RELATION D’AIDE ETENTRETIENINFIRMIER
FORMADEP-   2
LE CADRE LEGISLATIF:DECRETS INFIRMIERS     FORMADEP-         2
Décret n°2004-802 du 29 juillet 2004 relatif aux actes professionnels et à lexercice                           de la profe...
•                                         Article 5•                 Dans le cadre de son rôle propre, linfirmier accompli...
•                                           Article 5•    Dans le cadre de son rôle propre, linfirmier accomplit les actes...
•                                               Article 6      ..., linfirmier est habilité à pratiquer les actes suivants...
FORMADEP-   7
LA RELATION: APPROCHETHÉORIQUE ET CONCEPTUELLE       FORMADEP-       7
FORMADEP-   8
1- La personne: Selon le petit Robert, individu de l’espèce humaine qui aune conscience claire de lui même et agit en cons...
1- La personne: Selon le petit Robert, individu de l’espèce humaine qui aune conscience claire de lui même et agit en cons...
1- La personne: Selon le petit Robert, individu de l’espèce humaine qui aune conscience claire de lui même et agit en cons...
Aussi, que laisse entrevoir l’association de ces deux définitions ???                           FORMADEP-                 ...
Aussi, que laisse entrevoir l’association de ces deux définitions ???> L’importance de l’échange et de l’interinfluence qu...
Aussi, que laisse entrevoir l’association de ces deux définitions ???> L’importance de l’échange et de l’interinfluence qu...
Aussi, que laisse entrevoir l’association de ces deux définitions ???> L’importance de l’échange et de l’interinfluence qu...
FORMADEP-   10
4- On retrouve dans la littérature quatre niveaux de relation:La relation de civilité: S’inscrit dans un rituel social et ...
FORMADEP-   11
•  5- Pour Jacques Chaliffour, “ La relation d’aide consiste en une interaction particulière entre deux personnes, l’infir...
FORMADEP-   12
LA RELATION DʼAIDE EST UN ESPACE THERAPEUTIQUE, QUE LʼONDECOUVRE ET QUE LʼON QUITTE, AU GRÉ DE SES VACATIONS....          ...
FORMADEP-   13
DE LA RELATION D’AIDE ÀL’ENTRETIEN THÉRAPEUTIQUE,QUELLE DEMARCHE DE SOIN POURRÉDUIRE LA SOUFFRANCEPSYCHOLOGIQUE ?         ...
FORMADEP-   14
les soins relationnels apparaissent donc comme un ensemble de moyens et d’outilsutilisés dans un cadre méthodologique spéc...
FORMADEP-   14
•    La souffrance psychique ne repose sur aucun support, elle ne se mesure pas et peut    passer inaperçue, c’est une imp...
FORMADEP-   14
FORMADEP-   15
L’émotion est corporelle. C’est dans le ressenti (corporel) de la peur, de la colère, del’anxiété, de la jalousie, de la c...
FORMADEP-   15
La pensée qui vient des émotions est polluée, seule la pensée qui vient ducoeur, accessible dans la libération et la liber...
FORMADEP-   15
•    Les soins relationnels ont pour objectifs de réduire la souffrance psychique,    l’angoisse existentielle, réduire le...
FORMADEP-   15
FORMADEP-   16
LA DEMARCHE DE SOIN    FORMADEP-         16
•    C’est un processus d’intervention, une méthode qui    dans son utilisation doit guider la pratique infirmière afin   ...
La démarche s’organise en 5 étapes:       FORMADEP-                      18
La démarche s’organise en 5 étapes:• - La collecte des données: où, quand, comment,pourquoi ? - L’analyse ou l’interprétat...
La collecte de données   FORMADEP-             19
La collecte de donnéesC’est un processus de recueil d’informations continu qui débute à larencontre du patient et se pours...
La collecte de données   FORMADEP-             19
La collecte de donnéesune des habilités clinique de l’infirmier(e) est de reconnaître ses informationset de retenir celles...
La collecte de données   FORMADEP-             19
La collecte de données•  L’objectif du recueil de données étant:> de mesurer le degré d’intégrité et de fonctionnement del...
pour un recueil exploitable et perspicace des données:                           FORMADEP-                     20
pour un recueil exploitable et perspicace des données:•    - Recueillir des données objectives observables (mesurable,    ...
pour un recueil exploitable et perspicace des données:•    - Recueillir des données objectives observables (mesurable,    ...
pour un recueil exploitable et perspicace des données:•    - Recueillir des données objectives observables (mesurable,    ...
L’analyse et l’interprétation des données          FORMADEP-                         21
L’analyse et l’interprétation des données•    C’est la deuxième phase de la démarche de soin, celle    du diagnostic infir...
FORMADEP-   22
La planification des soins     FORMADEP-               22
La planification des soinsEn fonction du diagnostic formulé, la personne soignéeet l’infirmier établissent un ordre de pri...
La planification des soinsEn fonction du diagnostic formulé, la personne soignéeet l’infirmier établissent un ordre de pri...
La planification des soins              En fonction du diagnostic formulé, la personne soignée              et l’infirmier...
L’évaluationFORMADEP-       23
L’évaluationC’est l’évaluation du résultat et le déroulement dechacune des étapes de la démarche de soin, l’atteintedes ob...
L’évaluation         C’est l’évaluation du résultat et le déroulement de         chacune des étapes de la démarche de soin...
L’évaluationC’est l’évaluation du résultat et le déroulement dechacune des étapes de la démarche de soin, l’atteintedes ob...
L’évaluationC’est l’évaluation du résultat et le déroulement dechacune des étapes de la démarche de soin, l’atteintedes ob...
PHOTOLANGAGE  FORMADEP-   24
FORMADEP-   25
Acceptation, compréhension,FORMADEP-               25
LA RELATION D’AIDEC’EST D’ABORD ÊTRE EN  Acceptation, compréhension,   FORMADEP-              25
FORMADEP-   26
CARL ROGERS 1902-1987L’APPROCHE CENTRÉE SUR LA PERSONNEFORMADEP-                   26
CARL ROGERS 1902-1987L’APPROCHE CENTRÉE SUR LA PERSONNE      par l’ACP, Carl Rogers a mis l’accent sur la      qualité de ...
D’après Carl Rogers, la relation d’aide psychologique estune relation dans laquelle la chaleur de l’acceptation etl’absenc...
instaurer une relation d’aide, c’est respecter unprocessus relationnel découpé en trois phases:         FORMADEP-         ...
instaurer une relation d’aide, c’est respecter unprocessus relationnel découpé en trois phases:        La phase d’orientat...
instaurer une relation d’aide, c’est respecter unprocessus relationnel découpé en trois phases:           La phase d’orien...
instaurer une relation d’aide, c’est respecter unprocessus relationnel découpé en trois phases:           La phase d’orien...
La phase d’orientation constitue la phase d’accueil de la personne ensouffrance dans un climat d’ouverture, de respect, d’...
•    La phase de travail ou d’émergence des identités: Durant cette phase, aidé    et aidant se connaissent et se font con...
•    La phase de travail ou d’émergence des identités: Durant cette phase, aidé    et aidant se connaissent et se font con...
FORMADEP-   30
La relation d’aidethérapeutique n’est  FORMADEP-           30
La relation d’aide                  thérapeutique n’est•    C’est une ambiance relationnelle qui favorise le soin    dans ...
Pour entretenir le climat relationnel,L’infirmier doit:       FORMADEP-                         31
Pour entretenir le climat relationnel,L’infirmier doit:                   •                       Savoir       FORMADEP-  ...
Pour entretenir le climat relationnel,L’infirmier doit:                         •                             Savoir      ...
Pour entretenir le climat relationnel,L’infirmier doit:                         •                             Savoir      ...
SAVOIR     FORMADEP-   32
SAVOIRC’est CONNAÎTRE L’AUTRE       FORMADEP-          32
•                                 LA PERSONNE AIDÉE    SAVOIR                                        EST                  ...
FORMADEP-   33
C’est SE CONNAÎTRE SOI     FORMADEP-           33
•                                    LA PERSONNE AIDANTE•                                             EST     C’est SE CON...
FORMADEP-   34
C’est ENTRER ENFORMADEP-         34
C’est ENTRER EN•     Au moment du soin, en plus d’une très bonne    connaissance de soi, de l’autre, l’infirmier(e) doit  ...
C’est ENTRER EN• La première tâche à assumer d’une une relation   Au moment du soin, en plus      dans très bonnethérapeut...
AMMA DARSHAN•    L’ÉTREINTE D’UNE INDIENNE    À CE JOUR, AMMA A PRIS DANS SES BRAS 24 MILLIONS DE    PERSONNES.           ...
FORMADEP-   36
Aussi devons nous tenir compte de nos habiletés ou de nosréticences à utiliser ses sens ...> quels sont les sens que je pr...
•  ... Comme il est bon de reconnaître sur quels modes sensitifs s’exprime une  personne:La reconnaissance du mode de cont...
Le TOUCHER: ..... Chaleur, pression, caresses, douleur                        FORMADEP-                        37
Le TOUCHER: ..... Chaleur, pression, caresses, douleur   Le toucher est le mode de contact le plus direct et son utilisati...
> En plus des influences sociales et culturelles, le toucher doit s’ajuster aux différencesfamiliales, sexuelles, individu...
Les DISTANCES (proxémie)         FORMADEP-         38
Les DISTANCES (proxémie)Les distances jouent un rôle important dans le contrôle du contenu et de la qualité deséchanges en...
Les DISTANCES (proxémie)Les distances jouent un rôle important dans le contrôle du contenu et de la qualité deséchanges en...
Les DISTANCES (proxémie)Les distances jouent un rôle important dans le contrôle du contenu et de la qualité deséchanges en...
Les DISTANCES (proxémie)Les distances jouent un rôle important dans le contrôle du contenu et de la qualité deséchanges en...
Les DISTANCES (proxémie)Les distances jouent un rôle important dans le contrôle du contenu et de la qualité deséchanges en...
Les POSITIONS  PHYSIQUESFORMADEP-         39
Les POSITIONS                                  PHYSIQUESLa position physique occupée par le soignant comme la personne aid...
Les POSITIONS                                      PHYSIQUES    La position physique occupée par le soignant comme la pers...
FORMADEP-   40
LE REGARDFORMADEP-         41
LE REGARDLe regard est le premier sens pour entrer en contact. Regarder la personne: c’est luisignifier qu’elle existe pou...
LE REGARDLe regard est le premier sens pour entrer en contact. Regarder la personne: c’est luisignifier qu’elle existe pou...
LE REGARDLe regard est le premier sens pour entrer en contact. Regarder la personne: c’est luiDans un deuxième temps, l’in...
LE REGARDLe regard est le premier sens pour entrer en contact. Regarder la personne: c’est luiDans un deuxième temps, l’in...
L’ECOUTEFORMADEP-              42
L’ECOUTEEcouter c’est donc, capter, entendre le message communiqué et encomprendre le contenu conceptuel et affectifQuelle...
L’ECOUTE• Afin de faciliter l’écoute et la compréhension l’infirmier(e) doit:> Ecouter c’est donc, capter, entendre le mes...
FORMADEP-   43
Ecouter, c’est faire attention à la réalité del’autre, en étant branché à l’extérieur de soi ,tout en faisant attention à ...
Ecouter, c’est faire attention à la réalité del’autre, en étant branché à l’extérieur de soi ,tout en faisant attention à ...
L’ODORAT, LEFORMADEP-      44
L’ODORAT, LE•  moins utilisés dans la relation...Néanmoins, Nous  pouvons utiliser ces modes de contact;> en reconnaissant...
FORMADEP-   45
LES VARIATIONS EN COURS DANS LA RELATION       FORMADEP-                           45
LES VARIATIONS EN COURS DANS LA RELATION•    NIVEAU 1 / La relation de civilité•    C’est un niveau reposant, où la person...
LES VARIATIONS EN COURS DANS LA RELATIONNIVEAU relation de civilité• NIVEAU 1 / La               2 / La relation fonctionn...
LES VARIATIONS EN COURS DANS LA RELATIONNIVEAU32 Lade civilitéNIVEAU relation relation de fonctionnelle: de• NIVEAU 1 / La...
