24 rue du Maréchal JOFFRE
78000 VERSAILLES
tel. : 01 39 50 60 88 – Fax. : 01 39 50 60 99
e-mail : hssy@hssy.info – Site We...
Rapport Annuel Exercice 2013 Page 2 (83)
SOMMAIRE
Pages
1. RAPPORT MORAL DU PRESIDENT........................................
Rapport Annuel Exercice 2013 Page 3 (83)
1. RAPPORT MORAL DU PRESIDENT.
Mesdames, Messieurs,
Pour la huitième fois depuis ...
Rapport Annuel Exercice 2013 Page 4 (83)
Centre "Albert Viel" de Chatou.
Inauguré en novembre 2012, ce nouveau centre (14 ...
Rapport Annuel Exercice 2013 Page 5 (83)
♦ Etude de rapprochement / fusion entre ACSC et HSSY
C’est un des points les plus...
Rapport Annuel Exercice 2013 Page 6 (83)
2. RAPPORT D'ACTIVITE DU DIRECTEUR GENERAL
Après avoir terminé la construction et...
Rapport Annuel Exercice 2013 Page 7 (83)
2.2 ORIENTATIONS 2013:
Au cours de l'année nous avons souhaité assurer nos derniè...
Rapport Annuel Exercice 2013 Page 8 (83)
Comme l'indique le Président dans son rapport moral nous avons opéré un rapproche...
Rapport Annuel Exercice 2013 Page 9 (83)
3. ORGANIGRAMME
Directeur
J.Vaulry
Mantes
Directrice
A.LLELONG
Chrs/Trappes
J.DUE...
Rapport Annuel Exercice 2013 Page 10 (83)
4. RAPPORT D'ACTIVITE - FOYER ALBERT VIEL - CHATOU
L’année 2013 a été celle d’un...
Rapport Annuel Exercice 2013 Page 11 (83)
♦ 4 studios individuels pour l’accueil d’hommes isolés plus autonomes soit 4 pla...
Rapport Annuel Exercice 2013 Page 12 (83)
♦ Couverture santé :
Couverture sociale Nbres
Régime général 0
Régime général + ...
Rapport Annuel Exercice 2013 Page 13 (83)
Ressources
La plupart est sans ressources et ceux qui bénéficient seulement du R...
Rapport Annuel Exercice 2013 Page 14 (83)
centaine d’entretiens environ sur l’année par éducateurs plus ceux de la directi...
Rapport Annuel Exercice 2013 Page 15 (83)
fort bien perçues comme celles de nos « mamies couture » qui interviennent deux ...
Rapport Annuel Exercice 2013 Page 16 (83)
4.10 CONCLUSION :
L’homogénéité des profils et des cultures accueillis tout en r...
Rapport Annuel Exercice 2013 Page 17 (83)
5. RAPPORT D'ACTIVITE CHRS VERSAILLES
5.1 LE CHRS
5.1.1 PRESENTATION DE LA STRUC...
Rapport Annuel Exercice 2013 Page 18 (83)
5.1.2.3 Les familles
L’ouverture 24h sur 24 et le principe de continuité ont mis...
Rapport Annuel Exercice 2013 Page 19 (83)
♦ Santé :
Situation à l’entrée : 4 n’ont aucune couverture de santé, 2 bénéficie...
Rapport Annuel Exercice 2013 Page 20 (83)
♦ Régularisation :
Elle concerne 12 personnes dont 1 couple, 3 familles et 1 fem...
Rapport Annuel Exercice 2013 Page 21 (83)
psychiatrique de l’hôpital Mignot. Ces rencontres ont permis de proposer un meil...
Rapport Annuel Exercice 2013 Page 22 (83)
6. RAPPORT ACTIVITÉ MANTES LA JOLIE
6.1 INTRODUCTION
Notre action au sein du cen...
Rapport Annuel Exercice 2013 Page 23 (83)
♦ Développement du partenariat avec Mantes en Yvelines Habitat et les bailleurs
...
Rapport Annuel Exercice 2013 Page 24 (83)
6.3.3 INDIVIDUEL
Là où l’équipe du collectif permet un accompagnement plus adapt...
Rapport Annuel Exercice 2013 Page 25 (83)
Couverture sociale Régime général 18,69%
Régime général+mutuelle 10,61%
Régime g...
Rapport Annuel Exercice 2013 Page 26 (83)
Activités Sportives et culturelles :
♦ Activité Foot en Salle (soirée) avec 14 h...
Rapport Annuel Exercice 2013 Page 27 (83)
♦ Organisation du concert du Blues Sur Seine le 9 novembre 2013.
Environs 65 héb...
Rapport Annuel Exercice 2013 Page 28 (83)
Ce temps de parole et d’écoute des usagers du foyer s’est déroulé une fois par m...
Rapport Annuel Exercice 2013 Page 29 (83)
6.6 CONCLUSION
Les hébergés ont pu manifester, entre autres par le biais de l’en...
Rapport Annuel Exercice 2013 Page 30 (83)
7. RAPPORT D’ACTIVITE MORTEMETS
1 - Rappel des orientations pour l’année 2013
♦ ...
Rapport Annuel Exercice 2013 Page 31 (83)
Les fêtes de l’Aïd, Noël ainsi que le jour de l’An ont aussi eu leurs réclamatio...
Rapport Annuel Exercice 2013 Page 32 (83)
7.2 ACTIVITE DE L’ANNEE
7.2.1 RAPPEL
Fonctionnement des places : Stabilisation/U...
Rapport Annuel Exercice 2013 Page 33 (83)
de l’année 2013, on constate une accentuation de l’envoi par le SIAO de personne...
Rapport Annuel Exercice 2013 Page 34 (83)
Depuis la promulgation de cette loi, nous avons 4 personnes (depuis 5 à 6 ans) q...
Rapport Annuel Exercice 2013 Page 35 (83)
8. RAPPORT D’ACTIVITÉ TRAPPES LA BOISSIERE
8.1 LE CHU LA BOISSIERE
8.1.1 PRESENT...
Rapport Annuel Exercice 2013 Page 36 (83)
8.1.3 PUBLIC
Le centre d’hébergement d’urgence la Boissière accueille uniquement...
Rapport Annuel Exercice 2013 Page 37 (83)
♦ Seuls 38% des femmes accueillies avaient la possibilité de déposer une demande...
Rapport Annuel Exercice 2013 Page 38 (83)
Seules 3 personnes ont quitté la structure sans
documents d’identité connus. 2 d...
Rapport annuel exercice 2013 pdf
Rapport annuel exercice 2013 pdf
Rapport annuel exercice 2013 pdf
Rapport annuel exercice 2013 pdf
Rapport annuel exercice 2013 pdf
Rapport annuel exercice 2013 pdf
Rapport annuel exercice 2013 pdf
Rapport annuel exercice 2013 pdf
Rapport annuel exercice 2013 pdf
Rapport annuel exercice 2013 pdf
Rapport annuel exercice 2013 pdf
Rapport annuel exercice 2013 pdf
Rapport annuel exercice 2013 pdf
Rapport annuel exercice 2013 pdf
Rapport annuel exercice 2013 pdf
Rapport annuel exercice 2013 pdf
Rapport annuel exercice 2013 pdf
Rapport annuel exercice 2013 pdf
Rapport annuel exercice 2013 pdf
Rapport annuel exercice 2013 pdf
Rapport annuel exercice 2013 pdf
Rapport annuel exercice 2013 pdf
Rapport annuel exercice 2013 pdf
Rapport annuel exercice 2013 pdf
Rapport annuel exercice 2013 pdf
Rapport annuel exercice 2013 pdf
Rapport annuel exercice 2013 pdf
Rapport annuel exercice 2013 pdf
Rapport annuel exercice 2013 pdf
Rapport annuel exercice 2013 pdf
Rapport annuel exercice 2013 pdf
Rapport annuel exercice 2013 pdf
Rapport annuel exercice 2013 pdf
Rapport annuel exercice 2013 pdf
Rapport annuel exercice 2013 pdf
Rapport annuel exercice 2013 pdf
Rapport annuel exercice 2013 pdf
Rapport annuel exercice 2013 pdf
Rapport annuel exercice 2013 pdf
Rapport annuel exercice 2013 pdf
Rapport annuel exercice 2013 pdf
Rapport annuel exercice 2013 pdf
Rapport annuel exercice 2013 pdf
Rapport annuel exercice 2013 pdf
Rapport annuel exercice 2013 pdf
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Rapport annuel exercice 2013 pdf

2 087 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 087
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
193
Actions
Partages
0
Téléchargements
5
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Rapport annuel exercice 2013 pdf

  1. 1. 24 rue du Maréchal JOFFRE 78000 VERSAILLES tel. : 01 39 50 60 88 – Fax. : 01 39 50 60 99 e-mail : hssy@hssy.info – Site Web : www.hssy.info Versailles le 02 avril 2014 Rapport Annuel Exercice 2013 Page 1 (83) HÔTEL SOCIAL SAINT YVES Rapport Annuel Exercice 2013
  2. 2. Rapport Annuel Exercice 2013 Page 2 (83) SOMMAIRE Pages 1. RAPPORT MORAL DU PRESIDENT................................................................................................................ 3 2. RAPPORT D'ACTIVITE DU DIRECTEUR GENERAL .......................................................................................... 6 3. ORGANIGRAMME ....................................................................................................................................... 9 4. RAPPORT D'ACTIVITE - FOYER ALBERT VIEL - CHATOU ...............................................................................10 5. RAPPORT D'ACTIVITE CHRS VERSAILLES.....................................................................................................17 6. RAPPORT ACTIVITÉ MANTES LA JOLIE ........................................................................................................22 7. RAPPORT D’ACTIVITE MORTEMETS............................................................................................................30 8. RAPPORT D’ACTIVITÉ TRAPPES LA BOISSIERE.............................................................................................35 9. RAPPORT D’ACTIVITÉ MAISON FAMILIALE VIROFLAY.................................................................................42 10. RAPPORT ACTIVITE DEMARCHES REGULARISATION...................................................................................49 11. RAPPORT FINANCIER..................................................................................................................................56 12. ANNEXES AUX COMPTES 2013 ...................................................................................................................62 13. RAPPORT DU COMMISSAIRE AUX COMPTES..............................................................................................79
  3. 3. Rapport Annuel Exercice 2013 Page 3 (83) 1. RAPPORT MORAL DU PRESIDENT. Mesdames, Messieurs, Pour la huitième fois depuis ma prise de fonction, je tiens tout d'abord à tous vous remercier une nouvelle fois de votre présence à l’Assemblée Générale de notre Association, présence qui témoigne une fois encore de votre intérêt à notre cause et de votre support à nos actions. Comme les années précédentes, j'ai souhaité dans ce rapport moral me concentrer sur les faits principaux qui ont marqué l'année 2013. Ensuite notre Directeur Général, Pierre Verzi vous commentera notre rapport d'activité puis notre Trésorier, Dominique Delattre poursuivra la réunion par la présentation de nos résultats financiers et la lecture du rapport du commissaire aux comptes Monsieur Blois. Nos Directeurs d'Établissements ici présents, termineront cette réunion en vous commentant brièvement les faits marquants 2013 de leurs centres respectifs. L'année 2013 a vu se poursuivre la consolidation de nos acquis dans nos centres qui totalisent fin 2013, 272 places (CHU, CHRS, STABILISATION et PTSH), réparties entre le centre de Versailles Ozanam pour tout type de population, les accueils de Versailles Mortemets, et Mantes pour hommes, celui de Trappes pour femmes seules, celui de Viroflay pour femmes seules avec très jeunes enfants et celui de Chatou rénové pour hommes seuls dans sa partie neuve et femmes avec enfants dans le pavillon rénové. A ces places en centre d’urgence s’ajoutent 2 appartements (4 places possibles) et 15 studettes louées par l’association. 30 chambres ont été également louées à Adoma Mantes de janvier à mars pour le plan hiver 2013. Nos établissements ont accueilli en 2013, 653 personnes avec un taux d'occupation toujours supérieur à 100%. Un détail précis de l'activité ainsi que son analyse vous seront ensuite donnés par notre Directeur Général. Quels sont les faits principaux qui ont marqué la vie de l’Association en 2013 ? ♦ Les travaux et bâtiments Concernant les bâtiments de Viroflay, Mantes la Jolie, Trappes et Versailles Ozanam, rien de bien particulier à signaler sinon les travaux d’entretien courants. L’état de vétusté du CHRS Versailles s’aggrave et quelques travaux subventionnés par l’ANAH (DDT) devraient être faits cette année. Le bail des Mortemets a été renouvelé (une dernière fois) pour 5 ans en avril. Sous l’impulsion du Secrétaire Général de la Préfecture plusieurs réunions entre tous les partenaires (Préfecture, DDT, DDCS, Château de Versailles, le bailleur Versailles Habitat et HSSY) se sont tenues courant 2013. Constat a été fait que ce bâtiment arrive en fin de vie et qu’il est nécessaire de le reconstruire. Où ? Avec quel financement ? de quelle taille ? En attendant réponse à toutes ces questions, décision a été prise de rénover tous les sanitaires. (Travaux financés par DDT et DDCS et réalisés pendant l’été par notre bailleur Versailles Habitat). En ce début d’année 2014, nous avons appris que le Château de Versailles était d’accord pour nous proposer un nouveau terrain situé dans la zone actuelle Matelots / Mortemets. L’idéal serait cette année de définir exactement le programme retenu (CHU actuel ou agrandi ? intégration dans le nouveau bâtiment du CHRS et du siège ? Lieu exact, financement et avec quel bailleur social. Ainsi, il resterait 3 ans pour la construction.
