Vers un système autonome et économe
Un fonctionnement presque classique…
Un ratio EBE/PB hors main d’œuvre de 43 %.
13 600 € de surcoûts pédagogiques financés...
-Un système Homme – Sol – Plante – Animal cohérent
- Sérénité, productivité du travail, rentabilité
- Un système alternati...
Une « ré »-organisation complète de
l’exploitation : du contexte à la
problématique…
Du contexte à la problématique…
Contexte 2004-2005 :
Fin 2004 la M.O diminue : 2 salariés au lieu de 3
2002-2004 : orienta...
2006 : Application de la nouvelle PAC, DPU, découplage…
-Montant d’un DPU normal : 181 €
-DPU jachère : 347 €
- 85 € recou...
Le pâturage : du contexte à la problématique…
Cultures Colza Blé Triticale
Rendements 27 qx/ha 61 qx/ha 60 qx/ha
Prix sans...
Le potentiel des sols de l’exploitation est limité :
MB blé pix : 835 €
MB blé avec un rendement de 90 qx/ha : 1 360 €
+ 5...
Ce système, économiquement cohérent avec le contexte ancienne
PAC, devient perfectible si l’on prend la totalité des évène...
La « ré-organisation »
-Mise en place de grillage sur les logettes (1 paillage/semaine)
-Arrêt des pré et post trempage
-V...
En 2007 : organisation
du parcellaire pour le
pâturage
Ferme de
Pixérécourt
Pâturage des vaches laitières : 26 paddocks d’herbe
Passages des VL
Points d’eau
Parcs à moutons :
le...
L’organisation du
pâturage rend
efficace…
Simplification de la conduite
-Sortie des élèves au pâturage précocement
-Augmen...
Le chien réduit la pénibilité
Conduite des VL :
Pâturage
16 kg MS
1er avr
FERMETURE
SILO
2 kg blé
15 avril
0 concentré
2 kg blé
1er
sept
fin sept
Ouvert...
Le pâturage et une conduite économe : une
stratégie gagnante…
Avant Après
Lait vendu 370 000 383 000
Moy Eco 8 274 6 652
N...
Pâturage et maïs ensilage font bon ménage…
Avant (2005) Après (2008)
Lait / ha de SFP 8 400 6 000
Concentré/VL 1 400 kg (1...
Phase 1 :
comprimer les charges opérationnelles pour investir dans les charges de
structure dont la main d’œuvre
Phase 2 :...
Après une phase de réduction des charges opérationnelles (charges
op/PB = 28 %), la question qui se pose dès 2009 :
Commen...
A partir de 2011, au niveau des VL :
6 mois ensilage d’herbe préfané
6 mois herbe pâturée
Pâturage tournant, avec des padd...
280 ha de SAU
140 ha de pelouses calcicoles en zone Natura 2000 avec 2 MAEt et divers
partenaires
50 ha de cultures de ven...
Quelques chiffres de l’année 2012
EBE : 100 k€
EBE (hors MO) : 199 k€ (41 % du PB)
Annuités : 30 k€
CAF : 70 k€
Quelques c...
La prairie temporaire base du système global
Quelques résultats d’analyses…
Enrubanné de luzerne - fléole
Foin de luzerne - fléole
Enrubanné PP Ensilage d’herbe RGH-TV
Du pâturage au maximum
Pâturage cellulaire ou tournant dynamique au printemps
140 ha en zone Natura 2000
TCS, outils à disques indépendants, mélanges
variétaux
1 affouragement/semaine
En 2009 : 300 arbres ont été implantés sur un modèle agroforestier
Blé derrière prairie temporaire typée pâture
:
Charges : 132 €/ha (48 € semences / 62 € de
phytos / 32 € de fertilisation)...
Photo DAL
Le schéma de croisement rotatif n’est pas figé :
♀Prim’Holstein x ♂ Montbéliard
♀ PH Montbé x ♂ Jersiais
♀ PH Mtbé Jer x ♂...
Génération 2 races 3 races 4 races
% % %
1 100 100 100
2 50 100 100
3 75 75 100
4 63 88 88
5 69 88 94
6 66 84 94
7 67 86 9...
