• J'aime
La bibliothèque, un espace de participation
Prochain SlideShare
Chargement dans... 5
×

La bibliothèque, un espace de participation

  • 7,898 vues
Transféré le

 

  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Êtes-vous sûr de vouloir
    Votre message apparaîtra ici
Aucun téléchargement

Vues

Total des vues
7,898
Sur Slideshare
0
À partir des ajouts
0
Nombre d'ajouts
7

Actions

Partages
Téléchargements
62
Commentaires
1
J'aime
9

Ajouts 0

No embeds

Signaler un contenu

Signalé comme inapproprié Signaler comme inapproprié
Signaler comme inapproprié

Indiquez la raison pour laquelle vous avez signalé cette présentation comme n'étant pas appropriée.

Annuler
    No notes for slide

Transcript

  • 1. La bibliothèque,un espace de participationlionel.dujol@gmail.comL’innovation en bibliothèque
  • 2. La bibliothèque «collection» ?http://www.flickr.com/photos/geraldpereira/6140017255
  • 3. Le taux d’inscription ne progresse plusSource : Bilan statistique des bibliothèques municipales pour lannée 2010 et focus sur les évolutions 2005-2010
  • 4. Une fréquentation en progressionSource : Bilan statistique des bibliothèques municipales pour lannée 2010 et focus sur les évolutions 2005-2010
  • 5. http://www.flickr.com/photos/zigazou76/6103771485Fidélisation des publics ?40% des non usagers actuels sont d’anciens inscritsSource : Les bibliothèques municipales en France après le tournant Internet - Attractivité, fréquentation et devenir. CREDOC 2007
  • 6. « Si 82 % des populations ne se reconnaissent pas dans notre offre, je fais moinsl’hypothèse d’un échec que celle de la limite d’une logique et de ses effets bloquants.»Source : Ouvrir un espace d’intervention aux usagers -   Patricia Remy .T.48 du BBFhttp://www.flickr.com/photos/minidriver/4093619113
  • 7. Des données qui ne rendent pas compte des publicset usages réels et potentielshttp://www.flickr.com/photos/42dreams/87040178
  • 8. Des données qui ne rendent pas compte desobstacles systémiques«Nous avons découvert que les services de bibliothèque, que nous pensions être inclusifs, n’étaientpas en mesure de répondre à de nombreux besoins de la communauté et, dans certains cas,pouvaient même aliéner certains de ses membres.Nous avons appris la situation de diverses personnes, comme celle d’un adolescent qui craignaitvenir à la bibliothèque car il était certain que les dispositifs de sécurité alerteraient le personnelqu’il avait des amendes. Cet adolescent pensait que le personnel de la bibliothèque confisquerait saplanche à roulette puisqu’il n’avait pas l’argent pour payer ses amendes.Nous avons appris qu’un groupe de mères qui étaient venues assister à une heure du conte n’y sontjamais revenues. Elles étaient gênées car elles avaient parlé pendant que la bibliothécaire chantait eton leur avait demandé de se taire.Dans une communauté, les personnes handicapées, les parents avec des poussettes et les personnesâgées ne pouvaient pas grimper le sentier irrégulier à forte pente qui était le seul chemin entrel’arrêt d’autobus et la bibliothèque.»Source : Trousse d’outils pour des bibliothèques à l’écoute de la communauté - Working TogetherEt les horaires et le classement Dewey ...
  • 9. 30Une bibliothèque inclusive ?Une bibliothèque citoyenne ?
  • 10. Dans un contexte fortement concurrentiel
  • 11. Abondance illimitée et disséminée
  • 12. Source : http://www.flickr.com/photos/ableman/323256101/Personnalisation des services en ligne
  • 13. Activités participatives et organisation horizontaleSource : Panorama des médias sociaux 2013 - Fred Cavazza
  • 14. Déplacement du centre de gravité vers l’usagerSource :http://www.flickr.com/photos/palagret/211289845/
  • 15. http://www.flickr.com/photos/drunkprincess/2271274458Faire pour et avec l’usagerL’usager est une richesse culturelle et une ressource potentielleà révéler, à activer.
  • 16. «Les bibliothèques se transforment peu à peu de lieux documentaires en lieux de vie.La prochaine grande étape est de les transformer en lieux participatifs, où citoyens,étudiants et communautés de toutes sortes pourront travailler, créer, collaborer, etorganiser des activités déchange de connaissances au sein despaces flexibles, invitantset agréables.»Source : Vers une bibliothèque participative -Vincent Chapdelainehttp://www.flickr.com/photos/paolomazzoleni/5570769324
