Rapport de mission sur l’AMPc de la Pointe Saint-Georges : Suivi
scientifique d’une famille de lamantin (Trichechus senega...
1
Rapport de mission sur l’AMPc de la Pointe Saint Georges :
Suivi scientifique d’une famille de lamantin (Trichechus
sene...
2
Remerciements
Ce travail a été réalisé dans le cadre du processus de mise en place de l’Aire Marine protégée de la Point...
3
Sommaire
Remerciements.....................................................................................................
4
Liste des Figures
Figure 1 : Situation géographique des villages de Pointe Saint-Georges et de Petite Pointe .... 8
Figu...
5
Chronogramme
Le 26/09/08 : Trajet Aller
Départ de Dakar en bateau (le Aline Sitoé Diatta) à 20h
Le 27/09/08 :
Arrivée au...
6
- Le 23/10/08 : Réunion de sensibilisation, d’implication de la population locale et de
confirmation de l’équipe de suiv...
7
1. Introduction
1.1. Problématique
En Afrique la conservation des ressources naturelles est une longue histoire.
Traditi...
8
1.3. Objectifs de l’étude – cahier des charges
Valoriser la ressource à travers des sensibilisations ; informations ; di...
9
2. Matériel et méthodes
Pour aboutir aux objectifs que nous nous sommes fixés ; les méthodes qui suivent ont été
adoptée...
10
équipe locale que nous avons formée. Celle-ci assume maintenant la responsabilité de ce
travail de suivi.
3. Résultats
...
11
observer. A marée montante, condition leur permettant d’atteindre la mangrove, les lamantins
regagnent cet écosystème p...
Figure 2 : Schéma de la migration journalière des lamantins à la Pointe Saint-Georges (Source : observations personnelles ...
3.1.2. Valeur socio-économique
Aujourd’hui la chasse est interdite mais les lamantins demeurent victimes de prises
accesso...
14
bien réciter les versets le pêcheur risque de mourir ou de voir sa famille secouée par un
malheur ou tout simplement fi...
15
lamantins accompagnés de leurs parents à proximité de la source d’eau douce située en face
du village.
Figure 3 : Régim...
16
(FT) et les sennes de plage (SP) sont également responsables de proportions non négligeables
de capture de lamantin (Fi...
17
Nez des lamantins dans le lieu d’observation à chaque instant en marée descendante,
basse et montante.
Identifier les i...
18
Figure 5 : Fréquences d’apparition des lamantins sur la période d’observation à la Pointe Saint- Georges
Sur l’appariti...
19
Figure 6 : Fréquences d’apparition horaire des lamantins à la Pointe Saint-Georges sur la période
d’observations
A l’is...
20
3.3. Sur la gestion participative
L’implication et la responsabilisation de la communauté locale dans la protection et ...
21
- du protocole de suivi des lamantins
• L’équipe locale
L’équipe locale de suivi des lamantins à la Pointe Saint-George...
22
Etant donné, les valeurs culturelles que représente cette espèce au regard des
communautés locales de la zone, les lama...
23
si les lamantins à la Pointe Saint-Georges ont adopté un régime alimentaire différent de ceux
d’espèces vivants dans d’...
24
pratiques perdurent malgré la législation en vigueur, nous ne pouvons qu’espérer sans grande
conviction toutefois que l...
25
Références
Rapport de mission de Xavier Vincke sur le suivi du lamantin à la Pointe Saint-Georges, réalisé entre
janvie...
26
Annexes
Annexe 2 : Fiche de suivi du lamantin (Trichechus senegalensis)
Date : Heure (H) :
Marée (entourer) descendante...
27
42
43
44
45
46
47
48
49
50
51
52
53
54
55
56
57
58
59
60
Croquis de queue ou de dos d’individus identifiés
Date :
Heure...
28
Annexe 2 : Le questionnaire
Suivi Lamantin
Village
Code
Nom
Prénom
Genre :
Date de naissance
Statut Matrimonial
Profess...
29
Ont-ils arrêté?
Depuis quand?
Et il y a des gens qui le chassent jusqu'à présent?
Ont-il une fois été capturé par un ou...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Ndour, 2008. Lamantin: Trichechus senegalensis en Pte St.Georges, Casamance, Senegal

932 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
932
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Ndour, 2008. Lamantin: Trichechus senegalensis en Pte St.Georges, Casamance, Senegal

  1. 1. Rapport de mission sur l’AMPc de la Pointe Saint-Georges : Suivi scientifique d’une famille de lamantin (Trichechus senegalensis)-Gestion participative de la population locale Réalisée entre le 25 septembre et le 25 novembre 2008 Par Ismaïla NDOUR
  2. 2. 1 Rapport de mission sur l’AMPc de la Pointe Saint Georges : Suivi scientifique d’une famille de lamantin (Trichechus senegalensis)-Gestion participative de la population locale Réalisée entre le 25 septembre et le 25 novembre 2008
  3. 3. 2 Remerciements Ce travail a été réalisé dans le cadre du processus de mise en place de l’Aire Marine protégée de la Pointe Saint- Georges en Casamance appuyé par l’Océanium. Je remercie tous ceux qui de près ou de loin ont contribué à la réalisation de cette mission et plus particulièrement à : Monsieur Jean Goepp, Chef des projets de l’Océanium, qui a accepté de m’accueillir dans son organisme. Qu’il accepte mes sentiments de ma plus profonde gratitude. Nadine Tilleul, Chargée des projets de l’Océanium, qui a accompli de la manière la plus efficace possible son rôle dans la réalisation de ce travail. Qu’elle soit assurée de ma très sincère reconnaissance. A travers Monsieur Haïdar El Ali, superviseur des projets de l’Océanium, Baye Cheikh Thiam, par son accueil et sa sympathie qu’il reçoive mes remerciements les plus sincères. Malick Djiba, chargé de mission AMPc pour l’Océanium en Casamance pour son assistance lors de cette présente mission. Mes remerciements vont également envers Pierre Diémé, Chef du village de Pointe Saint-Georges et envers tous les pêcheurs et agriculteurs de la Pointe Saint-Georges (Grande Pointe et Petite Pointe).
