DIAGNOSTIC DES   ALLERGIES RESPIRATOIRES     Dr. HENZAZI Hind.       CES pneumologie         CHU FANN
PLANI-INTRODUCTION:     1-1- Définitions.     1-2- Intérêts.     1-3- Physiopathologie.II- DIAGNOSTIC DES ALLERGIES RESPIR...
PLANIII- DIAGNOSTIC DES ALLERGIES RESPIR     NON IgE MEDIEES.IV- PRISE EN CHARGE.V- CONCLUSION.
I- INTRODUCTION
1-1- définitions:              : Von pirquet 1906 “allos”(autre) et “ergon”(action)  = autre façon d’agir. Capacité d’un o...
1-1- définitions:                       : Aptitude à produire des IgE lors d ’exposition à des qtités suffisantes allergèn...
1-1- définitions:        : Ishizaka, Benich, Johansson, Stanworth, 1967AC de la réaction allergique immédiate.
1-1- définitions:                 : Substance biologique ou chimique capable de provoquer une réaction immunologique parti...
1-1- définitions:           : Coca & Cooke 1923     a topia Aptitude génétiquement déterminée à fabriquer les AC allergiqu...
1-1- définitions:               : Portier &  Richet 1902 ana phylaxos Réaction allergique subite sévère et parfois mortell...
Simple prédisposition génétique (terrain)d’un individu à développer des AC spécifiquescontre les Ag de l’environnement.   ...
1-2- intérêts:● Problème de santé publique+++ : prévalence à  doublé ces 15 dernières années.  Selon l’OMS:       - 4ème r...
1-2- intérêts:● Allergie : FR reconnu dans lasthme. Ainsi, 70 à  80 % asthmes enfant et 50 % adulte sont  dorigine allergi...
1-2- intérêts:● L’allergologie est une discipline relativement  nouvelle, une meilleure connaissance de ses  mécanismes fa...
1-3- Rappel physiopathologique:  Classification de Gell & Coombs
II- DIAGNOSTIC DES     ALLERGIES RESPIRATOIRES IgE      MEDIEES :
Démarche diagnostique en allergologieles 3 étapes clés :
Conférence Experts SPLF 2007• Il est recommandé de faire une enquête  allergologique chez tout asthmatique de plus  de 3 a...
2-1- interrogatoire:Les particularités:• S’intéresse au patient, à son hérédité.• Environnement :familial, prof, géographi...
2-1- interrogatoire:● Temps essentiel du bilan.● Répondre à 2 questions :     S’agit-il de manifestations allergiques ?   ...
S’agit-il de manifestations                 allergiques ?
Risque d’être allergique:  - 5 à 15% si aucun des membres    de la famille n’est allergique. -20 à 40% si l’un des parents...
Relation de cause à effet entrel’exposition à un allergène et lessymptômes n’est pas toujoursfacile à établir
Quel(s) allergène(s) peut-on                  suspecter ?
Périodicité des symptômes +++• Symptômes limités au printemps : pollinose.• Allergies perannuelles : acariens, animaux  do...
2-2- symptômes cliniques:              • Rhinite              • asthme
2-2- symptômes cliniques:• Rhinite: triade : Éternuements en salve, hydrorrhée,  obstruction nasale +/- Anosmie, prurit na...
• Rhinite:• Rhinite allergique saisonnière : rhume des  foins, pollinose, rhinite allergique pollinique .• Rhinites allerg...
2-2- symptômes cliniques:• Asthme:Tous les asthmes ne sont pas allergiques et vice  versa.Voir cours sur l’asthme (symptôm...
2-3- Paraclinique:a) Tests cutanés:
Reproduction, à très pte échelle et au niveau de  la peau du patient de la R° allergique.Réactivité des mastocytes cutanés :
Production d’un:     • Oedème.     • Érythème.        Triade de Lewis     • Papule.• Début de la R° : 5 min.• Max :10 à 20...
• Trousse d’urgence +++• Aiguille spéciale,standardisée (Morrow  Brown,Allerbiopointe,Stallerpointe…)• Batterie d’allergèn...