LES VARIATIONS EN COURS DANS LA RELATIONNIVEAULa32 La de civilitéNIVEAU relation relation dʼaide thérapeutique:NIVEAU 4 //...
Les limites du concept de relation dʼaide          FORMADEP-                         46
Les limites du concept de relation dʼaide•    Nous pouvons tous témoigner de moments où nous avons été plus rejetant que  ...
SIGMUN FREUD 1856-1939     Inventeur de la psychanalyse comme cure par la parole,     il a découvert l’inconscient     FOR...
FORMADEP-   48
Le transfert est un processus psychologique qui tend à reporter sur des personnesou des objets apparemment neutres, des se...
• Le soin consiste psychologique quià laàpersonne personnesLe transfert est un processus                                 à...
FORMADEP-   49
•    LE CONTRE TRANSFERT•    Si le transfert est d’un point de vue psychanalytique    une projection émotionnelle de l’ ai...
FORMADEP-   50
L’ENTRETIEN INFIRMIER      FORMADEP-         50
FORMADEP-   51
Il n’existe pas de recettes, ni de techniques, mais des pistes etdes généralités typologiques à explorer...               ...
Il n’existe pas de recettes, ni de techniques, mais des pistes etdes généralités typologiques à explorer...•    Quoi qu’il...
FORMADEP-   52
QU’EST-CE QU‘UN ENTRETIEN      FORMADEP-             52
QU’EST-CE QU‘UN ENTRETIENLe mot entretien vient du verbe “entretenir” qui signifie étymologiquement: “tenirensemble”... C’...
QU’EST-CE QU‘UN ENTRETIENLe mot entretien vient du verbe “entretenir” qui signifie étymologiquement: “tenirensemble”... C’...
QU’EST-CE QU‘UN ENTRETIENLe mot entretien vient du verbe “entretenir” qui signifie étymologiquement: “tenirensemble”... C’...
QU’EST-CE QU‘UN ENTRETIENLe mot entretien vient du verbe “entretenir” qui signifie étymologiquement: “tenirensemble”... C’...
QU’EST-CE QU‘UN ENTRETIENLe mot entretien vient du verbe “entretenir” qui signifie étymologiquement: “tenirensemble”... C’...
QU’EST-CE QU‘UN ENTRETIENLe mot entretien vient du verbe “entretenir” qui signifie étymologiquement: “tenirensemble”... C’...
FORMADEP-   53
LES DIFFÉRENTS TYPES D’ENTRETIENS     FORMADEP-                      53
LES DIFFÉRENTS TYPES D’ENTRETIENSSelon la forme:                       FORMADEP-                      53
LES DIFFÉRENTS TYPES D’ENTRETIENS Selon la forme:L’entretien non directif (ex: entretien d’aide):Il s’agit d’écouter au se...
LES DIFFÉRENTS TYPES D’ENTRETIENS Selon la forme:L’entretien non directif (ex: entretien d’aide):Il s’agit d’écouter au se...
LES DIFFÉRENTS TYPES D’ENTRETIENS Selon la forme:L’entretien non directif (ex: entretien d’aide):Il s’agit d’écouter au se...
FORMADEP-   54
•    Selon le but recherché:•                              FORMADEP-   54
•        Selon le but recherché:    ••  > Accueillir >> entretien d’accueill(rôle propre: décret du 29 juillet 2004)•     ...
•        Selon le but recherché:    •> Réduire l’état de crise >> entretien de crise / d’écoute de la personne en crise(rô...
•         Selon le but recherché:     •> Réduire la souffrance psychologique >> entretien de soutien psychologique / entre...
FORMADEP-   55
> psychothérapie, selon les indications du médecin et/ou sur réflexion commune del’équipe >> entretien (individuel à visée...
•    > répondre à une demande d’aide ponctuelle >> entretiensur réflexion commune de       psychothérapie, selon les indic...
FORMADEP-   56
Selon les conditions particulières à lʼentretrien                               FORMADEP-            56
Selon les conditions particulières à lʼentretrienles variables les plus susceptibles                                FORMAD...
Selon les conditions particulières à lʼentretrienles variables les plus susceptibles    •        1- le contexte dans leque...
Selon les conditions particulières à lʼentretrienles variables les plus susceptibles   2- Lescontexte dans lequella person...
> La pathologie                  FORMADEP-   57
> La pathologie              névrose:hystérie, névrose obsessionnelle, névrose              phobie, névrose d’angoisse, né...
> La pathologie    psychose: schizophrénie, paranoïa, trouble de l’humeur, état maniaque,                névrose:hystérie,...
> La pathologie  Etat limite schizophrénie, paranoïa, trouble de l’humeur, état maniaque,    psychose:                 név...
FORMADEP-   58
3- Nos caractéristiques de soignants, cad: Ne jamais oublier l’importance de la responsabilité que nous assumons dansl’ent...
Diaporama l'entretien infirmier
Diaporama l'entretien infirmier
Diaporama l'entretien infirmier
Diaporama l'entretien infirmier
Diaporama l'entretien infirmier
Diaporama l'entretien infirmier
Diaporama l'entretien infirmier
Diaporama l'entretien infirmier
Diaporama l'entretien infirmier
Diaporama l'entretien infirmier
Diaporama l'entretien infirmier
Diaporama l'entretien infirmier
Diaporama l'entretien infirmier
Diaporama l'entretien infirmier
Diaporama l'entretien infirmier
Diaporama l'entretien infirmier
Diaporama l'entretien infirmier
Diaporama l'entretien infirmier
Diaporama l'entretien infirmier
Diaporama l'entretien infirmier
Diaporama l'entretien infirmier
Diaporama l'entretien infirmier
Diaporama l'entretien infirmier
Diaporama l'entretien infirmier
Diaporama l'entretien infirmier
Diaporama l'entretien infirmier
Diaporama l'entretien infirmier
Diaporama l'entretien infirmier
Diaporama l'entretien infirmier
Diaporama l'entretien infirmier
Diaporama l'entretien infirmier
Diaporama l'entretien infirmier
Diaporama l'entretien infirmier
Diaporama l'entretien infirmier
Diaporama l'entretien infirmier
Diaporama l'entretien infirmier
Diaporama l'entretien infirmier
Diaporama l'entretien infirmier
Diaporama l'entretien infirmier
Diaporama l'entretien infirmier
Diaporama l'entretien infirmier
Diaporama l'entretien infirmier
Diaporama l'entretien infirmier
Diaporama l'entretien infirmier
Diaporama l'entretien infirmier
Diaporama l'entretien infirmier
Diaporama l'entretien infirmier
Diaporama l'entretien infirmier
Diaporama l'entretien infirmier
Diaporama l'entretien infirmier
Diaporama l'entretien infirmier
Diaporama l'entretien infirmier
Diaporama l'entretien infirmier
Diaporama l'entretien infirmier
Diaporama l'entretien infirmier
Diaporama l'entretien infirmier
Diaporama l'entretien infirmier
Diaporama l'entretien infirmier
Diaporama l'entretien infirmier
Diaporama l'entretien infirmier
Diaporama l'entretien infirmier
Diaporama l'entretien infirmier
Diaporama l'entretien infirmier
Diaporama l'entretien infirmier
Diaporama l'entretien infirmier
Diaporama l'entretien infirmier
Diaporama l'entretien infirmier
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Diaporama l'entretien infirmier

25 861 vues

Publié le

0 commentaire
2 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
25 861
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
17
Actions
Partages
0
Téléchargements
287
Commentaires
0
J’aime
2
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • \n
  • Diaporama l'entretien infirmier

    1. 1. RELATION D’AIDE ETENTRETIENINFIRMIER
    2. 2. FORMADEP- 2
    3. 3. LE CADRE LEGISLATIF:DECRETS INFIRMIERS FORMADEP- 2
    4. 4. Décret n°2004-802 du 29 juillet 2004 relatif aux actes professionnels et à lexercice de la profession dinfirmier• Article 2• Les soins infirmiers, préventifs, curatifs ou palliatifs, intègrent qualité technique et qualité des relations avec le malade. Ils sont réalisés en tenant compte de lévolution des sciences et des techniques. Ils ont pour objet, dans le respect des droits de la personne, dans le souci de son éducation à la santé et en tenant compte de la personnalité de celle-ci dans ses composantes physiologique, psychologique, économique, sociale et culturelle : 1° De protéger, maintenir, restaurer et promouvoir la santé physique et mentale despersonnes ou lautonomie de leurs fonctions vitales physiques et psychiques en vue de favoriser leur maintien, leur insertion ou leur réinsertion dans leur cadre de vie familial ou social ; FORMADEP- 3
    5. 5. • Article 5• Dans le cadre de son rôle propre, linfirmier accomplit• les actes ou dispense les soins suivants visant à identifier les risques• et à assurer le confort et la sécurité de la personne et de son environnement• et comprenant son information et celle de son entourage :...• Entretien daccueil privilégiant lécoute de la personne avec orientation si nécessaire ; Aide et soutien psychologique ; Observation et surveillance des troubles du comportement ; FORMADEP- 4
    6. 6. • Article 5• Dans le cadre de son rôle propre, linfirmier accomplit les actes ou dispense les soins suivants visant à identifier les risques et à assurer le confort et la sécurité de la personne et de son environnement et comprenant son information et celle de son entourage :...• Entretien daccueil privilégiant lécoute de la personne avec orientation si nécessaire ; Aide et soutien psychologique ; Observation et surveillance des troubles du comportement ; FORMADEP- 5
    7. 7. • Article 6 ..., linfirmier est habilité à pratiquer les actes suivants soit en application dune prescription médicale qui, sauf urgence, est écrite, qualitative et quantitative, datée et signée, soit en application dun protocole écrit, qualitatif et quantitatif, préalablement établi, daté et signé par un médecin : Entretien individuel et utilisation au sein dune équipe pluridisciplinaire de techniques de médiation à visée thérapeutique ou psychothérapique FORMADEP- 6
    8. 8. FORMADEP- 7
    9. 9. LA RELATION: APPROCHETHÉORIQUE ET CONCEPTUELLE FORMADEP- 7
    10. 10. FORMADEP- 8
    11. 11. 1- La personne: Selon le petit Robert, individu de l’espèce humaine qui aune conscience claire de lui même et agit en conséquence. La façon dontnos caractéristiques biologiques, cognitives, émotionnelles, sociales etspirituelles se relient entre elles et avec notre environnement, fondentnotre unicité et nous définissent en tant que personne. FORMADEP- 8
    12. 12. 1- La personne: Selon le petit Robert, individu de l’espèce humaine qui aune conscience claire de lui même et agit en conséquence. La façon dontnos caractéristiques biologiques, cognitives, émotionnelles, sociales etspirituelles se relient entre elles et avec notre environnement, fondentnotre unicité et nous définissent en tant que personne. • 2- Le Petit Robert, toujours lui, définit à la page 1651 le mot relation comme: ” le caractère de deux objets qui sont tels qu’une modification de l’un entraîne une modification de l’autre”, et encore “tout ce qui, dans l’activité d’un être vivant, implique une interdépendance, une interaction (avec son milieu)”. • FORMADEP- 8
    13. 13. 1- La personne: Selon le petit Robert, individu de l’espèce humaine qui aune conscience claire de lui même et agit en conséquence. La façon dontnos caractéristiques biologiques, cognitives, émotionnelles, sociales etspirituelles se relient entre elles et avec notre environnement, fondentnotre unicité et nous définissent en tant que personne. • 2- Le Petit Robert, toujours lui, définit à la page 1651 le mot relation comme: ” le caractère de deux objets qui sont tels qu’une modification de l’un entraîne une modification de l’autre”, et encore “tout ce qui, dans l’activité d’un être vivant, implique une interdépendance, une interaction (avec son milieu)”. • 3- Le mot aide désigne: ” l’action d’intervenir en faveur d’une personne en joignant ses efforts aux siens” FORMADEP- 8
    14. 14. Aussi, que laisse entrevoir l’association de ces deux définitions ??? FORMADEP- 9
    15. 15. Aussi, que laisse entrevoir l’association de ces deux définitions ???> L’importance de l’échange et de l’interinfluence quis’établit entre les personnes, comme la contribution dechacune dans l’aide apportée. FORMADEP- 9