  4. 4. 3 Sommaire Remerciements........................................................................................................................... 2 Chronogramme........................................................................................................................... 5 1. Introduction ............................................................................................................................ 7 1.1. Problématique.................................................................................................................. 7 1.2. Présentation de l’espèce .................................................................................................. 7 1.3. Objectifs de l’étude – cahier des charges........................................................................ 8 2. Matériel et méthodes .............................................................................................................. 9 3. Résultats ............................................................................................................................... 10 3.1. Sur les enquêtes............................................................................................................. 10 3.1.1. Distribution, Abondance, Fréquentation ................................................................ 10 3.1.2. Valeur socio-économique....................................................................................... 13 3.1.3. Culture et mythologie............................................................................................. 13 3.1.4. Alimentation et reproduction ................................................................................. 14 3.1.5. Menaces.................................................................................................................. 15 3.2. Sur le suivi des lamantins.............................................................................................. 16 3.2.1. Elaboration d’un protocole de suivi scientifique des lamantins............................. 16 3.2.2. Résultat du suivi..................................................................................................... 17 3.3. Sur la gestion participative............................................................................................ 20 4. Discussion ............................................................................................................................ 21 5. Conclusions .......................................................................................................................... 23 6. Perspectives.......................................................................................................................... 24 Références ............................................................................................................................ 25 Annexes................................................................................................................................ 26
  5. 5. 4 Liste des Figures Figure 1 : Situation géographique des villages de Pointe Saint-Georges et de Petite Pointe .... 8 Figure 2 : Schéma de la migration journalière des lamantins à la Pointe Saint-Georges (Source : observations personnelles sur site) ........................................................................... 12 Figure 3 : Régime alimentaire des lamantins selon les habitants de la Pointe Saint-Georges obtenu suite à l’enquête réalisée auprès des pêcheurs.............................................................. 15 Figure 4 : Fréquences des captures accidentelles des lamantins en fonction des types d’engins de pêche.................................................................................................................................... 16 Figure 5 : Fréquences d’apparition des lamantins sur la période d’observation à la Pointe Saint- Georges.......................................................................................................................... 18 Figure 6 : Fréquences d’apparition horaire des lamantins à la Pointe Saint-Georges sur la période d’observations ............................................................................................................. 19
  6. 6. 5 Chronogramme Le 26/09/08 : Trajet Aller Départ de Dakar en bateau (le Aline Sitoé Diatta) à 20h Le 27/09/08 : Arrivée au port de Ziguinchor à 10h25 Départ pour la Pointe Saint-Georges en pirogue à moteur à 11h 05 Arrivée à la Pointe Saint-Georges à 13h11 Entretien avec le chef du village à 16h Du 28/09/08 au 05/11/08 : Enquêtes auprès des pêcheurs et des ménages Du 28/09/08 au 25/11/08 : Sensibilisation, mise en place d’une équipe locale de suivi et suivi journalier des lamantins Détails - Du 28/10/08 au 05/11/08 : Les enquêtes ont été menées au niveau des pêcheurs et ménages de la Pointe Saint-Georges (Grande Pointe et Petite Pointe) - Le 07/10/08 : Sensibilisation et explication de la technique de suivi des lamantins + observation faite en compagnie de Georges Manga et Etienne Paul Diémé (deux jeunes volontaires pour faire le suivi des lamantins, le premier est maintenant le coordonnateur de l’équipe de suivi locale). - Le 11/10/08 : Assistance à la mise en place du Comité de Gestion par Malick Djiba - Le 14/10/08 : Suivi des lamantins en Compagnie de Pierre Diémé - Le 16/10/08 : Suivi en compagnie de Francis Manga et de Georges Manga - Le 17/10/08 : Suivi en compagnie de Merry Diatta et d’Orthence Diédhiou et de Mariétou Diatta - Le 19/10/08 : Suivi en compagnie de Jean Lazard Diatta, Merry Diatta, Francis Manga, Jérôme Manga, Moïse Manga - Le 20 et 21/10 : Suivi fait exclusivement par Jean Lazard Diattaen compagnie de Merry Diatta et de Reymond Diémé.
