Boîte à outils - Les Jeunes comme Agents                                                                                  ...
stratégie2020                                                                                                             ...
Module sur les sept Principes Fondamentaux et les Valeurs Humanitaires sous-jacentes /                   Module sur les se...
Module sur les sept Principes fondamentaux et les valeurs humanitaires sous-jacentes /               Module sur les sept P...
Module sur les sept Principes Fondamentaux et les Valeurs Humanitaires sous-jacentes /                                    ...
Module sur les sept Principes Fondamentaux et les Valeurs Humanitaires sous-jacentes /                                    ...
Module sur les sept Principes Fondamentaux et les Valeurs Humanitaires sous-jacentes /                                    ...
Module sur les sept Principes Fondamentaux et les Valeurs Humanitaires sous-jacentes /                                    ...
Module sur les sept Principes Fondamentaux et les Valeurs Humanitaires sous-jacentes /                                    ...
Module sur les sept Principes Fondamentaux et les Valeurs Humanitaires sous-jacentes /                                    ...
Module sur les sept Principes fondamentaux et les valeurs humanitaires sous-jacentes /        Module sur les sept Principe...
Module sur les sept Principes Fondamentaux et les Valeurs Humanitaires sous-jacentes /                                    ...
Module sur les sept Principes Fondamentaux et les Valeurs Humanitaires sous-jacentes /                                    ...
Exercices non cognitifs
Exercices non cognitifs
Exercices non cognitifs
Exercices non cognitifs
Exercices non cognitifs
Exercices non cognitifs
Exercices non cognitifs
Exercices non cognitifs
Exercices non cognitifs
Exercices non cognitifs
Exercices non cognitifs
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Exercices non cognitifs

1 304 vues

Publié le

Publié dans : Business
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 304
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
85
Actions
Partages
0
Téléchargements
26
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Exercices non cognitifs

  1. 1. Boîte à outils - Les Jeunes comme Agents du Changement de Comportement 1a (YABC - Youth as Agents of Behavioural Change) Module sur les sept Principes Fondamentaux et les Valeurs Humanitaires sous-jacentes EXERCICES NON-COGNITIFSMODULE SUR LES SEPT PRINCIPES FONDAMENTAUX SUR CHAQUE PRINCIPEET LES VALEURS HUMANITAIRES SOUS-JACENTESEXERCICES NON-COGNITIFS SUR CHAQUE PRINCIPEUne publication de la Fédération internationale des Sociétésde la Croix-Rouge et du Croissant-RougePour plus d’informations, veuillez contacter :Bureau régional de l’Afrique du NordPubliposte 74, Les Berges du Lac,1053, Tunis, TunisieAvec la collaboration du Département Principes et valeurTéléphone : +(216 71) 86 24 85Fax : +(216 71) 86 29 71Courriel : tunisia.northafricaof ce@ifrc.org La Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge soutient les activités humanitaires des Sociétés nationales parmi les populations vulnérables. En coordonnant les secours internationaux en cas de catastrophe et en encourageant l’aide au développement, elle vise à prévenir et à atténuer les souffrances humaines. La Fédération internationale, 196400 05/2010 F les Sociétés nationales et Avec le soutien de le Comité international de la Croix-Rouge constituent le Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge.
  2. 2. stratégie2020 Les Principes fondamentaux du Mouvement internationalStratégie 2020 exprime la volonté collective de la Fédération internationale de la Croix-Rouge etdes Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge de relever lesprincipaux dé s auxquels sera confrontée l’humanité dans les dix ans à venir. du Croissant-RougeFondée sur les besoins et les vulnérabilités des diverses communautés au seindesquelles nous travaillons ainsi que sur les droits et libertés fondamentaux Humanitédont elles peuvent se prévaloir, cette stratégie vise à répondre aux attentes Né du souci de porter secours sans discrimination aux bles-de tous ceux qui comptent sur la Croix-Rouge et le Croissant-Rouge pour sés des champs de bataille, le Mouvement international decontribuer à promouvoir un monde plus humain, plus digne et plus paci que. la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, sous son aspect in- ternational et national, s’efforce de prévenir et d’alléger enAu cours des dix prochaines années, la Fédération internationale s’emploiera toutes circonstances les souffrances des hommes. Il tend àtout particulièrement à réaliser les buts stratégiques suivants : protéger la vie et la santé ainsi qu’à faire respecter la per- sonne humaine. Il favorise la compréhension mutuelle, l’ami-1. Sauver des vies, protéger les moyens de subsistance et faciliter tié, la coopération et une paix durable entre tous les peuples. le relèvement après les catastrophes et les crises2. Promouvoir des conditions d’existence saines et sûres Impartialité3. Promouvoir l’intégration sociale et une culture de non-violence Il ne fait aucune distinction de nationalité, de race, de re- et de paix ligion, de condition sociale et d’appartenance politique. Il s’applique seulement à secourir les individus à la mesure de leur souffrance et à subvenir par priorité aux détresses les plus urgentes. Neutralité A n de garder la con ance de tous, le