1
LA COMMUNICATION NUMÉRIQUE
DANS LE DOMAINE
DE LA SANTÉ PUBLIQUE
L’EXEMPLE DU
« PASS SANTÉ JEUNES »
DE LA RÉGION BOURGOGN...
2
CONTEXTE
 Massification des usages d'Internet.
 Succès de sites Web sur la santé tel Doctissimo.
 Volonté des institu...
3
PLAN
1. Le dispositif Pass Santé Jeunes
2. Objectifs, publics et méthodes
3. Analyse statistique
4. Apport des études de...
4
1. Le dispositif Pass Santé Jeunes
5
LES COMITÉS TERRITORIAUX
 Comités territoriaux de formation / sensibilisation :
– conception des actions ;
– mobilisati...
6
LES ACTIONS
 Formation : donner une expertise à des jeunes
« relais » ; favoriser la formation par les pairs.
 Prévent...
7
4
DIFFICULTÉS RENCONTRÉES
 Réappropriation des technologies.
Ex. : les associations sportives n’ont pas de
support info...
8
LE SITE WEB PASS
SANTÉ JEUNES
BOURGOGNE (PSJ)
Objectifs
1. Rendre les jeunes (8-18 ans) acteurs
de leur santé.
2. Mobili...
9
2. Objectifs, publics et méthodes
10
OBJECTIFS SCIENTIFIQUES
 Observer, identifier et qualifier les usages.
 Cerner les pratiques et les attentes des
publ...
11
4
PUBLICS ET MÉTHODES
 Analyse des données quantitatives collectées
via Google Analytics.
 Deux expérimentations de t...
12
3. Analyse statistique
13
AUDIENCE
5
Nombre de sessions (moyenne mensuelle)
Nombre de pages vues (moyenne mensuelle)
2014 : baisse de l'audience ...
14
Par jour de la semaine
Nombre moyen de sessions du 01/01 au 08/12
87%
13%
Accès en journée (8h / 18h30)
Accès en soirée...
15
8-12 13-15 16-18 Adultes
Manger-bouger 389 Amour sexualité 487 Amour sexualité 379 Amour sexualité 371
Amour sexualité ...
16
Moteurs de recherche
60%
Accès direct
16%
Sites référents
23%
RSN
1%
• Période du 01/01/2014 au 8/12/2014
Prédominance ...
17
4. Apport des études de terrain
18
PRATIQUES INFORMATIONNELLES
 76 % des élèves n’ont jamais mené de recherche
d’information de santé sur le Web, voire n...
19
 Contenus : perçus comme sérieux et fiables
(lorsqu'ils sont vus).
 Infographies, vidéos et jeux sont très appréciés
...
20
 Le site PSJ est jugé positivement par les élèves, « bien
fait », « moderne »…
 Les catégories paraissent claires alo...
21
 Sur-évaluation de la culture numérique des ados ?
Pas de prise en compte des conditions de
l'établissement, matériell...
22
5. Limites et perspectives
23
 Nombreuses limites à l'analyse
statistique (profils indisponibles, IP unique dans
les EPI...).
 D'où la nécessité d'...
24
 Community management et réseaux sociaux :
– favoriser des « liaisons affectives », la
réappropriation et l'autonomie ...
25
Conclusion
26
CONCLUSION
 Le site PSJ est très majoritairement utilisé dans le
cadre d’actions prescrites de prévention aux dépends
...
27
MERCI POUR VOTRE ÉCOUTE
14
28
ANNEXES
14
29
AUDIENCE - COMPLÉMENTS
15
Du 01/01/2014 au 31/12/2014 en moyenne 35,49
sessions et 31,87 utilisateurs par jour.
En subd...
30
Période du 01/01 au 04/07
Audience quotidienne
Audience hebdomadaire
Vacances scolaires 16
31
Période du 01/09 au 08/12
Audience quotidienne
Audience hebdomadaire
Vacances scolaires 17
32
LES PAGES « TERRITOIRES »
0
20
40
60
80
100
120 112
32
91
43
Nombre de pages vues – Période du 01/09 au 08/12/2014 18
33
Par nature le dispositif PSJ pose des limites à la portée
des statistiques de fréquentation du site web :
 de nombreux...
34
SOURCES DE TRAFIC : SITES
« RÉFÉRENTS »
20
1. Google images (1200)
2. ars.bourgogne.sante.fr (295)
3. semalt.semalt.com...
35
FOCUS SUR LES REQUÊTES
UTILISATEURS
 Parmi les 676 requêtes connues ayant été
formulées depuis le 01/01/2014 :
 198 v...
36
QUESTIONNAIRES TERRAIN
22
 Accès à internet:
 100% depuis leur domicile (tous dispositifs confondus) ;
 67% depuis l...