  7. 7. 6 - Le 23/10/08 : Réunion de sensibilisation, d’implication de la population locale et de confirmation de l’équipe de suivi des lamantins ; explication en détail à l’équipe du protocole de suivi adopté. Composition de l’équipe locale de suivi des lamantins : Georges Manga (Coordonnateur de l’équipe), Antoine Diédhiou, Ousmane Sonko, Janno Badiane, Jean Lazard Diatta, Francis Manga, Bernard_2 Diatta, Lamine Sonko, Donesse Manga - Le 28/10/08 : Suivi fait par Merry Diatta en compagnie de Assomption Diatta - Le 29/10/08 : Suivi fait par Georges Manga, Ousmane Sonko, Jean Lazard Diatta, Bernard_2 Diatta, Francis Manga - Le 30/10/08 : Suivi fait par Ousmane Sonko - 01/11/08 : observateurs : Georges Manga, Janno Badiane, Merry Diatta - Le 10/11/08 : Réunion avec l’équipe locale de suivi pour la motiver et la rappeler de l’intérêt de ce travail et mise en place d’un emploi de suivi accepté par tous les membres de l’équipe. - Le 11/11/08 : observateurs : Arthur Manga - Le 12/11/08 : suivi fait par Antoine Diédhiou - Le 13/11/08 : suivi fait par Francis Manga - Le 14/11/08 : observateurs : Georges Manga et Jean Lazard Diatta - Le 15/11/08 : suivi fait par Ousmane Sonko - Le 16/11/08 : observateur : Jean Lazard Diatta - Le 17/11/08 : suivi fait par Bernard Diatta _2 Diatta - Le 20/11/08 : observateur : Antoine Diédhiou ainsi de suite. C’est ainsi suivant sur cet emploi que l’équipe a continuée le suivi des lamantins - Le 24/11/05 : Rencontre avec l’équipe pour la livrer la paire de jumelles et les fiches d’observation et la rappeler la tâche qui lui est léguer et l’intérêt d’un tel suivi dans le développement de leur localité. - Le 25/10/08 : Rencontre avec la population locale pour définir ensemble un code de conduite de l’AMPc. Le 30/11/08 : Trajet Retour Départ de Ziguinchor à 15h Le 01/12/08 : Arrivée au port de Dakar à 6h 20
  8. 8. 7 1. Introduction 1.1. Problématique En Afrique la conservation des ressources naturelles est une longue histoire. Traditionnellement quelques espèces animales ; des plantes ; quelquefois des espaces forestiers étaient protégés dans le respect des coutumes ancestrales ou pour des considérations mystiques ou religieuses. L’estuaire du fleuve Casamance particulièrement avec son labyrinthe de bolongs et de lagunes ponctuées d’îles ; colonisées par une mangrove plus ou moins riche fait parti de l’un des rares sites naturels en Afrique de l’ouest qui dispose encore des conditions idéales de reproduction ; de développement et de conservation de diverses espèces animales et végétales. En effet il abrite encore une des dernières familles de lamantin : le lamantin ouest africain (Trichechus senegalensis) qui reste encore le moins connu de l’ordre des Sirénia. Il figure dans la Liste rouge de l’UICN des animaux menacés. L’originalité de cette étude est la présence de cette espèce avec des possibilités d’observation d’individus suite à leurs apparitions dans un lieu situé en face du village de Pointe Saint-Georges en Basse Casamance (12° 37’ 42 N et 16° 33’31 W), (Figure 1). 1.2. Présentation de l’espèce Le lamantin Trichechus senegalensis est un mammifère aquatique de l’ordre des Sirénia. Il mesure environ 5 m de long à l’âge adulte et peut peser près de 1500 kg. Son espérance de vie est d’une trentaine d’année. Les lamantins sont exclusivement herbivores, non ruminants et consomment des herbes flottantes ou immergées riches en silice. Ceci explique le remplacement permanent des dents. Les lamantins ont un très faible taux métabolique et par conséquent ne peuvent pas vivre en dessous de 20°C. Le lamantin ouest africain est présente dans toute la sous région et au-delà : en Mauritanie, au Sénégal, dans le Nord-Ouest à travers la zone sahélienne (Mali, Niger), au Tchad et le long de la zone côtière (Guinée, Ghana etc…) jusqu’en Angola. Trichechus senegalensis est capable de vivre dans une large variété de zones humides, des écosystèmes marins côtiers aux plaines d’inondations de l’intérieur dans les lacs et les fleuves.
  9. 9. 8 1.3. Objectifs de l’étude – cahier des charges Valoriser la ressource à travers des sensibilisations ; informations ; discussions et une mise en place d’un protocole scientifique de suivi des lamantins. Protéger et suivre l’espèce dans le but de promouvoir l’écotourisme afin de gagner des ressources financières pouvant contribuer au développement local. Impliquer et responsabiliser les communautés locales dans le suivi des lamantins en particulier et dans la gestion de l’Aire Marine Protégée en générale. Figure 1 : Situation géographique des villages de Pointe Saint-Georges et de Petite Pointe * En bleu foncé : cours d’eau * En bleu clair : haut fonds ou passe
  10. 10. 9 2. Matériel et méthodes Pour aboutir aux objectifs que nous nous sommes fixés ; les méthodes qui suivent ont été adoptées. • Réalisation d’enquêtes socioculturelles auprès des populations locales. Afin de protéger l’espèce, il est nécessaire de savoir les relations qu’entretiennent les populations locales avec le lamantin. C’est ainsi qu’un questionnaire (cf. annexe 2) a été établi et soumis aux habitants de la zone. Le questionnaire a été inspiré d’études préalablement faites sur le lamantin au Sénégal et en Afrique de l’Ouest. Les questions qui le composent ont comme but principal de mesurer le degré de connaissance du lamantin et ses relations socioculturelles avec les populations locales, leur niveau de maîtrise de sa biologie ainsi que l’identification des plus grandes menaces qui pèsent sur l’espèce. • Sensibilisation par des réunions d’information ; d’échanges et de discussion et d’implication avec la population locale pour la protection des lamantins. Si des relations socioculturelles entre les lamantins et la population