Question 2 : Citoyenneté et empire à Rome (Ier-IIIème siècles)
En quoi la conception de la citoyenneté à Rome diffère-t-el...
I. Qu’est-ce qu’être citoyen romain ?
1) Les droits et les devoirs du citoyen.
 Des droits :
 Droit de vote dans les ass...
2) Une citoyenneté inégale.
Doc 1 et 2
1) Que réclament les plébéiens ?
2) Comment justifient-ils leur revendication ?
Con...
II. Une citoyenneté ouverte et intégratrice.
1) Qui devient citoyen ?
Doc 3, 4 + Zegrenses.
1) Qui peut recevoir la citoye...
2) La vie civique à Glanum
Doc 6 :
1) Comment se manifeste la romanisation de la cité ?
Thermes : lieu de détente et de re...
3) L’extension de la citoyenneté dans l’empire comme condition de l’intégration.
Doc 3 p 67 :
1) Comment l’empereur Claude...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

cours

883 vues

Publié le

cours

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
883
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
454
Actions
Partages
0
Téléchargements
5
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

cours

  1. 1. Question 2 : Citoyenneté et empire à Rome (Ier-IIIème siècles) En quoi la conception de la citoyenneté à Rome diffère-t-elle de celle d’Athènes ? Introduction : Rappel conquêtes romaines => diapo animé Carte p 60-61 : 1) Quels sont les bénéfices de la conquête dans les provinces de l’empire ? Contexte spatial, politique et institutionnel très différent de celui d’Athènes : - Spatialement, nous avons envisagé la citoyenneté dans le cadre très restreint et fermé de la cité. A Rome, le cadre est celui d’un empire vaste de 3 millions de Km2 qui englobe tout le pourtour méditerranéen. - Politiquement, distinction cités indépendantes et variété des régimes politiques/pouvoir central monarchique. Vision universaliste et intégratrice du pouvoir romain => diffusion de la culture et du droit romains (romanisation). A partir de la fin du Ier siècle av. J.C. (27), le Principat (l’Empire) succède à la République avec Auguste. Mise en place d’un pouvoir de type monarchie absolue héréditaire et autoritaire (l’Empereur romain) après la victoire d’Actium. Il faut donc distinguer l’acception géographique du terme empire, de l’acception politique (l’Empire). La République romaine (jusqu’à Auguste) était un empire au sens géographique mais pas au sens politique. - Institutionnellement, les institutions républicaines demeurent mais vidées de leur pouvoir au profit de celui de l’Empereur. Citoyenneté très prestigieuse fondée sur la naissance et la richesse (Athènes : fondée sur l’égalité politique). Les citoyens n’ont plus la réalité du pouvoir politique. Volonté d’étendre la citoyenneté aux élites locales de l’empire. Etude de cas : Citoyenneté et romanisation à Glanum Carte p 65 + cartes de situation + Carte de Peutinger : Glanum est un oppidum (cité gauloise) de droit latin situé dans la province de Gaule Narbonnaise créée en 118 av. J.C. Elle est située à proximité de colonies romaines (Arles, Orange) et de colonies latines fortement romanisées comme Nîmes, mais surtout de la voie domitienne, voie romaine qui relie l’Espagne à Rome qui contribue à son développement.
  2. 2. I. Qu’est-ce qu’être citoyen romain ? 1) Les droits et les devoirs du citoyen.  Des droits :  Droit de vote dans les assemblées du peuple romain, droit de participer à la vie politique de la cité (tombe en désuétude au Ier s avec le changement de régime)  Accès aux magistratures (cursus honorum)  Droit de contracter un mariage légal (connubium)  Droit de posséder, de vendre, de rédiger un testament  Droit de faire appel d’un jugement devant l’assemblée des Comices  Droit de porter la toge et la tria nomina : praenomen (prénom), nomen (nom de famille ou gentilice), cognomen (surnom). Ex : Caius Julius Caesar.  Des devoirs :  Payer l’impôt  Servir la cité (droit de se présenter aux magistratures, évergétisme)  Le service militaire dans la légion romaine  Participer au culte impérial (cf photo maison carrée) Seul le citoyen romain bénéficiait de la pleine capacité juridique. Privilèges fiscaux : grâce aux conquêtes, les citoyens romains sont exemptés de l’impôt direct (tributum) mais restent soumis aux impôts indirects (affranchissements, succession…) Privilèges juridiques : ex de Paul mais aussi de ces colons d’un domaine impérial africain qui portèrent plainte auprès de l’empereur Commode contre un procurateur accusé d’avoir fait battre et enchaîner des citoyens => ces paysans connaissaient les implications de leur statut. La jouissance du droit privé romain justifiait la recherche de la citoyenneté. Citoyenneté romaine était prestigieuse : c’est une dignité découlant de l’appartenance au peuple dominant le monde civilisé. Etre promu citoyen romain abolissait l’infériorité de la subordination née de la conquête. La citoyenneté romaine était supérieure à toutes les autres. Conscience d’appartenir à la romanité => très prestigieux.