  • 17. 1. créer et renforcer lhabitude de lire chez les enfants dès leur plus jeune âge;2. soutenir à la fois lauto-formation ainsi que lenseignement conventionnel à tous les niveaux ;3. fournir à chaque personne les moyens dévoluer de manière créative ;4. stimuler limagination et la créativité des enfants et des jeunes ;5. développer le sens du patrimoine culturel, le goût des arts, des réalisations et des innovationsscientifiques ;6. assurer laccès aux différentes formes dexpression culturelle des arts du spectacle ;7. développer le dialogue inter-culturel et favoriser la diversité culturelle ;8. soutenir la tradition orale ;9. assurer laccès des citoyens aux informations de toutes catégories issues des collectivitéslocales ;10.fournir aux entreprises locales, aux associations et aux groupes dintérêt les servicesdinformation adéquats ;11.faciliter le développement des compétences de base pour utiliser linformation etlinformatique ;12.soutenir les activités et les programmes dalphabétisation en faveur de toutes les classes dâge, yparticiper, et mettre en oeuvre de telles activités, si nécessaire.Source : Manifeste de l’UNESCO sur la bibliothèque publiqueToujours au coeur des missions-clés de la bibliothèque
  • 18. http://www.flickr.com/photos/hokutosuisse/3633737608Comment traduire, dans les actes, l’injonction, largement partagée dans le discours, de faire des gens des« acteurs » de culture et non des « consommateurs » ? De faire « avec » l’usager et non « pour »l’usager ? Savons-nous susciter la parole de l’usager autrement qu’en terme de satisfaction oud’insatisfaction par rapport à l’offre qui lui est faite ? Quelle place est faite à la parole de l’usager, à sesperceptions et à ses qualités propres dans l’élaboration du service de la bibliothèque ?»Source : Ouvrir un espace d’intervention aux usagers -   Patricia Remy .T.48 du BBFSommes-nous prêts à faire évoluer les services des bibliothèques dansune logique autre et complémentaire d’une offre d’accès ?
  • 19. Source : Trousse d’outils pour des bibliothèques à l’écoute de la communauté - Working Together
  • 20. Faire participer l’usager aux activités de la bibliothèque- Un acteur de la bibliothèque numérique.- L’animation enrichie de et par l’usager : l’exemple du «vivreensemble»- Des fonds documentaires particpatifsFaire de l’usager un co-créateur de la bibliothèque- La bibliothèque espace de création et de partage des savoirs &savoirs-faire- Mettre l’usager en capacité de co-créer sa bibliothèque.La bibliothèque, un espace de participation
  • 21. Source : http://www.flickr.com/photos/rinux/631345826Aller au délà du simple commentaire ou tag sur lecatalogue, le portail, le blog ...
  • 22. Crowdsourcinghttp://www.flickr.com/photos/ausnahmezustand/4752989186
  • 23. Description lacunaireAppel à participationEn 2004
  • 24. Toujours une descriptionlacunaireToujours un appel àparticipationEn 2012
  • 25. Ressource libres de droittéléchargeablesPendant cetemps ...
  • 26. Lescommunautésd’intérêtenrichissent etvalorisent
  • 27. Lescommunautésd’intérêtenrichissent etvalorisent
  • 28. Lescommunautésd’intérêtenrichissent etvalorisent
  • 29. Et remixent ...
  • 30. Source : Patrimoine imprimé et crowdsourcing : le projet FUI12 OzalidPatrimoine imprimé et crowdsourcing à la BNF
  • 31. http://www.flickr.com/photos/guillaumebrialon/3882291658Laboratoire numérique«En sappuyant sur la mission de service public de la bibliothèque, ces laboratoiresvisent à favoriser la collaboration avec les utilisateurs par le biais du crowdsourcinget les initiatives participatives, ainsi que le partage doutils et de données avec leplus grand nombre de bibliothèques et de communautés numériques.»Source : Le NewYork Public library Lab - Thomas Chaimbault
  • 32. Source : http://www.flickr.com/photos/rs_butner/2727736580/Moteurs de la participation : Opendata et licence libre
