le marché de la viande ovine - La France dans un marché mondial en mouvement

1 793 vues

Publié le

SPACE 2015 - Marie Carlier (Institut de l'Elevage)

Publié dans : Ingénierie
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 793
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1 190
Actions
Partages
0
Téléchargements
17
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive
  • En 2014, le taux d’auto-approvisionnement français en viande ovine était de 45%, mais seulement 41% de la viande ovine consommée en France était issue des abattages nationaux (dont 5 téc d’animaux importés en vif pour être abattus en France).

    Parts globalement stables ces dernières années.
  • Depuis 1961, la production mondiale de viande ovine a progressé de 1% par an en moyenne.
    En 2013 = 8,6 millions de tonnes produites pour 537 millions de têtes d’ovins abattus (pas possible de faire la difference entre agneaux et moutons).

    En 1961:
    Asie = 17% de la production mondiale
    Afrique = 10%
    Océanie = 21%
    Europe = 37%
    Amérique Latine = 6%
    Amérique du Nord = 8%

    La croissance de la production au niveau mondial est portée par l’Asie et l’Afrique, alors que la production dans les bassins traditionnels stagnant (Océanie) ou diminue (Europe).
  • Océanie assure plus de 70% des exportations mondiales de viande ovine.
  • Les importations chinoises de viande ovine restent toutefois très nettement supérieures à leurs niveaux pré 2013-2014 et continuent dont d’avoir un impact très important sur le marché mondial de la viande ovine (la Chine reste un acteur central).

    Plus largement, les perspectives d’évolution de la consommation de viande ovine dans le monde restent positives (développement des classes moyennes dans les pays émergents, urbanisation et hausse de la consommation de viande par les ménages).
  • 85% de la production de viande ovine exportée en 2014.

    En juin 2014: cheptel ovin en baisse de 4% /2013 (cheptel reproducteur en baisse de 2% /2013)
  • Les exportations de viande ovine des pays tiers vers l’Union européenne se limitent aux contingents annuels négociés lors de l’Accord agricole du GATT (aujourd’hui Organisation Mondiale du Commerce) en 1994. Ces envois bénéficient en effet d’une exonération totale de droits de douane (ils seraient prohibitifs si appliqués à taux plein).

    Alors qu’il était systématiquement saturés jusqu’en 2009, le remplissage du quota attribué à la Nouvelle-Zélande (80% du contingent global UE) suit une tendance à la baisse depuis plusieurs années en raison de la réorientation des envois néozélandais vers l’Asie. Après un rebond en 2013 lié au sursaut des disponibilités dans le pays, il est retombé à 68% en 2014.

    Des autres contingents, seul le quota australien a été entièrement rempli en 2014. il reste néanmoins dix fois moindre que le contingent NZ.

    Au 27 août 2015: remplissage total contingents = 51% (64% au total en 2014).
  • Bien voir destinations et provenances imports.
    + Avoir donnée prix.
  • Le cheptel ovin français suit une tendance à la baisse sur le long terme, essentiellement due à la hausse des coûts de production et la compétition d’autres secteurs d’activités (difficile renouvellement des générations). Mais fin 2014, la baisse du cheptel reproducteur français était moins importante que les années précédentes (grâce notamment à une légère baisse des coûts de production au cours de l’année et à l’augmentation des prix à la production).
  • Mais stabilisation de la production ovine abattue en France en 2014 grâce à une légère hausse des abattage d’agneaux (malgré baisse du cheptel reproducteur en début d’année) résultant de la progression de la productivité numérique.

    Bien voir ce que cela donne au niveau de la PIB.
  • Impact importations sur marché français = compétition volumes et prix.
  • Moyenne PMP 2013 = 6,24 €/kg de carcasse (+1% /2012 = +6 centimes en moyenne)
    Moyenne PMP 2014 = 6,35 €/kg de carcasse (+2% /2013 = +11 centimes en moyenne)

    + chute des prix du 5ème quartier
    + légère hausse de la production française de viande ovine en mai
    + Hausse de la pression à l’import (prix plus bas)

     Baisse saisonnière des cours après Pâques bien plus marquée que les années précédentes.
  • Poursuite du ralentissement des importations chinoises de viande ovine mais à voir ce que cela donnera sur le long terme (si décapitalisation, il va y avoir un moment où la production va repartir à la baisse). Consommation mondiale de viande ovine devrait continuer à progresser.
    A priori baisse de la production NZ de viande ovine sur la fin d’année mais quid de l’impact du recul des imports chinois sur les envois vers l’UE? (mais difficile de faire prévisions NZ sans les données de cheptel de juin 2015 et le bilan de la saison d’agnelage autour du mois d’octobre).

