Journée ADEVIA – SPACE – 18 septembre 2014 
Organisation, productivité et sens 
du métier dans des élevages 
innovants d’E...
Contexte : le « miracle nordique » ? 
Depuis plusieurs années : la productivité du travail apparente 
des élevages des pay...
Déroulement de l’étude 
sélection d’exploitations avec contexte travail particulier dans 
pays étrangers 
préférence pour ...
Les grandes tendances de l’étude
Un contexte socio-économique indispensable 
à prendre en compte 
Les forces s’exerçant sur les exploitations : durcissemen...
1 - Les adaptations des élevages : 
Développement de la main d’oeuvre 
Collectif de travail jusqu’à 17 personnes (5 à 8 fr...
2 - Les adaptations des élevages : 
l’automation /rationalisation des process 
Robots de traite (jusqu’à 7 à 8) en lait 
S...
3 - Les adaptations des élevages : 
Externalisation des tâches 
Forte tendance à l’externalisation, quelle que soit la tai...
3 - Les adaptations des élevages : 
Externalisation des tâches 
Des motivations multiples… : rechercher un savoir-faire sp...
changement de compétences des éleveurs et 
évolutions du métier 
Passage d’un métier d’éleveur-technicien à un métier d’él...
changement de compétences des éleveurs et 
évolutions du métier 
Fidéliser les salariés 
Une des préoccupations fortes des...
changement de compétences des éleveurs et 
évolutions du métier 
Veille permanente et développement des réseaux 
Beaucoup ...
Conclusions… 
Evolutions majeures et rapides d’une part significative des élevages du 
nord de l’Europe 
Impacts forts sur...
Merci pour votre écoute
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Organisation, productivité et sens du métier dans des élevages innovants d’Europe du Nord

851 vues

Publié le

Conférence : Productivité et organisation du travail en élevage laitier, organisée par les Chambres d'agriculture de Bretagne

Publié dans : Ingénierie
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
851
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
498
Actions
Partages
0
Téléchargements
9
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Organisation, productivité et sens du métier dans des élevages innovants d’Europe du Nord