  4. 4. Rapport Annuel Exercice 2013 Page 4 (83) Centre "Albert Viel" de Chatou. Inauguré en novembre 2012, ce nouveau centre (14 studettes neuves + 2 restaurées dans l’ancien pavillon) a maintenant une capacité d’accueil de 24 hébergés (hommes + femmes avec enfants). Il nous reste cependant des problèmes de finition, non réglés par l’architecte maître d’ouvrage et une procédure vient d’être engagée. Comme prévu notre nouvelle offre d'hébergement de type "intermédiation locative" s’est poursuivie et développée en 2013, par la location de deux studios loués directement par HSSY mais surtout par la convention signée avec ACSC sur le plan IDF et où St Yves s’occupe des Yvelines. De plus, sur Mantes la Jolie, nous louons donc maintenant depuis plus d’un an un immeuble de 20 studettes auprès d’un bailleur privé. Notre dossier d’agrément de cette structure en « Maison de Famille » n’a toujours pas abouti mais nous ne désespérons pas, avec l’aide de la Préfecture, à reprendre ce dossier et à le mener à son terme. Nous pensons d'ailleurs que l'évolution et le développement de l'association passera désormais également par ce type de programme. Il sera ainsi possible de faciliter une fluidité de sortie vers le « haut » pour nos hébergés et d'accueillir ainsi de nouvelles personnes en urgence. ♦ Les résultats financiers Quatrième et dernière année du CPOM actuel. Pour mémoire, le CPOM (Contrat Pluriannuel d'Objectifs et de Moyens) a pour vocation de renouveler l'esprit des relations contractuelles entre l'Administration et les gestionnaires d'une structure sociale. A ce contrat, s’est également associée une démarche "Qualité" dont vous trouverez le détail des actions entreprises dans le rapport annuel. Le CPOM nous a permis de maintenir globalement à leur niveau antérieur (année 2009) les subventions de l’Etat. Nos relations de partenariat avec la DDCS (notre organisme de tutelle) sont excellentes et nous comprenons leurs contraintes financières inhérentes à la situation actuelle de notre pays. Mais nous n’avons toujours pas réussi à faire évoluer en 2013 le montant du CPOM sauf pour la prise en compte des places pérennisées (PTSH). N’ayant pas de ressources financières supplémentaires, continuant, en accord avec nos autorités de tutelle, à fournir le service d’accueil qui a toujours été celui de St Yves depuis maintenant de nombreuses années, subissant comme tout un chacun les hausses de coût (énergie, charges, …) et ayant contenu le mieux possible nos charges salariales, nos résultats financiers sont malheureusement en perte. Une perte de 106 452 € est constatée pour un budget de près de 5,4 millions d’euros. A noter néanmoins que notre résultat courant non financier est toujours largement positif et que notre trésorerie reste bonne tout au long de l’année. Le détail de ces résultats vous sera présenté par notre trésorier. Pour 2014, un plan de retour à l’équilibre a été établi avec essentiellement des économies sur le poste alimentation (revenir au niveau de 2012) et quelques ressources complémentaires (participation hébergés et rentrées mesures Solibail). Tous les salariés de HSSY s'efforceront de respecter ce budget.
  5. 5. Rapport Annuel Exercice 2013 Page 5 (83) ♦ Etude de rapprochement / fusion entre ACSC et HSSY C’est un des points les plus importants de notre travail en 2013. Il entre dans le cadre des missions d’un Président, d’une Direction, d’un CA, de réfléchir au futur et à la pérennité de la structure où ils exercent leurs responsabilités. Notre association s’est particulièrement développée ces dernières années avec maintenant un budget de plus de 5 M€, 75 salariés et nos projets restent nombreux. Nous assurons, je le pense, très correctement nos missions d’accueil et de réinsertion auprès de nos hébergés et nous avons réussi à diversifier notre offre (hommes seuls, femmes seules, femmes avec jeunes enfants, familles …). Nos ressources financières actuelles sont limites pour couvrir ces missions de base et nos résultats financiers de ces dernières années ne sont pas sur une bonne tendance. Le renouvellement des membres du CA n’est pas toujours facile et de nombreux mandats (administrateurs avec engagement élevé) arrivent à échéance sous 2 ans. Il y a donc une bonne année, nous avons eu l’opportunité de rencontrer (sous l’égide de la délégation locale du Secours Catholique) l’ACSC (Association Cités Secours Catholique ; 16 cités, 750 salariés, 200 bénévoles, 51 M€ de budget). Cette association dont les valeurs sont identiques aux nôtres couvre l’ensemble du territoire de l’Ile de France sauf les Yvelines. Des visites de prise de contact ont été menées au 1er semestre 2013 ; elles ont débouché sur la signature au 01/07/2013 d’une convention de partenariat entre les deux associations. En automne 2013 des audits sur la structure HSSY (Juridique, droit social, fiscal et finances) ont été menés par le cabinet « Ernst & Young ». Les conclusions de ces audits sont sur tous les points « risque faible » avec quelques points particuliers à surveiller et à régler. Les CA des deux associations, consultés en décembre 2013, ont confirmé ainsi le projet de fusion entre HSSY et ACSC. Depuis, le début de l’année 2014, les deux équipes travaillent sur les points à résoudre dans le but d'obtenir au plus tôt un accord des deux CA sur un traité de fusion ; fusion qui aurait lieu en 2015 après validation des résultats 2014 par HSSY mais avec effet rétroactif au 01/01/2015 (ceci pour des raisons pratiques de comptabilité et de bilan). Et je terminerai mon rapport moral en adressant un grand remerciement à tous les bénévoles et partenaires qui travaillent auprès des accueillis, aux bénévoles qui font partie du Conseil d'Administration (notamment ceux qui œuvrent auprès des communes du 78, dans le maintien de la qualité de notre informatique, dans les finances ou qui nous aident dans les relations auprès de nos partenaires publics ou privés. Un grand merci également à tous les salariés de l'association, son DG en tête (76 salariés fin 2013 pour 10 en l'an 2000) qui ont, comme d'habitude, effectué un travail remarquable auprès des hébergés et n’ont pas ménagé leur peine dans l’étude des nouveaux dossiers. En vous remerciant tous une nouvelle fois de votre dévouement et de votre collaboration, je forme le souhait que l'année 2014 confirme nos orientations. Jacques DUEZ Président
  6. 6. Rapport Annuel Exercice 2013 Page 6 (83) 2. RAPPORT D'ACTIVITE DU DIRECTEUR GENERAL Après avoir terminé la construction et la rénovation du foyer de Chatou en 2012, l'année 2013 ne devait pas présenter de nouveauté particulière. Depuis de nombreuses années la volonté du Conseil d'Administration et des salariés est de développer les activités de l'Association dans le but de proposer aux résidents la plus large palette de solutions adaptées à leur projet personnel. Cette volonté s'est opérée le plus souvent par l'ouverture de centres ou la diversification de l'offre d'hébergement. En 2013 nous n'avons pas ouvert de centre ni développé d'autres moyens d'hébergement mais nous avons pris des décisions et des orientations devant préparer l'avenir de façon durable. Avant de vous les présenter je vais reprendre les statistiques générales car comme les années précédentes, l'ensemble des établissements a assuré au quotidien les missions qui leur sont attribuées 2.1 STATISTIQUES GENERALES : Comme les années précédentes, le taux de remplissage dépasse les 100 % (101.74%)avec un nombre de 101 011 nuitées en 2013 contre 96 134 en 2012, mais il faut prendre en compte les places de Chatou ouvertes en année pleine soit un total de 272 places financées pour l'année 2013 sans tenir compte des nuitées du plan grand froid et des personnes suivies dans les appartements extérieurs. Le nombre de personnes accueillies baisse : 653 contre en 728 en 2012 Au cours de l'année 653 personnes sont sorties de nos établissements soit un renouvellement de la population de 240 %. Ce renouvellement est toujours dopé par la mise à disposition du 115 de places d'urgence de courte durée à Chatou. Ces données de sorties reflètent des disparités importantes en fonction des structures. En effet le centre de Chatou accorde chaque soir 2 nuitées au 115 ce qui fait que 169 personnes sont sorties en 2012 pour 20 places financées soit un taux de renouvellement de 845 % alors que dans la même période seules 45 personnes ont quitté l’établissement des Mortemets soit un taux de renouvellent de 0.72 %. Sur les 653 personnes sorties 212 étaient étrangères et 117 sont sorties sans autorisation de séjour ou de régularisation de leur situation. Par contre pour les personnes ayant bénéficié d’un hébergement supérieur à 9 mois (89 personnes) toutes ont connues une amélioration de leur situation administrative. Pour les personnes en situation régulière, dont nous connaissons les orientations à la sortie après une période de présence supérieure à 9 mois, comme l'an passé, 94% ont bénéficié d’un hébergement ou d’un logement de longue durée (CHRS, appartement relais, résidence sociale ou logement social). Parmi les résidents ayant un revenu, 60% bénéficient de prestations sociales et seuls 6 % ont un CDI à temps plein. La tendance est toujours à une augmentation des résidents en attente de régularisation, de ceux multipliant les problématiques de santé mentale et d'addiction, et de la "clochardisation de nos populations. Il en découle que moins de 30 % des résidents peuvent participer au financement de leur hébergement
  7. 7. Rapport Annuel Exercice 2013 Page 7 (83) 2.2 ORIENTATIONS 2013: Au cours de l'année nous avons souhaité assurer nos dernières obligations contractuelles du CPOM. Un travail important de refonte de l'enquête de satisfaction a été mené par le responsable des actions transversales et un groupe de travail. Les résultats ont été rapportés à l'ensemble des hébergés dans chacun des centres. Cette restitution a été très appréciée et sera donc reconduite en 2014. Ces enquêtes ont été menées 2 fois dans chaque établissement au cours de l'année. Trois axes ont été retenus : Le relationnel, l'accompagnement et les conditions matérielles. ♦ Concernant le relationnel sur l'ensemble des établissements 77% des résidents étaient satisfaits ou très satisfaits au mois de mars et 79 % au mois de novembre. Cet aspect est conforme à notre cœur de métier et doit être maintenu à ce niveau et si possible amélioré. ♦ L'accompagnement 65% des personnes satisfaites en mars et 69 % en novembre. En regardant le détail des réponses il apparait que l'accompagnement dans la santé est satisfaisant, un peu moins dans le logement et des progrès sont à faire pour l'emploi. Ces réponses correspondent à notre degré d'implication et nos priorités depuis plusieurs années. ♦ Les conditions matérielles 72% des personnes satisfaites en mars et 78 % en novembre. Les Mortemets recueillent le moins de satisfaction ce qui correspond à la réalité des locaux, mais le CHRS malgré des conditions d'accueil difficiles satisfait près de 87 % des personnes. La mise en place d'un comité de pilotage a élaboré, après un travail important, l'ensemble des questionnaires destinés à l'évaluation interne menée en 2014. Je tiens à remercier l'ensemble des salariés et Hubert CHAPERON pour leur investissement à mener à bien ces deux actions. Depuis plusieurs années Samba NIANGANE assure pour l'ensemble des centres le suivi des personnes en attente de régularisation auprès du service étranger de la préfecture. A la demande de Madame GROBON Directrice adjointe de la DDCS nous avons participé à une enquête. Ces différentes rencontres ont mis en valeur la qualité du travail réalisé. Je pense que ce poste devra être validé dans le prochain CPOM. Le trésorier vous présentera les détails des comptes. L'Association en 2013 est en déficit. Je souhaite cependant apporter quelques éléments qui montrent le travail de rationalisation effectué par Isabelle de TOURRIS et son équipe. En comparant les Achats effectués en 2009 et en 2013 pour les centres à périmètre égal (tous sauf Chatou) on constate : ACHATS CHRS MANTES MORTEMETS VIROFLAY TRAPPES HSSY 2009 85 859 301505 215 774 101 553 58 635 763 326 2013 70 710 324 675 161 750 73 650 52 550 683 335 79 991 Il en ressort une économie de 79 991€. Seul le centre de Mantes a eu une augmentation de dépense en 2013, mais celle-ci est conjoncturelle car en 2012 le montant des achats était de 275 510 €. De même en 5 ans les rémunérations étaient de 1 989 937 € et en 2013 de 1 955 046 € soit une baisse de près de 35 000 €. Ces deux postes étant les plus importants de nos charges, il nous est difficile de faire mieux sans une augmentation de nos ressources.
