cours

1 245 vues

Publié le

cours

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 245
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
461
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

cours

  1. 1. Question 2 : Citoyenneté et empire à Rome (Ier- IIIème siècles) En quoi la conception de la citoyenneté à Rome diffère-t- elle de celle d’Athènes ?
  2. 2. Le bassin méditerranéen en 330 av. J.C. Empire d’Alexandre Quels peuples occupent l’Italie ? Le bassin méditerranéen en 260 av. J.C.Le bassin méditerranéen en 220 av. J.C.Le bassin méditerranéen en 200 av. J.C.Le bassin méditerranéen en 130 av. J.C.Le bassin méditerranéen en 50 av. J.C. Quels sont les autres grandes civilisations ? Quel espace est dominé par les Romains en 260 av. J.C ? Dès le début de la République, les Romains font la conquête de l’Italie. A partir de 264 av. J.C., les Romains affrontent Carthage : ce sont les guerres puniques. Durant les guerres puniques, les Romains font la conquête de la Sicile, de la Corse et de la Sardaigne… …puis du sud de la Gaule et de l’EspagneQuelle puissance a cessé d’exister en 130 av. J.C ? En 146 av. J.C. les Romains détruisent Carthage et font la conquête de la Grèce. En 50 av. J.C, les Romains dominent l’Afrique du Nord, l’Asie Mineure et la Gaule, conquise en 52 par Jules César. Les Romains construisent le limes pour protéger les frontières de l’Empire. Rappel : les conquêtes romaines. Après la défaite d’Actium en 31 av. J.C., l’Egypte est intégrée à l’empire. Le bassin méditerranéen en 20 après J.C. En 70, Rome occupe tout le pourtour méditerranéen. La Méditerranée devient une « mer intérieure » à l’empire, la Mare nostrum. Le bassin méditerranéen en 70.
  3. 3. Carte p 60-61 : 1) Quels sont les bénéfices de la conquête dans les provinces de l’empire ?
  4. 4. Etude de cas : Citoyenneté et romanisation à Glanum
  5. 5. Carte de Peutinger, Copie du XIIIème siècle d’une carte de l’empire romain
  6. 6. I. Qu’est-ce qu’être citoyen romain ? 1) Le citoyen possède des droits et des devoirs.
  7. 7. 1) Que réclament les plébéiens ? 2) Comment justifient-ils leur revendication ? 2) Une citoyenneté inégale. Doc 1 Doc 2
  8. 8. « Ceux qui violent une vierge non encore en puissance maritale, s’ils sont humiliores, sont condamnés aux mines ; s’ils sont honestiores, ils sont relégués dans une île ou envoyés en exil ». (…) Extrait des sentences de Paul (juriste romain) vers 320 LES PRINCIPES DE LA HIERARCHIE CIVIQUE Doc 2 p 63 : 1) Quels sont les droits attachés au statut de citoyen romain ? 2) En quoi ces droits sont- ils inégaux ?
  9. 9. 3) Les exclus de la citoyenneté.
  10. 10. II. Une citoyenneté ouverte et intégratrice. 1) Qui devient citoyen ?
  11. 11. Doc 3 : « Le statut d’oppidum Latinum permet aux notables glaniques d’obtenir le droit de cité romain, c’est-à-dire les droits civils et politiques complets de Rome, en endossant une magistrature ; certains l’avaient déjà reçu au terme d’un long service militaire, ou encore par faveur personnelle de quelque haut militaire ou fonctionnaire, tels les Iulii, constructeurs du mausolée qui subsiste à l’entrée de Glanum. » Anne Roth-Congès, Glanum. De l’oppidum salyen à la cité latine, Editions du patrimoine, 2000. 1) Qui peut recevoir la citoyenneté romaine à Glanum ? Comment ?
  12. 12. Doc 4 : « Maître, ma dernière maladie m’a fait l’obligé du médecin Postumus Marinus. Je puis m’en acquitter avec ton aide si, selon son habitude, ta bonté exauce mes prières. Je demande donc de donner la citoyenneté à ses parents Chrysippus fils de Mithridate et à la femme de ce Chrysippus, Stratonice fille d’Epigonus, ainsi qu’aux enfants de ce même Chrysippus, Epigonus et Mithridate. » Pline le Jeune, gouverneur de Bithynie, lettre à l’empereur Trajan, début IIème siècle. 1) Qui accorde la citoyenneté ? Pourquoi ?
  13. 13. La Table de Banasa, inscription retrouvée au Maroc en 1939 Doc 1 p 74
  14. 14. Une famille de notables de Glanum : les Iulii. Doc 5 : « Le mausolée de Glanum est un témoignage exceptionnel de la fierté et du rang social des Iulii : pour allégeance et services rendus, notamment pendant la guerre des Gaules, ils ont reçu la citoyenneté romaine et mérité de porter le nom d’une des plus prestigieuses familles de Rome. Le mausolée, dans sa structure et dans son décor, raconte l’origine de cet honneur. » Anne Roth-Congès, Glanum. De l’oppidum salyen à la cité latine, Editions du patrimoine, 2000. La tholos abrite les deux statues du père et du fils en toge. Le socle est constitué de 4 panneaux en bas-reliefs qui représentent divers aspects héroïques de la vie des défunts.
  15. 15. Panneau est : Evocation de la bataille de Zela (-47) et de la victoire de César contre Pharnace ?
  16. 16. Panneau est : Scène d’attribution de la Citoyenneté ou de récits des exploits d’un membre de la famille. Le personnage barbu serait le père accompagné de la mère.
