LES CHIFFRES DU BIO 2014
MYEORGANIC
L’AGRICULTURE BIO: LES PRINCIPES
SANTE: soutenir et améliorer la santé des sols, des plantes, des
animaux, des hommes et d...
LE BIO: UN RÈGLEMENT EUROPÉEN
Utilisation du terme « bio » ou
« biologique » est légalement protégée et
contrôlée
Réglemen...
LE BIO: UN RÈGLEMENT EUROPÉEN
Règles de production, de préparation,
d’importation et d’étiquetage
Listes positives de prod...
BASE OBLIGATOIRE
Le logo de l’Union européenne
logo mis en place par la Commission
européenne
obligatoire sur toute denrée...
LE CONTRÔLE
Pour tout opérateur qui produit, prépare,
stocke, importe d’un pays tiers ou qui met sur
le marché un produit ...
LE CONTRÔLE
Outre le contrôle initial:
Inspection physique, au moins une fois par an,
chez l’ensemble des opérateurs
Prélè...
DIFFÉRENCE BIO & NATUREL
Produits Bio
Sans engrais chimiques
Sans pesticides
chimiques
Respect du bien-être
animal
Sans OG...
La production bio en Wallonie
EVOLUTION DU NOMBRE DE FERMES BIO1
1287 fermes
10% des fermes wallonnes!
+7,7%
EVOLUTION DE LA SURFACE AGRICOLE
UTILE BIO
1
61.651ha
8,6% de la SAU totale wallonne
+7,4%
FERMES BIO PAR PROVINCE1
SURFACES CULTIVÉES EN BIO1
+7%
-60%
+6%
+27%
+22%
EVOLUTION DE LA FILIÈRE BOVINE1
+0,3%+1,5%
+2%
EVOLUTION DE LA FILIÈRE PORCINE1
-5,6%
EVOLUTION DE LA FILIÈRE AVICOLE1
Filière poules
pondeuses
Filière poulets de chair
+9,1%
+9,6%
EVOLUTION DE FILIÈRE OVINE & CAPRINE1
Filière caprines bio
Filière ovines bio
+22,2%
+6,3%
La production bio en Belgique
EVOLUTION DE LA SAU BIO EN
BELGIQUE
2
66.693 ha
+6,7%
5% de la SAU totale du territoire
EVOLUTION DU NOMBRE DE
PRODUCTEURS BIO
2
Belgique
1.630 fermes
+7,7% 4,5% des fermes belges
Wallonie
1.287 fermes
Flandre
...
La distribution et la consommation en Belgique
CONSOMMATION DE PRODUITS BIO
(SOURCES GFK)
Augmentation des dépenses
3
+3,8% en 2014
+8400 références
CONSOMMATION ALIMENTAIRE DE
PRODUITS FRAIS (SOURCES GFK)
Augmentation des dépenses
3
CONSOMMATION ALIMENTAIRE DE
PRODUITS FRAIS (SOURCES GFK)
Augmentation de la part de marché
1,3% du marché en 2008
2% du ma...
CONSOMMATION ALIMENTAIRE DE
PRODUITS FRAIS (SOURCES GFK)
27,89 euros/Belge
Répartition des dépenses
3
PROFILS DE CONSOMMATION (SOURCES GFK)
Près de 9 Belges sur 10 ont consommé bio
Pourcentage de consommateurs par catégories...
PROFILS DE CONSOMMATION (SOURCES GFK)
7% des consommateurs bio
Sont des acheteurs fréquents
au moins 1x/semaine
Représente...
PROFILS DE CONSOMMATION (SOURCES GFK)
Groupes d’acheteurs les plus importants
Dépenses
Les familles à hauts revenus avec e...
CANAUX DE DISTRIBUTION (SOURCES GFK)
3
LA PRODUCTION VÉGÉTALE BIOLOGIQUE
Règles de base
GESTION DU SOL ET FERTILISATION
Interdiction d’utiliser des engrais minéraux azotés
produits par synthèse chimique
Recours...
PROTECTION DES CULTURES
Prévention des dégâts causés par les ravageurs,
maladies et mauvaises herbes via
la protection des...
SEMENCES ET PLANTS
Utilisation de semences et plants bio
OGMs ou produits dérivés interdits
En cas d’indisponibilité
Systè...