Quelle batterie de tests ?• Autant de batterie que de praticiens.• Tenir compte des attentes des patients.• Certains aller...
après l’âge de 3 ans:Recommandé de tester pneumallergènesdomestiques: acariens, chat, chien,Pollens d’arbres, de graminées...
• A distance de prise d’antihistaminique        (1 sem à 15 j pour Kétotiféne)• A distance de prise d’antidépresseur ou sé...
● IDR.● Cuti-réaction.● Prick test +++
IDR• Décrite par MANTOUX 1908.• Injection sous l’épiderme de 0,01 à 0,02 ml d’allergène
Cuti-réaction• Scarification superficielle  érafler la peau• Allergène pénètre  la surface cornée
Prick-test:• Décrit par LEWIS & GRANT 1924• piqûre dans le derme .• Face ant de l’avant bras,  ou le dos.• 3cm entre chaqu...
● Après 15 minutes .● Test positif si :   - Triade de LEWIS: papule, érythème, prurit   - Diamètre moyen de la papule égal...
● Fonction de la clinique +++.● TC positif              Allergie.● TC négatifs n’excluent pas une allergie !!!
2-3- Paraclinique:b) Biologie:b-1- Tests non spécifiques:  ► Éosinophilie sanguine.  ► IgE sériques totales.  ► Test multi...
► Éosinophilie sanguine :              ►   Dérive de précurseurs                médullaires de la lignée                gr...
► Éosinophilie sanguine :• Hyper éosinophilie : > 400 élmt/mm3.• Peut être masquée par : infection, cortico.• Sans spécifi...
► IgE sériques totales.● Découvertes en 1967.● Peuvent persister plusieurs mois dans tissus.● ½vie plasmatique brève : 2,4...
● L’élévation tes taux sériques des IgE doit être  interprétée en fonction du contexte clinique :   - 20% sujets sains : I...
IgE élevée :- Affections parasitaires.- Affections dermato: pemphigus, psoriasis.- Affections néoplasiques: carcinome  bro...
Dosage des IgE totales n’est pas  recommandé en pratique chez  l’asthmatique, sauf dans 2  situations:(Conférence d’ Exper...
► Test multi-allergenique dedépistage :• Recherche IgE sériques dirigées contre des  allergènes de même nature( pneumaller...
• 1ère étape Dc d’allergie respir pour le non  spécialiste, si la réalisation des prick-tests  n’est pas possible en 1ère ...
► IgE spécifiques :
Exprimés en UI/ml, on ne devrait plus tenir  compte des résultats exprimés en classes.Un résultat > à 0.35 UI/ml est habit...
sensibilisation +++ et pas systématiquement  allergie
Recommandé de pratiquer le dosage  des IgE spécifiques en cas de :- discordance entre clinique et TC- Si TC irréalisables ...
2-3- Paraclinique:c) Tests de provocation spécifiques:• Complexité de réalisation et d’interprétation  pour les allergies ...
Reproduire les symptômes et mesurer la réponse sur la muqueuse nasale ou bronchique après l’application de doses progressi...
• Discordance entre la clinique et les  explorations ( TC, IgE spécifiques).• Pathologie professionnelle+++.• Essais clini...
► Test de provocation nasal :• À distance d’une obstruction nasale.• En dehors des périodes d’exposition aux  allergènes (...
► Test de provocation nasal :Pulvérisation nasale ou application locale directe  de sérum physiologique ( témoin -), puis ...
► Test de provocation nasal :                   Critères de positivité:• Clinique: éternuement, rhinorhée, obstruction  na...
► Test de provocation bronchique :A distance de tout épisode infectieux.CI: asthme sévère, mldie CVx sévère,  betablquants...
► Test de provocation bronchique :Faire inhaler des doses progressivement  croissantes d’extrait allergéniques à l’aide d’...
► Test de provocation bronchique :• Les réponses immédiates (15 min) et  retardées (6 à 8 h) doivent être analysées.• anom...
III- DIAGNOSTIC DES ALLERGIES RESPIR NON IgE MEDIEES
ALVEOLITE ALLERGIQUE    EXTRINSEQUE
III-1- DEFINITION :Pneumopathies aigues ou subaiguës pouvant  évoluer vers une IRC, de mécanisme  immunoallergique à média...
