NUMERO 3 - JUIN 2010  EASSE                          NEWSLETTER   european   association   single-sex   educationLa mixité...
EASSE                   La mixité est un impensé et la non-mixité un « interdit-d’y-penser ». (suite)  european  associati...
EASSEeuropeanassociationsingle-sexeducationUne nouvelle école de garçons ouvre ses portesC’est au cœur de la Sologne, dans...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Newsletter 3 fr_juin_2010

275 vues

Publié le

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
275
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Newsletter 3 fr_juin_2010

  1. 1. NUMERO 3 - JUIN 2010 EASSE NEWSLETTER european association single-sex educationLa mixité est un impensé et la non-mixité un « interdit-d’y-penser ».Nous vous proposons ci-dessous un com-mentaire (en gris) et des extraits de lasynthèse des Conférences de Consensusde l’IUFM de l’académie de Créteil, textepublié sous la direction de Marie Duru-Bellat et de Brigitte Marin, sous le titrede La Mixité à l’école : filles et garçons.« Le système scolaire français a installé la mixité dansles années 1970 pour des raisons démographiques es-sentiellement, et plus tardivement que dans d’autrespays. Elle s’est imposée comme une évidence liée auprincipe d’égalité. Pourtant, il y avait là un principe po-tentiellement subversif pour l’école républicaine à lafrançaise qui s’est construite sur le modèle du sanc-tuaire : il s’agissait de préserver l’école des passionsextérieures. Il n’était pas imaginable qu’un maître en-seigne à l’école des filles. Il n’était pas concevable deprendre en compte les désordres de l’adolescence.L’école s’est donc trouvée embarrassée par une mixitéintroduite subrepticement. Il n’y a pas eu de réflexionpréalable sur les changements que cela introduisait.Et l’école a fait comme si elle pouvait continuer à seconcentrer sur les apprentissages et les performances, endéniant les corps, la sexualité et les désirs, et plus gé-néralement en négligeant sa vocation éducative. A l’an- jourd’hui, n’est pas satisfaisante. C’est en ce qui concernecienne séparation des corps (les instituteurs enseignaient les solutions à apporter qu’il peut y avoir des divergences.aux garçons et les institutrices aux filles) a succédé uneindifférenciation perçue a priori comme non probléma- « Les recherches montrent que pour améliorer ainsi letique et sans préparation ni évaluation des difficultés et sentiment d’efficacité (et en quelque sorte le « dégen-des effets. Bref, on a fait comme si la mixité était suf- rer »), il peut être plus facile et plus confortable de tra-fisante pour garantir l’égalité, et elle est restée comme vailler dans la cadre d’un groupe non-mixte pour éviterle rappelle Geneviève Fraisse, un impensé. » (p. 7) la reproduction des stéréotypes de genre et la « division du travail » entre filles et garçons. La psychologie socialeD’entrée de jeu, tout le monde semble d’accord pour re- montre en effet que quand ils ou elles sont entre eux, lesconnaître que la mixité à l’école, telle qu’elle est vécue au- jeunes des deux sexes font montre de comportementsCh. des Bouleaux 14, 1012 LAUSANNE, SUISSE Tél. +41 79 778 71 67 Fax +41 21 311 15 33 jeandavid@easse.org www.easse.org
  2. 2. EASSE La mixité est un impensé et la non-mixité un « interdit-d’y-penser ». (suite) european association single-sex educationet de préférences moins conformes aux modèles domi-nants, puisqu’ils et elles n’ont plus à s’affirmer/s’afficheraux yeux des autres comme masculins ou féminins. L’influence de l’école sur laDe plus, la constitution de groupes non mixtes offre la fondation d’une société égali-possibilité d’adapter les contenus aux demandes desélèves, et les tenants d’une approche genrée des dis- taire ne dépend pas de la sé-ciplines y voient des avantages. Cette question, taboue paration physique des garçonsen France, de l’opportunité de travailler sur des plagesde temps plus ou moins larges, en groupe non mixtes, et des filles, mais du contenuest sur l’agenda de nombre de pays voisins. » (p. 17) de l’enseignement. AssocierSelon ce dernier extrait, la non-mixité permettrait la mixité à l’égalité et la non-d’atteindre plus efficacement l’un des objectifs dela mixité : éviter la reproduction des stéréotypes mixité à l’inégalité est unesexuels, objectif fondamental à l’établissement d’une simplification désastreuse.société égalitaire. Comment expliquer ce tabou vis-à-vis de la non-mixité, tabou dont l’existence semble toutes les écoles redeviendraient non-mixtes, cela neconfirmée par la conclusion du document lui-même ? signifierait pas pour autant que les acquis sociaux en faveur des femmes seraient perdus, car l’influence de« S’il est bien entendu qu’un retour à la non-mixité n’est pas l’école sur la fondation d’une société égalitaire ne dé-envisageable (ni d’ailleurs envisagé) et signerait un échec pend pas de la séparation physique des garçons et deset de la société et de l’école, il importe de construire de filles, mais du contenu de l’enseignement. Associer lamanière pragmatique des outils pour tendre vers l’égalité mixité à l’égalité et la non-mixité à l’inégalité est uneentre garçons et filles. […] Il faut, sans remettre en cause simplification désastreuse. La reproduction des stéréo-la mixité comme principe, oser faire un usage intelligent types sexuels dans les classes mixtes le montre bien.d’espaces de non-mixité et de différenciation au servicedu développement de la mixité