Printemps de la démocratie locale 2011         La Métropole des citoyens : parlons pr@TIC !                    Réunion	  d...
Printemps de la démocratie locale 2011          La Métropole des citoyens : parlons pr@TIC !	  FING	  Armel	  Le	  Coz,	  ...
Printemps de la démocratie locale 2011              La Métropole des citoyens : parlons pr@TIC !	  1/	  Quel	  bilan	  ?	 ...
Printemps de la démocratie locale 2011           La Métropole des citoyens : parlons pr@TIC !Les	  partenariats	          ...
Printemps de la démocratie locale 2011               La Métropole des citoyens : parlons pr@TIC !       • chaque	   table	...
Printemps de la démocratie locale 2011             La Métropole des citoyens : parlons pr@TIC !                           ...
Printemps de la démocratie locale 2011             La Métropole des citoyens : parlons pr@TIC !Les	  résultats	  chiffrés	...
Printemps de la démocratie locale 2011            La Métropole des citoyens : parlons pr@TIC !De	   plus,	   un	   problèm...
Printemps de la démocratie locale 2011            La Métropole des citoyens : parlons pr@TIC !VILIVE	  rappelle	   que	   ...
Printemps de la démocratie locale 2011            La Métropole des citoyens : parlons pr@TIC !EVALUATION	  de	  la	  soiré...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Compte-rendu du cyberdebat de la Mairie de Paris

2 460 vues

Publié le

Compte-rendu qualitatif et quantitatif du cyber-débat de la Mairie de Paris sur le thème "Citoyens: parlons praTIC"

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 460
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
5
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Compte-rendu du cyberdebat de la Mairie de Paris

  1. 1. Printemps de la démocratie locale 2011 La Métropole des citoyens : parlons pr@TIC ! Réunion  d’évaluation  et  de  bilan  du  Groupe  de  travail   Débat  en  ligne  métropolitain  :  «  La  Métropole  des  citoyens  :  Parlons  praTIC  »     COMPTE-­‐RENDU  DE  LA  REUNION     du  mardi  3  mai  2011      Participants      Mission  démocratie  locale  /  DUCT  -­‐  Vanessa  MAURIN  -­‐  Sandrine  PEREIRINHA  -­‐  Chloé  LOUX  -­‐  Elsa  MOURAS    FING  Fabienne  GUIBE    Blog  Vidéo/  Vi  Live  Jérôme  FIOT    Mairie  de  Clamart  Nicolas  MARQUIS,  Responsable  du  service  Démocratie  Locale    Mairie  de  Créteil    Isabelle  GUÉRASSIMOFF,  Directrice  de  la  Démocratie  Locale  et  de  proximité    Directrice  association  Concert  Urbain  Carol-­‐Ann  BRAUN    Ma  Mairie  citoyenne/fondateur  de  l’association  «  Innovons  pour  la  concertation  citoyenne  »  Damien  MONNERIE      Metropop’  Julien  NEIERTZ    Se  sont  excusé-­‐e-­‐s    Cabinet  d’Hamou  BOUAKKAZ  Emilie  BAUDET,  Chef  de  cabinet    Cabinet  de  Pierre  MANSAT  Clara  SPITZ,  collaboratrice  Mardi 3 mai 2011 / FING et Mission Démocratie locale   1  
  2. 2. Printemps de la démocratie locale 2011 La Métropole des citoyens : parlons pr@TIC !  FING  Armel  Le  Coz,  Designer  de  services    Reporters  citoyens  Philippe  Merlant    Mairie  de  Paris  /  DSTI  Patrice  Lemoine    Conseil  régional  /  Mission  Démocratie  régionale  et  Jeunesse  Orianne  Perrier,  Chargée  de  mission  projets  citoyens    Régie  de  quartier  du  19ème  Nord  Séverine  Mercadal,  directrice      Ordre  du  jour  1/  Bilan  du  dispositif  :       -­‐ Rappel  du  contexte   -­‐ Les  partenariats   -­‐ La  méthodologie   -­‐ Le  déroulé  de  la  soirée   -­‐ Les  scénarios  :  résultats  des  ateliers  de  production   -­‐ Quelques  chiffres    2/  Evaluation  et  mise  en  perspective  Mardi 3 mai 2011 / FING et Mission Démocratie locale   2  
