Les conférences de l’Institut de l’Elevage
•Des quotas aux contrats
Quelles conséquences pour la filière et les
exploitati...
Programme
• Une assurance débouchée sur des marchés libéralisés et
volatiles (Gérard YOU, Institut de l’Elevage)
• Les rel...
Des quotas aux contrats
Quelles conséquences pour la filière et les exploitations laitières ?
Une assurance débouché sur d...
Des quotas en 1984 aux contrats en 2015
• 30 ans de gestion administrée de l’économie laitière :
• Livraisons encadrées = ...
Les contrats de commercialisation
une assurance débouché
• Assurer un débouché au lait sur un marché captif au stade
de la...
Les contrats laitiers à la française
Collecteurs
Part nationale
Durée du contrat
Livraisons
Prix du lait
Transmission des
...
Des contrats sans contrainte en Europe du Nord
Contrats dominants
Types de livraisons
Qui pilote les
volumes ?
Transmissio...
La production laitière s’envole en
Europe du Nord
L’UE principal moteur
de la croissance de l’offre mondiale
• L’UE a fourni 2/3 du supplément de collecte des 5 principaux ...
Effondrement des cours des ingrédients
• Chute spectaculaire des cours des produits laitiers en deux ans
• Prix du lait va...
Difficile adéquation
par les seules lois du marché
• Offre à court terme peu sensible à des baisses de prix :
• Baisse de ...
Quelques marges de progrès
• Améliorer certaines clauses des contrats (acteurs):
• Des durées en phase avec la durée des a...
Pascale MAGDELAINE, ITAVI
17 septembre 2015
Des quotas aux contrats
Quelles conséquences pour la filière et les exploitati...
Contexte de marché volailles
0
500
1000
1500
2000
2500
91 93 95 97 99 01 03 05 07 09 11 13
1000TEC
Production de volailles...
• Organisation Commune de Marché légère (absence de mécanisme de
régulation de l’offre et de soutien aux revenus agricoles...
Des schémas de filière +/- intégrés
Intégration financière Contrats de production Gré à gré +/- formalisé
Eleveurs
Abattag...
• Des OP à statut juridique varié, le + souvent adossées à un FAB
• Rôle de coordination : traduisent les attentes quantit...
Les contrats entre éleveurs et OP
• Importance économique (étude ITAVI 2012)
• 55 % des capacités de production OP de stat...
Différents modes de coordination
Marché au
comptant
(gré à gré)
Contrat de
commerciali
-sation
Contrat de
production
Contr...
• Adaptation Offre / Demande
• Flux tirés (on ne produit que ce qui
est contractualisé)
• Garantie de débouchés (éleveur) ...
• Certains choix stratégiques sont assurés par les OP
• Génétique, aliment, durée d’élevage….
• Parfois choix du bâtiment ...
En conclusion…
Trois rôles principaux des contrats avicoles
1. Adaptation quantitative et qualitative Offre /Demande
2. In...
Assurance et liberté : deux aspirations
antinomiques dans les contrats…
Nulle Liberté de production forte
Contrats
avicole...
Des quotas aux contrats
Quelles conséquences pour la filière et les exploitations laitières ?
Mathieu MERLHE, pour les Cha...
Poursuite, stabilité ou ralentissement de la
restructuration des élevages laitiers de l’ouest
• Une réalité démographique:...
Les étapes du projet DELAIT: Dynamique
des ELevages LAITiers
Etape 1
• Identifier les exploitations de demain qui auront u...
2 UTH
450 000 l, 60 VL
90ha
Peu de lourds
investissements récents
3 UTH
1 000 000 l, 120 VL
140 ha
2 UTH
750 000 l, 90-95 ...
Les points communs entre les trajectoires
• Une grande partie des EA enquêtées connaissent des situations
de ruptures impo...
Les résultats économiques fortement
chamboulés
Une trésorerie mise à mal part:
• Une dégradation de l’efficacité du systèm...
Les investissements fragilisent le projet
• 1 M€ d’investissements (– 66 k€ d’aides) pour 550 kl de lait en plus!
• Mais u...
Les facteurs de réussite
Partir d’une situation saine, prévoir son évolution et la gérer:
• Efficacité du système: EBE hor...
