En automne, je me déshabille. 
L’hiver, je suis tout nu, sauf quand j’ai des aiguilles. 
Quand vient le printemps, je m’ha...
Je m’envole, pourtant je n’ai pas d’ailes. 
Je ne suis pas une bulle. 
Je roule, je n’ai pas de roues. 
Quand tu me donnes...
Quand on dit que je suis noir, je suis marron foncé. 
Quand je suis au lait, je suis marron clair. 
Quand on dit que je su...
Je suis blanche et dure comme les défenses de l’éléphant. 
Je peux couper, déchirer, écraser et mordre. 
Tu me brosses tou...
J’ai souvent la forme d’un rectangle. 
Je peux être grande, moyenne ou petite. 
Je cache des lettres et des cartes, mais p...
On me plante, mais jamais dans un mur. 
Même si je pousse, je ne fais rien avancer. 
Jeune, je suis un bouton, mais je ne ...
Nous allons toujours par deux, mais nous sommes toujours 
séparés : l’un à droite, l’autre à gauche. 
Nous avons chacun ci...
Je suis verte, mais dès que je manque d’eau, je jaunie. 
Quand je suis trop haut, on me coupe. 
Je cache plein d’insectes....
Petite, moyenne ou grande, je me trouve partout dans le monde. 
Pour venir me voir, tu dois prendre un bateau ou un avion....
Pour Noël, pour ton anniversaire ou pour te faire une surprise, je 
suis caché dans un paquet cadeau. 
Grâce à moi, dans t...
Quand je suis un bébé, ma maman me promène toujours dans une 
poche, et pour avancer, je ne marche pas. 
Je saute comme le...
Bien que je sois à l’abri, je suis toujours mouillée. 
Quand tu parles ou quand tu chantes, je bouge. 
Sans le voir, sans ...
Je tourne en rond comme les ailes d’un moulin, mais je ne suis pas 
un moulin. 
Je te fais des tours, mais pas de tours de...
Je tombe tous les jours, sans jamais me faire mal. 
L’hiver je suis longue, l’été je suis courte. 
Si les étoiles m’accomp...
Je suis entouré d’écorce, mais je ne suis pas un arbre. 
Je me découpe en quartiers, mais je ne suis pas une ville. 
Je su...
Quand on dit que je suis peint, je suis sur le mur. 
Quand je suis imprimé, je suis dans les livres. 
Quand je suis une fe...
Je ne suis jamais seule, mais toujours accompagnée de mes soeurs 
jumelles. 
Nous sommes toutes de la même taille. 
Je me ...
Je ne dors jamais ni le jour ni la nuit. 
Et pourtant, je passe ma vie dans mon lit. 
Mais lorsqu’il a beaucoup plu, il m’...
Je suis faite de feuilles, mais je ne suis pas un arbre. 
Mon coeur est blanc et croquant. 
Je peux être frisée sans avoir...
Je suis invisible, pourtant, je fais beaucoup de bruit. 
Je gronde très, très fort, et, pourtant, je n’ai pas de bouche. 
...
Avec moi, tout le monde est habillé pareil. 
Je suis souvent composé d’un pantalon ou d’un jupe, d’une veste et 
d’un chap...
Même si je suis invisible, tu sais toujours quand je suis là. 
Lorsque je me lève, tout s’envole et quand je tombe, 
plus ...
Pour avancer, il faut que je sois tiré ou poussé, 
mais jamais par un homme. 
Je peux transporter plein de choses différen...
Je suis fait de lames, mais mes lames ne servent pas à couper. 
Mes lames peuvent être en bois, en métal 
et parfois de to...
Je monte toujours le long d’un fil, 
mais jamais sur celui du funambule. 
Pour t’amuser, tu me roules et tu me déroules. 
...
Été, comme hiver, que je sois un garçon ou une fille, 
je porte toujours une robe rayée et des sabots. 
Mais ma robe n’est...