III-2- CLINIQUE :3 formes cliniques:   ► aigue d’allure grippale.   ► subaiguë progressive.   ► chronique ou IRC est au 1è...
► aigue :• Signes francs: hyperthermie, frissons, toux  sèche,dyspnée et malaise général.• Examen physique: râles crépitan...
► subaiguë :• Tableau de bronchite subaigue:      - Toux productive.      - AEG.      - Dyspnée+++.
► chronique :• Séquelles des formes précédentes.• Tableau d’insuffisance respiratoire chronique.
III-3- PARACLINIQUE :► RX thorax :Syndrome interstitiel prédominant aux bases.Normal dans 10 à 20% des cas.
► TDM thoracique :Tjrs pathologique.Hyperdensité en verre dépoli diffuse et hétérogène, respectant les lobules pulmonaires...
► EFR :Dans forme aigue : diminution homogène des volumes et débits forcés.Dans forme subaiguë : Sd obstructif, Sd restric...
► GDS artériel :hypoxémie inconstante et moderée.
► Explorations immunologiques :● présence de précipitines sériques.● LBA :   - cellularité > 200 000 elmt/ml     ( 50% lym...
► Test de provocation bronchique :Doute diagnostique► Prélèvements histologiques :Biopsie pulmonaire trans-bronchique.Biop...
IV- PRISE EN CHARGE
PRINCIPE DU TRAITEMENT- Éviction des allergènes : meilleure arme.-Traitements symptomatiques– Traitements spécifiques
un traitement des symptômes :• mdcts permettant de soulager les  symptômes : antihistaminiques +++
ImmunothérapieRendre moins sensible à lallergène.Administrations répétées (voie injectable ou sublinguale) de la substance...
Induction de cellules T régulatrices spécifiquesdallergène qui réduisent la réponse Th2 et laphase tardive de la réponse a...
○ Injectable :• injection sous-cutanée stricte ,•réalisée par médecin, surveillance 30 min après•3 à 4 mois doses croissan...
CI Absolues :• Déficits immunitaires graves et affections malignes• CI à l’adré : mldie coronaire symptomatiques, HTA ou  ...
V- CONCLUSION
● Problème de santé publique● Allergie : FR reconnu dans lasthme.● Discipline relativement nouvelle.● nouveautés dans le d...
MERCI
Diagnostic des allergies respiratoires
Diagnostic des allergies respiratoires
Diagnostic des allergies respiratoires
Diagnostic des allergies respiratoires
Diagnostic des allergies respiratoires
Diagnostic des allergies respiratoires
Diagnostic des allergies respiratoires
Diagnostic des allergies respiratoires
Diagnostic des allergies respiratoires
Diagnostic des allergies respiratoires
Diagnostic des allergies respiratoires
Diagnostic des allergies respiratoires
Diagnostic des allergies respiratoires
Diagnostic des allergies respiratoires
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Diagnostic des allergies respiratoires

3 053 vues

Publié le

0 commentaire
2 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
3 053
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
66
Commentaires
0
J’aime
2
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Diagnostic des allergies respiratoires

  1. 1. DIAGNOSTIC DES ALLERGIES RESPIRATOIRES Dr. HENZAZI Hind. CES pneumologie CHU FANN
  2. 2. PLANI-INTRODUCTION: 1-1- Définitions. 1-2- Intérêts. 1-3- Physiopathologie.II- DIAGNOSTIC DES ALLERGIES RESPIR IgE MEDIEES : 2-1- Interrogatoire. 2-2- Symptômes cliniques. 2-3- Para clinique.
  3. 3. PLANIII- DIAGNOSTIC DES ALLERGIES RESPIR NON IgE MEDIEES.IV- PRISE EN CHARGE.V- CONCLUSION.
  4. 4. I- INTRODUCTION
  5. 5. 1-1- définitions: : Von pirquet 1906 “allos”(autre) et “ergon”(action) = autre façon d’agir. Capacité d’un organisme sensibilisé à une substance exogène de réagir spécifiquement, et ce d’une façon altérée, lors de la réintroduction de cette substance.