    Les experts britanniques prévoient une hausse importante des abattages d’agneaux sur la fin d’année et début 2016 (disponibilités importantes en élevage et comparaison avec des niveaux d’abattages réduits fin 2014).

    Quid de la France?
    On rentre dans période de « creux de production ».
    Ces deux dernières années, le manque d’agneaux français à cette période avait soutenu la hausse des prix à la production.
    Mais prix du 5ème quartier devrait rester au plus bas (comme en 2014).

    Sans se lancer dans prévisions, prix à la production devraient repartir à la hausse sur la fin d’année.

    Quel impact de l’évolution du marché britannique sur le marché français (= difficile à prévoir, effet taux de change)?
  • le marché de la viande ovine - La France dans un marché mondial en mouvement

    1. 1. SPACE 2015 LE MARCHÉ DE LA VIANDE OVINE La France dans un marché mondial en mouvement Marie Carlier, GEB – Institut de l’Élevage Le 18 septembre 2015
    2. 2. SPACE 2015 Origine de la viande ovine consommée en France 2 Source: GEB – Institut de l’Élevage d’après le SSP et les Douanes françaises (Chiffres 2014) 38% 3%24% 11% 10% 5% 8% Ovins issus des exploitations françaises Ovins importés vivants 41% ABATTAGES FRANÇAIS Royaume-Uni Irlande Nouvelle- Zélande Espagne Autres (import) 59% IMPORTATIONS DE VIANDE OVINE
    3. 3. SPACE 2015 Un marché mondial en mouvement
    4. 4. SPACE 2015 La production de viande ovine dans le monde 4 Données 2013 (1 000 téc) Source: GEB – Institut de l’élevage d’après FAOSTAT 50% 13% 13% 1% 3% 20%
    5. 5. SPACE 2015 Des zones excédentaires et déficitaires 5 0 500 1000 1500 2000 2500 0 500 1000 1500 2000 2500 0 500 1000 1500 2000 2500 0 500 1000 1500 2000 2500 0 500 1000 1500 2000 2500 0 500 1000 1500 2000 2500 0 500 1000 1500 2000 2500 0 500 1000 1500 2000 2500 0 500 1000 1500 2000 2500 UE 28 Afrique Chine Inde Australie NZ Turquie Moyen- Orient Asie Centrale Source: GEB – Institut de l’élevage d’après FAOSTAT Production de viande ovine Consommation de viande ovine 0 500 1000 1500 2000 2500 Russie Amérique du Nord
    6. 6. SPACE 2015 Les flux de viande ovine dans le monde en 2014 6 Amérique du Nord Japon Asie du SE Moyen- Orient Afrique Fédération de Russie Chine + Hong-Kong + Taiwan Amérique du Sud Nouvelle- Zélande Australie UE28 Source:GEB–Institutdel’élevaged’aprèsTradeMap
    7. 7. SPACE 2015 CHINE: Ralentissement des importations de viande ovine en 2015 7 Cheptel ovin = 150 millions de têtes Production > 2 millions de téc Consommation = 1,7 kgéc /hab.  Production en hausse en 2014-15  Sécheresse en Mongolie intérieure (décapitalisation), programmes gouvernementaux (subventions).  Tassement de la demande intérieure  Ralentissement économique, prix élevé de la viande ovine.  Baisse des importations de viande ovine après leur envolée en 2013 et 2014. 148 000 téc importées de janvier à juillet 2015 (-23% /2014) 0,0 0,5 1,0 1,5 2,0 2,5 3,0 3,5 4,0 4,5 0 50 100 150 200 250 2010 2011 2012 2013 2014 2015 USD/kgéc1 000 téc Importations chinoises de viande ovine de janvier à juillet Source: GEB - Institut de l'Elevage d'après Trade Map et les douanes chinoises Nouvelle-Zélande Australie Uruguay Valeur unitaire des achats