existent ; en revanche les intérêts socio-économiques (atout pour l’écotourisme) que représente l’espèce pour la population restent encore mal maîtrisés par cette dernière, d’où l’importance de valoriser cette ressource au profit de la communauté locale. Pour se faire des séances de sensibilisation, d’information et d’implication de la population dans la vraie tâche de protection du lamantin Trichechus senegalensis ont été entreprises. • Mettre en place un système de suivi journalier participatif des lamantins en formant une équipe locale de bénévoles. Dans le but de bien connaître les périodes de fréquentation, les fréquences d’apparition, l’abondance et le comportement des lamantins au niveau de la Pointe Saint-Georges, un protocole de suivi scientifique a été élaboré. Pour rester sur les règles prédéfinies pour la mise en place d’Aire Marine Protégée, l’action participative de la communauté locale a été privilégiée. En effet le début du suivi des lamantins a été réalisé en collaboration avec une
  11. 11. 10 équipe locale que nous avons formée. Celle-ci assume maintenant la responsabilité de ce travail de suivi. 3. Résultats 3.1. Sur les enquêtes 3.1.1. Distribution, Abondance, Fréquentation Des études réalisées précédemment ont révélé que le lamantin ouest africain est présent dans le fleuve Casamance sur une étendue allant de la frontière Gambienne à la limite de la Guinée Bissau. Toutefois les enquêtes menées auprès des habitants de la Pointe Saint-Georges et de Petite Pointe tendent à montrer que leur distribution dans le fleuve serait irrégulière. En effet la majeure partie des pêcheurs questionnés affirme les avoir rencontrés parfois dans des endroits bien précis au niveau de certains bolongs (Kelouène, Tendouck, Thionk Essyl, Djiromaït). De l’avis des pêcheurs la biomasse, l’abondance et la richesse spécifique de la faune au niveau de cette partie du fleuve a nettement diminué y compris celles des lamantins en particulier. En effet certaines espèces ont disparu (requin marteau, la raie scie, les hippopotames etc…) ou tout simplement se sont raréfiées (Thiof, Capitaine etc…). Certains pêcheurs affirment que dans le passé ont rencontré les lamantins partout dans le fleuve car la pression anthropique était plus faible en raison du nombre réduit de pêcheurs et de pirogues à moteur dans la zone, ce qui contribuait à la conservation de leur habitat. Néanmoins une faible portion de pêcheurs interrogés dit que les lamantins sont devenus plus nombreux depuis que leur chasse a été interdite. La famille de lamantin qui vit dans cette partie du fleuve (Pointe Saint-Georges) dispose d’un lieu de fréquentation régulière reconnu par l’ensemble des pêcheurs rencontrés à la Pointe Saint-Georges et à la Petite Pointe. Ce lieu se trouve juste en face du village de Pointe Saint-Georges à côté du mirador. Toutes les personnes enquêtées confirment l’existence d’une source d’eau douce en ce lieu où viendrait s’abreuver les lamantins à marée basse. Ensuite ils y restent flottants parfois ou plongeant le temps de l’étale, ce qui offre l’occasion de les
  12. 12. 11 observer. A marée montante, condition leur permettant d’atteindre la mangrove, les lamantins regagnent cet écosystème pour se nourrir. Georges et Donace Manga deux pêcheurs de Pointe Saint-Georges affirment qu’ils les voient « en pagaille » en ce lieu particulièrement en saison sèche. Ainsi il se dessine un cycle migratoire journalier régulé par la marée (Figure 2).
  13. 13. Figure 2 : Schéma de la migration journalière des lamantins à la Pointe Saint-Georges (Source : observations personnelles sur le site) Mangrove Lieu d’apparition 45 m Village Camp Mirador Retour à la source d’eau douce pour s’abreuvoir (marée basse) Direction de la mangrove pour s’approvisionner en nourriture (marée haute)
  14. 14. 3.1.2. Valeur socio-économique Aujourd’hui la chasse est interdite mais les lamantins demeurent victimes de prises accessoires dans les filets. Les pêcheurs n’ont pas encore le réflexe de les libérer car la viande de lamantin est consommée ou vendue. L'huile est utilisée pour la cuisine. 74% des personnes interrogées affirme avoir goûté à la viande de lamantin et l’apprécie. Selon Alex Diémé un pêcheur de la Pointe Saint-Georges c’est comme de la viande de porc. Seules 26% des personnes enquêtées avoue n’avoir jamais mangé la viande de lamantin. Amadou Camara un pêcheur de Petite Pointe explique en ces termes à connotations mystiques pourquoi il ne mange pas la viande de lamantin « le lamantin est un homme ». Ces propos rejoignent ceux de Siméon Diédhiou de la Pointe Saint-Georges : « qui mange la viande d’un lamantin a mangé la viande d’un homme ». A terme il s’agit de changer les comportements pour que la principale valeur socio économique repose sur la valorisation dans le cadre du développement de l’écotourisme. L’objectif poursuivi est que les gens adoptent une attitude de préservation envers cet animal gravement menacé de disparition. 3.1.3. Culture et mythologie Le lamantin est considéré comme un animal mystique doté de pouvoir surnaturel. Beaucoup de filets de pêcheurs ont été déchirés par des lamantins car selon Ibrahima Barro un pêcheur de Petite Pointe, le lamantin est un animal très difficile à capturer. Pour les habitants de cette zone une femme enceinte ne doit pas assister au dépeçage d’un lamantin car son futur bébé risque une malformation. De même l’homme qui s’excite en voyant les parties génitales d’un lamantin femelle risque l'impuissance. Le pêcheur Ibrahima Barro témoigne « un jeune qui avait tué un lamantin pris dans son filet de pêche en le découpant en morceau est mort la même année à la suite d’une grave maladie. Des dires, aurait même eu avant de mourir un corps qui présentait des signes de lamantin ». Certains pêcheurs Diola rencontrés affirment que le lamantin est un totem pour eux et qu’ils doivent le protéger. Un filet ou un pêcheur ayant capturé un lamantin doit obligatoirement faire objet de bain sacré sinon il ne prendra plus de poisson selon les pêcheurs. Autrefois, la chasse au lamantin était réservée aux initiés à la capture du lamantin (particulièrement les sérères venus du Nord) car après l’avoir harponné il faut réciter des versets qui le pousseront à dériver au lieu que vous souhaitez. A défaut de