  3. 3. Printemps de la démocratie locale 2011 La Métropole des citoyens : parlons pr@TIC !  1/  Quel  bilan  ?    Le  contexte    Rapide  retour  sur  la  genèse  du  projet  :    Dans  le  cadre  de  l’organisation  du  Printemps  de  la  Démocratie  Locale  du  25  mars  au  2  avril  2011,  Hamou  BOUAKKAZ,  adjoint  au  Maire  à  la  démocratie  locale  et  à  la  vie  associative,  et  Pierre   MANSAT,   adjoint   au   Maire   en   charge   de   Paris   Métropole,   ont   souhaité   que   cet  événement   annuel   soit   tourné   notamment   vers   lusage   des   nouvelles   technologies   de  linformation  et  de  la  communication  au  service  de  la  participation  des  citoyens.  L’ensemble   des   événements   organisés   dans   le   cadre   de   la   semaine   du   Printemps   ont   été  construit  dans  un  démarche  de  co-­‐construction  avec  un  certain  d’acteurs  de  la  démocratie  locale  :  élus,  agents  territoriaux,  acteurs  associatifs,  citoyens…  C’est   pourquoi   à   l’occasion   du   premier   comité   de   pilotage   (22   novembre   2010)   de  l’événement,   des   sous-­‐groupes   ont   été   proposés   pour   concevoir   les   manifestations   qui  constitueraient  la  programmation  du  Printemps  2011.    De  la  fusion  de  deux  sous-­‐groupes  proposés  au  copil  :  NTIC  et  métropole  est  né  notre  groupe  de  travail  «  pour  la  préparation  d’un  débat  en  ligne  à  l’échelle  de  la  Métropole  »    Dans   cette   perspective,   un   partenariat   a   été   proposé   à   la   FING   (Fondation   Internet   Nouvelle  Génération)  pour  co-­‐piloter  un  groupe  de  travail  sur  l’usage  des  NTIC  au  service  d’un  débat  à  l’échelle   métropolitaine   autour   de   nombreux   acteurs   œuvrant   dans   le   domaine   de   la  participation  citoyenne.  Rappel  des  objectifs  initiaux  :     1. mobiliser   des   acteurs   intermédiaires   pour   comprendre   Comment les pratiques locales pourraient à l’avenir contribuer à la mobilisation citoyenne à léchelle de la métropole ?   2. construire   un   dispositif   technique   à   travers   l’outil   internet   (télé   présence)   qui   permette   d’articuler   des   espaces   d’échanges   physiques   (présentiels)   et   des   échanges   en   ligne   pour   tenter   de   dépasser   les   distances   et   les   frontières   qu’elles   soient   physiques  ou  symboliques.   3. Amorcer  une  dynamique  plus  pérenne  autour  des  notions  d’identité  métropolitaine   ou  comment  les  citoyens  peuvent  «  faire  métropole  »  ensemble  et  de  quelle  manière   peuvent-­‐ils   contribuer   à   la   décision   publique   et   la   gouvernance   de   leur(s)   collectivité(s)  à  l’échelle  de  la  métropole  ?    Mardi 3 mai 2011 / FING et Mission Démocratie locale   3  
