cours

1 494 vues

Publié le

cours

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 494
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
613
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

cours

  1. 1. Thème 2 : Les traites négrières et l’esclavage. Rappels : 1)Quelle traite avez-vous déjà étudié en 5ème ? 2)Quelles sont les différences entre la traite et l’esclavage ?
  2. 2. Problématique du cours : Quelles sont les caractéristiques et les conséquences de la traite négrière atlantique ?
  3. 3. Séance 1 : Qui sont les esclaves ? L’exemple d’Olaudah Equiano.
  4. 4. Doc 2 : L’esclavage dans le royaume du Bénin d’après le récit d’Equiano, un esclave africain. « Cette partie de l’Afrique, connue sous le nom de Guinée, où le commerce d’esclaves continue, s’étend le long de la côte sur plus de 3 400 milles anglais, du Sénégal en Angola et compte une variété de royaumes. Le plus important […] est celui du Bénin […]. C’est dans l’une des provinces les plus éloignées […] que je suis né en 1745. La distance qui sépare cette province de la capitale du Bénin et de la côte maritime doit être très importante puisque je n’avais jamais entendu parler d’hommes blancs ou d’Européens, ni de la mer. […] Chaque chef de famille possède un grand lopin de terre carré (enclos). À l’intérieur de cet enclos se trouvent ses demeures qui abritent ses femmes et ses esclaves. […] Il nous arrivait parfois de vendre à des hommes corpulents couleur acajou, originaires du Sud-Ouest, des esclaves, mais il ne s’agissait que de prisonniers de guerre, ou encore de ceux des nôtres qui avaient été condamnés pour rapt, adultère ou tout autre crime que nous estimions odieux. […] Quand un marchand veut des esclaves, il en fait la demande auprès du chef, et le leurre avec ses marchandises. […] Par conséquent, le chef attaque ses voisins et une bataille sans merci s’ensuit. S’il domine et attrape des prisonniers, il comble sa cupidité en les vendant. […] Chez nous, ils [les esclaves] ne fournissent pas plus de travail que les autres membres de la communauté. […] Certains de ces esclaves possèdent eux-mêmes des esclaves sous leur autorité, qui leur appartiennent et sont assujettis à leur propre usage. » D’après "Comprendre la traite négrière atlantique" au CRDP de Bordeaux (2009) 1) Qui capture les esclaves ? Comment les obtiennent-ils ?
  5. 5. Doc 3 p 33 : Les traites négrières au XVIIIème siècle. 1) Où sont capturés les esclaves ? 2) D’où viennent les marchands d’esclaves ?
  6. 6. Doc 1 p 24
  7. 7. Doc 3 : L’enlèvement d’Equiano par des chasseurs d’esclaves (Ma véridique histoire, 1789).   « Un jour où tous nos parents étaient allés à leurs travaux comme d’habitude, tandis que  j’étais resté seul avec ma sœur pour garder la maison, deux hommes et une femme  franchirent nos murs […] nous saisirent tous  les deux […], nous  fermèrent  la bouche. […] Ils  nous  ligotèrent  les mains et nous  transportèrent  ainsi  aussi  loin  que  possible.  […] Après   plusieurs  jours de  voyage  pendant lesquels je changeai souvent de maîtres, j’arrivai entre  les mains d’un chef de clan, dans une région agréable. […] Je  fus de nouveau vendu et […]  après un très  long voyage,  j’arrivai dans une ville appelée Tinmah. […] Un marchand qui y  vivait me vendit […] pour 172 coquillages […] à une riche veuve. […] Je commençais à croire  que cette famille m’adopterait […] lorsque, […] un matin à l’aube, on me tira de mes rêves  […] en m’emmenant précipitamment. […] Finalement j’arrivai au bord d’une grande rivière  (probablement le Niger) où affluaient des pirogues. […] Ma surprise fut mêlée d’une grande  peur lorsqu’on me plaça dans l’une de ces pirogues. […] De cette manière, je continuai mon  voyage […] jusqu’à ce que, au bout de six ou sept mois après ma capture, j’arrivasse à la côte  maritime. »  D’après "Comprendre la traite négrière atlantique" au CRDP de Bordeaux (2009)  1) Comment les chasseurs d’esclaves les empêchent-ils de s’enfuir ? 2) Comment Equiano arrive-t-il jusqu’à la côte ?  3) A qui les esclaves sont-ils vendus ?
  8. 8. Les esclaves sont plutôt originaires du Golfe  de Guinée. Ils sont capturés par des peuples noirs  dominants qui les troquent puis les vendent à  des marchands d’esclaves européens qui les  transportent jusqu’aux Antilles.  