    8. 8. SPACE 2015 NOUVELLE-ZÉLANDE: Chute des exportations et réorientation vers l’UE 8 Cheptel ovin = 29,6 millions de têtes Production = 486 000 téc en 2014 Consommation = 16,2 kg éc /hab.  Stabilisation de la prod° en 2015: 329 000 téc produites de janvier à juillet  Baisse de la demande asiatique  Répercussion sur les exportations 297 000 téc exportées de janvier à juillet 2015 (-4% /2014)  122 000 téc vers l’UE 28 (+11%)  112 000 vers l’Asie (-18%) 0,0 1,0 2,0 3,0 4,0 5,0 6,0 7,0 8,0 0 50 100 150 200 250 300 350 2010 2011 2012 2013 2014 2015 NZD/kgéc1 000 téc UE Chine Autres Prix unitaire Exportations néozélandaises de viande ovine de janvier à juillet Source: GEB - Institut de l'Elevage d'après NZ Statistics 4,86 NZD/kgéc 7,67 NZD/kgéc
    9. 9. SPACE 2015 Union européenne: des dynamiques contrastées selon les pays
    10. 10. SPACE 2015 11 298 58 80 112 58 30 31 69 298 19 177 86 62 58 53 65 0 50 100 150 200 250 300 350 298 58 80 112 58 30 31 69 298 19 177 86 62 58 53 65 0 50 100 150 200 250 300 350 298 58 80 112 58 30 31 69 298 19 177 86 62 58 53 65 0 50 100 150 200 250 300 350 298 58 80 112 58 30 31 69 298 19 177 86 62 58 53 65 0 50 100 150 200 250 300 350 298 58 80 112 58 30 31 69 298 19 177 86 62 58 53 65 0 50 100 150 200 250 300 350 298 58 80 112 58 30 31 69 298 19 177 86 62 58 53 65 0 50 100 150 200 250 300 350 298 58 80 112 58 30 31 69 298 19 177 86 62 58 53 65 0 50 100 150 200 250 300 350 298 58 80 112 58 30 31 69 298 19 177 86 62 58 53 65 0 50 100 150 200 250 300 350 PRODUCTION & CONSOMMATION de VIANDE OVINE dans les principaux pays européens en 2014 Source : GEB - Institut de l’Elevage d’après Eurostat 18 91 Spain 91 ain Abattages (1 000 téc) Consommation de viande ovine (1 000 téc) * Uniquement abattages contrôlés pour la France Royaume-Uni Irlande Espagne France* Italie Allemagne Roumanie Grèce La France est le 2ème consommateur et le 3ème producteur européen de viande ovine
    11. 11. SPACE 2015 Le Royaume-Uni est le 1er importateur en provenance des pays tiers 12 France Espagne Irlande Royaume-Uni Pays-Bas Hong-Kong Allemagne Australie et Nouvelle- Zélande Source : GEB - Institut de l’Elevage d’après Eurostat et les Douanes françaises (Chiffres 2014)
    12. 12. SPACE 2015 RU: Disponibilités en hausse début 2015 malgré la baisse des importations 13 Cheptel ovin = 22,9 millions de têtes fin 2014 (+4% /2013) Consommation = 4,5 kgéc /hab.  Au 1er semestre 2015:  +3% production de viande ovine  Plus de reports d’agneaux et hausse des naissances /2014  -4% importations de viande ovine  Légère hausse des envois NZ, baisse des australiens  Chute des exportations de viande ovine  Repli de la demande asiatique  Exportations rendues moins compétitives par l’appréciation de la £/€  Potentiel de développement du marché européen limité 0,0 0,5 1,0 1,5 2,0 2,5 3,0 3,5 4,0 4,5 0 10 20 30 40 50 60 2010 2011 2012 2013 2014 2015 €/kgécx 1 000 téc Exportations britanniques de viande ovine au 1er semestre Source: Estimations GEB-Institut de l'Elevage d'après Eurostat et les douanes françaises France Autres UE Pays Tiers Prix unitaire
    13. 13. SPACE 2015 14 RU: Baisse du cours de l’agneau lourd  Abattages d’agneaux en hausse  Chute du prix des peaux  Marché export difficile (chute de la demande chinoise, taux de change défavorable)  La diminution des cours reste plus limitée en euros en raison de l’appréciation de la livre sterling par rapport à la monnaie européenne. Semaine 34 (du 17 au 23 août) 4,66 €/kg de carcasse = /2014 -5 % /2013 (-22 centimes) 3 3,5 4 4,5 5 5,5 6 6,5 3,0 3,5 4,0 4,5 5,0 5,5 6,0 6,5 J F M A M J Jt A S O N D £/kg de carcasse Cotation de l'agneau lourd au Royaume-Uni Source: GEB - Institut de l'Elevage, d'après la Commission européenne et Eblex € 2014 € 2015 £ 2014 £ 2015 €/kg de carcasse