  4. 4. Printemps de la démocratie locale 2011 La Métropole des citoyens : parlons pr@TIC !Les  partenariats   Un  partenariat  associatif  :  FING  /  Mission  démocratie  locale     Expérimentation  sur  l’hybridation  autour  d’un  débat  liant  le  présentiel  et  le  distanciel   pour   mobiliser   un   nouveau   public   dans   le   cadre   du   programme   «  Innovations   democratic  »   Un   partenariat   territorial  :   Créteil   /   Clamart   /   Paris   au   104  >   3   tables   franciliennes  (métropolitaines)  Une   méthodologie   de   travail   basée   sur   la   pluridisciplinarité   et   la   diversité   des   outils   de  travail  -­‐  Une  équipe  pluridisciplinaire  :  chargés  de  projet,  designers  de  services,  agents  territoriaux  (STI  et  administration  DL),  associations  parties  prenantes,  prestataires  de  service…    -­‐  des  réunions  physiques  (au  total  9  réunions),  1  groupe  de  travail  divisé  ensuite  en  3  sous-­‐  groupes  selon  une  ligne  temporelle  de  construction  d’un    projet  («  avant  »,  «  pendant  »  et  «  après  »)  -­‐  une  collaboration  en  ligne  :  Ouverture  d’un  accès  à  «  base  camp  »  à  tous  les  membres  du  groupe  de  travail    -­‐  des  réunions  téléphoniques…  Le  travail  de  préparation     1. Elaboration  d’une  plateforme  accueillant  le  débat  :  retransmission  vidéo,  interaction   possible   avec   les   internautes   via   un   TCHAT,   google   MAPS,   Dipity,   présentation   des   intervenants…   2. Préparation  technique  des  sites  :  Recherche  du  matériel,  vérification  des  connexions,   2  phases  de  tests  techniques  et  des  tests  complémentaires  sur  chaque  site  ….     3. Conception  de  l’atelier  de  production  avec  les  designers  de  service   4. Préparation   de   l’animation   de   la   seconde   phase   avec   l’animateur   central   et   en   lien   avec  les  cabinets  des  deux  élus   5. Préparation   du   «  casting  »   des   tables  :   recherche   des   intervenants   par   thématique   et   recueil  des  éléments  à  mettre  en  ligne  :  fiches  expériences,  liens,  photos,  titres…  50   associations  sollicitées  et  plus  d’une  trentaine  ont  répondu  présentes  sur  les  3  sites  Rappel  du  déroulé  de  la  soirée  1ère  partie  :  l’atelier  créatif   • une   table   ronde   a   permis   d’échanger   sur   les     bonnes   pratiques   préalablement   identifiées.    Mardi 3 mai 2011 / FING et Mission Démocratie locale   4  
  5. 5. Printemps de la démocratie locale 2011 La Métropole des citoyens : parlons pr@TIC ! • chaque   table   a   été   animée   par   un   designer   de   services   et   un   animateur   et   ont   été   retransmises  sur  le  site  www.paris.fr  ainsi  que  sur  les  sites  des  mairies  accueillant  les   débats.   • chaque  table  ronde  a  réuni  :      -­‐  élus  locaux,    -­‐  acteurs  intermédiaires  proposant  des  dispositifs  innovants  dans  la  participation  citoyenne    -­‐  un  public  (uniquement  pour  Clamart)      2ème  partie  :  débat  en  ligne  à  partir  des  échanges  de  bonnes  pratiques.   • L’animation   a   été     réalisée   à   partir   du   site   central   par   un   journaliste   qui   a   invité   les   3   tables  rondes  à  prendre  la  parole  afin  d’alimenter,  relancer,  faire  interagir  les  sites  et     synthétiser  le  débat.     • Le   débat   a   été   retransmis   sur   paris.fr,   et   les   sites   des   villes   partenaires   qui   le   souhaitent,  en  direct.   • A  noter  que  via  une  application  tchat,  les  internautes  ont  été  invités  à  prendre  part   au  débat.  Les  commentaires  déposés  par  les  internautes  étaient  modérés  sur  le  site   de  la  régie.  Mardi 3 mai 2011 / FING et Mission Démocratie locale   5  