    16. 16. Aussi, que laisse entrevoir l’association de ces deux définitions ???> L’importance de l’échange et de l’interinfluence quis’établit entre les personnes, comme la contribution dechacune dans l’aide apportée.> L’aide n’est donc pas un processus unidirectionnel où un“expert” prodigue l’aide à une personne qui la reçoit. FORMADEP- 9
    17. 17. Aussi, que laisse entrevoir l’association de ces deux définitions ???> L’importance de l’échange et de l’interinfluence quis’établit entre les personnes, comme la contribution dechacune dans l’aide apportée.> L’aide n’est donc pas un processus unidirectionnel où un“expert” prodigue l’aide à une personne qui la reçoit. Dans la relation qui nous intéresse, il y a échange, ce qui induit une ouverture mutuelle où chacun accepte d’influencer et d’être influencé, de donner et de recevoir. FORMADEP- 9
    18. 18. FORMADEP- 10
    19. 19. 4- On retrouve dans la littérature quatre niveaux de relation:La relation de civilité: S’inscrit dans un rituel social et la volonté individuel d’uncomportement aimable, d’un échange convivial, où d’une communication informelle etbanale ne naîtra rien d’essentiel même si on parle de tout ...La relation de nature fonctionnelle: A une fonction précise dans une intention toute aussiprécise, celle de permettre une connaissance effective de “l’autre” dans un domainespécifique ...La relation de compréhension, de soutien, de réassurance: C’est la relation de soutien etde compréhension dans un but d’empathie, qui allient écoute attentive, dédramatisationde la situation, comparaison avec “le commun des mortels”, la propension à donner desconseils ...La relation d’aide thérapeutique: elle ne se décrète pas, elle ne s’improvise pas. Elle semet en place progressivement par l’instauration d’un climat de confiance, dans le respectd’un temps minimum consacrer au malade et ,pour soi même, un minimum de“psychologie”... FORMADEP- 10
    20. 20. FORMADEP- 11
    21. 21. • 5- Pour Jacques Chaliffour, “ La relation d’aide consiste en une interaction particulière entre deux personnes, l’infirmière et le client(la personne en souffrance), chacune contribuant personnellement à la recherche et à la satisfactiond’un besoin d’aide présent chez ce dernier. Cela suppose que l’infirmière qui vit cette relation adapte unefaçon d’être et de la communiquer qui soit fonction des buts poursuivis. Ces buts sont à la fois liés à lademande du bénéficiaire et à la compréhension que la personne possède de son rôle ” Afin de répondre au besoin de la personne en souffrance, l’infirmier par sa façon d’être, son aptitude àcommuniquer, son attitude, bref la qualité de sa relation à l’autre, doit, par le climat relationnel qu’ilinstaure:>> créer les conditions nécessaires à l’épanouissement psychologique de la personne,>> L’aider à la verbalisation et la clarification de ses problèmes,>> L’aider à se révéler,>> Renforcer sa capacité à affronter la réalité>> A trouver ses solutions>> A s’aider elle même...* la définition que propose Jacques chaliffour de la relation d’aide en fixe aussi les limites:“Le besoin d’être aidé” pour la personne, qui abandonne pour un moment le désir dʼêtre ce quʼil est ...(déni) FORMADEP- 11
    22. 22. FORMADEP- 12
    23. 23. LA RELATION DʼAIDE EST UN ESPACE THERAPEUTIQUE, QUE LʼONDECOUVRE ET QUE LʼON QUITTE, AU GRÉ DE SES VACATIONS.... FORMADEP- 12
    24. 24. FORMADEP- 13
    25. 25. DE LA RELATION D’AIDE ÀL’ENTRETIEN THÉRAPEUTIQUE,QUELLE DEMARCHE DE SOIN POURRÉDUIRE LA SOUFFRANCEPSYCHOLOGIQUE ? FORMADEP- 13
    26. 26. FORMADEP- 14
    27. 27. les soins relationnels apparaissent donc comme un ensemble de moyens et d’outilsutilisés dans un cadre méthodologique spécifique, mis en oeuvre par un soignantformé, le thérapeute, avec pour objectif premier de réduire au maximum la souffrancepsychologique afin de faciliter la progression du malade vers un mieux être ... Nous neparlons pas ici de guérison (...), mais de se sentir mieux en soi quelque soit sa FORMADEP- 14
    28. 28. FORMADEP- 14
    29. 29. • La souffrance psychique ne repose sur aucun support, elle ne se mesure pas et peut passer inaperçue, c’est une impression psychique intérieure et personnelle désagréable essentiellement ressentie par celui qui l’éprouve, qui seul sera apte à l’évaluer et pourra la définir de bien des façons. Ainsi prendra-t-elle le nom de mal être / blues / idées noires / stress / tensions intérieures / angoisse / anxiété / peur / tristesse / désespoir / pessimisme chronique ... Ce qui fait la souffrance, c’est donc le ressenti désagréable ou l’impression psychique désagréable d’une situation réelle ou imaginaire, de l’événement qui déclenche le sentiment ou la sensation de mal être. C’est encore le vécu désagréable d’un événement personnel ou d’une partie de son histoire. Le ressenti d’une histoire vécue, faisant à son évocation émerger des FORMADEP- 14
    30. 30. FORMADEP- 14
    31. 31. FORMADEP- 15
    32. 32. L’émotion est corporelle. C’est dans le ressenti (corporel) de la peur, de la colère, del’anxiété, de la jalousie, de la culpabilité, de la tristesse, que l’émotion, somme demessages affectifs se libère. Aussi, si on se rend sensoriellement disponible, une voiede sortie pour les émotions est possible... FORMADEP- 15
    33. 33. FORMADEP- 15
    34. 34. La pensée qui vient des émotions est polluée, seule la pensée qui vient ducoeur, accessible dans la libération et la liberté qu’on laisse à ses propresémotions, est vraie ... FORMADEP- 15
    35. 35. FORMADEP- 15
    36. 36. • Les soins relationnels ont pour objectifs de réduire la souffrance psychique, l’angoisse existentielle, réduire les peurs, l’anxiété et faire émerger un sentiment de bien être et donner de l’espoir au malade. Ces soins mettent en jeux une qualité particulière de communication verbale et non verbale (écoute et respect) et sur une attitude soignante (la présence à l’autre) dans une relation qui va devenir thérapeutique afin d’aider la personne malade à retrouver du sens à sa vie ... Et c’est la décharge de ses émotions et de ses sentiments bloqués, refoulés, enkystés qui FORMADEP- 15
    37. 37. FORMADEP- 15
    38. 38. FORMADEP- 16
    39. 39. LA DEMARCHE DE SOIN FORMADEP- 16
    40. 40. • C’est un processus d’intervention, une méthode qui dans son utilisation doit guider la pratique infirmière afin d’améliorer la santé de la personne malade. Elaborées par le soignant en parallèle et en complément du diagnostic médical de la personne, elle l’amène à mettre au point des stratégies d’intervention conçues spécialement pour satisfaire les besoins d’une personne, en tenant compte de la perception que la personne a de son problème. Sachant que la solution qu’on pense (dans notre perception, interprétation subjective personnel et professionnelle) idéale pour un malade n’est peut être pas la solution conforme à ses FORMADEP- 17
    41. 41. La démarche s’organise en 5 étapes: FORMADEP- 18
    42. 42. La démarche s’organise en 5 étapes:• - La collecte des données: où, quand, comment,pourquoi ? - L’analyse ou l’interprétation de sesdonnées - La planification d’un soin en retour - L’intervention, ou l’exécution - et l’évaluation FORMADEP- 18
    43. 43. La collecte de données FORMADEP- 19
    44. 44. La collecte de donnéesC’est un processus de recueil d’informations continu qui débute à larencontre du patient et se poursuit jusqu’à son départ. FORMADEP- 19
    45. 45. La collecte de données FORMADEP- 19
    46. 46. La collecte de donnéesune des habilités clinique de l’infirmier(e) est de reconnaître ses informationset de retenir celles particulièrement significatives pour la personne. FORMADEP- 19
    47. 47. La collecte de données FORMADEP- 19
    48. 48. La collecte de données• L’objectif du recueil de données étant:> de mesurer le degré d’intégrité et de fonctionnement dela personne> d’ identifier le problème de santé de la personne quiaffecte la personne> de reconnaître les ressources de cette personne> d’identifier la qualité de son environnement, physique ethumains> d’identifier les ressources extérieures aidantes,mobilisables dans la perspective du soin (pers de FORMADEP- 19
    49. 49. pour un recueil exploitable et perspicace des données: FORMADEP- 20
    50. 50. pour un recueil exploitable et perspicace des données:• - Recueillir des données objectives observables (mesurable, quantifiable, comme des données subjectives par l’échange, l’observation, l’écoute FORMADEP- 20
    51. 51. pour un recueil exploitable et perspicace des données:• - Recueillir des données objectives observables (mesurable, quantifiable, comme des données subjectives par l’échange, l’observation, l’écoute - Recueillir des données relatives aux conditions passées de la personne: son environnement, ses habitudes de vie, son quotidien, son histoire passée, qui aideront à mieux cerner le contexte de sa maladie, ce que vit actuellement la personne FORMADEP- 20
    52. 52. pour un recueil exploitable et perspicace des données:• - Recueillir des données objectives observables (mesurable, quantifiable, comme des données subjectives par l’échange, l’observation, l’écoute - Recueillir des données relatives aux conditions passées de la personne: son environnement, ses habitudes de vie, son quotidien, son histoire passée, qui aideront à mieux cerner le contexte de sa maladie, ce que vit actuellement la personne - Recueillir d’informations auprès de la famille, personne proche, réseau ( Médecin Traitant, psychiatre libéral, Assistante sociale, personnes proches ...) FORMADEP- 20
    53. 53. L’analyse et l’interprétation des données FORMADEP- 21
    54. 54. L’analyse et l’interprétation des données• C’est la deuxième phase de la démarche de soin, celle du diagnostic infirmier. A partir du recueil de données et de ses compétences: l’infirmier tente de cibler les problèmes observés chez la personne et d’en découvrir les causes qui semblent y être associées. FORMADEP- 21
    55. 55. FORMADEP- 22
    56. 56. La planification des soins FORMADEP- 22
    57. 57. La planification des soinsEn fonction du diagnostic formulé, la personne soignéeet l’infirmier établissent un ordre de priorité dans les FORMADEP- 22
    58. 58. La planification des soinsEn fonction du diagnostic formulé, la personne soignéeet l’infirmier établissent un ordre de priorité dans les • L’intervention, le soin FORMADEP- 22
    59. 59. La planification des soins En fonction du diagnostic formulé, la personne soignée et l’infirmier établissent un ordre de priorité dans les • L’intervention, le soin A cette étape de la démarche de soin, selon le besoin identifiée, l’infirmier(e)applique des méthodes d’intervention choisies, en s’assurant continuellement de lacollaboration et l’entière participation de la personne.• -Utiliser l’entretien comme moyen d’accompagner une personne dans la recherche et l’expression de son vécu;• -faire de l’information sur des situations de santé ;• -utiliser des activités quotidiennes comme situations thérapeutiques privilégiées pour échanger avec la personne et l’inciter à s’engager;• -utiliser l’environnement comme moyen thérapeutique,• -favoriser la participation de personnes significatives (famille, ...) dans le soin et utiliser les possibilités offertes par l’environnement pour répondre au besoin de la personne; FORMADEP- 22
    60. 60. L’évaluationFORMADEP- 23
    61. 61. L’évaluationC’est l’évaluation du résultat et le déroulement dechacune des étapes de la démarche de soin, l’atteintedes objectifs. Le soignant évalue si le problème de santésur lequel portait le soin est encore présent FORMADEP- 23
    62. 62. L’évaluation C’est l’évaluation du résultat et le déroulement de chacune des étapes de la démarche de soin, l’atteinte des objectifs. Le soignant évalue si le problème de santé sur lequel portait le soin est encore présent• >>> SI LE PROBLÈME EST RÉSOLU >>>• Nous pourrons reprendre la démarche de soin en identifiant un autre besoin, jusqu’à ce que la personne sorte de l’hôpital. FORMADEP- 23
