Choisir une stratégie de reproduction adaptée à son objectif de reproduction

418 vues

Publié le

CapVert 2015 - Atelier F

Publié dans : Ingénierie
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
418
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
81
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Choisir une stratégie de reproduction adaptée à son objectif de reproduction

  1. 1. Les différentes périodes de reproduction Création-réalisation:ValérieLOCHON-ChambreRégionaled’AgriculturePoitou-Charentes-Editionseptembre2015 La gestion de la production laitière annuelle est au cœur des préoccupations de l’éleveur de chèvres. La stratégie de reproduction est un des leviers qui permet de faire fluctuer la courbe de lait. ATELIER F : CHOISIR UNE STRATÉGIE DE REPRODUCTION ADAPTÉE À SON OBJECTIF DE PRODUCTION Intervenants : Alice Fatet (INRA), Lisa Johnson (Genoé), Fabrice Bidan (Institut de l’Elevage), Mathilde Tuauden (Touraine Conseil Elevage). Journée Technique Cap’Vert - 24 septembre 2015 0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 Sept Oct Nov Dec Jan Fév Mars Avril Mai Juin Juillet Aout %dechèvresenchaleurs Avance de saison Saison sexuelle Contre saison Chaleurs naturelles Seule             Avec traitement lumineux       Effet bouc Seul             Avec traitement lumineux       Eponge + traitement lumineux       Traitement hormonal Seul             Avec traitement lumineux       Une stratégie de reproduction adaptée existe pour chaque période de l’année. Le choix de l’une d’entre elles se détermine en fonction des contraintes et des priorités de l’éleveur (groupage, synchronisation, respect de cahier des charges, nombre de cycles induits…). Avec le soutien financier de : PANNEAU ATELIER F.indd 1 10/09/2015 17:12:02
  2. 2. Création-réalisation:ValérieLOCHON-ChambreRégionaled’AgriculturePoitou-Charentes-Editionseptembre2015 Changer la courbe de production d’un troupeau Trois solutions sont possibles pour changer la courbe de production d’un troupeau : modifier la période de reproduction en l’avançant ou en la reculant ou avoir recours aux lactations longues. Quelle que soit la solution choisie, tout changement de courbe de production doit être réfléchi et ne sera pas sans risque l’année de la mise en place. Retarder la période de reproduction : Conséquences Baisse de la fertilité au-delà de 240 jours d’intervalle MB-IA Dégradation de la fertilité accrue avec le rang de lactation. Baisse du lait produit sur la campagne de transition  pic de lactation décalé, risque de tarissement spontané Recommandations - Attention au choix des chèvres :  Lactation plus longue  doit tenir en lait  En cas de doute, décaler progressivement sur plusieurs années - Sur les chevrettes : animaux improductifs, qui risquent d’engraisser  Préférable de les retarder sur leur 1ère lactation Intervenants : Alice Fatet (INRA), Lisa Johnson (Genoé), Fabrice Bidan (Institut de l’Elevage), Mathilde Tuauden (Touraine Conseil Elevage). Journée Technique Cap’Vert - 24 septembre 2015 ATELIER F : CHOISIR UNE STRATÉGIE DE REPRODUCTION ADAPTÉE À SON OBJECTIF DE PRODUCTION 53% 50% 46% 42% 39% 59% 62% 60% 58% 57% 51% 50% 48% 47% 46% 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% Primipares L2 L3 L4 L5-10 Fertilitéàl’insémination Rang de lactation ≤180 j ]180-240 j] >240 j Intervalle entre la mise-bas précédente et l’IA Toute modification de la reproduction a des conséquences sur la fertilité, notamment à l’insémination. Lorsque les chèvres sont mises à la reproduction de façon régulière, l’intervalle entre la mise-bas et l’insémination est d’environ 210 jours. C’est autour de cet intervalle que la fertilité est la meilleure. Un intervalle de moins de 180 jours signifie que la reproduction a été avancée, tandis qu’un intervalle de plus de 240 jours montre une lactation prolongée ou longue. Avancer la période de reproduction : Conséquences Impact possible sur la fertilité, dégradation accrue avec le rang de lactation  gestion des échecs, réformes Baisse du lait produit sur la campagne  tarissement plus tôt donc plus compliqué Recommandations - Ne pas avancer de plus d’un cycle par an : 180 jours minimum de délai MB-IA - Ne pas cumuler trop d’avances consécutives  risque d’érosion de la fertilité - Sur les