  6. 6. Printemps de la démocratie locale 2011 La Métropole des citoyens : parlons pr@TIC !    Les  résultats   -­‐ La  mise  en  réseau  d’acteurs  :     o Paris  13  intervenants  issus  principalement  d’association  +  1  élu  Eric  Algrain   o Créteil   6   intervenants   issus   principalement   d’association   +   1   élu   Abraham   Johnson       o Clamart   11   intervenants   issus   principalement   d’association   +   1   élu   Pierre   Ramognino  +  1  public     -­‐ 3  scénarios  (visibles  sur  le  base  camp  et  bientôt  sur  Paris.fr)   o Les  médias  citoyens,  table  de  Créteil   o Participation,  mémoires,  lien  social,  Paris  104   o Les   pratiques   de   concertation   citoyennes   innovantes   autour   des   projets     d’aménagements  urbains,  Clamart   -­‐ une  plateforme  de  débat  inter  territorial  à  valoriser   -­‐ 1  expérimentation  innovante  dans  la  co-­‐élaboration  et  le  rendu  final  Mardi 3 mai 2011 / FING et Mission Démocratie locale   6  
  7. 7. Printemps de la démocratie locale 2011 La Métropole des citoyens : parlons pr@TIC !Les  résultats  chiffrés   -­‐ 583  personnes  ont  suivi  le  débat  en  ligne     -­‐ 100  connexions  simultanées   -­‐ 70   personnes   ont   participé   à   la   co-­‐élaboration   de   la   soirée  :   9   réunions   pour   la   co-­‐ élaboration   -­‐ 35  intervenants  ont  participé  à  la  soirée  +  1  journaliste  :  Laurent  SABLIC   -­‐ 30  Fiches  projets  publiées  sur  la  plateforme  mise  en  ligne  sur  paris.fr   -­‐ 25  personnes  ont  contribué  sur  le  Tchat     -­‐ Connexion  moyenne  5  minutes  (bon  chiffre)  1/  Evaluation  et  perspectives  La  FING  et  la  MDL  mènent  depuis  le  1er  avril  un  travail  d’évaluation  et  de  bilan  auprès  des  acteurs  concernés.  Ce  bilan  s’effectuera  en  plusieurs  phases  :     -­‐ réunion  du  3  mai  avec  les  collectivités  locales  associées,  les  membres  du  groupe  de   travail  et  certains  acteurs  intermédiaires  ;   -­‐ réunion  le  5  mai  à  la  FING  avec  le  groupe-­‐projet  et  les  designers  de  service  ;     -­‐ un  bilan  global  et  mutualisable.      EVALUATION  :  La  méthodologie   -­‐ Conception  de  la  plateforme  du  débat  ?    S’agissant  de  l’accès  à  la  plateforme,  les  représentants  de  Créteil  et  de  Clamart  expliquent  que   les   agents   de   la   municipalité   qui   ont   souhaité   se   connecter   non   pas   pu   le   faire.   En   effet,  les   systèmes   informatiques   des   collectivités   sont   extrêmement   sécurisés   et   ont   empêché  l’accès  à  la  plateforme  hébergée  par  Vi-­‐live.  A  Paris,  le  problème  a  été  réglé  très  en  amont  mais  n’a  pas  pu  l’être  faute  de  temps  auprès  des  autres  collectivités.    En  dehors  des  problèmes  de  connexion  interne,  Isabelle  GUÉRASSIMOFF  indique  que,  pour  éviter  les  problèmes  de  mise  à  jour  des  navigateurs,  il  aurait  été  utile  insérer  un  petit  encart  sur  les  modalités  techniques  propres  à  la  connexion  sur  la  plateforme  (test  de  comptabilité  par  exemple).  Par  ailleurs,  concernant  la  navigation  et  de  la  lisibilité  de  la  plateforme,  il  était    indispensable  de  classer  les  intervenants  par  site  car  il  y  avait  trop  d’intervenants.      Mardi 3 mai 2011 / FING et Mission Démocratie locale   7  
