PRINCIPE DE BASE DE LENTRAINEMENT.                     {par Jean-Pierre GOUSSARD}Définition.Le but de lentraînement est da...
Sur le plan cardio-vasculaire, lintensité correspond au degré    de sollicitation de la fréquence cardiaque (FC) à leffort...
par une augmentation des intensités et des volumes de travail ainsi    quune diminution des durées de repos.1.3) La spécif...
Elle sexprime quantitativement par des notions de séries ou derépétitions.De récents travaux ont permis de préciser :• deu...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Les methodes d'entrainement sportif

400 vues

Publié le

0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
400
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
14
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Les methodes d'entrainement sportif

  1. 1. PRINCIPE DE BASE DE LENTRAINEMENT. {par Jean-Pierre GOUSSARD}Définition.Le but de lentraînement est damener le sportif au mieux de son état deforme pendant les périodes de compétition les plus importantes pour desexercices visés.Dun point de vue physiologique la charge dentraînement correspond à lacréation de stimulations neuromusculaires appropriées à une techniquegestuelle particulière liée aux A.P.S.En clair, cela correspond à la façon de stimuler lorganisme sur le planneuro-moteur (nerf-muscle) par lintermédiaire des systèmes nerveuxcentral et périphérique ainsi que les facteurs liés à la performance commela force, la puissance, la souplesse, la technique.1) Les composantes de lentraînement. Les composantes de lentraînement sont vastes et varient selon les sports. Cependant, on peut retenir les principes suivants : - la surcharge ou intensité, - la progressivité, - la spécificité, - lalternance travail-repos ou densité de stimulation, - la quantité de travail ou volume. 1.1) La surcharge ou intensité. Pour bénéficier dune façon constante de ladaptation positive de lorganisme à leffort il faut procéder à une augmentation cyclique de la charge dentraînement en tenant compte de létat psycho- physique du pratiquant. Laugmentation de la charge dentraînement sappelle la surcharge dentrainement ou intensité. Sur le plan neuro-musculaire, lintensité correspond au degré de tension que peu développé un muscle ou un groupe musculaire en recrutant un nombre plus ou moins important de fibres. Elle peut sexprimer en pourcentage du degré de tension musculaire maximum.
  2. 2. Sur le plan cardio-vasculaire, lintensité correspond au degré de sollicitation de la fréquence cardiaque (FC) à leffort par rapport au seuil maximal théorique (FCMT => 220 moins lâge). En dautres termes, seuls les exercices qui sollicitent fortement les réserves énergétiques et qui entraînent la fatigue, permettent une amélioration du potentiel initial. Les effets de ladaptation de lorganisme à une même stimulation de charge dentraînement satténuent avec le temps de pratique. Laugmentation du potentiel initial sobtient : • soit après une sommation de séances entrecoupées de période de repos, • soit après une sommation de séances rapprochées suivies par une période de récupération. 1.1.1) Le surentraînement. Il ne faut pas confondre surentraînement et surcharge dentraînement. La surcharge correspond à un accroissement progressif de la charge dentraînement de leffort et adapter au potentiel psycho-physique du pratiquant. Le surentraînement est le résultat dune accumulation de fatigue non compensée au fil de lentraînement, qui est dûe à une surcharge trop importante pour être normalement supportée par le pratiquant. Les causes de surentraînement sont dues le plus souvent à une mauvaise gestion de la charge dentraînement notamment au niveau de laccroissement qualitatif ou quantitatif, au niveau de la récupération, au niveau de lexigence technique par rapport aux capacités danalyse et au niveau affectif du pratiquant et de son répertoire gestuel acquis.1.2) La progressivité. Afin déviter linadaptation organique de lathlète en début de saison, lintensité et le volume des entraînements doivent être progressifs. La progrssivité sera ensuite poursuivie tout au long de la saison afin déviter laccoutumance de lorganisme et larrêt de lamélioration. Selon le but recherché par lexercice, elle se traduit
  3. 3. par une augmentation des intensités et des volumes de travail ainsi quune diminution des durées de repos.1.3) La spécificité. Lentraînement doit permettre une sollicitation sélective de métabolismes, des groupes musculaires et des articulations entrant en jeu dans lactivité sportive pratiquée. Cependant pour que les capacités physiologiques et biomécaniques puissent se développer au maximum, lentraînement doit respecter différentes phases. Trois phases peuvent être retenues : - une phase de préparation physique générale, - une phase de spécialisation, - une phase de spécificité.1.4) Lalternance travail-repos ou densité de stimulation. Lalternance travail-repos ou densité de stimulation dentraînement correspond au rapport entre la durée totale de stimulation et la durée totale de récupération dans lunité dentraînement. Cest la densité de stimulation qui détermine les différents processus dadapatation de lorganisme à leffort. Cette alternance travail-repos permet aux sportifs déviter le surentraînement qui peut aboutir au surmenange et à la saturation psychologique. Il convient de respecter lalternance, en nature, en intensité et en durée du travail et du repos. • En nature : la plus grande variété de situations et dexercices visant à développer la même qualité doit faire partie du bagage technique de tout entraîneur. Chaque séance, chaque exercice doit être un évènement suceptible dentretenir un haut niveau de motivation. • En intensité : les périodes ou les séances dentraînement intensif doivent être alternées avec des périodes ou des séances modérées. • En volume : les séances longues doivent aussi alterner avec des séances courtes généralement plus intenses. Intensité et volume évoluent le plus souvent de façon inverse.1.5) La quantité de travail ou volume. En méthodologie, la quantité de travail ou volume se traduit par une évaluation du temps de travail effectif dans une séance ou dans un cycle hebdomadaire.
  4. 4. Elle sexprime quantitativement par des notions de séries ou derépétitions.De récents travaux ont permis de préciser :• deux séances de deux heures dentraînement hebdomadaire, nefont quentretenir ou améliorer sensiblement létat de bonnecondition physique,• lamélioration efficace positive des potentialités organiquescommencent réellement à partir de trois séances hebdomadaire,• après une bonne préparation physique générale en début desaison, il est plus avantageux de sentraîner quatre fois une heurepar semaine, que deux fois deux heures, ce qui est la moyennenationale française des entraînements en sports collectifs,Actuellement, certains athlètes de très haut niveau arrivent à troisentraînements quotidiens.

×