Mouvement s’abstient de prendre part aux hostilités et, en tout temps, aux controverses d’ordre politique, racial, religieux et idéologique. Indépendance Le Mouvement est indépendant. Auxiliaires des pouvoirs publics dans leurs activités humanitaires et soumises aux lois qui régissent leur pays respectif, les Sociétés nationales doivent pourtant conserver une autonomie qui leur permette d’agir toujours selon les principes du Mouvement. Volontariat Il est un mouvement de secours volontaire et désintéressé. Unité Il ne peut y avoir qu’une seule Société de la Croix-Rouge ou du Croissant-Rouge dans un même pays. Elle doit être ou-© Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, Genève, 2010 verte à tous et étendre son action humanitaire au territoire entier.Toutes les parties de cette publication peuvent être citées, copiées, traduites dans Case postale 372d’autres langues ou adaptées aux besoins locaux sans un accord préalable de la Fédéra- CH-1211 Genève 19tion internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, à condition de Suisse Universalitéciter clairement le nom de la présente publication. Téléphone : +41 22 730 42 22 Le Mouvement international de la Croix-Rouge et du Crois- Télécopie : +41 22 733 03 95 sant-Rouge, au sein duquel toutes les Sociétés ont des droitsToute demande de reproduction doit être adressée directement au secrétariat de Courriel : secretariat@ifrc.org égaux et le devoir de s’entraider, est universel.la Fédération internationale à l’adresse courriel suivante : secretariat@ifrc.org. Site Internet : www.ifrc.org
  3. 3. Module sur les sept Principes Fondamentaux et les Valeurs Humanitaires sous-jacentes / Module sur les sept Principes Fondamentaux et les Valeurs Humanitaires sous-jacentes /Exercices non-cognitifs sur chaque Principe / Mai 2010 // 46 3 Exercices non-cognitifs sur chaque Principe / Mai 2010 //NOTES Table des matières 1. Humanité 5 TCH: Tano-Communication Hirsophile 5 Ce Que Je (Ne) Ferai (Pas) 7 Groupons-Nous ! 8 2. Impartialité 11 Bienvenue À Everland 11 Qui Êtes-Vous ? 14 Je Ne Suis Pas Raciste, Mais… 16 3. Neutralité 19 Langage 19 Ce Qu’Ils En Disent 21 4. Indépendance 24 Tournoi de Chifoumi 24 Main Gauche, Main Droite 26 5. Volontariat 29 Être Utile 29 Passez À La Maison 30 6. Unité 34 Ouvert À Tous 34 Unis 35 7. Universalité 39 Coopération 39 J’Aime / J’Aime Pas 40
  4. 4. Module sur les sept Principes fondamentaux et les valeurs humanitaires sous-jacentes / Module sur les sept Principes Fondamentaux et les Valeurs Humanitaires sous-jacentes /Exercices non-cognitifs sur chaque Principe / Mai 2010 // 4 45 Exercices non-cognitifs sur chaque Principe / Mai 2010 // NOTES
  5. 5. Module sur les sept Principes Fondamentaux et les Valeurs Humanitaires sous-jacentes / Module sur les sept Principes Fondamentaux et les Valeurs Humanitaires sous-jacentes /Exercices non-cognitifs sur chaque Principe / Mai 2010 // 44 5 Exercices non-cognitifs sur chaque Principe / Mai 2010 //NOTES 01. HUMANITÉ TCH: Tano-Communication Hirsophile But de cette activité Faire comprendre l’importance de la participation, du respect et de l’écoute dans l’aide apportée aux personnes. Vue d’ensemble Cette activité, idéale avec 15 à 20 participants, se déroule en trois phases : • lla préparation, dans laquelle environ un tiers des participants (groupe A) re- çoit un brie ng séparé de celui des autres (groupe B) ; • ll’exercice proprement dit, où le groupe B observe le groupe A. Ce dernier pense que le groupe B va les aider, mais celui-ci a reçu des instructions bien différentes… ; • le débrie ng, a n de tirer des enseignements de cet exercice. Les participants sont Le Principe d’Humanité met l’accent sur le respect des personnes. Aider les supposés apprendre personnes sans écoute, sans participation, sans respect peut conduire à des que frustrations, des problèmes, des tensions chez les personnes que l’on prétend aider. Durée approximative 60 minutes. nécessaire Matériel requis • Des tables et des chaises en deux cercles concentriques, si possible. • Des blocs-notes et crayons pour les deux tiers du groupe. • Des ips-charts pour le débrie ng (à défaut, un tableau de conférence, ou un tableau noir et des craies, etc.). Astuces interculturelles Soyez attentif au niveau d’alphabétisation des participants et adaptez éventuel- lement les instructions des membres du groupe B en fonction. Astuces de facilitateurs Tenez vous prêt à gérer des con its de personnes lors du débrie ng, au cas où les membres du groupe A se sentiraient mal à l’aise et observés Processus suggéré Étape 1 : Brie ngs méthodologiques scienti ques (10 minutes) étape par étape Divisez les participants en deux groupes (A et B); le groupe A devrait être formé d’environ un tiers des participants mais en tout cas comporter entre 5 et 7 par- ticipants minimum. Faites un brie ng séparé pour chacun des deux groupes, qui ne doit pas entendre les instructions reçues par l’autre groupe. De préfé- rence, le groupe A est briefé en dehors de la salle. • Les instructions à donner au groupe A sont sur la ligne suivante : « une nou- velle méthode, la tano-communication hirsophile (TCH) visant à aider la com- munication entre les personnes a été mise au point. C’est une méthode à la fois très simple et très complexe. Pour ce faire, une analyse de ce qui se passe entre vous, membres du groupe A, sera nécessaire. Le groupe B procédera à l’observation de votre groupe, mais ne pourra valider ses obser- vations en termes de TCH que lorsqu’un événement bien particulier au sein
