130516 projet resultats stephanie_busschaert

162 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
162
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive
  • Depuis 2004, différentes politiques publiques ont été initiées en Belgique en vue d’encourager les chômeurs dans leur insertion professionnelle. Au niveau de l’état fédéral par un arrêté royal et au niveau des entités fédérées par un accord de coopération , un dispositif appelé ‘Plan d’Accompagnement et de Suivi des chômeurs’ (PAS) a vu le jour. Une partie du PAS dépend de l’ONEM (niveau fédéral) et une autre partie du PAS dépend des services publics de l’emploi (SPE régionaux). Dans ce cadre, la Région wallonne, via le FOREM, de son coté, a créé un dispositif intitulé la convention d’accompagnement (dénommée « CA »). Concernant la CA, les chômeurs sont tenus de signer ce document à la suite d’un entretien avec un conseiller en accompagnement professionnel du FOREM. La signature de la convention combine à la fois des mesures incitatives (par exemple, encourager les chômeurs à participer à des formations, à des stages et lui en offrir effectivement) mais également des mesures coercitives. Ainsi, en cas de non-respect des engagements souscrits par le chômeur, le FOREM doit lui donner un avertissement et transmettre cette information à l’ONEM en vue d’éventuelles sanctions . Mais la Région wallonne a aussi créé un autre dispositif dénommé ‘Contrat crédit d’insertion’ (dénommé « CCI »). Bien que ces deux dispositifs poursuivent un objectif commun (aider les chômeurs dans leur insertion professionnelle) des différences significatives caractérisent chacune de ces mesures. En quoi consistent ces deux dispositifs ?
  • 130516 projet resultats stephanie_busschaert

    1. 1. Laboratoire participatif des transitionsLaboratoire participatif des transitionsdes jeunes entre l’école et l’emploides jeunes entre l’école et l’emploiLaboratoire participatif des transitionsLaboratoire participatif des transitionsdes jeunes entre l’école et l’emploides jeunes entre l’école et l’emploiPrésentation du projetEnseignements des analyses en groupe17 mai 2013
    2. 2. Plan de la présentationPlan de la présentation• LaboJeunes - Objectifs et méthodes• Les enseignements du projet
    3. 3. Objectifs du « LaboJeunes »Objectifs du « LaboJeunes »Objectifs du « LaboJeunes »Objectifs du « LaboJeunes »3st un cadre de travail, un laboratoireur une période de 2 ans (2012: construire un diagnostic partagé -2013: construire les guides et recommandations)inancé et soutenu par l’Union européenne (PROGRESS - DG Emploi,Affaires sociales et Inclusion)vec une méthodologie participativeettant en dialogue l’ensemble des parties prenantes sur la question01/02/2012 Laboratoire participatif des transitions des jeunes “LaboJeunes”Le projet LaboJeunes...