    63. 63. L’évaluationC’est l’évaluation du résultat et le déroulement dechacune des étapes de la démarche de soin, l’atteintedes objectifs. Le soignant évalue si le problème de santésur lequel portait le soin est encore présent FORMADEP- 23
    64. 64. L’évaluationC’est l’évaluation du résultat et le déroulement dechacune des étapes de la démarche de soin, l’atteintedes objectifs. Le soignant évalue si le problème de santésur lequel portait le soin est encore présent >>> SI LE PROBLÈME PERSISTE>>> Nous devons réévaluer la pertinence de nos actions et réviser avec la personne, ensembles, chacune des étapes de la démarches ... FORMADEP- 23
    65. 65. PHOTOLANGAGE FORMADEP- 24
    66. 66. FORMADEP- 25
    67. 67. Acceptation, compréhension,FORMADEP- 25
    68. 68. LA RELATION D’AIDEC’EST D’ABORD ÊTRE EN Acceptation, compréhension, FORMADEP- 25
    69. 69. FORMADEP- 26
    70. 70. CARL ROGERS 1902-1987L’APPROCHE CENTRÉE SUR LA PERSONNEFORMADEP- 26
    71. 71. CARL ROGERS 1902-1987L’APPROCHE CENTRÉE SUR LA PERSONNE par l’ACP, Carl Rogers a mis l’accent sur la qualité de la relation entre le thérapeute et le patient par le biais de l’écoute emphatique, l’authenticité, le non jugementFORMADEP- 26
    72. 72. D’après Carl Rogers, la relation d’aide psychologique estune relation dans laquelle la chaleur de l’acceptation etl’absence de toute contrainte ou de pression de la partde l’aidant permet à la personne aidée d’exprimer aumaximum ses sentiments, ses attitudes, et ses • Toutes les techniques utilisées doivent avoir pour but de développer cette relation libre et permissive, cette compréhension de soi dans l’entretien d’aide et cette orientation vers la libre initiative de l’action. FORMADEP- 27
    73. 73. instaurer une relation d’aide, c’est respecter unprocessus relationnel découpé en trois phases: FORMADEP- 28
    74. 74. instaurer une relation d’aide, c’est respecter unprocessus relationnel découpé en trois phases: La phase d’orientation de la relation FORMADEP- 28
    75. 75. instaurer une relation d’aide, c’est respecter unprocessus relationnel découpé en trois phases: La phase d’orientation de la relation • La phase de travail ou d’émergence des identités FORMADEP- 28
    76. 76. instaurer une relation d’aide, c’est respecter unprocessus relationnel découpé en trois phases: La phase d’orientation de la relation • La phase de travail ou d’émergence des identités La phase de terminaison FORMADEP- 28
    77. 77. La phase d’orientation constitue la phase d’accueil de la personne ensouffrance dans un climat d’ouverture, de respect, d’authenticité etd’intérêt pour la personne. C’est l’émergence de la relation, la prise decontact, le moment où aidant et aidé s’apprivoisent, en exprimant leurattentes, leur crainte, leur préjugés respectifs, tissant progressivement le FORMADEP- 29
    78. 78. • La phase de travail ou d’émergence des identités: Durant cette phase, aidé et aidant se connaissent et se font confiance. Par le jeu de la révélation de soi, les deux parties se reconnaissent comme différentes et uniques. L’aidé comprendd’orientation constitue la pour lui, quelles sont ses habiletés et La phase ce que peut le soignant phase d’accueil de la personne en ses limites. dans un climat ce que la personne doit apporter dans et relation souffrance L’aidant, saisi d’ouverture, de respect, d’authenticité la pour répondrela personne. C’est l’émergence depar relation, larelationnel d’intérêt pour à son besoin. L’ aidé, enveloppé la un climat prise de empreintle moment où aidant et aidé s’apprivoisent, en exprimant leur contact, de respect et d’acceptation, va, malgré ses craintes, verbaliser son vécu,leur regarderleur préjugésréaliste, s’accepter, et développer la attentes, se crainte, d’une façon respectifs, tissant progressivement le FORMADEP- 29
    79. 79. • La phase de travail ou d’émergence des identités: Durant cette phase, aidé et aidant se connaissent et se font confiance. Par le jeu de la révélation de soi, les deux parties se reconnaissent comme différentes et uniques. L’aidé comprendd’orientation constitue la pour lui, quelles sont ses habiletés et La phase ce que peut le soignant phase d’accueil de la personne en ses limites. dans un climat ce que la personne doit apporter dans et relation souffrance L’aidant, saisi d’ouverture, de respect, d’authenticité la pour répondrela personne. C’est l’émergence depar relation, larelationnel d’intérêt pour à son besoin. L’ aidé, enveloppé la un climat prise de empreintle moment où aidant et aidé s’apprivoisent, en exprimant leur contact, de respect et d’acceptation, va, malgré ses craintes, verbaliser son vécu,leur regarderleur préjugésréaliste, s’accepter, et développer la attentes, se crainte, d’une façon respectifs, tissant progressivement le La phase de terminaison: La relation à un début et donc une fin, qui impose au soignant de l’anticiper. Il doit y préparer la personne soignée afin de faciliter la transition entre l’expérience privilégiée de la thérapie et la vie au quotidien. C’est le moment du bilan, pour relire le déroulement de l’expérience commune et faciliter le transfert des habiletés acquises à d’autre situations . FORMADEP- 29
    80. 80. FORMADEP- 30
    81. 81. La relation d’aidethérapeutique n’est FORMADEP- 30
    82. 82. La relation d’aide thérapeutique n’est• C’est une ambiance relationnelle qui favorise le soin dans sa dimension psychologique. Ce climat, le climat relationnel est d’autant plus important que les patients que nous accueillons sont atteints d’une maladie mentale, chronique pour laquelle un travail FORMADEP- 30
    83. 83. Pour entretenir le climat relationnel,L’infirmier doit: FORMADEP- 31
    84. 84. Pour entretenir le climat relationnel,L’infirmier doit: • Savoir FORMADEP- 31
    85. 85. Pour entretenir le climat relationnel,L’infirmier doit: • Savoir • Savoir être FORMADEP- 31
    86. 86. Pour entretenir le climat relationnel,L’infirmier doit: • Savoir • Savoir • Savoir être faire FORMADEP- 31
    87. 87. SAVOIR FORMADEP- 32
    88. 88. SAVOIRC’est CONNAÎTRE L’AUTRE FORMADEP- 32
    89. 89. • LA PERSONNE AIDÉE SAVOIR EST UN SYSTÈME OUVERTC’est CONNAÎTRE L’AUTRE QUI A DES CARACTÉRISTIQUES BIOLOGIQUES, COGNITIVES, SOCIALES, AFFECTIVES ET SPIRITUELLES LIÉES À SON HÉRÉDITÉ ET SON DÉVELOPPEMENT . DES EXPERIENCES DE VIE DIVERSIFIÉES QUI PERÇOIT (SENS) PENSE (DONNE UNE SIGNIFICATION) MOTIVÉE (A DES BESOINS,VALEURS, GOÛTS, INTENTIONS) MANIFESTE DES COMPORTEMENTS (DIT-FAIT) S’ADAPTE ET S’ACTUALISE EN INTERACTION AVEC L’ENVIRONNEMENT VIVANT DES TENSIONS (FRUSTRATIONS-CONFLITS-MENACES, INTERNES ET EXTERNES) SE MANIFESTANT SOUS FORME DE STRESS FORMADEP- 32 ANXIÉTÉ
    90. 90. FORMADEP- 33
    91. 91. C’est SE CONNAÎTRE SOI FORMADEP- 33
    92. 92. • LA PERSONNE AIDANTE• EST C’est SE CONNAÎTRE SOI• UN SYSTÈME OUVERT• QUI A• -DES CARACTÉRISTIQUES BIOLOGIQUES, COGNITIVES, SOCIALES, AFFECTIVES ET SPIRITUELLES• LIÉES À SON HÉRÉDITÉ ET SON DÉVELOPPEMENT• -DES EXPÉRIENCES DE VIE ET DE TRAVAIL•• POSSÉDANT CERTAINES CONNAISSANCES• DE SOI• DE SON RÔLE• DE CERTAINS CONCEPTS THÉORIQUES• DU FONCTIONNEMENT DES PROCESSUS EN COURS DANS UNE RELATION D’AIDE• POSSÉDANT CERTAINES HABILETÉS• DE CONTACT• (SENS-MOUVEMENTS-PAROLE)• À RECONNAÎTRE ET TRADUIRE LES MESSAGES CONCEPTUELS ET AFFECTIFS, VERBAUX ET NON VERBAUX• À COMMUNIQUER VERBALEMENT, NON VERBALEMENT• À ACCOMPAGNER CERTAINS PROCESSUS PSYCHOLOGIQUE EN COURS•• MANIFESTANT CERTAINES ATTITUDES• (D’EMPATHIE-D’AUTHENTICITÉ-De RESPECT-De CONFRONTATION-D’IMMÉDIATETÉ-De SPÉCIFICITÉ)• AYANT CERTAINES MOTIVATIONS• (BESOINS ET ATTENTES DANS LA RELATION) FORMADEP- 33•
    93. 93. FORMADEP- 34
    94. 94. C’est ENTRER ENFORMADEP- 34
    95. 95. C’est ENTRER EN• Au moment du soin, en plus d’une très bonne connaissance de soi, de l’autre, l’infirmier(e) doit posséder certaines habiletés dont celle associée au contact, qui se réalise tout particulièrement à l’aide de nos sens.• En Gestalt thérapie, sont définis 7 processus fondamentaux qui constituent les fonctions de contact et nous permettent d’échanger avec l’environnement FORMADEP- 34
    96. 96. C’est ENTRER EN• La première tâche à assumer d’une une relation Au moment du soin, en plus dans très bonnethérapeutique est d’établirl’autre, l’infirmier(e)personne et connaissance de soi, de le contact avec la doitd’être attentif à sa qualité tout au long deassociée au posséder certaines habiletés dont celle l’échange. contact, relation interpersonnelle,nous utilisons ces de Dans la qui se réalise tout particulièrement à l’aidefonctions pour entrer ou éviter d’entrer en relation. nos sens.• Ne pas utiliser les fonctions de contact, c’est éviter de En Gestalt thérapie, sont définis 7 processusreconnaître les pensées, les émotions, les besoins qui et fondamentaux qui constituent les fonctions de contactpeuvent s’exprimer en nous, en l’autre. C’est nier l’autre... nous permettent d’échanger avec l’environnement Les utiliser, c’est accueillir l’autre dans ses émotions,l’amener à s’ouvrir d’avantage. FORMADEP- 34
    97. 97. AMMA DARSHAN• L’ÉTREINTE D’UNE INDIENNE À CE JOUR, AMMA A PRIS DANS SES BRAS 24 MILLIONS DE PERSONNES. FORMADEP- 35
    98. 98. FORMADEP- 36
    99. 99. Aussi devons nous tenir compte de nos habiletés ou de nosréticences à utiliser ses sens ...> quels sont les sens que je privilégie dans mes échanges avecl’autre?> quels sont les sens avec lesquels je me suis habile?> Dans quels conditions ai-je tendance à me couper de la relation,et ne plus être avec la personne...> Comment je procède pour me couper de la conversation?> Qu’est-ce qui m’empêche d’utiliser librement mes sens? FORMADEP- 36
    100. 100. • ... Comme il est bon de reconnaître sur quels modes sensitifs s’exprime une personne:La reconnaissance du mode de contact que privilégie notre interlocuteur au moment deraconter son histoire, est utile pour entrer en contact avec lui et pénétrer son mondeintérieur, en faisant appel dans un mimétisme verbal, au vocabulaire qu’il privilégie...> Chacun privilégie certains sens pour se faire une représentation mentale de son Aussi devons nous tenir compte de nos habiletés ou de nosenvironnement; réticences à utiliser ses sens ...> Certaines personnes sont davantage je privilégie dans mes échanges avec > quels sont les sens que visuelles, d’autres auditives, d’autreskinesthésiques; l’autre?> Il est possiblequels sont les sens avec particulier que privilégie une personne dans le > de reconnaître le mode lesquels je me suis habile?vocabulaire qu’elle utilise pour décrire son expérience, parler d’elle même > Dans quels conditions ai-je tendance à me couper de la relation,Pour les visuels: “ j’ai vu queavec la personne... Il était habillé..., ses yeux étaient et ne plus être ..., il était placé là...,menaçant..., les murs étaient de couleurs ...” il est plus facile de se représenter une > Comment je procède pour me couper de la conversation?expérience passée à l’aide d’image. > Qu’est-ce qui m’empêche d’utiliser librement mes sens?Pour les Kinesthésiques: “ je me sens ..., j’ai l’impression de..., je n’ai pas le goût de...,j’ai peur que...” c’est ce qu’ils ressentent qui à un sens, ils se rappellent les expériencespassées grâce aux impression qu’ils ont ressenties, aux odeurs, aux sensationscorporelles.Pour les auditifs: “il y avait beaucoup de bruit..., il m’a dit..., j’ai entendu..., quelqu’un a FORMADEP- 36
    101. 101. Le TOUCHER: ..... Chaleur, pression, caresses, douleur FORMADEP- 37