  8. 8. Rapport Annuel Exercice 2013 Page 8 (83) Comme l'indique le Président dans son rapport moral nous avons opéré un rapprochement avec L' ACSC. Les raisons de ce rapprochement sont largement explicitées dans ce même rapport. Tout au long de l'année nous avons eu de nombreuses rencontres avec les responsables de l'ACSC et j'ai participé à plusieurs réunions du CODIR ainsi qu'à un séminaire de Directeurs. Nous avons pu ainsi apprendre à nous connaitre et, dans le cadre du comité de pilotage, lister les différentes étapes en vue de la fusion et répertorier les questions qui se posent. Au mois de juin, un nouveau comité d'entreprise a été élu. Suite aux réunions de CE il ressort que les salariés de l'Association s'interrogent sur les changements inhérents à cette éventuelle fusion. Dans un souci de clarté nous avons transmis les comptes rendus du comité de pilotage entre l’ ACSC et HSSY aux Directeurs et au CE . Si cette fusion aboutit, pour la grande majorité des salariés, les changements seront infimes. Nous devons cependant répondre dans le premier semestre 2014 à la question relative à la convention collective. Une réunion plénière des salariés sera organisée avant le mois de juin. 2.3 CONCLUSION 2013 a été une année riche en activité et en travail d'anticipation, mais 2013 a surtout été une année de transition qui devra trouver sa concrétisation en 2014. Concrétisation de l'emplacement et du lancement de la construction du centre des Mortemets, Concrétisation de l’agrément de la maison familiale de Mantes, Concrétisation de l'évaluation interne et reconduction des enquêtes de satisfaction. Concrétisation de la préparation du renouvellement du CPOM avec de nouveaux objectifs et de nouveaux moyens, Concrétisation de la fusion avec l'ACSC en répondant aux attentes et aux questions des salariés. La réalisation de ces projets doit nous conduire à renforcer le rôle de l'Hôtel Social Saint Yves dans les Yvelines et à nous intégrer au mieux au sein de l'ACSC afin de pérenniser notre engagement et nos valeurs auprès des personnes que nous accompagnons Pierre VERZI Directeur Général
  9. 9. Rapport Annuel Exercice 2013 Page 9 (83) 3. ORGANIGRAMME Directeur J.Vaulry Mantes Directrice A.LLELONG Chrs/Trappes J.DUEZ Président Informatique G.Laurencin Trésorier D.Delattre Secrétaire H.Chaperon Chatou 4Educateurs 2veilleursdenuit Administration IdeTouris Siège Directeur R.Daniel Mortemets 1cadreadministratif 0.5comptable 1ResponsableMaintenance 1éducateurrégulation administrative Avril2014 Directrice L.Michelitz ChatouViroflay Viroflay 7éducateurs 1eje 1Maîtressede Maison StYves ½chefdeservice 5,5éducateurs ½Travailleursocial 1Maîtressede Maison 14éducateurs 3Travailleursociaux 1Cuisinier Trappes ½chefdeservice 6éducateurs 1Travailleursocial 10éducateurs 1Travailleursocial Subventions J.CMilan 1ResponsabledesActionsTransversales Directeur P.Verzi
  10. 10. Rapport Annuel Exercice 2013 Page 10 (83) 4. RAPPORT D'ACTIVITE - FOYER ALBERT VIEL - CHATOU L’année 2013 a été celle d’une année où chacun a pu profiter des nouveaux locaux et où la vie de tous les jours s’est organisée de façon sereine. Seul un studio n’a pu être occupé du fait de malfaçons qui seront réglées en cours d’année 2014. Nous avons accueilli cette année deux mamans avec un bébé chacune après avoir constaté que la première maman avait été très bien acceptée par les hébergés hommes. Les présences féminines et les bébés apportent au Foyer non seulement de l’animation mais réveillent les comportements paternels. Nous n’avons connu aucun acte de violence cette année lors des repas et réunions. L’équipe éducative du centre d’hébergement d’urgence est composée comme suit : ♦ 4.5 TP éducateurs sur des horaires d’internat, dont 3 éducateurs spécialisés, 1 ETP moniteur éducateur, 1 moniteur-éducateur à mi-temps, une maîtresse de maison (novembre 2013) et 2 veilleurs de nuit. ♦ Un moniteur-éducateur en formation dans le cadre d’un contrat de professionnalisation pour deux ans (0.50 ETP sur les foyers de Chatou et Viroflay) ♦ 1 directrice à 0.40 TP.(remplacée par un CDD en octobre 2013 pour une durée de neuf mois) ♦ 1 psychologue clinicien extérieur qui anime les séances mensuelles d’analyse des pratiques. Mouvement du personnel : ♦ Une monitrice éducatrice embauchée en CDD qui débouchera sur un CDI début 2014 en remplacement d’un poste laissé vacant. ♦ L’embauche d’un éducateur spécialisé en remplacement d’un éducateur démissionnaire et l’embauche d’un veilleur de nuit en remplacement d’un départ. ♦ L’arrivée en fin d’année de la maîtresse de maison officiant auparavant dans la Maison Familiale de Viroflay. ♦ La Directrice du Foyer remplacée par un CDD de neuf mois. Formation continue : Aucune demande n’a été formulée cette année. 4.1 ACTIVITE DE L’ANNEE En 2013, 195 personnes ont été hébergées au Foyer Albert Viel. Soit 189 hommes isolés et 3 mères avec leur enfant. 195 entrées 168 sorties. Nombre de nuitées réalisées : 9299 pour une ouverture en continu. Avec la rénovation du foyer, la capacité se décline comme suit : ♦ 9 studios doubles pour l’hébergement d’hommes isolés ♦ 1 studio double réservé à la nuitée 115 et nuitée police soit 20 places en studios double
  11. 11. Rapport Annuel Exercice 2013 Page 11 (83) ♦ 4 studios individuels pour l’accueil d’hommes isolés plus autonomes soit 4 places ♦ 2 studios excentrés dans le pavillon pour l’accueil de 2 mères et de 2-enfants soit 4 places pour les familles en studios individuels. CAPACITE TOTALE : 28 places 4.2 LES HEBERGES : Entrées : ♦ Nombre d’entrée et de sortie : Entrées : 195 Sorties : 168 ♦ Composition des ménages : 189 hommes isolés. 3 femmes avec 1 enfant chacune ♦ Les tranches d’âges Parmi les personnes hébergées, tout comme pour l’année 2012, les 26/35 ans sont les plus représentés. Ages Nbres Moins de 18 ans 3 18 / 25 ans 27 26/35 ans 68 36/45 ans 47 46/55 ans 29 56/65 ans 17 Plus de 66 ans 4 TOTAL 195 ♦ Origine géographique 96.02% viennent de toutes les villes des Yvelines et 81 % nous ont été adressés par le 115.
  12. 12. Rapport Annuel Exercice 2013 Page 12 (83) ♦ Couverture santé : Couverture sociale Nbres Régime général 0 Régime général + mutuelle 0 Régime général + CMU comp 1 CMU de base 3 CMU + comp 90 AME 38 Etudiant 0 Aucune 44 Inconnu 9 Non précisé 10 Total 195 Nous constatons, comme en 2012, que de nombreuses personnes reçues sont sans couverture sociale ♦ Sorties 2013 168 sorties enregistrées Durée des séjours des personnes sorties en 2013 : La forte proportion des durées de moins de 7 jrs correspond majoritairement à l’accueil des nuitées d’extrême urgence (115). Le Foyer Albert Viel maintient le principe de la mise à l’abri immédiat en s’efforçant de proposer chaque soir à une personne différente une nuitée avec repas et douche et laverie. L’équipe éducative veille à ce que ce critère soit respecté. Parmi les personnes accueillies sur cette place, nous avons souvent constaté que certaines n’avaient pas eu de chambre depuis plusieurs jours et avaient vraiment besoin de se « poser » une nuit.
  13. 13. Rapport Annuel Exercice 2013 Page 13 (83) Ressources La plupart est sans ressources et ceux qui bénéficient seulement du RSA n’ont pas suffisamment de ressources pour pouvoir prétendre aux orientations vers les résidences sociales (minimum 700 euros) ou les logements de type logement passerelle (SOLIBAIL…) même avec une APL. Une fois les charges déduites, le reste à vivre est très faible. Le constat est le même que l’année dernière. De fait, les relogements sont minoritaires compte-tenu aussi de la forte proportion de personnes en voie de régularisation et du peu d’hébergés réunissant toutes les conditions nécessaires à l’obtention d’un hébergement ou d’un logement adapté. Les permanences CESF affichent les mêmes constantes que l’année dernière. Elles démontrent la faiblesse des ressources et le constat pour beaucoup de crédits à la consommation. Nous avons également constaté que l’emploi « au noir », sans avoir encore de sources fiables sur une année, est en constante augmentation. Malheureusement, ces emplois même s’ils paraissent attractifs au niveau du salaire, ne permettent pas d’accès au logement. L’accès à un emploi n’est pas aisé du fait pour certains de longues périodes sans emploi et la difficulté pour d’autres de conjuguer souvent addiction alcool et maintien dans l’emploi pour ceux qui en ont un. Relogement Logement Nbre Logement privé 1 Logement social 0 Logement passerelle 5 Amis, famille 0 CHRS 2 CADA 0 Hôtel 0 Hôpital 0 Squatt, rue 126 Total 134 La forte proportion des personnes ressorties dans la rue représente à 95% les personnes entrées sur les nuitées d’extrême urgence. Les demandeurs d’asile ont majoritairement intégrés des C.H.U.D.A Sanctions/ arrêt d’hébergement 2013 3 personnes concernées : Arrêt d’hébergement pour non-respect du règlement de fonctionnement et non adhésion au projet individualisé : 3 hébergés. D’autres ont préféré partir d’eux-mêmes. Le règlement à travers l’obligation de respecter les horaires de retour sur le foyer ou de devoir rendre compte des démarches à mener dans le cadre des contrats d’insertion sont trop contraignants pour eux. 4.3 ACCOMPAGNEMENT SOCIO-EDUCATIF : Durant l’année 2013, 760 actes ont été réalisés (entretiens de suivis, synthèses avec les partenaires, permanence CESF, permanence du référent pour les régularisations auprès de la Préfecture, accompagnements divers (hôpital, Préfecture…). Cela représente plus d’une
  14. 14. Rapport Annuel Exercice 2013 Page 14 (83) centaine d’entretiens environ sur l’année par éducateurs plus ceux de la direction pour ce qui est des entretiens de recadrage, validation des contrats…. Ces entretiens relèvent aussi des procédures d’accueil quotidiennes dans le cadre des mises à l’abri des nuitées 115, nuitées police et places durant la campagne hivernale. Viennent ensuite les entretiens d’accueil et de suivi liés aux deux dispositifs d’hébergement en vigueur dans l’association à savoir le contrat de séjour (3 mois) et la convention moyen séjour renouvelable tous les trois mois au vu du projet individualisé de l’hébergé et de la réalisation de ses objectifs d’insertion. 4.4 PARTENARIAT PROFESSIONNEL : Nous maintenons toujours un excellent partenariat avec le CCAS de la Ville de Chatou toujours très soucieux du bien-être des hébergés. La psychologue de CAP SANTE met à disposition des hébergés une aide et une écoute pour ceux qui en ont besoin et qui le demandent. Au fur et à mesure de ces permanences, nous constatons un nombre de plus en plus croissant des inscrits qui se maintiennent dans la durée révélant un réel besoin. D’autres se rendent au CSAPA de St Germain en Laye, mais force est de constater que la distance est souvent un des paramètres de l’irrégularité des entretiens. Nous sommes également en contact avec des centres de cure en alcoologie situées près de Toulouse et Poitiers. Deux de nos hébergés ont profité de leurs services et l’un d’entre eux a intégré un appartement thérapeutique. Pour ceux qui ont une couverture santé, les infirmières prodiguent leurs soins médicaux sans crainte dans des studios ou des locaux favorisant la vie privée des hébergés. 4.5 COMMUNICATION : Concernant le recueil de la parole des usagers, nous maintenons des réunions pour être au fait avec ces derniers : 1 Conseil de la Vie sociale a été proposé en présence des responsables du Secours Catholique comme représentants institutionnels et observateurs de la vie interne du foyer ainsi que des professionnels de CCAS de Chatou. 4 réunions avec les hébergées et l’équipe éducative. Ces réunions ont pour but d’améliorer le quotidien en observant ce qui fonctionne et ce qui dysfonctionne dans la prise en charge éducative, hôtelière … des usagers, et aussi de recueillir leurs propositions d’animations ou autres. L’arrivée début Novembre 2013 de la maîtresse de maison (qui a quitté la Maison Familiale de Viroflay) nous a permis, en concertation avec les hébergés de mettre en place une nouvelle organisation au niveau des cuisines. L’enquête de satisfaction 2013 met encore cette année en avant la satisfaction des hébergés et démontre que l’installation dans les nouveaux locaux, le réajustement du règlement de fonctionnement et l’accueil de mères avec enfants ont été une réussite majeure. Ces observations basées sur la satisfaction des hébergés encouragent la direction et l’équipe éducative du foyer à maintenir cette attention quotidienne du bien-être des hébergés tout en maintenant un cadre sécurisant pour tous. Nous n’avons connu cette année aucun acte de violence envers l’équipe éducative et les hébergés entre eux. 4.6 PARTENARIAT AVEC LES BENEVOLES : L’ouverture en 24h/24h permet une optimisation des interventions quotidiennes au foyer. Une aide à l’apprentissage de la langue française ainsi que des cours d’informatique ont pu être dispensés aux hébergés. Outre le partage du repas le soir, des actions sont toujours
  15. 15. Rapport Annuel Exercice 2013 Page 15 (83) fort bien perçues comme celles de nos « mamies couture » qui interviennent deux fois par mois pour recoudre les boutons de chemises, les déchirures de pantalons… Les hébergés bénéficient aussi de temps à autres d’accompagnements vers les hôpitaux lorsque le foyer n’a pas obtenu de prise en charge médicale pour des VSL. La mise en place cette année de sorties mensuelles avec les bénévoles (Visite de Notre Dame, de la Basilique de Saint Denis, du château de Versailles…) connaissent aussi beaucoup de succès et obtiennent une grande satisfaction du côté des hébergés. Un spectacle au cirque a été offert par le Secours Catholique en fin d’année et a connu un franc succès. 4.7 ANIMATIONS PROPOSEES EN 2013 Tout comme le foyer de Viroflay, les restrictions budgétaires voulues par l’association car nécessaires, ont influé sur les dépenses. Les sorties ont été limitées et une sortie d’été d’une journée en Normandie a été ciblée. Des footings sont organisés régulièrement par une éducatrice, des activités en cuisine et de la peinture. 4.8 PROJETS REALISES EN 2013 : ♦ Permanence CESF bimensuelle : suivi des hébergés (gestion du budget, appropriation du logement) ♦ Mise en place des permanences CAP SANTE 4.9 PROJETS 2014 : ♦ Continuation et diversification des animations et des actions spécifiques au regard des problématiques constatées en matière de santé, d’accès à l’emploi, d’accès au logement ♦ Développement d’activités sportives pour un mieux-être psychologique et physique ♦ Développement d’un partenariat adapté au public accueilli (Protection infantile, planning familial….) ♦ Partenariat à développer avec EMMAUS pour du travail occupationnel et bénévole de nos hébergés qui sont en attente d’une autorisation de travail.