Les facteurs de réussite
Les Investissements, le point crucial: anticiper et chercher
le maximum de rentabilité!
• Utilise...
Des trajectoires qui nécessitent de la lisibilité
Les contrats permettent une
assurance débouché pour le projet:
• Lors d’...
Evolutions des dimensions
des exploitations laitières
4. Les expériences étrangères et les enjeux pour
l’Ouest de la Franc...
Un contexte de ruptures
• Fin des quotas… nouveaux marchés
nouvelles relations dans les filières
nouveaux systèmes d’explo...
8 pays enquêtés
36
Royaume Uni
Danemark
Allemagne (Nord)
République Tchèque
Italie (Lombardie)
Nouvelle ZélandeUSA (Wiscon...
Europe du Nord : une production laitière qui
s’envole, des agrandissements d’exploitations rapides
• Allemagne (Nord)
Hist...
Grande Bretagne
• Une histoire ancienne de
grandes exploitations
dans un contexte de
déclin de la production
laitière et d...
• USA-Wisconsin
Agrandissement plus tardif /
Californie..
Passer du statut d’éleveur à
celui d’agrimanager
Investisseurs h...
Les spécificités des grands troupeaux
laitiers (par rapport aux exploitations moyennes)
• Travail réalisé par des salariés...
Revenu du travail (avant cotisations sociales et impôts)
Année 2012
Nombre de
vaches
laitières par
exploitation
Lait / uni...
Grands troupeaux : atouts, limites,
Opportunités, menaces
(résultats enquêtes par pays)
Atouts
Conditions de vie et de tra...
Enseignements des expériences
étrangères
• Des grands troupeaux fonctionnent …
…. mais ils sont plus fragiles
• Des charge...
Facteurs clé de réussite et
points de vigilance
• Travail : Temps disponibilité, compétences, répartition des
tâches, mana...
Merci aux partenaires de l’IFCN
• Susanne CLAUSEN KCA Danemark
• Judith KUHL Allemagne (IFCN)
• Michel de HAAN Wageningen ...
Merci de votre attention
benoit.rubin@idele.fr
Retrouvez les diaporamas
de nos conférences sur
idele.fr
Venez échanger ave...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Des quotas aux contrats : quelles conséquences pour la filière et les exploitations laitières ?

2 986 vues

Publié le

SPACE 2015 - Conférence organisée par l’Institut de l’Elevage, en partenariat avec les Chambres d’agriculture et présidée par Marie Andrée Luherne, Chambre d’agriculture de Bretagne et Martial Marguet, Président de l’Institut de l’Elevage

Publié dans : Ingénierie
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 986
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1 326
Actions
Partages
0
Téléchargements
40
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive
  • Politique agricole a fortement orienté l’évolution des exploitations : diversification plutôt que spécialisation observée dans d’autres bassins laitiers
  • Des quotas aux contrats : quelles conséquences pour la filière et les exploitations laitières ?

    1. 1. Les conférences de l’Institut de l’Elevage •Des quotas aux contrats Quelles conséquences pour la filière et les exploitations laitières ? Présidents de séance : Marie Andrée LUHERNE, Chambre d’agriculture de Bretagne Et Martial MARGUET, Président de l’Institut de l’Elevage
    2. 2. Programme • Une assurance débouchée sur des marchés libéralisés et volatiles (Gérard YOU, Institut de l’Elevage) • Les relations contractuelles dans la filière avicole, quels enseignements? (Pascale MAGDELAINE, ITAVI) Questions et débat • Les Dynamiques des Elevages Laitiers dans l’Ouest (Mathieu MERLHE, pour les Chambres d’agriculture de Bretagne et Pays de la Loire) • Les expériences étrangères et les enjeux pour l’Ouest de la France (Benoit RUBIN, Institut de l’Elevage) Question et débat
    3. 3. Des quotas aux contrats Quelles conséquences pour la filière et les exploitations laitières ? Une assurance débouché sur des marchés libéralisés Gérard YOU Responsable du service Economie des filières
    4. 4. Des quotas en 1984 aux contrats en 2015 • 30 ans de gestion administrée de l’économie laitière : • Livraisons encadrées = débouché assuré, • Obligation de collecte des transformateurs, • Concurrence faible entre les collecteurs, • Prix du lait relativement stable jusqu’en 2005 plus instable ensuite. • 10 ans de transition d’une économie administrée à contractuelle : • Démentèlement progressif des outils de régulation des marchés, • Etau des quotas desserré : +10% de droits à produire en 10 ans, • Les contrats deviennent une obligation pour les transformateurs, • Droit des éleveurs à s’organiser en Organisations de producteurs. • 2015, l’économie laitière libéralisée.