37
QUESTIONNAIRES TERRAIN
23
 Parmi les collégiens n’ayant jamais cherché
d’information de santé sur le web :
 75 % n’on...
38
QUESTIONNAIRES TERRAIN
24
 17 % déclarent avoir déjà été exposés à des messages
de prévention lors de leur navigation....
39
25
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Communication numérique et santé publique : l’exemple du « Pass Santé Jeunes » de la région Bourgogne

356 vues

Publié le

Colloque international GRESEC « la communication numérique au cœur des sociétés »
Echirolles, Institut de la communication des médias, France

Publié dans : Sciences
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
356
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
11
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Communication numérique et santé publique : l’exemple du « Pass Santé Jeunes » de la région Bourgogne

  1. 1. 1 LA COMMUNICATION NUMÉRIQUE DANS LE DOMAINE DE LA SANTÉ PUBLIQUE L’EXEMPLE DU « PASS SANTÉ JEUNES » DE LA RÉGION BOURGOGNE 5 mai 2015 Colloque international « la communication numérique au cœur des sociétés » Echirolles, Institut de la communication des médias Olivier GALIBERT, Thibaud HULIN, Fabrice PIROLLI (1), Stéphane DJAHANCHAHI, Benjamin LAURENT, Aurore PÉLISSIER (2) (1) CIMEOS – Laboratoire de Sciences de l’Information et de la Communication (2) LEDi - Laboratoire d'économie et de gestion
  2. 2. 2 CONTEXTE  Massification des usages d'Internet.  Succès de sites Web sur la santé tel Doctissimo.  Volonté des institutions publiques de santé d'investir dans les stratégies de communication numérique.  Mise en place du dispositif « Pass Santé Jeunes » par Agence Régionale de Santé (ARS) de la région Bourgogne avec évaluation.  Comment évaluer un tel dispositif et décrire les usages réels au-delà des usages prescrits ? 2
  3. 3. 3 PLAN 1. Le dispositif Pass Santé Jeunes 2. Objectifs, publics et méthodes 3. Analyse statistique 4. Apport des études de terrain 5. Limites et perspectives Conclusion 1
  4. 4. 4 1. Le dispositif Pass Santé Jeunes
  5. 5. 5 LES COMITÉS TERRITORIAUX  Comités territoriaux de formation / sensibilisation : – conception des actions ; – mobilisation pluri-professionnelles ; – sélection d'acteurs (expérimentés ou non) ; – prescriptions à destination des acteurs.  Lieux d'intervention : lycées et collèges de Bourgogne.  But de ces comités : construire et favoriser les conditions d'accès au dispositif PSJ : territoriales, technologiques et informationnelles. 2
  6. 6. 6 LES ACTIONS  Formation : donner une expertise à des jeunes « relais » ; favoriser la formation par les pairs.  Prévention : travail sur une thématique de santé ; présentation secondaire du site PSJ.  Diffusion : animations autour du site web PSJ. L'accès au site web n'est pas systématique : distribution de flyers, usage d'un diaporama... 2
  7. 7. 7 4 DIFFICULTÉS RENCONTRÉES  Réappropriation des technologies. Ex. : les associations sportives n’ont pas de support informatique.  Avoir conscience de son rôle d'éducateur à la santé quel que soit le champ professionnel.  Utilisation délicate du site (multi-dimensions).
  8. 8. 8 LE SITE WEB PASS SANTÉ JEUNES BOURGOGNE (PSJ) Objectifs 1. Rendre les jeunes (8-18 ans) acteurs de leur santé. 2. Mobiliser, structurer, animer et engager un réseau d’acteurs (partenaires et familles) dans une démarche de promotion de la santé des jeunes. Financement, production (2014-2015) ● Agence Régionale de Santé de Bourgogne (ARS) ● Instance Régionale d’Éducation et de Promotion de la Santé de Bourgogne (IREPS) ● Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (INPES) 8
  9. 9. 9 2. Objectifs, publics et méthodes
  10. 10. 10 OBJECTIFS SCIENTIFIQUES  Observer, identifier et qualifier les usages.  Cerner les pratiques et les attentes des publics.  Questionner les perceptions et les représentations du site web.  Évaluer l’interface et l’ergonomie du site Web. 2
  11. 11. 11 4 PUBLICS ET MÉTHODES  Analyse des données quantitatives collectées via Google Analytics.  Deux expérimentations de terrain :  collège Henri Clément, Donzy (Nièvre) le 01/06 : 20 questionnaires, 12 mises en situation ;  collège Jean-Philippe Rameau, Dijon (Côte d'Or) le 17/11, 20/11 et 24/11 : 43 questionnaires, 12 mises en situation. 12h de captation sonore et vidéo et retranscriptions.  Public : élèves de classes de 4ème, sensibilisés ou non à l’usage du site Pass Santé.