  9. 9. Séance 2 : Comment vivent les esclaves ? Doc 4 : La traversée de l’Atlantique d’Equiano.  « On nous installa tous sous le pont […]. L’étroitesse de l’endroit ainsi que la chaleur du climat,  ajoutées aux passagers du bateau qui était tant encombré de monde que chacun avait à peine  l’espace pour se retourner, nous étouffaient presque. Cela généra d’abondantes transpirations,  de sorte que l’air devint presque irrespirable, à cause d’une variété d’odeurs répugnantes, et  provoqua une maladie parmi les esclaves dont plusieurs en moururent […]. Cette situation  misérable fut encore aggravée par le bruit irritant des chaînes, maintenant devenues  insupportables ; et la crasse des latrines. Les cris des femmes et les gémissements des personnes  mourantes rendaient toute la scène atroce. Heureusement pour moi, peut-être, je devins bientôt  si faible en cet endroit qu’on jugea nécessaire de me laisser sur le pont presque tout le temps, et  parce que j’étais jeune on ne me mit pas aux fers […]. Un jour, deux de mes compatriotes  enchaînés l’un à l’autre, préférant la mort à une telle vie de misère, passèrent à travers les filets  (sur les côtés du bateau) et sautèrent à la mer. » D’après, Olaudah Equiano ou Gustavus Vassa l’Africain. La passionnante autobiographie d’un  esclave affranchi, 1789, L’Harmattan, 2005. 1) Quels moyens de transport sont utilisés pour transporter les esclaves ?  2) Relève deux exemples qui montrent que les conditions de transport sont difficiles. 1 – La traversée de l’Atlantique
  10. 10. Coupes du Marie-Séraphique, navire négrier nantais, vers 1770 Docs p 37
  11. 11. Doc 5 : Les conditions de transport.   « Voici  les dimensions de deux  vaisseaux négriers que  j’ai  vus  et mesurés,  en 1785, dans un port  d’Angleterre. L’un était de 50 tonneaux1 . La  longueur des chambres où  les esclaves devaient être jetés, était de 38  pieds2 , 8 pouces, la plus grande largeur de 9 pieds, 8 pouces3 , et la hauteur à peine de 4 pieds.  Ce  navire était destiné à transporter 140 esclaves. Il est clair qu’ils n’auront pu se tenir qu’assis ou  couchés, et qu’ils auront été ferrés pendant toute la traversée, au point de n’occuper que 18 pouces  carrés. On pourrait comparer cette masse d’infortunés, tous joints et à demi couchés, à un troupeau de  moutons […]. » B.S. Frossard, La cause des esclaves nègres et des habitants de la Guinée portée au tribunal de la Justice, de la religion,  de la politique, Lyon, t. I, 1784 1) 1 tonneau = entre 1,1 et 1,2 m3 2) 1 pied = environ 30 cm. 3) 1 pouce = environ 2,5 cm. 1) Quel est le sentiment de l’auteur vis-à-vis de la traite négrière ? Justifie.
  12. 12. Journal de bord du navire négrier bordelais Le Patriote Le navire négrier Le Patriote, armé par les frères Journu, quitta la Gironde le 10 octobre 1788 pour les Seychelles, Pondichéry, l’île de France, l’île Bourbon, le Cap de Bonne- Espérance, l’île de l’Ascension et les Antilles. Le journal couvre la période s’étendant du départ de l’île de France le 10 avril 1789 jusqu’à l’arrivée à Bordeaux le 17 février 1791. Le navire avait embarqué 216 Noirs. 61 décès sont relatés pendant la traversée. Il fut vendu environ 150 Noirs dont 14 au Cap de Bonne- Espérance et les autres à la Martinique et à Saint-Domingue.
  13. 13. La traversée de l’Atlantique s’effectue dans des conditions très difficiles sur des navires négriers Les armateurs et les marchands d’esclaves font de gros bénéfices en entassant les esclaves dans les cales des navires sans se soucier des conditions d’hygiène et des maladies. Par conséquence, la mortalité est très importante. Cependant, de nombreux abolitionnistes dénoncent ces pratiques.
  14. 14. 2 – Le travail forcé dans les plantations Doc 6 : Le travail forcé. « Ceux qui vont au jardin, c’est-à-dire, qui cultivent la plantation, sont réveillés avant l’aurore par le claquement de fouet du Commandeur chargé d’inspecter leur conduite, et de punir leur négligence. À midi on leur accorde deux heures, non pour prendre un repos si nécessaire sous ces latitudes, quand on a labouré sept heures, mais pour aller préparer leur repas et celui de leur famille. À deux heures précises le Commandeur rappelle au jardin ; et le travail dure jusqu’à la nuit pour ceux qui ne sont point obligés de veiller au moulin. Dans la plupart des plantations, les nègres attachés aux travaux particuliers de la sucrerie n’ont pas d’autre occupation pendant la récolte. Alors ils sont divisés par quart, c’est-à-dire en deux bandes qui se relèvent toutes les quatre heures. Le travail de ceux qui sont aux moulins ou aux chaudières est extrêmement pénible, et demande des ouvriers très exercés. […] Aussi l’excès de la fatigue tue-t-il bientôt ceux qui y sont soumis. Outre le travail du jardin, les esclaves sont obligés d’aller deux fois par jour recueillir de l’herbe pour le bétail des moulins. Ce dernier devoir les fatigue d’autant plus, qu’ils vont souvent chercher cette herbe à une grande distance de la plantation. » D’après BS FROSSARD, La cause des esclaves nègres et des habitants de la Guinée porté au tribunal de la Justice, de la religion, de la politique, Lyon, tome 1, 1788. 