  15. 15. 14 bien réciter les versets le pêcheur risque de mourir ou de voir sa famille secouée par un malheur ou tout simplement finir par abandonner le village. Le pêcheur Ibrahima Barro de Petite Pointe dit avoir connu ces versets mais préfère les garder pour lui-même. Les habitants de Pointe Saint-Georges disent que tous les chasseurs de lamantins qui sont passés par cette source d’eau douce avouent n’avoir jamais pu tuer un lamantin et disent que ces lamantins relèvent d’un vrai mystère. Certaines parties du corps des lamantins sont utilisées pour la médecine traditionnelle selon 17% des personnes interrogées. En effet la graisse guérit les maux de tête de ventre ou le rhumatisme selon Ibrahima Barro et la petite côte flottante protège contre les sorciers selon Bernard Diatta de la Pointe Saint-Georges. Selon Amadou Camara tout comme d’autres pêcheurs rencontrés à Petite Pointe et à Pointe Saint-Georges il y a une histoire qui lie l’homme au lamantin. Il raconte : « un jour une jeune fille sérère, d’autre disent toucouleur était parti faire le linge au marigot. Aussitôt terminée son linge elle se déshabille pour prendre un bain. Par manque chance son beau père qui venait pour faire boire son cheval l’aperçut toute nue. Puisque dans leurs coutumes les filles étaient très complexées, la jeune fille honteuse ne supporta pas cet acte, elle plongea dans l’eau et pria que Dieu la transforme en une espèce marine. Ainsi fut-elle transformer en lamantin ». 3.1.4. Alimentation et reproduction La plupart des personnes enquêtées sur le régime alimentaire des lamantins affirment qu’ils se nourrissent de feuilles de palétuviers (33%) et de coquillages ou « pagnes » en wolof (33%). Certaines évoquent la présence dans son régime alimentaire d’huitres (10%) et d’algues marines (10%). Rares sont ceux qui disent qu’ils se nourrissent de propagules (2%), de racines de palétuviers (4%), d’argiles (2%), de crevettes (2%) et de poissons (6%) (Figure 3). Sur 38 personnes questionnées sur la reproduction des lamantins, seules 8 (21%) ont de réelles connaissances sur la reproduction de l’espèce. Le mammifère a généralement un et parfois deux petits. La période de mise bas correspond à la saison des pluies. Il se reproduit dans des zones isolées particulièrement au niveau des bolongs. Alassane Sonko un pêcheur de Petite Pointe dit avoir rencontré des lamantins avec des petits de 2 à 3 mois au niveau d’un bolong se trouvant à Elinkine. Selon lui le petit reste sous la protection des parents dans un endroit isolé jusqu’à l’âge d’un mois pour pouvoir ensuite se déplacer. Les habitants de la Pointe Saint Georges disent également avoir observé en période de saison sèche des petits
  16. 16. 15 lamantins accompagnés de leurs parents à proximité de la source d’eau douce située en face du village. Figure 3 : Régime alimentaire des lamantins selon les habitants de la Pointe Saint-Georges obtenu suite à l’enquête réalisée auprès des pêcheurs 3.1.5. Menaces Selon nos interlocuteurs les lamantins étaient chassés dans le passé par les sérères à l’aide de harpons. Cette pratique a été arrêtée depuis l’entré en vigueur de l’interdiction de chasse de l’espèce (loi 98-32 d’avril 1998). Actuellement il n’existe plus de chasseur de lamantin dans la zone. Le dernier chasseur connu dans la zone habitait Elinkine. Il est mort il y a six ans selon Alassane Sonko. Il s’appelait Babou Thior. Néanmoins les captures accidentelles de l’espèce dans les filets des pêcheurs existent encore dans la zone. Moussa Bop un pêcheur de Petite Pointe nous dit avoir assisté à une capture accidentelle dans des filets à crevettes d’un lamantin il y avait de cela deux semaines. Les fréquences de capture des lamantins par les filets maillants (12-14 mm) ou « filet à crevettes » sont importantes (45% des captures). Les filets dormants (FD), les filets de maille 35-120 mm, les filets tournants 0 5 10 15 20 25 30 35 % d'alimentsCoquillages Feuillesdepalétuvier RacinesdepalétuvierPropagules H uitres A lguesm arinesCrevettes Poissons A rgiles Types d'aliments
  17. 17. 16 (FT) et les sennes de plage (SP) sont également responsables de proportions non négligeables de capture de lamantin (Figure 4). 17 % des personnes interrogées reconnaissent les vertus de certaines parties du lamantin pour la médecine traditionnelle. Tout ceci constitue autant de facteurs de menace pour l’espèce. A cela s’ajoute le bruit incessant des moteurs de pirogues et des grands bateaux dont l’Aline Sitoé Diatta. Mais pour Pierre Diémé Chef du village de Pointe Saint-Georges ces bruits de moteurs ne dérangent aucunement les lamantins. Figure 4 : Fréquences des captures accidentelles des lamantins en fonction des types d’engins de pêche 3.2. Sur le suivi des lamantins 3.2.1. Elaboration d’un protocole de suivi scientifique des lamantins Afin de mener le suivi des lamantins à la Pointe Saint-Georges, le protocole scientifique de suivi qui suit a été élaboré : Déterminer les fréquences d’apparition horaires, journalières, mensuelles et interannuelles des individus en fonction de la marée : pour cela un observateur est chargé de suivre et de noter quotidiennement les apparitions de Queue, de Dos, ou de 0 5 10 15 20 25 30 35 40 45 Fréquences (% ) FM (12-14mm) FD FT FM (35- 120mm) SP Types de filets