  12. 12. 12 3. Analyse statistique
  13. 13. 13 AUDIENCE 5 Nombre de sessions (moyenne mensuelle) Nombre de pages vues (moyenne mensuelle) 2014 : baisse de l'audience en période de vacances scolaires.
  14. 14. 14 Par jour de la semaine Nombre moyen de sessions du 01/01 au 08/12 87% 13% Accès en journée (8h / 18h30) Accès en soirée / nuit (18h30 / 8h) Par tranches horaires 14 Baisse de l'audience le week-end, en vacance scolaire, le soir : les usages en formation scolaire semblent prévaloir sur les utilisations personnelles du site. SEGMENTATION DU TRAFIC
  15. 15. 15 8-12 13-15 16-18 Adultes Manger-bouger 389 Amour sexualité 487 Amour sexualité 379 Amour sexualité 371 Amour sexualité 293 Tabac 384 Tabac 178 Tabac 255 Tabac 290 Manger-bouger 247 Bruit, musique, audition 147 Ensemble 222 Sécurité routière 276 Internet 225 Manger-bouger 127 Manger-bouger 206 Ensemble 241 Alcool 214 Alcool 123 Bruit, musique, audition 193 Autres (3 autres) 448 Autres (6 autres) 842 Autres (6 autres) 559 Autres (6 autres) 579 Total pages vues 1937 Total pages vues 2399 Total pages vues 1513 Total pages vues 1826 • Par tranches d’âge puis par catégories* – Période du 01/09 au 08/12/2014 Importance de la tranche 8-15 ans, cible privilégiée des actions PSJ ? CONTENUS LES PLUS CONSULTÉS 7
  16. 16. 16 Moteurs de recherche 60% Accès direct 16% Sites référents 23% RSN 1% • Période du 01/01/2014 au 8/12/2014 Prédominance de la recherche « naturelle » (via une requête dans Google). 73 % de la part « moteurs » est obtenue grâce à la requête « Pass Santé Jeunes » (et ses 198 variantes). SOURCES DE TRAFIC 8 Les consultations depuis les terminaux mobiles sont très peu nombreuses. Ainsi, on suppose que les usages du sites se font surtout à des fins de formation. • Période du 01/01/2014 au 8/12/2014
  17. 17. 17 4. Apport des études de terrain
  18. 18. 18 PRATIQUES INFORMATIONNELLES  76 % des élèves n’ont jamais mené de recherche d’information de santé sur le Web, voire n'en ont pas éprouvé le besoin (75%).  Ils ont une très faible connaissance d'autres sites Web proposant de l’information de santé et privilégient les relais humains (parents, médecins, infirmières scolaires).  Bien que très bien équipés, ils sont très peu exposés aux messages de prévention de santé sur le Web. 18
  19. 19. 19  Contenus : perçus comme sérieux et fiables (lorsqu'ils sont vus).  Infographies, vidéos et jeux sont très appréciés mais ne sont pas de bons vecteurs d’information.  Le rôle de prévention outrepasse le rôle d'orientation et de connaissance de la santé (le collégien se surévalue).  Manque d’interactivité (forum...).  Blocs de texte : peu lus. INFORMATIONS ET CONTENU DU SITE 19
  20. 20. 20  Le site PSJ est jugé positivement par les élèves, « bien fait », « moderne »…  Les catégories paraissent claires alors que certains libellés sont flous (« mal-être », « bien vivre ensemble »).  Le fonctionnement de certains objets (multimédias...) n'est pas compris.  Manque d'accompagnement de l'internaute : messages d'aide, points à retenir, positionnement du fold... SATISFACTION ET INTERFACE 20
  21. 21. 21  Sur-évaluation de la culture numérique des ados ? Pas de prise en compte des conditions de l'établissement, matérielles et de filtrage.  Le site n’est globalement pas perçu comme un outil d’orientation vers des spécialistes du domaine de la santé ou vers des personnes ressources.  Les informations de prévention sont jugées utiles… mais peu propices à motiver l(a ré-)utilisation du site. 21 ORIENTATION ET UTILISATION
  22. 22. 22 5. Limites et perspectives
  23. 23. 23  Nombreuses limites à l'analyse statistique (profils indisponibles, IP unique dans les EPI...).  D'où la nécessité d'observer les usages réels, au- delà des usages prescrits, pour travailler sur des échantillons réduits.  Les expériences n'ont pas porté sur des échantillons représentatifs de l'ensemble de la population concernée.  Au-delà des prescriptions ergonomiques, nous pouvons donc seulement faire l'hypothèse des perspectives d'amélioration suivantes. 23 LIMITES