    102. 102. Le TOUCHER: ..... Chaleur, pression, caresses, douleur Le toucher est le mode de contact le plus direct et son utilisation peut de ce fait représenter une menace. De la manifestation de tendresse sous forme de caresse jusqu’à l’agressivité et la violence sous forme de coups de poing, le toucher sert à transmettre des informations très variées... utilisé avec une intention d’aider a des effets thérapeutiques FORMADEP- 37
    103. 103. > En plus des influences sociales et culturelles, le toucher doit s’ajuster aux différencesfamiliales, sexuelles, individuelles de la personne... Afin de ne pas indisposer; Le TOUCHER: ..... Chaleur, pression, caresses, douleur> Dans des cas d’anxiété majeure, d’états émotifs exacerbés, mieux vaut ne pastoucher la personne; >Compte tenu de sa teneur fantasmatique et de son influence. Il est important demaîtriser ses effets et de l’utiliser de façon consciente, dans un but déterminer; Le toucher est le mode de contact le plus direct et son utilisation peut de ce fait représenter une menace. De la manifestation de>C’est untendresse sous forme de caresse jusqu’à l’agressivité et la violence moyen de communication puissant qui peut de la même façon amplifier,dévier ou sous forme de coups de poing,choix de toucher ou non la personne au cours bloquer une émotion. Aussi le le toucher sert à transmettre desd’un entretien doit êtretrès variées... utilisé avec une intention d’aider a des la personne; informations déterminé par la connaissance qu’a l’infirmier(e) de effets thérapeutiques>L’utilisation du toucher comporte une part de spontanéité, d’intuition et deconnaissance de soi;>L’infirmier(e) qui utilise le toucher doit être à l’aise avec ce mode de contact; FORMADEP- 37
    104. 104. Les DISTANCES (proxémie) FORMADEP- 38
    105. 105. Les DISTANCES (proxémie)Les distances jouent un rôle important dans le contrôle du contenu et de la qualité deséchanges entre soignant et soigné. La distance que l’infirmier(e) choisit de maintenirentre lui et la personne constitue un bon moyen de lui communiquer sa disponibilité etson ouverture à échanger sur ce qui le préoccupe... De la même manière, la distance quechoisit de garder ou de franchir le patient lors de la relation est en corrélation avec le FORMADEP- 38
    106. 106. Les DISTANCES (proxémie)Les distances jouent un rôle important dans le contrôle du contenu et de la qualité deséchanges entre soignant et soigné. La distance que l’infirmier(e) choisit de maintenirentre lui et la personne constitue un bon moyen de lui communiquer sa disponibilité etson ouverture à échanger sur ce qui le préoccupe... De la même manière, la distance quechoisit de garder ou de franchir le patient lors de la relation est en corrélation avec leLa distance intime (du contact physique à 45 cm)C’est souvent la distance du soin, qui peut susciter des sensations agréables oudésagréable, de réactions qu’il peut être opportun d’exploiter dans le cadre de la relationd’aide FORMADEP- 38
    107. 107. Les DISTANCES (proxémie)Les distances jouent un rôle important dans le contrôle du contenu et de la qualité deséchanges entre soignant et soigné. La distance que l’infirmier(e) choisit de maintenirentre lui et la personne constitue un bon moyen de lui communiquer sa disponibilité etson ouverture à échanger sur ce qui le préoccupe... De la même manière, la distance quechoisit de garder ou de franchir le patient lors de la relation est en corrélation avec leLa distance intime (du contact physique à 45 cm)C’est souvent la distance du soin, qui peut susciter des sensations agréables oudésagréable, de réactions qu’il peut être opportun d’exploiter dans le cadre de la relationd’aideLa distance personnelle (45 à 1m25) Permet une nette perception de l’autre et deséchanges verbaux tout en se protégeant, c’est la fameuse bulle protectrice. C’est lalimite de l’emprise physique sur l’autre, au delà il y a intrusion, c’est la distance optimalepour l’échange verbal, qui autorise la confidence personnelle et une certaine discrétion,qui permet au soignant de repérer une foule de signes comportementaux, d’informationsutiles au processus psychothérapeutique ... C’est la distance de l’entretien, de la relationd’aide... FORMADEP- 38
    108. 108. Les DISTANCES (proxémie)Les distances jouent un rôle important dans le contrôle du contenu et de la qualité deséchanges entre soignant et soigné. La distance que l’infirmier(e) choisit de maintenirentre lui et la personne constitue un bon moyen de lui communiquer sa disponibilité etson ouverture à échanger sur ce qui le préoccupe... De la même manière, la distance quechoisit de garder ou de franchir le patient lors de la relation est en corrélation avec leLa distance intime (du contact physique à 45 cm)C’est souvent la distance du soin, qui peut susciter des sensations agréables oudésagréable, de réactions qu’il peut être opportun d’exploiter dans le cadre de la relationd’aideLa distance personnelle (45 à 1m25) Permet une nette perception de l’autre et deséchanges verbaux tout en se protégeant, c’est la fameuse bulle protectrice. C’est lalimite de l’emprise physique sur l’autre, au delà il y a intrusion, c’est la distance optimalepour l’échange verbal, qui autorise la confidence personnelle et une certaine discrétion,qui permet au soignant de repérer une foule de signes comportementaux, d’informationsutiles au processus psychothérapeutique ... C’est la distance de l’entretien, de la relationd’aide...La distance sociale (1,20 à 2,10)C’est la distance des échanges d’ordre général, et les rapports de typesprofessionnels avec le “client”, la personne aidée. FORMADEP- 38
    109. 109. Les DISTANCES (proxémie)Les distances jouent un rôle important dans le contrôle du contenu et de la qualité deséchanges entre soignant et soigné. La distance que l’infirmier(e) choisit de maintenirentre lui et la personne constitue un bon moyen de lui communiquer sa disponibilité etson ouverture à échanger sur ce qui le préoccupe... De la même manière, la distance quechoisit de garder ou de franchir le patient lors de la relation est en corrélation avec leLa distance intime (du contact physique à 45 cm)C’est souvent la distance du soin, qui peut susciter des sensations agréables oudésagréable, de réactions qu’il peut être opportun d’exploiter dans le cadre de la relationd’aideLa distance personnelle (45 à 1m25) Permet une nette perception de l’autre et deséchanges verbaux tout en se protégeant, c’est la fameuse bulle protectrice. C’est lalimite de l’emprise physique sur l’autre, au delà il y a intrusion, c’est la distance optimalepour l’échange verbal, qui autorise la confidence personnelle et une certaine discrétion,qui permet au soignant de repérer une foule de signes comportementaux, d’informationsutiles au processus psychothérapeutique ... C’est la distance de l’entretien, de la relationd’aide...La distance sociale (1,20 à 2,10)C’est la distance des échanges d’ordre général, et les rapports de typesprofessionnels avec le “client”, la personne aidée.La distance publique (3,60 à 7,50) FORMADEP- 38Utilisée dans les échanges de courte durée ne favorise pas le contact
    110. 110. Les POSITIONS PHYSIQUESFORMADEP- 39
    111. 111. Les POSITIONS PHYSIQUESLa position physique occupée par le soignant comme la personne aidée, est unecondition intimement liée à la distance entre les personnes, qui amplifiera les effets dedistance selon le contexte du soin infirmier... FORMADEP- 39
    112. 112. Les POSITIONS PHYSIQUES La position physique occupée par le soignant comme la personne aidée, est une condition intimement liée à la distance entre les personnes, qui amplifiera les effets de distance selon le contexte du soin infirmier...• Au cours de l’échanges, tenant compte de la position occupée par la personne, l’infirmier(e) doit:>Garder le contact visuel avec la personne;>Être à la même hauteur visuelle que la personne (éviter la domination);>Être attentif à ce que les positions physiques des deux personnes optimisent le contact;>Veiller à des positions confortables pour chacun durant l’échange, afin d’éviterl’inconfort physique et la fatigue qui nuisent à la qualité de l’échange et peuventinterrompre l’entretien..;D’une manière non verbale, se préoccuper de la position physique de la personne, c’estlui signifier qu’elle est importante, réunir les conditions optimales pour l’échange, c’estaccorder de l’importance à ce qui va être dit. FORMADEP- 39
    113. 113. FORMADEP- 40
    114. 114. LE REGARDFORMADEP- 41
    115. 115. LE REGARDLe regard est le premier sens pour entrer en contact. Regarder la personne: c’est luisignifier qu’elle existe pour nous et la manière qu’on a de la regarder déterminera laqualité et la durée de l’échange. FORMADEP- 41
    116. 116. LE REGARDLe regard est le premier sens pour entrer en contact. Regarder la personne: c’est luisignifier qu’elle existe pour nous et la manière qu’on a de la regarder déterminera laqualité et la durée de l’échange. • Au cours d’un entretien, l’observation va permettre de capter de manière non verbale, des informations sur: • > l’apparence générale de la personne • > Les vêtements qu’il porte, son style, sont ils adaptés à la saison, l’âge, le sexe... • > Les parties du corps • > L’intégrité physique de la personne • > coloration de la peau, des extrémités • > son comportement FORMADEP- 41
    117. 117. LE REGARDLe regard est le premier sens pour entrer en contact. Regarder la personne: c’est luiDans un deuxième temps, l’infirmier(e) doit être attentif à la communication non verbalede la personne qui s’exprime à travers son regard, l’expression de son visage, les lasignifier qu’elle existe pour nous et la manière qu’on a de la regarder détermineraqualité et la durée de l’échange.positions qu’elle adopte durant l’entretien, les gestes, la mobilité, les tics...> Pour s’assurer de la qualité de la présence de la personne au cours de l’entretien;> De son implication, son degré d’intérêt;> De sa capacité à reconnaître les sentiments qu’il vit et leur intensité • Au cours d’un entretien, l’observation va permettre de capter de manière non verbale, des informations sur: • > l’apparence générale de la personne • > Les vêtements qu’il porte, son style, sont ils adaptés à la saison, l’âge, le sexe... • > Les parties du corps • > L’intégrité physique de la personne • > coloration de la peau, des extrémités • > son comportement FORMADEP- 41
    118. 118. LE REGARDLe regard est le premier sens pour entrer en contact. Regarder la personne: c’est luiDans un deuxième temps, l’infirmier(e) doit être attentif à la communication non verbalede la personne qui s’exprime à travers son regard, l’expression de son visage, les lasignifier qu’elle existe pour nous et la manière qu’on a de la regarder détermineraqualité et la durée de l’échange.positions qu’elle adopte durant l’entretien, les gestes, la mobilité, les tics...> Pour s’assurer de la qualité de la présence de la personne au cours de l’entretien;> De son implication, son degré d’intérêt;> De sa capacité à reconnaître les sentiments qu’il vit et leur intensité Au cours d’un entretien, l’observation va permettre de capter de manière non verbale, •ATTENTION !!! des informations sur:> à> l’apparence générale de la personne • bien distinguer les faits perçus, des impressions subjectives et prendre le temps deles > Les vêtements qu’ilpersonne; style, sont ils adaptés à la saison, l’âge, le sexe... • vérifier auprès de la porte, son> à> Les parties du corps ses observations • ne pas s’enfermer dans • > L’intégrité physique de la personne • > coloration de la peau, des extrémités • > son comportement FORMADEP- 41
    119. 119. L’ECOUTEFORMADEP- 42