  6. 6. Module sur les sept Principes Fondamentaux et les Valeurs Humanitaires sous-jacentes / Module sur les sept Principes Fondamentaux et les Valeurs Humanitaires sous-jacentes /Exercices non-cognitifs sur chaque Principe / Mai 2010 // 6 43 Exercices non-cognitifs sur chaque Principe / Mai 2010 // de votre groupe, nommé « l’élément déclencheur », aura eu lieu, et lorsqu’ils REMERCIEMENTS auront identi é l’individu appelé « hirsophile fondamental » et celui ou celle qui est « l’hirsophobe fondamental ». A vous de deviner quel est l’élément dé- Pour leur leadership : clencheur, en essayant de ré échir entre vous à ce qu’il peut être, et qui sont Anne E. Leclerc, Cheffe du bureau régional de l’Afrique du Nord, Instigatrice de la Toolkit Migration les deux individus fondamentaux. Mais il vous est interdit de communiquer Katrien Beeckman, Cheffe du département Principes et Valeurs, Instigatrice de l’initiative YABC avec le groupe B, que ce soit verbalement ou par écrit. Si l’élément déclen- cheur est trouvé, alors le groupe B pourra partager ses conclusions avec Pour le développement et la révision des modules : vous et vous serez étonné de ce que vous apprendrez sur vous-même ». En Christophe Lanord, Consultant expert en formation faisant ce brie ng, n’hésitez pas à écrire les noms de « tano-communication Charlotte Tocchio, Administratrice de l’initiative YABC et des Principes Fondamentaux au département Principes hirsophile », « hirsophile fondamental » et « hirsophobe fondamental » sur un et Valeurs tableau. Insister sur le fait que cet exercice va beaucoup les aider à bien se Sou a Galand, Coordinatrice de l’initiative YABC en Afrique du Nord connaître. Soyez le plus naturel et convaincant possible. • Les instructions à donner au groupe B sont les suivantes : « le groupe A Pour le layout: pense que vous connaissez une méthode scienti que nouvelle pour analy- Katherine Roux, Consultante en communications ser les relations entre les personnes. Ils espèrent que vous allez les aider à Sébastien Calmus, Administrateur en design, Communications d’entreprise comprendre ce qui se passe dans le groupe. Contentez-vous de les observer Michel Favre, Le Cadratin, Mise en page en prenant des notes. N’hésitez pas à les observer xement, à vous passer des papiers, à écrire, à faire des grimaces étonnées, soucieuses, etc. dès Pour leur important soutien : que quelque chose se passe. Il vous est interdit de communiquer avec les Remerciements au Croissant-Rouge Algérien, Libyen, Marocain et Tunisien personnes du groupe A. ». pour leurs contributions dans le cadre du projet Pendant que le groupe A est toujours à l’extérieur de la salle, arrangez les tables Pour leur active contribution et leur engagement: en deux cercles concentriques : Tahar Ksouri, Croissant-Rouge Algérien • celui le plus au centre a juste assez de chaises et de tables pour les membres Adnan Ben Malek, Croissant-Rouge Algérien du groupe A ; Houda Diabinourel, Croissant-Rouge Algérien • celui à l’extérieur permet aux membres du groupe B de s’asseoir confor- Mahmoud Ben Sebgag, Croissant-Rouge Algérien tablement et de prendre des notes sans que les membres du groupe A ne Seibou Traore, Croix-Rouge Côte d’Ivoire puissent les lire. Tammer Ahmed, Croissant-Rouge Egyptien Musab Elgiafari, Croissant-Rouge Libyen Étape 2 : À l’aide (30 minutes) Fadel Fathi Askeer, Croissant-Rouge Libyen Faites ensuite entrer les membres du groupe A. Laissez la dynamique se dérou- Sami Salem Kechim, Croissant-Rouge Libyen ler pendant une trentaine de minutes. Normalement, les membres du groupe A Ali Amziane, Croissant-Rouge Marocain doivent s’interroger, s’observer, noter les relations du groupe B avec un malaise Meriem Belfatmi Belfatmi, Croissant-Rouge Marocain croissant. Hicham El Mziryahi, Croissant-Rouge Marocain Samah Hamed, Croissant-Rouge Palestinien Étape 3 : La n (20 minutes) Hafedh Ben Miled, Croissant-Rouge Tunisien Au bout d’une trentaine de minutes (ou avant si la situation devient trop tendue), Fadhel Glenza, Croissant-Rouge Tunisien arrêtez l’exercice et faites un débrie ng. Ali Ben Mbarek, Croissant-Rouge Tunisien Khaled Farhati, Croissant-Rouge Tunisien Amira Ben Ali, Croissant-Rouge TunisienProcessus et questions Élaboration Saleha Boumeftah, Croissant-Rouge Tunisiende débriefing • (Aux participants du groupe A) Qu’avez-vous ressenti entre vous ? Que s’est- Khaled Fekih, Croissant-Rouge Tunisien il passé ? Comment avez-vous perçu le fait que les membres du groupe B Mouna Fekih, Croissant-Rouge Tunisien prenaient des notes ? Brahim Ibrahim, Croissant-Rouge Tunisien • (Aux participants du groupe B) Qu’avez-vous observé ? Quelle était la dyna- Nouha Yeferni , Croissant-Rouge Tunisien mique du groupe ? • Quels enseignements tirer de cette dynamique ? Quel était l’objectif initial de l’exercice que je/nous vous avais/avions annoncé? Est-ce que les membres du groupe A se sont sentis « aidés » par le groupe B ? Pourquoi ? • Expliquez en n que, bien entendu, ni la tano-communication hirsophile, ni « l’hirsophile fondamental » ni « l’hirsophobe fondamental » n’ont d’existence. Qu’en conclure sur le discours pseudo-scienti que qui légitime ce qui se passe ? Généralisation • Quel lien pouvez-vous faire entre cette activité et des situations réelles de la vie courante au sein de votre communauté ? • Quelle(s) est(sont) la(les) clé(s) pour s’assurer que l’aide apportée aux per- sonnes est appropriée à leurs besoins, contextes, etc. ?