L’ÉLEVAGE BIOLOGIQUE
Règles de base
1. L’ALIMENTATION
Les aliments doivent
Etre issus de l’agriculture biologique (certifiés bio)
Être exempt de substances po...
2. LA SANTÉ
Mesures préventives
Sélection des races ! primordial en bio
Rusticité
adapté aux conditions de plein air
résis...
2. LA SANTÉ
Soins vétérinaires
Traitement uniquement en cas de maladie
Priorité aux traitements homéopathiques,
phytothéra...
3. LE BIEN-ÊTRE ANIMAL
Densité adaptée
Garantie de bien- être, confort optimal, comportement naturel
Attache ou l’isolemen...
4. ELEVAGE LIÉ AU SOL
Nombre d’animaux à l’hectare limité
l’élevage bio doit être lié au sol par rapport au
rejet d’azote
...
www.biowallonie.be
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Biowallonie - les chiffres du bio 2014

618 vues

Publié le

-

Publié dans : Technologie
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
618
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
5
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive
  • Règlement du conseil
    Règlement de la commision européenne: Technique (ex: additifs, produits sanitaires)
  • Marque collective (pas de monopole)
    Tous les producteurs
  • Déclassement du lot, suspension entreprise, produit, …
  • 92 nouveaux
  • Alimentaire ET non alimentaire : alimentation (produits frais, produits congelés, épicerie), boissons, produits pharmaceutiques et non-food..
    Dépenses totales 2014 : 435 millions d’euros
    Soit + 3,8%
    - Chiffre plus faible que l’année passée (8%) mais remarquable au vu de moins 0,8% de la conso alimentaire courante
    Principalement : augmentation des dépenses par visite en magasin
    Aussi en moindre mesure : augmentation fréquence d’achat : 13,4 à 15 fois par an.
    En constante augmentation depuis 2008
    + 8400 références de produits bio supplémentaire  élargissement de la palette de produit bio
    Dep plus en plus de plats préparés et préemballés.
  • Produits frais : Produits alimentaires n'ayant subi après fabrication aucun autre procédé de préservation que la mise sous emballage étanche et le maintien à température froide
    +5%, plus que pour TOUS les produits bio, + 66% en 6 ans.
    Bruxelles chute : -17% MAIS reste la plus belle augmentation depuis 2008 (+115% en 2013)
    Wallonie plus faible sur 6 ans MAIS plus belle progression cette année (déjà le cas l’année dernière) La consommation bio en wallonie a pris plus temps au début mais est en train de rattraper son retard.
  • cette part varie fortement d’un produit à l’autre. 22% des dépenses pour les substituts de viande sont des substituts bio, c’est la catégorie qui possède la plus grande part de marché en bio. Suivent ensuite les œufs, qui ont atteint 11% de parts du marché. Les autres catégories avec une grande part de marché bio sont les légumes (5,4%), les fruits (3,5%) et les pommes de terre (3,9%). La viande et la charcuterie oscille respectivement autour de 1,5 et 0,7%. Les produits laitiers bio représentent quant à eux en moyenne 2,1% de parts du marché.
  • - En conventionnel 38% : viande 19%: végétaux
  • Augmentation depuis 2008:
    - magasins spécialisés
    Marchés
    Hard discount
  • Région: Belgique, zone frontalières en France, Allemagne, Pays-Bas
    Au moins 60 % de la matière sèche composant la ration journalière des herbivores proviennent de fourrages grossiers, frais, séchés ou ensilés
  • Critères: adapté aux conditions de plein air, à la valorisation des fourrages grossiers, avoir une résistance naturelle aux maladies, vêlage naturelle, vache maternelle,…
    Haute qualité des aliments : adaptée aux cycles biologiques, à l’âge de l’animal, à son sexe, etc.