A – l’arbre L – la langue W – le wagon 
B – le ballon M – le manège X – le xylophone 
C – le chocolat N – la nuit Y – le y...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Devinettes1

4 249 vues

Publié le

Devinettes abécédaire

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
4 249
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
6
Actions
Partages
0
Téléchargements
8
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Devinettes1

  1. 1. En automne, je me déshabille. L’hiver, je suis tout nu, sauf quand j’ai des aiguilles. Quand vient le printemps, je m’habille. En été, je suis tout beau. Quand le soleil brille, je peux te faire de l’ombre. J’ai une écorce, mais mon écorce ne ressemble pas à celle de l’orange. Pourtant, c’est grâce à moi que tu manges des oranges, des pommes, des poires, des cerises, mais pas de bananes. On me transforme parfois en meuble, en carton, en papier, en crayon. Qui suis­je?
  2. 2. Je m’envole, pourtant je n’ai pas d’ailes. Je ne suis pas une bulle. Je roule, je n’ai pas de roues. Quand tu me donnes des coups, ça ne fait jamais mal. Quand je tombe, je rebondis, mais si c’est sur un clou, je deviens tout raplapla. Quand tu me lances dans un panier, ce n’est pas pour me transporter. Je peux être en cuir, en plastique et de toutes les couleurs. Qui suis­je?
  3. 3. Quand on dit que je suis noir, je suis marron foncé. Quand je suis au lait, je suis marron clair. Quand on dit que je suis blanc, je suis blanc cassé. Quand je suis en carré, je suis dure. Dès qu’il fait chaud, je fonds. Quand je suis de la mousse, je ne suis pas dans ton bain, mais dans ton assiette. Dans mon coeur je cache parfois plein de bonnes choses. Tu me croques ou tu me bois. Quand je voyage avec les cloches, je me transforme en poule, en oeuf, en poisson. Qui suis­je?
  4. 4. Je suis blanche et dure comme les défenses de l’éléphant. Je peux couper, déchirer, écraser et mordre. Tu me brosses tous les jours, pourtant, je n’ai pas de cheveux. Jusqu’à l’âge de sept ans, je suis de lait. Je tombe et je repousse plus grande et pour toujours. Quand on dit que je suis gâtée, ça ne veut pas dire que j’ai plein de cadeaux, mais que je suis malade. Quand je suis cachée sous un oreiller, c’est toujours une petite souris qui vient me chercher. Qui suis­je?
  5. 5. J’ai souvent la forme d’un rectangle. Je peux être grande, moyenne ou petite. Je cache des lettres et des cartes, mais pas pour jouer. Je voyage dans le monde entier, mais toujours dans un sac. On me transporte à pied, à mobylette, en voiture, en camion, en train, en bateau et en avion. Quand je pars, on me ferme ; quand j’arrive, on m’ouvre. Mais si tu veux me faire partir, il faut d’abord me mettre dans une boîte. Qui suis­je?
  6. 6. On me plante, mais jamais dans un mur. Même si je pousse, je ne fais rien avancer. Jeune, je suis un bouton, mais je ne sers pas a fermer ton manteau. Quand je m’ouvre, tu découvres mes couleurs. Pour sentir bon, je n’ai pas besoin de me parfumer. Au printemps, je suis par terre et aussi sur les arbres. Mais je ne suis un fruit ni une feuille. Je peux m’appeler marguerite, rose, capucine. Qui suis­je?
  7. 7. Nous allons toujours par deux, mais nous sommes toujours séparés : l’un à droite, l’autre à gauche. Nous avons chacun cinq doigts, mais nous n’avons pas d’ongles. Avec nous, tu peux avoir les mains de toutes les couleurs. Quand nous sommes en laine ou en cuir, c’est pour te tenir chaud. Quand nous sommes en caoutchouc, c’est pour faire la vaisselle. Quand je suis en éponge, je perds mes doigts pour t’aider à faire la toilette, et cette fois­ci, je suis seul. Qui suis­je?
  8. 8. Je suis verte, mais dès que je manque d’eau, je jaunie. Quand je suis trop haut, on me coupe. Je cache plein d’insectes. Je suis le plat préféré des chèvres, des vaches, des brebis. C’est grâce à moi qu’elles fabriquent leur lait et que tu manges des yaourts, du fromage, du beurre. On me voit beaucoup à la campagne, très peu dans les villes. Qui suis­je?
  9. 9. Petite, moyenne ou grande, je me trouve partout dans le monde. Pour venir me voir, tu dois prendre un bateau ou un avion. Je suis toujours entourée d’eau. Je peux être habitée, pourtant, je n’ai ni toit, ni mur, ni fenêtres. Parfois, je suis déserte. Dans les histoires de pirates, je cache souvent des trésors. Quand je suis flottante, je suis un dessert. Qui suis­je?