  7. 7. Module sur les sept Principes Fondamentaux et les Valeurs Humanitaires sous-jacentes / Module sur les sept Principes Fondamentaux et les Valeurs Humanitaires sous-jacentes /Exercices non-cognitifs sur chaque Principe / Mai 2010 // 42 7 Exercices non-cognitifs sur chaque Principe / Mai 2010 // Application Application • En tant qu’agent du changement de comportement, comment cette activité • Comment cette activité peut elle vous aider à développer davantage ces com- contribuera t-elle à vous faire adopter une approche plus proactive en faveur pétences nécessaires pour agir en tant qu’agent du changement de compor- de la non-discrimination et du respect de la diversité et ainsi à agir ‘en toutes tement, en accord avec le Principe d’Humanité du Mouvement CR/CR ? circonstances’ en harmonie avec le Principe d’Universalité ? Points clés que les Si vous n’expliquez pas à des personnes pourquoi vous voulez les aider, com-Points clés que Les préjugés et clichés sont souvent à la base de la discrimination et, ainsi, du participants soulèveront ment, si vous ne véri ez pas leurs attentes, si vous ne communiquez pas, vousles participants racisme et de la xénophobie. et que les facilitateurs prenez le risque de créer plus de mal que de bien.soulèveront et que les devraient soulignerfacilitateurs devraientsouligner Notes de facilitateurs n/aNotes de facilitateurs n/a Ce Que Je (Ne) Ferai (Pas) But de cette activité Faire ressentir aux participants l’importance, mais aussi la dif culté, de dé nir ce qui est acceptable de ce qui ne l’est pas dans les actions individuelles. Vue d’ensemble L’objectif est de faire dé nir par chaque participant quelles sont les choses qu’ils feraient et celles qu’ils ne feraient pas « en toutes circonstances ». Les participants sont Nous dé nissons tous, individuellement et en société, ce que nous considé- supposés apprendre rons comme des comportements acceptables ou inacceptables. Pourtant, tant que au niveau individuel que collectif, des différences peuvent exister sur ce qu’on considère comme acceptable ou non. Dès lors, il faut concilier ces différences de vue avec l’engagement envers le Principe d’Humanité. Durée approximative 45 minutes. nécessaire Matériel requis Post-it ou cartons de format A5. Astuces interculturelles Dans un contexte donné, certains sujets peuvent être tabous. Cet exercice risque de faire surgir des questions liées à la violence et éventuellement sen- sibles pour certains participants. Astuces de facilitateurs Choisissez de préférence des thèmes d’éthique ou de morale fortement contro- versés (e.g. l’avortement, le meurtre, le mensonge, l’euthanasie, etc.) et sur- veillez les réactions des participants tout au long de l’exercice. Processus suggéré Étape 1 : Le vol (10 minutes) étape par étape Commencez par demander aux participants ce qu’ils pensent du vol. On peut supposer que le vol sera vu comme quelque chose de négatif, même si certains peuvent déjà nuancer le propos. Demandez ensuite si les participants peuvent s’engager à ne jamais voler. Si oui, demandez ce qu’ils feraient s’ils n’avaient aucun autre moyen pour nourrir leur famille (par exemple, s’ils sont menacés
  8. 8. Module sur les sept Principes Fondamentaux et les Valeurs Humanitaires sous-jacentes / Module sur les sept Principes Fondamentaux et les Valeurs Humanitaires sous-jacentes /Exercices non-cognitifs sur chaque Principe / Mai 2010 // 8 41 Exercices non-cognitifs sur chaque Principe / Mai 2010 // pendant un génocide). Si non, demandez-leur quelle serait une exception à cet Vue d’ensemble Les participants doivent s’exprimer rapidement sur ce qu’ils aiment et n’aiment engagement. Sur cette base, écrivez sur un carton ou un post-it : « je ne volerai pas dans les autres pays, moyennant quoi ils risquent vite de dériver sur des jamais, sauf si je n’avais pas d’autre choix pour nourrir ma famille ». clichés et des stéréotypes. Étape 2 : L’exception à la règle (10 minutes) Refaites le même exercice en plénière avec quelque chose que les participants Les participants sont Il est aisé d’avoir des stéréotypes sur les autres pays. s’engagent à toujours faire, puis en cherchant une exception. Ecrivez égale- supposés apprendre ment un post-it comprenant l’engagement et l’exception. que Étape 3 : Principes individuels (5 minutes) Demandez alors à chaque personne, individuellement, de préparer six cartons Durée approximative 45 minutes. / post-it avec, sur trois d’entre eux, un « engagement de faire » et sur les trois nécessaire autres, un « engagement de ne pas faire ». Donnez quelques minutes pour cette tâche et indiquez clairement qu’il ne s’agit que du principe, pas des exceptions. Matériel requis Aucun Étape 4 : Duo sans commentaire (10 minutes) Faites constituer le groupe par paires de participants, si possible en mélan- geant le groupe par rapport aux activités précédentes. Demandez alors à Astuces interculturelles n/a. chaque personne de présenter à son/sa partenaire les six cartons ou post-its (donc douze en tout par duo). A ce stade, la personne à qui la présentation est faite ne doit pas faire de commentaire. Astuces de facilitateurs Gardez un rythme rapide pour l’exercice, et ne faites pas discuter les participants. Étape 5 : Sauf si… (10 minutes) Ensuite, chaque personne doit compléter les six post-its qui lui ont été présen- Processus suggéré Étape 1 : J’aime/j’aime pas (5 minutes) tés par « sauf si… » et l’exception qu’elle envisagerait. En n, dernière partie du étape par étape Faites installer les participants en cercle, sur des chaises ou assis par terre, et travail par paire : les deux personnes regardent ce qui a été préparé par leur restez debout au milieu du cercle. Expliquez que vous allez indiquer un nom de partenaire et, éventuellement, en discutent