  18. 18. 17 Nez des lamantins dans le lieu d’observation à chaque instant en marée descendante, basse et montante. Identifier les individus pour déterminer le nombre d’individus qui fréquente le lieu : L’observateur est muni d’une paire de jumelles pour voir les moindres détails sur le corps de l’individu. L’identification est faite sur la basse de la présence des taches blanches (dans ce cas il se fait sur la base des types de taches) ou de l’absence de taches sur la queue ou le dos ou alors sur la base de la couleur de l’individu. Estimer le nombre d’apparition en moyenne pendant 20 minutes d’observation : toutes les apparitions d’individus sont marquées et le temps correspondant noté durant 20 minutes d’observation. Déterminer le temps moyen (en minute) entre deux apparitions successives des individus qui fréquentent le lieu d’observation. L’intervalle moyen est calculé. Connaître leurs comportements et leurs habitudes : les lamantins sont observés dans le lieu à marée basse, il sera aussi important de les suivre au niveau de la mangrove à marée haute à l’aide de pirogue à rame afin de confirmer leur régime alimentaire et leur période de reproduction. Le Tableau en annexe a été élaboré pour le suivi des lamantins à la Pointe Saint-Georges. 3.2.2. Résultat du suivi Les résultats ici présentés ne concernent qu’une courte période de deux mois d’observations, il est de ce fait difficile d’en tirer des conclusions, ils sont très certainement liés à l’horaire des marées sur cette la période. Pendant les deux mois de suivi, une fréquence d’apparition des lamantins plus élevée dans la première quinzaine du mois de novembre (80%) a été notée à la Pointe Saint-Georges. Les plus basses fréquences d’apparition se situent au niveau de la première quinzaine du mois d’octobre (33%). Globalement l’apparition des lamantins au niveau du lieu d’observation à la Pointe Saint-Georges a été plus fréquente en novembre qu’en octobre (Figure 5).
  19. 19. 18 Figure 5 : Fréquences d’apparition des lamantins sur la période d’observation à la Pointe Saint- Georges Sur l’apparition journalière des lamantins, deux principaux pics ont été identifiés sur la période d’observation et se situent à 14 h et à 16 h. De plus des créneaux horaires (11h-14h et 16h-18h) de fréquentation particulièrement importante ont été identifiés. 9h constitue également un moment d’apparitions importantes des lamantins dans le lieu. Il a été constaté qu’en période de vives eaux les apparitions sont fréquentes le matin contrairement en période de mortes eaux (Figure 6). 0 10 20 30 40 50 60 70 80 Fréquences (%) 1-15 oct 16-30 oct 1-15 nov 16-25 nov Périodes
  20. 20. 19 Figure 6 : Fréquences d’apparition horaire des lamantins à la Pointe Saint-Georges sur la période d’observations A l’issu du suivi au total 22 individus différents ont été identifiés du 29 septembre au 25 novembre. Les facteurs les plus déterminants pour l’identification au cours de cette étude étaient la nature des taches situées sur le dos ou la queue ainsi que la couleur de la peau. Durant les pics de fréquentation, l’intervalle de temps moyen entre deux apparitions de lamantin au niveau du site d’observation est de 2 minutes et 30 secondes. Le temps minimal entre deux apparitions a été de 0 minutes et le temps maximal de 11 minutes. Le nombre d’apparition pendant 20 minutes d’observation a été estimé à huit (8). Les deux excursions qui ont été faites à marée haute au niveau de la mangrove située sur la rive opposée afin de surprendre les lamantins se nourrir dans le but de confirmer leur régime alimentaire ont été vaines. 0 2 4 6 8 10 12 14 Fréquences d'apparition (%) 7h 8h 9h 10h 11h 12h 13h 14h 15h 16h 17h 18h 19h Heures
  21. 21. 20 3.3. Sur la gestion participative L’implication et la responsabilisation de la communauté locale dans la protection et le suivi des lamantins à la Pointe Saint-Georges à travers des rencontres et des discussions avec la population ont abouti à d’importants résultats. En effet, une grande partie des jeunes filles et garçons mais également des adultes ont pris la peine d’observer les lamantins dans le but de prouver leur entière implication dans la gestion de la ressource. Mais plus important encore est la mise en place d’une équipe locale de suivi des lamantins qui a été formée pour cette tâche. En compagnie de celle-ci, le suivi a été mené durant les deux mois de mission de terrain. Cette équipe locale assure maintenant la continuité de ce suivi sur la base d’un protocole qui lui a été remis. Quelques résultats importants du travail de terrain : • Jeunes filles et garçons, et adultes ont pris la peine d’observer les lamantins Date Noms 14/10/2008 En compagnie de Pierre Diémé 16/10/2008 En compagnie de George Manga et Francis Manga 17/10/2008 En compagnie de Merry Diatta, Orthence Diédhiou, Mariétou Diédhiou 19/10/2008 En compagnie de Jean Lazard Diatta, Merry Diatta, Francis Manga, Moise Manga 20 et 21/10/08 Jean Lazard Diatta, Reymond Diémé et Merry Diatta 28/10/2008 Merry Diatta et Assomption Diatta 29/10/2008 George Manga, Ousmane Sonko, Jean Lazard Diatta, Bernard Diatta et Francis Manga 30/10/2008 Ousmane Sonko 01/11/2008 George Manga, Janno Badiane, Merry Diatta 11/11/2008 Arthur Manga • Réunions tenues : - Le 07/10/08 : Sensibilisation et implication dans le suivi des lamantins et établissement de manière participative d’un protocole de suivi des lamantins. - 23/10/08 : Mise en place de l’équipe locale de suivi des lamantins. - 11/11/08 : Rencontre avec les membres de l’équipe pour les motiver et leur rappeler l’intérêt de ce suivi. - 25/11/08 : Rencontre avec l’équipe locale et remise des documents.