  16. 16. Rapport Annuel Exercice 2013 Page 16 (83) 4.10 CONCLUSION : L’homogénéité des profils et des cultures accueillis tout en respectant le principe de l’accueil inconditionnel a maintenu un climat serein où aucune culture n’a eu une prédominance par rapport à une autre sur le groupe. Les relations étaient à l’équilibre car chacun des hébergés a trouvé sa place dans le collectif à égalité avec les autres. Ces relations « détendues » ont généré, encore cette année, une solidarité remarquable et sans précédent envers les plus âgés et les plus fragilisés. Plusieurs hébergés ont aidé l’équipe à prendre en charge sur le plan du quotidien les deux personnes âgées accueillies (aide aux repas, nettoyage du studio, aide au déplacement, aide à la toilette (rasage, manucure…). Par ricochet, les nuitées 115 et campagne hivernale sauf exception rare, ont pu être reçues dans un climat modéré et se sont alignées sur le même tempo que tout le reste du groupe. Néanmoins, l’équipe du Foyer Viel reste vigilante et attentive : l’expérience ayant prouvée par le passé que nous ne sommes jamais à l’abri d’accueillir une personne qui peut « retourner » le foyer en un rien de temps. L’arrivée de la maîtresse de maison a également permis de mettre en place ce qui ne se faisait que le week-end : la préparation des repas, tour à tour, supervisés par celle-ci. Les repas commandés à la Mairie ont fait place à des préparations à base de produits frais et surgelés. La qualité de ces repas a également contribué à l’ambiance sereine décrite précédemment. La maîtresse de maison, du fait de sa proximité de travail avec les hébergés, instaure un climat de confiance propice au dialogue et lui permet de travailler en complémentarité avec l’équipe d’éducateurs. Les échanges, lors des réunions, sont plus riches et permettent plusieurs approches de réflexion et de travail. L’image de soi (hygiène, habillement, tenue du studio) est également travaillée. La CESF a pris son rythme de travail (une permanence tous les quinze jours), ce qui permet à nos hébergés d’inscrire leurs rendez-vous à l’avance dans leurs agendas et permet un suivi régulier et productif. Nadège Sanson Directrice d'Etablissement
  17. 17. Rapport Annuel Exercice 2013 Page 17 (83) 5. RAPPORT D'ACTIVITE CHRS VERSAILLES 5.1 LE CHRS 5.1.1 PRESENTATION DE LA STRUCTURE Le CHRS Hôtel Social St Yves est situé au centre Ozanam à Versailles. Il est ouvert depuis 1987. Le bâtiment appartient au Secours Catholique. Ce bâtiment se présente sur 3 étages avec des chambres à partager. Depuis juillet 2008, le centre est ouvert 24h sur 24h. A partir de 1996, le centre accueille 23 personnes sur des places pérennes et, dispose alors, de 5 places financées dans le cadre du grand froid. Etant donné la diversité du public, il était compliqué de proposer ces places uniquement lors de la période hivernale; aussi, ces places fonctionnaient toute l’année. Depuis juillet 2013, ces places sont désormais financées dans le cadre du PTSH. La capacité d’hébergement est donc de 28 personnes. 5.1.2 PUBLICS 5.1.2.1 Urgence et stabilisation 15 places d’hébergement sont dédiées à la stabilisation et 13 à l’urgence. Au cours de l’année 2013, le CHRS a accueilli 50 personnes, soit 10416 nuitées. Parmi celles-ci, 31 (62%) étaient déjà présentes en 2012 et 18 (38%) ont été orientées pour la première fois. Avec le principe de continuité qui s’applique à l’hébergement d’urgence, l’Hôtel social Saint Yves « urgence et stabilisation » ne se distingue que par rapport à l’orientation, notamment depuis la mise en place du SIAO. La présence des enfants sur la structure amène à porter une attention particulière par rapport au public orienté dans le cadre de la stabilisation. Nous souhaitons poursuivre l’accueil de ce public qui a besoin d’une pause, mais il a été convenu avec le SIAO que la présence des enfants sur la structure était un élément à prendre en compte dans l’orientation des publics. Les missions du CHRS sont d’ailleurs modifiées depuis la mise en place du fonctionnement du SIAO « Urgence Stabilisation », puisque avec ce système d’orientation, la mise à l’abri ne concerne plus les structures d’hébergement d’urgence. L’accueil en nuitées n’est pas possible au CHRS étant donné le profil du public concerné. En revanche, lors de signalement de la DDCS, d’événements météorologiques importants, le CHRS accueille au besoin une à deux personnes dans la salle à manger. Cette possibilité existe également pour accueillir des personnes hébergées dans d’autres structures de l’Association, qui doivent se présenter très tôt à la préfecture. En 2013, le CHRS a été très peu sollicité pour cet accueil. 5.1.2.2 Diversité Le CHRS dispose de 4 places familles (couples avec enfants, femmes ou hommes seuls avec enfants), 1 place couple. Si nous souhaitons être attentifs à l’équilibre, et proposer un environnement sécurisant à tous, mais particulièrement aux enfants, nous observons depuis plusieurs années que la présence d’enfants au sein de l’hébergement incite le public « isolé » à adapter son comportement. En effet, des personnes qui peuvent présenter des comportements inadaptés ou violents, dans d’autres structures, sont sensibilisées par l’équipe à la présence des enfants. Aussi, nous constatons que cette diversité de publics influe sur les comportements. L’ouverture 24h/24 a révélé l’inadaptation des locaux qui sont exigus. Néanmoins l’ambiance au CHRS continue d’être chaleureuse et conviviale, et permet aux personnes de se maintenir dans le centre. Le public, malgré des conditions d’hébergement très difficiles, se plaint peu et, dans l’ensemble, les conflits sont rares. L’équipe éducative a un rôle très important dans la gestion des conflits et, la présence d’éducateurs 24 h sur 24, leur disponibilité, permet de les désamorcer.
  18. 18. Rapport Annuel Exercice 2013 Page 18 (83) 5.1.2.3 Les familles L’ouverture 24h sur 24 et le principe de continuité ont mis en avant le problème de l’inadaptation des locaux à la présence des enfants. Avant 2008, seules les familles pouvaient rester sur la structure en journée, les enfants avaient donc plus d’espace. Aujourd’hui, ils n’ont aucun espace propre hormis les chambres qui sont petites; leur seul espace de jeu extérieur est le parking du secours catholique, ce qui peut être dangereux. L’équipe y a réfléchi tout au long de l’année 2013 et, un projet de changement de public, entre les centres CHRS et La Boissière, a émergé. Ce projet fait partie des projets et objectifs pour 2014. 5.1.3 L’EQUIPE L’équipe du CHRS est composée : d’une directrice d’établissement (0.5 ETP), d’une chef de service (0.5 ETP), d’une équipe éducative de 6 éducateurs (dont 2 qui interviennent également sur le CHU La Boissière), d’une maitresse de maison (qui s’occupe des commandes et de la préparation des repas pendant la semaine). Mr NIANGANE fait partie intégrante de l’équipe ; son regard extérieur au quotidien de la structure permet de compléter notre évaluation et, de proposer un accompagnement global, au plus près des besoins de la personne. Des changements dans l’équipe ont eu lieu au premier trimestre 2013 (départ de deux éducateurs). Il a fallu construire une nouvelle dynamique d’équipe. Depuis septembre 2013, chacun a pu trouver sa place au sein de cette équipe très complémentaire, qui travaille en bonne intelligence. Ceci a permis de proposer un fonctionnement au quotidien stable et rassurant pour les personnes accueillies. Les éducateurs effectuent toujours à tour de rôle une permanence de travailleur social. Ainsi, ils peuvent effectuer des accompagnements extérieurs et réaliser les contrats de moyen séjour, avec les personnes hébergées et leurs référents sociaux. Cette modalité de fonctionnement permet d’accompagner les personnes dans leur projet en le mettant en perspective avec certains éléments du quotidien. Le « partage » du quotidien permet, en effet, de soutenir ou de réajuster leur(s) projet(s) en fonction de nos observations. 3 professionnels bénéficient de formations depuis septembre 2013 : éducateur spécialisé, CAFERUIS et DEIS. 5.2 L’ACCOMPAGNEMENT 5.2.1 LA RESTAURATION DES DROITS Le premier temps de l’accueil doit permettre à l’équipe d’entamer l’ouverture ou la restauration des droits pour les personnes (santé, ressources, situation administrative et orientation vers un référent social extérieur). Parmi les 25 personnes accueillies dans le cadre de l’urgence : ♦ Référent social : L’Hôtel Social Saint Yves souhaite poursuivre l’accompagnement des personnes accueillies en lien avec un référent social extérieur. L’équipe éducative propose effectivement un accompagnement global. Toutefois, il n’en demeure pas moins que nous restons dans le cadre de l’urgence et de la stabilisation. Il parait essentiel que la personne puisse trouver appui sur un référent extérieur en cas de problèmes liés à l’hébergement ; mais aussi parce que l’urgence et la stabilisation demeurent une étape dans le parcours des personnes. L’équipe se retrouve de plus en plus seule dans l’accompagnement; notamment pour les personnes en situation de régularisation qui ont beaucoup de difficulté à avoir un référent social, puisque seul Stuart Mill effectue ce suivi.
  19. 19. Rapport Annuel Exercice 2013 Page 19 (83) ♦ Santé : Situation à l’entrée : 4 n’ont aucune couverture de santé, 2 bénéficient de l’Aide Médicale d’Etat, 14 de la CMUC, 3 au régime général et 2 sont au régime général et ont une mutuelle. Parmi les 4 personnes n’ayant aucune couverture de santé, une a ouvert des droits à l’AME et les 3 autres à la CMUC, une personne est passée de l’AME à la CMUC et 1 a souscrit une mutuelle. Pour les demandes d’ouverture de droits à une couverture de santé, l’équipe éducative constitue le dossier de demande et le transmet à Mme Botcazou (conseillère solidarité au pôle de garantie d’accès aux soins). ♦ Pièces d’identité : Situation à l’entrée: 6 n’ont aucune pièce d’identité (dont 2 enfants), 2 personnes ont un passeport, 9 ont une Carte Nationale d’identité (dont 1 une déclaration de perte), 5 personnes ont une carte de séjour de dix ans et 2 un titre de séjour d’un an. Parmi les personnes n’ayant aucune pièce d’identité, une a obtenu un passeport, une autre a pu effectuer le renouvellement de son titre de séjour. En ce qui concerne le financement des timbres fiscaux pour l’établissement de passeports nécessaires au dépôt d’une demande de titre de séjour, nous sollicitons le Secours Catholique ou la Croix Rouge pour les personnes qui n’ont aucune ressource. ♦ Ressources : Situation à l’entrée: 11 personnes n’ont aucune ressource (dont 4 enfants), 6 sont au RSA, 2 ont une AAH, 2 ont un salaire, 1 bénéficie de l’ARE et une autre de l’ASS et une maman a des prestations familiales. Parmi les personnes n’ayant aucune ressource, 4 ont obtenu des ressources via l’emploi. 5.2.2 LE PROJET INDIVIDUALISE Le contrat de moyen séjour est l’outil qui permet d’accompagner les personnes dans leur projet individuel. Depuis le dernier trimestre 2013, les contrats de séjour sont réévalués tous les trois mois, au lieu des deux mois initialement prévus, avec un point fait à mi-parcours avec l’équipe éducative. Lorsque l’équipe éducative constate qu’une personne n’arrive plus à effectuer les démarches liées à son projet ou a des problèmes de comportements ou de non-respect du règlement et afin d’éviter de mettre fin à l’hébergement, l’équipe éducative propose un contrat d’engagements, qui fixe des objectifs précis durant un mois afin que la personne puisse se remobiliser. En 2013, 33 personnes dont 7 enfants ont été accompagnées dans le cadre du moyen séjour. Les problématiques travaillées : ♦ Stabilisation et soins : pour 4 personnes, l’accompagnement porte sur la stabilisation à travers ces contrats. L’équipe s’appuie sur un échange régulier avec le référent social extérieur qui propose souvent un accompagnement de proximité (notamment le CCAS de Versailles et Stuart Mill ; mais aussi, sur le quotidien et l’accès à des soins adaptés (pathologies physiques, psychiques ou addictions). Le partage du quotidien avec les familles et surtout la présence d’enfants impliquent que l’équipe éducative puisse lever certaines appréhensions des autres personnes hébergées. Un travail dans ce sens est effectué et permet à ces personnes d’être mieux intégrées au sein de l’hébergement. Toutefois, l’équipe souligne que cet accompagnement requiert une présence importante auprès de ces personnes, ce qui est difficile à faire quand il y a le collectif à gérer et le suivi social à effectuer.