  1. 1. Journée ADEVIA – SPACE – 18 septembre 2014 Organisation, productivité et sens du métier dans des élevages innovants d’Europe du Nord Synthèse des enquêtes réalisées dans le cadre du projet CASDAR « travail 3D » Sylvain GALLOT, Institut Technique de l’Aviculture (ITAVI) Financement CASDAR/ DGER-Ministère de l’Agriculture
  2. 2. Contexte : le « miracle nordique » ? Depuis plusieurs années : la productivité du travail apparente des élevages des pays du Nord de l’Europe (Danemark, Pays-Bas principalement) pose question Toutes les filières d’élevage concernées Quelle organisation du travail pour atteindre une productivité du travail si élevée ? Quelles conséquences sur le métier d’éleveur ? Questions posées dans le cadre du volet international d’un projet CASDAR « travail 3D (1) » (1) Travail 3D : organisation, économie, sens du métier
  3. 3. Déroulement de l’étude sélection d’exploitations avec contexte travail particulier dans pays étrangers préférence pour des systèmes à forte productivité du travail et/ou forte main d’oeuvre (atypique dans contexte français) 20 exploitations dans 4 pays européens (Royaume-Uni, Pays- Bas, Danemark, Allemagne) Regards croisés sur le travail, 3 angles d’observation (économie, organisation du travail, sociologique) une approche similaire à une série d’enquêtes menées en France dans 6 régions
  4. 4. Les grandes tendances de l’étude
  5. 5. Un contexte socio-économique indispensable à prendre en compte Les forces s’exerçant sur les exploitations : durcissement du contexte économique, aspirations à vivre autrement (loisirs), orientation vers le « business », concurrence la ressource main d’oeuvre Mouvement prononcé vers la concentration rapide (une dizaine d’années) qui a transformé les structures, la taille du collectif de travail, l’organisation du travail, et la conception du métier (Danemark, Pays-Bas surtout, un peu RU) Exemples : DK : 6000 éleveurs en 2000, 3900 élevages en 2011 (projection : 3000 en 2015) 3 voies (non antagonistes) explorées par la majorité des éleveurs Accroissement de Externalisation la MO Automatisation/rationalisation des process de production
  6. 6. 1 - Les adaptations des élevages : Développement de la main d’oeuvre Collectif de travail jusqu’à 17 personnes (5 à 8 fréquemment) Essentiellement sous forme de salariés, occasionnels ou permanents, parfois partagés (deux mi-temps), mais aussi stagiaires, travailleurs handicapés,… Motivations : améliorer la productivité du travail, sécuriser l’organisation, mais aussi améliorer les rythme de travail (limiter le poids des astreintes, enjeu de fidélisation des salariés) Recherche d’un compromis (difficile) entre une spécialisation des salariés (productivité) ou une polyvalence (pour les astreintes WE) Des initiatives collectives très avancées sur la gestion de la MO : coopératives de « force de travail » pour MO occasionnelle (65%) mais aussi pour salariés permanents, à temps partiel (25%) ou à temps plein (10%)
  7. 7. 2 - Les adaptations des élevages : l’automation /rationalisation des process Robots de traite (jusqu’à 7 à 8) en lait Stations de tri porcs engraissement (pesées automatiques) Dimensions importantes, mécanisation poussée (pailleuse…) et rationalisation process en aviculture Motivations : améliorer la productivité du travail, mais aussi offrir rendre le métier attractif (enjeu de fidélisation des salariés)
  8. 8. 3 - Les adaptations des élevages : Externalisation des tâches Forte tendance à l’externalisation, quelle que soit la taille du collectif (82%) Objectif : recentrer les ressources de l’exploitation sur les tâches les plus stratégiques, se concentrer sur son métier de base Nombreuses tâches externalisées : - productions végétales (semis, traitements, récoltes, taille…), - soins aux animaux (insémination, contrôle gestation, alimentation, soins véto, etc…), - mise en place et enlèvement volailles, nettoyage/désinfection, gestion effluents Toutes les filières externalisent (pas forcément les mêmes tâches)
  9. 9. 3 - Les adaptations des élevages : Externalisation des tâches Des motivations multiples… : rechercher un savoir-faire spécifique, éviter des travaux pénibles, gérer pic de main d’oeuvre, simplifier les démarches administratives, supprimer du stress, limiter les coûts Externalisation souvent choisie mais parfois subie : mais finalement une large satisfaction, la tendance qui peut encore s’accentuer (la moitié pensent accroître encore l’externalisation) Une voie pour gérer les transmissions progressives parents / enfant (externalisation quand retraite des parents) Une réponse pour les éleveurs les moins à l’aise avec le management
  10. 10. changement de compétences des éleveurs et évolutions du métier Passage d’un métier d’éleveur-technicien à un métier d’éleveur manager d’équipe Largement ressentis, plus ou moins bien vécu, adaptation sur le tas (formation continu, conseils travail, cercles d’échanges entre éleveurs…) « J’étais un éleveur, je suis devenu un manager, demain je serai un chef d’entreprise » « Avant, on gérait des vaches, maintenant on gère des gens » Les éleveurs unipersonnels : pas envie de suivre cette voie, préfèrent optimiser la productivité du travail pour se libérer du temps et construire d’autres projets (sur l’exploitation ou en dehors) ð Projet de vie ou stratégie défensive ?
  11. 11. changement de compétences des éleveurs et évolutions du métier Fidéliser les salariés Une des préoccupations fortes des éleveurs-managers Assurer de bonnes conditions de travail : l’automatisation est une réponse, mais implique une taille critique, donc un agrandissement, lui-même facteur d’augmentation de la MO effet spirale Large autonomie des salariés sur les questions techniques (très peu sur les aspects financiers et stratégiques) surtout dans grands collectifs Beaucoup de réunions d’échange et de communication avec les équipes (fiches de procédure, etc..) Assurer des conditions de vie comparables à des salariés d’autres secteurs (congés, WE, malgré astreintes) Des réponses parfois extrêmes (mise à disposition d’habitation)
  12. 12. changement de compétences des éleveurs et évolutions du métier Veille permanente et développement des réseaux Beaucoup de temps consacré à s’informer, par tous les canaux disponibles : cercles ou clubs d’éleveurs, structures de conseil (plutôt privé, payant), internet, presse nationale et internationale, travaux de chercheurs Objectif : améliorer la gestion de l’exploitation, l’organisation, la productivité, la stratégie d’entreprise S’entourer de compétences diverses Cas extrême : mise en place d’un « conseil stratégique » (banquier, responsable coopérative, conseiller gestion, responsable professionnel, chercheur en économie, entrepreneur hors agriculture...)
  13. 13. Conclusions… Evolutions majeures et rapides d’une part significative des élevages du nord de l’Europe Impacts forts sur les structures, sur les compétences des chefs d’exploitation et la nature même du métier Des systèmes aux avantages indéniables, qui suscitent cependant des questions : Quelle résilience de ces systèmes face à des aléas ? Quelle pérennité dans le temps (transmission ? Un modèle (à défaut d’être LE modèle), auquel il faut sans doute commencer à préparer les éleveurs Des atouts en termes d’attractivité, mais assurément très différents des atouts qui motivent les installations d’aujourd’hui
  14. 14. Merci pour votre écoute

×