    5. 5. Les contrats de commercialisation une assurance débouché • Assurer un débouché au lait sur un marché captif au stade de la production : • Produit périssable et non stockable (fréquence de collecte de 1 à 3 jours), • Produit pondéreux : zone de livraison géographiquement limitée, • Faible pouvoir des éleveurs laitiers sur un marché plutôt excédentaire. • Faciliter la coordination entre les maillons : • Réduire les coûts de transaction générés par la vente sur un marché spot, • Sécuriser les approvisionnements des transformateurs, • Favoriser les investissements d'équipements spécifiques : • tant au stade de la production, • que de la transformation.
    6. 6. Les contrats laitiers à la française Collecteurs Part nationale Durée du contrat Livraisons Prix du lait Transmission des variations de prix Contrats commerciaux « sociétés privées » 45% de la collecte CDD ( 5 ans à 12 ans pour JA) Encadrées unique pour un volume contractuel retardée et variable selon le mix produit et les débouchés Contrats coopératifs coopératives 55% de la collecte CDI plus ou moins encadrées Différenciés selon les volumes De faible à forte selon les volumes contractuels En résumé Une production laitière pilotée par la transformation Le risque prix surtout supporté par les livreurs
    7. 7. Des contrats sans contrainte en Europe du Nord Contrats dominants Types de livraisons Qui pilote les volumes ? Transmission des variations de prix Allemagne, Danemark, Irlande & Pays-Bas Coopératifs non encadrées Les producteurs (flux poussés) Rapide et intégrale France coopératifs (55%) et commerciaux (45%) Plus ou moins encadrées Les transformateurs (flux plutôt tirés) Retardée et partielle Risque prix Supporté par les éleveurs
    8. 8. La production laitière s’envole en Europe du Nord
    9. 9. L’UE principal moteur de la croissance de l’offre mondiale • L’UE a fourni 2/3 du supplément de collecte des 5 principaux exportateurs, • Face à une demande internationale qui recule sensiblement, • 6 millions de tonnes équivalent de surplus stockés en produits de report de la mi 2014 à la mi 2015 = • 10% des échanges internationaux de produits laitiers, • 1% de la collecte annuelle mondiale.
    10. 10. Effondrement des cours des ingrédients • Chute spectaculaire des cours des produits laitiers en deux ans • Prix du lait valorisé en beurre/poudre maigre en chute libre : • Divisé par deux en 18 mois, tombé à 210 €/1 000 l.
    11. 11. Difficile adéquation par les seules lois du marché • Offre à court terme peu sensible à des baisses de prix : • Baisse de prix du lait ne ralentit pas la production non encadrée, • Logique de saturation des outils et de dilution des charges, • Elevages européens à forte composante en charges de structure. • Vers un cycle du lait ? Surproduction Cessation Restructuration Sous-production Reprise de production Chute des prix Hausse des prix • En résumé : • Les contrats sont une assurance « débouché » par gros temps. • Ils prennent une valeur monétaire lors de cessions et de transmissions. • Ils ne sont pas une assurance prix, ni un outil de régulation des marchés.
    12. 12. Quelques marges de progrès • Améliorer certaines clauses des contrats (acteurs): • Des durées en phase avec la durée des amortissements d’investissements, • Des dispositifs d’indexation du prix du lait en fonction des intrants et des prix des produits laitiers, • Ou/et des prix plancher (et plafond) pour des livraisons dédiées à des débouchés captifs et peu volatils, • Massifier l’offre laitière (acteurs et Etat): • Privilégier la négociation de contrats cadre ou collectifs OP/transformateurs, déclinés ensuite aux éleveurs, • Encourager/inciter la création d’OP et leur regroupement en AOP, • Réviser les outils communautaires (UE): • Relever les prix d’intervention et conditionner son accès à des limitations de production, • Réorienter les aides PAC pour abonder des assurances marges alimentaires ?