  20. 20. Rapport Annuel Exercice 2013 Page 20 (83) ♦ Régularisation : Elle concerne 12 personnes dont 1 couple, 3 familles et 1 femme seule. L’accompagnement effectué par Mr NIANGANE ainsi que par les référents sociaux de la Boutique Stuart Mill, qui participent au moyen séjour, a permis la régularisation pour une famille dont la situation paraissait plus que bloquée. ♦ Insertion professionnelle : Concerne 6 personnes. Les contrats moyen séjour ne sont que très rarement axés que sur l’insertion professionnelle (régularisation et insertion professionnelle, insertion professionnelle et logement). ♦ Logement et logement adapté Concerne 12 personnes. Parmi elle, 4 personnes dont une famille sont hébergées dans le cadre de logements temporaires, dont l’Hôtel Social St Yves est locataire. Depuis septembre 2013, nous n’avons conservé que l’accompagnement sur le logement de Vélizy qui accueille une famille accompagnée par le CHRS et une famille accompagnée par la Maison Familiale. Pour 11 personnes, l’orientation a été le logement autonome avec des demandes effectuées dans le cadre de la prospection logement avec CAPLOGY, le recours à la commission DALO ou le signalement dans la cadre de SYPLO. 3 personnes ont signé un contrat d’engagement avec l’équipe éducative pour les impliquer dans leurs démarches, ou suite à des comportements inadaptés. 14 personnes n’ont pas accédé au moyen séjour : Soit, du fait que de moins en moins de personnes bénéficient d’un référent social extérieur et demandent une adaptation de l’équipe à une nouvelle forme de l’accompagnement du contrat moyen séjour, soit, parce que les personnes ont quitté la structure ou une fin d’hébergement a été décidée avant le passage en moyen séjour. Pour certains, il est nécessaire de prendre plus de temps pour qu’un projet puisse émerger, des synthèses sont alors organisées. 5.2.3 LES SORTIES 16 personnes sont sorties du CHRS en 2013 : 2 personnes sont sorties vers le logement autonome dont un homme qui occupait un logement en « intermédiation locative » géré par le CHRS ; ce qui a permis de travailler « comment habiter un logement ». 1 personne a été orientée vers un foyer logement avec une dérogation par rapport à l’âge. 3 personnes ont intégré un autre centre d’hébergement d’urgence : pour 2 d’entre elles, cet hébergement fait suite à une fin d’hébergement décidée par l’équipe éducative. La 3ème sortie a été faite vers un CHU de l’Association à la demande de la personne, ce n’était pas un projet travaillé avec l’équipe. 7 personnes (dont 2 femmes avec enfants) sont sorties du CHRS pour des solutions d’hébergement chez des tiers. Pour 4 d’entre elles, ces départs sont intervenus avant un passage en moyen séjour. Pour les 3 autres, ces départs n’ont pas été travaillés avec l’équipe et correspondaient plus à des solutions temporaires. 3 personnes sont sorties sans solutions d’hébergement suite à un départ volontaire, et 2 fins de prise en charge dont l’une a été immédiate, pour la seconde, la personne n’a pas souhaité contacter le 115 pour trouver une solution d’hébergement. 5.2.4 LE PARTENARIAT Parmi les objectifs, évoqués pour l’année 2013, figurait la construction d’un réseau sur le territoire de Versailles concernant la santé mentale. Dans ce cadre, l’équipe a pu rencontrer les travailleurs sociaux des CMP de Versailles ainsi que l’assistante sociale du secteur
  21. 21. Rapport Annuel Exercice 2013 Page 21 (83) psychiatrique de l’hôpital Mignot. Ces rencontres ont permis de proposer un meilleur accompagnement pour les personnes suivies par le secteur. Le CCAS de Versailles et la Boutique Stuart Mill sont des partenaires importants, avec lesquels l’équipe est très en lien pour un accompagnement au plus près des besoins des personnes hébergées. 5.3 PROJETS POUR 2014 ♦ La réécriture du projet d’établissement : la réécriture du projet d’établissement pour 2014 devrait permettre de formaliser le projet de changement de publics s’agissant des hébergements de la Boissière et du CHRS, afin de proposer un cadre plus adapté à l’hébergement des familles. ♦ Humanisation des locaux : travaux de rénovation des sanitaires et de changements de fenêtres sont envisagées. ♦ L’évaluation interne et la préparation de l’évaluation externe ♦ SOLIBAIL : depuis septembre 2013, l’équipe du CHRS participe à l’accompagnement social de ménages dans le cadre de Solibail 5, en lien avec l’Association des Cités du Secours Catholique qui a sollicité l’Hôtel Social Saint Yves, et qui gère la partie gestion locative. Anne-Lise Lelong Directrice d'Etablissement
  22. 22. Rapport Annuel Exercice 2013 Page 22 (83) 6. RAPPORT ACTIVITÉ MANTES LA JOLIE 6.1 INTRODUCTION Notre action au sein du centre de Mantes s’inscrit dans le cadre d’un accueil lié à la prise en charge de 99 hommes répartis en trois modes d’accueil : 1. CHU, 59 places : Je pense que dans le cadre des accueils d’urgence une interrogation se pose sur la notion de durée d’hébergement qui aujourd’hui, à mon sens, ne correspond plus à l’urgence telle que pensée en 1987 (date de création de l’HSSY). En effet, 2013 confirme l’augmentation du nombre de contrats d’engagements passés au titre de la régularisation de situation. 2. CHRS, 30 places : Pour le CHRS seul le sigle et une partie du fonctionnement y correspondent car sa création est due à la mise en place de places de stabilisation. 3. HPVC, 10 places : Suite à la convention de 2006, les places HPVC étaient jusqu’à présent liées au placement d’HOMMES AUTEURS DE VIOLENCE CONJUGALE et via une orientation en direct du TGI de Versailles. Nous avons, en 2013 sur demande de la DDCS, ouvert 3 places à des hommes sortant de prison ayant commis des délits sexuels. Les demandes émanent du SPIP de Versailles. Ceci a eu pour conséquence une diminution de 3 places pour les HPVC habituels au bénéfice de cette population. 6.2 OBJECTIFS 2013 ENONCES DANS LE BILAN 2012 ♦ Réflexion sur une nouvelle organisation suite à l’abandon autour des groupes « animation », « vie quotidienne », « socialisation », « fonctionnement » mis en place par l’ancien chef de service du collectif ; fait via la mise en place d’un coordinateur en février 2013. ♦ Respect du « guide du professionnel » ; fait ; présenté à l’équipe en décembre 2012 pour une application dès 2013. Adressé à chaque salarié via leur adresse mail professionnelle. Outil de référence utilisé à la fois de manière individuelle mais aussi à l’occasion des réunions de fonctionnement et inter-équipe. ♦ Nomination d’un coordinateur pour la gestion service accueil collectif ; fait en février 2013 avec pour principales missions les plannings, les actions quotidiennes des salariés du collectif. D’autre part, il veille à la tenue de PROG DIS ainsi que du PH. ♦ Evaluation du personnel ; le nombre d’arrêts maladie ainsi que les différents mouvements du personnel n’a pas permis d’effectuer dans de bonnes conditions l’évaluation en 2013. ♦ Poursuite du recrutement ; fait via l’embauche nécessaire pour le suivi individualisé d’une éducatrice en janvier 2013, et de deux éducateurs non diplômés en janvier 2013 pour la gestion du collectif. Recrutement d’un cuisinier en septembre 2013. Remplacement de l’homme de maintenance par une société intervenant deux fois par semaine. ♦ Reprise de la confection des repas ; fait via l’intervention du cuisinier qui favorise la participation des hébergés. ♦ Mise en place de 2 baux glissants pour les deux logements autonomes ; reportée en 2014
  23. 23. Rapport Annuel Exercice 2013 Page 23 (83) ♦ Développement du partenariat avec Mantes en Yvelines Habitat et les bailleurs sociaux ; à renouveler en 2014 suite aux difficultés de concertation avec les partenaires. ♦ Poursuite de la mise en place de la pension de famille ; poursuite des démarches qui ont suivi leur cours en 2013. ♦ Concrétisation du document unique afin d’impliquer un maximum de salariés. Cette démarche sera reconduite en 2014 permettant aux derniers arrivés d’être force de proposition. ♦ Mise en place du « rendez-vous santé » fait en décembre 2013. ♦ Aboutissement de la coopération avec Sida-Parole. Poursuite du travail partenarial confirmée en 2013. ♦ Renforcement de la participation des hébergés. Fait à travers la confection des repas, la régularité des conseils d’étage et des CVS ainsi que les activités proposées. 6.3 FONCTIONNEMENT 6.3.1 GENERAL Le secrétariat, par la reprise des communications téléphoniques, a permis de dégager du temps pour l’équipe du collectif. Ceci a eu pour conséquence directe la reprise par le collectif de la mise en place de la restauration des droits auprès des hébergés. Ce poste est une réelle valeur ajoutée au fonctionnement et une aide précieuse à l’organisation administrative. Le fait de ne pas avoir obtenu de places supplémentaires dans le cadre de l’accueil de l’hiver 2013 / 2014 a entrainé une baisse significative de l’accueil de personnes en situation précaire et augmenté par ailleurs les durées d’hébergement. Il est dommage que sur une opération de ce type la DDCS ait fait d’autres choix d’hébergement que celui de Mantes alors que les bilans des 2 années passées faisaient état d’une efficacité : l’orientation chaque année d’hébergés du centre de Mantes sur ADOMA avec la mise en place de baux glissants en fin d’hiver. Les différentes réunions contribuent au fonctionnement du centre au regard du projet associatif et d’établissement. 2013 assoit la régularité des différentes réunions qui concourent au fonctionnement du Centre de Mantes au regard du projet associatif et d’établissement. 6.3.2 COLLECTIF La mise en place d’un coordinateur est un atout majeur pour faciliter le fonctionnement quotidien. A la fois au plus près des salariés et contribuant à la stricte réalisation de la direction à ses tâches propres ; il est un poste clé du centre. Il est à noter que les compétences personnelles du salarié contribuent indéniablement à la réussite de cette mission. Le suivi et la mise en place de référents pour la restauration des droits des personnes hébergées permettent une réponse plus rapide aux besoins des hébergés et apporte une certaine valorisation des salariés. Une partie de leurs demandes de suivis a donc été prise en compte. Toutefois l’hétérogénéité des professionnels du collectif et leur charge quotidienne de travail ne permet pas l’intégralité du suivi individuel. L’embauche du cuisinier en septembre 2013 a permis l’amorce d’économie significative par la confection sur place des repas, leur élaboration ainsi que la gestion précise des quantités nécessaires au jour le jour. La participation active des hébergés est une valeur éducative forte que le Centre a toujours défendue et qui a pu de nouveau être mise en place. Enfin, le savoir-faire propre au cuisinier permet de proposer des repas diversifiés de qualité.