Conduite des VL en 2014
1er avril
Fermeture du
silo
Introduction des
taureaux (1 avec
les VL et 1 avec
les génisses)
Herbe...
Un système agneaux de bergerie « contraint »
Gestion de la troupe ovine : le Plateau de Malzéville, une pelouse calcicole
classée Natura 2000
2 Mesures Agro-Environnem...
Un système agneaux de bergerie « contraint »
Le potentiel limité de nos sols pour des cultures de vente nous a conduit nat...
Quelques critères technique et économique
1 désherbage total 1 année sur 5 sur une même unité de surface
Sur céréales : 1 ...
- Hygiène, croisements, agroforesterie, désherbage zootechnique…
- Affouragement hebdomadaire basé sur 1 place pour 3 VL
-...
Vision des partenaires vs Vision de l’exploitation
Objectifs des partenaires vs Objectifs du système et de l’équipe en pla...
- Persévérer avec ou sans partenaires (et des nouveaux)
- La principale difficulté : tenter la différence sans être margin...
- Aujourd’hui, la valorisation pédagogique et les visites de groupe s’en trouvent
améliorées.
-Utilisation pédagogique de ...
Certains choix facilitent les interactions avec la pédagogie, notamment
par une approche globale et pluridisciplinaire : c...
Perspectives et projets à court terme
Arrêt des traitements antibiotiques en lactation gestion rigoureuse au tarissement
D...
Atelier 1: A la découverte de la ferme du lycée de Pixérécourt et de ses pratiques innovantes
Atelier 1: A la découverte de la ferme du lycée de Pixérécourt et de ses pratiques innovantes
Atelier 1: A la découverte de la ferme du lycée de Pixérécourt et de ses pratiques innovantes
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Atelier 1: A la découverte de la ferme du lycée de Pixérécourt et de ses pratiques innovantes

960 vues

Publié le

1ères Biennales des conseillers fourragers 2015 - Bertrand Cailly (Lycée agricole de Pixérécourt)

Publié dans : Ingénierie
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
960
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
208
Actions
Partages
0
Téléchargements
20
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Atelier 1: A la découverte de la ferme du lycée de Pixérécourt et de ses pratiques innovantes

  1. 1. Vers un système autonome et économe
  2. 2. Un fonctionnement presque classique… Un ratio EBE/PB hors main d’œuvre de 43 %. 13 600 € de surcoûts pédagogiques financés par la Région Lorraine La main d’œuvre représente 30 % des charges
  3. 3. -Un système Homme – Sol – Plante – Animal cohérent - Sérénité, productivité du travail, rentabilité - Un système alternatif au modèle traditionnel lorrain - La MO n’est pas une variable d’ajustement, la valeur ajoutée en est une - Ne pas naviguer entre 2 systèmes : aller jusqu’au bout de la logique Des objectifs simples et clairs
  4. 4. Une « ré »-organisation complète de l’exploitation : du contexte à la problématique…
  5. 5. Du contexte à la problématique… Contexte 2004-2005 : Fin 2004 la M.O diminue : 2 salariés au lieu de 3 2002-2004 : orientation du troupeau intensive pour livrer du lait d’été Problèmes de reproduction, mammites Coûts de production élevés : charges op sur maïs 300 €/ha vs herbe : 50 € Charges de structure élevées pour le maïs : récolte et distribution Complémentation en azote Temps en bâtiment : paillage et gestion des effluents Temps de travail, organisation, M.O