  8. 8. Printemps de la démocratie locale 2011 La Métropole des citoyens : parlons pr@TIC !De   plus,   un   problème   de   navigation   a   été   relevé   par   Créteil.   En   effet,   lorsque   l’internaute  souhaitait  découvrir  la  fiche-­‐expérience  liée  à  un  point  géo-­‐localisé,  il  ne  devait  pas  croiser  d’autres  points  sans  quoi  la  fiche  disparaissait.  La  solution  aurait,  sans  doute,  été  d’associer  la  FE  au  trombinoscope  ou  d’intégrer  le  texte  de  la  FE  dans  une  bulle  google  maps.    De   la   même   façon,   le   système   de   navigation   par   onglet   en   tête   de   page   ou   scroll   n’a   pas   été  compris  de  tous.  Jérôme   FIOT   de   Vi   Live   précise   qu’au   niveau   ergonomique,   tout   est   envisageable.   La  plateforme  est  perfectible,  elle  a  été  conçue  en  un  mois  et  spécifiquement  pour  les  besoins  du  débat  mais  peut  être  améliorée.  Notamment  concernant  le  problème  du  scroll  (roulette  sur   la   souris),   la   plateforme   étant   hébergée   sur   VI   LIVE,   la   mise   en   ligne   sur   paris.fr   ne  permettait  pas  toute  l’étendue  d’une  page  web  classique.   -­‐ Travaux  en  groupe  ?    A   propos   de   l’usage   de   base   camp   comme   outil   de   travail   collaboratif,   les   participants  s’accordent  à  dire  qu’il  s’agit  d’une  plateforme  utile  mais  force  est  de  constater  que  peu  de  membres  du  groupe  s’y  sont  rendus.    Une  formation  préalable  aurait  certainement  été  très  utile  pour  la  prise  en  main  de  l’outil.  Le  basecamp   a   tout   de   même   permis   de   définir   les   titres   et   d’échanger   sur   les   fiches  expériences.    Julien  Neiertz  souligne  qu’il  a  été  dommageable  que  le  sous  groupe  de  travail  «  après  »  ne  se  soit   pas   encore   penché   sur   les   perspectives   ce   qui   s’est   traduit   le   jour   J   par   un   certain  flottement.    Sur   ce   même   point,   Fabienne   Guibé   fait   part   de   la   frustration   pour   la   FING   de   ne   pas  s’inscrire  dans  l’  «  après  ».  Le  citoyen  pour  ne  pas  être  démobilisé  doit  pouvoir  se  renseigner  sur  l’  «  après  ».  Chacun  s’accorde  à  dire  que  dans  l’attente  de  décision  politique,  se  poser  la  question  de  l’avenir  est  délicate.  Sur  la  méthode,  D.MONNERIE  aurait  souhaité  faire  des  «  groupes  projets  »,  notamment  en  fonction   des   thèmes   choisis   dans   les   débats.   Les   organisateurs   soulignent   que   lors   des  premières   réunions,   les   sous   thèmes   n’étaient   pas   encore   définis   ce   qui   explique  l’organisation  du  cyber-­‐débat  en  3  sous-­‐groupes  temporels.     -­‐ Comment  rendre  la  phase  de  test  plus  opérationnelle  ?  (partie  technique)  Clamart  souligne  la  nécessité  d’avoir  réalisé  tous  ces  tests  en  amont  notamment  s’agissant  des   questions   de   connexion   et   de   son   qui   ont   abouti   à   un   investissement   financier   en   terme  de  matériel.  Créteil   rejoint   Clamart   sur   cette   question   d’autant   plus   que   ce   dispositif   n’avait   jamais   été  utilisé  dans  cette  ville.  Cette  expérience  leur  servira  pour  la  création,  en  cours,  d’un  quartier  numérique.   I.Guerrassimof   souligne   toutefois   le   manque   de   clarté   dans   les   besoins  techniques  pré-­‐requis  et  la  frustration  ressentie  de  ne  pas  voir  les  autres  participants.    Mardi 3 mai 2011 / FING et Mission Démocratie locale   8  