  • 33. Un appel à l’intelligence collective avec réciprocité…«L’interface permet en effet à l’usager d’ouvrir un espace personnel pour “contribuer” dedifférentes manières : en ajoutant des mots clés sur les notices des oeuvres, en proposant desliens entre les différentes ressources du site ou en soumettant des enrichissements éditoriaux.Mais les informations résultant de ce travail de “petites mains”, réalisé bénévolement par lesinternautes, deviendront aussi des données publiques et tomberont sous le coup de l’interdictionde réutilisation maintenues pour l’instant par le Centre Pompidou.Sur ce point, l’appel lancé à l’intelligence collective ne paraît pas équitable, car il ne comporte pasd’élément de réciprocité. La stratégie de communication parle de co-construction du contenu dusite avec les internautes, mais en l’état actuel des choses, cette démarche “collaborative” conduità une appropriation exclusive des informations par l’institution.»Source : Le Centre PompidouVirtuel : ouvert ou "sous verre" ? - Lionel Maurelhttp://www.flickr.com/photos/htakashi/6153878345
  • 34. Une médiation intégrant les communautés d’intérêthttp://www.flickr.com/photos/sanjoselibrary/7727630120 Animer et valoriser
  • 35. La bibliothèque animatrice d’une communauté de contributeurs ados
  • 36. Mettre à disposition un espace de valorisation de «sa culture»Moteur des acquisitions ados
  • 37. «Il n’est pas nécessaire d’être abonné à une bibliothèque, ni d’être montréalais, il suffit justede vouloir partager ses lectures et de se déclarer comme membre du club en s’inscrivantsur le site dédié ou via un club de lecture animé par Marie Anne. Ils sont à ce jour plus de600, certains provenant d’ Europe, d’Australie ou d’Amérique du sud.Il n’est pas nécessaire n’ont plus que ces livres soient disponibles dans le catalogue de labibliothèque. les suggestions les plus populaires peuvent être aussi des suggestions d’achatqu’essaient de suivre les bibliothécaires acquéreurs. Une communauté d’amateur àl’initiative des acquisitions des professionnels.»Le club des Irrésistibles - Bibliothèques MontréalSource : le club des irréistibles, un bel exemple de médiation globale à Montréal - La bibliothèque apprivoisée
  • 38. Faire participer l’usager aux activités de la bibliothèque- Un acteur de la bibliothèque numérique.- L’animation enrichie de et par l’usager : l’exemple du «vivreensemble»- Des fonds documentaires particpatifsFaire de l’usager un co-créateur de la bibliothèque- La bibliothèque espace de création et de partage des savoirs &savoirs-faire- Mettre l’usager en capacité de co-créer sa bibliothèque.La bibliothèque, un espace de participation
  • 39. «Des femmes du quartier de la Monnaie à Romans sur Isère, d’originesgéographiques diverses, apprennent à d’autres habitants de la communautéd’agglomération du pays de Romans à cuisiner comme dans leur pays.Elles participent aussi tout au long de l’ année à des animations autour du livre à lamédiathèque du quartier de la Monnaie et aux cours de français à la Maisoncitoyenne.Ces ateliers permettent la rencontre de gens variés qui se parlent et échangent. Lacuisine suscite souvent de riches et copieux débats. C’est un sujet qui rapproche.»Des ateliers cuisine pour bien vivre ensemble
  • 40. Des ateliers de cuisine participatifs
  • 41. Des ateliers d’écriture, une esposition
  • 42. Des ateliers d’écriture, un blog
  • 43. Des ateliers d’écriture, un livre
  • 44. Source : melting popote, des recettes pour bien vivre ensemble«Notre livre» à la bibliothèque
  • 45. Faire participer l’usager aux activités de la bibliothèque- Un acteur de la bibliothèque numérique.- L’animation enrichie de et par l’usager : l’exemple du «vivreensemble»- Des fonds documentaires particpatifsFaire de l’usager un co-créateur de la bibliothèque- La bibliothèque espace de création et de partage des savoirs &savoirs-faire- Mettre l’usager en capacité de co-créer sa bibliothèque.La bibliothèque, un espace de participation
  • 46. Les relais-lecture citoyens des bibliothèques publiques wallonnesPrêts/retours s’effectuent au domicile du citoyen relaisDes animations ont lieu au domicile du citoyen relaisSortir du cadre usager «consommateur» du service bibliobus et misersur un engagement citoyenhttp://www.flickr.com/photos/xmacex/4165680283
  • 47. La fouillothèque de Florange
  • 48. Les fonds participatifsSource : Penser les médiathèques de demain. Immersion créative à Lezoux - La 27ème région