  3. 3. 2) Une citoyenneté inégale. Doc 1 et 2 1) Que réclament les plébéiens ? 2) Comment justifient-ils leur revendication ? Contrairement à la citoyenneté athénienne, la citoyenneté romaine n’est pas fondée sur l’égalité mais sur la naissance et la richesse => ce n’est pas une démocratie. On distingue donc les patriciens (les honestiores) des plébéiens (les humiliores). Déjà sous la République, les patriciens détenaient l’essentiel des droits civiques et la réalité du pouvoir : droit de vote, charge de magistrat, sénateur… Sous l’empire, les fonctions les plus prestigieuses au service de l’empereur restent aux mains des patriciens : préfets, gouverneurs de provinces, procurateurs, proconsuls, sénateurs… Doc 2 p 63 : 1) Quels sont les droits attachés au statut de citoyen romain 2) En quoi ces droits sont-ils inégaux ? Si, à l’époque républicaine, les peines infamantes et la torture ne peuvent être appliquées qu’aux non-citoyens, progressivement, elles sont appliquées aux humiliores. Seuls les honestiores y échappent. Par exemple, dès Auguste et Tibère, les travaux forcés sont limités aux plébéiens. De même le droit d’appel est de plus en plus réservé aux honestiores. Néanmoins cette distinction n’apparaît pas dans les sources juridiques, de manière formelle, avant le IIIe siècle. 3) Les exclus de la citoyenneté. Les pérégrins sont exclus de la citoyenneté mais peuvent exercer des charges civiques dans les cités pérégrines de l’empire. Les esclaves n’ont aucun droit, mais certains ont pu avoir une grande influence en exerçant des fonctions importantes auprès de leur maître (ex : César…). Les femmes possèdent la citoyenneté mais aucun des droits politiques qui y sont attachés.
  4. 4. II. Une citoyenneté ouverte et intégratrice. 1) Qui devient citoyen ? Doc 3, 4 + Zegrenses. 1) Qui peut recevoir la citoyenneté romaine à Glanum ? Comment ? 2) Qui accorde la citoyenneté ? Pourquoi ? Par la naissance => enfants dont les parents étaient citoyens romains. La citoyenneté pouvait aussi être accordée par l’empereur pour services exceptionnels. C’est la concession viritane => procédure exceptionnelle destiné à des notables pérégrins. Ex de Pline le Jeune qui a demandé à Trajan de donner la citoyenneté à son médecin Postumus Marinus et sa famille ou de l’empereur Marc Aurèle qui a accordé la citoyenneté à une famille de notables de la tribu des Zegrenses pour sa grande loyauté (doc 1 p 74). La citoyenneté s’ajoute au droit local (ex : un citoyen athénien qui devient citoyen romain reste aussi citoyen athénien). Par affranchissement : en affranchissant son esclave, un citoyen romain en faisait un homme de sa famille et un citoyen (cf gentilice). Mais citoyenneté incomplète. Dans les colonies ou municipes de droit latin comme Glanum, la citoyenneté pouvait être accordée à des notables indigènes après l’exercice d’une magistrature municipale. Qui est citoyen romain ? Dans les colonies de droit romain Tous les hommes libres Dans les colonies ou municipes de droit latin Les anciens magistrats + octroi à titre individuel Dans les cités pérégrines Octroi à titre individuel Par le service militaire (auxiliaires). A Glanum, la famille des Iulii a érigé un monumental mausolée pour témoigner de sa puissance et rappeler qu’elle doit sa citoyenneté aux exploits guerriers de l’un de ses membres durant la guerre des Gaules aux côtés de Jules César. (doc 5) Devenus citoyens, les habitants de l’empire affichent leur appartenance à une aire culturelle marquée par l’adoption du latin (ou du grec pour les plus cultivés) comme langue commune, la romanisation de leur nom, de celui des dieux, du port de la toge…
