La digitalisation de_la_relation_client

945 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
945
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
403
Actions
Partages
0
Téléchargements
6
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

La digitalisation de_la_relation_client

  1. 1. PARTENAIRES ENTREPRISE ET TRANSFORMATION DIGITALE LA DIGITALISATION DE LA RELATION CLIENT PROGRAMME Face à la mul plica on des canaux digitaux de communica on, à l’évolu on des comportements des clients et à l’émergence de marques 100 % digitales, les organisa ons sont aujourd’hui confrontées à de nombreuses ques ons pour rer profit de ce"e nouvelle donne. Comment combiner les canaux physiques tradi onnels (points de vente, téléphone), les canaux digitaux historiques (web, e-mails) et les canaux digitaux plus récents (chat, applica ons mobiles, vidéo, réseaux sociaux, communautés) ? Quelles sont les nouvelles a"entes rela onnelles des différents segments de clients ? Intervenants : DIRECT ASSURANCE, Bertrand Boin, Business Visionary LA POSTE, Sylvie Joseph, Directrice des programmes de transforma on digitale interne ORANGE BUSINESS SERVICES, Olivier Ondet, Directeur Marke ng Animateur : INOVEN ALTENOR, Frédéric Mitève, Senior Manager A RETENIR La Poste souhaite laisser une en ère liberté aux clients sur les canaux d’accès à u liser. La digitalisa on permet d’ajouter de la valeur à la présence physique. A l’inverse, avec des clients de plus en plus autonomes sur le Web, Direct Assurance désire privilégier l’ou l Internet. Les services de chat, qui connaissent un grand succès, perme"ent aux clients de contacter l’entreprise sur des plages horaires plus larges que par téléphone. 1/6
  2. 2. LA DIGITALISATION DE LA RELATION CLIENT PRESENTATION DES INTERVENANTS Sylvie Joseph : La Poste c’est 270 000 collaborateurs, 21 milliards d’euros de chiffre d’affaires (400 millions issus des ac vités numériques). Le groupe dispose d’un réseau physique fixe (les bureaux de Poste, qui accueillent chaque jour environ deux millions de personnes), d’un réseau physique mobile (les 85 000 facteurs en passe d’être connectés) et d’un réseau numérique. Bertrand Boin : Direct Assurance est une filiale d’Axa, leader sur le marché de l’assurance directe. Il y a 20 ans, Axa avait choisi de créer un business model sans agences. Le pari est réussi, avec des clients qui souhaitent, plus que jamais, éviter de se rendre en agence. Depuis 3 ans, je suis chargé de la refonte de notre système d’informa on, pour aller encore plus loin dans la digitalisa on, la simplifica on des processus. Olivier Ondet : Le groupe Orange, c’est 45 milliards d’euros de chiffre d’affaires. Près d’un ers de l’ac vité est dédiée aux entreprises. Orange Business Services c’est la division qui vend ou conçoit des solu ons pour les entreprises. Plus précisément, j’appar ens au service qui vend des solu ons pour la rela on client (centre d’appels, processus de digitalisa on des parcours client, etc.) QUELLES PRIORITES POUR LA STRATEGIE DIGITALE ? Réseaux sociaux, applica ons mobiles, table es en points de vente... les canaux se mul plient. Parallèlement, les a entes des clients diffèrent énormément entre les «digital na ves» et les personnes plus ré centes, voire hermé ques aux nouvelles technologies. BERTRAND BOIN, DIRECT ASSURANCE C’est le fait de ne pas disposer d’agences qui jus fie les prix bas proposés par Direct Assurance. Ce"e par cularité nous pousse à op(miser les canaux proposés à nos clients. A travers nos nombreuses études, il est clairement apparu qu’ils revendiquaient leur capacité à se débrouiller seuls sur Internet. De fait, nous avons voulu répondre à cela en donnant notre priorité à un service Web de grande qualité, qui"e à perdre les clients les plus ré cents à l’usage d’Internet. C’est un choix effectué en connaissance de cause ; ce"e décision direc ve nous force à être «au top» sur le parcours Web. 2/6