    4. 4. Objectifs et Méthodes• Contribuer à l’analyse et à l’amélioration de l’action publiqueen matière de transitions des jeunes entre l’enseignement etl’emploi• Mise en réseau des acteurs : analyses en groupe• Connaissance statistique des trajectoires et des transitions desjeunes : séminaires statistiques (CCFEE)• S’inspirer des expériences européennes (« Benchmarking »)- Le SPE wallon :Le Forem- Le SPEautrichien : l’AMS- Le SPEallemand : La BALABOJEUNESJONGERENLABYOUTHLAB27
    5. 5. Etat du processusEtat du processusEtat du processusEtat du processus5éminaire statistique « experts » (15 mars 2012) : coordonné par leSecrétariat de la CCFEEéminaire intermédiaire (11 octobre 2012) « données de cadrage -réflexion sur les instruments »éminaire « conclusif » (27 mars 2013)Laboratoire participatif des transitions des jeunes “LaboJeunes”1 journées d’analyse en groupe :articipants des différents secteurs et acteurs (110 participants)obilisation plus difficile : les jeunes et les responsables institutionnels01/02/2012éminaire d’ouverture (21 novembre 2011): avec les responsablesinstitutionnels et opérationnels de la Région de Bruxelles-Capitale
    6. 6. Les analyses en groupeLABOJEUNESJONGERENLABYOUTHLABP.1TYPE ActeursMAG Jeunes Jeunes CEMAG niveau des pratiquesprofessionnellesActeurs de première ligne (conseillersemploi, agents d’insertion, formateurs,)MAG niveau des pratiquesprofessionnellesActeurs de première ligne Actiris etpartenairesMAG niveau organisationnel desdispositifsResponsables opérationnels desdispositifsMAG niveau organisationnel desdispositifsResponsables opérationnels desdispositifs Actiris et partenairesMAG niveau des articulations entre lesdispositifsResponsables et représentantsinstitutionnelsMAG « Transniveaux » Tous types d’acteurs de tous niveauxMAG « Actiris » « Interdirectionnelle » et« Transniveaux »Acteurs d’Actiris de tous niveaux et desdifférentes directionsMAG « Employeurs » Employeurs
    7. 7. Etat du processusEtat du processusEtat du processusEtat du processus7Laboratoire participatif des transitions des jeunes “LaboJeunes”01/02/2012enchmarking : Autriche, Allemagne et Wallonieisite des SPE européens (mai-juin 2012)onfrontation des pratiques des SPE européens aux premiers résultatsdes analyses lors du séminaire de mise en commun (13 novembre 2013)ournée d’étude partenaires européens et comité de pilotage (FUSL,CCFEE, Actiris) afin d’approfondir les perspectives pratiques (14novembre 2013)ise en débat de la note intermédiaire (25 avril 2013):vec les acteurs de l’espace transitionnel de la Région de Bruxelles-Capitaleéminaire de mise en commun (13 novembre 2012): présentation despremiers enseignements tirés des analyses en groupe - construction dudiagnostic partagé par la mise en débat de la note intermédiaire
    8. 8. Prochaines étapesProchaines étapesProchaines étapesProchaines étapes8Laboratoire participatif des transitions des jeunes “LaboJeunes”01/02/2012orkshops de mise à l’épreuve de la construction des guides avecles acteurs de terrain pour valider les guidesédaction des guides finaux et recommandations (fin août 2013)éminaire final (5 septembre 2013) aux FUSL
    9. 9. Les analyses en groupe :patchwork et « knelpunten »Les analyses en groupe :patchwork et « knelpunten »
    10. 10. Le patchwork des transitonsUn système d’action complexe, fragmentéet multi-niveauxLe patchwork des transitonsUn système d’action complexe, fragmentéet multi-niveaux• Maillage important et diversité des offres• Marqués par plusieurs ruptures– Entre expériences juvéniles et sens de l’école– Entre « profils » des jeunes et exigences du marché de l’emploi– Entre jeunes et institutions– Entre « policy designers » et « policy makers»– Entre « partenaires » dans les passages de relais et répartitiondes rôles– Entre gouvernements, gouvernance et gouvernementabilité– Dans les connaissances (statistiques, évaluatives, prospectives)
    11. 11. Patch work ?Patch work ?• Traitement de substitution pour échapper à ladépendance• Est-ce que cela marche ?
    12. 12. Tisser les fils du patchworkTisser les fils du patchwork• Knelpunt 1 : Une école en quête de sens• Knelpunt 2 : Où sont les jeunes?• Knelpunt 3 : Les dispositifs en action• Knelpunt 4 : Les professionnels en tension• Knelpunt 5 : Excuses-moi partenaire• Knelpunt 6 : Du monde du travail au marché de l’emploi
    13. 13. Knelpunt 1 : Une école en quête de sensKnelpunt 1 : Une école en quête de sens• Constats :– Système scolaire fortement inégalitaire, hiérarchisation desfilières et orientation par relégation;– Importance du décrochage scolaire : à BXL, près de 20% desjeunes quittent l’enseignement sans diplôme;– Certaines filières techniques et professionnelles sansdébouchés clairs– Enseignement en alternance minoritaire et résiduaire
    14. 14. Knelpunt 1 : Comment donner sens aux apprentissages ?Knelpunt 1 : Comment donner sens aux apprentissages ?Autonomie de l’école Connexion enseignement-emploi1- Finalités de lacertification- Diplôme scolaire- « Citoyenneté »- Compétencesprofessionnelles- Utilité desapprentissages2- Tronc commun ? - Tronc commun - Bifurcation plus précoce3- Adéquationenseignementemploi- Diplôme initialtransversal- Recherched’adéquation4 - Orientation - Réversibilité des choix - Information sur métiers5 - Partenariats - Primauté pédagogique A renforcer:-Entreprises- Formation prof.