  5. 5. 2) La vie civique à Glanum Doc 6 : 1) Comment se manifeste la romanisation de la cité ? Thermes : lieu de détente et de rencontre politique. Curie /Bouleutérion : Siège du sénat municipal (décurions). Basilique : Espace public couvert. Activités judicaires et bancaires. Marché. Forum : Ancienne agora. Centre politique. Temples du culte impérial : culte officiel, obligatoire de l’empereur. Doc 8 : 1) Qui est à l’origine de la construction des monuments de la cité ? 2) Au-delà de leur utilité pratique, quelle est la fonction symbolique de ces monuments ? Dans les cités romaines, la vie civique est intense. Les rassemblements collectifs obligatoires autour des cultes impériaux cimentent la vie locale. C'est pourquoi les temples, forum, théâtre ou amphithéâtre apparaissent comme les lieux de la citoyenneté romaine. Leur vocation est à la fois civile et religieuse. Les riches citoyens et les magistrats mettaient leur richesse au service de la cité en construisant des édifices et en offrant des plaisirs collectifs, fêtes civiques, bains et spectacles : c’est l’évergétisme qui peut être considéré comme une forme de mécénat civique. Derrière ces pratiques on trouve une profonde motivation sociale : le riche montre et légitime sa richesse en la donnant et une authentique motivation civique de son attachement à sa cité et à l’empire : il ne s’agit pas d’un devoir formel comme l’impôt mais d’une obligation morale. De plus, à travers l’évergétisme, on perçoit des rivalités entre cités et une âpre compétition entre notables à la recherche d’une reconnaissance par tous.
  6. 6. 3) L’extension de la citoyenneté dans l’empire comme condition de l’intégration. Doc 3 p 67 : 1) Comment l’empereur Claude justifie-t-il sa décision ? La citoyenneté est accordée largement car elle constitue un moyen très efficace pour intégrer et romaniser les peuples conquis. La citoyenneté fait des élites des peuples conquis des vecteurs de la romanisation et peuvent se mettre au service de l’Empire en servant dans l’armée ou l’administration. A partir du Ier siècle, la citoyenneté est accordée à des provinces entières (Gaule cisalpine). En Gaule (Narbonnaise conquise en 121 av, gaule chevelue en 58-51 av), les élites se montrent désireuses d’acquérir la citoyenneté et d’accéder au Sénat de Rome. En 48, l’empereur Claude autorise les élites gauloises à suivre le cursus honorum (carrière des honneurs) et donc d’accéder au Sénat de Rome.  Discours de Claude retrouvé gravé sur la « Table claudienne ». Les sénateurs romains, comme Sénèque, critiquent cette décision. Au Ier siècle, la diffusion de la citoyenneté romaine se poursuit. L’empereur Vespasien octroie le droit latin à toutes les cités d’Espagne. Avec Trajan, pour la 1ère fois un provincial est empereur. Docs 1 p 70 et 5 p 71 : 1) Quelle décision est prise par l’empereur Caracalla ? 2) Pourquoi Dion Cassius s’y oppose-t-il ? Le nombre de citoyens romains augmente très largement jusqu’à ce que l’empereur Caracalla, en 212, décide d’accorder la citoyenneté à tous les hommes libres de l’Empire. Cependant, certains contemporains, tel Dion Cassius, critiquent cette décision et avancent des considérations fiscales pour l’expliquer. Conclusion : Contrairement à la citoyenneté athénienne, la citoyenneté romaine n’est pas fermée. La citoyenneté est accordée largement car elle constitue un moyen très efficace pour intégrer et romaniser les peuples conquis. La citoyenneté fait des élites des peuples conquis des vecteurs de la romanisation et peuvent se mettre au service de l’Empire en servant dans l’armée ou l’administration. Sous l'Empire, les habitants des provinces manifestent leur volonté d'intégration ; la citoyenneté progresse partout mais à des rythmes différents (cf Tables claudiennes). En 212 l'empereur Caracalla octroie la citoyenneté à tous les hommes libres de l'Empire. Cette décision est donc l'aboutissement d'une longue évolution entamée depuis 3 siècles. Désormais la citoyenneté n'est plus réservée à une élite. L'empire c'est donc expansion et intégration. Le gouvernement impérial, le princeps, est garant du maintien de la cohésion entre les peuples et de la préservation de l'étendue territoriale. La citoyenneté, c'est un des moyens d'attacher les peuples aux institutions de l'empire.

×