  6. 6. 2006 : Application de la nouvelle PAC, DPU, découplage… -Montant d’un DPU normal : 181 € -DPU jachère : 347 € - 85 € recouplés pour un ha de SCOP (dont le maïs) - Différentiel d’aides compensatrices / ha beaucoup moins important entre 1 ha d’herbe et 1 ha de maïs - Rendement moyen du maïs : 8 – 11 T de MS -Rendement moyen céréales : 60 qx/ha -Rendement moyen colza : 27 qx/ha Du contexte à la problématique…
  7. 7. Le pâturage : du contexte à la problématique… Cultures Colza Blé Triticale Rendements 27 qx/ha 61 qx/ha 60 qx/ha Prix sans acomptes 350 €/T 130 €/T 110 €/T Partie recouplée aide SCOP Environ 80 € Environ 80 € Environ 80 € Produits (€/ha) 1025 873 Charges opérationnelles (€/ha) 343 280 300 Marges Brutes (€/ha) nouvelle PAC 682 593 440 Marges Brutes (€/ha) ancienne PAC (345 € couplés) 947 858 705 740
  8. 8. Le potentiel des sols de l’exploitation est limité : MB blé pix : 835 € MB blé avec un rendement de 90 qx/ha : 1 360 € + 525 € « C’est le rendement qui fait la marge : » Les intrants ont peu d’influence sur le rendement final, c’est le potentiel pédo-climatique qui est prépondérant. Sur 2006 – 2007, la marge brute lait est de 1 408 €/ha de SFP soit un différentiel de 573 €/ha Du contexte à la problématique…
  9. 9. Ce système, économiquement cohérent avec le contexte ancienne PAC, devient perfectible si l’on prend la totalité des évènements ayant eu lieu depuis 2004-2005. Il génère également une sous valorisation des prairies permanentes en place par une gestion de l’herbe trop libérale. Par conséquent, il convient de mieux valoriser l’existant, puis de développer le pâturage des VL sur l’exploitation et l’autonomie alimentaire sur l’atelier ovin En semant des PT, nous espérions travailler moins en gagnant autant, si ce n’est plus Du contexte à la problématique…
  10. 10. La « ré-organisation » -Mise en place de grillage sur les logettes (1 paillage/semaine) -Arrêt des pré et post trempage -Veaux laissés avec les VL au moins 48 h après vêlage -Concentré « fermier » pour les veaux -Moins de temps en bâtiment pour les génisses -Moins de concentré pour les VL -Organisation différente l’hiver -Semis de 15 ha de PT RGA-TB (Méthode Pochon) ⇒Moins de fertilisation
  11. 11. En 2007 : organisation du parcellaire pour le pâturage
  12. 12. Ferme de Pixérécourt Pâturage des vaches laitières : 26 paddocks d’herbe Passages des VL Points d’eau Parcs à moutons : les P F1 F2 F3 F4 F5 Bergerie N7 N6 N8N9 N10 N11 N13 N12 N14 N15 N16 T1n17 T1n18 Clôtures Route du Moulin Noir 80% de PT en rotation avec les céréales 20% de PP 36 ha prédécoupés (26) et redécoupés (65) pour du pâturage cellulaire 50 ha accessibles si besoin (70 ares/VL) 11 j d’avance à la fermeture du silo La Meurthe
  13. 13. L’organisation du pâturage rend efficace… Simplification de la conduite -Sortie des élèves au pâturage précocement -Augmentation du nombre de nuitées en pâtures -Limitation de la quantité de fourrages stockés distribués -Allongement de la période sans distribution -Suppression du concentré au VL pendant le pâturage -Pas d’affouragement en vert
  14. 14. Le chien réduit la pénibilité
  15. 15. Conduite des VL : Pâturage 16 kg MS 1er avr FERMETURE SILO 2 kg blé 15 avril 0 concentré 2 kg blé 1er sept fin sept Ouvert ure du silo Maïs 3-4 kg MS monotrai te 1er juillet Maïs 7-10 kg MS 0 concentré 15 octobre : nuit à l’étable => pas d’azote tant que le maïs ne dépasse pas ½ ration Maïs 14 – 16 kg MS + 3 kg soja soja 3 – 3.5 kg 0 1er décembr e : jour et nuit à l’étable Maïs 14 – 16 kg MS + 3 à 4 kg soja 10 mars : sortie des VL le jour IA Génisses : Foin et concentré fermier A l’herbe, complémentation à partir d’août pour les génisses de moins d’1 an (3 à 400 g de blé) Vêlages