  10. 10. Pour Noël, pour ton anniversaire ou pour te faire une surprise, je suis caché dans un paquet cadeau. Grâce à moi, dans ta chambre tu peux avoir un château fort, des arbres, des animaux sauvages et même une voiture. Quand je suis en pièces, c’est toi qui me construit et qui m’invente. Avec moi, tu deviens parfois musicien, cowboy, maman ou motard, mais jamais sur les routes. Quand je suis tout doux, tu t’endors avec moi. Qui suis­je?
  11. 11. Quand je suis un bébé, ma maman me promène toujours dans une poche, et pour avancer, je ne marche pas. Je saute comme les sauterelles et les grenouilles. Mon corps est couvert de poil, mais pas tigré. J’ai quatre pattes : deux petites à l’avant, deux de grandes à l’arrière. Je me tiens le plus souvent debout. C’est grâce à ma queue que je reste en équilibre. Je mange des feuilles et de l’herbe. Qui suis­je?
  12. 12. Bien que je sois à l’abri, je suis toujours mouillée. Quand tu parles ou quand tu chantes, je bouge. Sans le voir, sans le toucher et sans le sentir, grâce à moi tu peux reconnaître la fraise, le fromage, le citron, le pain. Tu te sers surtout de moi pour manger une glace. Pour me tirer, tu n’as pas besoin de tes mains. Si tu ne sais pas qui je suis, donne­moi au chat. Qui suis­je?
  13. 13. Je tourne en rond comme les ailes d’un moulin, mais je ne suis pas un moulin. Je te fais des tours, mais pas de tours de magie. Dès que je me mets à main, je te fais tourner la tête. Tu adores mes chevaux, mes autos, mes bateaux, mes avions. Si tu veux en faire un tour, il te faut un ticket. Avec moi, c’est toujours la fête. Qui suis­je?
  14. 14. Je tombe tous les jours, sans jamais me faire mal. L’hiver je suis longue, l’été je suis courte. Si les étoiles m’accompagnent, ce n’est pas pour me faire danser, mais pour te faire rêver. Quand je suis noire, on dit que tous les chats sont gris. Et même maintenant, s’il fait noire, les chats y voient toujours clair. Dans les maisons, les lumières s’allument et puis s’éteignent. Et tes yeux se ferment. Mais pour la chauve­souris, la chouette et le hibou, c’est une nouvelle journée qui commence. Qui suis­je?
  15. 15. Je suis entouré d’écorce, mais je ne suis pas un arbre. Je me découpe en quartiers, mais je ne suis pas une ville. Je suis ronde. Je viens de pays chauds et tu me manges toute l’année. Le matin, quand je suis pressée, tu me bois. Je suis aussi une couleur. Pour me fabriquer, tu as besoin du jaune et du rouge. Qui suis­je?
  16. 16. Quand on dit que je suis peint, je suis sur le mur. Quand je suis imprimé, je suis dans les livres. Quand je suis une feuille, je peux être unie, rayée ou quadrillée, mais je ne suis pas sur les arbres. Et pourtant, c’est avec le bois que l’on me fabrique. Avec tes crayons de couleurs, c’est toi qui me décores. Pour écrire droit, tu devras suivre mes lignes. Pour jouer, tu me transformes en cocotte, en bateau, en avion. Quand tu me déchires ou quand tu me froisses, c’est souvent pour me jeter. Qui suis­je?
  17. 17. Je ne suis jamais seule, mais toujours accompagnée de mes soeurs jumelles. Nous sommes toutes de la même taille. Je me tiens debout, pourtant, je n’ai pas de pieds. Quand tu joues avec moi, je suis toujours loin de toi. Tu dois me faire tomber sans me toucher ni avec tes pieds ni avec tes mains, mais avec un bulle. Quand nous sommes toutes couchées, tu as gagné ! Je peux être en bois, en plastique et de toutes les couleurs. Qui suis­je?
  18. 18. Je ne dors jamais ni le jour ni la nuit. Et pourtant, je passe ma vie dans mon lit. Mais lorsqu’il a beaucoup plu, il m’arrive d’en sortir. Les poissons que je cache n’aiment pas l’eau de la mer. Avec un bateau tu peux me descendre ou me remonter bien que je sois horizontale. Pour me traverser à pied, il faut souvent passer sur un pont. Je vais toujours dans le même sens et si tu me suis jusqu’au bout, tu rencontreras un fleuve. Qui suis­je?