chevrettes = une bonne croissance est nécessaire  Sinon les avancer sur leur première lactation Lactations longues : Conséquences Chèvres ayant fait des lactations longues réputées moins fertiles  MAIS les bases de données ne distinguent pas les lactations longues choisies (bonnes productrices ) ou subies (en échec de reproduction). Amélioration de la production de lait sur la campagne uniquement avec des chèvres fortes productrices. Recommandations - Attention au choix des chèvres :  Multipares : lait > 3,5kg  Primipares : Lait > 3 kg  Statut cellulaire OK Pour réduire les risques = préférez travailler sur des animaux jeunes. Anticipez les échecs de reproduction = prévoir le devenir des chèvres vides. Afin d’être réactif = surveillez bien le déroulement de la reproduction et contrôlez régulièrement les pseudogestations. Mais avant toute chose, posez-vous les bonnes questions afin de faire le bon choix : - Quels sont mes objectifs de (re)production ? (périodes, étalement…) - Que me permet mon/mes bâtiment(s) ? ( séparation , stockage foin…) - Quelles sont les périodes de forte activité de l’exploitation ? - Quels investissements suis-je prêt à faire? (temps, argent…) Avec le soutien financier de : PANNEAU ATELIER F.indd 2 10/09/2015 17:12:05
  3. 3. Création-réalisation:ValérieLOCHON-ChambreRégionaled’AgriculturePoitou-Charentes-Editionseptembre2015 ATELIER F : MAITRISE DE LA SAISONNALITE CHEZ LA CHEVRE Devant les besoins du marché en lait de chèvre tout au long de l’année et les fluctuations annuelles du prix du lait, le désaisonnement et la maîtrise de la reproduction sont devenus essentiels en élevage caprin. De nombreuses techniques ont été développées à ces fins, telles que les traitements lumineux, la synchronisation des chaleurs, le diagnostic et le suivi de gestation et l’insémination animale (IA). Ces techniques contribuent à la maîtrise de la reproduction en élevage caprin. La photopériode contrôle la saisonnalité de la reproduction Le démarrage et la durée de la saison sexuelle dépendent de nombreux facteurs comme la latitude, le climat, la race, le stade physiologique, la présence de mâles, les conditions d’élevage et, principalement, la photopériode (ou durée du jour). La mélatonine, hormone secrétée pendant la nuit, permet à l’animal de mesurer la durée du jour. La saison sexuelle est la période où les femelles présentent des cycles sexuels spontanés, c’est-à-dire à la fois une activité ovulatoire cyclique et régulière et des comportements de chaleur. Pendant la période de repos sexuel ou d’anoestrus, les femelles ne présentent ni ovulation, ni comportement d’oestrus. Pendant les périodes intermédiaires, on peut observer des comportements sexuels sans ovulation et des ovulations "silencieuses", c’est-à-dire non accompagnées de chaleurs. 0:00 3:00 6:00 9:00 12:00 15:00 18:00 21:00 0:00 Jan Fév Mars Avr Mai Juin Juil Août Sept Oct Nov Déc Heure 0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 Pourcentagedechèvrescycliques Anœstrus Saison sexuelle TLC + PG1 TL 90JL/90JC/90JL/90JC + PG1 TLC + HF TL 90JL/90JC/90JL/90JC + HF PG2 HF (race Murciano-Granadina) TLC : Traitement Lumineux Classique TL 90JL / 90JC / 90JL / 90JC : Traitement Lumineux spécifique pour préparer un effet mâle en saison sexuelle PG1 : Protocole basé sur l’effet mâle et 1 injection de prostaglandine PG2 : Protocole basé sur l’effet mâle et 2 injections de prostaglandine HF : Protocole sans hormone basé sur l’effet mâle (Hormone Free) Protocoles de synchronisation après traitement lumineux Protocoles de synchronisation sans traitement lumineux PG1 (race Murciano-Granadina) La SaISOnnaLIté DE La reproduction cHez La cHèvre CHaPItRE1 À retenir REPOS SEXUEL SAISONNIER Anœstrus saisonnier Saison sexuelle commune à toutes les races du projet NOVEMBRE SAISON SEXUELLE NATURELLE Femelles sexuellement actives Repos sexuel commun à toutes les races du projet JANVIER MAI JUIN La saison sexuelle naturelle est la période où toutes les femelles sont sexuellement actives (cycliques). Les mois de novembre, décembre et janvier sont des mois de saison sexuelle communs à toutes les races du projet. Le repos sexuel saisonnier (aussi appelé anœstrus saisonnier) couvre la période où aucune femelle n’est cyclique. Les mois de mai et juin sont des mois de repos sexuel communs à toutes les races du projet. 