  • 49. Létagère des habitants :Létagère accueille les livres que les habitants souhaitent prêter à la médiathèque. Ces livressont enregistrés dans la base de données et sont prêtés sur le même mode que ceuxappartenant à la médiathèque. Cela permet notamment dêtre plus réactif sur les nouveautéset dépauler les acquisitions de la médiathèque en proposant plusieurs exemplaires trèsdemandés ; cest également valable sur la littérature classique lorsque des collégiens doiventtous se procurer « Le Cid » pour leur cours de français.
  • 50. Létagère en libre service 24/24 :Elle favorise la libre circulation de livres (sur le modèle de Circullivre ou du Crossbooking). Pasde système de contrôle, pas de dispositif de prêt lourd et contraignant. Les livres sontaccessibles aux horaires douverture de la médiathèque depuis lintérieur et 24/24h depuislextérieur : cela permet de créer des porosités entre le bâtiment et son environnement.
  • 51. Les malles itinérantes :Avec les malles, ce ne sont plus les gens qui vont à la bibliothèque maisla bibliothèque qui vient chez les gens. Elles instaurent un rapport plusintime à la lecture, elles matérialisent le lien entre les lecteurs, entre lespoints lecture et la médiathèque, entre les communes etlintercommunalité. Elles font vivre la médiathèque sur lensemble duterritoire.
  • 52. Létagère thématique mobile des savoir-faire :La médiathèque, ce nest pas seulement laccès au savoir, cest aussi laccès au savoir-faire et à desdocuments qui y sont relatifs . Ces thèmes sont définis en résonance avec le territoire.Létagère sert de support danimation à lextérieur de la médiathèque : toute létagère peut êtreempruntée. Et inversement, ce fonds est soutenu par des ateliers pratiques dans la médiathèque.Ces étagères peuvent être alimentées à la fois par la médiathèque et les habitants ou lesassociations.Lambition est de rendre la médiathèque populaire, toucher les non-usagers de la médiathèque .
  • 53. Faire participer l’usager aux activités de la bibliothèque- Un acteur de la bibliothèque numérique.- L’animation enrichie de et par l’usager : l’exemple du «vivreensemble»- Des fonds documentaires particpatifsFaire de l’usager un co-créateur de la bibliothèque- La bibliothèque espace de création et de partage des savoirs &savoirs-faire- Mettre l’usager en capacité de co-créer sa bibliothèque.La bibliothèque, un espace de participation
  • 54. « Contre toutes attentes, il semble que la dématérialisation des documents tombe à point car desespaces sont précisément requis pour les nouvelles fonctions entourant la participation créative. Et lesnouveaux contenus ? Et bien, ils émergeront, en exclusivité, de ces lieux mêmes qui serviront à les créerdans un contexte de sociabilité. Les Fab labs (une contraction pour fabrication laboratory) en bibliothèqueincarne cette vision d’un tiers lieu de création.»Source : Les fab-labs en bibliothèque, nouveaux tiers lieux de création ? BibliomancienneLa bibliothèque un lieu de création et du partagehttp://www.flickr.com/photos/hj_barraza/4417972314
  • 55. Do ItYourself - Do It TogetherSource : Echofab«Les fab labs possèdent des qualités « humaines » que les bibliothèques publiques vont sans doutepouvoir utiliser. le fab lab, un terrain neutre qui propose une littératie nouvelle, où tout le monde seretrouve un peu sur le même pied d’égalité et où chacun est encouragé à partager ses connaissances,pourrait être un lieu de mixité, de réconciliation sociale.En venant à la bibliothèque pour fabriquer (comme on y vient pour lire), c’est un véritable moyen des’approprier le lieu qui est proposé ici. En permettant aux usagers de créer, en favorisant l’émergence deprojet individuel et communautaire, le fab lab leur offre par là-même la possibilité de s’épanouirpersonnellement et de faire rayonner la bibliothèque dans sa communauté.»Source : Un fab-lab dans ma bibliothèque - Gaëlle Bergougnoux
  • 56. La bibliothèque un lieu du savoir-faire partagéSource : Tekventure maker station - Allen county Public Library
  • 57. «Cette bibliothèque de l’état de NewYork permet aux usagers d’expérimenter en plein air en leurprêtant un lopin de terre et en proposant des formations sur la croissance des végétaux et l’agricultureurbaine.»Source : Les fab-labs en bilbiothèque, nouveaux tiers lieux de création ? Bibliomancienne