  24. 24. 24  Community management et réseaux sociaux : – favoriser des « liaisons affectives », la réappropriation et l'autonomie dans la sociabilisation par les pairs ; – risque (crainte seulement ?) de perte de maîtrise par les commanditaires.  Activités socialisantes (type MOOC connectiviste), ex. : recherche d'information collaborative.  Serious games : développer des jeux sociaux et interactifs. 24 PERSPECTIVES
  25. 25. 25 Conclusion
  26. 26. 26 CONCLUSION  Le site PSJ est très majoritairement utilisé dans le cadre d’actions prescrites de prévention aux dépends des visées informationnelles.  Aussi l'utilisation du site comme source d’information et d'orientation en réponse à des besoins personnels n’est pas avérée.  Cette institutionnalisation des usages prescrits inscrit un écart par rapport aux « besoins réels » des usagers : de socialisation, de reconnaissance, de distraction... lesquels forment aussi des piliers de la communication numérique. 26
  27. 27. 27 MERCI POUR VOTRE ÉCOUTE 14
  28. 28. 28 ANNEXES 14
  29. 29. 29 AUDIENCE - COMPLÉMENTS 15 Du 01/01/2014 au 31/12/2014 en moyenne 35,49 sessions et 31,87 utilisateurs par jour. En subdivisant l’intervalle de temps en 3 périodes distinctes:  du 01/01/2014 au 4/07/2014 : 34,02 (s) 30,75 (u)  du 5 juillet au 31 août : 17,32 (s) 15,16 (u)  du 01/09/2014 au 31/12/2014 : 45,02 (s) 40,21 (u) Un maximum (le 2/12) : 128 (s) et 119 (u)
  30. 30. 30 Période du 01/01 au 04/07 Audience quotidienne Audience hebdomadaire Vacances scolaires 16
  31. 31. 31 Période du 01/09 au 08/12 Audience quotidienne Audience hebdomadaire Vacances scolaires 17
  32. 32. 32 LES PAGES « TERRITOIRES » 0 20 40 60 80 100 120 112 32 91 43 Nombre de pages vues – Période du 01/09 au 08/12/2014 18
  33. 33. 33 Par nature le dispositif PSJ pose des limites à la portée des statistiques de fréquentation du site web :  de nombreux accès depuis des sites collectifs (collèges, lycées, etc.) rendent le comptage des utilisateurs et du nombre de sessions peu précis ;  les actions de terrains entrainent des variations fortes sur des périodes courtes qui ne sont pas nécessairement significatives à long terme ;  la segmentation des utilisateurs en fonction de leur profil n’est pas possible ;  […] LIMITES L’APPROCHE STATISTIQUE 19
  34. 34. 34 SOURCES DE TRAFIC : SITES « RÉFÉRENTS » 20 1. Google images (1200) 2. ars.bourgogne.sante.fr (295) 3. semalt.semalt.com (164) 4. ireps-bourgogne,org (106) 5. interludesante.com (88) 6. 0890015h.esidoc.fr (CDI collège Jean Roch Coignet (89),43) 7. ijbourgogne.com (37)  Sites à l’origine de 83 % des visites referral :
  35. 35. 35 FOCUS SUR LES REQUÊTES UTILISATEURS  Parmi les 676 requêtes connues ayant été formulées depuis le 01/01/2014 :  198 variantes de l’expression « Pass Santé Jeunes » (flexions, variantes orthographiques,…) ont généré 73% des sessions enregistrées ;  les 478 autres requêtes en ont généré 27%. 21
  36. 36. 36 QUESTIONNAIRES TERRAIN 22  Accès à internet:  100% depuis leur domicile (tous dispositifs confondus) ;  67% depuis leur téléphone portable ;  58% depuis leur ordinateur personnel ;  39% depuis une tablette.  Temps moyen de connexion déclaré :  période scolaire 1 à 2h / jour ;  vacances + de 2h / jour.
  37. 37. 37 QUESTIONNAIRES TERRAIN 23  Parmi les collégiens n’ayant jamais cherché d’information de santé sur le web :  75 % n’ont jamais éprouvé le besoin de chercher de l’information de ce type ;  25 % ont préféré s’informer autrement.  Parmi les collégiens ayant déjà cherché de l’information de santé sur le web: .100 % ont utilisé un moteur de recherche ; .9 % ont utilisé en plus un site web « spécialisé ».
  38. 38. 38 QUESTIONNAIRES TERRAIN 24  17 % déclarent avoir déjà été exposés à des messages de prévention lors de leur navigation.  Utilisation d’outils du web social (par ordre d’importance) : 1. Youtube 2. Facebook 3. Google + (lié à l’utilisation de Youtube) 4. Snapchat 5. Instagram
  39. 39. 39 25

×