    13. 13. Pascale MAGDELAINE, ITAVI 17 septembre 2015 Des quotas aux contrats Quelles conséquences pour la filière et les exploitations laitières ? 2. Les relations contractuelles dans la filière avicole, quels enseignements?
    14. 14. Contexte de marché volailles 0 500 1000 1500 2000 2500 91 93 95 97 99 01 03 05 07 09 11 13 1000TEC Production de volailles UE Allemagne Espagne France Pologne Royaume- Uni Italie • Forte croissance marché mondial et recul de la place de l’UE • Stabilité de la production française depuis 20 ans / fortes dynamiques en Allemagne et Benelux, puis Pologne • Consommation intérieure dynamique (26kg /pers en 2014) tournée vers découpes et élaborés • Forte progression des importations dans la consommation intérieure (30% en volailles, 42 % en poulet) • Déficit croissant en intra UE • Des enjeux forts de compétitivité sur produits standard
    15. 15. • Organisation Commune de Marché légère (absence de mécanisme de régulation de l’offre et de soutien aux revenus agricoles), • Cycles de production courts et grande souplesse d’adaptation dans les volumes produits → effort de coordination important nécessaire pour adapter O et D • Elevages français de petite taille, marges faibles, investissements importants, besoin de financement élevé • Structuration et concentration croissante de l’aval (distribution, puis industrie) → concentration de l’offre via les OP • Montée en puissance des CDC « qualité » → recherche de maîtrise de l’amont par les industriels Les spécificités de la production de volailles
    16. 16. Des schémas de filière +/- intégrés Intégration financière Contrats de production Gré à gré +/- formalisé Eleveurs Abattage/ découpe FAB / OP internes Couvoir(s) Export/ marché intérieur FAB / OP externes Eleveurs Couvoir(s)
    17. 17. • Des OP à statut juridique varié, le + souvent adossées à un FAB • Rôle de coordination : traduisent les attentes quantitatives et qualitatives du marché en objectifs de production • Fournissent les intrants aux éleveurs, resp. de leurs qualités • Gèrent les contrats et les leviers incitatifs liés (prix, bonus/malus) • Prescriptrices sur bâtiments et itinéraires techniques & sanitaires • Mettent en place et contrôlent CC techniques & sanitaires 17 Rôle central des Organisations de Production en France (OP) Planification de la production Appui technique Financement des élevages (portage BFR et accompagnement investissements) Garantie de rémunération minimale de l’éleveur (supporte écart entre prix de contrat et prix de marché, caisses de péréquation)
    18. 18. Les contrats entre éleveurs et OP • Importance économique (étude ITAVI 2012) • 55 % des capacités de production OP de statut coopératif • 35 % des capacités de production en contrat à façon (prestation) • 10 % autres • Modalités de calcul de la rémunération éleveur • Contrats 3 points (prix aliment, poussin, reprise) • Ou Grille (intéressement de base + incidence poussin et aliment) • Négociation d’une marge PA pour des performances moyennes • Bonus et malus : flexibilité, qualité, circulation information…. • Accompagnement des investissements bâtiments • Actualisation des prix • Indexation sur le prix aliment • Négociation (fréquence variable)
    19. 19. Différents modes de coordination Marché au comptant (gré à gré) Contrat de commerciali -sation Contrat de production Contrat à façon Intégration verticale totale Volume fixé lors de la transaction prédéfini prédéfini prédéfini prédéfini Prix lors de la transaction prédéfini ou formule de calcul / indicateurs marché prédéfini formule de calcul / Perf. Techn et coûts intrants Prestation de services Prix de cession interne Le contrat de production implique par ailleurs une obligation d’approvisionnement (en poussins et aliment) pour l’éleveur auprès de l’OP