  16. 16. Le pâturage et une conduite économe : une stratégie gagnante… Avant Après Lait vendu 370 000 383 000 Moy Eco 8 274 6 652 Nombre VL 47 58 SFP lait 58 64 Surface Maïs [% SFP] 18-20 [33%] 13-15 [20 %] Cultures de vente 78.5 72 6.5 ha de SFP lait en plus
  17. 17. Pâturage et maïs ensilage font bon ménage… Avant (2005) Après (2008) Lait / ha de SFP 8 400 6 000 Concentré/VL 1 400 kg (177 g/L) 460 kg (70 g/L) MB atelier 77 000 90 000 MB (€/ML) 208 235 MB lait/ha 1 328 1 406 MB lait/VL 1 638 1 552 En 2007 - 2008, en rationalisant le travail, en valorisant mieux l’existant et en fermant le silo 6 mois nous avons réalisé de sérieux gains de temps et des économies 13 000 € de MB lait supplémentaire -6.5 ha de cultures de vente * 835 € (blé à 170 €/T) soit 5 428 € = 7 572 € de MB globale en plus (10 500 € si blé = 100€/T et 2 700 € si blé = 300 €/T A 400 €/T => remise en question du système ? (aliments, intrants….)
  18. 18. Phase 1 : comprimer les charges opérationnelles pour investir dans les charges de structure dont la main d’œuvre Phase 2 : garder le cap, augmenter les produits sans toucher aux charges opérationnelles La ré-organisation au fil du temps… …Au service d’un système atypique
  19. 19. Après une phase de réduction des charges opérationnelles (charges op/PB = 28 %), la question qui se pose dès 2009 : Comment augmenter la marge sans toucher aux charges ? Une seule solution : augmenter les produits, comment ? Les solutions retenues : -Persévérer dans les TCS et évoluer vers le SD -Arrêt du maïs ensilage -Croisements de VL inter-races - des effets bénéfiques déjà visibles avec une douzaine de Normandes et 6 Jersiaises : TP 35.5
  20. 20. A partir de 2011, au niveau des VL : 6 mois ensilage d’herbe préfané 6 mois herbe pâturée Pâturage tournant, avec des paddocks d’1 are / VL / j (21 paddocks) En 2008 : 550 kg de concentrés / VL (88 g / L) ; (100 g/L en 2009) Pas de pré- ni de post- trempage (depuis 2005) 2 * 12 simple équipement DAC DAL 100 % IA Vêlage 24 mois ou 30 mois Auge double libre service : 1 affouragement/semaine 1 passage de pailleuse / semaine
  21. 21. 280 ha de SAU 140 ha de pelouses calcicoles en zone Natura 2000 avec 2 MAEt et divers partenaires 50 ha de cultures de vente 26 ha en agroforesterie Non labour intégral depuis 2006 80 ha de SFP : 20 de PP, 13 ha de luzerne/fléole et 57 ha de PT graminées – légumineuses. Une plateforme d’essais fourragers avec Semences de France 70 VL en cours de croisement, 430 000 L de quota (dont vente directe) Zéro maïs / 6 mois de pâturage intégral 200 brebis Est à laine mérinos Centre d’élevage des béliers Est à Laine Mérinos Accueil de scolaires à la ferme Prestations de service : broyage et pâturage d’aires de pique-nique Point de vente collectif sur la ferme (CA : 170 k€, 8 associés, 1 salariée, 1,5 jours d’ouverture/s) Aujourd’hui, le système en quelques chiffres
  22. 22. Quelques chiffres de l’année 2012 EBE : 100 k€ EBE (hors MO) : 199 k€ (41 % du PB) Annuités : 30 k€ CAF : 70 k€ Quelques chiffres de l’année 2013 Organisation : 1 week-end / 3 Heures supplémentaires, primes liées à l’EBE (4%) Formation continue
  23. 23. La prairie temporaire base du système global
  24. 24. Quelques résultats d’analyses… Enrubanné de luzerne - fléole Foin de luzerne - fléole Enrubanné PP Ensilage d’herbe RGH-TV