1) Montre que le travail dans les plantations est très difficile et que les esclaves sont entièrement soumis à leurs maîtres . 2) Quelles sont les conséquences de la pénibilité du travail ?
  15. 15. Doc 7 : Le Code Noir (1685) Le statut de l’esclave Article 2 : Tous les esclaves qui seront dans nos îles seront baptisés et instruits dans la religion catholique, apostolique et romaine […]. Article 12 : Les enfants qui naîtront de mariages entre esclaves seront esclaves et appartiendront aux maîtres des femmes esclaves, et non à ceux de leur mari si le mari et la femme ont des maîtres différents. Une obligation de nourriture Article 22 : Les maîtres seront tenus de fournir, par chacune semaine, à leurs esclaves âgés de dix ans et dessus, pour leur nourriture, deux pots et demi, mesure de Paris, de farine de manioc, ou trois cassaves pesant chacune 2 livres1 , ou choses équivalentes, avec 2 livres de bœuf salé, ou 3 livres de poisson, ou autres choses à proportion. Et aux enfants, depuis qu’ils sont sevrés jusqu’à l’âge de dix ans, la moitié des vivres ci-dessus. […] Une soumission de tous les instants Article 28 : Déclarons les esclaves ne pouvoir rien avoir qui ne soit à leur maître […]. La justice au service des maîtres Article 38 : L’esclave fugitif qui aura été en fuite pendant un mois à compter du jour que son maître l’aura dénoncé en justice, aura les oreilles coupées et sera marqué d’une fleur de lys sur une épaule. Et s’il récidive une autre fois à compter pareillement du jour de la dénonciation, aura le jarret coupé et il sera marqué d’une fleur de lys sur l’autre épaule .Et la troisième fois il sera puni de mort. […] Article 42 : Les maîtres pourront seulement, lorsqu’ils croiront que leurs esclaves l’auront mérité, les faire enchaîner et les faire battre de verges ou de cordes. Article 44 : Déclarons les esclaves être des meubles […] Unité de mesure du poids. 1 livre = environ 500g. 1) Quel est la nature de ce document ? 2) Relève les articles qui montrent que les esclaves appartiennent complètement à leur maître. 3) Quelles sont les obligations du maître envers ses esclaves ? 4) Qu’arrive-t-il à un esclave désobéissant ?
  16. 16. Même si leur statut est réglementé dès 1685 par le Code noir, les esclaves sont soumis au travail forcé dans les plantations. Ils appartiennent complètement à leur maître et sont considérés comme des biens meubles. A ce titre ils peuvent être vendus. Cependant le maître a certaines obligations comme celle de les nourrir. Néanmoins, si l’esclave désobéit des sanctions sont prévues par le Code Noir. Par exemple, il peut être fouetté, mutilé ou même condamné à mort.
  17. 17. Séance 3 : En quoi consiste le commerce triangulaire ?
  18. 18. Le commerce triangulaire Les lieux de la traite négrière Ports négriers européens Plantations Comptoirs négriers Marchandises transportées Produits manufacturés Esclaves Matières premières
  19. 19. Doc 4 p 33 : 1) A quel moment se situe l’apogée de la traite négrière atlantique ? 2) Quels sont les principales puissances impliquées dans la traite négrière ? Doc 1 p 32 : 1) Dans quelles proportions le nombre d’esclaves a-t-il augmenté dans les Antilles françaises ? 2) Pourquoi les grandes puissances ont-elles autant besoin d’esclaves au XVIIIème siècle ?
  20. 20. Les Européens pratiquent le commerce triangulaire entre l’Europe, l’Afrique et les Amériques. C’est un commerce inégal qui permet aux Européens de s’enrichir en exploitant les esclaves d’Afrique et les matières premières d’Amérique pour le développement de leurs industries.
  21. 21. Conclusion : Les traites négrières existent depuis l’Antiquité. Cependant c’est au XVIIIème siècle que la traite atlantique connait un essor considérable en raison du développement de l’économie de plantation et du commerce triangulaire.

×