  24. 24. Rapport Annuel Exercice 2013 Page 24 (83) 6.3.3 INDIVIDUEL Là où l’équipe du collectif permet un accompagnement plus adapté aux hébergés en 2013, un arrêt maladie conséquent ainsi que le départ en formation de l’un des salariés n’a pas permis cette année un travail satisfaisant pour les hébergés : Un salarié ne peut en effet à lui seul répondre de manière efficace à l’ensemble des demandes en matière d’accompagnement individualisé. Le remplacement de l’arrêt et l’embauche d’un mi-temps aurait surement permis de minimiser l’absence d’accompagnement de certains hébergés. Néanmoins la durée d’un arrêt et les bilans ne peuvent se faire que dans l’après coup. En tout état de cause, le dispositif du suivi individualisé 2013, conduit à la nécessité d’une réflexion : ♦ soit une augmentation du personnel est financièrement possible et permet de garantir un service de qualité auprès des hébergés ; ♦ soit une mutualisation avec les autres centres de l’association est envisageable et permettrait de maintenir un travail efficient ♦ soit l’ensemble de l’équipe du centre de Mantes serait amené à assurer le suivi global avec la nécessité de binôme pour assurer la complémentarité des savoirs et expériences. 6.4 HEBERGEMENT CHU/CHRS Nous avons, en 2013, accueilli 198 personnes avec une moyenne d’âge de 39 ans : soit 46 personnes de moins qu’en 2012. Statistiques année 2013 Tranches d'âges 18 à 24 8% 25 à 39 48% 40 à 54 35% 55+ 8% Nationalité Française 33,33% U.E 18,18% Hors U.E 48,48% Non précisé 0,00% Durée des séjours < 8 j 6% 8 à 15 j 1% 15 à 30 j 3% 31 à 45 j 5% 46 à 60 j 6% 2 à 3 m 7% 3 à 6 m 18% 6 à 12 m 27% > 12 28%
  25. 25. Rapport Annuel Exercice 2013 Page 25 (83) Couverture sociale Régime général 18,69% Régime général+mutuelle 10,61% Régime général+CMC COMP 8,59% CMU de base 3,54% CMU de base+comp 17,68% AME 20,20% Aucune 15,66% Inconnue 3,54% non précisé 1,52% HPVC 20 personnes ont été orientées dans ce cadre. L’irrégularité de la présence du salarié référent des situations des HPVC sur le Centre n’a pas permis d’accompagner au mieux ces hébergés et de fournir un travail satisfaisant en direction du tribunal. De ce fait, le questionnement ci-dessus mentionné concernant le suivi individualisé se pose ici en d’autres termes : les HPVC doivent-ils relever d’une seule et même personne ? Le travail en binôme par exemple éviterait cet écueil. La mutualisation permettrait quant à elle de garantir la disponibilité des compétences particulières liées à la formation d’éducateur spécialisé (conduite d’entretien, rédaction d’écrit spécifiques). 6.5 ACTIONS 6.5.1 COLLECTIVES Les durées d’hébergement et la loi nous engagent à préserver l’hébergement des personnes jusqu’à la proposition d’une orientation mieux adaptée à leurs problématiques. Dans le cadre du fonctionnement 2013 nous avons dégagé 70 h par mois pour un éducateur afin que des activités soient mises en place. Cette disponibilité a permis de proposer un grand nombre d’activités visant à lutter contre l’oisiveté et répondre à un besoin de socialisation d’un certain nombre d’entre eux. Activités socio- éducatives : ♦ Atelier Théâtre : Un atelier théâtre a eu lieu du 12 septembre au 12 décembre 2013, sur 10 séances dans l’annexe. Cet atelier a permis à une quinzaine d’hébergés de travailler leur mise en situation face à un public et la confiance en soi. ♦ Atelier musique : 8 séances dans l’annexe et au réfectoire ont été proposées. La percussion, la guitare et le chant rap ont été expérimentés. Par la suite une restitution de percussion a été proposée le samedi 9 novembre lors du Concert du Blues sur Seine. Le centre a fait l’acquisition d’un piano (donation d’un particulier à l’Association). Il est en accès libre dans une salle près du bureau des éducateurs. Une réunion au CAC G. Brassens a eu lieu pour un débriefing sur un projet de bénévolat avec l’organisation du festival Contentpourien et 5 hébergés. S’en est suivi un Chantier Bénévolat de 4 à 7h par jour avec 6 hébergés dans le but de la préparation du Festival « Contentpourien » à l’île Aumône de Mantes la Jolie.
  26. 26. Rapport Annuel Exercice 2013 Page 26 (83) Activités Sportives et culturelles : ♦ Activité Foot en Salle (soirée) avec 14 hébergés au gymnase Lécuyer de Mantes la Jolie durant l’année 2013. ♦ Participation de 16 hébergés au tournoi de Badminton à l’Hôtel Social Saint Yves en juin 2013. ♦ Participation de 20 hébergés au tournoi de pétanque à l’Hôtel Social Saint Yves le 14/07/2013 ♦ Participation de 10 hébergés au tournoi de Pétanque organisé par la municipalité de Buchelay. Terrain de Pétanque de Buchelay le 10/08/2013 ♦ Activité canoë kayak avec 9 hébergés à Autheuil Authouillet (27) le 14/08/2013 ♦ Activité téléski nautique (wake board) et pédalo avec 14 hébergés au lac des 2 amants à Lery Poses (27) le 21/08/2013. ♦ Participation de 2 hébergés bénévoles à un projet vidéo avec la mairie de Mantes-la- Ville courant janvier 2013 ♦ Sortie concert de rap en soirée à la salle des fêtes de Limay avec 8 hébergés le 5/04/13 ♦ Sortie concert de rap en soirée au centre culturel G. Brassens avec 12 hébergés le 13/04/13 ♦ Sortie le 31/05/13 concert de rap à la salle Jacques Brel de Mantes-la-Ville avec 5 hébergés, le stand Restauration ayant été tenu par 2 hébergés. ♦ Sortie concert de rap au centre culturel « collectif12 » de Mantes la Jolie avec 12 hébergés le 4/06/13 ♦ Sortie au concert à la collégiale de Mantes la Jolie avec 12 hébergés le 22/11/2103. Concert dans le cadre du festival Blues sur Seine ♦ Sortie spectacle de danse à la salle Jacques Brel de Mantes-la-Ville avec 18 hébergés le 01/06/13 ♦ 2 sorties concert musiques du monde (en soirée) Festival « Contentpourien » à l’île Aumone de Mantes la Jolie avec 6 hébergés les 29 et 30 juin 2013 ♦ Sortie à l’exposition d’un ancien hébergé (J.C) accueilli désormais à l’hôtel Social St Benoit Labre (en journée) à Poissy avec 7 hébergés le 27/06/13 ♦ Sortie du groupe théâtre (15 hébergés) au Collectif de Mantes la Jolie pour voir une pièce de théâtre sur l’immigration et les banlieues le 12/12/2013 ♦ Réveillon de Noël au réfectoire, repas exceptionnel préparé par le cuisinier (bûche de 5 mètres de long) et distribution de cadeaux le lendemain (pulls en polaire). ♦ Réveillon de la Saint Sylvestre au réfectoire, repas de fête avec animation musicale et karaoké proposé par un musicien professionnel. ♦ En parallèle, le Secours Catholique et la communauté chrétienne du Mantois ont accueilli 10 hébergés pour une soirée festive à la salle de l’île Aumône à Mantes la Jolie. ♦ 3 Journées pêche avec 5 hébergés à l’étang de seine et au bassin d’aviron de Mantes la Jolie les 10/05/13, 13/09/13 et 25/09/13 ♦ Une journée à la mer au mois de juillet ; 32 hébergés concernés. Plage de Villers Sur Mer dans le Calvados. ♦ Une journée à la mer au mois d’aout, 32 hébergés, sur la plage de Villers Sur Mer. ♦ 30 places de cinéma CGR ont été distribuées ou vendues aux hébergés (selon leurs ressources) et 120 places de piscine disponibles pour l’Aqualud de Mantes la jolie.
  27. 27. Rapport Annuel Exercice 2013 Page 27 (83) ♦ Organisation du concert du Blues Sur Seine le 9 novembre 2013. Environs 65 hébergés ont participé à l’évènement, 45 hébergés d’autres structures, une dizaine d’anciens hébergés, une vingtaine de partenaires, un groupe de 8 personnes fan de « Little Bob ». 15 personnes extérieures (amis d’hébergés), une quinzaine de salariés. Les 150 convives purent échanger, se rassasier avant de quitter le réfectoire pour assister au concert sous le barnum. 6.5.2 INDIVIDUELLES 6.5.2.1 Santé Il nous semble important de mener un travail en lien avec les partenaires de santé car la population que nous hébergeons nécessite pour plus de 50 % d’entre eux un accompagnement lié à des problèmes de santé divers. Ainsi, l’année 2013 nous a permis d’organiser au sein de l’établissement une rencontre santé destinée aux hébergés avec le CSAPA, la CPAM, le service social de l’hôpital de Mantes-la-Jolie, le CMP, CAP SANTE, le CLAT des Yvelines, SIDA PAROLE, IPT et un dentiste. Parallèlement, cette dernière confirme et renforce l’idée du maintien des permanences qui sont pour 2013 : a) CPAM La conseillère solidarité est présente tous les premiers jeudi du mois. MOIS PERSONNES ORIENTEES DOSSIERS TRAITES PERSONNES PAR ELLES MEME PERSONNES RECUES CMUB CMUC AME ACS AIDE FINAN- CIERE AFFIL IJ Janvier 10 7 14 0 4 4 0 0 2 0 Février 9 5 12 2 5 4 2 0 1 0 Mars 5 3 7 1 3 3 0 0 0 0 Avril Mai 10 4 12 0 5 3 0 0 2 0 Juin 8 5 12 0 1 3 1 0 1 0 Juillet 9 2 11 0 5 2 0 1 0 0 Août 9 5 12 1 2 4 0 0 3 0 Septembre 12 11 11 0 3 3 0 0 1 0 Octobre 0 4 4 0 2 1 0 0 0 0 Novembre 8 5 8 1 2 2 0 0 0 1 Décembre 0 1 1 0 0 0 0 0 0 0 FORUM 0 15 15 0 3 2 0 0 0 0 TOTAUX 80 67 119 5 35 31 3 1 8 1 2 rdv le 01/02/2013 1 pour AME et 1 CMUB et CMUC 1 rdv le 19/02 1 CMUC Au total, 129 personnes ont été reçues par la permanence de la CPAM sur 147 orientations en 2013. b) CSAPA La permanence propose l’intervention, le dernier vendredi du mois, d’une Psychologue qui a été remplacée en fin d’année et d’une assistante sociale. Cette consultation animée par une psychologue et une assistante sociale de l’antenne a vu sa création tout d’abord sur les questions autour de l’alcool, évoluer vers une approche plus globale des addictions.
  28. 28. Rapport Annuel Exercice 2013 Page 28 (83) Ce temps de parole et d’écoute des usagers du foyer s’est déroulé une fois par mois en demi-journée sur 11 mois. 21 hébergés ont été comptabilisés sur cette activité, 8 d’entre eux étaient déjà connus de la permanence et 13 nouveaux contacts ont été réalisés. Parmi ces derniers, 6 ont initié une démarche de soins dont 5 sont entrés en contact avec le CSAPA. 37 entretiens ont été réalisés par les professionnelles. Les hébergés peuvent venir à la permanence à leur demande ou en étant accompagnés par un éducateur référent avec lequel un temps d’échange a toujours été privilégié. Il reste donc nécessaire de travailler en collaboration avec les membres de l’équipe autour des problématiques addictives, favoriser des temps de rencontre et d’échange en particulier sur « des situations de crise », parfois même dans le quotidien où pour certains l’évolution de certaines situations parait bien incertaine. c) CMP La permanence propose l’intervention du même infirmier de psychiatrie depuis plus de 2 ans ainsi qu’un médecin psychiatre le premier lundi du mois. 36 hébergés ont pu être reçu, soit près d’un tiers de la capacité d’accueils du centre. 6.5.2.2 Logement a) ADOMA Ont été orientées vers ce dispositif, 30 personnes pour la période du 01/01/13 au 31/03/13 Dans ce cadre 27 hébergés ont bénéficié d’un bail glissant. Ce qui témoigne une nouvelle fois de la pertinence et de la nécessité de ce précieux partenariat. b) Pension de famille L’attente de la délivrance de l’agrément ne permet pas de faire un bilan complet de ce dispositif. 6.5.2.3 Emploi En 2013 nous avons pu développer le partenariat avec le pôle emploi qui doit déboucher sur la mise en place d’une convention de partenariat au premier semestre 2014. 6.5.2.4 Régularisation Voir rapport SAMBA. 6.5.2.5 Les outils La finalisation du guide du professionnel a permis une stabilisation du travail de l’équipe en donnant un sens à leur travail et une précision des modes de fonctionnement.