6 Le tableau ci-dessous récapitule les protocoles de synchronisation FLOCK-REPROD utilisables selon le stade physiologique des animaux. Ces protocoles sont décrits en détail dans le chapitre 4. Anœstrus Saison sexuelle TLC + PG1 TL 90JL/90JC/90JL/90JC + PG1 TLC + HF TL 90JL/90JC/90JL/90JC + HF PG2 HF (race Murciano-Granadina) Classique 0JC : Traitement Lumineux spécifique pour préparer un effet mâle en saison sexuelle effet mâle et 1 injection de prostaglandine effet mâle et 2 injections de prostaglandine ne basé sur l’effet mâle (Hormone Free) sation eux sation eux PG1 (race Murciano-Granadina) La SaISOnnaLIté DE La reproduction cHez La cHèvre CHaPItRE1 REPOS SEXUEL SAISONNIER Anœstrus saisonnier Saison sexuelle commune à toutes les races du projet OVEMBRE ON SEXUELLE NATURELLE elles sexuellement actives Repos sexuel commun à toutes les races du projet JANVIER MAI JUIN naturelle est la période où toutes les femelles sont sexuellement actives de novembre, décembre et janvier sont des mois de saison sexuelle s races du projet. sonnier (aussi appelé anœstrus saisonnier) couvre la période où aucune . Les mois de mai et juin sont des mois de repos sexuel communs à toutes 6 capitule les protocoles de synchronisation FLOCK-REPROD utilisables selon s animaux. Ces protocoles sont décrits en détail dans le chapitre 4. Intervenants : Alice Fatet (INRA), Lisa Johnson (Genoé), Fabrice Bidan (Institut de l’Elevage), Mathilde Tuauden (Touraine Conseil Elevage). Journée Technique Cap’Vert - 24 septembre 2015 Avec le soutien financier de : Printemps jours longs Automne jours courts Photopériode Sécrétion de mélatonine FEVRIERNOVEMBREAOUTMAI PANNEAU ATELIER F.indd 3 10/09/2015 17:12:09
  4. 4. Mise en place d’un traitement lumineux La manipulation de la photopériode avec un traitement lumineux permet de maîtriser la saisonnalité et de rendre possible la reproduction en dehors de la saison sexuelle naturelle. Le traitement photopériodique consiste à soumettre les animaux à une alternance de jours longs (JL = 16 heures de lumière continue) et de jours courts (JC = 8 à 12 heures de lumière continue) à des moments de l’année très précis. Création-réalisation:ValérieLOCHON-ChambreRégionaled’AgriculturePoitou-Charentes-Editionseptembre2015 ATELIER F : MAITRISE DE LA SAISONNALITE CHEZ LA CHEVRE Attention : un jour long de plus de 16 h (18 h, 20 h ou plus) sera moins efficace qu’un jour long de 16 h pour exercer l’effet inhibiteur de l’activité sexuelle. Pour créer un jour long, le bâtiment doit être équipé d’un système d’éclairage fournissant au moins 200 lux au niveau des yeux des animaux. Le traitement lumineux classique alterne 90 jours longs consécutifs et 60 jours courts. Il est important que les mâles et les femelles reçoivent le même traitement afin qu’ils soient sexuellement actifs au moment de la reproduction. Si la durée des jours naturels, ou les horaires d’éclairage du bâtiment dépassent les 12 h de lumière par jour, on peut recourir aux implants de mélatonine pour simuler efficacement les jours courts. Le traitement lumineux peut être mis en place pour une reproduction en contre-saison : il doit être programmé de façon à ce que la reproduction ait lieu dans la période d’anoestrus naturel des femelles. La durée des traitements lumineux exige une programmation et une prévision au moins un an à l’avance. Les dates de mise en place de ces traitements dépendent de la période de reproduction souhaitée par l’éleveur. Avril Mai Juin Juill. Août Sept. Oct. Nov. Déc. JL JL JN JL Janv. JL JL JL Mélatonine Fév. JN JL JL JL JL Mélatonine Mars JN JN JL JL JL/JN JL/JN JL/JN Mélatonine JL/JN JL/JN JL/JN Mélatonine JL Jours longs Jours Longs Artificiels Jours Longs Naturels JL ou JNMélatonine 1 implant 3 implants Janv. Fév. Mars Avril Mai Juin Juill. Août Sept. Oct. Nov. Déc. POURCENTAGE DE FEMELLES CYCLIQUES EN PHOTOPÉRIODE NATURELLE EN RACES ALPINE ET SAANEN LE TRAITEMENT LUMINEUX POUR UNE REPRODUCTION EN CONTRE-SAISON (anœstrus)0%50% 100% 50% 100% Insémination Artificielle ou Monte Naturelle IA/MNJC = JN Jours Courts = Jours Naturels LES tRaItEMEntS pHotopériodiques quand Mettre en pLace untraiteMent pHotopériodique ? La durée des traitements lumineux exige une