brièvement. pays, puis désignez un(e) participant(e) au hasard et lui demandez d’indiquer quelque chose qu’il/elle aime à propos de ce pays. Pas de réponse élaborée, Étape 6: La n (15 minutes) un ou deux mots seulement. Sans changer le nom de pays, demandez ensuite Faites alors revenir le groupe en plénière : demandez à chacun de disposer à un(e) autre participant(e) d’indiquer quelque chose qu’il/elle n’aime pas à pro- l’ensemble des post-its sur un mur, ou des cartons sur le sol, a n que chacun pos de ce pays. puisse tous les lire. Laissez quelques minutes à cette n, puis passez à l’étape du débrie ng. Étape 2 : Pays et goûts en cadence (10 minutes) Refaites une dizaine de fois l’exercice avec le même nom de pays et une alter- nance « j’aime/j’aime pas », puis avec quelques autres pays.Processus et questions Élaborationde débriefing • Quels ont été les points les plus faciles à considérer dans les exceptions ? Et Étape 3 : Chez l’habitant (15 minutes) les plus dif ciles ? Ensuite, refaites l’exercice avec non pas le nom d’un pays, mais celui de ses ha- • Comment voyez-vous ce que les autres participants ont écrit, soit en tant bitants (e.g. « les Algériens » au lieu de « l’Algérie », ou « les Chinois » au lieu de qu’engagement, soit en tant qu’exception à cet engagement ? « la Chine », etc. ; en d’autres termes, les questions sont « qu’est-ce que j’aime • Est-ce que certains peinent à se retrouver dans les textes proposés par / je n’aime pas chez les Algériens, ou les Chinois, ou … ? », etc.). Interrogez une d’autres ? Pourquoi ? dizaine de participants à chaque fois, pour une dizaine de pays. Généralisation Étape 4 : La n (15 minutes) • Quels enseignements pouvez-vous tirer de cette activité quant au Principe Après une ‘bonne’ série de réponses sur une dizaine de pays, passez au dé- d’Humanité ? brie ng en utilisant les questions suivantes pour orienter les discussions. Application • Comment cette activité peut elle vous aider à dé nir et comprendre davan- Processus et questions Élaboration tage ce qui est à priori inacceptable et pouvoir ainsi in uencer positivement de débriefing • Qu’est-ce qui, dans les réponses, relevait du goût personnel des participants les mentalités, attitudes et comportements qui y sont liés a n de respecter ce (par exemple en matière de cuisine, de climat…) ? Principe fondamental d’Humanité ? • Qu’est-ce qui relevait, au contraire, du préjugé, notamment quand on ne parle pas des pays mais de leurs habitants i.e. des personnes ?Points clés que les La dif culté réside dans l’accord sur les exceptions au principe, donc sur ce Généralisationparticipants soulèveront que l’on entend par respect et dignité : contre quels comportements doit-on • Si nous voyons les habitants d’autres pays de cette manière, comment pou-et que les facilitateurs absolument lutter ? Comment comprendre des comportements a priori inac- vons-nous travailler avec ces personnes sans faire prévaloir des clichés etdevraient souligner ceptables ?, etc. des préjugés ?
  9. 9. Module sur les sept Principes Fondamentaux et les Valeurs Humanitaires sous-jacentes / Module sur les sept Principes Fondamentaux et les Valeurs Humanitaires sous-jacentes /Exercices non-cognitifs sur chaque Principe / Mai 2010 // 40 9 Exercices non-cognitifs sur chaque Principe / Mai 2010 // sur l’épaule gauche, qu’ils ne devront toucher le ruban adhésif qu’avec la main Notes de facilitateurs Quelques exemples d’exceptions aux règles morales ou éthiques établies peu- gauche ; et à ceux avec le ruban sur le front, qu’ils devront toujours essayer plu- vent être : sieurs positions de ballon avant de le coller dé nitivement, et utiliser une grande • Je n’avorterai jamais, sauf si j’étais enceinte suite à un viol quantité de ruban pour chaque ballon. • Je ne tuerai jamais, sauf si je n’avais pas d’autre choix pour défendre ma vie, etc. Étape 4 : Construction de la tour (15 minutes) A votre signal, les travaux de construction peuvent commencer. Normalement, au bout d’un moment, la tour de ballon doit être très haute… Groupons-Nous ! Étape 5 : La n (20 minutes) Lorsqu’il n’y a plus de ballon disponible, indiquez aux participants qu’ils peu- vent recommencer à parler et invitez-les à se réunir pour discuter ensemble de Quel est le but de Permettre aux participants de se projeter sur le sentiment d’Humanité et de cette expérience. Utilisez les questions suivantes pour guider le groupe dans cet exercice ? s’interroger sur le sentiment individuel lorsque l’on est soi-même affecté par sa ré exion. une situation d’urgence et en péril.Processus et questions Élaboration Vue d’ensemble Cet exercice commence par un energizer classique très dynamique, connude débriefing • Quelle a été la stratégie de construction de la tour ? sous le nom de « Titanic » ou « le bateau coule ». Ensuite, les participants sont • Qui a cherché à savoir qui était le destructeur de chaque équipe ? Comment invités à s’exprimer sur ce qu’ils ont ressenti lorsqu’ils ont été impliqués dans deviner qui il était ? cet energizer. • Comment les différents modes de fonctionnement (utilisation des mains) ont- ils été interprétés ? • Quel était l’objectif de la coopération ? Les participants sont Etre exclu d’un processus de sauvetage lors d’une catastrophe, y être inclus, • Quelle pression additionnelle a impliqué l’existence d’une compétition entre supposés apprendre participer à ce même sauvetage, décider de ceux qui vont être sauvé ou non les trois groupes ? que peut conduire à des sentiments contradictoires et complexes. • Comment la recherche d’un destructeur a-t-elle affecté la con ance réci- proque entre les groupes ? • Comment les modes de fonctionnement différents ont-ils affecté cette coo- Durée approximative 45 Minutes pération ? nécessaire Généralisation • Expliquez qu’en réalité, personne n’avait reçu d’instructions demandant de Matériel requis Aucun détruire la tour et de faire exploser des ballons. Quelles leçons tirer de cet exercice quant à la coopération ? Astuces interculturelles Cet exercice implique des contacts physiques rapprochés avec d’autres per- Application sonnes. Dans certains contextes, ceci peut être sensible pour des questions • Comment cette expérience vous aidera t-elle à agir ‘en toutes circonstances’ relatives au genre. Par ailleurs, les personnes fragiles ou ayant des dif cultés à dans le respect du Principe d’Universalité à l’avenir ? se mouvoir peuvent être mal à l’aise dans cet exercice.Points clés que les La con ance est essentielle dans la coopération, surtout quand il existe des Astuces de facilitateurs Attention aux personnes qui pourraient jouer à ce jeu d’une manière un peuparticipants soulèveront doutes ou des facteurs qui peuvent mettre cette con ance en danger. trop « physique ». Même si ce peut être un bon élément de débrie ng, la sécu-et que les facilitateurs rité des participants passe avant tout…devraient souligner Processus suggéré Étape 1 : Le Titanic (5 minutes)Notes de facilitateurs n/a étape par étape Expliquez que vous allez faire un petit jeu amusant. A ce stade, ne mentionnez pas qu’il va s’agir d’une activité d’apprentissage : focalisez-vous, au contraire, sur l’aspect ludique. Demandez à tous les participants de se grouper, debout, dans un endroit où tous peuvent tenir à l’aise ; il faut assez de place pour que tout le monde puisse se déplacer dans cette zone.J’Aime / J’Aime Pas Expliquez que vous allez être le commandant d’un navire qui est sur le point de couler ; tous les passagers (à savoir les participants) vont devoir bouger sur le pont, sans jamais arrêter, et en répétant « le bateau coule, le bateau coule, le bateau coule… ».But de cette activité Faire ré échir les participants sur la diversité des pays, mais aussi sur les préjugés qu’ils peuvent avoir par rapport à chacun d’entre eux, et sur les conséquences Étape 2 : A l’eau ou dans le canot (15 minutes) dans un environnement de travail et une organisation à vocation universelle. A votre signal (et à ce moment seulement), les passagers doivent se regrou- per selon le nombre de passagers par canot que vous annoncerez (en criant).
  10. 10. Module sur les sept Principes Fondamentaux et les Valeurs Humanitaires sous-jacentes / Module sur les sept Principes Fondamentaux et les Valeurs Humanitaires sous-jacentes /Exercices non-cognitifs sur chaque Principe / Mai 2010 // 10 39 Exercices non-cognitifs sur chaque Principe / Mai 2010 // Ceux qui sont regroupés dans un groupe correspondant au nombre annoncé sont sauvés ; ceux qui sont dans des groupes plus grands ou plus petits vont couler - ils doivent alors s’écarter du jeu, qui continuera selon le même système 07. UNIVERSALITÉ (les personnes bougent, vous appelez un chiffre, vous véri ez le nombre de Coopération personnes dans les canots, les personnes non sauvées sortent de l’espace de jeu). Faites un essai juste pour tester la bonne compréhension du mécanisme. A chaque étape, véri ez mentalement combien il reste de personnes, et quel But de cette activité Montrer que sans con ance, la coopération est dif cile. Et donc la solidarité serait le bon nombre à annoncer pour aller plus ou moins vite. Continuez le entre Sociétés nationales également… jeu jusqu’à ce qu’il ne reste plus que deux personnes, qui sont donc les deux personnes sauvées. Vue d’ensemble Deux groupes ont un objectif commun, à savoir construire une tour en ballons Étape 3 : La n (25 minutes) de baudruche qui soit la plus haute possible, mais des méthodes différentes et, Lorsqu’il ne reste plus que les deux personnes nalement sauvées, conviez les surtout, ne se font pas con ance. participants en plénière et invitez-les à ré échir sur cette expérience, en vous laissant guider par les instructions du débrie ng. Les participants sont La coopération nécessite d’être clair sur les objectifs et requiert des partenaires supposés apprendre une con ance réciproque.Processus et questions Élaboration quede débriefing Explorez les sentiments de chacun lors des différentes étapes : lorsqu’une per- sonne a été sauvée, lorsqu’elle ne l’a pas été, lorsqu’elle a aidé une autre per- sonne à rejoindre le canot, etc. Durée approximative 60 minutes. nécessaire Généralisation Une fois que divers sentiments ont été capturés, élargissez la discussion à d’autres situations dans lesquelles des participants ont pu être impliqués. Les Matériel requis • Des ballons de baudruche (si possible une centaine) émotions ressenties étaient-elles du même ordre ? • Du ruban adhésif. Application Finalement, invitez les participants à établir un plan d’action ou une liste des Astuces interculturelles n/a. points à suivre à l’avenir a n d’agir davantage, en tant qu’agent du changement de comportement, dans l’esprit du Principe d’Humanité. Astuces de facilitateurs Assurez-vous que les participants ne se parlent pas durant l’exercice.Points clés que les Etre soi-même impliqué dans une situation périlleuse et devoir aider d’autresparticipants soulèveront personnes à y faire face peut conduire à des sentiments complexes. Processus suggéré Étape 1 : Particularité distinctive (5 minutes)et que les facilitateurs étape par étape Divisez aléatoirement les participants en trois groupes, si possible de taille iden-devraient souligner tique, et distinguez les avec quelque chose de particulier (e.g. un bout de ruban adhésif sur l’épaule gauche pour les membres d’une équipe, et respectivement sur l’épaule droite et sur le front pour ceux des deux autres). Puis, expliquez leurNotes de facilitateurs Façonnez si possible les questions du débrie ng en fonction du pro