    20. 20. • Adaptation Offre / Demande • Flux tirés (on ne produit que ce qui est contractualisé) • Garantie de débouchés (éleveur) et d’approvisionnement (aval) • Assurance forte sur revenu de l’éleveur • Objectifs de Marges en €/m²/an pour des résultats techniques moyens → risque prix supporté par l’OP → risque commun d’élevage également supporté par l’OP • Quelques exceptions: prix de reprise indexé sur prix de marché (Nord de la France) 20 Intérêt et limites des contrats avicoles -40000 -20000 0 20000 40000 60000 80000 100000 120000 99 00 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12 13 14 1000€ RCAI/UTH en France et aux Pays-bas Pays-Bas France
    21. 21. • Certains choix stratégiques sont assurés par les OP • Génétique, aliment, durée d’élevage…. • Parfois choix du bâtiment et matériel (même si à la charge de l’éleveur) • Incitation à la performance éleveur parfois insuffisante • Garantie de marge pour des résultats moyens, risque marché et risque commun d’élevage supporté par l’OP • Vers plus d’incitation à la performance via prix de contrats et primes • Incitation à la performances des OP • Incitation à fournir des intrants de « qualité » plus forte si OP insérée dans une filière (partage d’objectifs avec aval) Intérêt et limites des contrats avicoles
    22. 22. En conclusion… Trois rôles principaux des contrats avicoles 1. Adaptation quantitative et qualitative Offre /Demande 2. Incitation à la performance des acteurs pour améliorer la compétitivité filière 3. Partage du risque de marché entre acteurs 1. Une adaptation Offre/Demande • Garantie approvisionnement pour la transformation ; meilleure maîtrise des CDC et des coûts amont • Garantie de débouché pour les éleveurs 2. La contractualisation éleveurs /OP n’est pas le seul garant de la compétitivité globale de la filière • Rôle de la coordination entre tous les maillons et développement de partenariats amont – aval structurés • Partenariats industrie - distribution 3. Une sécurisation du revenu des éleveurs via un report du risque (marché et commun d’élevage) sur les partenaires aval…au prix d’une délégation de certaines responsabilités Un nécessaire équilibre entre ces trois objectifs ?
    23. 23. Assurance et liberté : deux aspirations antinomiques dans les contrats… Nulle Liberté de production forte Contrats avicoles Contrats laitiers tripartites en UK Contrats laitiers en Europe du Nord Contrats laitiers commerciaux en France Contrats laitiers coopératifs en France NulleAssurancerevenuforte
    24. 24. Des quotas aux contrats Quelles conséquences pour la filière et les exploitations laitières ? Mathieu MERLHE, pour les Chambres d’agriculture de Bretagne et Pays de la Loire Le 17 septembre 2015 3.Les Dynamiques des Elevages Laitiers de l’Ouest
    25. 25. Poursuite, stabilité ou ralentissement de la restructuration des élevages laitiers de l’ouest • Une réalité démographique: les départs ne sont pas équilibrés par les installations • Des sites laitiers sans repreneur • Des surfaces qui se libèrent • Des contrats vacants • Des marchés laitiers dynamiques mais une grande volatilité des prix • Des investissements des industriels laitiers dans l’Ouest • Un certains nombre d’éleveurs volontaires pour augmenter la production laitière sur leurs exploitations • Des conditions d’évolution modifiées: d’une gestion administrative à une gestion libérale
    26. 26. Les étapes du projet DELAIT: Dynamique des ELevages LAITiers Etape 1 • Identifier les exploitations de demain qui auront une diversité de systèmes basée sur le collectif de MO et la stratégie des éleveurs: valeur ajoutée, productivité du travail, spécialisation ou non… Etape 2 • Décrire les trajectoires pour les atteindre: enquêtes élevage + échanges avec les conseillers Etape 3 • Mesurer les conséquences possibles de ces trajectoires Etape 4 • Analyser les facteurs de réussites et les risques de dérapages
    27. 27. 2 UTH 450 000 l, 60 VL 90ha Peu de lourds investissements récents 3 UTH 1 000 000 l, 120 VL 140 ha 2 UTH 750 000 l, 90-95 VL 90 ou 110 ha 1 UTH 550 000 l, 65 VL 90 ha 2015 2020 Développement Les trajectoires types des fermes enquêtées Evolution: MO, SFP, alimentation, productivité VL, bâtiments, trésorerie…