  19. 19. Je suis faite de feuilles, mais je ne suis pas un arbre. Mon coeur est blanc et croquant. Je peux être frisée sans avoir de cheveux. On me lave, mais jamais dans une machine à laver. On me mange avec du sel, du poivre, de l’huile, du vinaigre, de la moutarde. Mais les escargots, eux, me préfèrent nature. Qui suis­je?
  20. 20. Je suis invisible, pourtant, je fais beaucoup de bruit. Je gronde très, très fort, et, pourtant, je n’ai pas de bouche. Je donne de gros coups qui ne font jamais mal. J’arrive toujours après les éclaires, mais jamais après les éclaires au café ou au chocolat. Quand je suis là, le ciel est souvent gris et la pluie tombe. Qui suis­je?
  21. 21. Avec moi, tout le monde est habillé pareil. Je suis souvent composé d’un pantalon ou d’un jupe, d’une veste et d’un chapeau. Je représente souvent un métier. Pour les militaires, je suis kaki ; pour les marins, je suis blanc et bleu pour les pompiers, je suis bleu et rouge ; pour les policiers, je suis bleu marin. Mais si tu n’es ni marin, ni policier, ni militaire, ni pompier, tu n’as pas le droit de me porter, sauf si je suis en déguisement. Qui suis­je?
  22. 22. Même si je suis invisible, tu sais toujours quand je suis là. Lorsque je me lève, tout s’envole et quand je tombe, plus rien ne bouge. Je souffle, je siffle, pourtant je n’ai pas de bouche. On dit parfois que je suis très fort, même si je ne peux rien porter. Et pourtant, je peux faire tourner les ailes des moulins, faire voler les cerfs­volants et faire avancer les bateaux, mais pas les bateaux à moteur. Qui suis­je?
  23. 23. Pour avancer, il faut que je sois tiré ou poussé, mais jamais par un homme. Je peux transporter plein de choses différentes. Avec moi, tu peux voyager debout, assis ou couché. Et tu peux manger au restaurant en roulant, mais jamais sur les routes. Je ne me déplace jamais seul. Nous sommes toujours plusieurs à la queue leu leu. Qui suis­je?
  24. 24. Je suis fait de lames, mais mes lames ne servent pas à couper. Mes lames peuvent être en bois, en métal et parfois de toutes les couleurs. Pour jouer avec moi, tu as besoin de deux maillets. Mais si tu ne veux pas m’abîmer, ne prends surtout pas ceux d’un menuisier. Pour me faire chanter, il faut que tu me frappes. Avec moi, tu peux jouer toutes les notes et inventer des musiques. Qui suis­je?
  25. 25. Je monte toujours le long d’un fil, mais jamais sur celui du funambule. Pour t’amuser, tu me roules et tu me déroules. Pour monter et descendre, tu n’as pas besoin d’escalier ni d’ascenseur, mais de ton doigt. Je suis fait d’un fil qui ne te sert pas à coudre. Je suis fait d’un disque qui ne te sert pas à écouter de la musique. Et si tu coupes mon fil, tu ne pourras plus jouer avec moi. Qui suis­je?
  26. 26. Été, comme hiver, que je sois un garçon ou une fille, je porte toujours une robe rayée et des sabots. Mais ma robe n’est pas en couleur, elle est noire et blanche, elle n’est pas en tissu, mais en poile. Et ses rayures ne sont pas horizontales, mais verticales. Mes sabots ne sont pas des chaussures et en plus je n’ai quatre. En France, tu me vois le plus souvent derrière un grillage. En Afrique, je suis libre, je vis en groupe et j’ai peur des lions. Qui suis­je?
  27. 27. A – l’arbre L – la langue W – le wagon B – le ballon M – le manège X – le xylophone C – le chocolat N – la nuit Y – le yoyo D – le dent O – l’orange Z – le zèbre E – l’enveloppe P – le papier F – la fleur Q – la quille G – le gant R – la rivière H – l’herbe S – la salade I – l’île T – le tonnerre J – le jouet U – l’uniforme K – le kangourou V – le vent

×