  25. 25. Du pâturage au maximum Pâturage cellulaire ou tournant dynamique au printemps
  26. 26. 140 ha en zone Natura 2000
  27. 27. TCS, outils à disques indépendants, mélanges variétaux
  28. 28. 1 affouragement/semaine
  29. 29. En 2009 : 300 arbres ont été implantés sur un modèle agroforestier
  30. 30. Blé derrière prairie temporaire typée pâture : Charges : 132 €/ha (48 € semences / 62 € de phytos / 32 € de fertilisation) Rdt : 68 qx/ha
  31. 31. Photo DAL
  32. 32. Le schéma de croisement rotatif n’est pas figé : ♀Prim’Holstein x ♂ Montbéliard ♀ PH Montbé x ♂ Jersiais ♀ PH Mtbé Jer x ♂ Rouge Suédois ♀ PH Mtb Jer RS x ♂ Normand + de gabarit, + de fonctionnels, + de taux Réduction du gabarit, + de fonctionnels, + de taux + de gabarit, + de fonctionnels, + de taux, - de cellules, gène sans cornes + + gabarit, + fonctionnels ♀ PH Mtb Jer RS N x ♂ PH (retour à la race de départ) Les croisements : la recherche d’une vache flexible et idéale
  33. 33. Génération 2 races 3 races 4 races % % % 1 100 100 100 2 50 100 100 3 75 75 100 4 63 88 88 5 69 88 94 6 66 84 94 7 67 86 94 8 67 86 93 9 67 86 93 Pourcentage d’hétérosis selon le nombre de génération et le nombre de races utilisées Pourquoi 3 ou 4 voies ?
  34. 34. Conduite des VL en 2014 1er avril Fermeture du silo Introduction des taureaux (1 avec les VL et 1 avec les génisses) Herbe pâturée en plat unique Zéro concentré Complé- mentat- ion enruban- né 15/07 – 10/08 1er octobre Ouverture du silo d’herbe Début des vêlages Complémentation au DAC Retrait des taureaux 1/3 ensilag e d’herbe 2/3 pâture 2/3 ensilag e d’herb e 1/3 pâture 100 % ensilage d’herbe 20/10 20/11 10/03 1er avril Fermeture du silo 15 décembre : début des IA 1er avril : fin des IA 200 à 220 jours et nuits en pâture 140 à 165 nuits en bâtiment
  35. 35. Un système agneaux de bergerie « contraint »
  36. 36. Gestion de la troupe ovine : le Plateau de Malzéville, une pelouse calcicole classée Natura 2000 2 Mesures Agro-Environnementales ont été souscrites par l’exploitation afin de maintenir la biodiversité de ce milieu remarquable : zéro fertilisation et fauche tardive. Cette zone est gérée par la troupe ovine d’Avril à Octobre, une alternance de pâturage et de fauches tardives maintiennent le paysage ouvert ainsi que la faune et la flore spécifiques à cette pelouse calcicole.
  37. 37. Un système agneaux de bergerie « contraint » Le potentiel limité de nos sols pour des cultures de vente nous a conduit naturellement vers davantage de prairies productives et un système tout herbe pour les vaches laitières. Notre entourage pourrait s’attendre à voir une conduite d’agneaux d’herbe… Seulement, la productivité du plateau atteint, en moyenne, 1 T de Matière Sèche par hectare (contre 6 à 7 pour des prairies permanentes classiques, voire 8 à 12 pour des prairies temporaires associant graminées et légumineuses). De plus, en dépit d’une flore riche et variée, la valeur nutritive du couvert herbacé est très pauvre : elle ne permettrait pas de subvenir aux besoins alimentaires d’une brebis allaitant ses agneaux. Par conséquent, les brebis pâturent le Plateau lorsqu’elle sont taries, ainsi qu’en début de gestation. Les agnelages ont lieu en bergerie, sur 2 périodes : de fin octobre à fin novembre et du 15 janvier au 15 février. Cette conduite nous amène à engraisser les agneaux sous la mère, en bergerie. Au sevrage, les agneaux sont nourris avec du foin, des céréales auto-produites et un aliment azoté du commerce.