    15. 15. Knelpunt 1 : Comment donner sens aux apprentissagespar une meilleure articulationentre enseignement et monde du travail ?Knelpunt 1 : Comment donner sens aux apprentissagespar une meilleure articulationentre enseignement et monde du travail ?• Pour aller plus loin...• Quelles articulations entre l’enseignement, la formation etl’emploi?– Quelle place et quelles modalités pour la formation enalternance ?– Quelle régulation de l’offre et de la demande de stages ?– Quelle programmation de l’offre d’enseignement qualifianten lien avec le marché de l’emploi ?– Quelles implications pour la forme scolaire?– Quels partenariats Enseignement - Formation - Entreprises?– Quels dispositifs d’orientation des élèves ?
    16. 16. Knelpunt 2 : Où sont les jeunes ?Knelpunt 2 : Où sont les jeunes ?• Questions à propos de l’accrochage des jeunes• Jeunes chercheurs d’emploi difficiles à atteindre ou servicesdifficiles à atteindre?• Opportunité (pour le SPE, les CPAS, les Missions locales...)d’organiser une offre de services spécifiquement destinée auxjeunes ?• Bénéfices et limites du caractère obligatoire del’accompagnement ?• Quel type d’approche pour les publics les plus vulnérables etéloignés de l’emploi ?• Quel rôle des acteurs jeunesse (Maison de Jeunes, AMO...) dansl’accrochage? Opportunité de formaliser l’informel ?• Un nouveau statut pour les jeunes?
    17. 17. Knelpunt 3 : Les dispositifs en actionKnelpunt 3 : Les dispositifs en action• Constats:• Des dispositifs particuliers à la conception d’un dispositifd’ensemble: de l’accompagnement à l’activation• La segmentation des parcours et la démultiplication des intervenantsdans l’accompagnement• Césure entre les missions d’accompagnement des demandeursd’emploi et les missions de mise à l’emploi• Au sein des organismes, entre organismes• Allongement et fractionnement des parcours des chercheursd’emploi• Morcellement des fonctions d’orientation/d’accompagnement/dedétermination• Trop d’intermédiaires tue l’intermédiation ?• Confusion entre procédure et processus• Efficacité d’une action centrée sur les demandeurs d’emploi ?
    18. 18. Knelpunt 3 : La dissociation entre« accompagnement » et « mise à l’emploi »Knelpunt 3 : La dissociation entre« accompagnement » et « mise à l’emploi »• Pour aller plus loin...• SPE et partenaires : Intermédiaires, fournisseurs oumédiateurs du marché de l’emploi ?– Sur le plan des missions : Equiper les individus >< Equiperles institutions et le marché?– Sur le plan des objectifs : Qui sont les clients finaux ?– Sur le plan organisationnel : quelle articulation entreaccompagnement et gestion de l’offre ?• Quelle stratégie pour accroître l’accès à l’emploi?• Le salut par la formation?
    19. 19. Knelpunt 4 : Les professionnels en tensionKnelpunt 4 : Les professionnels en tension• Constats• Les tensions du métier :– Entre éthicisation et magistrature sociale– Autonomie professionnelle et standardisationorganisationnelle• Des fonctions « hors sol » ?– Double impuissance par rapport au jeune et au marché del’emploi– Les limites d’un traitement moral– Quels moyens d’action?