  6. 6. 1-1- définitions: : Aptitude à produire des IgE lors d ’exposition à des qtités suffisantes allergènes, sans histoire clinique. Objectivée : explorations allergologiques (tests cutanés ou dosage des IgE spécifiques)
  7. 7. 1-1- définitions: : Ishizaka, Benich, Johansson, Stanworth, 1967AC de la réaction allergique immédiate.
  8. 8. 1-1- définitions: : Substance biologique ou chimique capable de provoquer une réaction immunologique particulière en suscitant des Ac spécifiques. Protéines +++
  9. 9. 1-1- définitions: : Coca & Cooke 1923 a topia Aptitude génétiquement déterminée à fabriquer les AC allergiques.
  10. 10. 1-1- définitions: : Portier & Richet 1902 ana phylaxos Réaction allergique subite sévère et parfois mortelle, généralisée avec participation cardiovasculaire
  11. 11. Simple prédisposition génétique (terrain)d’un individu à développer des AC spécifiquescontre les Ag de l’environnement. État biologique d’un sujetpossédant des IgE spécifiques Apparition des symptômes cliniques enprésence des allergènes auxquels le sujet estsensibilisé et dont la forme la plus grave est
  12. 12. 1-2- intérêts:● Problème de santé publique+++ : prévalence à doublé ces 15 dernières années. Selon l’OMS: - 4ème rang des mldies chroniques. - 1 personne/4 est allergique. Modification du mode de vie. Réduction des infections.
  13. 13. 1-2- intérêts:● Allergie : FR reconnu dans lasthme. Ainsi, 70 à 80 % asthmes enfant et 50 % adulte sont dorigine allergique.● Formes graves peuvent mettre en jeu le pronostic vital.● coût socio-économique important : Absentéisme. Coût du traitement.
  14. 14. 1-2- intérêts:● L’allergologie est une discipline relativement nouvelle, une meilleure connaissance de ses mécanismes fait progresser l’arsenal thérapeutique tant en pharmacologie classique ( anti-histaminiques, anti-inflammatoires) qu’en immunothérapie.
  15. 15. 1-3- Rappel physiopathologique: Classification de Gell & Coombs
  16. 16. II- DIAGNOSTIC DES ALLERGIES RESPIRATOIRES IgE MEDIEES :
  17. 17. Démarche diagnostique en allergologieles 3 étapes clés :
  18. 18. Conférence Experts SPLF 2007• Il est recommandé de faire une enquête allergologique chez tout asthmatique de plus de 3 ans (recommandation de grade A)• Enfants < 3 ans, enquête allergo si : - symptômes respir persistants - et/ou récidivants, et/ou sévères - et/ou nécessitant un ttt continu - et/ou St extra-respir compatibles avec allergie
  19. 19. 2-1- interrogatoire:Les particularités:• S’intéresse au patient, à son hérédité.• Environnement :familial, prof, géographique.• Mode de vie : alimentation, soins d’hygiène, habitudes cosmétologiques, activités,loisirs.• Il est dit policier car les détails comptent : saison des sptômes, cinétique d’une R°….
  20. 20. 2-1- interrogatoire:● Temps essentiel du bilan.● Répondre à 2 questions : S’agit-il de manifestations allergiques ? Quel(s) allergène(s) peut-on suspecter ?
  21. 21. S’agit-il de manifestations allergiques ?
  22. 22. Risque d’être allergique: - 5 à 15% si aucun des membres de la famille n’est allergique. -20 à 40% si l’un des parents est Allergique.-40 à 60% si 2 parents allergiques.-50 à 80% si 2 parents ont mêmes symptômes
  23. 23. Relation de cause à effet entrel’exposition à un allergène et lessymptômes n’est pas toujoursfacile à établir
  24. 24. Quel(s) allergène(s) peut-on suspecter ?