  3. 3. LA DIGITALISATION DE LA RELATION CLIENT Contrairement aux idées reçues, le client apprécie être sollicité par SMS ou par e-mail : cela lui évite d’être inquiet sur l’état de son dossier et de se dire «Il faut que j’appelle mon assurance.» Il s’agit d’éviter les interac(ons contraintes en étant pro-ac(fs dans la rela(on digitale. SYLVIE JOSEPH, LA POSTE Notre logique est, à l’inverse, de laisser une en ère liberté aux clients sur les canaux d’accès à u liser. La sa sfac on client et la fidélisa on engagent nos stratégies digitales. Il convient d’avoir recours au digital pour ajouter de la valeur à notre présence physique. Concrètement, nos facteurs seront équipés d’un smartphone pour emporter avec eux les informa ons rela ves à leur tournée. Cet ou l perme"ra également d’échanger des pièces avec les clients, le cas échéant de scanner des documents, ou de recueillir des signatures électroniques. OLIVIER ONDET, ORANGE BUSINESS SERVICES Le mariage entre le digital et le physique est une évidence. Les nouvelles offres de la téléphonie mobile qui connaissent un grand succès (B&You, Sosh...) fonc onnent sur le canal social, l’entraide. Il convient dans ce domaine de s’appuyer sur une communauté très ac ve, afin de lui déléguer une par e de l’informa on. Alors que les clients avaient tendance, ces dernières années, à moins u liser les services vocaux, ce parcours connaît un regain de succès en 2013. Il y a une tendance à réclamer le choix dans les canaux d’accès. Même dans un monde digital, il faut pouvoir parler à quelqu’un au moment qui convient. Le digital doit apporter de la valeur dans le parcours physique du client. 3/6
  4. 4. LA DIGITALISATION DE LA RELATION CLIENT Comment connaître avec le plus de précision possible les a:entes des clients ? SYLVIE JOSEPH, LA POSTE La Poste a l’habitude de mener des enquêtes à très grande échelle, auprès de 70 000 personnes. Nous avons également la chance d’accueillir énormément de monde dans nos bureaux de Poste. Enfin, nous sommes extrêmement a"en fs à ce qui se passe sur les réseaux sociaux. Il s’agit de suivre, voire d’an ciper les besoins du client. BERTRAND BOIN, DIRECT ASSURANCE Nous menons des enquêtes structurées autour de nos produits et accordons également une grande a"en on aux réseaux sociaux. De plus, nous disposons désormais d’un ou l d’analyse des conversa ons du call-center afin de cerner les requêtes les plus courantes formulées par les clients. OLIVIER ONDET, ORANGE BUSINESS SERVICES Nous analysons également les expressions qui reviennent le plus souvent lors des conversa ons entre le client et le call-center, ou sur les services de chat. De plus, les informa ons ainsi recueillies perme"ent d’améliorer la forma on de nos téléconseillers. RETOURS D’EXPERIENCE BERTRAND BOIN, DIRECT ASSURANCE Il faut que le parcours du client soit le plus agréable possible, afin de réduire les taux de chute et d’améliorer le taux de sa sfac on. Le recours à Internet fonc onne très bien pour les souscrip ons. Il s’agit désormais de l’adapter de manière plus poussée à la par(e Clientèle ou la par(e Sinistres (avec par exemple l’envoi de photographies directement par Internet). Comme les tâches les plus courantes sont désormais accomplies sur Internet, on constate un changement de la nature des appels téléphoniques. C’est l’urgence et souvent le mécontentement qui jus fie les appels des clients. Il convient donc de former au mieux les téléconseillers à la ges on de conflits. 4/6