    20. 20. • Pour aller plus loin:• Question: Quel rôle pour les conseiller emploi/agentsd’insertion/accompagnateurs ?• Quelle définition des missions : Prestataire de service ?Coach ? Référent métier ?• Quelle articulation de l’accompagnement et la contrainte ?• Degré d’autonomie et de standardisation du travaild’accompagnement ?• Quelle division et répartition du travaild’accompagnement ?• Quel recrutement, quelles compétences professionnelles etquelle formation des conseillers/accompagnateurs ?Knelpunt 4 : La professionnalité desintervenants « de première ligne »Knelpunt 4 : La professionnalité desintervenants « de première ligne »
    21. 21. « Constats récurrents »• Doubles ou triples circuits : qui est le référent?• Manque d’articulation : manque de coordination et surabondance de structures decoordination;• Des instruments et des outils divers• Complexité institutionnelle de la gouvernance• Faible transversalité des politiques (entre enseignement et emploi; entre politiquesociale et politique d’emploi) ;• Rivalité entre acteurs• Des évaluations nombreuses, fragmentaires et partiellesKnelpunt 5 : Excuse-moi, partenaireKnelpunt 5 : Excuse-moi, partenaire
    22. 22. Knelpunt 5 : Quelle structuration despartenariats?Knelpunt 5 : Quelle structuration despartenariats?• Juxtaposition, superposition et confusion des tâches• Enlisement des situations• « Logique immunitaire » ( « Faire circuler la patate chaude »)• Formatage des parcours et entrée dans des circuits : l’usagerdevient un passager qui subit• Le pouvoir dans le réseau : Qui est en mesure d’exiger quoi dequi ? Ou de refuser de transmettre ?• Problèmes de transmission de l’information– Enjeux déontologiques– Enjeux de pouvoir et d’autonomie• Usages instrumentaux des intruments (RPE, IBIS, Corail...)
    23. 23. Knelpunt 5 : Quelle structuration despartenariats entre acteurs ?Knelpunt 5 : Quelle structuration despartenariats entre acteurs ?• Pour aller plus loin...• Questions : Quels principes de structuration des partenariats ?– Modèle séquentiel >< modèle intégré : « service d’accompagnementdes jeunes de A à Z », « au cas par cas », « proximité »;– Répartition des publics > < répartition des problématiques– Délégation de l’accompagnement global ou de l’accompagnementspécifique ?– Légitimité du contrôle et des flux d’information ?– Gestion des flux à distance >< gestion des singularités à proximité
    24. 24. Knelpunt 5 : Quelle structuration despartenariats entre acteurs ?Knelpunt 5 : Quelle structuration despartenariats entre acteurs ?• Pour aller plus loin...• Questions : Quelle gouvernance de l’espace transitionnel ?– Cadre et mode de concertation• Régulation publique• Réseau• Marché– Le sens perdu des « instances »– Y a-t-il un pilote dans l’avion?– Le politique : premier client?
    25. 25. • Expériences et points de vue des employeurs:– Le manque de motivation des jeunes– Obstacles et effets pervers du système• Expériences et points de vue à propos des employeurs:– L’employeur vu comme « client à satisfaire »– L’employeur vu comme « profiteur »Knelpunt 6 : Du monde du travail au marchéde l’emploiKnelpunt 6 : Du monde du travail au marchéde l’emploi
    26. 26. • Pour aller plus loin...• Quelle implication des employeurs en amont durecrutement ?• Quelle stratégie d’action sur le marché de l’emploi ?– Sensibilisation, Responsabilité sociale– Entrée par les secteurs : les mondes sociaux de l’emploi– Logique de projets ad-hoc– Régulation publique Knelpunt 6 : Comment impliquer lesemployeurs comme acteurs des transitionsKnelpunt 6 : Comment impliquer lesemployeurs comme acteurs des transitions
    27. 27. WWW.YOUTHLAB.EU

    ×