  25. 25. Périodicité des symptômes +++• Symptômes limités au printemps : pollinose.• Allergies perannuelles : acariens, animaux domestiques et blattes.Environnement +++• symptômes au domicile, disparissant à l’hôpital et en altitude, rechute lors du retour à domicile après un éloignement temporaire (vacances, cures climatiques) : acariens
  26. 26. 2-2- symptômes cliniques: • Rhinite • asthme
  27. 27. 2-2- symptômes cliniques:• Rhinite: triade : Éternuements en salve, hydrorrhée, obstruction nasale +/- Anosmie, prurit nasal, céphalées, et symptômes oculaires (larmoiements, prurit) +/- SG : asthénie, tbles sommeil.
  28. 28. • Rhinite:• Rhinite allergique saisonnière : rhume des foins, pollinose, rhinite allergique pollinique .• Rhinites allergiques perannuelles : dues aux allergènes domestiques aéro- portés.
  29. 29. 2-2- symptômes cliniques:• Asthme:Tous les asthmes ne sont pas allergiques et vice versa.Voir cours sur l’asthme (symptômes, diagnostic , traitement )Attention: l’asthme induit par l’aspirine n’est pas un phénomène allergique IgE médié!!!
  30. 30. 2-3- Paraclinique:a) Tests cutanés:
  31. 31. Reproduction, à très pte échelle et au niveau de la peau du patient de la R° allergique.Réactivité des mastocytes cutanés :
  32. 32. Production d’un: • Oedème. • Érythème. Triade de Lewis • Papule.• Début de la R° : 5 min.• Max :10 à 20 min
  33. 33. • Trousse d’urgence +++• Aiguille spéciale,standardisée (Morrow Brown,Allerbiopointe,Stallerpointe…)• Batterie d’allergènes.
  34. 34. Quelle batterie de tests ?• Autant de batterie que de praticiens.• Tenir compte des attentes des patients.• Certains allergènes en systématique.• A la carte +++ selon interrogatoire.• Éviter les mélanges.
  35. 35. après l’âge de 3 ans:Recommandé de tester pneumallergènesdomestiques: acariens, chat, chien,Pollens d’arbres, de graminées,d’herbacées,moisissures les plusfréquemment impliquées (Aspergillus,Alternaria,Cladosporium).Autres allergènes (blattes) seronttestés en fction données del’interrogatoire et des particularités locorégionales.
  36. 36. • A distance de prise d’antihistaminique (1 sem à 15 j pour Kétotiféne)• A distance de prise d’antidépresseur ou sédatifs (4 jours)• A distance pour corticothérapie ( 4 j si dose>à 15 mg/j)• CI des bêtabloquants.
  37. 37. ● IDR.● Cuti-réaction.● Prick test +++
  38. 38. IDR• Décrite par MANTOUX 1908.• Injection sous l’épiderme de 0,01 à 0,02 ml d’allergène
  39. 39. Cuti-réaction• Scarification superficielle érafler la peau• Allergène pénètre la surface cornée
  40. 40. Prick-test:• Décrit par LEWIS & GRANT 1924• piqûre dans le derme .• Face ant de l’avant bras, ou le dos.• 3cm entre chaque test.• Témoins POSITIF et NEGATIF
  41. 41. ● Après 15 minutes .● Test positif si : - Triade de LEWIS: papule, érythème, prurit - Diamètre moyen de la papule égal ou > à la ½ du diamètre de la papule du témoin.
  42. 42. ● Fonction de la clinique +++.● TC positif Allergie.● TC négatifs n’excluent pas une allergie !!!
  43. 43. 2-3- Paraclinique:b) Biologie:b-1- Tests non spécifiques: ► Éosinophilie sanguine. ► IgE sériques totales. ► Test multi-allergenique de dépistage.b-2- Tests spécifiques: ► IgE spécifiques.
  44. 44. ► Éosinophilie sanguine : ► Dérive de précurseurs médullaires de la lignée granulocytaire. ► Structure caractéristique : • Noyau bilobé. • Granules colorées en jaune- orange par l’éosine
  45. 45. ► Éosinophilie sanguine :• Hyper éosinophilie : > 400 élmt/mm3.• Peut être masquée par : infection, cortico.• Sans spécificité.• Autres causes: mldies de système, parasitoses, mdcts, asthme non allergique.