    28. 28. Les points communs entre les trajectoires • Une grande partie des EA enquêtées connaissent des situations de ruptures importantes: • Un doublement ou plus de la SAU et/ou des volumes de lait, et/ou de la MO ou de la productivité du travail… • Qui se réalisent plutôt rapidement en 1 à 2 ans • Par la suite des situations de stabilité relative • Dans tous les cas: une augmentation de la productivité du travail • Une réorganisation profonde de la main d’œuvre • Des investissements nécessaires et importants dans le bâtiment • Des systèmes fourragers et alimentaires qui bougent
    29. 29. Les résultats économiques fortement chamboulés Une trésorerie mise à mal part: • Une dégradation de l’efficacité du système de production: - 10 €/1000 l de marge • Des annuités en augmentation: + 30 €/1000 l • Un autofinancement de croissance interne du cheptel et des stocks fourragers: - 10 €/1000 l 314 320 342 360 361 351 342 280 300 320 340 360 380 2014 2015 2016 2017 2018 2019 2020 €/1000l Evolution du point d'équilibre pour la trajectoire “installation avec regroupement”
    30. 30. Les investissements fragilisent le projet • 1 M€ d’investissements (– 66 k€ d’aides) pour 550 kl de lait en plus! • Mais un investissement dans un site laitier neuf qui livre à terme 1 Ml Des variantes à explorer: intensifier la conduite animale pour diminuer le besoin d’investissement? maintenir la production sur 2 sites? auto-construire en partie? 0 200 400 600 800 1000 1200 0 100000 200000 300000 400000 500000 600000 2014 2015 2016 2017 2018 2019 2020 € Evolution des investissements pour la trajectoire “installation avec regroupement” Reprise cédant Salle de traite-aides PCAEA Silos Bâtiment - aides PCAEA Matériel Cheptel extérieur Volumes livrés
    31. 31. Les facteurs de réussite Partir d’une situation saine, prévoir son évolution et la gérer: • Efficacité du système: EBE hors MO/PB > 40% • Charges financières: anciennes annuités < 70 €/1000 l • Point d’équilibre initial à 320 €/1000 l Le Foncier • Maintenir de l’accessibilité pour les VL • Anticiper l’assolement • Caler le système fourrager Le Cheptel • Maintenir un renouvellement mini • Penser à l’achat de GL • Ne pas surestimer la production/VL Le Travail • Penser à la nouvelle organisation • Estimer l’évolution de la charge de travail
    32. 32. Les facteurs de réussite Les Investissements, le point crucial: anticiper et chercher le maximum de rentabilité! • Utiliser au maximum l’existant • Accepter de ne pas avoir tout, tout de suite et faire des choix => trouver le bon équilibre entre l’Homme et l’animal • Prendre en compte la capitalisation pour pallier une probable diminution de revenu • Emprunter pour financer l’évolution du cheptel et des stocks et conserver de la trésorerie
    33. 33. Des trajectoires qui nécessitent de la lisibilité Les contrats permettent une assurance débouché pour le projet: • Lors d’une reprise avec le transfert du contrat du cédant • Lors du départ d’un associé avec le maintien du volume • Lors du développement avec la possibilité d’intégrer l’évolution aux contrats Pour les prix, il n’y a aucune assurance malgré: • Une grande variabilité à venir • Des points d’équilibre qui sont forcément en hausse lors de ces projets avec des investissements conséquents Les éleveurs assument de front le risque financier lié à la reprise de capital pour assurer le renouvellement des générations ainsi qu’à la modernisation des sites de production. => Le contrat, un outil qui permettrait d’amoindrir ou de répartir ce risque?
    34. 34. Evolutions des dimensions des exploitations laitières 4. Les expériences étrangères et les enjeux pour l’Ouest de la France Benoît RUBIN – Institut de l’Elevage 17 septembre 2015
    35. 35. Un contexte de ruptures • Fin des quotas… nouveaux marchés nouvelles relations dans les filières nouveaux systèmes d’exploitation • Ressources en main-d’œuvre famille, tiers, salariat • Capital, transmission des exploitations • Systèmes (alimentation, lien au sol…) • Technologiques (automatisation, information, génétique….)
