NUMERO 6 - MAI 2011                         NEWSLETTEREASSEeuropeanassociationsingle-sexeducationEntrevue avec Jean-Louis ...
EASSE                      ENTREVUE AVEC JEAN-LOUIS AUDUCeuropeanassociationsingle-sexeducationJLA Pas du tout. La plupart...
EASSEeuropeanassociationsingle-sexeducationJournée de formation sur l’approche pédagogiquedifférenciée pour les garçons et...
EASSE european association single-sex educationConférences à travers le monde21 juin 2011Advancing Girls in STEM : An NCGS...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Newsletter 6 fr_mai2011

242 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
242
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Newsletter 6 fr_mai2011

  1. 1. NUMERO 6 - MAI 2011 NEWSLETTEREASSEeuropeanassociationsingle-sexeducationEntrevue avec Jean-Louis Auduc,auteur de Sauvons les garçonsJDP Les milieux de l’éducation ont-ils bien accueilli sage de la lecture entrevotre livre sur l’échec des garçons ? 5 et 7 ans et lorsque les différences de maturitéJLA Non seulement mon travail n’a pas été re- sont les plus marquées,mis en question depuis la publication de mon ou- c’est-à-dire entre 13 etvrage, mais le constat que j’avais crûment révélé 15 ans. C’est d’ailleursest aujourd’hui admis par tous. J’ai été invité ces ce que met en avantderniers mois par de nombreux établissements la Commission Euro-scolaires à donner des conférences sur le sujet, péenne dans le rapportet aussi dans de nombreuses villes françaises et EURYDICE (voir notre Jean-Louis Auduc, directeurdevant des publics très variés. encadré à la page sui- adjoint de l’IUFM de Créteil vante).JDP Vous vous fondez sur PISA pour démontrerla différence de performances scolaires entre JDP Et de telles propositions ne provoquent-ellesgarçons et filles. De ce point de vue, vos chiffres pas un tollé ?sont inattaquables, mais proposez-vous vraimentquelque chose de nouveau ? Osez-vous la non- JLA Je constate plutôt un soulagement, voire unemixité, pour le dire ainsi ? délivrance parmi les enseignants qui m’écoutent. Ils se rendent bien compte des difficultés qu’il y aJLA PISA 2010 a bien mis en lumière l’existence dans l’enseignement à ces âges. Ils sont contentsd’une triple fracture, sociale, ethnique et sexuée d’entendre que l’on peut envisager une approchequi nécessite pour s’y attaquer de travailler la pé- différenciée entre garçons et filles.dagogie différenciée à proposer aux élèves. Cepeut être, par exemple, d’enseigner séparément JDP Donc l’enseignement non-mixte est désor-aux garçons et aux filles durant deux moments- mais chose admise ?clés du développement de l’enfant, à l’apprentis- JLA Ce n’est plus un tabou de parler de possibilité de moments séparés et de différenciations péda- Les professeurs se rendent bien gogiques. C’est matière à débat. compte des difficultés qu’il y a dans JDP Mais même ainsi, est-ce qu’il n’y a pas une l’enseignement à ces âges. Ils sont question financière qui pourrait freiner cette ap- proche pédagogique ? Est-ce que cela ne coûte contents d’entendre que l’on peut pas plus cher d’avoir des classes de filles et des envisager une approche différenciée classes de garçons ? entre garçons et filles.Ch. des Bouleaux 14, 1012 LAUSANNE, SUISSE Tél. +41 79 778 71 67 Fax +41 21 311 15 33 jeandavid@easse.org www.easse.org
  2. 2. EASSE ENTREVUE AVEC JEAN-LOUIS AUDUCeuropeanassociationsingle-sexeducationJLA Pas du tout. La plupart de nos anciens établis- Le rapport EURYDICE Différences entre lessements ont été conçus ainsi. genres en matière de réussite scolaire : Étude sur les mesures prises et la situation actuelle en Europe,JDP Est-ce que ce sont les écoles privées ou pu- publié par la Commission Européenne en juinbliques qui sont les plus ouvertes à vos sugges- 2010, essaie de sortir du débat piégé : classe outions ? école non mixte/ classe mixte en mettant bien en avant les expériences où, dans une classeJLA Tous les établissements sont en réflexion surla question. Certains établissements publics se mixte, il y a des moments séparés non mixtesposent la question d’expérimenter des moments pour mieux favoriser les apprentissages et la réussite de tous. « Certaines écoles primaires Certains établissements publics se (en Écosse et dans les pays nordiques) sépa- rent les filles des garçons pendant de courtes posent la question d’expérimenter périodes durant la journée, sans organiser de des moments séparés. Donc, il y a classes non mixtes fixes. L’idée est d’offrir plus beaucoup de réflexions en cours. d’espace à la fois aux garçons et aux filles ». Le rapport, en présentant ces dispositifs, indiqueséparés. Certains établissements gérés par l’ensei- qu’ils sont liés à des réflexions sur la façon de lut-gnement catholique sont restés non-mixtes, plus ter contre l’échec scolaire et les problèmes com-par tradition que par réflexion pédagogique. Il se- portementaux. Ces réflexions « permettent auxrait aujourd’hui très important d’en faire scientifi- enseignants d’employer des stratégies éventuel-quement un bilan concernant leurs élèves et deformer les enseignants concernés à des pratiques lement plus adaptées pour un genre ou l’autre.pédagogiques différenciées. Les groupes non mixtes dans le cadre de classes mixtes permettent