  46. 46. ► IgE sériques totales.● Découvertes en 1967.● Peuvent persister plusieurs mois dans tissus.● ½vie plasmatique brève : 2,4 j.● Dosage: méthode radioimmunologique, immunoenzymatologique.● Concentration sérique faible : 50-100 ng/ml.
  47. 47. ● L’élévation tes taux sériques des IgE doit être interprétée en fonction du contexte clinique : - 20% sujets sains : IgE élevée. - 20 % allergiques : IgE faible. Sensibilité/spécificité : 70%
  48. 48. IgE élevée :- Affections parasitaires.- Affections dermato: pemphigus, psoriasis.- Affections néoplasiques: carcinome bronchique, hodgkin, myelome à IgE.- Deficit immunitaire: Sd de wiskott aldrich, Sd de BUKLEY.- Infections virales: MNI, CMV.
  49. 49. Dosage des IgE totales n’est pas recommandé en pratique chez l’asthmatique, sauf dans 2 situations:(Conférence d’ Experts SPLF 2007)- Avant la mise en place d’un ttt anti- IgE- En cas de suspicion d’ABPA
  50. 50. ► Test multi-allergenique dedépistage :• Recherche IgE sériques dirigées contre des allergènes de même nature( pneumallergènes, trophallergenes).• Principaux TMA : Phadiatrop®, cap Phadiatrop®.• Réponse est globale et qualitative: + ou -.
  51. 51. • 1ère étape Dc d’allergie respir pour le non spécialiste, si la réalisation des prick-tests n’est pas possible en 1ère intention.• En cas de positivité : l’enquête allergo doit être poursuivie
  52. 52. ► IgE spécifiques :
  53. 53. Exprimés en UI/ml, on ne devrait plus tenir compte des résultats exprimés en classes.Un résultat > à 0.35 UI/ml est habituellement considéré comme significatif. Sensibilité/spécificité 85 et 95 %
  54. 54. sensibilisation +++ et pas systématiquement allergie
  55. 55. Recommandé de pratiquer le dosage des IgE spécifiques en cas de :- discordance entre clinique et TC- Si TC irréalisables : prise de certains Ttt (anti-H1), eczéma / dermographismeÉ- Avant un Ttt par désensibilisation
  56. 56. 2-3- Paraclinique:c) Tests de provocation spécifiques:• Complexité de réalisation et d’interprétation pour les allergies respiratoires ► Test de provocation bronchique ► Test de provocation nasal
  57. 57. Reproduire les symptômes et mesurer la réponse sur la muqueuse nasale ou bronchique après l’application de doses progressivement croissante de l’allergène.
  58. 58. • Discordance entre la clinique et les explorations ( TC, IgE spécifiques).• Pathologie professionnelle+++.• Essais cliniques pour évaluer les nouveaux Ttt ( désensibilisation) ou travaux de recherche sur la physiopath de l’asthme et la rhinite.
  59. 59. ► Test de provocation nasal :• À distance d’une obstruction nasale.• En dehors des périodes d’exposition aux allergènes ( pollen au printemps).• À distance des antihistaminiques.• VEMS, DEP, rhinomanométrie de base.
  60. 60. ► Test de provocation nasal :Pulvérisation nasale ou application locale directe de sérum physiologique ( témoin -), puis des solutions allergéniques à des concentrations progressivement croissante dans chq narine. Le patient étant en apnée.Pince nez mis ensuite en place pd 10 min.
  61. 61. ► Test de provocation nasal : Critères de positivité:• Clinique: éternuement, rhinorhée, obstruction nasale, prurit.• Manométriques: résistances nasales.• Chute du DEP.• d’au moins 10% PNE dans secrétions nasales.
  62. 62. ► Test de provocation bronchique :A distance de tout épisode infectieux.CI: asthme sévère, mldie CVx sévère, betablquants, grossesse.A distance des antiallergiques et broncho- dilatateurs.Contrôle du VEMS de base.