programmation et une prévision au moins un an à l’avance. Les dates de mise en place de ces traitements dépendent de la saisonnalité de la race et de la période de reproduction souhaitée par l’éleveur. Quel que soit le traitement utilisé, l’effet mâle doit être programmé 60 jours après le début des jours courts. Le traitement lumineux classique (90 jL / 60 jc) peut être mis en place pour une reproduction en contre-saison : il doit être programmé de façon à ce que l’ia ou la saillie ait lieu dans la période d’anœstrus naturel des femelles de la race concernée (0 à 10 % de femelles cycliques). L’éleveur doit se référer au tableau de saisonnalité par race pour déterminer les périodes d’application adaptées à sa race, voir chapitre 1. 13 À éviter : au-delà des durées préconisées de jours courts et/ou de jours longs, les animaux peuvent entrer dans un état réfractaire : interruption de la cyclicité des chèvres au-delà de 110 jours courts ou cyclicité anarchique au-delà de 210 jours longs. en dessous des durées préconisées de jours courts et/ou de jours longs, l’ensemble des animaux n’atteindra pas le stade physiologique nécessaire pour une stimulation optimale de l’activité sexuelle. Un minimum de 70 jours longs et de 50 jours courts doit être appliqué. La transition des jours longs aux jours courts doit se faire de façon soudaine. Il ne faut pas appliquer une diminution progressive des jours longs vers des jours courts, car cela réduit l’efficacité du protocole. Avril Mai Juin Juill. Août Sept. Oct. Nov. Déc. JL JL JN JL Janv. JL JL JL Mélatonine Fév. JN JL JL JL JL Mélatonine Mars JN JN JL JL JL/JN JL/JN JL/JN Mélatonine JL/JN JL/JN JL/JN Mélatonine JL Jours longs Jours Longs Artificiels Jours Longs Naturels JL ou JNMélatonine 1 implant 3 implants Janv. Fév. Mars Avril Mai Juin Juill. Août Sept. Oct. Nov. Déc. POURCENTAGE DE FEMELLES CYCLIQUES EN PHOTOPÉRIODE NATURELLE EN RACES ALPINE ET SAANEN LE TRAITEMENT LUMINEUX POUR UNE REPRODUCTION EN CONTRE-SAISON (anœstrus)0%50% 100% 50% 100% Insémination Artificielle ou Monte Naturelle IA/MNJC = JN Jours Courts = Jours Naturels LES tRaItEMEntS pHotopériodiques quand Mettre en pLace untraiteMent pHotopériodique ? La durée des traitements lumineux exige une programmation et une prévision au moins un an à l’avance. Les dates de mise en place de ces traitements dépendent de la saisonnalité de la race et de la période de reproduction souhaitée par l’éleveur. Quel que soit le traitement utilisé, l’effet mâle doit être programmé 60 jours après le début des jours courts. Le traitement lumineux classique (90 jL / 60 jc) peut être mis en place pour une reproduction en contre-saison : il doit être programmé de façon à ce que l’ia ou la saillie ait lieu dans la période d’anœstrus naturel des femelles de la race concernée (0 à 10 % de femelles cycliques). L’éleveur doit se référer au tableau de saisonnalité par race pour déterminer les périodes d’application adaptées à sa race, voir chapitre 1. 13 À éviter : au-delà des durées préconisées de jours courts et/ou de jours longs, les animaux peuvent entrer dans un état réfractaire : interruption de la cyclicité des chèvres au-delà de 110 jours courts ou cyclicité anarchique au-delà de 210 jours longs. en dessous des durées préconisées de jours courts et/ou de jours longs, l’ensemble des animaux n’atteindra pas le stade physiologique nécessaire pour une stimulation optimale de l’activité sexuelle. Un minimum de 70 jours longs et de 50 jours courts doit être appliqué. La transition des jours longs aux jours courts doit se faire de façon soudaine. Il ne faut pas appliquer une diminution progressive des jours longs vers des jours courts, car cela réduit l’efficacité du protocole. Intervenants : Alice Fatet (INRA), Lisa Johnson (Genoé), Fabrice Bidan (Institut de l’Elevage), Mathilde Tuauden (Touraine Conseil Elevage). Journée Technique Cap’Vert - 24 septembre 2015 Avec le soutien financier de : Durée du jour Durée de la nuit Jour long 16 h 8 h Jour court 12 h 12 h }- 4 h Jour long continu Flash lumineux Eclairage 6h-9h Lumière naturelle à partir de 9h Flash 22h-0h Eclairage 6h-9h Lumière naturelle de 9h à 16h Eclairage de 16h à 22h 22h 22h 0h20h16h 6h 6h 9h 9h 16h 0h 0h 2h noir complet PANNEAU ATELIER F.indd 4 10/09/2015 17:12:13

×