  9. 9. Printemps de la démocratie locale 2011 La Métropole des citoyens : parlons pr@TIC !VILIVE  rappelle   que   pour   eux   aussi   c’était   une   première   (retransmission   simultanée   sur   3  sites)   et   que   le   point   positif   de   ce   dispositif   était   la   légèreté   du   montage   mais   qu’il  comportait  un  inconvénient  :  les  limites  techniques  (ni  preneur  de  son,  ni  de  cadreur).    Quand  à  l’exemple  de  Créteil  qui  avait  utilisé  une  caméra  HD  lors  du  débat,  il  est  convenu  qu’il   aurait   fallu   conserver   la   procédure   convenue   au   préalable   et   ne   garder   que   les   deux  ordinateurs.     -­‐ Casting  thématisé  par  tables  Carol-­‐Ann   Braun   se   félicite   du   casting   de   la   table  :   riche,   grande   diversité   (élu,   industriel,  citoyen,   associations)  mais   note   toutefois   que   certaines   associations   n’ont   pu   trouver   les  modalités  pour  rentrer  dans  le  jeu  sur  la  première  partie  et  que  les  habitants  se  sont  sentis  exclus  de  la  seconde  partie  de  la  table.  S.KOUDRI   souligne   que   le   débat   de   Clamart   présentait   une   spécificité   puisque   le   «  loco-­‐local  »  était  fortement  présent  dans  les  échanges.  Les  présences  du  Maire  et  d’un  public  ont  contribué  à  faire  prendre  au  débat  cette  tournure.    N.MARQUIS  rappelle  qu’effectivement  les  associations  ont  eu  une  place  prépondérante  dans  le  débat  ce  qui  a  conduit  à  une  frustration  des  habitants  présents.    S.  PEREIRINHA  rappelle  qu’il  avait  été  établi  dès  le  départ  que  les  citoyens  étaient  conviés  à  assister  au  débat  en  ligne.  Leur  présence  sur  site  n’était  pas  conseillée  car  il  n’avait  aucun  rôle  à  jouer  sur  site.  Sur   ce   point   I.GUERASSIMOFF   rappelle   que   c’est   la   raison   pour   laquelle   elle   a   été   très  prudente   sur   la   présence   d’habitants   et   que   le   seul   qui   ait   été   convié   avait   été   briefé   sur   les  enjeux   et   les   limites   du   débat.   Quand   au   casting,   elle   l’a   trouvé   pertinent,   cohérent   et  équilibré.    Au   104,   J.NEIERTZ   a   rencontré   un   groupe   intéressant   composé   de   porteurs   de   projet  associatif.  Les  participants  étaient  très  divers,  trop  peut  être.    F.GUIBE  questionne  sur  la  cohérence  des  lieux  d’accueil  :  Est-­‐ce  que  cela  avait  du  sens  ?  Ne  valait-­‐il  pas  mieux  faire  un  seul  endroit  physique  de  débat  et  une  retransmission  web  pour  la  seconde  partie  ?  N.MARQUIS  indique  que  ce  qui  le  dérangeait  était  la  tenue  simultanée  de  plusieurs  débats.    I.GUERRASSIMOFF   souligne   qu’un   débat   centralisé   n’aurait   pas   convaincu   l’élu   et   la  municipalité   de   Créteil   à   participer.   La   proposition   de   décentralisation   et   l’usage   des   NTIC  ont  séduit.    En   revanche,   pour   pallier   aux   problèmes   que   pose   la   simultanéité   des   débats,   il   aurait   été  utile  que  les  vidéos  soient  enregistrées  et  mises  en  ligne.  S.  PEREIRINHA  explique  que  la  mise  en   ligne   de   l’enregistrement   de   la   seconde   partie   est   en   cours.   En   revanche,   la   première  partie   ne   pourra   être   mise   en   ligne   étant   donné   que   le   son   et   l’image   ont   été   dissocié,  l’enregistrement  réalisé  n’a  donc  pas  grand  intérêt.  Mardi 3 mai 2011 / FING et Mission Démocratie locale   9  