  5. 5. LA DIGITALISATION DE LA RELATION CLIENT L’e-mail cons(tue, selon nous, une interac(on lourde et il faut tout me:re en oeuvre pour éviter d’y avoir recours. Pour bien saisir le problème d’un client, une conversa on téléphonique vaut mieux qu’un long texte. Dans ce but, nous tentons d’améliorer les pages FAQ. Notre objec f est que les e-mails qui entrent dans l’entreprise passent systéma quement par une base de connaissances, afin de repérer les interlocuteurs les plus adaptés pour y répondre. Nous disposons également un moteur de routage de mails pour proposer immédiatement au conseiller la réponse la plus adaptée (par exemple, en indiquant automa quement un lien vers les FAQ.) OLIVIER ONDET, ORANGE BUSINESS SERVICES Les services de chat perme:ent aux clients de nous contacter sur des plages horaires beaucoup plus larges que par téléphone. Mais il convient de proposer le chat au moment opportun dans le parcours du client. Ce système doit être proposé au moment adéquat, on ne peut l’imposer à tout prix. Le chat connaît une croissance encore plus importante que l’e-mail. Mais on ne peut imposer à un conseiller d’être «mul -canal». Il convient donc de déployer des ou ls de correc on orthographique et d’améliorer la forma on du service client. SYLVIE JOSEPH, LA POSTE Nous avons recours au chat pour La Banque Postale et La Poste Mobile. C’est un ou l par culièrement efficace pour les requêtes qui concernent principalement le Service Après Vente, ou bien pour une assistance technique urgente (par exemple, un problème de carte bancaire ou de virement). La Poste note une croissance significa ve du nombre d’e-mails envoyés par les clients. Nous avons fait le choix d’une spécialisa on des équipes du service client. Car il est évident qu’on ne formule pas une réponse de la même manière au téléphone et par e-mail. 5/6
  6. 6. LA DIGITALISATION DE LA RELATION CLIENT LA RELATION CLIENT ET LA QUESTION DE LA GRATUITE BERTRAND BOIN, DIRECT ASSURANCE Nous sous sommes penchés avec grande a"en on sur l’exemple d’une société britannique, appartenant à notre groupe, qui a décidé de facturer les actes issus du call-center. Direct Assurance va sans doute suivre cet exemple afin d’orienter davantage les clients vers l’ou l Internet, qui lui restera évidemment gratuit. SYLVIE JOSEPH, LA POSTE La Poste a fait des choix différents, pour des raisons historiques. La priorité reste d’augmenter la qualité de la rela on client. Il ne doit y avoir aucune différence entre un client qui nous contacte pour une informa(on, et une demande liée au SAV. Pour autant, nous cherchons à valoriser notre site Internet en améliorant les pages FAQ, afin d’encourager les u lisateurs à se tourner vers le Web. Comment faire prendre conscience des enjeux de la digitalisa(on à une organisa(on historique comme La Poste ? L’année 2013 a vu la créa on d’une Direc on du numérique, afin d’iden fier les grands chan ers de digitalisa on. Il s’agit en quelque sorte d’une «start-up interne» qui mêle des acteurs aux expériences complémentaires, afin d’impulser et de conduire le changement. La transforma on du guiche er en conseiller, survenue en 2009, pousse à travailler un autre type de rela ons. L’agent se trouve désormais au contact direct de la clientèle, ce qui a eu pour effet d’augmenter le trafic dans les bureaux de Poste. Ce"e transforma on s’est accompagnée d’une digitalisa on (par exemple, l’achat de mbres via des automates). Au final, le conseiller peut effectuer tout un travail de conseil et de développement business qu’il n’avait auparavant pas le temps de faire. BERTRAND BOIN, DIRECT ASSURANCE Je ne crois pas que la créa on de structures spécifiques à la digitalisa on soit une bonne solu on. Ces enjeux n’appar ennent pas exclusivement au marke ng, ne concernent pas uniquement le parcours client... Toute l’entreprise doit être pleinement impliquée. Tous les pôles qui voient surgir des idées ne doivent pas hésiter à les tester, afin d’analyser les réac ons du client. 6/6

×