  29. 29. Rapport Annuel Exercice 2013 Page 29 (83) 6.6 CONCLUSION Les hébergés ont pu manifester, entre autres par le biais de l’enquête de satisfaction, l’amélioration des conditions d’hébergement (dont l’hygiène et l’alimentation) et les différentes propositions d’animations. Il est à noter la diminution de maladies courantes (grippes, troubles intestinaux…). Les troubles psychiques, en revanche, se maintiennent. L’année 2013 a été marquée par une nouvelle dynamique de travail par la mise en place du guide du professionnel, le poste de coordinateur, la diversité des activités proposées et l’arrivée de nouveaux professionnels sur le centre. La continuité de la présence de la secrétaire garantit, au-delà de ses différentes missions, la traçabilité du travail fait sur le Centre de Mantes. Néanmoins des difficultés importantes sont à souligner; notamment concernant le dispositif du suivi individualisé. 6.7 PERSPECTIVES 2014 ♦ Agrément pension de famille et organisation qui va avec ce nouveau dispositif mis à la disposition des hébergés de Saint-Yves ♦ Utilisation du piano ♦ Evaluation du personnel ♦ RDV TGI ♦ Réflexion durée/urgence…PROJET D’ETABLISSEMENT ♦ RDV SANTE d’envergure plus importante que précédemment ♦ Permanence et intervention SIDA PAROLE ♦ Document unique médecine du travail ♦ Bailleurs sociaux à rencontrer ♦ REPRISE DU GROUPE DE PILOTAGE Jacky Vaulry Directeur d’Etablissement
  30. 30. Rapport Annuel Exercice 2013 Page 30 (83) 7. RAPPORT D’ACTIVITE MORTEMETS 1 - Rappel des orientations pour l’année 2013 ♦ Préparer l’établissement pour l’évaluation interne en fin 2013. ♦ Continuer la mise à l’abri anonyme et sans condition, répondre aux besoins du public. ♦ Terminer les travaux de rénovation de l’établissement. ♦ Maintenir l’esprit collectif. ♦ Maitriser les dépenses. 2 - Activité de l’année ♦ Quelques chiffres clefs ; Nb de personnes hébergées, présences, sorties, durées de séjours. ♦ Typologie du public ; Stabilisation/Urgence. 3 - Perspectives pour l’année 2014 ♦ Les locaux, l’équipe, équilibre budgétaire. 7.1 RAPPEL DES ORIENTATIONS : ♦ Préparer l’établissement pour l’évaluation interne en fin 2013 : En effet, durant cette année, une partie du travail consistait à rappeler à l’équipe les différents éléments qui la concernent directement pour l’évaluation interne. Il s’agit du respect de règles élémentaires selon la loi de rénovation sociale 2002.2 du 2/02 relative aux droits des usagers. C'est-à-dire l’existante et la remise aux résidents d’un certain nombre de documents comme le livret d’accueil, le règlement de fonctionnement, le contrat de séjour, la charte des droits et libertés individuelles… Et bien sûr également du droit au respect et à la dignité, c’est donc de les décliner dans la structure au travers des actes du quotidien. Une autre partie du travail consiste à recueillir, par le biais des réunions ainsi que des enquêtes de satisfaction, l’avis des résidents afin de constater l’évolution de leur ressenti. J’en ai effectué deux durant l’année et le responsable de la mission transversale de l’HSSY en a effectué deux également ; les résultats seront communiqués dans un rapport. ♦ Continuer la mise à l’abri anonyme et sans condition, répondre aux besoins du public. La mise à l’abri anonyme et sans condition est la base du premier accueil ; ensuite, après le premier passage du résident dans la structure, un historique est établi. Il va de soi que, s’il y a eu un arrêt d’hébergement pour violence grave envers l’équipe ou un résident, la structure va refuser l’admission ou le retour dans les 15 jours. Ainsi, les admissions pour les places de stabilisation s’effectuent sous certaines procédures que j’expliquerai en point 2. Dans l’ensemble, pour les places d’urgence, nous avons accepté la totalité des orientations 115 à l’exception de 3 personnes (elles avaient déjà séjourné dans la structure et manifesté de la violence grave à plusieurs reprises). La demande du public cette année a été moindre par rapport à celles des autres années ; les demandes principales restent la possibilité d’effectuer le Ramadan dans de bonnes conditions, c'est-à-dire disposer d’un réfrigérateur pour les aliments du ramadan, et d’un grand réchaud pour les soupes…
  31. 31. Rapport Annuel Exercice 2013 Page 31 (83) Les fêtes de l’Aïd, Noël ainsi que le jour de l’An ont aussi eu leurs réclamations comme à l’accoutumée, et enfin les ultimes demandes restent et demeurent, par exemple les changements de chambres à cause des cohabitations difficiles. ♦ Terminer les travaux de rénovation de l’établissement Pour mémoire, le bâtiment appartenait à l’armée et a été rénové en fin 2003, soit une durée de 10 ans jusqu’à ce jour. Durant ces années, nous avons du refaire les blocs sanitaires et douches 2 fois (moisissures, trous dans les murs, fuites importantes voire cascades, le plafond du RCS sous les blocs sanitaires était étayé), ceci occasionnant des coûts supplémentaires, ainsi que des désagréments pour les résidents durant les périodes de travaux. Systématiquement, après expertise au niveau des assurances (dommage/ouvrage), il s’est avéré qu’il s’agissait d’une non adaptation des matériaux, travaux, voire même de la conception pour un centre d’hébergement de 65 personnes et de son utilisation. Les blocs sanitaires et douches ont été rénovés pour la 3ème fois en 2013 avec un financement de l’ANAH, et après un mois de livraison et de mise en service fin octobre 2013, des moisissures sont déjà apparues. A la fin de l’année 2013, les murs et plafonds d’un bloc sanitaire sont complètement moisis, des travaux seront reconduits pour 2014 pour le bien-être des résidents. Dans la même période (octobre 2013), nous avons eu la 3ème commission de sécurité depuis l’ouverture de la structure, et après différents travaux effectués incombant au bailleur et à l’exploitant (HSSY), nous avons eu un avis favorable pour continuer l’exploitation de notre cœur de métier. Néanmoins, nous devons lever rapidement quelques points de réserves qui dépendent de notre bailleur (différents contrôles, rapports de sécurité que le bailleur doit faire parvenir à la commission de sécurité…). Enfin, les résidents ont effectué des travaux de peinture dans leurs chambres ainsi que dans les parties communes afin de redonner des espaces de vie propres et conviviaux. Il en va de même pour les extérieurs ainsi que pour les espaces verts ; ce sont les résidents qui s’en occupent avec l’appui d’un membre de l’équipe. ♦ Maintenir l’esprit collectif ; Ce terme d’esprit collectif n’a de sens que s’il est appliqué en amont, c'est-à-dire entre les salariés ; il se déclinera ensuite avec les résidents. Dans l’ensemble, l’équipe est disponible pour la structure ainsi que pour les résidents. Lors de congés (maternités, maladies), ces absences ne sont pas remplacées car les salariés se relaient directement dans l’heure. Pour l’année 2013, sur 12 salariés, seul un arrêt de travail de 4 jours a été constaté, et la direction insiste pour que les salariés soldent leurs congés payés de l’année. Cet esprit se retrouve auprès des résidents : toujours disponibles pour effectuer les différentes tâches d’entretien de la structure. L’entraide est toujours présente envers les plus vulnérables ou les nouveaux arrivants. On veille au respect et à la tolérance de chaque personne, et cela fonctionne plutôt convenablement. ♦ Maitriser les dépenses Depuis trois ans déjà, nous travaillons afin de réduire les différents coûts ; pour cette année il n’y plus beaucoup de marge de manœuvre ; la société pour le portage repas sera remplacée par un groupement de fournisseurs afin de diminuer d’ ¼ le coût des repas. Pour exemple, les meubles (armoires, literies) ont dix ans d’existence, et ne sont remplacés que partiellement.
  32. 32. Rapport Annuel Exercice 2013 Page 32 (83) 7.2 ACTIVITE DE L’ANNEE 7.2.1 RAPPEL Fonctionnement des places : Stabilisation/Urgence. Quelques chiffres clefs ; Nombre de personnes hébergées, projets des personnes présentes, sorties, durées de séjours. Il convient de rappeler les deux modes de fonctionnement en vigueur dans l’établissement. Cette information n’avait pas d’importance jusqu’à fin 2011 ; depuis la mise en place du SIAO les admissions sont bien distinctes. Ainsi, il y a 32 places de STABILISATION sous statut CHRS, les admissions sont effectuées par le SIAO ; la structure reçoit 3 candidatures avec les rapports sociaux des personnes. Il s’agit en général de personnes très désocialisées, cumulant différentes problématiques, et en 2013 beaucoup de situations difficiles ont été reçues, même si la rotation ne s’effectue que sur 4 ou 5 places, la priorité est octroyée aux personnes qui ont reçu un avis favorable à la commission DAHO. Pour l’autre moitié des places, il y a 33 places d’URGENCE sous statut CHU, sans condition d’admission. Les personnes envoyées sur ces places sont en majorité en situation de régularisation et pour l’année 2013, le phénomène s’est accentué. En effet, peu de centres sur le 78 acceptent ces situations dans la crainte de voir les places bloquées sur une longue durée. La rotation sur ces places est faible, dans la mesure où une demande de régularisation est longue ; ensuite le travail est axé sur la recherche d’emploi et de logement. Nous avons hébergé 103 personnes cette année contre 107 en 2012, nous avons accueilli 40 nouvelles personnes : 6 en situation de régularisation administrative, 21 cumulant diverses problématiques (troubles psychologiques, addictions, problèmes de santé), 13 en situation d’emploi. 7.2.2 PROJETS DES PERSONNES PRESENTES AU 31/12/2013 Nombre de personnes Difficultés Projets 17 Attente réponses préfecture Régularisation administrative 21 Cumul de problématiques Santé, mise en place projet, recherche de logements adaptés 8 En recherche d’emploi Emploi, 19 En situation d’emploi et en attente de logement Recherche, et en attente de logement Total : 65 Dans l’hébergement, environ 1/3 des personnes est en situation de régularisation, 1/3 en situation de cumul de problématiques et donc en recherche de stabilisation et de mise en place d’un projet, et 1/3 en situation d’emploi pouvant accéder à plus long terme au logement. Les personnes qui travaillent sont réparties entre les places de stabilisation et l’urgence. Ces répartitions sont quasi identiques à celles de l’année 2012. Il est à noter que, sur la fin
  33. 33. Rapport Annuel Exercice 2013 Page 33 (83) de l’année 2013, on constate une accentuation de l’envoi par le SIAO de personnes en situation de régularisation. 7.2.3 SITUATION DES PERSONNES EN SORTIES A l’entrée : 103 A la sortie : 40 Nombre % Nombre % Logement : Parc social 9 8.74 11 27.5 Logement : Parc privé 1 0.97 Hébergement Famille – Amis 12 11.65 5 12.5 Centre d’hébergement et de réinsertion sociale (CHRS) 18 17.48 2 5 Centre d’hébergement d’urgence 21 20.39 1 2.5 Hôtel 4 3.88 Squat, rue 17 16.50 1 2.5 Caravane 1 0.97 Sans solution connue 14 13.59 12 30 Autres, prison, cure, hôpital 6 5.83 4 10 Arrêt d’hébergement 4 10 Sur 40 personnes sorties, 11 sont en logement autonome, contre 6 sur 42 en 2012, et ceci en raison du dossier DALO pour 5 situations, et CAP LOGY pour 5 situations, et 1 personne en résidence sociale. Les personnes sorties volontairement “sans solution connue“ sont en général des personnes en stabilisation, souvent du fait de la cohabitation difficile dans de petites chambres. Les sorties, cures, prison et arrêt d’hébergement relèvent également de la stabilisation. 7.2.4 DUREES DE SEJOURS ♦ Personnes présentes au 31/12/2013 : 65 ♦ 15j < à 3 mois 7 personnes ♦ 3 mois < 6 mois 8 personnes ♦ 6 mois < 1 an 9 personnes ♦ 1 an < 2 ans 15 personnes ♦ 2 ans < 3 ans 9 personnes ♦ 3 ans < 4 ans 5 personnes ♦ 4 ans < 5 ans 8 personnes ♦ 5 ans < 6 ans 4 personnes Il est intéressant de faire apparaître les durées de séjours des personnes à leur arrivée et non sur l’année 2013, on constate alors que les durées peuvent être très longues. Pour mémoire, la circulaire du 7 mars 2007 « principe de continuité », oblige les établissements à trouver une solution adaptée à chaque résident, autre que l’hôtel, ou un autre centre d’hébergement. Les raisons éventuelles évoquées pour mettre fin à l’hébergement sont : refus aux entretiens, refus d’une solution adaptée, ou manifestation de violence grave.