    120. 120. L’ECOUTEEcouter c’est donc, capter, entendre le message communiqué et encomprendre le contenu conceptuel et affectifQuelle que soit la forme de l’échange:Plaintes: “on passe sa vie à attendre dans ce service”Information: “je me sens plus détendu qu’hier”Questions: “pourquoi je dois prendre ce médicament”Demandes: “je pourrais vous voir dans la matinée”Le message comprend deux types d’information:L’information conceptuelle: qui s’en tient à la forme syntaxique dumessage,L’information affective: qui s’en tient au fond, sémantique du FORMADEP- 42
    121. 121. L’ECOUTE• Afin de faciliter l’écoute et la compréhension l’infirmier(e) doit:> Ecouter c’est donc, capter, entendre le message communiqué et en Créer les conditions environnementales qui permettent d’entendreclairement ce quicontenu conceptuel et affectif comprendre le est dit;> Quelle que soit la forme de l’échange: qui accompagnent le message Être attentif(ve) aux indices non verbauxverbal communiqué (tonalitéàde la voix,dans ce service” Plaintes: “on passe sa vie attendre intensité émotionnelle,hésitations,...); Information: “je me sens plus détendu qu’hier”> Se mettre dans des dispositions intellectuelles et affectives pour entendre Questions: “pourquoi je dois prendre ce médicament”ce qui est dit: se rendre intellectuellement disponible, mettre Demandes: “je pourrais vous voir dans la matinée”temporairement de côté ses préoccupations, ne pas se laisser distraire pardes pensées parasites, clarifier ses attentes à l’égard de la personne;> Le message au contenudeux typesnon conceptuel de la communication et S’intéresser comprend affectif et d’information:maintenir son intérêt pour l’autre s’en tient à la forme syntaxique du L’information conceptuelle: qui> message, sur la personne; Ce centrer> L’informationsélectif dans l’écoute enau fond, sémantique du sur ce qui Eviter d’être affective: qui s’en tient s’attardant uniquementnous intéresse; FORMADEP- 42
    122. 122. FORMADEP- 43
    123. 123. Ecouter, c’est faire attention à la réalité del’autre, en étant branché à l’extérieur de soi ,tout en faisant attention à ce que la parole del’autre provoque en soi ... FORMADEP- 43
    124. 124. Ecouter, c’est faire attention à la réalité del’autre, en étant branché à l’extérieur de soi ,tout en faisant attention à ce que la parole del’autre provoque en soi ... • Et comme il restera toujours un doute ??? • Ecouter, exige de vérifier continuellement auprès de l’autre ce qu’il veut dire, car il n’y a que lui, en définitive, qui sait à peu prés ce qu’il veut dire !!! FORMADEP- 43
    125. 125. L’ODORAT, LEFORMADEP- 44
    126. 126. L’ODORAT, LE• moins utilisés dans la relation...Néanmoins, Nous pouvons utiliser ces modes de contact;> en reconnaissant la place qu’occupe le goût etl’olfaction chez la personne ( / L’appétit);> en incitant les personnes en perte de contact avec laréalité (psychotiques) à utiliser ces deux sens;> en encourageant la personne à parler de sesexpériences gustatives et olfactives, dans l’entretien,pour aider la personne à se rappeler, décrire une FORMADEP- 44
    127. 127. FORMADEP- 45
    128. 128. LES VARIATIONS EN COURS DANS LA RELATION FORMADEP- 45
    129. 129. LES VARIATIONS EN COURS DANS LA RELATION• NIVEAU 1 / La relation de civilité• C’est un niveau reposant, où la personne soignée n’a pas l’impression d’être impliquée, elle échange pour passer le temps, dans une relation “ bonjour, bonsoir”... Et pourtant l’infirmier(e) participe déjà à la synthèse, a lu le dossier de soin, sait donc où en est la personne. Quelle soit décrite comme anxieuse, déprimée, mutique, ou délirante, le “bonjour, bonsoir” sera rapporté en réunion d’équipe, analysé comme un symptôme et le signe d’un mieux être ou d’une aggravation.• La diversité des perceptions et des implications de chaque membre de l’équipe dans la relation avec une personne en particulier, permet d’avoir des lectures cliniques complémentaires.• En effet, dans la relation de civilité, les infirmier(e)s, moins impliqués sur le plan relationnel, liront mieux les enjeux psychiques de la relation et permettrons aux infirmiers “aidants” (référents), engagés dans la relation d’aide thérapeutique de prendre (par le biais des entretiens...) de la distance, de gagner en lucidité pour FORMADEP- 45
    130. 130. LES VARIATIONS EN COURS DANS LA RELATIONNIVEAU relation de civilité• NIVEAU 1 / La 2 / La relation fonctionnelle: C’est un niveau reposant, où la personne soignée n’a pas l’impression d’êtreC’est l’entretien d’accueil et d’orientation.• impliquée, elle échange pour passer le temps, dans une relation “ bonjour, bonsoir”... Et pourtant l’infirmier(e) participe déjà à la synthèse, a lu le dossier de soin, sait doncC’est une relation d’investigation, qui ne se où en est la personne. Quelle soit décrite comme anxieuse, déprimée, mutique, ou délirante, le “bonjour, bonsoir” sera rapporté en réunion d’équipe, analysé comme unlimite pas à un simple recueil de données, symptôme et le signe d’un mieux être ou d’une aggravation.oùrelationsoignant part à la permet d’avoir des lectures cliniques le avec une personne en particulier, recherche La diversité des perceptions et des implications de chaque membre de l’équipe dans• la complémentaires.d’informations importantes moins impliqués sur le plan• En effet, dans la relation de civilité, les infirmier(e)s, pour la prise encharge. (référents), engagés dans la relation d’aide thérapeutique de relationnel, liront mieux les enjeux psychiques de la relation et permettrons aux infirmiers “aidants” prendre (par le biais des entretiens...) de la distance, de gagner en lucidité pour FORMADEP- 45
    131. 131. LES VARIATIONS EN COURS DANS LA RELATIONNIVEAU32 Lade civilitéNIVEAU relation relation de fonctionnelle: de• NIVEAU 1 / La / / La relation compréhension,soutien, de réassurance: n’a pas l’impression d’être C’est un niveau reposant, où la personne soignéeC’est l’entretien passer le temps, dans une relation “ bonjour, bonsoir”... impliquée, elle échange pour d’accueil et d’orientation.•C’est l’entretien de réassurance, de soutien,sait donc Et pourtant l’infirmier(e) participe déjà à la synthèse, a lu le dossier de soin, deC’est une relation décrite comme anxieuse, déprimée, mutique,se où en est la personne. Quelle soit d’investigation, qui ne ourésolution de bonsoir” sera rapporté en réunionniveau minimum délirante, le “bonjour, problème, c’est le d’équipe, analysé comme unlimitequalité relationnelle. C’est àde données,de la pas à un simple recueil cette étape symptôme et le signe d’un mieux être ou d’une aggravation.oùrelationpeut se référer à la démarche de soin et le soignant part à la permet d’avoir des lectures cliniques recherche La diversité des perceptions et des implications de chaque membre de l’équipe dans•qu’on avec une personne en particulier, la complémentaires.d’informations importantes moins impliqués sur le plancibler des problèmes. Sachant pourle résultaten• En effet, dans la relation de civilité, les infirmier(e)s, que la prisecharge. des conseils, formules de relationnel, liront mieux les enjeux psychiques de la relation et permettrons auxobservable (référents), engagés dans la relation d’aide thérapeutique de infirmiers “aidants”réassurance, c’est ce que le patient repère pour prendre (par le biais des entretiens...) de la distance, de gagner en lucidité pourlui même, ce qu’il élabore, et qu’il est seul à FORMADEP- 45
    132. 132. LES VARIATIONS EN COURS DANS LA RELATIONNIVEAULa32 La de civilitéNIVEAU relation relation dʼaide thérapeutique:NIVEAU 4 // La relation de fonctionnelle: de NIVEAU 1 / • / La relation compréhension,soutien, de réassurance: n’ase pratique etC’est C’est unla relation où la personne soignée niveau reposant, qui s’apprend, pas l’impression d’être C’est l’entretien passer le temps, dans une relation “ bonjour, bonsoir”... impliquée, elle échange pour d’accueil et d’orientation. •s’optimise autantde réassurance, de soutien,saitse C’est l’entretien par unlatravail a lu le dossier que par un Et pourtant l’infirmier(e) participe déjà à synthèse, sur soi, de soin, de C’est une relation décrite comme anxieuse, déprimée, mutique, ou donc où en est la personne. Quelle soit d’investigation, qui ne résolution de bonsoir” sera rapporté en réunionniveau minimum délirante, le “bonjour, problème, c’est le d’équipe, analysélent cheminement vers la maîtrise d’outils comme un limitequalité relationnelle. C’est àde données, de la pas à un simple recueil cette étape symptôme et le signe d’un mieux être ou d’une aggravation.spécifiques, de techniques. de chaque membre de l’équipe dans oùrelationpeut se référer à la démarche de soin et le soignant part à la permet d’avoir des lectures cliniques La diversité des perceptions et des implications recherche • qu’on avec uneou de groupe à incontestablement lan complémentaires. individuel personne en particulier, d’informations importantes moins impliqués sur le planen cibler des psychothérapique et pourle résultaten problèmes. Sachant nous la prise En effet, dans la relation de civilité, les infirmier(e)s, que sommesune visée • charge. thérapeutes. dans la relation d’aide thérapeutique de relationnel, liront mieux les enjeux psychiques de la relation et permettrons aux observable des conseils, formules decela des infirmiers “aidants” (référents), engagésréassurance, c’est ce que le patient repère pour prendre (par le biais des entretiens...) de la distance, de gagner en lucidité pourlui même, ce qu’il élabore, et qu’il est seul à FORMADEP- 45
    133. 133. Les limites du concept de relation dʼaide FORMADEP- 46
    134. 134. Les limites du concept de relation dʼaide• Nous pouvons tous témoigner de moments où nous avons été plus rejetant que soignant, et la régulation n’y suffit pas , la pratique, le manque de temps, le manque de personnel ne suffisent pas à expliquer ces attitudes• Il suffit parfois d’introduire du sens à un comportement apparemment déviant pour que le patient, comme la relation qu’on a avec lui, changent. Ceci pose les limites de la relation d’aide qui sont en fait les notre.• La non prise en compte de la personne, l’incivilité, l’indifférence, l’incapacités à ressentir de l’empathie, toutes ces contre-attitudes sont l’expression des notions de transfert positif ou négatif, d’identification projective, de contre-transfert positif et négatif dont nous devrions être conscients pour penser modifier notre façon de FORMADEP- 46
    135. 135. SIGMUN FREUD 1856-1939 Inventeur de la psychanalyse comme cure par la parole, il a découvert l’inconscient FORMADEP- 47
    136. 136. FORMADEP- 48
    137. 137. Le transfert est un processus psychologique qui tend à reporter sur des personnesou des objets apparemment neutres, des sentiments , voir des attitudes quiexistaient par le passé, dans l’enfance vis à vis d’une personne, d’une chose...Lors d’un entretien, il pourra s’établir une relation affective particulière, amicale ouhostile, inadaptée à la situation présente, elle est déterminée par les structuresinfantiles, anciennes et anachroniques, de chacune des personnes. La prise deconscience de ces attitudes établies dans son enfance et projetées de façonrépétitive dans les situations vécues, permet de réajuster sa conduite en fonctions FORMADEP- 48
    138. 138. • Le soin consiste psychologique quià laàpersonne personnesLe transfert est un processus à révéler tend reporter sur des leou des objets apparemment neutres, des sentiments , voir des attitudesrelation processus transférentiel en jeu dans sa quiexistaient par le passé, dans l’enfance vis à vis d’une personne, d’une chose... à l’autre et particulièrement dans la relation affective qu’elle entretient avec le soignant,Lors d’un entretien, il pourra s’établir une relation affective particulière, amicale ouhostile, inadaptée à la situation présente, elle est déterminée par les structuresinfantiles, anciennes et anachroniques, de chacune rejouées La prise de tout un ensemble d’attitudes des personnes.conscience de ces attitudes établies dans son enfance et projetées de façon inconsciemment depuis son enfance, derépétitive dans les situations vécues, permet de réajuster sa conduite en fonctions manière répétitive dans son histoire de vie, afin FORMADEP- 48