  • 58. «Ce lab californien constitue un centre d’écriture et d’édition/publication accessible à tous. Les usagersont accès à des cours d’écriture et des outils d’auto-édition et de publication ainsi qu’une ExpressoBook Machine placée à la disposition de la communauté pour l’impression sur demande.»Source : Les fab-labs en bilbiothèque, nouveaux tiers lieux de création ? Bibliomancienne
  • 59. Source : http://youmediachicago.orgUn espace d’apprentissage des nouveaux médias afin d’être des créateurs decontenus éclairées plutôt que de simples consommateurLes adolescents ont été présents dés le dispositf de conception de cet espace.Espace de création de contenus numériques
  • 60. 72Un espace social
  • 61. 73Un espace pour expérimenter
  • 62. Un espace de création et d’apprentissage collaboratif
  • 63. 75Un espace physique et numérique
  • 64. Faire participer l’usager aux activités de la bibliothèque- Un acteur de la bibliothèque numérique.- L’animation enrichie de et par l’usager : l’exemple du «vivreensemble»- Des fonds documentaires particpatifsFaire de l’usager un co-créateur de la bibliothèque- La bibliothèque espace de création et de partage des savoirs &savoirs-faire- Mettre l’usager en capacité de co-créer sa bibliothèque.La bibliothèque, un espace de participation
  • 65. Le design de services«On ne cherche plus à imposer des services, mais à comprendre les attentes et les besoins desutilisateurs. Ceux-ci ne sont d’ailleurs plus perçus comme de simples consommateurs, mais comme desacteurs à part entière. L’objectif est de rendre ces utilisateurs co-concepteurs des projets, dans unprocessus ascendant : l’information doit venir de la base. Le design est obligatoirement social, puisque ledesigner s’intéresse aux situations de vie, et tente d’y apporter des améliorations.»Source : Quand le design veut permettre de mieux vivre ensemble - Regards sur le numérique
  • 66. Du « user centric model » au « user driven model »http://www.flickr.com/photos/rachaelvoorhees/828353700
  • 67. Source : Penser les médiathèques de demain. Immersion créative à Lezoux - La 27ème régionUn exemple français : la future médiathèque intercommunale de LezouxCf. Intervention de Renaud Aioutz
  • 68. Des espaces pour les enfants avec les enfants3 semaines de résidence30 enfants3 ateliers avec les architectesSource : Childrens participation in the architecture of the library - Corbiere, Miranda - Enssib
  • 69. Source : Manuel sur la Charte européenne révisée de la participation des jeunes à la vie locale et régionale
  • 70. « Imagine et dessine tes espaces »
  • 71. « Imagine et dessine ton mobilier »
  • 72. « Imagine et decide du classement »«Tous les grands peintres sont morts, donc les livres sur l’artdoivent se trouver dans les rayons «Histoire»
  • 73. Une hausse de 25% des prêts.Une hausse de 15% des jeunes inscrits.Le temps moyen passé dans l’espace jeunesse est passé de 7 mà 45 mn.Des espaces pour les enfants avec les enfants
  • 74. Co-création de serviceSource : Trousse d’outils pour des bibliothèques à l’écoute de la communauté - Working Together
  • 75. Vancouver Public Library, Halifax Public Libraries,Toronto Public Libraryet Regina Public Library
  • 76. «Cette démarche ne se limite pas à l’offre d’un service. Elle acomme but de dévellopper et renforcer les capacités de membresde la communauté pour qu’ils puissent prendre part à aux activitésde la bibliothèque »Développer du «pouvoir d’agir»
  • 77. « Il arrive que le résultat le plus important n’est pas le servicequi en résulte mais le sens qu’acquièrent les membres de lacommunauté de leur propre importance dans la cité, de leurdroit à contribuer, de leur capacité à participer. »Empowerment
  • 78. Un exemple : le développement des collectionshttp://www.flickr.com/photos/rodrigogalindez/4637637337
  • 79. http://www.flickr.com/photos/geraldpereira/6140017255«Le développement des collections en collaboration pourrait en fin de compteêtre la meilleure façon de s’assurer que les membres de la communauté sesentent représentés à la bibliothèque.Quand quelqu’un choisit lui-même un ouvrage qui sera placé dans la collection, ilse voit personnellement représenté sur les rayons de la bibliothèque. Il peutdire : «J’ai choisi ce livre pour la bibliothèque, c’est ma bibliothèque.»Randy Gatley, bibliothécaire spécialiste du développement communautaire