et de l’égalité. » (p. 18) Penser que ceux qui luttent pour la non-mixité sont pour l’abolition de la mixité est une autre simplifica-Cette conclusion semble peu cohérente au regard des tion. La disparition de la mixité n’est pas souhaitable,passages cités précédemment : pourquoi ne pas envisa- pas plus que l’est celle de la non-mixité. Le mieux estger la non-mixité, si la mixité mène l’école à négliger sa que subsistent les deux options car les enfants sontvocation éducative (cf. p. 7)… Si la mixité est un impensé différents. L’essentiel est que chacun trouve chaussurepar négligence, on constate que la non-mixité l’est tout à son pied et que les parents aient le droit de choisirautant en vertu d’un interdit idéologique. Nous vou- pour leurs enfants des écoles qui leur conviennent.drions l’espace de quelques lignes proposer quelquespistes de réflexions, au risque de briser ce tabou : De plus, la séparation des élèves selon le sexe peut s’appliquer selon une multitude de modalités, commeLa crainte d’un retour en arrière nous semble large- le suggère l’un des extraits cités ci-dessus : séparation àment infondée. Même dans l’hypothèse improbable où certains âges, pour certains cours, durant une certaine période de l’année, seulement en classe ou aussi dans les pauses, etc. Mixité et non-mixité ne sont donc pas deux options incompatibles et à opposer systématiquement, puisqu’elles peuvent coexister au sein d’un même éta- blissement. C’est ainsi qu’à l’échelle du système édu- catif, elles sont à considérer comme complémentaires. Il faut savoir reconnaître les avantages de l’une comme de l’autre pour construire une offre pédagogique effi- cace à l’échelon national. Diaboliser l’une de ces op- tions ou s’interdire d’y penser se fait au détriment de l’efficacité pédagogique de tout le système éducatif. Jean-David Ponci EASSE NEWSLETTER NUMERO 3 JUIN 2010 PAGE 2 Ch. des Bouleaux 14, 1012 LAUSANNE, SUISSE Tél. + 41 79 778 71 67 Fax + 41 21 311 15 33 jeandavid@easse.org www.easse.org
  3. 3. EASSEeuropeanassociationsingle-sexeducationUne nouvelle école de garçons ouvre ses portesC’est au cœur de la Sologne, dans le département du Cherque l’abbé Régis Spinoza, envoyé par l’Institut du Bon Pasteurest venu fonder les bases d’une future école qui ouvrira sesportes à la rentrée 2010. [...] En parallèle de la fondation del’école, l’abbé Spinoza a fondé une communauté de frèresenseignants entièrement dévolus à l’éducation de la jeunessequi leur sera confiée. En pleine communion avec l’évêque deBourges venu visiter la communauté naissante le 21 mars,l’abbé s’inscrit dans une démarche de coopération efficaceau service des âmes et des jeunes désireux de recevoir unenseignement en accord avec la beauté du message chrétien.Dans la future école à la pédagogie originale, tout est cen- par une équipe de professeurs diplômés d’au moins une li-tré vers le beau, le bien et le vrai. C’est à cet égard que cence, en étroite collaboration avec le directeur de l’école,l’abbé a fait le choix de la liturgie tridentine, apte à tour- l’abbé Spinoza, lui-même diplômé d’Etat et fort de 18 an-ner le regard des enfants vers le beau. Le cadre de l’école nées d’expérience dans l’enseignement et l’éducation. […]porte lui aussi à la contemplation du beau  : les 4000 m2de bâtiments sont entourés d’un parc riche en arbres Puisqu’elle est une œuvre d’évangélisation au service de la jeu-et en fleurs où le calme règne. Les futurs élèves de l’An- nesse, l’Angélus est également un centre spirituel où les adoles-gélus seront instruits à l’aide d’une pédagogie innovante, cents peuvent venir passer quelques jours de retraite. En paral-privilégiant les cours le matin et les activités culturelles, ar- lèle de son activité d’instruction, l’Angélus accueille de la mêmetistiques ou sportives l’après-midi, suivies d’études dirigées, manière une meute de louveteaux, une clairière de louvettes.de chant choral et de lecture suivie. Les cours sont assurés L’été promet par ailleurs d’être riche en événements. En tout premier lieu, après la messe célébrée il y a quelque temps Les futurs élèves de l’Angélus sur les reliques de Sainte Thérèse de Lisieux à Aubigny-sur- seront instruits à l’aide d’une Nère, la communauté fêtera la fin de l’année sacerdotale et se consacrera au Sacré-Cœur le 11 juin. Le 9 août, l’Angélus pédagogie innovante, privilégiant se réunira pour la fête des familles. Le 15 août, l’Angélus ou- vrira grand ses portes pour la fin de la première tranche des les cours le matin et les activi- travaux, la présentation de l’école à un large public et surtout tés culturelles, artistiques ou pour fêter l’Assomption de la Vierge Marie ! Le 28 août verra la rentrée du collège avec une trentaine d’élèves. A terme, à la sportives l’après-midi, suivies fin des travaux, l’école sera en mesure d’accueillir 160 élèves ! d’études dirigées, de chant cho- Fondé en septembre 2009, l’Angélus l’a été pour vous ral et de lecture suivie. A terme, et a besoin de vous ! Vous pouvez adresser vos dons de diverses manières : un chèque à M. l’abbé Spi- à la fin des travaux, l’école sera noza - l’Angélus - 18380 Presly à l’ordre de l’A.S.E.C. […], ou via le site de l’Angelus http://www.ibp-ange- en mesure d’accueillir 160 élèves. lus.fr). (extraits du texte de présentation de l’école)EASSE NEWSLETTER NUMERO 3 JUIN 2010 PAGE 3 Ch. des Bouleaux 14, 1012 LAUSANNE, SUISSE Tél. + 41 79 778 71 67 Fax + 41 21 311 15 33 jeandavid@easse.org www.easse.org

×