    139. 139. FORMADEP- 49
    140. 140. • LE CONTRE TRANSFERT• Si le transfert est d’un point de vue psychanalytique une projection émotionnelle de l’ aidé sur la personne du soignant, le contre-transfert désigne la réaction inconsciente que le soignant aura en réponse à ce transfert vis à vis de la personne aidée. FORMADEP- 49
    141. 141. FORMADEP- 50
    142. 142. L’ENTRETIEN INFIRMIER FORMADEP- 50
    143. 143. FORMADEP- 51
    144. 144. Il n’existe pas de recettes, ni de techniques, mais des pistes etdes généralités typologiques à explorer... FORMADEP- 51
    145. 145. Il n’existe pas de recettes, ni de techniques, mais des pistes etdes généralités typologiques à explorer...• Quoi qu’il en soit son objectif et son type est infiniment plus complexe que n’importe quel soin technique. FORMADEP- 51
    146. 146. FORMADEP- 52
    147. 147. QU’EST-CE QU‘UN ENTRETIEN FORMADEP- 52
    148. 148. QU’EST-CE QU‘UN ENTRETIENLe mot entretien vient du verbe “entretenir” qui signifie étymologiquement: “tenirensemble”... C’est l’action de maintenir en bon état un objet et aussi d’échanger desparoles avec une ou plusieurs personnes... Par extension, l’échange de paroles,que favorise l’entretien, permet de maintenir en bon état (de santé) une ou plusieurspersonnes... FORMADEP- 52
    149. 149. QU’EST-CE QU‘UN ENTRETIENLe mot entretien vient du verbe “entretenir” qui signifie étymologiquement: “tenirensemble”... C’est l’action de maintenir en bon état un objet et aussi d’échanger desparoles avec une ou plusieurs personnes... Par extension, l’échange de paroles,que favorise l’entretien, permet de maintenir en bon état (de santé) une ou plusieurspersonnes... • En Psychiatrie, c’est le principal outil de communication pour l’infirmier(e) FORMADEP- 52
    150. 150. QU’EST-CE QU‘UN ENTRETIENLe mot entretien vient du verbe “entretenir” qui signifie étymologiquement: “tenirensemble”... C’est l’action de maintenir en bon état un objet et aussi d’échanger desparoles avec une ou plusieurs personnes... Par extension, l’échange de paroles,que favorise l’entretien, permet de maintenir en bon état (de santé) une ou plusieurspersonnes... • En Psychiatrie, c’est le principal outil de communication pour l’infirmier(e) Lʼentretien nʼest pas une conversation FORMADEP- 52
    151. 151. QU’EST-CE QU‘UN ENTRETIENLe mot entretien vient du verbe “entretenir” qui signifie étymologiquement: “tenirensemble”... C’est l’action de maintenir en bon état un objet et aussi d’échanger desparoles avec une ou plusieurs personnes... Par extension, l’échange de paroles,que favorise l’entretien, permet de maintenir en bon état (de santé) une ou plusieurspersonnes... • En Psychiatrie, c’est le principal outil de communication pour l’infirmier(e) Lʼentretien nʼest pas une conversation Ce nʼest pas un interrogatoire FORMADEP- 52
    152. 152. QU’EST-CE QU‘UN ENTRETIENLe mot entretien vient du verbe “entretenir” qui signifie étymologiquement: “tenirensemble”... C’est l’action de maintenir en bon état un objet et aussi d’échanger desparoles avec une ou plusieurs personnes... Par extension, l’échange de paroles,que favorise l’entretien, permet de maintenir en bon état (de santé) une ou plusieurspersonnes... • En Psychiatrie, c’est le principal outil de communication pour l’infirmier(e) Lʼentretien nʼest pas une conversation Ce nʼest pas un interrogatoireC’est un échange préparé par lequel un soignant répond à une demande d’aideconcernant une personne, et favorise la production d’un discours afin d’obtenir desinformations et agir sur la problématique subjective de la personne FORMADEP- 52
    153. 153. QU’EST-CE QU‘UN ENTRETIENLe mot entretien vient du verbe “entretenir” qui signifie étymologiquement: “tenirensemble”... C’est l’action de maintenir en bon état un objet et aussi d’échanger desparoles avec une ou plusieurs personnes... Par extension, l’échange de paroles,que favorise l’entretien, permet de maintenir en bon état (de santé) une ou plusieurspersonnes... • En Psychiatrie, c’est le principal outil de communication pour l’infirmier(e) Lʼentretien nʼest pas une conversation Ce nʼest pas un interrogatoireC’est un échange préparé par lequel un soignant répond à une demande d’aideconcernant une personne, et favorise la production d’un discours afin d’obtenir desinformations et agir sur la problématique subjective de la personneIl donne lieu à un transmission écrite dans le dossier de soin et s’appuie sur le projetthérapeutique et la démarche de soin de la personne soignée. FORMADEP- 52
    154. 154. FORMADEP- 53
    155. 155. LES DIFFÉRENTS TYPES D’ENTRETIENS FORMADEP- 53
    156. 156. LES DIFFÉRENTS TYPES D’ENTRETIENSSelon la forme: FORMADEP- 53
    157. 157. LES DIFFÉRENTS TYPES D’ENTRETIENS Selon la forme:L’entretien non directif (ex: entretien d’aide):Il s’agit d’écouter au sens strict et le plus actif qui soit. L’infirmier(e),accompagne la personne dans son cheminement de pensée et intervientseulement pour facilité la communication du vécu FORMADEP- 53
    158. 158. LES DIFFÉRENTS TYPES D’ENTRETIENS Selon la forme:L’entretien non directif (ex: entretien d’aide):Il s’agit d’écouter au sens strict et le plus actif qui soit. L’infirmier(e),accompagne la personne dans son cheminement de pensée et intervientseulement pour facilité la communication du vécuL’entretien semi-directif (ex: l’entretien d’accueil):Cet entretien par d’une idée, d’une hypothèse, d’un questionnement posés parl’infirmier(e), qui cadre ainsi d’emblée le discours. FORMADEP- 53
    159. 159. LES DIFFÉRENTS TYPES D’ENTRETIENS Selon la forme:L’entretien non directif (ex: entretien d’aide):Il s’agit d’écouter au sens strict et le plus actif qui soit. L’infirmier(e),accompagne la personne dans son cheminement de pensée et intervientseulement pour facilité la communication du vécuL’entretien semi-directif (ex: l’entretien d’accueil):Cet entretien par d’une idée, d’une hypothèse, d’un questionnement posés parl’infirmier(e), qui cadre ainsi d’emblée le discours.L’entretien directif (ex: recueil de donnée, entretien clinique):Il est conduit sur le mode d’un questionnaire, organisé et préparé. FORMADEP- 53
    160. 160. FORMADEP- 54
    161. 161. • Selon le but recherché:• FORMADEP- 54
    162. 162. • Selon le but recherché: •• > Accueillir >> entretien d’accueill(rôle propre: décret du 29 juillet 2004)• Objectifs: Accueillir, établir le contact, faciliter la communication, rencontrer, informer, instaurer la confiance, sécuriser le patient et sa famille.• Il est d’autant plus important qu’il constitue le premier contact qu’aura la personne en difficulté avec l’institution et permettra au soignant de prendre le pouls de la situation.Ainsi, ce qui est premier, ce n’est pas le recueil de donnée, mais la création du climatde confiance• Lors d’un premier entretien, le contact et le climat de confiance initiés par le soignant sont essentiel et sont l’introduction à la relation d’aide qui débutera à ce moment précis.• L’infirmier va donc assurer et favoriser dans son rôle d’accueillant, la transition du chez soi du patient à l’hôpital ou le soin ambulatoire, du connu à l’inconnu ( notion objet transitionnel), et devra en ce sens faire preuve de tact, de finesse, de respect, de compétence , pour adapter son entretien d’accueil à la situation FORMADEP- 54
    163. 163. • Selon le but recherché: •> Réduire l’état de crise >> entretien de crise / d’écoute de la personne en crise(rôle propre: décret du 29 d’accueill• > Accueillir >> entretien juillet 2004) (rôle propre: décret du de crise, desserrer l’angoisse de la personne, réduire laObjectifs: réduire l’état 29 juillet 2004)souffrance psychique et l’état d’excitation voir d’agitation psychique/physique, pourcalmer dans l’ici et maintenant contact, faciliter la communication, rencontrer, informer,• Objectifs: Accueillir, établir le instaurer la confiance, sécuriser le patient et sa famille.afin de restaurer un minimum de communication pour envisager des soins appropriés.• Il est d’autant plus important qu’il constitue le premier contact qu’aura la personne en difficulté avec l’institution et permettra au soignant de elle est aussi, souvent situation. si la crise apparaît comme un mouvement de rupture, prendre le pouls de la un Ainsi, cefondateur.moment qui est premier, ce n’est pas le recueil de donnée, mais la création du climat de confianceDans l’instant, ou dans un second temps, la verbalisation des événements constitutifs de• Lors d’un de son vécu, devrait laisser plus de trace que de cicatrice chez la personne.cette crise, premier entretien, le contact et le climat de confiance initiés par le soignant sonttrace pourra sontla suite devenir un relation important dans son histoire. LaCette essentiel et par l’introduction à la repère d’aide qui débutera à ce moment précis.verbalisation des affects, du vécu, auprès du soignant, en fera le respectable gardien decet instant de maladie et le point de départ d’une nouvelle relation... la transition du L’infirmier va donc assurer et favoriser dans son rôle d’accueillant,• chez soi du patient à l’hôpital ou le soin ambulatoire, du connu à l’inconnu ( notion L’entretien de crise n’est pas prévisible, il se fait sans rendez-vous, sans lieu précis et objet transitionnel), et devra en ce sens faire preuve de tact, de finesse, de respect,répond à une situation d’urgence ou difficile à différée. Aussi l’infirmier(e) adaptera son de compétence , pour adapter son entretien d’accueil à la situationintervention aux conditions physiques et psychiques de la personne, de même qu’aux FORMADEP-conditions dans lesquelles à lieu la rencontre (TS en en visite à domicile ou premier 54
    164. 164. • Selon le but recherché: •> Réduire la souffrance psychologique >> entretien de soutien psychologique / entretien l’état de crise >> entretien de crise / d’écoute de la personne en crised’aide(rôle propre: décret du 29 d’accueill • > Accueillir >> entretien juillet 2004) (rôle propre: décret du de crise, desserrer l’angoisse de la personne, réduire la 29 juillet 2004)(rôle propre: décret 11 février 2002)Objectifs: réduire l’étatObjectifs: Permettre à et l’état d’excitation voir d’agitationses difficultés présentes, de sessouffrance psychique la personne soignée de parler de psychique/physique, pourcraintesdans l’ici de maintenantAtténuer la souffrance psychologiquecalmer à venir, et son vécu.le contact, faciliter la communication, rencontrer, informer, • Objectifs: Accueillir, établiratténuer la la confiance, sécuriser le la personne, pour envisager des soins appropriés. instaurer souffrance psychique de patient et sa famille.afin de restaurer un minimum de communication la soutenir dans les moments difficilesdeIl est d’autant plus important qu’il constitue le premier contact pour faire des choix et • l’hospitalisation, de remobiliser par l’étayage ses ressources qu’aura la personne enagir. criseavec l’institution et permettra au soignant de elle est aussi, souvent situation. difficulté apparaît comme un mouvement de rupture, prendre le pouls de la un si la Ainsi, cefondateur. de la personne: l’aider à s’assumer seul, retrouver du sens à sa favoriser qui est premier, ce n’est pas le recueil de donnée, mais la création du climatmoment l’autonomievie, confiance projets, pour envisager sa sortie. de faire desDans l’instant, ou dans un second temps, la verbalisation des événements constitutifs de • Lors d’un de son vécu, devrait laisser plus de trace que de cicatrice chez la personne.cette crise, premier entretien, le contact et le climat de confiance initiés par le soignant sonttrace pourra sontla suite devenir un relation important dans son histoire. LaCette essentiel et par l’introduction à la repère d’aide qui débutera à ce moment précis.verbalisation des affects, du vécu, auprès du soignant, en fera le respectable gardien deIl peut être ponctuel ou, suivi d’autres entretiens, se poursuivre dans la durée. On parlecet instant de maladie et le point de départ d’une nouvelle relation... la transition du L’infirmier va donc assurer et favoriser dans son rôle d’accueillant, •alors de relation d’aide... chez soi du patient à l’hôpital ou le soin ambulatoire, du connu à l’inconnu ( notion L’entretien de crise n’est pas prévisible, il se fait sans rendez-vous, sans lieu précis et objet transitionnel), et devra en ce sens faire preuve de tact, de finesse, de respect,répond à une situation d’urgence ou difficile à différée. Aussi l’infirmier(e) adaptera son de compétence , pour adapter son entretien d’accueil à la situationintervention aux conditions physiques et psychiques de la personne, de même qu’aux FORMADEP-conditions dans lesquelles à lieu la rencontre (TS en en visite à domicile ou premier 54