  63. 63. ► Test de provocation bronchique :Faire inhaler des doses progressivement croissantes d’extrait allergéniques à l’aide d’un nébuliseur.Doses croissantes : 20 à 30 min.Surveillance par VEMS : 5 min
  64. 64. ► Test de provocation bronchique :• Les réponses immédiates (15 min) et retardées (6 à 8 h) doivent être analysées.• anomalies auscultatoires (sibilances et/ou diminution du MV) et gêne respiratoire.• Positifs si chute de 20% du VEMS
  65. 65. III- DIAGNOSTIC DES ALLERGIES RESPIR NON IgE MEDIEES
  66. 66. ALVEOLITE ALLERGIQUE EXTRINSEQUE
  67. 67. III-1- DEFINITION :Pneumopathies aigues ou subaiguës pouvant évoluer vers une IRC, de mécanisme immunoallergique à médiation humorale et stt cellulaire ( HS I, II, III), qui sont liées à l’inhalation chronique de particules le plus souvent organiques.
  68. 68. III-2- CLINIQUE :3 formes cliniques: ► aigue d’allure grippale. ► subaiguë progressive. ► chronique ou IRC est au 1èr plan.
  69. 69. ► aigue :• Signes francs: hyperthermie, frissons, toux sèche,dyspnée et malaise général.• Examen physique: râles crépitants aux bases.• Amélioration progressive à l’éviction de l’allergène.• Réapparition des symptômes si persistance de l’exposition.
  70. 70. ► subaiguë :• Tableau de bronchite subaigue: - Toux productive. - AEG. - Dyspnée+++.
  71. 71. ► chronique :• Séquelles des formes précédentes.• Tableau d’insuffisance respiratoire chronique.
  72. 72. III-3- PARACLINIQUE :► RX thorax :Syndrome interstitiel prédominant aux bases.Normal dans 10 à 20% des cas.
  73. 73. ► TDM thoracique :Tjrs pathologique.Hyperdensité en verre dépoli diffuse et hétérogène, respectant les lobules pulmonaires clairs qui sont en fait piégés en expiration.
  74. 74. ► EFR :Dans forme aigue : diminution homogène des volumes et débits forcés.Dans forme subaiguë : Sd obstructif, Sd restrictif, ou mixte.
  75. 75. ► GDS artériel :hypoxémie inconstante et moderée.
  76. 76. ► Explorations immunologiques :● présence de précipitines sériques.● LBA : - cellularité > 200 000 elmt/ml ( 50% lymphocytes, 10% PNN)
  77. 77. ► Test de provocation bronchique :Doute diagnostique► Prélèvements histologiques :Biopsie pulmonaire trans-bronchique.Biopsie chirurgicale.
  78. 78. IV- PRISE EN CHARGE
  79. 79. PRINCIPE DU TRAITEMENT- Éviction des allergènes : meilleure arme.-Traitements symptomatiques– Traitements spécifiques
  80. 80. un traitement des symptômes :• mdcts permettant de soulager les symptômes : antihistaminiques +++
  81. 81. ImmunothérapieRendre moins sensible à lallergène.Administrations répétées (voie injectable ou sublinguale) de la substance incriminée.Diminuer, voire d’arrêter, le Ttt quotidien.
  82. 82. Induction de cellules T régulatrices spécifiquesdallergène qui réduisent la réponse Th2 et laphase tardive de la réponse allergique.Réduit aussi la réponse IgE à lallergèneInduit une réponse IgG spécifique dallergène(AC bloquants)
  83. 83. ○ Injectable :• injection sous-cutanée stricte ,•réalisée par médecin, surveillance 30 min après•3 à 4 mois doses croissantes hebdomadaires, puis un Ttt de fond sur 3 à 5 ans.○ sub-linguale+++
  84. 84. CI Absolues :• Déficits immunitaires graves et affections malignes• CI à l’adré : mldie coronaire symptomatiques, HTA ou Bêtabloquant.• Non coopération du patientCI Relatives :• Age inférieur à 5 ans• Grossesse• Asthme non contrôlé ou sévère : VEMS < à 70 %• Patient nécessitant une corticothérapie continue• Dermatite atopique sévère
  85. 85. V- CONCLUSION
  86. 86. ● Problème de santé publique● Allergie : FR reconnu dans lasthme.● Discipline relativement nouvelle.● nouveautés dans le diagnostic et le traitement
  87. 87. MERCI

×