    Logement adapté : offrant une bonne hygiène pour éviter les contaminations
    bonne aération et lumière naturelle
    densité adaptée
  • (les animaux son libre de mouvement et ont assez de place pour leur mouvement naturels)…
  • contrat d’épandage avec une ferme bio en cas de dépassement
  • Biowallonie - les chiffres du bio 2014

    1. 1. LES CHIFFRES DU BIO 2014 MYEORGANIC
    2. 2. L’AGRICULTURE BIO: LES PRINCIPES SANTE: soutenir et améliorer la santé des sols, des plantes, des animaux, des hommes et de la planète ECOLOGIE: basée sur les cycles et les systèmes écologiques vivants EQUITE: se construire sur des relations qui assurent l’équité par rapport à l’environnement commun et aux opportunités de la vie PRECAUTION: conduite de manière prudente et responsable afin de protéger la santé et le bien-être des générations actuelles et futures ainsi que l’environnement 2
    3. 3. LE BIO: UN RÈGLEMENT EUROPÉEN Utilisation du terme « bio » ou « biologique » est légalement protégée et contrôlée Réglementation européenne depuis 1991 Règlement CE 834/2007 et ses modalités d’application (règlement CE 889/2008) 3
    4. 4. LE BIO: UN RÈGLEMENT EUROPÉEN Règles de production, de préparation, d’importation et d’étiquetage Listes positives de produits utilisables: fertilisants, traitements, additifs,… Définition des pratiques par type d’élevage 4
    5. 5. BASE OBLIGATOIRE Le logo de l’Union européenne logo mis en place par la Commission européenne obligatoire sur toute denrée alimentaire préemballée gratuit 15
    6. 6. LE CONTRÔLE Pour tout opérateur qui produit, prépare, stocke, importe d’un pays tiers ou qui met sur le marché un produit biologique ou en conversion: obligation de notification soumission de l’entreprise au contrôle d’un des organismes de contrôle indépendants accrédités → Contrôle du champ à l’assiette 6
    7. 7. LE CONTRÔLE Outre le contrôle initial: Inspection physique, au moins une fois par an, chez l’ensemble des opérateurs Prélèvements d’échantillons en vue d’analyse Visites de contrôle inopinées par sondage sur base d’une analyse de risque Contrôle renforcé en cas d’infraction détectée 7
    8. 8. DIFFÉRENCE BIO & NATUREL Produits Bio Sans engrais chimiques Sans pesticides chimiques Respect du bien-être animal Sans OGM Contrôle et certification obligatoire Produits Naturels ? ? ? ? Certification sur la bonne foi et/ou une charte! 8
    9. 9. La production bio en Wallonie
    10. 10. EVOLUTION DU NOMBRE DE FERMES BIO1 1287 fermes 10% des fermes wallonnes! +7,7%
    11. 11. EVOLUTION DE LA SURFACE AGRICOLE UTILE BIO 1 61.651ha 8,6% de la SAU totale wallonne +7,4%
    12. 12. FERMES BIO PAR PROVINCE1
    13. 13. SURFACES CULTIVÉES EN BIO1 +7% -60% +6% +27% +22%
    14. 14. EVOLUTION DE LA FILIÈRE BOVINE1 +0,3%+1,5% +2%
    15. 15. EVOLUTION DE LA FILIÈRE PORCINE1 -5,6%
    16. 16. EVOLUTION DE LA FILIÈRE AVICOLE1 Filière poules pondeuses Filière poulets de chair +9,1% +9,6%
    17. 17. EVOLUTION DE FILIÈRE OVINE & CAPRINE1 Filière caprines bio Filière ovines bio +22,2% +6,3%
    18. 18. La production bio en Belgique
    19. 19. EVOLUTION DE LA SAU BIO EN BELGIQUE 2 66.693 ha +6,7% 5% de la SAU totale du territoire
    20. 20. EVOLUTION DU NOMBRE DE PRODUCTEURS BIO 2 Belgique 1.630 fermes +7,7% 4,5% des fermes belges Wallonie 1.287 fermes Flandre 343 fermes
    21. 21. La distribution et la consommation en Belgique
    22. 22. CONSOMMATION DE PRODUITS BIO (SOURCES GFK) Augmentation des dépenses 3 +3,8% en 2014 +8400 références
    23. 23. CONSOMMATION ALIMENTAIRE DE PRODUITS FRAIS (SOURCES GFK) Augmentation des dépenses 3
    24. 24. CONSOMMATION ALIMENTAIRE DE PRODUITS FRAIS (SOURCES GFK) Augmentation de la part de marché 1,3% du marché en 2008 2% du marché en 2013 2,6% du marché en 2014 3
    25. 25. CONSOMMATION ALIMENTAIRE DE PRODUITS FRAIS (SOURCES GFK) 27,89 euros/Belge Répartition des dépenses 3
    26. 26. PROFILS DE CONSOMMATION (SOURCES GFK) Près de 9 Belges sur 10 ont consommé bio Pourcentage de consommateurs par catégories de produits: 3