  34. 34. Rapport Annuel Exercice 2013 Page 34 (83) Depuis la promulgation de cette loi, nous avons 4 personnes (depuis 5 à 6 ans) qui en bénéficient ; il s’agit principalement de personnes en situation de régularisation. ♦ personnes sorties au 31/12/2013 : 40 1j < à 15 j 4 personnes 1 mois < 3 mois 7 personnes 3 mois < 6 mois 2 personnes 6 mois < 1 ans 8 personnes 1 ans < 2 ans 10 personnes 2 ans < 3 ans 1 personnes 3 ans < 4 ans 2 personnes 4 ans < 5 ans 2 personnes 5 ans < 6 ans 4 personnes Concernant les durées de séjours des personnes sorties en 2013, c’est le même constat (durée du séjour) que pour les personnes présentes ; il est à noter, que pour les 10 durées les plus longues, 8 concernent l’hébergement d’urgence avec 6 sorties vers le logement, et 2 pour l’hébergement de stabilisation ; 1 hospitalisation et 1 sans solution. 7.3 CONCLUSION Dans l’ensemble, les soucis rencontrés cette année 2013, sont au niveau du bâtiment (travaux, maintenance..), ainsi que des résidents qui restent de plus en plus longtemps, avec une « installation naturelle » dans la structure. De même ils prennent des habitudes, connaissent tous les rouages du social et institutions. Parfois les situations évoluent dans le bon sens et les résidents évoluent positivement avec la structure jusqu’au projet final qui est le logement, ou bien ils peuvent développer une agressivité envers le centre d’hébergement qui représente l’administration. Il est d’autant plus important que les partenaires contactent la structure comme cela a été le cas de nombreuses fois cette année, afin de faire le point sur les situations des résidents et de connaitre le fonctionnement du centre. Nous avons eu également la visite de la DDCS afin de voir le fonctionnement du centre ainsi que de rencontrer certains résidents ; de plus un administrateur est chargé de recueillir la parole des résidents au travers des enquêtes de satisfaction. L’équipe a su faire face, aux difficultés du métier en essayant de répondre au besoin du public malgré certaines situations très complexes de certains résidents. Il nous reste pour l’année 2014 à terminer les travaux dans la structure, (bloc sanitaire et douche) et à continuer la peinture dans certaines chambres ; il est important de maintenir l’aspect général correct, fonctionnel, on y gagne en convivialité, sans pour autant faire des dépenses excessives. Un membre de l’équipe doit prendre sa retraite en 2014 ; il s’agira donc de réorganiser les suivis, le poste n’étant pas remplacé afin de diminuer les coûts de fonctionnement. Avec le changement de fournisseur pour les portages repas, des économies pourront êtres également effectuées. Il s’agit donc pour cette année à venir d’optimiser toutes les ressources de la structure, et de continuer la bonne prise en charge des résidents. Rollando DANIEL Directeur d’établissement
  35. 35. Rapport Annuel Exercice 2013 Page 35 (83) 8. RAPPORT D’ACTIVITÉ TRAPPES LA BOISSIERE 8.1 LE CHU LA BOISSIERE 8.1.1 PRESENTATION DE LA STRUCTURE Ancienne maison de retraite, cette maison, du quartier La Boissière, est ouverte depuis 2003, en tant que centre hébergement d’urgence pour femmes en 24 heures sur 24. Elle offre un accueil et un hébergement dans un cadre permettant aux personnes de se poser, de se ressourcer avant de s’inscrire dans un processus d’insertion. A cet effet, les missions principales du centre ont été et sont les suivantes : ♦ La mise à l’abri ♦ L’accueil et l’hébergement ♦ L’accompagnement global individualisé ♦ Le soutien à la vie quotidienne ♦ Le soutien à l’insertion sociale et professionnelle ♦ L’aide à la recherche de logement/hébergement 8.1.2 FONCTIONNEMENT Avec la mise en place du SIAO, les équipes ont accueilli dans l’immédiateté et sans condition toute personne qui se retrouverait sans solution d’hébergement. 2013 a été l’occasion de pérenniser, à l’année, les deux places d’extrême urgence de plan grand froid. En effet, Le Premier Ministre avait annoncé, le 17 octobre 2012, l’élaboration dans chaque département d’un projet territorial de sortie de l’hiver (PTSH), élaboré dans le cadre d’une concertation associant services de l’Etat, collectivités territoriales, associations et bailleurs, et destiné à constituer une première étape pour sortir d’une gestion uniquement saisonnière de l’hébergement d’urgence. De ce fait, le centre La Boissière a transformé la chambre d’accueil d’extrême urgence en chambre double d’urgence. Les personnes accueillies peuvent bénéficier d’une certaine intimité dans des chambres n’excédant pas 3 lits. D’une capacité de 21 lits, aujourd’hui, l’établissement est composé de 10 chambres dont 9 chambres doubles et 1 chambre triple réparties sur 3 niveaux. Les 2 chambres du RDC ne bénéficient pas de sanitaires à l’intérieur de la chambre, et partagent une salle de douche et un WC. Au RDC se trouvent ces deux dernières chambres, une cuisine collective ainsi qu’un salon/salle à manger. Au 1er étage, nous trouvons le bureau des éducateurs, un second bureau pour les entretiens individuels, et 3 chambres. Au 2ème étage, se trouvent les 5 chambres restantes. Le Centre d’hébergement La Boissière est doté de deux terrasses et d’un jardin. Depuis la mise en place du PTSH, le centre La Boissière propose les 2 modalités d’hébergement du projet d’établissement: ♦ L’hébergement en Urgence, dont le triple objectif est de stabiliser la personne, de s’assurer que l’accès à ses droits sociaux (santé, ressources financières, logement, administratif) lui soit connu, et d’élaborer avec son référent social un projet individualisé, ♦ L’hébergement en Moyen Séjour, dont l’objectif est d’accompagner la personne dans son projet individuel, afin de lui permettre d’accéder à un logement adapté à sa situation. Au cours de l’année 2013, le centre d’hébergement La Boissière a accueilli 55 femmes seules, soit 7058 nuitées. Parmi celles-ci, 23 (42%) étaient déjà présentes en 2012 et 32 (58%) ont été orientées pour la première fois.
  36. 36. Rapport Annuel Exercice 2013 Page 36 (83) 8.1.3 PUBLIC Le centre d’hébergement d’urgence la Boissière accueille uniquement des femmes seules quels que soient leur parcours et leur problématique. Sur les 32 jeunes femmes accueillies en 2013, 88% ont été orientées par le SIAO urgence, 6% par un service hospitalier, 3% par les CCAS, et 3% par un territoire d’action. 50% de la population accueillie sur l’année 2013 avaient entre 26 et 45 ans. Contrairement à l’année passée, le nombre de jeunes de 18 à 25 ans a fortement diminué. 8.1.4 L’EQUIPE Afin de pouvoir accompagner au mieux les personnes hébergées, et eu égard au nombre de personnes accueillies, l’établissement s’est doté de moyens humains importants ; à savoir : ♦ 1 directeur d’établissement ♦ 1 chef de service ♦ 6 éducateurs/travailleurs sociaux ♦ 2 animateurs La fonction et les principales missions des différents intervenants du centre La Boissière : Les animateurs et éducateurs veillent à la sécurité, la tranquillité, la bonne hygiène et le bien être des personnes accueillies. Dans le cadre du projet d’établissement du centre, ils encouragent les personnes à effectuer leurs démarches. Les permanences de travailleurs sociaux sont présentes depuis 2011. Chaque éducateur est ainsi chargé de la mise en œuvre de toutes les actions favorisant l’insertion sociale et l’accompagnement des personnes hébergées en fonction de leur projet individuel. 8.2 L’ACCOMPAGNEMENT 8.2.1 LA RESTAURATION DES DROITS La restauration des droits s’effectue majoritairement lors de l’accueil dit d’urgence. 22 personnes accueillies en 2013 ont signé un contrat de séjour pendant la période d’urgence (soit 70%). Les 10 personnes accueillies en urgence, qui n’ont pas signé ce contrat de séjour, ont quitté la structure d’elles-mêmes dans les 15 jours suivant leur arrivée. L’accès aux droits a, comme chaque année, renvoyé aux domaines très variés tels que la régularisation administrative, la domiciliation, la couverture médicale, les consultations juridiques, la mise en place d’un titre de transport. Les interventions des éducateurs et animateurs ont visé à informer les personnes, à les accompagner dans l’initiation et dans l’ouverture de leurs droits, à faire progresser des dossiers dans leur aboutissement, à solliciter différents dispositifs pour obtenir des documents nécessaires à la constitution de certains dossiers. Ces démarches constituent un préalable indispensable à tout projet vers l’autonomie et s’accomplissent le plus souvent dans la durée. Ainsi, concernant les 32 entrées sur l’année 2013 : ♦ 66% d’entre elles bénéficiaient d’un suivi social ♦ 31% avaient un document d’identité (Passeport, carte d’identité). 11% étaient régularisées et 19% en voie de régularisation. 34% ne bénéficiaient d’aucun document d’identité. Pour une personne accueillie, cette information est inconnue. ♦ En ce qui concerne leur couverture santé, 22% bénéficiaient de l’Aide médicale d’état, 34% de la Couverture maladie universelle, 3% du régime général mais sans mutuelle et enfin 38% n’avaient aucune couverture de santé
  37. 37. Rapport Annuel Exercice 2013 Page 37 (83) ♦ Seuls 38% des femmes accueillies avaient la possibilité de déposer une demande de logement nationale ; et 15% avait accompli cette démarche avant l’entrée à La Boissière. ♦ 63% de la population accueillie en 2013 n’avaient pas de ressources à l’entrée sur la structure. Les ressources connues variaient entre les salaires (6%), l’allocation adulte handicapée (6%), le revenu solidarité actif RSA (16%), la formation rémunérée (3%) l’aide temporaire d’attente – ATA (6%). Comme chaque année, la prégnance de la problématique santé dans le cadre de l’accompagnement a témoigné au cours de ces quelques mois d’un état de santé physique et psychique précaire chez la plupart des personnes accueillies. Le travail social a eu pour objectif de soutenir ces personnes dans leur parcours de soins et de solliciter des dispositifs susceptibles de leur proposer des réponses adaptées à leurs problématiques médico‐ sociales. 8.2.2 LE PROJET INDIVIDUALISE Le projet individualisé est concrétisé avec la personne accueillie lors du contrat moyen séjour. Tout au long de la durée d’hébergement, le contrat moyen séjour doit servir de fil conducteur, et permettre d’évaluer l’avancée du projet de la personne accueillie. Le contrat de séjour signé par la famille et la Direction est l’expression des engagements pris par la personne vis-à‐vis de l’association, tout en permettant à des personnes en situation de précarité un séjour souple, adapté à leur problématique. Dans le courant de l’année 2013, une réflexion a amené l’équipe éducative à prolonger le contrat moyen séjour à 3 mois, en mettant en place un point à mi-parcours. En effet, pour certaines femmes accueillies sur la structure La Boissière, le délai de deux mois ne leur permettait pas de mettre en place leur projet. Par ailleurs, cette durée ne permettait pas non plus de faire un point à mi-parcours sur les démarches engagées, d’évaluer les difficultés rencontrées, le délai d’un mois étant trop court. Ainsi, au cours de l’année 2013, 23 personnes ont pu bénéficier d’un contrat moyen séjour. Pour 10 d’entre elles, il s’agissait d’un renouvellement de contrat. Pour 13, il s’agissait d’une nouvelle prise en charge, dont 3, faute de référent social extérieur, l’ont signé uniquement avec l’équipe éducative. L’accompagnement proposé, en 2013, a été axé autour des problématiques : ♦ De régularisation pour 10, ♦ De santé pour 6 d’entre elles, ♦ D’insertion professionnelle pour 7 d’entre elles. Comme pour les années passées, en 2013, la problématique du logement était systématiquement couplée à une autre problématique, ce qui inscrit la personne dans une prise en charge plus complexe et plus longue. 8.2.3 LES SORTIES 34 personnes ont quitté La Boissière dans le courant de l’année 2013. Dont 21% dans les 15 jours suivant leur accueil par un départ volontaire et 29% avant le passage en moyen séjour. Parmi celles-ci, 9% ont pu accéder à un logement autonome en HLM (dont 3% par le biais de DALO), 9% ont intégré un CHRS1 , 6% ont intégré un CADA2 , 6% ont accédé au logement dit « passerelle », 3% sont allé en résidence sociale, 6% ont quitté La Boissière pour entrer à l’Hôpital, 26% ont trouvé une solution auprès d’un Tiers lors d’un départ d’elles-mêmes de la structure, 20% ont quitté la structure sans solution connue. 1 Centre d’hébergement et de réinsertion sociale 2 Centre d’accueil pour les demandeurs d’asile
  38. 38. Rapport Annuel Exercice 2013 Page 38 (83) Seules 3 personnes ont quitté la structure sans documents d’identité connus. 2 d’entre-elles n’ont séjourné qu’une nuit ; une a entamé des démarches mais a quitté la structure avant d’obtenir ses documents. Le graphique ci-contre met en avant une majorité de personnes sans ressources. Ceci s’explique notamment par la sortie de personnes en attente de régularisation ayant obtenu un récépissé sans autorisation de travail sur le territoire français. La présence de plus en plus importante de personnes souffrant de troubles relevant de la santé mentale rend difficile, voire impossible toute orientation, faute de structures adaptées à leurs pathologies. Au‐delà du travail effectué en partenariat avec le réseau Santé mentale et l’équipe mobile d’intervention de crise, il conviendra en 2014 de chiffrer précisément le nombre de personnes qui seraient concernées par cette situation. 8.2.4 LE PARTENARIAT L’accompagnement proposé sur la Boissière correspond à une prise en charge globale de la personne et de ses problématiques: de régularisation, de santé, d’insertion professionnelle, de socialisation, de logement… En plus des partenaires traditionnels impliqués dans le suivi social et en plus du réseau visant à faciliter les démarches des personnes en vue de l’accès ou la restauration de leurs droits sociaux, la Boissière entretient des relations particulières avec le Réseau Santé Mentale, le CMP3 de Trappes, le groupe ERIC4 , l’hôpital Charcot, PGAS5 , la boutique Stuart Mill,… Cette collaboration est essentielle car elle permet de faciliter l’accès aux droits et aux soins des usagers Le centre La Boissière s’est inscrit depuis longtemps dans les différents dispositifs du secteur social en cherchant à développer un partenariat pertinent et efficace avec l’ensemble des acteurs. Les éducateurs réalisent un accompagnement social global pour l’ensemble des personnes accueillies. Ils apportent un soutien important pour la restauration des droits et la concrétisation des projets individualisés tout au long de l’hébergement. Ils répondent à toute demande des hébergées et apportent un ensemble d’informations et d’explications sur le fonctionnement de diverses structures administratives. Toutefois, il apparait un réseau fragilisé du fait de la mise en place du SIAO sur le département, n’offrant plus de ce fait des rencontres entre partenaires en vue d’une orientation. Bien que le SIAO centralise les demandes, il est important que nous reprenions, en 2014, les rencontres régulières, avec les hébergées, avec les différentes structures qui sont présentes sur le département. Ceci permettra notamment que la personne accueillie puisse voir concrètement le dispositif, et de meilleures préconisations d’orientation. 3 Centre médico-psychologique 4 Equipe rapide d’intervention de crise 5 Pole de garantie d’accès aux soins

×