  38. 38. Quelques critères technique et économique 1 désherbage total 1 année sur 5 sur une même unité de surface Sur céréales : 1 désherbage d’automne unique et 1/3 à ½ dose de fongicides Complémentation des VL : 100 g de concentré/L de lait – 6400 L moy éco 85% du lait par les fourrages 160 L de lait/heure travaillée Prolificité : 1,6 et Productivité numérique : 1,15 Zéro phytos sur la SFP 46 à 85 U d’N sur les céréales à paille derrière PT Charges op/PB : 21 % Ni insecticides, ni régulateur de croissance. Désherbage mécanique lorsque cela est possible. En 2013 : 88 kg d’N/ha (hors plateau) et 82 kg de correcteur azoté /VL / an (12 g/L) IFT : 0.9 avec les prairies temporaires / 1.3 sans les prairies temporaires Quelques critères technico-économique
  39. 39. - Hygiène, croisements, agroforesterie, désherbage zootechnique… - Affouragement hebdomadaire basé sur 1 place pour 3 VL - Système maxi-pâturage / mini-concentrés - Certains repères habituels non applicables La mise en place d’un tel système interpelle en interne et en externe…
  40. 40. Vision des partenaires vs Vision de l’exploitation Objectifs des partenaires vs Objectifs du système et de l’équipe en place Les partenaires : freins et moteurs dans l’évolution
  41. 41. - Persévérer avec ou sans partenaires (et des nouveaux) - La principale difficulté : tenter la différence sans être marginalisé. - Pas de groupe de réflexion ou de comité d’orientation, la plupart des choix ont été faits par l’équipe de l’exploitation et validée en CE et en CA volonté d’être plus dans l’action que dans le projet. - Les résultats technico-économiques globaux (EBE, ratio charges/produits) et le ressenti des salariés nous conduisent à aller plus loin. - Peu de soutiens ou d’aide durant la réorganisation Durant la réorganisation :
  42. 42. - Aujourd’hui, la valorisation pédagogique et les visites de groupe s’en trouvent améliorées. -Utilisation pédagogique de diverses filières : production, générales, IAA, GPN, ACSE, PA… - Notre présence au sein de divers groupes technico-économiques locaux ou nationaux ont conforté nos choix et permis des comparaisons valorisables pédagogiquement. - Aujourd’hui, les salariés se forment pour aller plus loin : voyage d’étude, phytothérapie, techniques alternatives. Le travail étant différent d’un système plus classique, ils se sentent plus « en phase » avec les attentes sociétales.
  43. 43. Certains choix facilitent les interactions avec la pédagogie, notamment par une approche globale et pluridisciplinaire : croisements pour plus de flexibilité, circuits courts, gestion de l’herbe, non labour, agroforesterie… Un des points forts pédagogiques et pour les partenaires professionnels est la crédibilité économique : « on peut ne pas partager les choix, le système, mais il est rentable économiquement, dans son contexte pédoclimatique ». Une difficulté majeure : appréhender un système où tout est lié n’est pas simple pour les élèves les plus jeunes.
  44. 44. Perspectives et projets à court terme Arrêt des traitements antibiotiques en lactation gestion rigoureuse au tarissement Développer la phytothérapie « naturelle » : mise en place d’essences de bourrage au niveau de l’agroforesterie ayant des vertus thérapeutiques. La gestion du pâturage pression parasitaire très faible (bovins au cas par cas en fonction des lots, ovins traitements en phytothérapie et/ou conventionnel) Accroitre la vente en « caissettes » en prenant garde que diversification ne rime pas avec dispersion Une question de fond : arrêt du glyphosate ou non c’est-à-dire poursuivre vers le SDSC ou travailler davantage le sol. Poursuivre dans l’amélioration des conditions de travail. Identifier des schémas de croisement donnant des animaux adaptés au système. Question : notre système et notre structure risque d’être « déconnectés » du contexte local : Aujourd’hui, réel intérêt de la communauté éducative, des élus professionnels Demain ?

×