    36. 36. 8 pays enquêtés 36 Royaume Uni Danemark Allemagne (Nord) République Tchèque Italie (Lombardie) Nouvelle ZélandeUSA (Wisconsin) Pays bas Journée laitière du 2 Juin 2015 - Apisdiffusion
    37. 37. Europe du Nord : une production laitière qui s’envole, des agrandissements d’exploitations rapides • Allemagne (Nord) Historique à l’Est Plus de cheptel et de surface • Danemark 1990 : libéralisation des quotas Hausse prix du foncier • Pays Bas Modèle familial, progressivité, Production d’énergie Investissements importants Automatisation et délégation
    38. 38. Grande Bretagne • Une histoire ancienne de grandes exploitations dans un contexte de déclin de la production laitière et de déplacement du lait vers l’ouest. • Importance du salariat (salarié manager…)
    39. 39. • USA-Wisconsin Agrandissement plus tardif / Californie.. Passer du statut d’éleveur à celui d’agrimanager Investisseurs hors agriculture (assurances, fonds de pension…). • Nouvelle Zélande Main-d'œuvre pour la traite : migrants d’Europe, Asie Amérique du Sud. Systèmes herbagers Nouveaux systèmes dans l’Ile du sud
    40. 40. Les spécificités des grands troupeaux laitiers (par rapport aux exploitations moyennes) • Travail réalisé par des salariés • Capitaux : principalement bancaire sauf DK, NZ et USA • Bâtiment et équipement : peu de différence, équipement de traite peu de robot/ salarié • Conduite technique : • intensification par ha (limites environnementales), • spécialisation (avec maintien culture en Allemagne et République T), • abandon du pâturage sauf en NZ, • conduite animale peu différente.
    41. 41. Revenu du travail (avant cotisations sociales et impôts) Année 2012 Nombre de vaches laitières par exploitation Lait / unité de main d’œuvre litres Revenu /unité de main d’œuvre En € Revenu / 1000 litres En € Danemark (cas types) 150 550 000 4 500 12 275 720 000 7 200 10 Allemagne du Nord (cas types) 120 380 000 34 000 90 240 450 000 45 000 100 Nouvelle Zélande (cas types) 350 600 000 63 000 105 1200 900 000 94 000 105 France (Moyenne-Réseau d’élevage) - 100 VL 320 000 25 000 78 + 100 VL 410 000 31 000 75 Sources : IFCN, Inosys Réseau d’Elevage
    42. 42. Grands troupeaux : atouts, limites, Opportunités, menaces (résultats enquêtes par pays) Atouts Conditions de vie et de travail Limites Compétence pour manager des salariés Fragilité financière Opportunités Demande mondiale Apports de capitaux extérieurs Menaces Volatilité des prix Acceptabilité sociale
    43. 43. Enseignements des expériences étrangères • Des grands troupeaux fonctionnent … …. mais ils sont plus fragiles • Des charges courantes / 1000 litres pas moins élévées • Modification système d’alimentation • Volume de lait plus élévé par UMO
    44. 44. Facteurs clé de réussite et points de vigilance • Travail : Temps disponibilité, compétences, répartition des tâches, management, entente, • Les surfaces et alimentation : changement de système, autonomie fourragère, • Les animaux : effectifs nécessaires, conduite, santé. • Capital : masse d’investissement, financement, trésorerie => gestion de la volatilité? => installation ?
    45. 45. Merci aux partenaires de l’IFCN • Susanne CLAUSEN KCA Danemark • Judith KUHL Allemagne (IFCN) • Michel de HAAN Wageningen Pays bas • Alberto MENGHI CRPA Italie • Mark TOPLIFF DAIRY CO Royaume Uni • Iveta BOSKOVA UZEI République tchèque • John HAUSER consultant Australie • Tom KRIEGL USA (Université Wisconsin) • Nicola SHALBOT (Massey Université NZ et Fonterra)
    46. 46. Merci de votre attention benoit.rubin@idele.fr Retrouvez les diaporamas de nos conférences sur idele.fr Venez échanger avec nos ingénieurs Hall 4, stand A 6

    ×