l des par- qu’ils vont devoir construire une tour en ballons de baudruche qui soit la plus ticipants et des observations que vous aurez pu faire pendant le déroulement haute possible, en précisant que les trois groupes travailleront sur la même tour et de l’exercice a n de faire ressurgir les mentalités, atitudes ou comportements que chaque personne aura également reçu des instructions spéci ques. Indiquez défavorables à la mise en pratique des Principes fondamentaux du Mouvement qu’à partir de ce moment, il est interdit de parler pour chacun des participants. CR/CR. Étape 2 : Le destructeur… (15 minutes) Appelez ensuite les participants un à un à l’écart, de façon à ce que seule la personne concernée puisse entendre les instructions – elles sont les mêmes pour tous mais ils ne le savent pas. Donnez donc à chacun les instructions suivantes : « dans chacune des équipes, il y a un destructeur, à savoir une personne qui va faire semblant de vous aider à construire la tour, mais qui, à un moment donné, va faire exploser trois ballons à la suite. Si cette personne est de votre équipe, vous avez gagné ; si elle est d’une autre équipe, c’est cette autre équipe qui gagne. Mais si vous observez bien la situation, vous pouvez empêcher le destructeur de l’autre équipe d’agir. Retenez le avant qu’il n’ait fait exploser les trois ballons et vous aurez gagné ». Étape 3 : Rubans restrictifs (5 minutes) Spéci ez ensuite aux participants avec le ruban sur l’épaule droite, qu’ils ne devront toucher un ballon gon é qu’avec la main droite ; à ceux avec le ruban
  11. 11. Module sur les sept Principes fondamentaux et les valeurs humanitaires sous-jacentes / Module sur les sept Principes fondamentaux et les valeurs Module sur les sept Principes Fondamentaux et les Valeurs Humanitaires sous-jacentes / humanitaires sous-jacentes /Exercices non-cognitifs sur chaque Principe / Mai 2010 // 38 11 Exercices non-cognitifs sur chaque Principe / Mai 2010 // 11 Exercices non-cognitifs sur chaque Principe / Mai 2010 //
  12. 12. Module sur les sept Principes Fondamentaux et les Valeurs Humanitaires sous-jacentes / Module sur les sept Principes Fondamentaux et les Valeurs Humanitaires sous-jacentes /Exercices non-cognitifs sur chaque Principe / Mai 2010 // 12 37 Exercices non-cognitifs sur chaque Principe / Mai 2010 // Points clés que Comment les volontaires sont acceptés par une Société nationale, quels sont02. IMPARTIALITÉ les participants soulèveront et que les les conditions et le processus suivi, etc. Bienvenue A Everland facilitateurs devraient soulignerBut de cette activité Faire comprendre la dif culté pour des migrants de faire valoir un statut spéci- Notes de facilitateurs Notes de facilitateurs Au-delà d’une dizaine de candidats volontaires, le que et d’expliquer en con ance leurs dif cultés. jeu risque d’être répétitif et donc lassant.Vue d’ensemble Dans le cadre d’un jeu de rôle, les participants sont confrontés à la dif culté d’expliquer leur parcours et les raisons pour lesquelles ils ont migré. De cette expérience, le facilitateur essaiera de tirer des enseignements quant à la vul- nérabilité.Les participants sont Apprécier la vulnérabilité de migrants peut nécessiter de prendre en comptesupposés apprendre des questions intimes, et dévoiler certains aspects de sa vie peut être une ex-que périence douloureuse. Expliquer pourquoi certaines informations sont néces- saires pour appréhender la vulnérabilité permet de réduire ce stress.Durée approximative 75 minutes.nécessaireMatériel requis Si possible, demander aux participants d’apporter un passeport ou une autre pièce d’identité.Astuces interculturelles Cet exercice nécessite d’être sensible à la possibilité que certains participants ou leurs proches aient déjà vécu des expériences similaires d’immixtions dans leur vie privée, en particulier dans le cadre de migrations, et le souvenir de tels épisodes peut être dif cile.Astuces de facilitateurs Pendant le jeu de rôle, veillez à ce que la situation ne dérape pas - usage de violence, personnes qui « craquent », etc. Il est préférable d’être deux pour faciliter la dynamique de cet exercice, et no- tamment gagner du temps lors des brie ngs séparés des groupes (e.g. l’un s’occupera des groupes de migrants hors de la salle tandis que l’autre se char- gera des groupes de fonctionnaires de police dans la salle).Processus suggéré Étape 1 : Administration (30 minutes)étape par étape Séparez le groupe en groupes de cinq ; si le nombre n’est pas divisible par cinq, diviser le nombre supplémentaire de participants de manière équitable entre les groupes. Expliquez que dans chaque groupe de cinq, trois personnes joueront le rôle de fonctionnaires de l’immigration, et deux le rôle de personnes ayant migré. Les personnes supplémentaires joueront aussi le rôle de migrants. Distribuez ces rôles, soit au hasard, soit sur la base du volontariat au sein de chaque groupe. Procédez ensuite au brie ng collectif de tous les migrants, puis, séparément, de celui de tous les fonctionnaires. A la n de chaque brie- ng, informez chaque groupe qu’ils disposent d’une dizaine de minutes pour se préparer. • Expliquez aux migrants qu’ils vont arriver dans le Royaume d’Everland, qui n’est pas connu pour avoir une politique très accueillante à l’égard des étran-