    14. 14. SPACE 2015 Focus sur le marché français
    15. 15. SPACE 2015 17 Rayon de Roquefort Pyrénées- Atlantiques Brebis laitières (29%) Source:AgresteRA2010–CartographieInstitutdel’Elevage Brebis allaitantes (71%)  5,48 millions de brebis et agnelles saillies fin 2014 (-1% /2013)  Brebis allaitantes : -0,9% à 3,90 millions de têtes  Brebis laitières : -1,3% à 1,58 million de têtes Corse 0 1 2 3 4 5 6 7 2010 2011 2012 2013 2014 Millions de têtes Cheptel reproducteur français (en décembre) Source: GEB - Institut de l'Elevage d'après Eurostat -4,1% -2,1% -3,1% -1,0% Brebis allaitantes Brebis laitières Ralentissement de la baisse du cheptel ovin reproducteur fin 2014
    16. 16. SPACE 2015 Une productivité numérique en hausse? 19 En 2014: Abattages contrôlés d’agneaux : +0,4% à 3,7 millions de têtes  66 000 téc (+1,1% /2013)  Productivité numérique en hausse + progression des poids carcasses De janvier à juillet 2015: Abattages contrôlés d’agneaux : -3% en têtes et -2% en volume  Mais moins d’imports d’agneaux vivants et plus d’exports d’agneaux vivants  Hausse des sorties d’agneaux des exploitations françaises 84 82 81 74 69 69 71 68 65 66 42 41 16 17 16 16 14 14 15 15 15 14 9 9 0 20 40 60 80 100 120 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 7 mois 2014 7 mois 2015 1 000 tonnes Abattages d'ovins en France Source: GEB - Institut de l'Elevage d'après le SSP Agneaux Ovins adultes -1%
    17. 17. SPACE 2015 Les importations de viande ovine continuent de diminuer 20  Prix à l’import (juin 2015):  Carcasses fraîches d’agneaux britanniques = 5,3 €/kgéc (-12% /2014)  Carcasses fraîches d’agneaux irlandais = 5,9 €/kgéc (-5% /2014)0 20 40 60 80 100 120 140 2009 2010 2011 2012 2013 2014 6 mois 2014 6 mois 2015 Autres NZ Espagne Irlande Royaume-Uni 1000téc Importations françaises de viande ovine Source : GEB - Institut de l'Elevage d'après les Douanes françaises 25% 45% 17% 4% 41% 18% 9% 16% -1%-3%-2% -10% -7% -7%
    18. 18. SPACE 2015 La consommation reste orientée à la baisse 21  Consommation calculée par bilan = -5% /2014 sur le 1er semestre 2015  Achats des ménages relevés par le panel Kantar (Hors RHD) = -9% /2014 sur 7 mois  Manque de disponibilités (recul sur le long terme de la production et des importations)  Prix au détail élevés  Les consommateurs français d’agneau sont de plus en plus âgés: en 2014, 76% avaient plus de 50 ans d’après le panel Kantar. 0 50 100 150 200 250 300 1960 1963 1966 1969 1972 1975 1978 1981 1984 1987 1990 1993 1996 1999 2002 2005 2008 2011 2014 Consommation Abattages français Source: GEB-Institut de l'Elevage d'après le SSP, les douanes françaises et Eurostat Déficit 1 000 téc
    19. 19. SPACE 2015 La baisse de la production française soutient le cours de l’agneau 22 Semaine 35 (du 24 au 30 août 2015) PMP = 6,17 €/kg de carcasse = /2014 -7% /2013 (-46 centimes) 5,0 5,2 5,4 5,6 5,8 6,0 6,2 6,4 6,6 6,8 7,0 J F M A M J Jt A S O N D € / kg de carcasse Cotation de l'agneau français - Prix Moyen Pondéré des régions (PMP) Source: GEB - Institut de l'Elevage d'après FranceAgriMer 2012 2013 2014 2015  PMPmoyen 2013 = 6,24 €/kg de carcasse (+1% /2012)  PMPmoyen 2014 = 6,35 €/kg de carcasse (+2% /2013)
    20. 20. SPACE 2015 BILAN PERPECTIVES
    21. 21. SPACE 2015 Merci pour votre attention Pour + d’infos: marie.carlier@idele.fr

    ×