  22. 22. 21 - du protocole de suivi des lamantins • L’équipe locale L’équipe locale de suivi des lamantins à la Pointe Saint-Georges est formée de 9 jeunes. Ci après le nom des personnes membres: • Georges Manga (coordonateur de l’équipe) • Antoine Diédhiou • Ousmane Sonko • Donesse Manga • Jean Lazard Diatta • Francis Manga • Janno Badiane • Bernard Diatta_2 • Lamine Sonko 4. Discussion Les distributions et les fréquentations des lamantins se justifient par leur besoin de reproduction et d’alimentation. Les lamantins à la Pointe Saint-Georges fréquentaient le lieu d’eau douce il y a longtemps et y restent toujours malgré les pressions anthropiques qui augmentent dans ce lieu. Cela s’expliquerait selon les villageois par la présence d’une source d’eau douce qui existerait à cet endroit où ces animaux viendraient s’abreuver. Les investigations qui ont été menées par Xavier Vincke, qui a effectué des mesures de salinité, ont montré une différence de salinité des échantillons d’eau prélevés sur le lieu (eau moins salée sur le lieu/ eau plus salée en surface) qui semble confirmer cette thèse. En effet leur fréquentation de ce lieu et surtout leur abondance en saison sèche serait dus à la rareté des eaux douces dans le fleuve durant cette période étant donné que ces lamantins ne s’abreuvent que d’eau douce. La recherche de nourriture constitue la principale cause de leur fréquentation des zones couvertes de palétuviers.
  23. 23. 22 Etant donné, les valeurs culturelles que représente cette espèce au regard des communautés locales de la zone, les lamantins qui vivent à la Pointe Saint-Georges bénéficient d’une protection par la population locale. De l’avis du Chef de village les lamantins étaient protégés par les ancêtres qui leur ont légué cette tâche. Cependant la consommation de la viande de lamantin par une grande partie des habitants du village et l’utilisation de certaines parties pour la médecine traditionnelle peuvent constituer de réelles menaces pour l’espèce. En effet les demandes en approvisionnement en viande de lamantin peuvent encourager les pressions de captures sur les lamantins. Même s’il n’existe plus de chasseur de lamantins dans la zone, les résultats de captures accidentelles obtenus suite aux enquêtes confirment la forte pression qui pèse toujours sur l’espèce. En effet le filet maillant (12-14 mm) ou encore « filet à crevettes » constitue l’engin le plus menaçant pour le lamantin parmi les différents engins de pêche utilisés par les pêcheurs de la zone. D’autant plus que la maille minimale réglementée pour la pêche des crevettes est de 14 mm. Outre le fait que cet engin n’est pas conforme à la législation en vigueur l’utilisation des mailles inférieures à 14 mm est non seulement une menace pour les lamantins mais également pour les petites crevettes, source de nourriture pour beaucoup d’espèces qui vivent dans le fleuve. La reproduction de l’espèce reste encore mal connue par la majeure partie des personnes interrogées. En revanche d’après les résultats de nos enquêtes, le régime alimentaire des lamantins à la Pointe Saint-Georges est essentiellement constitué de feuilles de palétuviers et de coquillages (Anadara senilis) communément appelé « pagnes ». Les algues marines et les huitres occupent également des proportions non négligeables dans le bol alimentaire des individus de l’espèce. Ceux qui ont évoqué l’utilisation de crevette, de poisson, d’argile, de propagule et de racine de palétuvier par les lamantins pour leur nourriture sont rares. Les études scientifiques menées jusqu'à présent sur le régime alimentaire des lamantins ont révélé qu’ils sont herbivores, mais l’information sur la consommation de coquillages par les lamantins vivants dans la zone d’étude, bien qu’elle soit issue d’enquêtes est confirmée par certains pêcheurs qui prétendent même avoir observé plusieurs fois des coquillages dans les intestins de lamantins morts. La justification concernant la consommation de crevettes ou de poissons par les lamantins relèvent selon nos enquêtes du fait qu’ils soient la plus part du temps capturés dans les filets maillants de crevettes. Selon Alex un pêcheur de la Pointe Saint-Georges, c’est en essayant de capturer les crevettes ou les poissons qu’ils se font piéger dans les filets de crevettes. Mais ce taux élevé de capture de lamantin dans ces types de filets s’explique d’avantage par le nombre important de ces engins de pêche dans le fleuve. Même
  24. 24. 23 si les lamantins à la Pointe Saint-Georges ont adopté un régime alimentaire différent de ceux d’espèces vivants dans d’autres zones géographiques, ils conservent néanmoins le régime herbivore classique par leur consommation de feuilles de palétuviers et d’algues marines. L’augmentation des fréquences d’apparition des lamantins dans le lieu d’observation en novembre par rapport à octobre peut s’expliquer par la raréfaction progressive des sources d’eau douce dans les bolongs suite à l’arrêt des pluies avec le début de la saison sèche. En effet, au fur et à mesure que la saison sèche avance cette source restera sans doute l’une des seules dans le fleuve où les animaux peuvent venir s’abreuver. Ce qui expliquerait pourquoi les apparitions des lamantins dans ce lieu seraient soumises à des variations annuelles. Les apparitions journalières plus importantes dans le reste de la journée et surtout en début d’après midi qu’en début de matinée pourraient être liées au fait que cette période de la journée correspond au moment où les lamantins ont le plus soif. La poursuite du suivi des lamantins qui fréquentent ce lieu par une équipe locale déjà mise sur place non seulement confirme l’action participative de la population locale dans la gestion de la ressource mais permettra également de mieux connaître les variations d’apparition annuelles et interannuelles des lamantins qui fréquentent le lieu et leurs habitudes et comportements. 