuse
  7. 7. V- DIAGNOSTIC :
  8. 8. 1.Clinique : a- circonstance de découverte : Asymptomatique (découverte souvent lors d’un examen systématique). Signes fonctionnels de la stase pulmonaire : dyspnée d’effort ou paroxystiquenocturne, œdème pulmonaire, toux, hémoptysie, asthme cardiaque. Parfois, complications : Insuffisance cardiaque ; ATE, trouble du rythme. b- Examen physique : palpation : Eclat de B1 et frémissement cataire apexien diastolique parfois signe deHarzer (creux épigastrique). auscultation : Dans la forme typique de RM à valves souples : (l’onomatopée de Durozier) Au FM : - Eclat de B1 - Claquement d’ouverture mitrale après B2 (COM –B2 d’autant plus court que leRM est serré) - Roulement diastolique apexien , irradiant dans l’aisselle gauche de timbregrave grondant avec renforcement pré systolique si le rythme est sinusal. Au FP : - Eclat de B2 si HTAP RM muet : forme très serrée avec diminution du débit cardiaque (roulementapparaît à l’effort)
  9. 9. 2. Examen radiologique : - Dilatation OG : arc moyen gauche convexe débord droit avec image de doublecontour. - HTAP : Dilatation des artères pulmonaires avec redistribution de la vascularisationpulmonaire vers les sommets. - Dilatation du VD : arc inférieur gauche convexe avec pointe susdiaphragmatique.
  10. 10. 3. Electrocardiogramme : En cas de rythme sinusal : - hypertrophie auriculaire gauche (onde P large et bifide). - Hypertrophie ventriculaire droite (déviation axiale droite, bloc de branche droitincomplet) L’ACFA est fréquente (tournant évolutif de la maladie).
  11. 11. 4. Echo doppler cardiaque :Constitue actuellement la méthode de référence dans le diagnostic quantitatif etquantitatif du RM.a- Apport de l’échographie :Supposer le diagnostic : En mode TM :Ralentissement de la vitesse de fermeture de la VM antérieure.Mouvement paradoxal de la VM postérieur.
  12. 12. En BD :Epaississement voire calcification des VM prédominant à l’extrémité distale.Anomalie de l’appareil sous valvulaire.Immobilité de la PVM et le bombement diastolique de la GVM (aspect en genou« fléchi »).La coupe para sternale petit axe met en évidence la fusion commissurale (mécanismeessentiel de la sténose).
  13. 13. Affirmer le diagnostic : Planimétrie de l’orifice mitral
  14. 14. Recherche des lésions associées :Taille de l’OG.Thrombus OG (5 - 20% des cas) surtout en ETO.Etat des autres valves (atteinte rhumatismale) Thrombus multiple de l’oreillette gauche compliquant un RM.
  15. 15. Sténose mitrale fibreuse (ETO).
  16. 16. Précise le retentissement hémodynamique de lavalvulopathie :Evaluation de la pression pulmonaire par le flux d’IT.
  17. 17. Appréciation de l’anatomie par échographie Classification de CormierGroupe échocardiographie anatomie valvulaire Groupe I : anatomie idéale feuillet mitral antérieur souple non calcifié et altération moyenne de l’appareil sous valvulaire Groupe II : anatomie intermédiaire feuillet antérieur souple non calcifié mais altération importante de l’appareil sous valvulaire Groupe III : anatomie défavorable Calcifications de la valve mitrale visibles en scopie quelles que soient leur extension et l’atteinte sous- valvulaire. Contre– indication de la commissurotomie mitrale percutanée. I. Sténose mitrale modérée  Thrombus auriculaire gauche  Fuite mitrale supérieure ou égale à 2 sur 4  Calcifications massives ou bi commissurales  Maladie aortique ou tricuspide associée Maladie coronaire grave nécessitant une revascularisation chirurgicale associée.
  18. 18. b. Apport du doppler : Quantification de l’obstacle mitral : - Détermination du gradient de pression transmitral. - Evaluation de la surface mitrale :Le tracé de l’enveloppe du flux permet le calcul du gradient de pression entre OG et VG. La vitesse de décélération du flux permet le calcul de SM.
  19. 19. - A partir de la pente de décroissance du gradient proto diastolique en dopplercontinu) - Calcul de l’équation de continuité - Calcul de l’accélération (PISA) de la largeur du jet en doppler couleur. Leur confrontation permet de préciser le caractère serré ou non de la sténose. c- l’écho doppler tient une place importante dans la sélection des patientspour une dilatation mitrale percutanée. d- l’échographie transoesophagienne : Plus performante pour la détection des thromboses de l’oreillette et surtout del’auricule gauche.
  20. 20. VII- CRITERES DE GRAVITE D’UN RM :Signes cliniques :- signes fonctionnels.- Intervalle B2- COM serré.- Eclat du B2 pulmonaire.- Crépitants.- Signes d’ IVD et IT fonctionnelle.ECG : ACFA permanente.Radiographie: poumon mitralEchographie cardiaque : SM <1cm²Doppler cardiaque: Gradient transmitral >10mm Hg.
  21. 21. VIII- LES COMPLICATIONS DU RM:a) Complications rythmiques :- ACFA essentiellement.- Flutter auriculaire.b) Accidents thrombo emboliques : à point de départ une thrombose del’OG.c) Insuffisance cardiaque gauche et OAP :Avec comme facteur déclenchant :-Passage en ACFA-Une grossesse accidents gravido cardiaquesd) Embolie pulmonaire (stase du cœur droit)e) La broncho pneumopathie mitrale.f) Endocardite infectieuse.g) Le malade de Hortner (compression du nerf récurrent par l’OGectasique entraînant une dysphonie).
  22. 22. IX- LE TRAITEMENT : a) Si le sujet est asymptomatique : - Surveillance clinique et échographique semestrielle. -Prophylaxie rhumatismale et de l’endocardite infectieuse. b) si le sujet est symptomatique : - Traitement médical symptomatique. - La levée du barrage mitral par: Chirurgie conservatrice : Dilatation mitrale percutanée +++. Commissurotomie à cœur fermé. Commissurotomie à cœur ouvert. Le remplacement valvulaire prothétique si lesvalves mitrales sont extrêmement remaniées contre - indiquant une chirurgieconservatrice ou lors d’un échec ou d’une complication.

×