    27. 27. PROFILS DE CONSOMMATION (SOURCES GFK) 7% des consommateurs bio Sont des acheteurs fréquents au moins 1x/semaine Représentent la moitié des dépenses Leur nombre a doublé depuis 2012 Stagne depuis 2 ans 3
    28. 28. PROFILS DE CONSOMMATION (SOURCES GFK) Groupes d’acheteurs les plus importants Dépenses Les familles à hauts revenus avec enfants 50% des dépenses Les pensionnés à hauts revenus 40% de la pop La part du budget alimentaire frais Les célibataires de plus de 40 ans 4,1% Plus grande progression depuis 2008 3
    29. 29. CANAUX DE DISTRIBUTION (SOURCES GFK) 3
    30. 30. LA PRODUCTION VÉGÉTALE BIOLOGIQUE Règles de base
    31. 31. GESTION DU SOL ET FERTILISATION Interdiction d’utiliser des engrais minéraux azotés produits par synthèse chimique Recours à des pratiques qui préservent ou accroissent la matière organique du sol semi d’engrais verts, rotation, utilisation de préparations biodynamiques,… épandage d’engrais de ferme ou matières organiques biologiques (max 170 kg N/ha de la SAU de la ferme) Si pas suffisant, possibilité d’utiliser certains engrais organiques et minéraux naturels voir liste positive 31
    32. 32. PROTECTION DES CULTURES Prévention des dégâts causés par les ravageurs, maladies et mauvaises herbes via la protection des ennemis naturels le choix d’espèces et de variétés adaptées la rotation des cultures, les techniques culturales et les procédés thermiques Si menace avérée pour une culture Utilisation possible de produits phytopharmaceutiques autorisés liste positive 32
    33. 33. SEMENCES ET PLANTS Utilisation de semences et plants bio OGMs ou produits dérivés interdits En cas d’indisponibilité Système de dérogation cadré en cas d’indisponibilité de semences bio ou de plants de pomme de terre bio Demande d’autorisation ou notification avant semi Uniquement des semences ou plants NON traités* 33
    34. 34. L’ÉLEVAGE BIOLOGIQUE Règles de base
    35. 35. 1. L’ALIMENTATION Les aliments doivent Etre issus de l’agriculture biologique (certifiés bio) Être exempt de substances pour stimuler la croissance ou la production, d'hormones ou d’OGM Utilisation maximale des pâturages pour les herbivores Régionalité des aliments Herbivores: Min. 60 % des aliments proviennent de la ferme ou de la même région Monogastriques: Min. 20 % des aliments proviennent de la ferme ou de la même région 2
    36. 36. 2. LA SANTÉ Mesures préventives Sélection des races ! primordial en bio Rusticité adapté aux conditions de plein air résistance naturelle aux maladies valorisant les fourrages grossiers Qualité maternelle Facilité de vêlage Pratiques d’élevage et logement adaptés Haute qualité des aliments 2
    37. 37. 2. LA SANTÉ Soins vétérinaires Traitement uniquement en cas de maladie Priorité aux traitements homéopathiques, phytothérapie Médicament allopathique chimique de synthèse limité Nécessite d’avoir une prescription vétérinaire Délai d’attente avant la commercialisation de viande issus des animaux traités avec un médicament doublé en bio déclassement de l’animal s’il est traité plus de 3X sur un an avec antibiotiques 2
    38. 38. 3. LE BIEN-ÊTRE ANIMAL Densité adaptée Garantie de bien- être, confort optimal, comportement naturel Attache ou l’isolement des animaux d’élevage sont interdits (sauf exceptions…) Espace de plein air obligatoire tous les animaux doivent pouvoir accéder à un parcours extérieur et les bovins à un pâturage chaque fois que les conditions le permettent Souffrance réduite au minimum pendant toute la durée de vie de l’animal, y compris lors de l’abattage L’ébecquage, écornage, …ne sont pas systématiques La castration physique des porcelets est autorisée … mais elle doit être réalisée avec anesthésie et/ou analgésie 2
    39. 39. 4. ELEVAGE LIÉ AU SOL Nombre d’animaux à l’hectare limité l’élevage bio doit être lié au sol par rapport au rejet d’azote Max. 2 Unités Gros Bétail (une vache) par hectare de surface agricole utilisée (SAU) Épandage des engrais de ferme bio uniquement sur des terres biologiques 2
    40. 40. www.biowallonie.be

    ×