  • 80. Établir des relations dans la communautéBibliothécaire spécialiste du développement communautairehttp://www.flickr.com/photos/ccstb/4417690366
  • 81. Juger l’intérêt« Un groupe d’adolescents qui parlent de l’astrologie pourraient être intéressés à choisir de ladocumentation sur ce domaine. Demandez-leur s’ils voudraient aider la bibliothèque lorsqu’ellesélectionne des livres sur l’astrologie. Quelques membres de la communauté pourraient avoirbesoin de temps pour se faire à cette idée et d’autres ne seraient carrément pas intéressés à lefaire.»http://www.flickr.com/photos/nasa_goddard/6560624197
  • 82. «S’il y a un intérêt, commencez à discuter plus sérieusement des besoins des membres de lacommunauté qu’une collection pourrait servir. Encouragez les membres de la communauté àparticiper et à partager leurs idées, mais prenez garde de ne pas donner l’impression que labibliothèque s’engage à accepter toutes les suggestions faites.»Déterminer les besoins avec la communautéhttp://www.flickr.com/photos/eschipul/431902450
  • 83. Faire la critique de la collection de la bibliothèque
  • 84. Choisir et acquérir- Feuilletez les catalogues ensemble et choisissez les ouvrages à acheter- Faites des sorties dans les librairies pour les membres d’un groupe choisissent et achètent lesouvrages.- Utilisez un site web pour dresser une liste d’ouvrages à acheter.- Si les membres d’un groupe ne sont pas sûrs des titres précis qu’ils veulent, discutez des sujets etformats qui les intéressent, puis revenez les voir avec une liste de suggestions à prendre enconsidération.- Demandez aux membres du groupe de parler avec des personnes qu’ils connaissent pour trouverd’autres suggestions.http://www.flickr.com/photos/bagelmouse/4692416263
  • 85. Évaluer continuellementÀ chaque étape de la démarche de développement d’une collection, demandez aux participantss’ils sont satisfaits de la démarche. S’ils ne le sont pas, modifiez la démarche et les activités enfonction de leurs suggestions.http://www.flickr.com/photos/sillygwailo/348769786
  • 86. Célébrer- Prévoyez une activité pendant laquelle les participants découvrent les ouvrages qu’ils ont choisi,regardez ensemble la nouvelle collection et considerez si celle-ci répond ou non à leurs attentes- Organisez une présentation officielle à la bibliothèque une fois que les ouvrages de la collection sontplacés sur les rayons.- Organisez un événement pour lequel le personnel de la bibliothèque vient à un lieu communautairepour exposer quelques-uns des ouvrages achetés.http://www.flickr.com/photos/pepemczolz/5225035246
  • 87. Continuer à faire participer votre communauté- Les membres du groupe veulent-ils établir un programme pour mettre en vedette la collection qu’ilsont constituée ?-Veulent-ils prendre part à d’autres initiatives de développement des collections ?-Y a-t-il d’autres aspects de la bibliothèque qui les intéressent, tels que l’élaboration des politiques ou laplanification des installations auxquels ils aimeraient participer ?http://www.flickr.com/photos/st3f4n/143623217
  • 88. « Si nous tous, à titre de personnel des bibliothèques publiques canadiennes, pouvonsfaire évoluer nos bibliothèques publiques vers une méthode de travail encollaboration avec la communauté, nous aurons créé quelque chose de remarquable :une institution sociale qui est si étroitement intégrée à la communauté qu’elle estapte à réagir immédiatement et à répondre à ses nouveaux besoins.Nous aurons créé des bibliothèques publiques dont les activités concrétisentvéritablement un respect sincère de la diversité et notre engagement professionnelfondamental d’assurer un accès universel à l’information.N’en doutons pas : les bibliothèques publiques sont importantes à leurscommunautés. La planification des services en collaboration avec la communauté nepourra que nous améliorer − pour devenir plus inclusifs, plus souples, plusdynamiques et plus pertinents à nos communautés qui changent rapidement etdeviennent de plus en plus complexes.»Sandra Singh - Directrice nationale, Projet Working Together