  17. 17. Panneau nord : Evocation d’un combat de cavalerie. Bataille du Granique (-334) entre Alexandre le Grand et les Perses.
  18. 18. Panneau sud : Scène de chasse aux sanglier. Représentation de l’histoire ou des loisirs des Iulii glaniques.
  19. 19. Panneau ouest : Thème mythologique : combat autour du corps de Patrocle des Grecs et des Troyens. Evoque peut-être un évènement réel de la famille, comme la mort du fils aîné au cours d’un combat.
  20. 20. 2) La vie civique à Glanum. Doc 6 : « Outre leur rôle politique et administratif dans la cité, ces élites ont pour mission de contribuer à l’embellissement de la ville, qui doit se conformer aux modèles imposés par Rome : monuments obligés de la cité, le forum, les temples, les thermes, les édifices de spectacle sont les lieux où se rassemble le peuple ; c’est là également que se transmet l’idéologie impériale, dans la magnificence du décor, la symbolique des images et les rituels du culte de l’empereur. Glanum, qui a probablement reçu par la suite – à l’époque augustéenne ? – le titre de colonie latine, mène sous l’Empire une vie apparemment paisible. Le culte officiel de l’empereur et de sa famille paraît faire peu à peu ombrage à celui de l’eau guérisseuse qui avait fait la fortune de la ville. » Anne Roth-Congès, Glanum. De l’oppidum salyen à la cité latine, Editions du patrimoine, 2000. 1) Comment se manifeste la romanisation de la cité ?
  21. 21. Le forum Les thermes La curie La basilique Le Bouleuterion
  22. 22. Forum Basilique et Curie Le centre monumental de Glanum
  23. 23. Le Bouleuterion : Salle de type hellénique où se réunissaient les notables de la ville indigène. Il servit de curie jusqu’au Ier siècle.
  24. 24. Le forum Les thermes La curie La basilique Les temples du culte impérial Le théâtre ? Le Bouleuterion
  25. 25. Forum Petit temple Grand temple Temples dédiés au culte impérial (Ier siècle).
  26. 26. Doc 7 : « D’importants remaniements affectent le forum de Glanum à l’époque flavienne (fin du Ier siècle). On observe une volonté de fermeture des espaces. Ainsi destructuré, le forum se recentre autour de sa place, et des annexes sont adossées à la basilique : au centre, une vaste salle carrée sert à la fois, selon l’usage, de tribunal et de chapelle du culte impérial ; à l’ouest, une nouvelle curie, dont l’abside abritait sans doute la statue de l’empereur, remplace le bouleuterion. » François Brosse, « Urbanisme et architecture publique de Glanum romain », in Archéothéma n°24, sept-oct 2012.
  27. 27. Évolution du forum entre les Ier et IIIème siècles.
  28. 28. Doc 8 : « Noblesse d’épée ou de robe, chacune se doit d’offrir à sa ville une parure monumentale digne de son nouveau rang, avec les commodités qu’exige le mode de vie à la romaine. Sur les monuments ruinés de la splendeur salyenne, le centre urbain est reconstruit par étapes, adapté aux nouvelles exigences de la vie politique et religieuse. L’arc est moins bien conservé que le mausolée puisqu’il a perdu son couronnement. Edifié vers la fin du règne d’Auguste, ce signe de la dignité municipale pourrait témoigner du statut de colonie latine que Glanum a peut-être reçu à cette époque. L’arc est bâti sur une limite immatérielle qui ceint la ville et la sépare de son territoire : le pomoerium. Cette ligne suit le tracé de l’ancien rempart démantelé, que l’on n’a pas jugé utile de reconstruire sous la Paix romaine. La porte est investie d’un rôle symbolique et juridique important, qui ne peut guère échapper au voyageur entrant dans la ville : il quitte la campagne pour pénétrer dans un univers policé, soumis à l’ordre de Rome et de l’empereur. De fait, l’imagerie sculptée est éloquente, qui exalte le triomphe du vainqueur et la mission éminemment civilisatrice de la ville. » Anne Roth-Congès, Glanum. De l’oppidum salyen à la cité latine, Editions du patrimoine, 2000. 1) Qui est à l’origine de la construction des monuments de la cité ? 2) Au-delà de leur utilité pratique, quelle est la fonction symbolique de ces monuments ?
  29. 29. La Gaule vaincue représentée par un prisonnier sur l’épaule duquel pose sa main un personnage dont le manteau gaulois est drapé à la romaine : peut-être un indigène romanisé, acquis à la culture nouvelle et dénonçant les conséquences de l’insoumission et du rêve d’indépendance. Un couple de prisonniers montrant le sort réservé à la barbarie.
  30. 30. 3) L’extension de la citoyenneté dans l’empire comme condition de l’intégration. Dédicace des Glanienses (habitants de Glanum) à l’empereur Caracalla, en 198 après J.C., probablement associée à une statue sur le forum. Quel rôle ont joué les empereurs romains dans l’intégration des peuples de l’empire ?
  31. 31. Lyon, capitale des Trois Gaules depuis -27 La Table claudienne, retrouvée à Lyon en 1528 Doc 3 p 67 : 1)Comment l’empereur Claude justifie-t-il sa décision ?
  32. 32. Docs 1 p 70 et 5 p 71 : 1)Quelle décision est prise par l’empereur Caracalla ? 2)Pourquoi Dion Cassius s’y oppose-t-il ?

×