par exemple aux filles de seJDP Et quelles sont pour vous les évolutions fu- sentir plus libres de répondre aux questions ettures dans ce domaine ? de participer davantage aux cours, et permettent aux garçons de travaillerJLA Maintenant que la question de plus dur sans se soucier de leurla différenciation pédagogiquefilles/garçons, n’est plus un image en tant qu’apprenant. » Iltabou, j’attends une prise de rappelle également que « seulsconscience des associations quelques pays ont élaboré desde parents d’élèves dans ce programmes spéciaux en vuedomaine. d’améliorer les compétences des garçons en lecture. »Propos recueillis parJean-David PonciEASSE NEWSLETTER NUMERO 6 MAI 2011 PAGE 2Ch. des Bouleaux 14, 1012 LAUSANNE, SUISSE Tél. +41 79 778 71 67 Fax +41 21 311 15 33 jeandavid@easse.org www.easse.org
  3. 3. EASSEeuropeanassociationsingle-sexeducationJournée de formation sur l’approche pédagogiquedifférenciée pour les garçons et pour les filles à ParisC’est sans doute la première fois en Francequ’une réunion sur ce thème descend telle-ment dans le détail. L’approche en était ré-solument novatrice. Les organisateurs ontsu échapper au débat piégé : faut-il séparergarçons et filles ou encore pourquoi les filless’intéressent-elles moins à l’informatique ? Sil-vestre Baudrillart a très bien su donner le tondans l’introduction à la conférence en parlantde pédagogie constructive et efficace, où il ne Silvestre Baudrillart (à gauche) et Jean-David Ponci,s’agit pas d’être antifémisniste ou antimixité. lors de la conférence plénière. en situation de mixité et de non-mixité. DansEn s’éloignant des questions sociétales, la l’atelier de gestion de classe, elle a expliquéconférence a pu se centrer sur la didactique : qu’il fallait apprendre aux garçons à respectercomment enseigner les maths, l’histoire, le les formes — avec eux l’humour en classefrançais aux garçons et aux filles ? Chaque fonctionne très bien, mais gare aux déborde-enseignant aura su en tirer du concret. Jean- ments — tandis qu’il faut apprendre parfoisDavid Ponci a beaucoup insisté sur le fait aux filles à se libérer des formes.que certaines différences de fonctionnemententre garçons et filles ne sont pas dues qu’à la Silvestre Baudrillart a expliqué qu’il fautculture. Il a illustré son propos en se référant encourager les garçons à être soigneux,à des expériences récentes menées en An- puisqu’ils ne le sont pas spontanément. Dansgleterre et aux Etats-Unis. En même temps un travail écrit, il a préconisé de donner desil a aussi souligné que les préjugés ont une points pour la présentation et l’écriture, lagrande influence sur les résultats des élèves. manière de colorier, etc.Céline Guérin, Cette journée a été si riche qu’il vaut mieuxgrâce à un admi- se contenter de ces quelques coups de pin-rable schéma, a ceau. Heureusement, la conférence a été fil-passé en revue mée et trois DVD sont en vente à la Fonda-les différences tion pour l’école (tél. 0033 1 42 62 76 94).entre garçons etfilles dans l’en- L’assistance était composée des élèves deseignement des l’Institut Libre de Formation des Maîtres et demathématiques. personnes de l’extérieur : environ 120 per-Elle a insisté sur sonnes à la conférence plénière et 70 dansla tendance des Céline Guérin, les ateliers. La conférence a eu lieu à la FACOfilles à la mémo- lors de l’atelier «mathématiques» (Faculté Autonome CO-gérée), dans le 6èmerisation et à celle arrondissement. La dynamique du cours étaitdes garçons à trouver à leur façon. excellente et les remarques du public parti- culièrement enrichissantes. Il est vrai qu’il yL’expérience d’Hélène Parisy nous a été très avait 5 directeurs d’écoles et nombre d’en-utile. C’était l’unique intervenante qui ensei- seignants expérimentés. A refaire...gnait à la fois à des garçons et à des fillesEASSE NEWSLETTER NUMERO 6 MAI 2011 PAGE 3Ch. des Bouleaux 14, 1012 LAUSANNE, SUISSE Tél. +41 79 778 71 67 Fax +41 21 311 15 33 jeandavid@easse.org www.easse.org
  4. 4. EASSE european association single-sex educationConférences à travers le monde21 juin 2011Advancing Girls in STEM : An NCGS Symposium (The National Coalition of Girls‘ Schools),Wellesley College, Wellesley, Massachussetts, USA, http://www.ncgs.org/STEMSymposium2011/overview/10-13 juillet 201118ème conférence annuelle de la IBSC (International Boys‘ Schools Coalition), The City of LondonSchool, London, Royaume Uni, http://www.theibsc.org/7-8 octobre 20113ème congrès international de l’EASSE (European Association Single Sex Education), Varsovie, Po-logne, http://www.easse.org.pl/en8-9 octobre 20117ème conférence internationale de la NASSPE (National Association For Single Sex Public Educa-tion), Orlando, Florida, www.singlesexschools.org21-23 novembre 2011Conférence annuelle de la GSA (Girls’ Schools Association), Marriott City Centre Hotel, Bristol,United Kingdom, www.gsa.uk.com/About+GSA/events/GSA+Annual+Conference25-27 mai 2012Conférence bisannuelle de l’Alliance of Girls‘ Schools Australasia, Merbourne Girls GrammarSchool South Yara, Australia, http://www.agsa.org.au/events.php?EventID=98 EASSE NEWSLETTER NUMERO 6 MAI 2011 PAGE 4 Ch. des Bouleaux 14, 1012 LAUSANNE, SUISSE Tél. +41 79 778 71 67 Fax +41 21 311 15 33 jeandavid@easse.org www.easse.org

×