Cher Revenant

153 vues

Publié le

Album Projet Documentaire Cher Revenant
© Isabelle et Sophie Fougère

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
153
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Cher Revenant

  1. 1. CHER REVENANT L’ALBUM Quelques-unes des images qui construiront le film Archives de famille –Extraits de l’Illustration – Décors
  2. 2. « André Romain Soumagne, sous lieutenant au 127ème régiment d’infanterie 2ème compagnie matricule au corps 139, né le 19 avril 1884 à Montbron , Charente, « Mort pour la France » au chemin vieux situé à 300 mètres Est du carrefour route Rancourt Frégicourt (Somme) et route Ferme Le Priez, le 26 Septembre 1916 à 23h20 du soir, tué par une balle dans la tête. Inhumé sur place dans un trou d’obus. » 19 octobre 1916, à Suippes (Marne)
  3. 3. Arrières petites filles de l’un de ces morts enterrés dans des trous d’obus, mais retrouvé après la quête passionnée de sa petite-fille, nous souhaitons filmer et raconter son histoire et celle de son retour dans le giron familial. Il s’appelait André
  4. 4. A 24 ans, André rencontre Madeleine, de trois ans sa cadette. Nous n’en savons pas beaucoup plus, leur rencontre se perd dans les secrets du temps, il n’y a plus personne pour raconter comment nait leur amour. En 1909 Jeanne naît En 1911 André et Madeleine divorcent En 1916 il meurt
  5. 5. Chère Jeanne… « Que restait-il de mon grand-père comme objets ? Sa tunique, son képi, ses jumelles, son dictionnaire anglais. Un marocain de velours bleu chiffré à son nom contenait quelques photos, une carte d’identité, et puis, glissées dedans après son décès, trois cartelettes adressées pendant la guerre à ma mère
  6. 6. « Nous avions reçu en héritage 10 années soit 10 volumes reliés de l’Illustration – fameux journal. En prenant soin de leur reliure j’ouvris, curieuse, l’année 1916 à la date du 26 septembre. Celle de la mort de mon grandpère. C’est alors qu’en 2 pages ,j’ai tout appris. La carte d’état major m’indiquait Rancourt – Frégicourt – Ferme Le Priez. Ces noms de lieux introuvables sur les cartes d’aujourd’hui, ces mots mystérieux que ma mère se répétait, inlassablement comme les clés d’un mystère.

×