  13. 13. Module sur les sept Principes Fondamentaux et les Valeurs Humanitaires sous-jacentes / Module sur les sept Principes Fondamentaux et les Valeurs Humanitaires sous-jacentes /Exercices non-cognitifs sur chaque Principe / Mai 2010 // 36 13 Exercices non-cognitifs sur chaque Principe / Mai 2010 // rez le jury (avec éventuellement l’aide de quelques participants). Si vous n’avez gers, même si l’économie en accueille beaucoup. Ils devront convaincre les pas de co-facilitateurs, veillez tout particulièrement à expliquer l’exercice à deux autorités de les accueillir. Aussi, ils doivent décider de leur pro l et être prêts ou trois participants en avance a n qu’ils puissent jouer la saynète avec vous. à répondre aux demandes des fonctionnaires de police. • Expliquez aux fonctionnaires de police d’Everland que leur métier est de poser des questions pour véri er la véracité des récits des migrants. Tout d’abord, ils leur demandent une pièce d’identité qu’ils examinent soigneuse-Processus suggéré Étape 1 : Jury et dignité (5 minutes) ment. Puis ils cherchent à savoir pourquoi ils n’en ont pas, le cas échéant, etétape par étape Indiquez que dans la Société nationale dans laquelle vous travaillez (ou une pourquoi ils n’ont pas de visa - dans tous les cas. Ils sont prêts à les accueillir autre Société, non nommée, si vous venez de la même que certains partici- s’ils sont réfugiés ou utiles à l’économie locale, mais les renverront s’ils ont pants), un volontaire ne peut être accepté que s’il passe devant un jury qui l’impression qu’ils leur mentent sur leur parcours ou leur identité. Un des trois décide si, oui ou non, ils sont « dignes » d’être volontaires. Proposez-leur de fonctionnaires jouera le rôle du supérieur hiérarchique, le deuxième sera plu- comprendre comment cela fonctionne et demandez aux membres du groupe tôt ouvert et accueillant, le troisième sera fermé et suspicieux - une distribu- ou à une partie d’entre eux de sortir de la salle ; vous les appellerez tour à tour tion classique entre le bon et le méchant. Mais tous trois devront poser des pour passer devant ce jury. questions en essayant de recouper les informations. Si leur hiérarchie n’est pas d’accord avec leur décision, c’est eux qui auront des ennuis… Étape 2 : Pro ls ctifs et motifs futiles (10 minutes) Séparément, donnez aux groupes leurs instructions respectives : Étape 2 : Et action ! (20 minutes) • Demandez aux participants hors de la salle de s’inventer un pro l ctif, com- Une fois les différents groupes prêts, demandez aux migrants de s’approcher prenant le plus de détails possible et de préférence, aussi différent que pos- de « leurs » fonctionnaires de l’immigration. Laissez le jeu de rôle se dérouler sible de leur propre pro l. une quinzaine de minutes. • Expliquez aux membres du « jury » que globalement, l’idée est de refuser la plupart des pro ls (e.g. huit sur dix) sous des prétextes divers : trop jeune, Étape 3 : La n (25 minutes) trop vieux, trop étranger, déjà trop d’hommes / de femmes, pas assez de Une fois le cas de tous les migrants traités, arrêtez le jeu de rôle et invitez les motivation, etc. Ils peuvent aussi trouver des motifs très futiles de refus, voire participants à se réunir pour discuter ensemble de cet exercice. Inspirez-vous refuser d’expliquer en disant qu’ils pensent simplement que la personne ne des instructions suivantes pour dé nir une liste de questions pertinentes adap- ferait pas l’affaire. tée aux scènes auxquelles vous avez assisté. • Invitez les autres participants (ceux qui n’étaient pas volontaires et ceux dont le cas a déjà été étudié) à s’asseoir dans la salle et à regarder le spectacle… Processus et questions élaboration Étape 3 : Refus prétextés (25 minutes) de débriefing Commencez impérativement par faire évacuer le stress et les émotions trop Appelez ensuite le premier volontaire, qui passera devant ce « jury » ; refu- fortes des participants, en leur posant des questions sur ce qui s’est passé sez-le après lui avoir posé des questions sur son pro l, ses motivations, son pendant le jeu, comment ils ont vécu cette expérience, etc. Puis comparez les expérience, etc. Appelez la deuxième personne, et ainsi de suite. Acceptez raisons pour lesquelles les migrants ont reçu ou non l’autorisation de rester la quatrième et la huitième, par exemple, de manière arbitraire. Ne soyez pas dans le Royaume d’Everland. nécessairement rationnel… Généralisation Étape 4 : La n (20 minutes) Focalisez vous ensuite sur les points d’apprentissage, en faisant autant que Une fois tous les candidats passés devant le jury, invitez les participants à se possible appel à leur expérience et en vous contentant de construire sur celle- réunir pour ré échir ensemble sur ce qui vient de se passer. Utilisez les ques- ci. tions suivantes pour orienter la discussion de groupe. Application Pour nir, demandez aux participants d’établir une liste des mentalités, atti-Processus et questions Élaboration tudes et comportements favorables au dialogue interculturel ainsi qu’un plande débriefing • Quel a été le sentiment des personnes dont l’offre de services a été refusée ? d’actions à entreprendre a n de promouvoir et d’encourager l’inclusion sociale Quelles conséquences a eu ce refus ? de groupes vulnérables tels que les migrants au sein de leurs communautés/ • Comment la personne parlerait-elle de la Société nationale par la suite ? sociétés. • Y a-t-il des personnes pour lesquelles le refus était justi é ? Si oui, pourquoi ? Généralisation Points clés que les La discussion peut porter sur le statut des différents types de migrants. Cette • Comment des personnes semblant dangereuses pour une Société nationale participants soulèveront discussion est importante, mais ne devrait pas empêcher d’aborder les as- peuvent-elles être écartées, ou comment les inclure malgré tout sans risque et que les facilitateurs pects non-cognitifs. pour la Société ? devraient souligner Application • En quoi cette activité vous aidera t-elle à agir ‘en toutes circonstances’ en Notes de facilitateurs Laissez les fonctionnaires de police organiser les interrogatoires comme ils l’en- accord avec le Principe d’Unité à l’avenir ? tendent (e.g. faire entrer les migrants un par un ou tous ensemble, etc.).

×