    165. 165. FORMADEP- 55
    166. 166. > psychothérapie, selon les indications du médecin et/ou sur réflexion commune del’équipe >> entretien (individuel à visée) psychothérapique(rôle prescrit: décret 29 juillet 2004)Objectifs: selon les indications du médecin et/ou après réflexion commune avecl’équipePour le patient, il ne s’agit pas seulement de dire, mais aussi de s’entendre le dire.La verbalisation de ses difficultés, de ses angoisses, de son délire, face à un autre,lui permettra d’en faire un élément extérieur à lui. Quelque chose sur quoi on vapouvoir agir.La confiance est la première des conditions pour que quelque chose de l’ordre duthérapeutique s’installe. Le patient s’engage dans un processus de changement etl’infirmier s’engage à l’accompagner. L’entretien met en jeu une dynamique dans larelation soignant/soigné qui permettra au patient de trouver des bénéfices à cesentretiens. Ces bénéfices peuvent être de plusieurs ordre: l’amélioration d’unsymptôme, la reconnaissance en tant qu’être souffrant, une meilleure connaissance FORMADEP- 55
    167. 167. • > répondre à une demande d’aide ponctuelle >> entretiensur réflexion commune de psychothérapie, selon les indications du médecin et/ou unique (fréquents et de courtes durée) l’équipe >> entretien (individuel à visée) psychothérapique• Dansprescrit: décret 29 juillet 2004) le soignant doit développer l’habileté nécessaire (rôle le cadre de l’entretien unique, pour entrer rapidement en contact et identifier la demande d’aide de la personne, Objectifs: selon les indications du médecin et/ou après réflexion commune avec tout en créant un climat de confiance indispensable à l’expression de la demande. l’équipe• Si nous parvenons à identifier et à favoriser la présence de certains fils conducteurs Pour le patient, il ne s’agit pas seulement de dire, mais aussi de s’entendre le dire. entre ces courts moments de rencontre, ,il nous sera possible, malgré le peu de La verbalisation de ses difficultés, de ses angoisses, de son délire, face à un autre, temps dont on dispose, d’entrer en relation avec la personne et de faire en sorte lui permettra d’en faire un élément extérieur à lui. Quelque chose sur quoi on va qu’elle soit aidante pouvoir agir.• En fait on considère que chaque occasion de rencontrer la personne au cours de la La confiance est la première des conditions pour que quelque chose de l’ordre du journée fait partie d’un même échange, dont nous nous assurons de la continuité thérapeutique s’installe. Le patient s’engage dans un processus de changement et intellectuelle, comme c’est le cas dans un entretien “plus classique” ou plusieurs l’infirmier s’engage à l’accompagner. L’entretien met en jeu une dynamique dans la termes peuvent être abordés. relation soignant/soigné qui permettra au patient de trouver des bénéfices à ces entretiens. Ces bénéfices peuvent être de plusieurs ordre: l’amélioration d’un symptôme, la reconnaissance en tant qu’être souffrant, une meilleure connaissance FORMADEP- 55
    168. 168. FORMADEP- 56
    169. 169. Selon les conditions particulières à lʼentretrien FORMADEP- 56
    170. 170. Selon les conditions particulières à lʼentretrienles variables les plus susceptibles FORMADEP- 56
    171. 171. Selon les conditions particulières à lʼentretrienles variables les plus susceptibles • 1- le contexte dans lequel ce déroule l’entretien, cad: > Qui demande l’entretien ? > Depuis quand les personnes en présence se connaissent-elle? (systémie, dans le cadre d’intervention auprès des familles, des groupes) > Quelle relation existe entre ces personnes? > A quelle phase de la relation se situe l’entretien? > Quels sont les motivations de l’infirmier(e) et de la personne à réaliser cet entretien > Dans quel climat se déroule cet entretien? • FORMADEP- 56
    172. 172. Selon les conditions particulières à lʼentretrienles variables les plus susceptibles 2- Lescontexte dans lequella personne,l’entretien, cad: 1- le caractéristiques de ce déroule cad : • > L’âge (l’infirmier n’abordera pas de la même manière certains sujets selon l’âge de > Qui demande l’entretien ? personne) > Depuis quand les personnes en présence se connaissent-elle? Le sexe (,,) (systémie, dans le cadre d’intervention auprès l’âge, les goûts, les valeurs, la provenan > L’origine socioculturelle (plus d’affinité dans des familles, des groupes) > Quelle relation existe entre ces personnes? facilité dans notre compréhension et no socioculturelle avec quelqu’un, amène plus de > A quelle phase dede relation se situe l’entretien? intervention auprès la lui > Quels sont les motivations de l’infirmier(e) et de la personne à scolarité de la personn > La scolarité (on adaptera le contenu en fonction du niveau de réaliser cet entretien > le degré d’intérêt > Dans quel climat se déroule cet entretien? la personnalité > les goûts • FORMADEP- 56
    173. 173. > La pathologie FORMADEP- 57
    174. 174. > La pathologie névrose:hystérie, névrose obsessionnelle, névrose phobie, névrose d’angoisse, névrose post-traumatique Concerne une organisation fantasmatique centrée autour du complexe d’Oedipe et le respect du principe de réalité. L’organisation névrotique rend compte de l’intégration de la problématique oedipienne. Elle est caractérisée par l’existence de conflits intra-psychiques. le type d’angoisse dominant est l’angoisse de castration. L’individu qui s’est construit un système de relation à l’autre de type névrotique (le névrosé) a connu l’oedipe, mais cela n’a pas été résolu. Le but de la névrose est d’éviter l’angoisse soit par reconversion somatique, soit par l’adoption de rites obsessionnels. FORMADEP- 57
    175. 175. > La pathologie psychose: schizophrénie, paranoïa, trouble de l’humeur, état maniaque, névrose:hystérie, névrose obsessionnelle, névrose (PMD), Psychose Hallucinatoire Chronique phobie, névrose d’angoisse, névrose post-traumatique Concerne une organisation fantasmatique centrée autour Elle prend son départ au niveau des frustrations très précoces qui ne du complexe d’Oedipe et le respect du principe de de la permettent pas d’atteindre le niveau d’élaboration psychique réalité. L’organisation névrotique rend compte de structure névrotique, les processus psychiques sont donc primaires. Le l’intégrationjouela problématique oedipienne. Elle est conflit sous-jacent se de entre la réalité et les besoins pulsionnels bruts. caractérisée par l’existence de conflits intra-psychiques. Le type d’angoisse prévalent est l’angoisse de morcellement. le type d’angoisse dominant est l’angoisse de castration. avant, pendant et juste après la naissance, au stade oral, il y a une unité L’individu qui s’est construit un systèmefait par unification des somatique et psychique. La constitution du Moi se de relation à l’autre de type névrotique (le névrosé) aau stade oral La noyaux avant, pendant et juste après la naissance, connu l’oedipe, mais cela n’a pas été résolu. Le de sa maladie personne psychotique n’a pas conscience but de la névrose est d’éviter l’angoisse soit par reconversion somatique, soit La psychose est une perturbation primaire de la réalité affective. Elle se par l’adoption de rites obsessionnels. traduit par un désinvestissement de la réalité extérieure (mécanisme du déni) et un sur-investissement de soi même (narcissisme). Le délire est une tentative de reconstruction de la réalité perdue (sorte de mécanisme de défense). Il y a toujours un aspect négatif que sont le déni et la FORMADEP- 57 dissociation, et un aspect positif qui est le délire.
    176. 176. > La pathologie Etat limite schizophrénie, paranoïa, trouble de l’humeur, état maniaque, psychose: névrose:hystérie, névrose obsessionnelle, névrose (PMD), Psychose Hallucinatoire Chronique Son fonctionnement psychique est plus ou moins à la limite des deux phobie, névrose d’angoisse, névrose post-traumatique fonctionnements: névrotique et psychotique. Concerne une organisation fantasmatique centrée autour Elle prend son départ au niveau des frustrations très précoces qui ne La problématique centrale concerne le respect du principe de du complexe d’Oedipe et l’angoisse de perte de l’amour de permettent pas d’atteindre le niveau d’élaboration psychique de la l’autre. Le type d’angoisse est l’angoisse de “pertecompte de réalité. L’organisation névrotique rend d’objet” primaires. Le structure névrotique, les processus psychiques sont donc Chez, l’individu qui s’estde la problématique oedipienne. Elle est de type l’intégrationjoue entre la réalité et les besoins pulsionnels bruts. conflit sous-jacent se construit un système de relation à l’autre Le caractérisée par l’existence de conflits intra-psychiques. état type d’angoisse prévalent est notion de perte. La séparation n’a pas été limite, se retrouve toujours la l’angoisse de morcellement. le type d’angoisse dominant est l’angoisse de castration. faite... La personne ne supporte pas l’idée d’être déprimée, d’être atteinte avant, pendant et juste après la naissance, au stade oral, il y a une unité dans son intégrité, dans son narcissisme... Elle va doncrelation à de de développer L’individu qui s’est construit un systèmefait par unification des somatique et psychique. La constitution du Moi se manière anarchique, tous les comportements qui permettrons d’éviter l’autre de type névrotique (le névrosé) aau stade oral La connu l’oedipe, noyaux avant, pendant et juste après la naissance, d’assumer cette dépression été résolu. Le but de la névrose est mais cela n’a pas conscience de sa maladie personne psychotique n’a pas d’éviter l’angoisse soit par reconversion somatique, soit La psychose est une perturbation primaire de la réalité affective. Elle se par l’adoption de rites obsessionnels. traduit par un désinvestissement de la réalité extérieure (mécanisme du déni) et un sur-investissement de soi même (narcissisme). Le délire est une tentative de reconstruction de la réalité perdue (sorte de mécanisme de défense). Il y a toujours un aspect négatif que sont le déni et la FORMADEP- 57 dissociation, et un aspect positif qui est le délire.
    177. 177. FORMADEP- 58
    178. 178. 3- Nos caractéristiques de soignants, cad: Ne jamais oublier l’importance de la responsabilité que nous assumons dansl’entretien, les rencontres avec la personne soignée sont tout sauf accessoires dansnotre fonction soignante. L’entretien, la relation d’aide sont la dimension centrale du rôlepropre, autonome de notre fonction. FORMADEP- 58

    ×