5. Conclusions En définitive le lamantin ouest africain (Trichechus senegalensis) qui vit à la Pointe Saint-Georges a une distribution assez large au niveau du fleuve. Les relations qu’entretient la population locale avec l’espèce sont historiques. La combinaison des réalités culturelles déjà existantes et les potentialités de valorisation socio-économiques de l’espèce via l’écotourisme sont autant d’atouts pour la conservation de l’espèce au niveau de la Pointe St Georges. Les lamantins à la Pointe Saint-Georges présenteraient un régime alimentaire particulier (se nourrissant de coquillages) qui bien que n’étant pas encore vérifié scientifiquement est une hypothèse intéressante qui nécessite d’avantage d’investigations. Les filets de maille 12-14 mm ou encore « filets de crevettes » constitue une grande menace pour l’espèce mais cette pêche qui avait été autorisé dans le fleuve en 2003 par un arrêté de la direction des pêches vient d’être à nouveau interdite par le conseil régional de Ziguinchor ce qui devrait faire baisser la pression sur l’espèce. Toutefois il est de notoriété publique que les mauvaises
  25. 25. 24 pratiques perdurent malgré la législation en vigueur, nous ne pouvons qu’espérer sans grande conviction toutefois que les instances étatiques se donneront les moyens de faire respecter cette nouvelle loi. L’apparition des lamantins dans le lieu d’observation est plus fréquente en après midi. Il semble également qu’il existerait une variation annuelle des apparitions. 6. Perspectives • Il est important d’élaborer des politiques de sensibilisation pour conscientiser la population locale au préjudice qu’elle porte à l’espèce en consommant de la viande de lamantin. • Interdire l’utilisation des filets maillants (12-14 mm) et faire respecter la nouvelle législation sur l’interdiction de la pêche à la crevette dans le fleuve qui constitue une réelle menace pour l’espèce. • Inclure la passe située en face du village (c'est-à-dire la mangrove sur la rive d’en face où ils viendraient manger) dans l’Aire Marine Protégée. • Faire des recherches scientifiques pour déterminer le régime alimentaire et le cycle de reproduction de l’espèce. • Améliorer les techniques d’observation des lamantins en utilisant des outils plus performants de suivi (appareil avec zoom puissant, prise de photo satellitaire, implantation de balise, marquage etc…).
  26. 26. 25 Références Rapport de mission de Xavier Vincke sur le suivi du lamantin à la Pointe Saint-Georges, réalisé entre janvier et juin 2007 pour l’Océanium. Rapport sur des enquêtes de base sur le lamantin ouest africain sur le littoral de la basse Casamance (Sénégal), septembre 2005. Wetlands international http://biodiversite.bilan-prospectif.org/marine/spip.php?article9 http://seapics.com/gallery/Mammalia/Sirenia/Trichechidae/West-African-manatee.html
  27. 27. 26 Annexes Annexe 2 : Fiche de suivi du lamantin (Trichechus senegalensis) Date : Heure (H) : Marée (entourer) descendante basse montante Eau (entourer) calme agitée Vives eaux Mortes eaux Estimation du nombre d’individus du groupe observé durant 20 minutes Adultes Jeunes H min Nez Dos Queue Nez Dos Queue Descriptions 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41
  28. 28. 27 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 Croquis de queue ou de dos d’individus identifiés Date : Heure: Heure: Heure: Heure: Heure: Heure: Heure: Heure: Heure:
  29. 29. 28 Annexe 2 : Le questionnaire Suivi Lamantin Village Code Nom Prénom Genre : Date de naissance Statut Matrimonial Profession Fonction Quelles sont les différentes espèces animales qui existent dans le fleuve? Et cette faune a-t-elle diminuée ou augmentée? Pourquoi? Pensez vous que cette faune pose des problèmes? Pourquoi? Pensez vous qu'il soit important de les conserver? Pourquoi? Connaissez vous le lamantin? Où les avez-vous les observés? Existe-t-il une source d'eau douce en se lieu? Et vous en observez beaucoup? Combien? Où en observé le plus d'individus? Et particulièrement à quelle moment de la journée? étaient-il plus nombreux dans le passé qu'actuellement? En marée bas? En marée haute? Pourquoi en ce lieu et pas quelques part d'autres? De quoi se nourrit-il? Comment reproduit-il? Où se nourrit-il? Où se reproduit-il? Que représente t-il pour vous du point de vu socio-économique? Du point de vue culturel et traditionnel? Serait-il un totem pour vous? Si oui jusqu'à présent? Le pêchez vous? Pourquoi ? Le mangez vous? Pourquoi ? Et l'avez-vous récemment mangé? Y a-t-il des gens qui le chasser avant? Et pour en faire quoi?
  30. 30. 29 Ont-ils arrêté? Depuis quand? Et il y a des gens qui le chassent jusqu'à présent? Ont-il une fois été capturé par un ou des pêcheurs? si oui, fréquemment? Et par quelle genre d'engins? Serait-il utilisé pour la médecine traditionnelle? Pensez vous qu'il soit important de conserver l'espèce? Pourquoi? Seriez vous prêt à assurer un suivi de l'espèce? Pourquoi?

×