  10. 10. Printemps de la démocratie locale 2011 La Métropole des citoyens : parlons pr@TIC !EVALUATION  de  la  soirée  :   ⇒ Thème/problématique  du  débat  J.NEIERTZ  rappelle  que  sur  ce  «  concept  »  de  métropole,  il  manquait  une  heure  de  plus  pour  trouver   des   solutions   concrètes.   Son   ressenti   n’est   pas   forcément   celui   des   autres  participants  et  insiste  donc  sur  le  fait  d’adresser  les  questionnaires  aux  participants  qui  n’ont  pu  venir  à  cette  réunion.  S’agissant   de   la   place   de   l’élu   au   sein   des   débats,   Créteil   indique   qu’Abraham   JOHNSON   a  souhaité   faire   participer   dans   le   seconde   partie   les   autres   intervenants   de   la   table   pour  atténuer  la  parole  de  l’élu.  F.GUIBE  explique  qu’il  aurait  effectivement  fallu  faire  intervenir  les   élus   parisiens   en     clôture   du   débat.   Même   ressenti   pour   J.NEIERTZ   pour   qui   les   élus  centraux  ont  pris  trop  de  place  par  rapport  à  la  société  civile.    C-­‐A.BRAUN   pense   avec   le   recul   que   les   enjeux   politiques   du   débat   ont   dépassé   les    participants   et   qu’avant   d’inviter   la   société   civile   à   prendre   part   au   débat,   les   élus   avaient  encore  besoin  de  s’accorder  sur  le  fond  du  débat  métropolitain.     -­‐ Animation  de  la  première  partie  atelier  créatif  Carol-­‐Ann  BRAUN  note  que  le  jeu  était  trop  ouvert  pour  le  sujet  de  Clamart,  en  particulier  la    ligne   du   temps   qui   n’avait   pas   été   intégré   dans   le   jeu.   Celui-­‐ci   aurait   du   incorporer   des  problématiques   différemment.   Au   lieu   de   cadrer   l’échange   des   participants,   il   a   reflété   un  désordre  et  n’a  pas  permis  de  faire  émerger  une  synthèse.  Dans   l’ensemble,   chacun   note   que   la   retranscription   graphique   du   jeu   n’a   rien   apporté   et  qu’elle  a  été  illisible  à  l’écran.    Au  104,  J.NEIERTZ  note  que  l’intrication  entre  le  débat  et  le  jeu  ne  s’est  pas  bien  faite.  Le  jeu  proposait   trop   de   problématiques   méthodologiques   et   pas   assez   de   dimension  métropolitaine.   Ceci   explique   le   fait   que   les   échanges   soient   restés   sur   le   champ   du  conceptuel  et  du  théorique.    F.GUIBE   rappelle,   au   sujet   des   résultats,   qu’en   règle   générale,   un   atelier   créatif   dure   entre   3  et  4  heures.  Dans  le  cas  du  cyber-­‐débat  et  compte  tenu  du  temps  imparti,  les  participants  ont  finalement  commencé  véritablement  à  jouer  dans  les  dernières  minutes.  La   discussion   autour   du   choix   du   scénario  s’est   articulée   autour   d’une   question   :   valait-­‐il  mieux  donner  un  cas  concret  ou  aborder  la  question  sous  l’angle  d’outils  méthodologiques  ?  S’agissant  du  temps  de  la  synthèse,  D.MONNERIE  souligne  que  celui-­‐ci  était  beaucoup  trop  court  et  qu’il  aurait  fallu  un  temps  de  validation.    Mardi 3 mai 2011 / FING et Mission Démocratie locale   10  

×